AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'ImpératricePartagez | 
 

 Le tout pour le tout [pv Papy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Le tout pour le tout [pv Papy]   Dim 17 Oct 2010 - 21:33

[remarque: n'empêche que mettre 'PV papy' ca fait pas sérieux xD]

C'était un coup de maître.

Tout avait pourtant bien commencé, matinée normale . . . La seule chose qui aurait pu la lui gâcher était la perspective d'une réunion avec ses ministres. Mais pas n'importe laquelle. Une réunion secrète, vraiment importante, tout ce qui y était dit était classé secret défense.
En y repensant, elle aurait du s'en douter . . . Elle avait douté, mais pas assez. Pour commencer Xandiar son chef de garde et ses meilleurs tugs avaient subi une attaque il y'a quelques mois. Ils s'en étaient sortis vivants, mais blessés. Elle avait placé ses meilleurs elfes enquêteurs sur le coup mais cela n'avait rien donné. Aucune trace, aucun indice, rien.L'Impératrice les avait alors placés dans un quartier secret pour qu'ils soient protégés le temps que cette enquête soit résolue. Ces derniers avaient protesté , ils disaient qu'ils pouvaient se défendre eux même , mais Lisbeth avait été intraitable. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre 20 se ses meilleurs soldats parmi les plus loyaux. Ils n'étaient donc plus là.
Deux mois après, un groupe d'elfes en mission appartenant aux services secrets Omoisiens avait découvert un gros réseau de trafiqueurs de Bang-Bang, terrible drogue Autremondienne. Et justement ce réseau approvisionnait une grande partie des 'dealeurs' Omoisiens, comme par hasard. L'affaire avait intéressé Sandor, le demi-frère de Lisbeth, ce dernier était donc parti. Il n'était plus là.
L'impératrice avait ensuite du envoyé plusieurs de ses troupes suite à une alerte à la bombe à Cava (Ouest de Tingapour) soit-disant organisée par un groupe de semchanachs. C'était cela qui avait le plus étonné Lisbeth, les semchanachs . . . Quel serait leur interrêt dans cette histoire? Cependant une alerte à la bombe n"était pas négligeable elle avait donc fait évacuer la ville et effectuée le nécessaire quant à sa protection.
Bien entendu le palais était toujours aussi bien protégé, vu le nombres de soldats que comptait l'armée omoisienne, mais l'absence de Sandor et Xandiar l'inquiétait.Toutes ces affaires étaient-elles reliées? Elle avait imaginé plusieurs liens, plusieurs coup montés, mais pas le bon.
Sans parler des nombreuses menaces qui se faisaient parvenir, par l'intermédiaire de lettres ... L'Empire en recevait souvent, mais celles-ci étaient spéciales . . . Étrange , trop étrange.
Prudente et soucieuse Lisbeth avait donc convoqué cette fameuse assemblée pour traiter de tout ces sujets. Il y avait quelque chose la dessous, elle en était totalement certaine. L'assemblée se rassemblait en général dans un coin du palais fermé au peuple, seul quelques troupes de gardes patrouillaient. Certains d'entre eux étaient placés devant la porte, près à intervenir au moindre problème. Lisbeth était donc en pleine réunion lorsqu'une énorme explosion retentit. La porte de la salle s'ouvrit à la volée. Des mercenaires armés jusqu'aux dents entrèrent près à tuer tout ce qui bouge . . . Autour de la table, les ministres se crispèrent, Lisbeth devint plus pâle. Tous sauf un éprouvait un sentiment de peur, ce dernier posté aux cotés de l'Imperatrice souriait de toutes ses dents.

-Messieurs,mesdames, ceci est un coup d'Et...

mais l'Impératrice n'était plus là. En effet , même dans les endroits les plus protégés qui soient, il y avait toujours, toujours un sous-terrain que Lisbeth empruntait lorsque ... la situation l'y obligeait.
Longeant le mur sombre , marchant le plus vite possible, elle fit le point dans sa tête. Tout s'éclairait, à la minute ou elle avait vu ces mercenaires entrer elle avait compris. Toutes ces histoires avaient été orchestrées dans un seul but, la forcer à réunir ses ministres, à s'isoler dans un endroit du palais. Tss, jolie coup de la part d'un ministre . . . Athar Deliore, le plus jeune de ses ministres et le plus ambitieux. Elle l'avait bien observé , il avait bien caché son jeu. Pourquoi les soldats n'étaient pas intervenus? Il lui semblait avoir distingué derrière la deux battants de la porte des flaques rouges, des flaques de sang.
S'efforçant de calmer les battements de son cœur, elle se récita mentalement ce qu'elle devait faire. Alerter la garde, déjà fait , mais celle-ci ... avait l'air indisponible, sortir de ce tunnel, presque effectué, ce dernier débouchait directement sur le passage qui séparait ce bout du palais du bout plus 'fréquenté'. Une fois sortit elle pourrait alerter le reste des gardes et essayer de régler tout ca. Sa main effleurant le mur glacial tremblait légèrement, il fallait espérer que ce crétin d'Athar ne tuerait pas l'intégralité des occupants de la salle, car de 1 il tuerait ses sujets, de 2 ce serait extrêmement compliqué d'un point de vue politique ...
Après avoir vérifié que la voie était dégagée, Lisbeth tenta de pousser l'entrée. Rien. Elle re-tenta le coup. Toujours rien. SLURK! Les entrées étaient bloquées. Il fallait s'y attendre. La magnifique jeune femme resta là quelques instants le poing contre la porte jetant un regard désolé aux soldats morts à ses pieds gisant dans une mare de sang. Mais jamais,jamais elle ne céderait à la panique. Il lui restait encore une solution, levant ses grands yeux bleus-marines vers le mur à sa droite,elle se dirigea vers lui salissant le bas de sa robe maintenant devenu rouge, rouge du sang de ses hommes.
Elle tenta de retrouver tâtonnant le mur, la minuscule ouverture qui menait à la salle d'urgence. Un plan B, toujours avoir un plan B. Elle entendit des bruits de pas pressés derrière elle, elle devina tout de suite de quoi, ou plutôt de qui il s'agissait. Ses gestes se précisèrent , elle plissa les yeux, quand enfin son petit doigt trouva le minuscule dispositif d'ouverture, chuchotant des paroles permettant de desceller l'ouverture de la pièce, elle s'engouffra dans l'ouverture béante qui lui faisait maintenant face.
Derrière la porte cachée, elle n'entendait plus le bruits des pas des mercenaires qui la poursuivaient.Devant elle elle entendait par contre la respiration régulière d'une elfe . Un grand silence s'installe, l'Imperatrice détaillant l'elfe lui faisant face. De toute évidence , elle faisait partie des services secrets. Qui d'autre aurait pu entrer dans cette salle? Salle ou tout était surveillé, tout pouvait être vu .Lisbeth garda ainsi le silence, savourant ces instants de calme qui pourraient bien être les derniers.
Elle brisa enfin le silence et parla de sa voix claire, qui n'admettait aucune contestation:

-J'ai besoin de votre aide.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Mar 19 Oct 2010 - 15:36

Tout avait pourtant bien commencé… une journée paisible en perspective. Dylinrae profitait enfin d’un jour de congé bien mérité. Cependant malgré son jour de repos elle devait quand même aller au palais rendre le rapport d’une de ses dernières missions. Il fallait avouer que l’elfe avait toujours des délais de retard quant-à la paperasse lié à ces missions. Le palais grouillait de monde venu de part et d’autre d’Autremonde comme à son habitude.

Elle n’affectionnait guère cette partie du palais toujours fréquentée où il était impossible d’y trouver la tranquillité. Parmi toute cette foule elle perçut néanmoins la présence de nombreux gardes. Rejoignant alors l’aile du palais interdite aux civils elle remarqua qu’il y avait plus de gars que d’habitudes. La garde avait s’en doute été renforcée en prévision de la réunion secrète organisée par l’impératrice se dit-elle. Se dirigeant vers le bureau de son supérieur elle y déposa son rapport malgré l’absence de ce dernier. Cependant bien qu’elle ait accompli sa tâche elle voulut rester encore un peu de temps au palais. Sortant du bureau de son supérieur elle se dirigea vers le secteur ‘’Gadgets’’ afin de voir quelles nouvelles inventions farfelues avaient été mises au point pour les agents des services secrets. Mais une fois de plus elle ne trouva personne de présent. Cette section du palais interdite aux civils avait sans doute été vidée afin de permettre à l’impératrice de tenir sa réunion à l’abri des oreilles indiscrètes.

A peine l’elfe eut-elle le temps de passer le seuil de la porte du secteur où elle se trouvait qu’une explosion violente retentit. L’explosion avait été si violente que le sol avait tremblé la où elle se trouvait. Cette déflagration n’avait rien de normal… Un attentat déclenché pile le jour ou l’impératrice tenait une réunion secrète. Cela ne pouvait être une coïncidence. Il y avait forcément un lien entre les deux. Dylinrae n’eut cependant pas le temps de pousser plus loin son raisonnement. En effet grâce à ces sens d’elfe elle put entendre un mouvement de troupes ainsi que des escarmouches. L’elfe savait pertinemment qu’en cas d’attaque du palais il y avait un protocole à appliquer… Néanmoins malgré la gravité de la situation l’elfe pesta intérieurement en se demandant pourquoi des terroristes avaient choisi pile le jour ou elle était de repos pour attaquer. L’elfe se dirigea alors vers l’endroit du palais prévu en cas de situation de crise. Durant tout le long de son chemin elle eut la chance de ne rencontrer aucun ennemi. Étant sans armes cela l’arrangeait grandement. Arrivant alors devant l’entrée d’un passage secret masqué derrière un mur elle aperçut une bouteille d’alcool posée sur une table. Trouvant que ça serait un sacrilège de laisser cette bouteille aux rustres qui attaquaient le palais elle s’en empara et pénétra ensuite dans le passage secret.

Arrivant sans encombre au bout du chemin elle déclina son code d’authentification à un petit dispositif placé sur le mur. Une fois cela fait elle put rentrer dans la pièce. Celle-ci était composée d’écran retransmettant tout ce qui se déroulait au palais ainsi que de système de communications. Avisant un fauteuil elle s’y installa, déboucha la bouteille qu’elle avait trimballé jusqu’ici, bu un peu ce qu’elle contenait ce qui d’ailleurs se révéla exquis et contempla les écrans tout en attendant la suite. Grâce à ces derniers elle put remarquer que la situation était catastrophique…. les ministres conviés à la réunion étaient des otages et la plupart des gardes avaient été tués par ces mercenaires. Cependant il n’y avait aucune trace de l’impératrice sur les écrans. Où était-elle passée ? Qu’était-il advenu d’elle ? Dylinrae inspectant les écrans découvrit que les mercenaires présents au palais étaient des soldats surentrainés, de véritables professionnels. Cela n’allait pas être aisé de les vaincre. Soudain la porte de la pièce s’ouvrit et une jeune femme, vêtue d’une robe tachée de sang, la franchit. L’elfe ne s’inquiétait pas d’ignorer l’identité de la personne. Après tout très peu de personnes étaient au courant vis-à-vis de cette pièce. Elle put alors détailler longuement cette personne….et cette dernière se révéla être l’impératrice !

L’impératrice dit alors d’un ton qui n’admettait aucune contestation:


-J'ai besoin de votre aide.

Entendant ces paroles l’elfe des services secrets qui buvait encore un peu d’alcool recracha violemment cet alcool et manqua s’étouffer. L’impératrice…avoir besoin de l’aide d’une elfe ?! Voila qui semblait inattendu ! Cependant après avoir repris ses esprits l’elfe ne daigna pas respecter le protocole qui consistait à s’incliner devant l’Impératrice. Dylinrae regarda cette dernière et lui déclara d’un ton insolent:


-Je suis à votre service votre majesté impériale.

Pour paraitre encore plus insolente l’elfe rajouta:

-En quoi puis-je vous être utile ?

L’elfe, attendant la réponse à sa question, concentra alors son attention sur les écrans et essaya d’élaborer une stratégie afin de sortir de cette impasse. Cependant sa stratégie allait devoir prendre en compte l’impératrice et cela ne l’arrangeait guère. En effet étant la seule personne disponible des services secrets elle allait devoir veiller sur l’impératrice. Si elle ne le faisait pas dans le pire des cas l’impératrice serait tuée et dans le meilleur des cas l’elfe recevrait un sacré savon de la part de ces supérieurs qui ne tolèreraient pas que l’impératrice ait pu rester seule sans aucune protection lors d’une attaque du palais. Faute de trouver une autre personne pour veiller sur Lisbeth la marche de manœuvre de l’elfe allait être fortement réduite… L’elfe se mordit la lèvre et se dit une fois de plus que tout ceci de l’enchantait guère…




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Ven 22 Oct 2010 - 17:07

L'elfe lui faisant face était en train de . . . picoler. Après la demande de l'Impératrice, elle recracha violemment ce qu'elle buvait et manqua de s'étrangler. L'Impératrice déjà sur les nerfs serra les dents. Que faisait-elle ici , à boire et à ne rien faire alors qu'elle avait largement eu le temps d'analyser la situation dans laquelle se trouvait l'Impératrice et ses ministres? Au fond, Ça arrangeait bien Lisbeth mais dans d'autres circonstances . . .
Sur les écrans, on pouvait apercevoir des silhouettes baraquées, les mercenaires. Ils étaient plus nombreux que le pensait l'Impératrice, ce ministre devait infiltrer ses pions depuis pas mal de temps déjà ... Et elle ne s'en était pas rendue compte. Leur nombre n'arrangeait pas les choses . . . Sur un autre écran on pouvait apercevoir un petit homme gesticulant et criant des ordres à un petit groupe de mercenaires, Lisbeth était désolée d'avoir cassée sa déclaration le pauvre chou . . . Après tout, la chose la plus importante dans un coup d'État, était lorsque la personne en question se levait et déclarait d'une voix charismatique: 'mesdames, messieurs ceci est un coup d'État', L'Impératrice s'excuserait après l'avoir jeté en prison et cuisiné pour savoir si il avait d'éventuels complices. Mais avant tout cela, il fallait d'abord se sortir de cette situation, chose qui se révélait compliquée.
L' elfe était . . .insolente , celle-ci ne respecta même pas le protocole. Cette journée allait vraiment être longue. Cette dernière dit:

-Je suis à votre service votre majesté impériale.

Puis elle rajouta:

-En quoi puis-je vous être utile ?

Le tout sur un ton insolent. Trop insolent. Lisbeth serra les poings, elle n'avait pas le temps de jouer à des petits jeux stupides dans le genre.Elle n'aimait pas qu'on prenne des choses de cette ampleur à la légère ,et elle allait y remédier.
La gifle fusa, sèche , violente. L'Impératrice ne s'était pas retenue. Elle brisa aussi au passage [ô sacrilège] la bouteille d'alcool toujours présente dans la main de l'agent des services secrets Omoisiens.Ignorant les bouts de verres éparpillés à ses pieds,elle assena d'un ton dur et sec, hurlant à moitié:

- Connectez deux minutes vos neurones , à moins que vous n'en possédiez pas. Pensez aussi à prendre en considération votre rang, agent des services secrets, pour qui vous prenez-vous?


Elle ne fut pas capable de dire quelle fut la réaction de l'elfe à cet instant, car elle avait déjà rivé ses grands yeux bleus-marine sur les écrans de surveillances, cherchant avec application un plan, une faille dans la position de l'ennemi, la moindre petite chose susceptible de la sortir de ce mauvais pas.Puis Elle se concentra sur son interlocutrice. Détaillant avec attention chacun des gestes de cette dernière ,qui était bien consciente qu'elle jouait sa place. C'était parfois moche, mais l'Impératrice était intouchable.

Il fallait d'abord trouver des armes, Lisbeth pouvait peut-être . . . non, elle ne pouvait pas atteindre la salle, les souterrains étaient bouchés depuis des mois. Elle pouvait utiliser sa magie, elle mais qu'en était-il de l'elfe? Elle pouvait toujours compter sur la force physique de cette dernière , comme elle faisait sûrement partie de l'élite' de ses agents. Sinon les débris de verre pourraient peut-être lui servir. . . Non c'était stupide. Il fallait 'emprunter' une arme aux soldats. Là aussi il y avait un problème , selon les écrans, les soldats ne se déplaçaient que par groupes de 15 au minimum . . . Neutraliser 15 mercenaires sur-entraînés n'était pas facile, faisable mais compliqué...Très compliqué.

L'Impératrice fut tirée de sa réflexion par l'elfe qui comme intéressée par ce qu'il se passait sur les écrans en agrandit un, celui de la salle ou se déroulait encore la réunion quelques minutes avant. Le ministre parla d'une voix bien distincte articulant ses mots comme si il parlait à des enfants en bas âge:

- Si vous ne vous rendez pas, Majesté, j'exécute vos ministres.

Lisbeth plissa les yeux. Comment pouvait-il être sûr qu'elle puisse l'entendre? Il se comportait comme si il en avait la certitude . . . Se pourrait-il que . . . Un traître?

- J'ai un agent traître avec moi voyez-vous ...

Tout en disant cela il désigna un homme à ses côtés, Lisbeth n'avait pas fait attention à lui. C'était un homme de grande taille, les cheveux roux et . . . faisant apparemment parti de ses services. Du bluff? Si ce n'était pas le cas, elles étaient mal. L'agent devait connaître l'existence de cette salle de surveillance et peut-être même, s'il occupait une fonction élevée, son emplacement...Les mercenaires ne tarderaient pas à défoncer le mur.Elle regarda l'elfe et prit la parole:

- Vous le connaissez? Ah oui, et apparemment vous ne connaissez pas bien le protocole, normal c'est difficile pour vous de vous concentrer , je vais me permettre de vous rappeler que vous devez me présenter votre nom et votre nom de code . . .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Ven 22 Oct 2010 - 20:28

Dylinrae reçut tout à coup une gifle sèche et violente. Sous l’effet de la douleur elle mit sa main là ou elle avait reçu la gifle. L’endroit en question était d’ailleurs devenu rouge. L’elfe, sous l’effet de la gifle, avait laissé tomber sa bouteille d’alcool ce qui avait eu pour effet de la briser en plusieurs morceaux. Voyant ce sacrilège l’elfe pensa que c’était bien dommage que cet alcool soit gaspillé. De plus elle était stupéfaite que l’impératrice ait osé la gifler. Son sang d’elfe bouillonnait face à cette agression physique mais elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas réagir.

L’impératrice assena alors d’un ton dur et sec:


- Connectez deux minutes vos neurones, à moins que vous n'en possédiez pas. Pensez aussi à prendre en considération votre rang, agent des services secrets, pour qui vous prenez-vous?

Entendant cela Dylinrae répliqua aussitôt:

-Mon rang ?! Mon rang ?! Quelque soit notre rang au final nous ne sommes que des sacs à viande. De plus je ne me prends pour personne...je me contente juste de faire mon job correctement. Après cela ne spécifie pas que je dois aussi bien me comporter face à une impératrice !

Cependant Lisbeth ne prêta pas attention à ce qu’elle venait de dire ce qui eu pour effet d’augmenter l’exaspération de l’elfe. De plus son sang continuait de bouillonner à cause de la gifle. L’elfe ne savait trop comment réagir face à cela. Après tout si elle giflait à son tour l’impératrice dans le meilleur des cas elle serait virée et dans le pire des cas elle serait mise aux fers. Dylinrae, repensant à son conduite face à l’impératrice, se sentit honteuse. Elle avait juré allégeance à Omois et voila comment elle exprimait cette allégeance…. Cette sensation de remord lui permit de se calmer mais lui donna aussi envie de s’excuser. Or l’elfe ne savait trop comment exprimer ces excuses… Croisant le regard de l’impératrice elle détourna le sien afin de mieux montrer qu’elle regrettait son attitude. L’elfe espéra que l’impératrice lui pardonnerait cet écart de conduite car sinon elle allait être dans de beaux draps après le règlement de cette situation de crise.

Dylinrae remarqua alors quelque chose de louche sur l’écran et décida donc de l’agrandir afin de mieux l’observer. Sur cet écran on pouvait voir la salle où tous les ministres avaient étaient réunis avant. Cependant ce que filmait cet écran était bizarre car le ministre qui avait fomenté ce coup d’état regardait pile à l’endroit où ce situait la caméra …comme si il savait ou se situait cette dernière.

Le ministre déclara alors d’un ton très sur:


- Si vous ne vous rendez pas, Majesté, j'exécute vos ministres.

Cette déclaration permit à l’elfe de se conforter dans son hypothèse. Cependant comment cet Athar Deliore pouvait être au courant de l’existence de cette pièce ?! La seule explication possible c’était que quelqu’un d’autre avait trahi l’impératrice...

Le ministre rajouta:

- J'ai un agent traître avec moi voyez-vous ...

L’elfe vit alors un homme roux de grande taille apparaitre à l’écran. Il s’agissait d’un agent qu’elle connaissait car elle l’avait rencontré plusieurs fois dans le bureau de son supérieur. Il se nommait …Matthias Mégot ! Voyant cet agent aux cotés de l’ennemi l’elfe blêmit car ce dernier était au courant non seulement de l’existence de la pièce mais aussi de tous les protocoles de sécurité... Dylinrae allait devoir faire donc preuve d’ingéniosité pour que ses actions ne puissent être prévisibles. De plus l’impératrice et elle allaient devoir s’échapper de la pièce au plus vite car les mercenaires, vu qu’ils devaient être dorénavant au courant de l’existence de la pièce ou elles se trouvaient, n’allaient pas tarder à débarquer en force.

Lisbeth la regarda et lui déclara :


- Vous le connaissez? Ah oui, et apparemment vous ne connaissez pas bien le protocole, normal c'est difficile pour vous de vous concentrer, je vais me permettre de vous rappeler que vous devez me présenter votre nom et votre nom de code . . .

Entendant cela l’elfe rougit de honte lorsque l’impératrice lui rappela sa piètre conduite. Reprenant son sérieux elle regarda l’impératrice et lui répondit d’un ton calme mais sûr:

-Je me nomme Dylinrae Z’alya votre impériale majesté mais dans les services secrets on me connait sous le nom de code Treadstone.

Elle fit alors un salut militaire pour ponctuer sa déclaration et reprit sa déclaration.

-Et oui je le connais. Il s’agit d’un agent nommé Matthias Mégot. Son nom de code est navet ! Il s’agit d’un agent plutôt incompétent dans son travail selon moi. Cependant par la force des choses il a réussi à obtenir un poste haut placé dans les services secrets et il est devenu une saleté de bureaucrate corrompu !

L’elfe, grâce à ses sens exacerbés, put entendre des bruits de pas pressés derrière l’entrée par laquelle l’impératrice était rentrée.

-Votre impériale majesté j’aurai certes continué avec plaisir de discuter avec vous mais je ne crains que notre cachette vienne d’être découverte… Pour le moment voici mon plan : Tout d’abord on échappe à nos poursuivants. Ensuite nous allons chercher des armes afin de ne plus être inoffensifs. Et enfin nous essayons de reprendre le palais coûte que coûte

Dylinrae s’approcha alors d’un autre mur, ouvrit un autre passage secret et attendit la réaction de l’impératrice.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Dim 7 Nov 2010 - 14:37

-Je me nomme Dylinrae Z’alya votre impériale majesté mais dans les services secrets on me connait sous le nom de code Treadstone.

L'elfe fit alors un salut militaire pour ponctuer sa déclaration . L'Impératrice sourit. Ainsi l'elfe tentait de rattraper son comportement . . .En d'autres temps, et surtout d'autres lieux, elle lui aurait peut-être fait payer son affront d'une réplique cinglante, mais ne voyant pas l'utilité d'un tel acte, elle préféra se taire et attendre la fin du discours de Dylinrae.
Nom de code Treadstone ... Lisbeth fouilla dans sa mémoire. Oui, ce nom de code appartenait à un agent de l'élite des services secrets, mais pas n'importe lequel . . . Un service spécialisé dans l'assassinat, le service Valkyrie. Elle avait vraiment de la chance d'être tombé sur un de ces agents. D'ailleurs, il lui semblait bien qu'elle avait lu un rapport sur le passé de cet agent... Maintenant qu'elle y repensait . . . Cela pourrait bien lui servir.

- Et oui je le connais. Il s’agit d’un agent nommé Matthias Mégot. Son nom de code est navet ! Il s’agit d’un agent plutôt incompétent dans son travail selon moi. Cependant par la force des choses il a réussi à obtenir un poste haut placé dans les services secrets et il est devenu une saleté de bureaucrate corrompu !

L'Impératrice regarda l'elfe avec de grands yeux suite à cette déclaration, elle cru d'abord que cette agent se moquait d'elle, mais elle du bien se rendre compte qu'elle était parfaitement sérieuse . . . Navet . . .

- Votre impériale majesté j’aurai certes continué avec plaisir de discuter avec vous mais je ne crains que notre cachette vienne d’être découverte… Pour le moment voici mon plan : Tout d’abord on échappe à nos poursuivants. Ensuite nous allons chercher des armes afin de ne plus être inoffensifs. Et enfin nous essayons de reprendre le palais coûte que coûte

Ainsi les craintes de l'impératrice se confirmaient . . . cet agent, Matthias Mégot était bel et bien au courant pour cette salle. Pire , il connaissait son emplacement. Suite à cela, l'elfe ouvrit un passage dans le mur, destiné à leur permettre de s'enfuir.
L'impératrice ne voyait rien à redire au plan de Dylinrae. Le seul problème, si elles arrivaient à mettre à exécution ce plan, restait ses ministres. Il fallait espérer qu'Athar n'eut pas le cran de faire ce qu'il déclarait.

Au lieu de s'engouffrer directement dans l'ouverture béante qu'offrait ce nouveau passage secret -encore un-, Lisbeth préféra s'avancer à toute vitesse vers les écrans, et grâce aux claviers qui les contrôlaient, bloquer toutes les caméras à l'aide d'un code spécial. Même si cet agent était au courant des codes et autres manipulations contrôlant les écrans, ce code rendait les caméras hors d'état de nuire sans possibilité de les réactiver. Le problème c'est qu'il allait falloir les remplacer . . . Ainsi, l'elfe et elle-même pourraient se déplacer librement dans le palais.
Au moment ou les mercenaires entraient dans la pièce, l'impératrice se précipita à la suite de Dylinrae qui referma le passage.
Elles se mirent toutes deux à courir dans l'espoir de prendre de l'avance sur leurs poursuivants. Cependant, le passage allait bientôt arriver à sa fin, et elles n'avaient aucun moyen de savoir ce qu'elles trouveraient lorsqu'elles sortiraient . . . Ce serait un miracle si elles ne tombaient pas sur un des groupes de mercenaires qui patrouillaient partout dans le palais. L'impératrice plissa les yeux , elle allait bientôt être fixée.

Devant elles, se trouvaient 15 mercenaires, munis d'épées et d'armures en Keltril. Ils avaient rapidement formé un demi cercle autour d'elles, les plaquant ainsi contre le mur. Slurk. De toute évidence, les deux 'camps' attendaient chacun un mouvement de l'autre pour commencer l'attaque, seulement personne ne bougeait. Ce silence de quelques minutes fut brisé par un des mercenaires signalant la position de Lisbeth à son chef. Voulant l'en empêcher, L'impératrice incanta mentalement un sort et . . . rien ne se passa. Elle écarquilla les yeux. Elle ne pouvait pas utiliser sa magie! Un des mercenaires, le plus âgé , remarqua sa stupeur et lança d'un ton sarcastique:

-C'est idiot, mais vous ne pouvez pas utiliser vos pouvoirs ici, mesdemoiselles. En effet des petites statuettes ont été placées dans tout le palais . . .

Lisbeth serra les dents. C'était prévisible. Mais la situation se compliquait de plus en plus, sans magie, elle était complètement démunie face à l'ennemi armé. Elle avait certes des compétences physiques importantes, mais cela ne suffirait pas. L'elfe était certainement une excellente combattante,vu le service ou elle se trouvait, l'impératrice pouvait donc compter sur elle.

Les mercenaires passèrent à l'attaque dès que le message fut transmis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Jeu 11 Nov 2010 - 20:30

Dylinrae vit alors l’impératrice faire quelques manipulations sur les claviers contrôlant les écrans et revenir précipitamment vers la porte qu’avait ouverte l’elfe. Cette dernière ferma le passage et courut avec l’impératrice jusqu’à la sortie. L’obscurité de ce lieu ne gênait pas du tout l’elfe étant donné ses sens Exacerbés. Dylinrae espéra secrètement qu’aucune patrouille ne leur tomberait dessus lorsqu’elles sortiraient. Après tout hormis la magie les deux jeunes femmes n’avaient aucunes autres armes à disposition.

Tout à coup lorsqu’elles sortirent elles se retrouvèrent face à 15 guerriers en armes. Tous portaient des armures en Ketril et étaient armés jusqu’aux dents. De plus ces derniers s’était mis en formation de demi cercle afin d’acculer les deux jeunes femmes. Voyant cela l’elfe se dit que ça n’allait pas être une mince affaire de se sortir de cette galère et que vraiment la chance n’était pas avec elles aujourd’hui. L’elfe entendit alors un mercenaire faire part à son supérieur de leurs positions…Voilà qui allait compliqué les choses ! Il fallait sortir de ce pétrin rapidement sinon des renforts pourraient venir aider ces mercenaires. Dylinrae remarqua que l’impératrice s’était crispée et qu’elle avait écarquillé les yeux. Peu de chose pouvait mettre l’impératrice dans cet état… Le mercenaire le plus âgé de la bande leurs répondit sur un ton sarcastique:


-C'est idiot, mais vous ne pouvez pas utiliser vos pouvoirs ici, mesdemoiselles. En effet des petites statuettes ont été placées dans tout le palais . . .

Voila donc la raison qui avait mis l’impératrice dans cet état ! Cette situation n’aurait pas gêné l’elfe en temps normal…mais là elle devait assurer la survie de l’impératrice ce qui n’allait pas être facile du tout. Néanmoins Dylinrae savait que l’impératrice avait été formée au combat. Certes elle ne devait pas avoir le niveau de l’elfe mais bon elle ne serait pas obligée de la surveiller constamment elle devait être capable de s’occuper de quelques ennemis. Finalement la situation n’était pas si catastrophique.

Une fois le message indiquant leurs positions envoyé les mercenaires attaquèrent. N’attendant pas les ordres de l’impératrice pour agir l’elfe laissa ses réflexes et son entrainement prendre le contrôle d’elle. Elle s’approcha du premier mercenaire, évita son coup et lui donna un uppercut qui lui brisa la mâchoire. S’emparant de son épée elle continua sa danse mortelle. Elle s’approcha des mercenaires suivant très rapidement, para leurs attaques et en tua trois. Regardant en direction de l’impératrice Dylinrae la vit aux prises avec un ennemi, 2 autres gisaient déjà à terre. L’elfe trouva que Lisbeth se débrouillait très bien pour une femme n’étant pas habituée au combat. L’elfe fut tirée de sa contemplation par un mercenaire qui fonçait sur elle. Ne cherchant pas essayer de le stopper elle évita la charge et lui planta l’épée dans le dos. Etant une nouvelle fois sans arme elle évita tant bien que mal les attaques de ces ennemis.

Tout à coup l’elfe entendit un gémissement, se retournant vers la source de ce bruit, elle vit l’impératrice blessée au coté, une main ensanglantée sur la blessure. Son ennemi était encore debout et s’approchait d’elle de façon menaçante. Aie …voila qui n’était pas du tout de bon augure. Il fallait agir vite. Cependant Dylinrae avait oublié qu’elle aussi combattait des ennemis et l’un d’eux en profita donc pour la blesser à l’épaule. Réprimant un cri et étant furieuse contre celui qui lui avait fait ça, elle s’approcha très vite, évita son attaque, se positionna derrière lui et lui brisa la nuque. N’ayant pas oublié dans quelle situation se trouvait l’impératrice l’elfe des services secrets se précipita sur le mercenaire qui s’approchait de Lisbeth et se positionna devant cette dernière afin de la protéger. Le mercenaire voyant cet obstacle de dernière minute ne fut pas réjouit et proféra donc quelques jurons. L’elfe remarqua sur les 15 mercenaires seuls 5 étaient encore en vie. Cependant ces derniers, sans doute rendu furieux par la mort de leurs compagnons se firent plus menaçant. Sans doute avait-il en tête d’attaquer tous en même temps afin de la tuer… Si seulement l’impératrice avait sa magie à disposition…

Décidant de jouer le tout pour le tout l’elfe attaqua le mercenaire qui avait menacé l’impératrice quelques instants plus tôt. Évitant le coup d’épée que celui-ci lui prodigua, elle s’empara de la lame avec force et la tira brusquement à elle ce qui eut pour effet de faire échapper l’arme des mains de son adversaire. Cependant cette manœuvre ne s’était pas faite sans mal. En effet du sang coulait abondamment de sa main. Cette blessure plus celle à son épaule réduisait quelque peu son efficacité au combat et l’empêchait donc de faire certains mouvements. N’attendant pas la réaction du mercenaire sans arme elle le tua en le transperçant de part en part et retira prestement son épée du corps sans vie. Plus que 4 ! L’elfe regrettait ces rapières. L’épée était beaucoup plus lourde que ses armes habituelles ce qui la fatiguait énormément et qui bien sur accentuait sa douleur étant donné que si elle voulait combattre rapidement elle devait se servir de ses deux mains.

Les 4 mercenaires restants sortirent alors leurs armes et l’attaquèrent. Parant leurs coups avec grand peine, Dylinrae réfléchit à un moyen de se débarrasser au plus vite de ces gêneurs. Avisant une grenade attachée sur le plastron d’un de ces ennemis elle s’approcha de lui, para son attaque, tendit son bras et dégoupilla la grenade. L’elfe le poussa violemment sur les trois autres mercenaires, se précipita sur l’impératrice et la protégeât du mieux qu’elle pouvait de l’explosion avec son corps. L’explosion tua sur le coup les autres mercenaires présents. Se relevant avec grand peine du fait de ses quelques blessures, l’elfe, se souvenant de la blessure de l’impératrice, prit la gourde que portait un cadavre, vérifia son contenu (c’était de l’alcool bien entendu !) et versa le contenu sur la blessure de Lisbeth afin que celle-ci ne s’infecte pas. Ensuite elle déchira un morceau de sa tunique, qui était par ailleurs ensanglantée et pansa tant bien que mal l’impératrice en serrant très fort le pansement de fortune afin qu’elle ne perde plus de sang. Dédaignant ses propres blessures qui la faisaient souffrir l’elfe s’approcha alors d’un cadavre et s’empara du moyen de communication dont se servait les mercenaires afin d’être au courant de leurs allés et venus.

Dylinrae aida alors l’impératrice à se lever, la soutint afin de l’aider à marcher et lui dit:


-Nous ne sommes plus très loin des quartiers des services secrets…Là bas ils ne devraient pas y avoir de statuettes et nous pourrions donc nous soigner et être en sécurité.

Cependant sans que l’elfe le remarque quelqu’un les observait dans l’ombre. Cette ombre murmura à voix basse:

-Elles ont réussi à s’échapper de l’embuscade tendue par vos hommes… De plus la personne accompagnant l’impératrice n’est pas à sous estimer… Dois-je intervenir ?

La réponse vint aussitôt:

-N’intervenez pas je répète n’intervenez pas ! Vous vous en occuperez en temps voulu ! En attendant revenez à votre position initiale !

Entendant ces ordres l’ombre, sans faire un bruit, parti là où elle devait aller.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Dim 14 Nov 2010 - 15:23

Tandis que l'elfe se battait contre le plus gros des ennemis, virevoltant d'agilité et de force, Lisbeth faisait face à un premier mercenaire. Sans se départir de son sourire ironique, ce dernier envoya un coup de dague vers son cœur. L'impératrice n'aimait pas qu'on la sous-estime, pourtant cela se révélait bien pratique . . . Profitant de l'ouverture que lui offrait le mercenaire imprudent, Lisbeth après avoir dévié sur le côté, enfonça son poing dans l'abdomen de l'homme ce qui lui coupa le souffle. Profitant des quelques centièmes de secondes durant lesquels le mercenaire était déstabilisé, elle donna un second coup de poing sous son menton, ce qui lui brisa la mâchoire. Pour finir elle l'envoya valser à terre avec un bon coup de genoux.

Le second mercenaire ne souriait plus. Il s'était rendu compte des compétences de l'Impératrice dans ce domaine. Lisbeth songea qu'il lui serrait plus difficile de le vaincre, et ramassa la dague du mercenaire à terre. En effet après quelques minutes de combat, l'Impératrice parvint enfin à tuer son ennemi, s'en sortant avec quelques blessures, et une dague couverte de sang après avoir été enfoncée dans la poitrine de son ennemi. L'Impératrice lança un rapide coup d'œil en direction de l'agent des services secrets. Cette dernière s'en sortait admirablement bien, comme prévu. Plusieurs ennemis jonchaient déjà le sol près d'elle. Détournant ses grands yeux bleu marine de la scène , Lisbeth vit arriver un troisième mercenaire. Quelle stupide erreur d'inattention elle avait commise . . .

Après quelque coups échangés, contrés par l'Impératrice qui avait de plus en plus de mal à se défendre, il devint évident qu'elle allait perdre; elle tenta une dernière attaque. Malheureusement, son ennemi parvint à la contrer à la dernière minute et lui assena un violent coup de d'épée dans les côtes. Lisbeth poussa un gémissement, serrant de toutes ses forces ses côtes douloureuses. Du sang coulait à flot de sa blessure, et ses mains étaient maintenant couverte de ce liquide rouge. Si seulement elle avait été en possession de sa magie ... Mais le mercenaire n'eut pas le temps d'en finir avec l'Impératrice, car Dylinrae , elle-même blessée lui porta secours et s'interposa entre les deux ennemis. L'Impératrice voyait flou, mais il lui semblait bien distinguer l'elfe, se battre avec peine contre les derniers ennemis qui subsistaient. Cette dernière pour en finir, dégoupilla une grenade et protégea l'Impératrice avec son corps. L'explosion eut l'effet prévu et les mercenaires furent tués sur le coup.

Délaissant ses propres blessures qui la faisait certainement souffrir, l'elfe prit une gourde a un des mercenaires allongés par terre et appliqua le contenu sur la blessure de l'Impératrice dans le but d'éviter toute infection. Ce n'était pas une sensation très agréable; Lisbeth avait plutôt l'impression qu'on lui brulait les côtes, mais c'était plus que nécessaire. Cette tache accomplie, Dylinrae confectionna un pansement avec sa propre tenue et l'aida à se relever après avoir 'emprunter' le moyen de communication des mercenaires. Très bonne idée , avec un peu de chance, elles pourraient avoir connaissance des déplacements de leurs ennemis, cela leur faciliterait la tache.

-Nous ne sommes plus très loin des quartiers des services secrets…Là bas ils ne devraient pas y avoir de statuettes et nous pourrions donc nous soigner et être en sécurité.

Suite à cette déclaration, l'impératrice inclina la tête pour montrer son accord. A mi-chemin, l'elfe commença à tituber, elle perdait trop de sang. L'impératrice en meilleur état qu'elle, la soutint et songea à lui faire un bandage. Mais elles étaient tout près du QG, et avec sa puissante magie elle serait plus efficace. En outre, elles étaient fichues si une autre troupe de mercenaires arrivaient. Lisbeth se rendit compte qu'elle voyait de plus en plus flou et marchait avec difficulté . . . elle fit un effort de concentration pour tenter de reprendre un peu les choses en main.

Arrivée au QG, Lisbeth, avisant une table recouverte de gobelet en plastique et des chaises , en tira deux et fit asseoir l'elfe. Elle s'assit en face de cette dernière qui respirait de plus en plus mal . L'impératrice fit alors apparaître une boule lumineuse dans sa main. Tout avait l'air de fonctionner correctement niveau magie dans cette pièce. Sans plus attendre, l'impératrice tendit les mains vers l'épaule de l'elfe et commença à incanter un Reparus. Cependant l'elfe l'arrêta d'un geste de refus. Lisbeth la regarda surprise et l'elfe expliqua:

-Gardez votre magie pour combattre, je peux me débrouiller même avec mes blessures.


Il y eu d'abord un grand silence durant lequel Lisbeth regardait toujours l'elfe d'un air effaré. Puis d'un geste sec elle écarta la main de l'elfe, et continua à incanter.

- Ne soyez pas stupide. De un, ma magie est inépuisable et c'est à moi de décider quand l'utiliser , de deux vous n'êtes même plus capable de combattre. Ne vous surestimez pas.

Après avoir soigné l'elfe, et avoir elle même été soignée, Lisbeth entendit un minuscule grésillement en provenance de l'objet posé sur la table que Dylinrae avait ramené. . Après quelques secondes d'attente, Lisbeth pu entendre la voix du ministre qui leur causaient tant de soucis:

- Exécutez en un, elle ne se rend pas.


L'Impératrice retint un juron. Ainsi il allait vraiment exécuter ses ministres un à un . . . Elle imaginait bien l'état de panique totale dans lequel se trouvait ses sujets. Elle savait parfaitement ce que l'on éprouvait lorsqu'on savait qu'on allait mourir. Tandis que Dylinrae revenait près d'elle après avoir pris les armes qu'il lui fallait dans la réserve, une seconde voix se fit à son tour entendre:

- A vos ordre.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Sam 20 Nov 2010 - 22:08

Du sang perlant de ses doigts, Dylinrae commença à tituber à mi chemin de sa destination. Elle se sentait épuisée et sa vue se troublait. D’un moment à l’autre elle allait flanchée c’était certain. Mais malgré cela elle ne voulait pas se laisser aller…Elle avait une impératrice à protéger ! Cependant elle se sentait faiblir de seconde en seconde… Or s’évanouir dans un palais rempli d’ennemi n’était pas une très bonne idée. De plus elle ne pouvait s’arrêter pour panser ses blessures car à tout moment ces mercenaires pouvaient surgir et les attaquer !

Soudain l’elfe fut soutenu par l’impératrice. Cette aide inespérée apaisa ses craintes et l’elfe put donc soupirer d’aise. Cependant même si l’impératrice semblait en bien meilleur état qu’elle, Dylinrae voyait bien qu’elle faiblissait elle aussi. Si leurs opposants apparaissaient maintenant ils n’auraient même pas besoin de combattre pour capturer les deux jeunes femmes. L’elfe déploya alors toute l’énergie qu’il lui restait afin de presser le pas et d’arriver plus rapidement au quartier général des services secrets.

Arrivant à destination Dylinrae fut déposée sur une chaise par l’impératrice. L’importante perte de sang de l’elfe faisait qu’elle commençait à respirer de plus en plus mal… Regardant l’impératrice elle vit celle-ci faire apparaitre une boule lumineuse dans ses mains. Un sourire apparut sur le visage de l’elfe à la vue de ceci. La chance leurs souriait enfin ! Lisbeth approcha alors sa main de la blessure à l’épaule de Dylinrae. L’elfe des services secrets lui saisit le bras afin de l’empêcher de la soigner et lui déclara:


-Gardez votre magie pour combattre, je peux me débrouiller même avec mes blessures.

Cette parole avait été exprimée avec assurance. L’elfe ne voulait absolument pas se faire soigner ! On l’avait entrainée à combattre et à rester en vie malgré les blessures rencontrées et la douleur. Durant le long silence qui suivit, elle regarda l’impératrice avec un regard froid et dénué d’émotion. Lisbeth quant-à elle la regardait d’un air effaré comme si sa déclaration l’avait choquée au plus haut point. Puis d’un geste sec elle écarta la main de Dylinrae, continua son incantation et déclara:

- Ne soyez pas stupide. De un, ma magie est inépuisable et c'est à moi de décider quand l’utiliser, de deux vous n'êtes même plus capable de combattre. Ne vous surestimez pas.

L’elfe étant trop faible pour opposer une autre forme de résistance se laissa faire sans broncher. Retrouvant ses forces peu à peu la respiration de l’elfe des services secrets se calma et reprit un rythme normal. Une fois soignée, elle se leva brusquement, remercia l’impératrice d’un signe de tête et se dirigea vers l’armurerie. Il était temps de contre-attaquer ! Avisant les différentes armes disponibles Dylinrae prit pour elle deux rapières, un grappin et quelques couteaux. Pour l’impératrice elle prit deux dagues ainsi que deux lames rétractables. L’elfe s’empara aussi de deux dispositifs de communication afin de pouvoir communiquer avec Lisbeth dans le cas ou les deux jeunes femmes seraient séparées.

Retournant là où se trouvait l’impératrice, la jeune femme posa l’armement destinée à la dirigeante d’Omois sur une table. L’elfe entendit alors une voix s’élever de l’appareil dérobé aux mercenaires:

- Exécutez en un, elle ne se rend pas.

Aie ! Voilà qui n’allait pas améliorer la situation. Elles allaient devoir agir avec rapidité pour empêcher que d’autres otages soient exécutés. L’elfe fut tiré de sa réflexion par une autre voix qui déclara:

- A vos ordres.

Entendant cette voix l’elfe blêmit et dirigea sa main vers la croix en argent qu’elle portait autour de son cou. Voilà des années qu’elle n’avait plus entendu cette voix... Une larme solitaire coula le long de sa joue. Malgré cette situation pour le moins catastrophique le son de cette voix soulagea le cœur de l’elfe. C’était comme si le terrible fardeau qu’elle portait depuis plusieurs années et sa tristesse s’étaient envolées. Dylinrae ressentait presque ce qu’on pouvait appeler de la joie. Cependant son bonheur de courte durée fut interrompu par le fait que le détenteur de cette voix était son ennemi… Pensant à cela l’elfe déclara à voix basse d’une voix triste:

-Ma sœur qu’as-tu fais ?

Réfrénant d’autres larmes, L’elfe sortit en trombe du QG des services secrets laissant ainsi l’impératrice sur place. Continuant son chemin Dylinrae repensa à sa dernière rencontre avec sa sœur Jarael il y a plusieurs années…

[Flashback]

Dylinrae était revenu chez elle. Du sang couvrait ses vêtements, son visage et ses armes. Elle avait enfin accompli sa vengeance en tuant le traitre qu’elle avait un jour aimé. Repensant à ceci elle ressentit une immense tristesse l’accablée ainsi qu’un grand vide. L’elfe sentit des larmes couler le long de ses joues mais ne chercha pas à les réprimer. Arrivant dans une salle l’elfe vit sa sœur assis sur une chaise la fixant avec un air triste. Elle remarqua aussi la présence d’un sac sur la table. Que signifiait donc tout ceci. Jarael déclara alors:

-Ainsi donc tu l’as fait…mais à quel prix ?! Tu as été rongé par la haine et la vengeance…maintenant tu es destinée à n’être plus qu’un esprit tourmenté… Sache aussi que l’homme que tu as aimé et ensuite tué je l’ai aimée. Ce qu’il t’a fait m’attriste autant que ce que tu es devenue ! C’est pour cela que je te quitte afin de ne pas voir ta future déchéance ma sœur.

Jarael se leva, prit son sac et commença à se diriger vers la sortie. Dylinrae effarée rattrapa sa sœur, lui mit une main sur l’épaule et lui déclara d’une voix implorante:

-Je sais que je t’ai blessée émotionnellement et que je t’ai déçue mais ne me quitte pas …s’il te plait... Tu es tout ce qu’il me reste… Tu es la seule personne qui a de l’importance à mes yeux…
Jarael se délivra alors de la main de Dylinrae, se retourna, la fixa avec les larmes aux yeux, l’étreignit, décrocha sa croix en argent et l’offrit à sa sœur en lui disant:

-Sache que malgré tes actes et malgré ce que tu deviendras j’aurai toujours de l’affection pour toi petite sœur.

Jarael assomma alors Dylinrae, qui s’évanouit sur le sol, et partit…

[Fin du Flashback]

L’elfe des services secrets sentit dans son cœur de vieille blessure se rouvrir. Jamais elle ne pourrai faire du mal à sa propre sœur. S’appuyant sur un mur et se laissant glisser sur le sol l’elfe pleura toutes les larmes de son corps et déclara:

-Tu avais raison grande sœur que suis-je donc devenue ?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Dim 28 Nov 2010 - 11:24

Lisbeth détailla les objets posés sur la table: des armes, et un dispositif de communication. Il y avait deux lames rétractables accompagnées de deux dagues. Lisbeth sourit en voyant ces deux lames. Elle affectionnait particulièrement ces petits gadgets, basés sur des astuces vieilles comme le monde, mais utiles à toute époque. Sans bruit elle glissa le dispositif de communication dans sa poche et les deux lames dans sa manche. Après avoir également casé les dagues, l'attention de l'Impératrice fut attirée par l'étrange réaction de Dylinrae.

En effet, cette dernière blêmissait à vue d'œil. Elle tendit la main vers une croix en argent qu'elle portait autour du cou. Ce geste prouvait son attachement pour ce bijou. Seulement, Lisbeth ne comprenait pas pourquoi l'elfe était prise d'une si soudaine nostalgie. Était-ce en rapport avec la voix qu'elles venaient d'entendre ? Un lien entre cette voix et ce bijou que l'elfe avait autour de son cou ? Peut-être que . . . Peut être qu'elle connaissait la femme qui venait de parler. Maintenant que Lisbeth y pensait, il était vrai que la voix de l'elfe et celle de l'inconnue avaient quelques points communs, ce pouvait-il que . . .

-Ma sœur qu’as-tu fais ?

Après cette surprenante déclaration l'elfe sortit du QG en trombe, laissant seule l'Impératrice qui n'en revenait pas. Sa sœur ? La voix . . . cette voix appartenait à sa sœur ? Lisbeth en resta coite. Elle ne s'y attendait vraiment pas. Après quelques secondes d'hésitation, elle s'élança à la suite de l'elfe, projetant la chaise sur laquelle elle s'était assise à quelques mètres d'elle. Dans le couloir, Lisbeth réfléchit à la situation. Elle tentait en vain de se rappeler ce qu'elle avait pu éventuellement lire sur Dylinrae, mais elle n'arrivait pas à trouver l'information qu'elle cherchait, c'est à dire l'histoire de la sœur de l'elfe des services secrets. Si elles avaient entendu la voix de cette femme dans cette étrange radio, cela voulait dire que celle-ci était leur ennemie. Or, l'Impératrice pouvait déjà émettre des doutes sur les capacités de Dylinrae à combattre sa propre sœur en vue de sa brusque réaction. Lisbeth s'arrêta soudainement. Devant elle se tenait l'elfe pleurant toutes les larmes de son corps.

- Tu avais raison grande sœur que suis-je donc devenue ?


L'Impératrice fut émue devant le désarroi de l'elfe. Avoir une personne que verse toutes les larmes de son corps à côté de vous et se sentir totalement impuissant procurait une sensation des plus désagréable. Lisbeth détestait se sentir impuissante . . . perdre le contrôle de la situation. Pouvait-elle exiger de Dylinrae de combattre sa sœur ? L'elfe avait juré allégeance à l'empire omoisien, et à elle de surcroit. Elle se devait de protéger l'Impératrice , même contre sa propre sœur. Mais tout système avait ses failles, l'elfe n'était pas une machine, bien qu'elle est subit l'entrainement pour. La façon dont elle avait employé ce mot 'sœur' témoignait de la profonde affection qu'elle éprouvait pour cette personne, pourrait-elle seulement lever la main sur elle ? D'un autre coté, Lisbeth avait remarqué que Dylinrae était un agent exemplaire du plus dangereux de ses services, malgré son insolence. Il ne faisait aucun doute qu'elle prenait ses fonctions très au sérieux, elle était donc certainement déchirée par le choix auquel elle était confrontée. Sans cesser de scruter les environs de peur qu'une autre troupe de mercenaires les attaque, Lisbeth s'assit au coté de Dylinrae. Puis elle dit d'un ton doux:

-Les temps changent et , mis à part les films et les romans, les relations aussi.

Elle ne pouvait pas laisser l'elfe dans cet état. Tout d'abord elles étaient en danger en restant ici, et se morfondre ne changerait pas les choses. La meilleur solution restait d'essayer de comprendre le but de la sœur de Dylinrae, de libérer cette dernière du poids qui lui pesait sur le cœur, et d'en terminer une fois pour toute avec cette histoire de coup d'état. Elle fit alors ce qui lui semblait le plus raisonnable. Elle allait secouer cette elfe. Mieux valait passer pour une garce égoïste que de se faire tuer d'une façon stupide, mettant ainsi son empire en danger.

- Levez-vous Dylinrae! Déverser tout votre chagrin ici ne résoudra rien! assena t-elle durement.



♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Mar 14 Déc 2010 - 18:12

Les larmes de Dylinrae continuaient de couler à flot. Cette dernière était dans une situation inconfortable et elle le savait très bien. En effet soit elle faisait son devoir et protégeait l’Impératrice quoiqu’il arrive, soit elle laissait ses sentiments l’emporter… Plus elle pensait à cette situation plus l’elfe se sentait malheureuse et terriblement seule. Son cœur se serra à l’idée de devoir affronter Jarael. Qu’allait-elle donc faire ? La jeune femme aurait préféré être à milles lieux d’ici. Elle devait faire un choix et le plus vite serait le mieux. Cependant malgré cette certitude Dylinrae s’obstinait à ne pas vouloir choisir une des deux possibilités. A ce moment précis, l’elfe des services secrets avaient surtout envie de se donner la mort afin de ne pas prendre de décisions. Elle souhaitait presque qu’un mercenaire arrive et la tue. Mais ce souhait n’allait certainement pas être exaucé car après tout ce vœu était la voie de la facilité.

Ressassant tous ces souvenirs, l’elfe se questionna sur la vie qu’elle avait menée et sur ce qu’elle avait subi. Elle avait déjà souffert par le passé lors de la trahison de son âme sœur et lors du départ de Jarael… Et maintenant elle se retrouvait à nouveau devant un choix qui la condamnait encore à souffrir…. Était-ce là sa destinée ? Une vie de souffrance ? Une vie concentrée sur l’amertume, la peine et le malheur ? Pensant à cela, elle regretta le simple fait d’exister …. Qu’avait-elle fait pour mériter cela ? Était-ce là le cout des actions horribles qu’elle avait perpétrées ? Enfouissant sa tête contre ses genoux, Dylinrae continua de se lamenter sur son sort. Elle savait parfaitement que le fait de pleurer n’allait pas arranger ses problèmes…mais d’un certain coté ça la soulageait de laisser libre court à sa tristesse.

Tout à coup l’elfe sursauta en sentant quelqu’un s’asseoir à coté d’elle et lui poser une main sur son épaule. Avisant la personne, Dylinrae vit qu’il s’agissait de l’impératrice. Se saisissant de ladite main, l’elfe se sentit d’une certaine manière plus ou moins réconfortée. La présence de Lisbeth l’apaisait…elle ne savait pas pourquoi mais cela la calmait. L’impératrice lui dit alors d’un ton doux:


-Les temps changent et, mis à part les films et les romans, les relations aussi.

Ces paroles calmèrent d’autant plus les tourments de Dylinrae. Ces dernières étaient plei0nes de bon sens et elle le savait. Après tout qui sait ce qu’avait vécu sa sœur ? Quel changement le temps avait provoqué chez elle ? Elle essuya donc ses larmes et soupira longuement. Malgré ces paroles apaisantes et ce réconfort, elle ne se sentait toujours accablée par ces évènements…

Tout à coup l’impératrice retirant sa main brutalement et se relevant lui déclara d’un ton dur:


-Levez-vous Dylinrae! Déverser tout votre chagrin ici ne résoudra rien!

Entendant cela, l’elfe des services secrets savait qu’une fois de plus Lisbeth avait raison. Ce n’était pas en restant ici que tout allait s’arranger. Même si elle rechignait à faire face à son destin, elle allait devoir agir quoiqu’il arrive ! Après tout peut être qu’avec de la chance… elle n’aura pas à affronter Jarael. De plus celle-ci aurait la possibilité d’être pardonnée par l’impératrice si elle acceptait de se rendre et de ne pas les combattre… Et puis peut être qu’un nouvel avenir beaucoup plus attrayant s’ouvrirait devant Jarael et elle.

Se relevant, Dylinrae était animée d’une nouvelle détermination. Celle-ci se lisait dans son regard et dans son attitude. Il fallait que tout ceci cesse et cela à partir de maintenant ! L’elfe regarda l’impératrice, inclina la tête devant elle et lui dit:


-Je m’excuse pour ce moment de relâchement et je vous remercie pour vos sages paroles.

Puis prenant un ton assez dur elle déclara:

-Il est temps que tout ceci cesse ! Cette mascarade n’a que trop duré ! Je montrerai à nos ennemis ce qu’il en coute de s’opposer à Omois et à votre règne ! Leur tribut sera le prix du sang …

Sortant ses armes, elle se mit en marche, suivit de l’impératrice, vers la salle des ministres. Arpentant les différents couloirs qui menaient à ladite salle, les deux jeunes femmes ne rencontrèrent aucune résistance. Voilà qui était étrange… ou plutôt néfaste. En effet cela pouvait sembler néfaste car cette absence d’obstacles pouvait rimer avec un rassemblement des forces dans la salle. Or si elles s’y rendaient, elles tomberaient à coup-sur sur une armada qui les attendrait de pied ferme. Si c’était le cas, elles allaient être forcément en infériorité numérique et donc elles seraient capturées voir même par la suite exécutées purement et simplement ! Certes cette éventualité n’aurait pas embêtée l’elfe outre mesure … bien au contraire Dylinrae aurait apprécié ce genre de situation, afin d’y exercer son art du combat. Mais la situation présente n’avait rien de normale car elle devait veiller sur l’Impératrice.

Tout à coup les deux jeunes femmes tombèrent sur un mercenaire ! Celui-ci semblait seul… N’attendant pas de probable ordres de la part de l’impératrice, l’elfe fit ce pourquoi elle avait été formée à savoir son job ! Dylinrae s’approcha donc de celui-ci discrètement et lui trancha la gorge. Laissant le cadavre de l’homme tomber à terre, l’elfe des services secrets ne chercha pas à nettoyer le sang frais qui maculait son bras… Bien au contraire, elle laissa celui-ci couler le long de ses doigts et tomber goutte par goutte sur le sol. Ce meurtre réveilla en elle son sang d’elfe, ce qu’il fit qu’il bouillonnait. Regardant le cadavre, elle trouva néanmoins dommage de ne pas avoir pu récoler d’informations quant-à la situation des envahisseurs. Mais même si elle l’avait interrogé, il n’aurait certainement pas répondu et aurait pu appeler des renforts… Elle jeta par ailleurs un regard à Lisbeth afin d’analyser ce qu’elle pensait de cet acte pour le moins …sanglant mais ne sut déchiffrer ses pensées. Enjambant le cadavre, Dylinrae continua sa route vers la salle des otages.

Arrivant en face d’un long couloir, l’elfe réfléchit à un moyen d’entrer dans la salle sans pour autant se faire capturer. Le plan qui avait le plus de chance de permettre cela était celui qui avait le moins de chance de fonctionner correctement. En effet le plan en question qu’imaginait l’elfe des services secrets était basé sur l’utilisation de la magie apocalyptique que détenait l’Impératrice. Mais étant donné les statuettes anti-magie… il y avait très peu de chance pour que ce lieu soit épargné même si ce dernier était vital quant-à la détention des otages et que donc mieux valait avoir à disposition une artillerie capable de repousser n’importe quelle tentative de sauvetage.

Soudain une silhouette encapuchonné apparu devant les deux jeunes femmes. Cette dernière approchait de leurs positions d’un pas sur. Faisant reculer Lisbeth, Dylinrae analysa ce nouvel ennemi. Celui-ci dégageait une aura menaçante… digne d’un grand prédateur. Voyant cela, l’elfe sortit ses rapières et se teint prête à toute éventualité d’agression de la part de cet ennemi. Cependant ce dernier, au lieu de chercher à combattre, enleva sa capuche. Avisant le visage de cet ennemi, l’elfe des services secrets manqua s’évanouir. En effet la personne qu’elle voulait le moins combattre était son adversaire à savoir sa sœur ! Une fois de plus le destin la condamnait à faire des choix Cornéliens… Son cœur se serra tandis qu’une larme solitaire, provenant de ses yeux rougis, coula le long de sa joue. Depuis des années elle avait cherché à retrouver la personne possédant ce visage et voilà que maintenant il surgissait en face d’elle enfin….. Cependant le visage de Jarael avait changé. En effet même si ses yeux bleus, semblables aux siens, et ses cheveux noirs étaient toujours les mêmes, son expression ne l’était plus. Son visage n’exprimait plus aucune émotion chaleureuse… Elle semblait froide et dénuée de sentiment. Son regard quant-à lui, empli de vitalité autrefois, était menaçant.

Voyant cela, le cœur de l’elfe se brisa. Qu’avait elle subi pour devenir comme ça ? Était-ce du aux évènements qui avaient précédés son départ ? Tant de questions se bousculèrent dans la tête de Dylinrae mais aucune n’avaient une réponse… De plus les craintes qu’elle avait éprouvées auparavant, resurgirent… Elle ne pouvait pas la combattre….pas elle… Cependant elle le devait pour protéger l’impératrice… L’elfe essaya tant bien que mal de retenir ses larmes mais ses yeux larmoyants indiquaient bien dans quel état et face à quel choix elle se trouvait. Soudain sa sœur déclara, d’un ton dénué de sentiment:


-Voilà fort longtemps que je n’avais pas vu ton visage petite sœur… Comment te portes-tu depuis notre dernière rencontre ? As-tu réussi à te débarrasser de tes démons intérieurs ?

Entendant cela, Dylinrae détourna la tête. Ces paroles étaient pour elle comme un coup de couteau enfoncé dans son cœur. De plus le but de ces paroles était clair. En effet elle se souvint de tout ce qui était lié à elle… Après tout ce temps, Jarael ne trouvait qu’à lui déclarer des paroles amères… Pourquoi ? Que lui avait-elle donc fait pour qu’elle mérite cela ? Soupirant de tristesse l’elfe des services secrets lui répondit:

-Je vais très bien Jarael…merci de ‘’t’en soucier’’…

Puis essayant de prendre un ton dur elle rajouta:

-Peux-tu me dire pourquoi est ce que tu es au service de cet Athar Deliore… ce traitre à sa patrie ?!

-La raison de cette allégeance ne te concerne en rien sœurette ! Je sers qui je souhaite !

A peine eut-elle parlé que Jarael sortit ses armes et attaqua violemment Dylinrae. L’elfe des services secrets para le coup de justesse. Le choix fatidique qu’elle avait envisagé auparavant s’était donc imposé à elle… Mais peut être qu’elle avait une chance de la raisonner ! Afin d’éviter de blesser sa sœur, l’elfe adopta un style de combat défensif. Cependant elle savait qu’elle ne pourrait pas éternellement éviter le combat de cette manière. Si elle ne parvenait pas à la raisonner elle allait devoir combattre de toutes ses forces ce qui ne l’enchantait guère… Continuant de parer coup sur coup, l’elfe put néanmoins déclaré d’un ton doux:

-Ma sœur…s’il te plait ….renonces à ton allégeance…reviens vers moi…Si tu acceptes, tu n’auras pas à craindre une quelque conque forme d’emprisonnement… Je te le promets …

Cependant Jarael n’écouta pas le discours de Dylinrae et profita donc de cette occasion pour la blesser à la cuisse. Retenant un cri de douleur, l’elfe s’éloigna quelque peu. Cette dernière fut triste de la réaction de Jarael. De plus cette situation l’oppressait. En effet elle était obligée maintenant de la tuer… Elle faisait une fois de plus face à sa terrible destinée… L’elfe savait pertinemment que si elle tuait Jarael plus rien n’aurait d’importance à ces yeux. De plus si elle commettait cet acte horrible elle était sur d’y perdre le peu d’humanité qui restait en elle…

Laissant ses larmes coulées, l’elfe se mit tant bien que mal en position d’attaque malgré la blessure qui la faisait souffrir et qui limitait ses mouvements. Les 2 sœurs s’approchèrent le plus rapidement possibles et commencèrent à exécuter une danse mortelle qui tuerait certainement l’une des deux opposantes. Se battant du mieux qu’elle pouvait, étant donné son état physique et mental, Dylinrae avait clairement le dessous et allait certainement mourir au cours de ce combat. Cette perspective la réjouissait presque… En effet si elle mourrait elle ne tuerait pas sa sœur et serait donc en paix. Cependant si elle trépassait, elle laissait l’impératrice à la merci de Jarael ce qui n’était pas du tout acceptable. Essayant alors une attaque audacieuse, Dylinrae fut stoppée littéralement dans son élan. En effet sa sœur l’avait blessée gravement au niveau du buste. L’elfe des services secrets eut juste le temps de voir Jarael retirer son épée couverte de sang avant de tomber à terre. Sentant son sang s’écouler sur le sol l’elfe aperçut avant de s’évanouir le regard froid et dénué de sentiment de sa sœur qui la regardait puis elle vit cette dernière se diriger vers l’impératrice d’une façon sinistre.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Dim 19 Déc 2010 - 15:07

L'elfe se relevait enfin. Son regard était animé d'une nouvelle détermination. L'Impératrice se demanda un instant si Dylinrae tiendrait . . . Il en fallait de peu pour que son agent rechute, du moins c'est ce qu'elle pensait. Pour le moment , elle ne pouvait rien faire, à part attendre et observer. Qui sait, peut-être que l'elfe n'aurait pas à affronter sa sœur . . . Ou qu'elle serait assez forte pour le faire. Mais dans ce cas, qui gagnerait entre les deux sœurs? L'Impératrice en avait vu assez pour dire que toutes deux étaient . . . très fortes. Cette situation devenait de plus en plus compliquée , arriverait-elle à s'en sortir vivante ? Elle ne pouvait pas laisser son empire aux mains d'un idiot complet avide de pouvoir. Il déclencherait une autre guerre mondiale à coup sûr.

-Je m’excuse pour ce moment de relâchement et je vous remercie pour vos sages paroles.Il est temps que tout ceci cesse ! Cette mascarade n’a que trop duré ! Je montrerai à nos ennemis ce qu’il en coute de s’opposer à Omois et à votre règne ! Leur tribut sera le prix du sang … dit-elle d'un ton assez dur.

Elles se mirent en marche vers la salle ou étaient enfermés les ministres. l'Impératrice nota au passage, un absence inquiétante de mercenaires sur le chemin. Elle en déduisit que ceux-ci devaient s'être rassemblés dans ladite salle. Cela ne les arrangeait pas. Mais enfin, pouvaient-elles faire autrement ? Se terrer indéfiniment ne causerait que leurs pertes. Lisbeth fut tirée de ses pensées morbides par l'arrivée d'un mercenaire. Seul.L'elfe s'approcha le plus discrètement possible , et d'un geste sec lui trancha la gorge. Du sang frais dégoulinait du bras de son agent, qui ne chercha pas à l'essuyer. Elle ne faisait que son job, Dylinrae. Elle avait été entraînée à tuer, sans pitié, sans considération de la personne qu'elle assassinait. Dylinrae cherchait-elle à se rassurer ? Cherchait-elle à se convaincre qu'elle pourrait combattre la personne qui comptait le plus à ses yeux ? Ou alors à prouver à l'Impératrice qu'elle se battrait jusqu'au bout ? L'Impératrice ne sut déchiffrer les actes de l'elfe. Elle regarda d'un air impassible les gouttelettes de sang tombant de la main de l'elfe, rejoignant l'affreuse trainée de liquide rouge qui avait jaillit au moment de ce meurtre. Puis, elle suivit son agent qui continuait sa route en silence.

Soudain une silhouette encapuchonnée apparu devant les deux jeunes femmes. Elle marchait vers elles d'une démarche assurée. L'elfe fit reculer l'Impératrice. De cette silhouette se dégageait une aura inquiétante. Elle transpirait la mort . . . Sur qui étaient-elles encore tombées ? Un autre pion d'Athar ? Un de ses meilleurs certainement, pour qu'il se déplace seul avec autant d'assurance. Celui-ci enleva sa capuche et révéla son visage. Le visage d'une elfe avec les yeux bleus et de longs cheveux bruns. Elle ressemblait à Dylinrae. Il ne fallut que quelques secondes à Lisbeth pour deviner de qui il s'agissait. Slurk. L'Impératrice ne put s'empêcher de se demander ce qui était arrivé à cette elfe. Elle paraissait si froide, si impassible . . . Avait-elle toujours été comme cela ? Ou avait-elle été détruite par ce qu'elle avait vécu ? Quelle était l'étrange histoire de ces deux sœurs ?

Lisbeth regardait maintenant fixement l'elfe. Pourrait-elle combattre ? Toutes les questions qu'elle se posait allaient être résolues dans quelques minutes. Pourvu . . . Pourvu que tout ce passe bien. La jeune femme retint un rire glauque. Que tout se passe bien ? Ridicule. Et puis, Lisbeth eu la certitude que la situation allait empirer. En effet les yeux de Dylinrae étaient larmoyants.

-Voilà fort longtemps que je n’avais pas vu ton visage petite sœur… Comment te portes-tu depuis notre dernière rencontre ? As-tu réussi à te débarrasser de tes démons intérieurs ?

Des paroles bien amères . . . Lisbeth en parvint à la conclusion que , la sœur de Dylinrae avait fini par détester cette dernière. Mais pourquoi ? Dylinrae semblait tout aussi étonnée que l'Impératrice, elle même ne devait pas en avoir la moindre idée. Ou pas. L'Impératrice détestait vraiment ne pas être au courant, elle aimait comprendre le fonctionnement des gens, le pourquoi du comment de leurs actions. Tout cela était . . . d'une part dangereux, très dangereux et d'autre part vraiment frustrant. Elle en avait marre de se torturer la tête avec ces questions . . . Et puis, qu'est-ce qu'une histoire de famille venait foutre dans un coup d'état ? Merde à la fin.

-Je vais très bien Jarael…merci de ‘’t’en soucier’’…

Puis essayant de prendre un ton dur elle rajouta:

-Peux-tu me dire pourquoi est ce que tu es au service de cet Athar Deliore… ce traitre à sa patrie ?!

-La raison de cette allégeance ne te concerne en rien sœurette ! Je sers qui je souhaite !

A peine ces mots dit, que le combat commença. Le premier coup fut paré de justesse par Dylinrae, qui hésitait toujours à attaquer. Elle se contentait de se défendre. Lisbeth se demanda si cela suffirait , car la grande sœur de l'elfe semblait vraiment très habile. L'Impératrice avait de plus en plus l'impression d'assister à un feuilleton de télévision . . .

-Ma sœur…s’il te plait ….renonces à ton allégeance…reviens vers moi…Si tu acceptes, tu n’auras pas à craindre une quelque conque forme d’emprisonnement… Je te le promets

Mais son ennemie profita de ce discours pour blesser Dylinrae à la cuisse. Cette dernière recula légèrement, retenant un cri de douleur. Cependant elle se mis en position d'attaque. Alors elle allait combattre ! Devant les yeux de l'Impératrice , une multitude de coups furent échangés. Dylinrae avait le dessous . . . elle allait certainement perdre. Elle essaya d'attaque sa sœur, mais celle si la stoppa en lui lançant un coup d'épée au niveau du buste. L'elfe s'effondra.

L'Impératrice resta figée, tandis que la sœur de Dylinrae s'avançait vers elle, menaçante. Que pouvait-elle faire ? Sans Dylinrae elle était purement et simplement foutue face à tout ces mercenaires . Sans parler de la sœur . . . Lisbeth ne chercha pas à s'enfuir, elle savait que l'elfe la rattraperait en quelques secondes. Elle ne chercha pas non plus à combattre son ennemie, c'était peine perdue. Mais pourquoi , pourquoi il y avait ces foutues statuettes blanches ? Si elle avait été en possession de sa magie, tout aurait été plus simple. Elle jeta un regard désespéré à Dylinrae, le sang de cette dernière coulait à flot . . . Si elle en tentait pas quelque chose maintenant Dylinrae allait mourir. Elle esquissa un geste dans la direction de son agent, mais fut stoppée net par son ennemie. Tenant fermement Lisbeth qui ne chercha pas à se débattre, Jarael commença à remonter vers la salle, ou l'Impératrice allait certainement être tuée/torturée/carbonisée. Elle retira au passage les deux dagues de Lisbeth. Mais elle ne trouva pas les deux lames rétractables de l'Impératrice , collées contre sa peau, dans sa manche. La radio ne fut pas détectée non plus. Miracle! Elle avait peut-être une chance de s'en sortir . . .

Dans la salle où elle fut emmenée, celle que Dylinrae et elle avaient cherché à atteindre, elle ne pouvait pas faire de magie. Athar et l'agent traître ne s'y trouvaient pas. Il n'y avait là que ses ministres dans un sale état, et trois cadavres sur le sol. Certainement les ministres exécutes. La porte s'ouvrit une seconde fois , et l'Impératrice reconnu le traître. Un grand sourire aux lèvres , il regardait Lisbeth d'un air narquois. Le regard que l'Impératrice lui rendit fut comme une menace de mort, il allait payer. Elle fut solidement attachée près de ses ministres, mais réussi à activer la radio dans sa poche, espérant que Dylinrae entende ce qui se passait dans cette salle, et réussisse à 'se réveiller' , à se soigner . . . C'était impossible, il aurait fallu pour cela que l'elfe se traîne jusqu'au QG dans son état . . . Au moins, si l'elfe était encore consciente, elle saurait comment toute cette histoire s'était terminée. Si elle se terminait maintenant.

On lui expliqua tranquillement qu'ils allaient tous mourir dans l'explosion d'une bombe, placée devant eux. Yeepeeh. Lisbeth sous son air impassible, commençait vraiment à avoir peur. Par tellement de la mort qui s'imposait à elle, mais surtout du futur d'Autremonde. Elle espérait vraiment que sa nièce , et d'autres réussissent à vaincre Athar. Et puis, elle avait encore tellement de choses à faire . . . Au moins, on lui avait épargné la torture, c'était un bon point.

Une fois la bombe placée devant eux, les traîtres s'en allèrent vers une autre salle, ou la magie n'était pas bloquée. Lisbeth quant à elle regardait avec effroi la foutue bombe. Comme dans un film d'action, on pouvait voir le décompte. Il restait 2 minutes avant l'explosion. Franchement, ce décompte était stressant, elle aurait préféré ne rien savoir du tout. Ne recevant aucun signe de vie de Dylinrae, Lisbeth se dit qu'elle allait devoir se débrouiller seule. Analysant rapidement la situation, Lisbeth se rendit compte qu'on ne lui avait toujours pas retiré ses lames. Tous les gardes avaient été évacués, histoire de ne pas exploser avec eux, et la porte d'entrée se situait à l'autre bout de la salle. Qui avait eu l'idée de faire une pièce aussi grande ? Quoi que . . . la bombe avait certainement été réglée de manière à ce qu'elle ne fasse pas exploser tout le palais, et juste les quelques mètres qu'occupaient les ministres et elle-même. Si elle arrivait à placer la bombe à l'autre bout de la salle qui était incroyablement grande . . . Non, il fallait obligatoirement la désactiver . . . Elle courrait trop de risques sinon. Et même si elle réussissait à désactiver la bombe , comment pourrait-elle sortir de la pièce ? Les portes étaient fermées . . . Mais, il restait toujours ce merveilleux passage secret qu'elle avait utilisé quelques heures avant !

Lisbeth se démena pour faire glisser les lames dans son dos, le long de sa manche. Elle activa le petit dispositif en appuyant ses bras contre son dos,les lames sortirent et cela trancha les liens qui liaient les mains de Lisbeth. Elle se coupa en même temps, mais cette blessure était superficielle. Elle s'appliqua donc à couper tout ses liens un à un, trouvant bien pratique le fait que ces derniers ne soient pas magiques. Ceci fait , elle se dirigea rapidement vers la bombe. Euh . . . quel fil ? Elle avait déjà vu mainte fois ce scénario sur les écrans, cela lui faisait tout drôle d'y passer aussi. Sauf que la, elle allait certainement faire exploser tout le monde. Elle se tourna vers ses ministres d'un air désemparé. Ceux-ci lui indiquèrent tous une direction différente. Exaspérée, l'Impératrice jeta un coup d'œil au compte à rebours. Elle avait intérêt à faire vite.

- Le bleu.

Elle se retourna vers celui qui avait prononcé ces mots. Il avait réussi à se défaire de son bâillon et regardait la bombe d'un air assuré. Elle décida de lui faire confiance, vu qu'il s'occupait de beaucoup de choses concernant l'armement. Elle coupa alors le fil bleu. Elle poussa un crie de joie. Le compte à rebours s'était arrêté. Elle fonça vers le passage secret en hurlant à son ministre de lui rappeler de l'augmenter quand tout ceci serait finit. Elle laissa là ses sujets, car ils étaient bien plus en sécurité toujours en captivité. Si elle les avaient libérés, ils se seraient fait massacrer par les mercenaires , quand ces-derniers se serraient rendu compte que la bombe n'avait pas explosé. Enfin, ils se feraient peut-être tuer de suite, mais elle préférait ne pas y penser. Elle déboucha devant la porte d'entrée de cette partie du palais secrète, et fonça vers le QG quelques couloirs plus loin.

Son but atteint, elle pris une poche de groupe sanguin O et l'emmena avec elle. Elle espérait que l'elfe ne soit pas morte. Si elle était encore en vie, elle avait certainement perdu beaucoup de sang, il était donc nécessaire de lui faire une perfusion sanguine. Lisbeth ne se savait pas capable de courir aussi vite, en quelques minutes elle avait rejoint l'elfe. Cette dernière était d'une pâleur effroyable. Elle nageait dans son sang, marmonnant des paroles incompréhensibles. Lisbeth ne savait même pas si elle était réellement consciente. Elle ne savait même pas si l'elfe avait remarqué sa présence. Quelle situation étrange. Elle s'agenouilla et compressa la plaie pour éviter que l'elfe ne perde plus de sang. Elle fit un pansement bien serré, et effectua une transfusion sanguine à l'aide de la poche qu'elle avait récupéré. Puis attendit patiemment que l'elfe réagisse.


♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Jeu 13 Jan 2011 - 9:55

Dylinrae se trouvait sur le balcon de son logement à Omois. L’elfe, en compagnie de sa sœur, se sentait heureuse. Les 2 sœurs discutaient tranquillement et riaient de bon cœur à la vue de certains passants. Jaraël se retourna alors vers sa sœur, lui offrit sa croix en argent, l’embrassa sur le front et commença à s’éloigner. La voyant s’éloigner, l’elfe des services secrets se précipita dans la direction empruntée par sa sœur. Soudain cette dernière se retourna et Dylinrae put remarquer que du sang coulait le long de l’arme de son ainée mais aussi que son expression et ses yeux étaient froids comme dénues d’émotion. L’elfe vit aussi que ses propres mains étaient couvertes de sang et qu’une tache rouge au niveau de son buste grandissait à vue d’œil. Une douleur sans nom s’abattit sur elle et un rire lugubre provenant de sa sœur se fit alors entendre.

Se réveillant soudain, le cœur battant à tout rompre, l’elfe sentit qu’elle nageait dans son sang. De plus étant donné la blessure elle souffrait le martyre. N’ayant pas assez de force pour tenter de panser la plaie, ou encore de se traîner vers un endroit où elle pourrait se soigner par magie, l’elfe décida juste de réajuster sa position en se retournant. Une fois retournée, Dylinrae se remémora les derniers évènements et se mit à pleurer toutes les larmes que pouvait encore contenir son corps. Ainsi sa sœur avait osé lui faire du mal… Et dire que lorsqu’elles s’étaient juré de ne jamais se faire de mal… Qu’avait donc subi Jaraël pour pouvoir accomplir une telle chose ? Elle qui était pourtant si gentille, si douce, si émotive, si attentionnée autrefois… Cependant l’elfe des services secrets repensaient à une chose… Sa sœur ne l’avait pas tuée alors qu’elle était encore vivante malgré la blessure qu’elle lui avait infligée. Avait-elle fait preuve de retenu dans ses gestes car sa sœur l’aimait encore ? Était-ce juste une preuve de négligence ? De nombreuses hypothèses se bousculaient dans la tête de Dylinrae mais aucune n’étaient satisfaisante.

Continuant de se torturer l’esprit quant-aux actes de sa sœur, l’elfe des services secrets entendit alors des paroles provenant de sa radio accrochée à son oreille. Ces dernières mentionnaient le fait que l’impératrice, maintenant emprisonnée, et les autres otages allaient rejoindre l’au-delà grâce à l’explosion d’une bombe placée dans la pièce où ils se trouvaient. Se rendant compte de la gravité de la situation, l’elfe se dit qu’il était, pour elle, l’heure d’accomplir son devoir mais aussi de justifier son salaire pour le moins exorbitant. Tentant de se relever malgré la douleur qu’elle éprouvait, l’elfe sentit cette dernière s’accentuer. Une fois debout, l’elfe essaya tant bien que mal de marcher en se soutenant au mur. Cependant à peine eut-elle fait un pas qu’elle s’effondra une fois de plus sur le sol. Cette action eut alors pour conséquence d’augmenter la douleur mais aussi d’augmenter un peu le saignement…

Se retournant encore, Dylinrae vit le sang qui recouvrait ses vêtements mais aussi ses mains et ses cheveux. Ainsi tout était donc terminé … Sa vie avait commencé dans le sang et finirait dans le sang… L’elfe des services secrets commençait à avoir froid et elle ne sentait presque plus ses membres. De plus elle avait de plus en plus de mal à rester éveillée et à réfléchir. L’elfe ne redoutait même plus l’idée de mourir… Certes elle regrettait le fait de ne pouvoir accomplir son devoir avant de mourir…mais après tout, étant donné toutes les expériences qu’elle avait traversé, elle avait droit à ce repos éternel amplement mérité ! Cependant malgré cette sensation, Dylinrae regrettait aussi le fait ne de pas pouvoir essayer d’arranger la situation de sa sœur… Peut-être avait-elle besoin d’une forme quelconque de soutien… Gardant en tête l’image de sa sœur telle qu’elle la connaissait, l’elfe sombra dans l’inconscience une fois de plus.

Étant plongé dans un état proche de la mort, l’elfe des services secrets ne put sentir que quelqu’un la soulevait pour l’appuyer contre un mur. Cependant malgré son état, l’elfe sentit quelque chose s’enrouler fermement autour de sa blessure. Cette action eut pour fait dans un premier temps de faire gémir Dylinrae de douleur. N’étant toujours pas consciente après cela, l’elfe ne put sentir qu’on lui piquait le bras afin de la transfuser. Mais même si elle était inconsciente, elle murmurait tout de même, bien que ces paroles n’aient aucun sens.

Durant un long moment l’elfe resta dans les bras de Morphée malgré les soins basiques qu’elle avait reçu. Puis enfin Dylinrae ouvrit les yeux. Ses premiers battements de cils se firent hésitants comme si elle sortait d’un long coma et qu’elle n’avait plus vu la lumière depuis des années. De plus l’elfe des services secrets se sentait pour le moins nauséeuse et avait terriblement mal à la tête. Elle se souvenait avec précision de tout ce qui s’était passé précédemment. La seule conclusion qui s’imposait à son esprit c’est qu’elle était morte et que donc elle avait atterri en Outre-monde. Cependant elle n’avait jamais entendu parler que même dans l’au-delà on devait supporter un mal de tête carabiné accompagné d’une forte nausée.

Étant enfin habituée à la clarté des lieux, Dylinrae remarqua que non seulement elle était toujours dans un sale état, même si elle avait été un peu rafistolée, mais aussi qu’elle se trouvait dans le couloir où elle affrontait sa sœur. De plus à quelques mètres de sa position se trouvait l’impératrice en train de surveiller les alentours. Réfléchissant à ce qu’elle pouvait apercevoir, 2 hypothèses se présentèrent à elle: Soit Outre-monde avait une drôle de façon de souhaiter la bienvenue aux arrivants soit encore … elle était vivante. Sachant parfaitement que la première hypothèse n’était guère envisageable, Dylinrae sut qu’elle était bel et bien envie et que la perfusion, qu’elle venait de remarquer à son bras, et le pansement autour de sa blessure avaient été prodigué par Lisbeth.

Trouvant tout cela fort déconcertant étant donné la situation dans laquelle s’était trouvée l’impératrice précédemment, l’elfe des services secrets tenta de se lever. Cependant, malgré les soins qu’elle avait reçu, son corps était encore faible. Son action eut pour effet de lui donner le tournis mais aussi de la faire souffrir horriblement. Sous l’effet de la douleur, Dylinrae porta la main à sa blessure et gémit. Se retournant subitement étant donné le bruit qu’avait émit l’elfe, Lisbeth regarda cette dernière avec stupéfaction puis avec colère. S’approchant très rapidement de l’elfe pour la soutenir afin qu’elle ne tombe pas, l’impératrice lui déclara:


-Vous êtes folle de vous lever dans votre état ! Vos blessures n’ont même pas encore cicatrisés !

Puis prenant un ton plus doux elle lui demanda:

-Comment vous sentez-vous ?

L’elfe sourit à cette déclaration. Celle-ci en disait long sur l’inquiétude qu’éprouvait l’impératrice à son égard que cela soit au niveau physique ou mental. Certes l’elfe était encore assez secouée par les actes de sa sœur, cependant elle se sentait un peu mieux. Sans doute était-ce du au fait qu’elle avait pleuré toutes les larmes de son corps précédemment. Regardant l’impératrice, Dylinrae lui répondit d’une voix chaleureuse:

-Je vais très bien ne vous inquiétez pas.

Puis remarquant que l’impératrice semblait assez tendu étant donné la situation elle rajouta:

-Par contre si vous pouviez me conduire dans l’infirmerie la plus proche afin que je puisse être soignée pour pouvoir continuer à vous assister, cela m’arrangerait grandement.

L’elfe des services secrets savaient pertinemment que cette situation de crise continuait. En effet sinon elle ne se serait pas réveillée dans un couloir mais dans une infirmerie. Préférant ne pas forcer la main à l’impératrice, Dylinrae lui laissa prendre sa décision quant-à la suite des évènements.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Sam 29 Jan 2011 - 22:41

-Je vais très bien ne vous inquiétez pas.

Haha. Elle allait très bien , son agent. Quoi, elle venait de perdre tout son sang, d'affronter sa sœur, mais ce n'était rien. Pourquoi aller mal ? La vie est belle, le soleil brille. La routine ce coup d'état. On se faisait massacrer par sa famille tout les matins, rien de plus normal. Alors s’inquiéter . . . Dans cette situation , c’était parfaitement stupide. Relaxxeee , cool . . . WARGH ! L’Impératrice allait vraiment finir par avoir des cheveux blancs prématurément. Pourquoi fallait-il que Lisbeth s’empêtre dans des situations qui devenaient au fur et à mesure de plus en plus compliquées ? Elles n’étaient peut-être pas assez complexes au départ . . . Il fallait toujours en rajouter une couche. Mais bon, Lisbeth préférait que Dylinrae soit positive plutôt qu’elle lui sorte une phrase du style : je veux mourriiiir. Sans quoi elle aurait péter un plomb. Ou assommé son agent, au choix.

-Par contre si vous pouviez me conduire dans l’infirmerie la plus proche afin que je puisse être soignée pour pouvoir continuer à vous assister, cela m’arrangerait grandement.

Hrm Hrm. Oui , bonne idée. Lisbeth se reprit en main , et arrêta là son pétage de plomb mentale, absolument nécessaire afin de survivre à ce genre de situation, et redevint l’Impératrice froide et impartiale qu’elle était habituellement. Bon , une infirmerie , il n’y en avait pas. Pourquoi personne n’avait songé à en construire une ici d’ailleurs ? D’accord, ce lieu était sensé être secret etc . . . Mais une infirmerie , il y’en avait toujours besoin d’une partout. La preuve. Heureusement , ce merveilleux QG , qui les sauvait régulièrement car on pouvait y utiliser la magie, était tout près. Amennn. Elle aida donc Dylinrae à se lever tant bien que mal, et en la soutenant, car cette dernière était plutôt faible avec ses blessures et sa perte récente de sang, partit en direction du QG. Comme elle l’avait deviné, il n’y avait personne dans les couloirs, ils étaient encore tous regroupés dans une pièce, à attendre patiemment qu’elle et ses ministres soient morts. Tant mieux, elle put ainsi atteindre son but sans difficultés, pour une fois.

Une fois arrivée, l'Impératrice aida l'elfe à s'asseoir et profita de la possibilité de faire de la magie dans cet endroit pour terminer de soigner cette dernière. Lisbeth n'hésita pas à rajouter pas mal de sorts supplémentaires à ses soins , car elles avaient encore pas mal de choses à accomplir, et que Dylinrae allait avoir besoin de ce 'traitement' pour tenir . . . surtout si elle se retrouvait encore une fois face à sa sœur. Ahh, cette sœur, elle causait autant de soucis à Dylinrae qu'à l'Impératrice. D'un point de vue totalement différent pour les deux femmes, mais tout aussi ennuyant. Tout aurait été plus simple si Jaraël était également dans ses services, comme Dylinrae. Bon , l’Impératrice n’allait pas rester comme cela, les bras ballants , pendant que l’elfe se remettait peu à peu. Les traîtres allaient se rendre compte de l’échec de leur plan d’ici très peu de temps, Lisbeth disposait donc d’un temps assez réduit pour se rendre utile et trouver la salle où étaient planqués tous ses ennemis. Au mieux, Dylinrae et elle pourraient bombarder la salle vite fait et faire le maximum de dégâts si leurs ennemis y restaient (ce qui serait étonnant mais fort pratique) , où Lisbeth pourrait découvrir une salle ou l'utilisation de la magie était également disponible, car ces traître ne s'étaient certainement pas privés de magie . Bref, dans tous les cas, cette pièce pourrait lui servir. Elle jeta un petit coup d'œil à l'agent des services secrets omoisiens. Elle avait l'air de reprendre des forces, lentement mais sûrement. Pourvu qu'elle soit guérie non seulement entièrement physiquement , mais aussi moralement . . . On pouvait toujours rêver un peu, non ? L'air de rien, l'Impératrice poussa une des boîtes à médicaments devant les yeux de l'elfe, et sortit accomplir sa petite mission.

Lisbeth n'aimait pas trop le geste qu'elle venait d'accomplir, mais avait-elle vraiment le choix ? Elle ne se tortura pas l'esprit avec ca plus longtemps et s'avança dans les couloirs, à pas rapide. Elle se dirigea d'abord vers la salle où elle avait été enfermée dans le but d' exploser tout simplement . . . A mi-chemin, cependant, elle fit une rencontre plutôt désagréable. Heureusement , elle avait entendu les pas du mercenaires venant de droite, et s'était collée contre le mur, entre deux 'piliers', de manière à rester hors de la vue de cet ennemi. Qu'est ce qu'il foutait là , lui ? Pourquoi il ne restait pas avec les autres ? S'étaient-ils déjà rendus compte, là-bas , que leur plan , avait misérablement, lamentablement, déplorablement, désastreusement , pitoyablement échoué . . . à la seconde près ? Ou alors était-ce un éclaireur ? Le mieux était de le laisser passer , tranquillement, de manière à ce qu'il ne se rende pas compte de sa présence. Comme ca, si c'était juste un éclaireur envoyé afin de chercher d'éventuels résistants, d'autres elfes des services secrets par exemple, sa fuite ne serait pas tout de suite repérée. Sauf que non. Le mercenaire eu la très bonne idée de tourner la tête dans sa direction, pile au moment ou ce dernier était assez avancé dans le couloir pour l'apercevoir en tournant la tête. Lisbeth poussa un énorme soupir et avant que son ennemi n'est pu esquisser un geste , lui envoya les lames rétractables dans le cœur. Yeepeyy, en pleins dans le mile! Et qu'est ce qu'il y'a a gagner ? Soudainement, la radio du mercenaire grésilla, et Lisbeth put entendre la voix de ce chèr ministre demander le rapport de l'homme mort. Suite à l'absence de réponse que le ministre obtenu, il prévint qu'il venait lui même voir ce qu'il se passait et que ca allait barder pour ledit mercenaire. Chouuettttee . . .

Hrmm , ca mission était foutue maintenant, si elle s'avançait plus, elle allait croiser Athar et ses chiens de garde. Il ne lui restait plus qu'à retourner au QG. L'Impératrice s'arrangea pour récupérer ces armes, la radio du mercenaire , et le cacha du mieux qu'elle put. Elle s'en retourna ensuite, et atteignit le QG. Il était tel qu'elle l'avait laissé avant de partir. Mis a part Dylinrae qui semblait . . . en pleine forme. Il ne fallait pas trop forcer sur les médicaments non plus, en . . . Bref. Après avoir rapidement explique la situation à Dylinrae, les deux femmes sortirent enfin du QG , et se dirigèrent droit vers le traître. Il fallait en finir, c'était une chance inespérée, si Athar ne se déplaçait pas avec toute son armée.
Les deux femmes pressèrent le pas et enfin aperçurent deux silhouettes au bout du couloir. Juste deux. Pas trois ni quatre. Ah ben si trois en fait. Athar était donc si confiant ? Il n'avait pas rajouté d'autres mercenaires à ses basques ?L'Impératrice distingua alors une silhouette familière aux cotés du traître. Tieeennns Jaraël !! Quelle bonne surprise. Elle identifia rapidement l'agent traître derrière les deux autres. Tout allait se jouer maintenant.


♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Jeu 10 Fév 2011 - 23:31

Dylinrae attendait patiemment la réaction de l’Impératrice. Après tout son Empire était en danger…Elle avait donc des priorités beaucoup plus importantes qu’accompagner une elfe dans un lieu sûr afin de la soigner. Contre toute attente Lisbeth s’approcha alors d’elle et l’aida à se lever en la soutenant étant donné sa faiblesse. Avançant lentement, l’elfe des services secrets devait faire un effort surhumain pour ne pas gémir de douleur. En effet à chaque pas sa douleur s’accentuait puis se calmait et ainsi de suite. Cette douleur perpétuelle, l’empêchait de réfléchir clairement. Pour le moment tout ce qu’elle pouvait faire c’était marcher un tant soi peu et observer l’endroit dans lequel les deux jeunes femmes se trouvaient.

Voyant la direction qu’elles empruntaient, Dylinrae comprît qu’elles allaient au QG des services secrets. Ce choix semblât fort judicieux aux yeux de la jeune femme. En effet c’était le seul endroit sûr et proche où elle pourrait recevoir des soins.

Arrivant au QG, l’elfe soupira d’aise. Elle pensa qu’elles avaient eu de la chance de ne pas croiser de mercenaires sur leur route… Si cela avait été le cas l’elfe des services secrets n’aurait pu assister Lisbeth dans un combat étant donné le pitoyable état dans lequel elle se trouvait. L’aidant à s’asseoir, Dylinrae reçut des soins de la part de l’impératrice. A peine la magie eut-elle commencé, que l’elfe soupira de plaisir. En effet la douleur régressait au fur et à mesure de l’avancée des soins. Cependant malgré ces derniers et la perfusion de sang qu’elle avait reçu, l’elfe des services secrets se sentait encore faible.

Ayant désormais les idées claires, l’elfe put réfléchir quant-aux actes de sa sœur. Cette dernière l’avait blessée gravement malgré la promesse qu’elles s’étaient jurer de tenir autrefois. Cependant Jaraël ne l’avait pas tuée alors qu’elle se trouvait à sa merci. Cette ‘’grâce’’ semblait pour le moins étrange aux yeux de Dylinrae. L’avait-elle épargnée par orgueil ? Ou était-ce une preuve que sa sœur l’aimait encore en dépit de son discours ? L’elfe ne savait plus trop quoi penser de toute cette histoire. Elle se sentait tiraillée entre sa loyauté entre Omois ; et donc envers l’Impératrice, et sa loyauté et ses sentiments envers sa sœur.

Réfrénant les larmes qui lui venaient aux yeux, l’elfe des services secrets fut tirée de ses pensées par l’impératrice. Celle-ci poussa sous les yeux de l’elfe une boîte de médicaments et partie. Avisant la boîte en question, Dylinrae vit qu’il s’agissait de stimulants et comprit donc ce qu’il lui restait à faire. Certains auraient qualifié cet acte de monstrueux et d’immoral, cependant pour Dylinrae il ne l’était pas car durant son entrainement on lui avait appris à se servir de ce genre de substances en cas d’extrême nécessité. Par ailleurs Lisbeth avait besoin d’aide pour reprendre totalement le contrôle de son palais. Elle avait donc besoin de toute l’aide disponible. Or la seule personne étant son alliée était l’elfe qui se trouvait dans l’état actuel des choses fort affaiblie. Les stimulants étaient donc le seul recours possible pour que l’elfe soit d’aplomb pendant quelques temps. De plus l’elfe se sentait redevable à l’impératrice car celle-ci lui avait sauvée la vie. Pour rembourser cette dette, elle se devait d’aider Lisbeth au mieux de ses capacités.

Voyant à la lecture qu’il s’agissait d’un stimulant assez faible, Dylinrae se leva péniblement et se dirigea vers un meuble qui, elle le savait, contenait quelques médicaments d’extrême urgence. Ouvrant ce dernier, l’elfe des services secrets prit une boîte contenant quelques seringues avec du liquide. Vérifiant qu’il s’agissait bien de ce qu’elle voulait à savoir des amphétamines, l’elfe remonta sa manche et par deux fois injecta dans ses veines la totalité de 2 seringues. Certes elle connaissait les dangers d’une utilisation massive de ce produit, mais elle n’avait pas le choix si elle voulait porter assistance à l’Impératrice.

Se sentant en pleine forme et vérifiant si elle disposait de tout ce dont elle avait besoin, Dylinrae se retourna lorsqu’elle entendit l’impératrice revenir au QG. Cette dernière semblait pour le moins surprise de retrouver l’elfe en pleine forme. A vrai dire l’elfe des services secrets était elle-même surprise de son état. L’effet de ces médicaments avait dépassé de loin ses espérances. L’elfe des services secrets se dit que de toute cette journée le seul point positif aura été cette surprise.

Lisbeth lui expliquant la situation, Dylinrae comprît que ça allait être là leur unique chance de mettre fin définitivement à ce coup d’état. Après tout si Athar était neutralisé, il y avait de fortes chances pour que le reste de son organisation le soit aussi. Cependant l’elfe craignait de devoir combattre une nouvelle fois sa sœur. Préférant ne pas se torturer une nouvelle fois l’esprit avec ces états d’âme, l’elfe suivit Lisbeth sans un mot.

Pressant le pas, Dylinrae, grâce à ses sens d’elfe, put distinguer au bout du couloir 3 silhouettes. Elle reconnut d’abord Athar accompagné de Jaraël suivi ensuite de Mégot. L’elfe des services secrets observa attentivement sa sœur et crut déceler dans ses yeux de la surprise. Jaraël l’avait-elle cru morte ? Ou était-elle surprise par le fait que sa petite sœur s’oppose encore à elle ? Cette surprise avait néanmoins laissé place une fois de plus à une froideur sans nom. A la vue de cela, l’elfe sentît comme un pieu se planter dans son cœur.

Regardant successivement d’abord dans la direction de Jaraël puis vers Lisbeth, Dylinrae se sentait tiraillée entre deux possibilités. Soit elle abandonnait l’impératrice et se rendait à sa sœur afin de ne pas la combattre…Soit elle respectait son engagement envers Omois et combattait jusqu’au bout un membre de sa propre famille… En temps normal l’elfe des services secrets aurait tout fait pour éviter ce genre de situations. Cependant celle-ci s’était imposée à elle. Respirant calmement, Dylinrae essaya de réfréner les larmes qui lui montaient aux yeux. Pleurer n’allait pas arranger les choses et elle en était parfaitement consciente. L’elfe avait très envie de rejoindre sa sœur. Cependant rien ne disait qu’Athar la laisserait en vie après cette reddition… D’ailleurs sa sœur semblait prête à la tuer sur son ordre étant donné les évènements antérieurs. De plus l’elfe des services secrets se sentait très redevable envers l’Impératrice. Celle-ci lui avait après tout sauvé la vie. Or cette dette de sang plus sa loyauté envers l’Empire l’empêchaient aussi de capituler face à sa sœur.

Soupirant face à tout cela, Dylinrae se souvint d’un des enseignements qu’elle avait appris jadis lors de son entrée dans les services secrets. Ce dernier déclarait : ‘’Quand l’espoir s’éteint…reste le devoir.’’ Fermant les yeux et prenant une longue inspiration, l’elfe laissa une larme solitaire coulée le long de sa joue, puis les rouvrant sortît ses armes et se précipita vers Jaraël.

Cette dernière avait senti la menace et avait donc elle aussi sortie ses armes. Bondissant vers Dylinrae, Jaraël l’attaqua sans prononcer une seule parole. Parant le coup très rapidement, l’elfe des services secrets passa à l’offensive. Elle commença à enchaîner divers attaques, obligeant ainsi son adversaire à reculer à de nombreuses reprises. Une de ses attaques réussit par ailleurs à frôler Jaraël de très près lui coupant ainsi quelques mèches de cheveux. Cependant cette attaque avait eu un effet non escompté… Elle avait stoppé Dylinrae dans son élan. L’elfe des services secrets, à la vue de ces mèches, s’était rappelé son ancienne promesse. Sa grande sœur profita de ce répit pour sauter au dessus d’elle et la blesser au visage. Cette dernière partait du haut de son sourcil pour arriver jusqu’à sa joue.

Mettant la main sur sa blessure et la retirant, l’elfe vit son propre sang couler le long de ces doigts. Sa sœur se battait donc sérieusement et était prête à la tuer… Perdant toute contenance, l’elfe repasse à l’attaque de façon beaucoup plus brutale. Les lames des 2 elfes se heurtaient avec tant de force que quelques étincelles émergeaient de temps à autre.

Soudain sans que Dylinrae puisse réagir, Jaraël lui saisit la gorge avec sa main valide et commença à l’étrangler tout en rapprochant sa lame de la gorge de sa petite sœur. L’elfe des services secrets essaya d’éloigner la lame à l’aide ses mains mais sans succès. La jeune elfe commençait à ressentir les effets du manque d’oxygène… Dylinrae fixa alors sa sœur et vit que son visage respirait la haine à l’état pur. A la vue de cela, l’elfe n’hésita pas une seconde et rassembla ses forces afin de donner un coup de pied, ce qui eut pour conséquence de faire basculer sa sœur derrière elle mais aussi de lui faire lâcher prise.

Reprenant son souffle, Dylinrae ramassa son arme et se précipita sur Jaraël. Celle-ci encore sans arme, sauta à pieds joints sur sa sœur ce qui fit qu’elle s’effondra une fois de plus à terre et qu’elle se retrouva désarmée. L’elfe se releva alors à toute vitesse et donna un coup de pied semi circulaire à sa grande sœur qui l’atteignit à l’estomac. Étant donné qu’elle se dirigeait vers Dylinrae très rapidement, cette technique de combat fit faire un saut périlleux arrière à Jaraël qui s’effondra au sol, gémissant de douleur. L’elfe des services secrets profita de cette occasion pour récupérer son arme et donner le coup de grâce à son adversaire. Cependant au moment ou elle abattait sa lame, sa sœur avait sorti sa seconde lame et avait contré l’attaque même si elle était effondrée sur le sol.

Cette attaque ne menant à rien, Dylinrae s’éloigna de son adversaire qui se releva. A ce moment du combat les 2 jeunes femmes étaient exténuées. Leurs cheveux collaient à leurs peaux transpirantes. Leurs respirations étaient rapides et leurs cœurs battaient à tout rompre. Cependant aucunes des deux elfes ne voulaient abandonner le combat. L’une comme l’autre étaient prête à combattre jusqu’à la mort. Les deux sœurs se fixèrent alors et se remirent à combattre. Leurs attaques étaient moins rapides que précédemment mais elles étaient tout aussi mortelles. Par ailleurs chacune d’entre elles avaient reçu de la part de l’autre des blessures. Ces blessures superficielles les affaiblissaient grandement. Leurs fatigues respectives faisaient qu’elles ressentaient la douleur avec plus d’intensité.

Dylinrae sentait qu’elle n’allait plus pouvoir tenir très longtemps à une telle cadence. L’effet des Amphétamines commençait à s’estomper et sa faiblesse reprenait peu à peu le dessus. L’elfe se dit alors qu’il valait mieux pour elle de terminer au plus vite ce combat sinon elle était sure et certaine de succomber une nouvelle fois face à sa sœur.

Reprenant son souffle, Dylinrae profita d’un court répit pour déclarer:


-Je t’ai perdu Jaraël… je t’ai perdue…

Cette dernière répliqua sur un ton haineux:

-J’aurais du te tuer il y a des années de cela quand tu étais encore vulnérable !

Réprimant ses larmes, L’elfe des services secrets para le coup que venait de lui porter sa sœur. L’elfe se remît alors en position d’attaque et démarra une série d'enchaînements dans le but d’acculer son adversaire. Jaraël, reprit alors l’offensive pendant quelques instants et décocha un crochet du droit à sa petite sœur. Sous l’effet du coup, Dylinrae recula quelque peu et faillit s’effondrer à terre. Sentant qu’elles atteignaient leurs limites les 2 elfes se rapprochèrent et continuèrent à s’attaquer mutuellement à l’aide de toutes leurs forces restantes. Dylinrae para alors un coup en faisant passer son épée derrière son dos et décida de tenter quelque chose qui pourrait déstabiliser son adversaire. Cependant ce qu’elle n’avait pas prévu, c’était que sa sœur avait prévu la même chose. Les 2 elfes firent donc bouger leurs lames en même temps sans jamais se toucher jusqu’à ce que celles-ci toujours en même temps se rencontrent brutalement provoquant ainsi une gerbe d’étincelle.

Jaraël, profitant de cette confrontation directe, décocha une nouvelle fois un crochet du droit à sa sœur. Dylinrae, sous l’effet du coup, détourna la tête et se retourna précipitamment sur elle-même avec son arme en position offensive. Jaraël quant-à elle voulut se saisir de cette occasion inespérée pour mettre un terme à ce combat en neutralisant sa sœur. Cependant elle n’avait pas prévu l’attaque de Dylinrae et avait donc baissé sa garde pour pouvoir porter un coup fatal à cette dernière. Par conséquent, l’épée de l’elfe des services secrets transperça Jaraël.

Cette dernière lâcha alors ces armes et s’effondra sur Dylinrae. La jeune elfe, horrifiée par son acte et par la vue du sang de sa sœur sur ses propres mains, lâcha son arme et pris Jaraël dans ses bras. La posant au sol mais la gardant tout de même dans ses bras, l’elfe des services secrets commença à pleurer. Jaraël, respirant encore, souriait, posa sa main sur la joue de l’elfe et déclara difficilement:


-Merci petite sœur tu m’as libérée de mon serment envers cet humain… Essaies de te souvenir de moi tel que j’ai été et non ainsi…

Dylinrae, en sanglots, lui répondit:

-Ne t’en fais pas tu ne vas pas mourir… tu ne vas pas mourir !

-Pas la peine de mentir petite sœur je sais parfaitement que je vais mourir… Ne te tourmente pas pour ce que tu as fais… je te pardonne. Sache que le fait de te combattre m’a brisée le cœur… Sache aussi que je t’aime et que mon amour t’accompagnera ou que tu ailles…

Ayant déclaré ceci, Jaraël rassemblant ses dernière forces, se redressa, baisa le front de sa petite sœur et s’effondra dans les bras de cette dernière. Dylinrae plongea sa tête dans les vêtements de Jaraël et commença à pleurer toutes les larmes de son corps. Ses épaules sursautaient à chaque sanglot.

Ce silence accompagné des sanglots de Dylinrae fut brisé par Athar Deliore, qui se retournant vers la jeune elfe déclara d’un ton sûr:

-Ce n’est pas de ta faute si ta sœur est morte mais plutôt la faute de L’impératrice ! Si elle ne t’avait pas obligée à la protéger ta sœur serait encore en vie maintenant !

Entendant cela, l’elfe des services secrets se redressa et fusilla du regard Athar. Cette déclaration avait fait naître en Dylinrae une profonde haine envers cet homme ainsi qu’un désir de vengeance. Se dirigeant rapidement vers lui, l’elfe le poussa violemment contre le mur, le souleva par la gorge à l’aide d’une seule main et déclara d’un ton froid et dur:

-Si ma sœur est morte c’est de votre faute ! Et pour cela vous allez payer le prix fort à savoir …le prix du sang…misérable lâche !

L’elfe, continuant de soulever et d’étrangler cet homme, sortit à l’aide de sa main valide un couteau de sa tunique et le rapprocha doucement du visage de cet homme.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Sam 12 Fév 2011 - 20:46

L’Impératrice resta silencieuse. Après tout qu’avait-elle à dire ? Elle laissait l’elfe faire son choix. Mais elle ne doutait plus du camp dans lequel se placerait Dylinrae. Pour Lisbeth, depuis que son agent avait combattu sa sœur, elle prenait pour acquis le fait que l’elfe resterait dans son camp. Pourquoi ?Tout d’abord , l’elfe avait une dette de sang envers elle, et donc envers l’Empire. Et puis, sa sœur ne semblait pas telle que Dylinrae l’avait connu avant. Même en la rejoignant, il était évident que leur relation serait différente, et pas dans le sens positif. . . Il restait aussi l’idiot du village, qui tuerait sûrement Dylinrae à la fin de ce coup d’état. Enfin, l’Impératrice avait décelé dans les actes de l’elfe , une notion assez importante du devoir. Le tout lui disait que l’elfe ne la trahirait pas. Évidement, comme il fallait toujours en rajouter une couche, l’Impératrice éprouvait quand même un petit doute, car le risque zéro n’existe pas. Dylinrae était tout simplement bouleversée, perdue peut être . . . Bref, traumatisée. Elle avait peut être perdu la tête, ou autre réaction du genre. Dans ces moments, la logique n’est plus la même. On pouvait faire n’importe quoi, lorsqu’on était dans la même situation que l’elfe.

Une larme solitaire coula le long de la joue de l’elfe. Puis , dans un élan assez . . . Inattendu, cette dernière se précipita vers sa sœur, les armes aux poings. Au moins , ca avait le mérite d’être clair . . . L’Impératrice se retint d’exploser de rire, consciente que ca ne convenait pas vraiment à la situation. Pas que c’était drôle, non , pas du tout. Juste les nerfs. Lisbeth regarda un instant Dylinrae et Jaraël combattre. Laquelle gagnerait cette fois ? Jaraël battrait-elle sa sœur une seconde fois? Lisbeth ne pouvait rien faire et elle détestait ca. Elle allait se retourner pour voir se que fabriquaient Athar et l’agent traître, lorsqu’elle ressentit un violent choc à la mâchoire. Un projectile l’avait touché à cet endroit. Une espèce de boule de métal noire , qui retomba lourdement au sol avec un’BOUM’ retentissant. L’Impératrice porta la main à sa joue. Du sang coulait d’une petite blessure causée par le projectile. Lisbeth regarda longuement sa main, hébétée. Une colère inouïe s’empara alors de son esprit.

Elle se retourna , et regarda avec des yeux froids comme la glace , l’agent traître qui avait osé la blesser. Ce con, ce sale traître. Quelle était sa motivation ? Il ne gagnait peut être pas assez bien sa vie pour lui ? Quoi, il n’avait qu’un des salaires les plus élevés de son service. Alors qu’il se la coulait douce dans son bureau , à remplir la paperasse et refiler ses propres missions aux autres. Croyait-il qu’elle n’était pas au courant ? Quel était donc son but ? Le pouvoir et l’argent sans aucun doute . . . Ou alors une vengeance personnelle , mais contre qui , contre quoi ? Que voyait-il dans les idées d’Athar , qui le séduisait tant ? Aucune morale, aucun devoir, une espèce de pourriture qui n’aurait jamais dû entrer dans ses services. Un homme à éliminer, maintenant tout de suite. Elle le laissa s’avancer, arrogant , se pavanant comme un paon, le torse bombé. Sa victoire sur elle semblait déjà un fait acquis dans son histoire . . . Quel idiot . . . Il ne savait pas qu’il avait déchaîné en elle , une colère effroyable. Toute sa vie ressortait d’un coup. Elle n’avait plus qu’une idée en tête , le faire payer, lui , et son chef. Ils se défièrent un instant du regard. Il avait un sourire si arrogant sur ses lèvres . . . Lisbeth brisa la tension qui régnait entre eux en lui balançant un mémorable coup de boule en pleine figure. Sa fureur était telle qu’elle éprouva une certaine satisfaction à le voir lamentablement s’écraser à terre , la main sur son nez ensanglanté. Oh, pauvre petit chou, elle lui avait explosé le nez . . . Ça fait mal hein ?

Souffre, comme toute ma vie j'ai souffert . . . >

Elle se jeta alors sur lui. Son visage exprimait une telle colère , une telle rancœur, une telle tristesse. Telle une furie ,elle le roua de coups de points. Ils roulèrent au sol , Matthias se défendait comme il le pouvait. Il réussit à la repousser et prenant appui au mur à se lever, haletant. L’Impératrice retroussa ses manches , et le regarda dégainer une rapière. Elle sourit, un grand sourire sans joie, sans émotion , un sourire sans but, froid, glacial. Un sourire qui aurait fait frissonner n’importe qui. Elle activa ses deux lames rétractables , dont les manches était toujours recouvert par les manches de la robe de l’Impératrice , ce qui donnait l’impression que ses mains étaient des lames. Matthias n’attendit pas que Lisbeth le surprenne une seconde fois. Il attaqua avec sa rapière, ayant perdu tout sourire, toute ironie. L’Impératrice répliqua par des coups si violents que le traître recula. Le temps s’était arrêté pour l’Impératrice, elle était seule , dans un endroit vide, juste avec une ordure à éliminer d’urgence. La rapière de l’agent s’envola et le traître voulut dégainer d’autres armes, mais Lisbeth ne lui en laissa pas le temps , elle lui infligea une grande coupure au torse à l’aide de ses propres armes et continua ses attaques rapides et violentes. Elle enfonça une de ses lames dans l’épaule du traître qui hurla de douleur. On pouvait lire un mélange d’horreur et de peur dans les yeux de ce dernier. Il craignait maintenant pour sa vie, il savait qu’il n’avait qu’une infime chance de s’en sortir. Il savait aussi que ce n’était plus l’Impératrice qu’il avait devant ses yeux. Cette crainte qu’il éprouvait nourrissait la colère de Lisbeth. Elle jeta son autre arme à terre pour balancer un violent coup de poing dans l’abdomen de son adversaire qui en eu le souffle coupé, mais réussit tout de même à retirer la lame de son épaule et à blesser l’Impératrice sur toute la longueur de l’avant bras. Cette dernière ne sentit rien, et jeta le traître au sol. Les mains sur le cou de ce dernier , elle l’étrangla. L’agent suffoquait, devenait bleu, se débattait, mais rien à faire. L’Impératrice ne bougeait pas.

Il ne bougeait plus, avait le regard vague, était pâle comme un fantôme. Il était mort. Gisant dans son sang. L’Impératrice lâcha son cou, laissant apparaître des traces de strangulation. Ses ongles étaient ensanglantés . . . Elle ferma doucement les yeux du traître et reposa sa tête au sol, lentement. Elle essuya tant bien que mal ses mains sur sa robe, déjà parsemée de taches de sang. Elle se releva , laissant place à un visage de marbre et se retourna. Ce fut comme si elle se réveillait. Lisbeth se retourna soudainement et regarda , pâle , le corps du traître au sol. Troublée, elle vacilla. Une vive douleur au bras gauche la rappela à la réalité. Une fine coupure, pourtant profonde, était là, allant de son poignet à son coude. Du sang en coulait, et sa manche en était rouge écarlate. Lisbeth serra son bras, et essaya d’utiliser la magie , avant de se souvenir qu’elle était inaccessible. L’Impératrice avait beau chercher, elle ne comprenait pas . . . Elle . . .

-Ce n‘est pas de ta faute si ta si ta sœur est morte mais plutôt la faute de L’impératrice ! Si elle ne t’avait pas obligée à la protéger ta sœur serait encore en vie maintenant !


La voix d’Athar fit retrouver ses esprits à l’Impératrice. Elle darda un regard dégouté vers le ministre, et aperçut le corps de Jaraël , gisant non loin de Dylinrae. Alors l’elfe avait gagné. Elle avait vraiment tué sa sœur . . .Avait-elle su pourquoi sa sœur était au service d’Athar ? Quel avait été le dénouement de cette triste histoire familiale ? Elle ne se voyait pas vraiment le demander à Dylinrae, du moins pas maintenant. Cette dernière avait vraiment l’air secouée . . . Enfin, elle disait ca, mais elle n’était pas très bien placée pour. Elle aussi était . . . Plutôt secouée. Elle avait tué cet homme. Cela ne la dérangeait pas , c’était plutôt la colère et la haine avec laquelle elle l’avait fait. Comme si tous ce qu’elle avait enfoui , gardé pour elle, était ressorti d’un coup. Et cela lui faisait peur, maintenant qu’elle avait repris ses esprits. Elle se rendit alors compte que l’elfe était en train d’étrangler Athar , et le menaçait avec son couteau. Ah non, hein. Elle avait encore besoin de lui . Elle se devait de l’interroger pour savoir si d’autres traîtres se baladaient dans son palais. Merci , mais un coup d’état c’est déjà beaucoup. Pas d’autres avant quelques années, si possible. Elle s’approcha de l’elfe, et posa la main sur la sienne. L’elfe la regarda, et l’Impératrice lui fit comprendre à son regard qu’elle avait encore besoin du ministre. Mais l’elfe était tellement haineuse , qu’elle mis quelques instants à lâcher le ministre .Lisbeth regarda alors Athar. Elle rêvait , ou il venait de de lui lancer un regard reconnaissant ? Un sourire ironique apparut sur son visage. Il allait bientôt regretter le fait de ne pas être mort maintenant. Elle allait lui lancer une réplique bien mordante, mais fut coupée par une énorme explosion.

Surprise, Lisbeth se retourna. Des bruits de pas se firent entendre. Beaucoup. Était-il possible que . . . ? L’Impératrice crut halluciner, lorsqu’elle vit arriver Xandiar et ses hommes dans le couloir. Il foutait quoi là , lui ? Il n’était pas sensé être loin ? Mais bref, elle n’avait jamais été aussi contente de le voir . C’était un vrai miracle! Enfin, il était vrai que la garde avait dû être alertée , depuis le temps qu’ils n’avaient pas de nouvelles de l’Impératrice et de ses ministres. Il y’en avait un par contre, qui n’était pas content du tout , huhu. Après avoir rapidement expliqué la situations à Xandiar et ses thugs , ceux-ci se scindèrent en trois groupes. Le premier alla chercher les ministres toujours attachés , le second se chargea d'éliminer les mercenaires à la solde d'Athar et le troisième s’occupait de l’Impératrice , de Dylinrae et du ministre traître qui insultait tout le monde. Un des thugs n’apprécia d'ailleurs pas vraiment cela et assomma ledit ministre. Cool , ca leur faisait des vacances du coup.

< Emprisonnez-le , et faites le nécessaire pour savoir avec qui il travaillait. Je veux qu’on débusque tous ces crétins qui se baladent tranquillement dans mon palais, dit-elle d’un ton sec.>


Lisbeth s’approcha ensuite de l’elfe et dit d’un ton plus doux:

< Merci , Dylinrae. L’Empire vous doit beaucoup. Je suis prête à vous accorder ce que vous voulez, dans la mesure du possible évidement. Je veillerais à ce que vous soyez récompensée. Et . . . Je suis désolée pour votre sœur. Vraiment désolée.>


Lisbeth jeta un petit coup d’œil vers Jaraël , la sœur de son agent. Elle comprenait ce que pouvait ressentir Dylinrae. Elle aussi avait perdu des personnes qu’elle avait aimées. Seulement, ce n’était pas elle qui avait tué ces personnes de ses propres mains. L’elfe s’en voulait-elle ? Tout à fait possible. Pour Lisbeth, elle avait plutôt libéré sa sœur . . . Mais ce n’était pas aussi simple pour l’elfe. L’Impératrice espérait seulement que cette dernière ne soit pas rongée par le remord. Qu’elle puisse se pardonner . . . Qu’elle puisse surmonter cette épreuve. Elle avait besoin de bonnes vacances, Dylinrae.

< Et comme j’estime que vous en avez besoin, je vous envoie pour une durée indéterminée en vacances à Aquaria, bien accompagnée, et vous n'y échapperez sous aucun prétexte y comprit en utilisant votre faveur. J’ai dit.>

Lisbeth ne se préoccupa pas de la réaction de l’elfe à ce moment là. Elle était déjà ailleurs. Elle s’éloigna en compagnie de Xandiar et régla les derniers détails qui posaient problème. Elle laissa les ministres et Dylinrae aux bons soins des chamans et des gardes , et fatiguée, se rendit dans sa suite. L’elfe déciderait de ce qu’elle voulait faire du corps de sa sœur. Lisbeth ne savait pas si les omoisiens étaient au courant du coup d’état, mais vu l’agitation qu’il y avait eu lors de ce dernier au palais, il ne devait pas être passé inaperçu. Toute une armée qui coure à fond dans les couloirs du palais pour rejoindre la partie secrète de palais n’était pas très discrète. Exténuée , elle s’affala sur son lit , laissant le temps passé.

Elle ne dormit pas cette nuit là.



♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   Dim 13 Fév 2011 - 17:21

Resserrant un peu plus sa poigne autour du cou d’Athar, Dylinrae voulait à tout prix tuer cet homme. Il lui avait pris la personne qu’elle chérissait le plus au monde… A cause de lui l’elfe avait tué sa propre sœur… Selon elle, cet acte était de loin le plus ignominieux qu’elle ait jamais fait de toute sa vie. A ce moment là, plus rien n’avait d’importance pour l’elfe des services secrets…seule sa haine comptait ! Cet homme avait obligé sa sœur à la combattre et à mourir son nom. Il semblait donc logique pour l’elfe de lui ôter la vie. Elle savait pertinemment que Jaraël ne reviendrait pas si Athar venait à mourir mais elle n’en avait que faire. Si elle le tuait…elle vengerait au moins la mémoire de sa sœur et donnerait une raison à sa mort ! Ce qu’ignorait cet homme, c’était que sa déclaration précédente avait déclenché un torrent de fureur chez l’elfe. Celui-ci était semblable à un feu impossible à éteindre. Pour Dylinrae ces passions intérieures ne demandaient qu’à être assouvies…

Soudain une main se posa sur la sienne, ramenant ainsi l’elfe à la réalité. L’elfe des services secrets regarda le détenteur de cette main et vit qu’il ne s’agissait ni plus ni moins que de l’impératrice. L’elfe avait été tellement obnubilée par son chagrin et par sa haine qu’elle en avait été jusqu’à oubliée la présence de l’Impératrice en ces lieux ! Regardant fixement Lisbeth, Dylinrae comprît ce qu’elle désirait. Cependant elle hésitait à lâcher prise… Cet homme méritait de mourir de sa main et ce sur le champ ! Mais elle savait aussi qu’elle ne pouvait désobéir aux ordres de l’impératrice… Respirant un bon coup, l’elfe lâcha Athar qui par ailleurs avait pris une teinte bleuâtre… A peine l’eut-elle lâché qu’elle s’éloigna à distance raisonnable du ministre. Il valait mieux pour sa survie que l’elfe soit à bonne distance étant donné son accès de fureur. Dylinrae se recroquevilla alors sur le sol, fixa Athar et se jura qu’un jour elle lui ferait payer toute cette histoire.

Sans crier gare une énorme explosion retentît dans tout le palais et des bruits de pas se firent entendre. L’elfe ne chercha pas à se relever malgré cette cacophonie. Elle était quasiment sûre et certaine qu’il ne s’agissait pas des mercenaires. Après tout il devait connaître la position de leur chef et n’avait donc nullement besoin de déclencher une explosion retentissante ! Son hypothèse fut ratifiée quant-elle vit apparaître Xandiar et plusieurs de ces hommes dans le couloir. Elle ne fut même pas étonnée de les voir… Ces hommes avaient du être certainement mis au courant dès le début de cette situation et s’étaient donc préparés en conséquence. Cette soudaine apparition marquait donc la fin de cette situation de crise même si aux yeux de l’elfe cela ne signifiait rien. Elle avait déjà tout perdu si ce n’est sa vie… Que pouvait-elle espérer ?

Relevant la tête vers l’Impératrice, Dylinrae vit celle-ci expliquer la situation à Xandiar qui scinda ses troupes en 3 groupes. Deux partirent dans des directions opposés tandis que celui composé de Xandiar restait auprès de Lisbeth, d’Athar et de l’elfe. Sans doute était-ce pour leur propre sécurité… L’elfe des services secrets vît alors un des Thugs s’approcher du ministre et l’assommer purement et simplement. Il fallait avouer que ce dernier n’avait pas arrêté à insulter tout le monde à l’aide de sa connaissance non moins remarquable de jurons. Cette conduite montrait bien quel genres d’hommes était Athar… A savoir ceux des lâches qui n’acceptent pas la défaite avec dignité et honneur.


< Emprisonnez-le, et faites le nécessaire pour savoir avec qui il travaillait. Je veux qu’on débusque tous ces crétins qui se baladent tranquillement dans mon palais, dit-elle d’un ton sec.>

Cette déclaration n’était point celle espérée par Dylinrae, mais elle put consoler un tant soi peu sa frustration. Cet homme n’allait pas certainement pas passer un bon moment en compagnie de ses gardes et allait sans doute souffrir pendant pas mal de temps. L’elfe des services secrets souhaita du plus profond de son âme que la souffrance de cet homme égale celle de son propre cœur… Lisbeth s’approcha alors d’elle et lui déclara d’un ton plus doux:

< Merci, Dylinrae. L’Empire vous doit beaucoup. Je suis prête à vous accorder ce que vous voulez, dans la mesure du possible évidement. Je veillerais à ce que vous soyez récompensé. Et . . . Je suis désolée pour votre sœur. Vraiment désolée.>

Cette déclaration ne signifiait rien en apparence mais pour l’elfe elle eut l’effet d’un baume posée sur son cœur. Dylinrae était au moins sûre de pouvoir compter sur l’assistance de quelqu’un… Regardant en direction du cadavre de sa sœur, l’elfe des services secrets eut beaucoup de mal à réprimer ces larmes. Elle s’en voulait atrocement d’avoir tué Jaraël. Pourra-elle un jour se regarder dans un miroir ? L’elfe en doutait sérieusement. Ce qu’elle avait fait était monstrueux et inhumain. Elle avait tué la seule personne sur Autremonde à lui avoir porté un amour sincère jusqu’au bout… Dylinrae se retrouvait maintenant condamner à vivre seule avec ce terrible acte sur la conscience. Après cela plus jamais elle ne pourra faire la paix avec elle-même… Elle avait tué sa sœur alors qu’elle aurait pu seulement la blesser légèrement afin de la neutraliser… C’est elle qui aurait du mourir et non Jaraël ! Regardant fixement la dépouille de sa sœur, Dylinrae nota que, même malgré la mort, l’expression du visage de Jaraël restait sereine. L’elfe se jura alors de tout mettre en œuvre pour mettre hors d’état de nuire toutes les personnes qui avaient participé directement ou indirectement à cette mascarade.

< Et comme j’estime que vous en avez besoin, je vous envoie pour une durée indéterminée en vacances à Aquaria, bien accompagnée, et vous n'y échapperez sous aucun prétexte y comprit en utilisant votre faveur. J’ai dis.>

A l’annonce de cette décision, le cœur de l’elfe manqua un battement. Dylinrae sentît une bouffée de colère monter en elle. L’elfe n’avait nullement besoin de vacances ! Tout ce dont-elle avait besoin c’était d’un ordre de mission stipulant la recherche et l’assassinat des personnes ayant montées ce coup d’état ! Cependant l’elfe savait pertinemment qu’elle ne pouvait protester ou bien faire changer d’avis l’impératrice. Cette dernière avait pris sa décision et celle-ci était irrévocable… Certes elle ne pouvait en vouloir à Lisbeth car après tout cette dernière se souciait d’elle… mais cette nouvelle ne la réjouissait guère… Regardant l’impératrice s’éloigner en compagnie de Xandiar, l’elfe des services secrets laissa les chamans soigner toutes ses blessures sauf une à savoir celle de son visage. Cette dernière la faisait un peu souffrir mais l’elfe préféra la garder afin de se punir physiquement de son acte.

S’approchant du cadavre de sa sœur, l’elfe le prit entre ses mains, jeta un regard dissuasifs envers les gardes qui voulurent l’aider et quitta les lieux tout en laissant ses larmes coulées le long de ses joues.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le tout pour le tout [pv Papy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le tout pour le tout [pv Papy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tenter le tout pour le tout.
» Tout est possible, tout est réalisable.. Haha
» Tout est beau, tout est rose. Tant que je l'impose.
» Vous croyez tout savoir sur Naruto ? (petit questionnaire)
» En tout bien tout honneur [ Pv Guillaume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'Impératrice-
Sauter vers: