AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Aelita. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'ImpératricePartagez | 
 

 Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maya Harclia


avatar

Age du personnage : 16 ans

Métier : Recrue aux Services Secrets d'Omois (chut !)
Résidence : Fondue dans l'ombre de tes rêves intouchables.
Dans le sac : Combattre. Combattre la peur, l'apréhension, l'ennemi, la mort. Combattre plein de choses camouflées derrière un visage, une idée...


MessageSujet: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Mer 16 Fév 2011 - 19:08

En se levant, le matin-même, Maya croyait que la journée qui s'annonçait allait être mauvaise pour sa pression artérielle. Elle ne savait pas encore à quel point.

Tingapour était une ville active, où fleurissait les commerces, les arnaques et les merveilles. Elle recelait des objets qu'aucune autre ville ne possédait. Ses couleurs flamboyantes... Sa grandeur, sa puissance... Son insolence sous-jacente.... Son invulnérabilité... Tout dans cette ville laissait encore la jeune sortcelière pantoise.

Le palais, bien reconnaissable, drapé dans sa somptuosité, trônait au coeur de la ville. Un sort curieux permettait aux Jardins de reposer cependant dans un calme olympien. Un silence respectueux. Grisant.

Plus d'une fois, Maya eut envie de faire demi-tour. Elle visait haut : recrue dans les Services Secrets du continent. Enfin, de cet Empire gigantesque qui faisait la superficie du continent de Tû. Elle avait eu de l'ambition au moment de dire son objectif, de la détermination pour l'argumenter. Mais à présent qu'elle se retrouvait sans moyen de faire marche arrière, elle en avait envie.

Ou plutôt, non. Elle avait simplement la frousse.

De sa lèvre mordillée perla une goutte de sang, qu'elle s'empressa de cacher avec sa langue. Omois. Services Secrets. Son ventre se noua. Elle ne pouvait pas, et pourtant, sa mère avait besoin d'elle. Oui, sa mère avait besoin d'elle. Celle à qui elle devait tout avait besoin qu'on lui rende la pareille.


* Ok, j'y vais. *

Elle s'avança dans l'allée de gravier bordée de sensitives violettes, signes de son appréhension. L'adolescente admirait toutes ces fleurs, ces tons chauds ou froids qui se mêlaient en une agréable harmonie.

Les gardes firent frissonner Maya. Les thugs semblaient forts, prêts à broyer tout intrus s'introduisant dans la demeure de l'Impératrice. Elle sortit son laissez-passer de sa poche et le leur tendit, tremblante. Ils le vérifièrent. Ou du moins, il sembla, car ils ne bougèrent pas d'un poil. Pas non plus lorsqu'elle pénétra dans l'imposante bâtisse.

Les murs étaient tarabiscotés de portraits, d'art pur. Le sol de marbre doré aux nervures pourpre était froid... non, c'était Maya qui avait froid. Des arbres volumineux et feuillus étaient plantés en plein dans le palais, côtoyant les serviteurs déboulant dans les couloirs et des animaux exotiques.

Qu'est-ce qu'elle fichait là au juste ? Une tâche dans le paysage. Une mauvaise recrue, sûrement. Mais le temps qu'elle croyait en son éclat interieur, en son rêve, elle pourrait atteindre son voeu. Cette réflexion était une des plus importantes pour Maya. Grâce à cela, elle était presque entièrement sûre d'elle. Assez pour chercher la salle d'audience avec ferveur.

Toutefois, lorsque la jeune fille arriva devant la lourde porte à double battant, les gardes ne voulurent pas la laisser entrer, papier ou pas.

Maya, frustrée, grisée, blasée, refoula les insultes qui lui brûlaient les lèvres.

Des cris. Des décibels... d'une effrayante hauteur. Alertée, Maya se détourna des gardes indifférents, affichant un masque de froideur. Elle fit comme ça tout le palais, seule, à moitié perdue, pour se retrouver devant une porte encadrée par des thugs silencieux. La futur recrue fixa la porte, perplexe. Il lui semblait bien... oui, c'était d'ici que provenait les cris !

La porte s'ouvrit, pour laisser sortir une elfe à la mine indeffinissable.

Maya se retrouva plaquée contre le mur sous sa propre initiative, les genoux fléchis pour permettre une plus grande liberté de mouvements. Geste de défense, de protection. Elle regarda l'elfe, mais son regard fut attiré par une femme d'une beautée indéfinissable.

Une femme aux cheveux blonds merveilleux. Une mèche blanche. Une couronne. Des yeux bleu marine profonds. Le paon pourpre aux cent yeux d'or.
Pas de doute possible.
Maya se trouvait face à l'Impératrice d'Omois.
La porte se referma trop tôt à son goût, la laissant avec l'elfe dans le couloir desert.

Mauvais, ça. Très mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1937-maya-harclia-the-bee http://tara-duncan.actifforum.com/t1780-maya-harclia
Angel Del Nero


avatar

Age du personnage : Indéfini

Familier : Darkness
Couleur de magie : Rouge sang
Métier : Guerrière
Résidence : Dans une forêt...
Dans le sac : Se battre


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Mer 16 Fév 2011 - 20:43

Angel se promenait dans les rues de Tingapoour, son corbeau sur l'épaule. Les passants la regardaient avec un air étrange, rempli de peur et de mépris. Elle continua son chemin sans tenir compte des yeux qui se tournaient dans sa direction. Elle se dirigeait vers le palais impériale, reconnaissable par sa grandeur et l'or qui recouvrait ses murs. Un long soupir sortit de la bouche de l'elfette qui savait exactement pourquoi elle était ici et que ça ne lui plaisait pas. Elle allait se faire engager dans les Services Secrets d'Omois, le plus grand Empire Humain d'Autremonde. La lettre qui permettrait de la laisser entrer était glissée dans l'une des poches de sa cape noire.

L'elfette s'arrêta à l'entrée de la cour entourée de violettes. Elle n'avait pas envie de remonter le chemin de graviers mais vu que l'Impératrice l'avait convoquée avec un papier officiel, elle était obligée de se rendre dans la salle d'audience ou elle se ferait jeter un prison. Joyeux... Ses yeux se tournèrent lentement vers le ciel, qui commençait à s'obscurcir. Cependant, on était au milieu de l'après-midi, il ne pouvait donc pas faire nuit. L'esprit d'Angel en conclut qu'il allait bientôt pleuvoir. Les bols transparents se mirent aussitôt en action.

Un pas, suivi d'un second, puis elle remonta tout le chemin avant d'arriver devant la grande porte en bois qui barrait l'accès au palais.

Angel traversa calmement tout le château et finit, au bout de longues minutes de marche, par arriver devant la salle d'audience. Néanmoins, les gardes ne voulurent pas la laisser entrer. Ses yeux prirent une teinte rouge et leur balança à la tête toutes les insultes qu'elle avait retenu jusqu'ici. Les Thugs ne bougèrent pas mais elle vit très bien leurs muscles se tendre. Magnifique. Elle allait relancer d'autres insultes lorsqu'un cri se fit entendre. Un second retentit quelques secondes plus tard. L'elfette se tourna et détermina la source du bruit. Ses pas l'y emmenèrent d'eux-même.

Elle était au bout du couloir et vit au loin des thugs silencieux qui encadraient une porte. Angel se douta à ce moment de qui il y avait à l'intérieur. Sûrement l'Impératrice d'Omois. Cette personne importante portant de longs cheveux blonds tranchés d'une mèche blanche. Le bruit de la porte heurtant le mur la tira de ses réflexions et elle aperçut une autre elfette, qui ne semblait pas très bien. Elle haussa un de ses fins sourcils noirs et se rapprocha un peu plus. Une jeune sortcelière se tenait contre le mur, genoux fléchis. Posture défensive.

La porte se referma au bout de quelques minutes. Angel n'avait pas quitté des yeux l'autre elfette. Cette dernière était comme... Saoul. Elle avait la même tête que les jeunes bourrés qu'elle avait pu croiser sur Terre. Elle soupira doucement et observa la scène. Elle n'était ainsi pas la seule à venir s'engager. La jeune humaine devait venir pour la même chose et peut-être que d'autres personnes allaient se joindre à elles. Angel se rapprocha de sa collègue et lui murmura :

-Tu as une idée de ce qui se passe ?

Elle espérait que celle-ci lui donne une réponse. Le couloir était maintenant désert et elles n'étaient que trois. Il faut mieux qu'il n'y est pas de mauvaises surprises, même si l'instinct de l'elfette lui criait de faire attention. Son corbeau s'agitait et elle le calma d'une caresse.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Jeu 17 Fév 2011 - 16:02






Hrrrm, bon, l'Impératrice, elle faisait quoi ? C'était pas tout ça, mais elle n'avait pas la vie devant elle ! ... Mauvais choix d'expression. Bien sûr que si, elle avait la vie devant elle, et une longue vie, en plus. Elle avait beau n'être qu'une "demi", son espérance de vie était... très, trèèès grande. Demi-lycanne... Un mélange pour le moins hétéroclite & original ! D'un côté, elle craignait un peu moins l'argent que les lycans habituels, même si il la brûlait quand même, et de l'autre, quand la chair était vraiment profondément entaillée, elle ne se régénérait pas, ou alors très peu. Mais, autre avantage, elle disposait aussi d'un peu de magie, qu'elle avait travaillé pour qu'elle soit d'un niveau normal, au minimum. Tapant du pied, impatiente, Apolline songea à ce qui c'était passé pendant la dernière heure.

Il y a trois quarts d'heure encore, elle fendait la foule omoisienne en plein Tingapour, pressée de rejoindre le Palais, touchant sans cesse son autorisation pour rentrer au Palais tout en jubilant légèrement. Mais à la joie & à l'excitation qui la prenaient se joignait aussi une pointe d'angoisse & de stress. C'était bon. L'autorisation était là, sous ses longs doigts crispés par la nervosité. Elle touchait presque à son but. Il ne lui manquait plus qu'à démontrer ses capacités devant l'Impératrice & un professionnel, et elle pourrait être acceptée. Oui, l'Impératrice, elle-même, cette Majesté que l'on décrivait comme forte, froide & imperturbable. En même temps, vu le poste qu'elle occupait, il valait mieux, non ? Et, quand à la froideur, la jeune demi-lycanne imaginait que diriger tout un Empire, & même tout un Continent, ne devait pas être facile tous les jours.

Elle accéléra le pas, le vent fouettant ses joues rosies par le froid. Elle se forçait à ne pas laisser son esprit dériver vers Lui. Lui... Tout, en cette journée, la ramenait vers son souvenir. C'était dingue ! Le ciel brumeux, dans un mélange de gris & de bleu, lui rappelait ses yeux joyeux, tandis que la senteur des étals d'épices & autres fleurs lui faisait penser à son parfum. Et il y avait aussi... Elle secoua la tête, désespérée & assez agacée. Mais enfin ! C'était un traître ! C'était son ennemi. Elle le détestait. Le regard fuyant, Apolline remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille.

Elle refusait encore de s'admettre qu'elle l'aimait encore. Elle ne se l'avouerait probablement jamais, & de plus, si elle décrochait ce job, elle n'aurait plus énormément de temps pour... penser. Se poser. Réfléchir. Mais n'était-ce pas ce qu'elle cherchait, en partie, dans ce travail ? Recrue dans les Services d'Omois, voilà ce que voulait Apolline - & monter en grade un peu plus tard, cela allait de soi. Sortant de ses pensées, elle releva la tête, pour remarquer qu'elle était presque arrivée. Apolline s'arrêta alors devant la vitre d'un magasin pour s'examiner, et remit en place ses cheveux, quelque peu décoiffés par le vent. Elle avait fait l'effort de se coiffer, aujourd'hui. Il était certain qu'une tignasse blonde, sauvage & ébouriffée n'aurait pas fait très bonne impression devant l'Impératrice. Et elle avait abandonné ses joggings & autres vêtements amples, mous et... très très laids, pour une tenue plus convenable & adaptée.

Elle arriva dans les jardins du Palais; à son passage, les sensitives, déjà violettes - tiens, il n'y avait pas que Apolline qui était un peu angoissée -, se colorèrent d'un bleu foncé tirant vers le prune, signe de sa légère nervosité. Apolline Strawberry Weather nerveuse, il fallait le voir pour le croire ! Et pourtant, en cette après-midi très sombre, il n'y avait pas de rêves - enfin, pour l'instant -, seule la réalité subsistait. Elle réajusta son manteau, dis donc, qu'est-ce qu'il faisait froid ici ! On se les gelait ! Strawberry continua à avancer & tendit son laissez-passer aux thugs imperturbables & immobiles comme du marbre, dans un geste presque triomphant. C'était qu'elle était excitée, la petite !

Après... Elle s'était dirigée vers la Salle d'Audience, cela coulait de source. & la jeune fille remarqua sans mal le goût certain de l'Impératrice et de son demi-frère pour le... clinquant. Il fallait que ça brille ! Le couloir dans lequel se trouvait Apo', par exemple, était marbré de doré, et les murs blancs & immaculés étaient recouverts d'arabesques en relief en... or, aussi. Encore & toujours, de l'or, partout, dans chaque recoin. Et à part l'or, toutes les couleurs possibles & imaginables se côtoyaient. Les courtisans formaient une foule bruyante & extrêmement voyante; le Palais avait comme une note d'insolence, de ragots, de moquerie, tout comme la capitale. Et il y avait toujours quelque chose d'original, comme ces arbres qui poussaient le long des murs, ou encore les chapeaux à plumes & autres accessoires étranges des courtisans les plus farfelus. Dans ce Palais la vie était rapide, forte, folle; on nageait dans un lac d'abondance, dans une mer de surplus, dans un océan de... "trop".

Mais revenons-en à Apolline. Une fois arrivée devant ladite salle... On lui refusa l'entrée. Allons bon ! Qu'est-ce qu'ils faisaient, les Thugs ? Elle avait le droit d'entrer ! Ils avaient oublié leurs quelques neurones chez eux ou quoi ? Agacée & bien en colère, Apolline leur fit part de sa pensée un peu... enfin, très, sèchement & méchamment, n'hésitant pas à utiliser quelques jurons mais surtout des paroles acides & mesquines. Et voilà comment elle se retrouva à... attendre. L'Impératrice exigeait que tout soit fait en temps & en heure, mais elle, elle n'était pas très ponctuelle, pour le coup. La future probable recrue se força à calmer cet excès soudain de colère. L'Impératrice était peut être une des seules personnes qu'elle respectait. Mais elle commençait sérieusement à trouver l'attente beaucoup trop longue.

Des cris déchirèrent le silence pesant qui commençait à s'installer dans ce coin du Palais. Washhh, dis donc, ça cassait les oreilles, leur truc, qui donc pouvait crier comme ça ? Néanmoins, cela s'annonçait intéressant. Alors qu'elle commençait à se mettre en route, Apolline s'arrêta brusquement & regarda derrière elle. Et si l'Impératrice arrivait pendant qu'elle allait observer ce qui se passait ? Oh, pas grave. Elle n'avait cas être à l'heure, hein ! Ses pas la guidèrent dans un couloir où il y avait... Une porte. Waaah, le truc extraordinaiiire ! Ou pas, hein. Seulement... une elfe fut projetée de la salle derrière la porte. Ça alors ! Elle avait l'air... saoule. Et très très saoule, avec en plus, une boîte d'amphétamines dans la main. Quoi, une elfe avait besoin d'amphétamines ? Première nouvelle. Les elfes étaient réputés forts & avec un mental d'acier.

-Tu as une idée de ce qui se passe ?

Apolline remarqua alors qu'elle n'était pas seule avec l'elfe dans ce couloir. Enfin, elle, elle était vraiment au bout du bout du couloir, là où personne n'aurait pu la voir. Il y avait donc deux autres filles qui se trouvaient là, une... oui, c'était probablement une humaine, aux cheveux chocolats, très foncés, presque noirs, & aux yeux d'une couleur très spéciale, c'était du gris, mais un gris étrange, teinté de bleu, de mystère & d'un peu de mélancolie. Bien sûr, ce n'était que l'impression qu'ils donnaient, elle ne voyait pas pourquoi l'humaine aurait eu une quelconque tristesse... Bref, quoi qu'il en soit, cette fille avait adopté une position défensive - elle avait sûrement été surprise par l'elfe. D'ailleurs, en parlant d'elfe, il y en avait une deuxième, qui avait prononcé cette phrase. Elle avait des cheveux foncés, elle aussi, noirs & ils semblaient avec des reflets... turquoise ? Bleutés ? Enfin bref. Son regard était d'un beau vert de mer, & il était dirigé vers la jeune sortcelière.

Strawberry s'approcha, et dit d'une voix claire & forte, dans le dos des jeunes filles :

« Hrrmm... Je... J'aimerais bien savoir ce qu'il se passe ici aussi. Quelqu'un le sait... ? »

Les deux autres filles seraient peut être surprises; peut être pas. Mais après tout, il y avait des chances, car elle était arrivée dans leurs dos, sans aucune discrétion, & avait parlé d'une voix projetée & amplifiée par le couloir désert. Les battants de la porte d'où était sortie l'elfe bourrée rebondissaient encore, & juste avant qu'ils ne se referment, Apolline pu entrevoir un très beau visage, bien reconnaissable. Celui de l'Impératrice. Cheveux blonds, comme ceux de Strawberry, mais en plus brillants, soyeux, dorés, yeux bleus, encore une fois comme la jeune demi-lycanne, sauf que les siens étaient d'un marine perçant, & ceux d'Apolline avait tantôt l'éclat froid de la glace, ou encore, l'azur d'une fin de journée printanière - mais pour ce dernier aspect, il n'arrivait pas très souvent en ce moment. Et, en plus, Lisbeth avait une couronne & une mèche blanche qui tranchait avec sa chevelure, ce que n'avait absolument pas & n'aurait jamais Apolline. Les deux se ressemblaient beaucoup & s'opposaient à la fois. Et la porte se referma sur cette vision de l'Impératrice & de sa tenue aux tissus rares & aux couleurs chatoyantes.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Sam 19 Fév 2011 - 12:34

Yeepeyyy. Cela faisait . . . Quoi , une heure qu’elle attendait Dylinrae ? Bon, l’histoire du retard , elle y croyait , mais que dix minutes. D’autant plus que ce n’était pas n’importe quel agent des services secrets qu’elle attendait, mais l’elfe la plus insolente qu’il lui ai jamais été donné de rencontrer à Omois. Conclusion ? L’elfe ne viendrait pas. C’était pourtant un sujet assez important dont-elles devaient discuter. Ree yeepeyyy ! Qu’est-ce que Dylinrae pouvait donc bien faire? Elle ne s’était pas assez reposée pendant ses vacances . . . Forcées à Aquaria ?Franchement . . . Les services secrets de nos jours n ‘étaient plus ce qu’ils étaient il y’a quelques années. Et cette évolution n’avait pas forcément été bénéfique de tout les points de vues.
L’Impératrice s’attendait tout de même un peu à l’absence de l’elfe. Cette dernière était légèrement bouleversée . . . Lisbeth espérait juste que son absence ne soit pas due à un acte tragique de la part de cette dernière. L’Impératrice avait tout fait pour que ce ne soit pas le cas. Vacances, chamans etc . . . Mais tout cela ne suffisait pas toujours. Surtout lorsque l’on avait assassiné sa sœur et lorsqu’on s’était vidé de son sang sur le sol du palais. Et encore, elle passait certains détails. C’était un miracle que ce coup d’état soit passé à moitié inaperçu comme il s’était déroulé dans une partie secrète de palais. Bon, évidemment, les omoisiens s’étaient doutés de quelque chose, Xandiar et ses thugs n’avaient pas été très discrets lorsqu’ils avaient défoncé la porte qui menait à la partie cachée du palais.

Elle se dirigea vers la chambre de l’elfe des services secrets, déterminée à secouer l’elfe une bonne fois pour toute. Qu’on conteste son autorité ainsi ne la faisait pas vraiment rire . . . Cette elfe se croyait-elle intouchable? Elle allait vite lui faire comprendre ce qu’il en était. Non mais. Traversant les couloirs , l’Impératrice retint un soupir. Les nouvelles recrues n’allaient pas tarder à arriver . . . Pour ne trouver personne là où elles avaient rendez-vous. Dire qu’elle était très pointilleuse sur la ponctualité . . . Mais enfin, le ‘test’ que les nouvelles recrues devaient effectuer ne pouvait pas se passer sans un ’haut’ agent des services secrets, en l’occurrence Dylinrae. Tant pis pour son éventuel retard, elle ne pouvait pas faire autrement.
Arrivée devant la chambre de l’elfe, l’Impératrice se fit silencieuse. Rien, aucun bruit. Si son agent n’était pas dans sa chambre . . . Où pouvait-elle se trouver ? Au pire , elle demanderait à un effrit. Pratique ca, les effrits. Lisbeth ordonna à la porte de s’ouvrir, ce qu’elle devait faire, puisqu’elle pouvait entrer partout dans son palais en tant qu’Impératrice. Ce que cette porte aurait dû faire. Try again. La porte ne bougea pas d‘un pouce, bien décidée à résister à l‘envahisseur. Non . . . Incroyable . . . L’elfe avait trafiqué sa porte ? Jusqu’où irait-elle comme ça? Une voix condescendante se fit entendre de l’autre côté de ladite porte:

< Revenez plus tard , je n'ai ni le temps ni l'envie de m'occuper d'une affaire fastidieuse requérant un niveau intellectuel médiocre>


Bien. Cela avait le mérite d’être clair. L’elfe la prenait de haut ? Elle ? L’Impératrice d’Omois ? Elle allait le regretter. L’insolence de Dylinrae la mettait hors d’elle. Elle pensa un moment à défoncer la porte magiquement, mais disons que ce n’était pas la chose la plus discrète à faire. D’autant plus que Lisbeth risquait, dans son élan, de faire exploser la porte et la chambre par colère. Elle opta donc pour la solution la plus simple et la plus discrète. Elle incanta silencieusement, et la porte de l’elfe s’ouvrit en grinçant sinistrement . Sans hésiter , Lisbeth entra et referma violement la porte. Une forte odeur d’alcool régnait dans la pièce. Beurk. De nombreuses bouteilles vides jonchaient le sol. Soit l’elfe avait dépensé tout son salaire à l’achat de ses bouteilles, soit cet alcool provenait directement de ses cuisines. Combien pariait-on sur la seconde solution? Pitoyable. Si seulement l’alcool était la seule chose que l’Impératrice pouvait reprocher à Dylinrae . . . Mais non, ce n’était pas tout. Il ne fallait pas oublier les boîtes d’amphétamines. Constatation : l’elfe se droguait. Ca , elle n’était pas au courant. Elle avait déjà pu constater que cette elfe avait un certain goût pour l’alcool lors de leur précédente rencontre, mais pas pour les amphétamines. Drogue plus alcool, quel charmant mélange .
Lisbeth savait qu’elle ne pouvait pas se permettre de garder un agent bourré , shooté et horriblement insolent dans ses services. Et Dylinrae ne faisait pas partie de n’importe quel service, cette elfe ne pouvait pas se permettre tout ces écarts. Si elle continuait ainsi, Lisbeth devrait la renvoyer. Et que deviendrait alors Dylinrae ? L’Impératrice préférait ne pas y penser. Seulement, cet agent avait sauvé son Empire, et avait sauvé sa vie aussi. Et puis, les excuses à ses agissements ne manquaient pas. Lisbeth ne savait même pas si l’elfe était réellement consciente de ce qu’elle faisait actuellement . . . Mais elle serait tout de même obligé de prendre des mesures contre les agissements de l’elfe.

Lisbeth se dirigea vers l’elfe. Cette dernière ne réagissant toujours pas , l’Impératrice se décida à la réveiller. Elle prit une grande inspiration, comme en début de chanson, mais les sons qui résonnèrent dans la salle et dans tous le palais furent nettement moins mélodieux. Pendant assez longtemps , elle hurla sur l’elfe, lui faisant bien comprendre le fond de sa pensée. Malgré cela, l’elfe semblait toujours enfoncée dans une sorte de mutisme. . . Au lieu de continuer à lui casser les tympans , ce qui se révélait fort inutile, Lisbeth finit sa déclaration par une phrase dont elle était persuadée que celle-ci secouerait l’elfe. Point très sensible.

< Votre sœur serait déçue de vous voir dans un tel état.>

Elle observa avec une certaine satisfaction l’elfe sortir de son mutisme. Voyant les boîtes d’amphétamines sur la table, Lisbeth rangea le tout dans sa poche. L’elfe se comportait comme une gamine ? Elle allait la traiter comme telle. Bien qu’elle doutait que les enfants se droguent aux amphétamines. Ouvrant bien grand la porte , Lisbeth éjecta littéralement Dylinrae de sa chambre. Elle allait à son tour sortir , lorsqu’elle remarqua la présence devant la porte , de trois personnes. Par réflexe et par colère contre Dylinrae , l’Impératrice referma la porte en la claquant, laissant son agent seule avec les trois femmes dans le couloir, histoire qu’elle cogite un peu sur ses paroles. Enfin, ses paroles , ses hurlements plutôt. Après avoir réfléchit, Lisbeth se rappela de la présence dans le palais des nouvelles recrues allant être testées. Elle n’avait aperçu que rapidement le visage des trois inconnues dans le couloir, mais elles devaient être lesdites recrues . Super. Espérons que les nouvelles ne prennent pas exemple sur l’elfe.

La situation de Lisbeth était tout de même assez singulière. Elle venait de jeter Dylinrae de sa chambre . Par contre, Lisbeth , elle , était restée dedans. Cherchez l’erreur. Bref, c’était son palais après tout. Soupirant , l’Impératrice rouvrit la porte et sortit à son tour quelques minutes après. D’un air impassible , elle dévisagea les trois nouvelles. Puis son regard s’arrêta sur Dylinrae, toujours aussi bourrée. Exaspérée , l’Impératrice lui lança silencieusement un sort, afin qu’elle aille mieux. Elle en profita pour lui enlever , toujours magiquement, la dernière boîte d’amphétamines de sa main . Hrm hrm , superbe exemple d’une personne des services secrets, vraiment.
Après les saluts d’usage, l’Impératrice n’entraina les quatre femmes vers la salle où, elles avaient rendez-vous, c’est-à-dire la salle d’audience. Mais dans une autre salle, plus éloignée dans le palais. Deux gardes ouvrirent les portes à son arrivée , et l’Impératrice pénétra dans ladite salle. Celle-ci , contrairement au reste du palais, était vide. Complètement vide. Seul un petit dispositif noir , encastré dans le mur , attirait l‘œil des visiteurs par sa couleur noire. Oui, vraiment, cette salle contrastait avec le reste de son palais.

< Bien. Vous êtes ici pour effectuer un test spécial. Ce test à pour but de sélectionner celles d’entre vous trois étant capables d’entrer dans nos services secrets . Considérez cela comme . . . Un examen d’entrée assez particulier.>

L’Impératrice marqua une pause, et tapota sur le petit dispositif dans le mur, programmant le test.

< Cette épreuve ne va pas être facile. Elle sera assez dangereuse. Les blessures que vous pourrez vous faire ne seront pas des blessures virtuelles comme l‘est le lieu où va se dérouler le test, mais des blessures réelles. C’est pourquoi , si l’une d’entre vous trois veut renoncer, qu’elle le fasse maintenant, après il sera trop tard.>

Elle observa , impassible , la réaction des trois femmes. Une elfe, une sortcelière et une demi-lycanne, lui semblait-il. Tiens, c’était la première fois qu’elle rencontrait un individu demi-lycan. Quelles étaient leurs particularités? Cela pouvait être un avantage d’en avoir un dans les services secrets. En tout cas, les personnes allant être testées aujourd’hui étaient assez mélangées point de vue race. Il y’avait une majorité d’elfes en général. Puis elle observa Dylinrae. Cette dernière ne semblait plus bourrée, son sort avait fait effet. Il y’avait juste un petit problème. L’organisation du test avait été négligée par l’elfe. Elles allaient devoir improviser. Au moins, l’Impératrice et Dylinrae avaient une bonne vue d’ensemble de l’épreuve, une guerre virtuelle , deux camps, un juge.




♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Sam 19 Fév 2011 - 22:25

Dylinrae regarda d’un air exaspéré le papier officiel posé à l’autre bout de la table. Elle était rentrée depuis à peine 2 semaines de ses vacances à Aquaria, que déjà l’Impératrice la mettait sur une mission de recrutement. Certes durant ces vacances ses blessures physiques avaient eu le temps de disparaitre mais ce n’était pas le cas de ses séquelles morales. L’elfe était toujours tourmenté par ses actes… Ledit papier lui avait été donné par un garde, le matin même. Mais l’elfe n’avait nullement l’intention de se rendre auprès de l’Impératrice. Il fallait avouer que l’elfe n’affectionnait guère les missions de recrutement. Non seulement l’elfe des services secret trouvait qu’elle n’était pas la plus qualifiée pour ce genre de mission mais en plus elle trouvait ces missions pour le moins ennuyante.

Regardant une fois de plus le papier, Dylinrae songeait que cette mission était un parfait moyen pour que l’impératrice puisse la surveiller. Cette dernière avait fait en sorte de l’envoyer de force en vacances mais elle lui avait aussi envoyée des chamans pour contrôler son état mental… Cette attention omniprésente touchait beaucoup l’elfe mais l’exaspérait aussi. Elle ne désirait qu’une chose à savoir repartir en mission afin de débusquer et d’assassiner les personnes qui avaient fomenté le coup d’état au cours duquel elle avait tué sa sœur Jaraël.

Repoussant le papier, Dylinrae prît une bouteille de whisky et sortît de sa poche une boite remplie de piqures d’amphétamines. L’elfe savait pertinemment qu’elle se détruisait en combinant l’alcool et la drogue, cependant elle n’en avait que faire…plus rien n’avait d’importance à ces yeux. Le seul coté positif d’un tel mélange c’est qu’il lui permettait d’oublier tous ces soucis. Sans ce mélange l’elfe était constamment la proie de ses cauchemars, de sa culpabilité mais aussi de ses nombreux souvenirs. S’injectant le produit, Dylinrae soupira d’aise et commença à se servir à boire. Juste avant de boire son premier verre, l’elfe se mit à rire en pensant à la tête de l’impératrice en train de l’attendre.

1 heure après l’elfe se trouvait encore dans sa chambre en train de boire son whisky devant un film. Soudain grâce à ses sens d’elfe et malgré son état d’ébriété, l’elfe put entendre que quelqu’un s’était arrêté devant sa porte. Pensant qu’il s’agissait d’un sous fifre, Dylinrae déclara sur un ton condescendant:


< Revenez plus tard, je n'ai ni le temps ni l'envie de m'occuper d'une affaire fastidieuse requérant un niveau intellectuel médiocre>

A peine l’elfe eut-elle parlé, qu’elle se remit à boire. Elle n’avait rien à craindre de la part de ce dérangeant visiteur. L’elfe avait trafiqué sa porte afin que personne hormis elle ne puisse l’ouvrir. Cependant elle n’avait pas prévu le fait que l’impératrice puisse se trouver devant ladite porte… L’elfe ne se retourna même pas quand l’impératrice força la porte. L’elfe était tellement droguée et saoule qu’elle n’avait pratiquement plus conscience du monde qui l’entourait. Elle ne fit donc pas attention aux hurlements de l’impératrice jusqu’à ce que-celle-ci dise:

< Votre sœur serait déçue de vous voir dans un tel état.>

Entendant cela, l’elfe se retourna vers l’impératrice, ouvrit la bouche pour répliquer mais la ferma aussitôt. Elle savait que Lisbeth avait raison… Sa sœur n’aurait pas aimé la voir dans un état pareil. L’elfe se retint de pleurer en repensant à Jaraël mais ne put s’empêcher de soupirer. Malgré le fait que sa sœur soit morte par sa faute depuis plusieurs semaines, la tourmente de Dylinrae n’avait pas faiblît. L’elfe savait qu’elle devait essayer de surmonter tout cela mais elle n’y arrivait pas. Cette tâche lui semblait impossible… Elle avait donc commencée à se droguer et à se sous alimenter…

L’elfe fut alors éjecté de sa chambre par une impératrice assez furieuse. Elle remarqua lors de son éjection la présence d’une jeune humaine aux yeux gris et à la chevelure foncé e. Celle-ci s’était plaquée contre le mur et avait fléchi les genoux. A la vu de cette jeune femme en posture défensive, l’elfe se dit que s’il s’agissait d’une des recrues qu’elle devait formée, elle était déjà douée d’un certain bon sens. L’elfe vit aussi une elfe aux cheveux noirs s’approcher de l’humaine. La vue de cette chevelure troubla quelque peu Dylinrae. Ceux-ci lui rappelaient les cheveux de sa propre sœur. Tentant de refouler ses souvenirs elle sortît une autre boîte d’amphétamines lorsqu’elle entendit:


-Tu as une idée de ce qui se passe ?

Un rictus apparût sur le visage de l’elfe quand elle entendit cette question. Celle-ci lui semblait bien stupide. Il était évident qu’elle s’était faite éjectée de sa chambre par l’impératrice. Les thugs présents à coté de la porte attestaient de sa présence. Par ailleurs qui pourrait faire une chose pareille dans le palais de Lisbeth si ce n’est Lisbeth elle-même ?

« Hrrmm... Je... J'aimerais bien savoir ce qu'il se passe ici aussi. Quelqu'un le sait... ? »

Lorsqu’elle entendit ces paroles, prononcées par une jeune femme qui ne lui semblait pas trop humaine, l’elfe soupira bruyamment. Ces questions vraiment stupides commençaient à l’exaspérer. La fille qui avait prononcé ces paroles ne lui semblait vraiment pas plus intelligente qu’un perroquet L’elfe des services pensait surtout cela car elle avait quasiment répété la question de l’elfe. Dylinrae sentait que cette journée n’allait vraiment pas être agréable si ces 3 personnes étaient les recrues tant attendues… A croire que le niveau intellectuel de recrutement avait considérablement baissé. Par ailleurs de toute évidence cette jeune femme ne semblait vraiment pas discrète étant donné son approche assez assourdissante. L’elfe, possédant bien évidement la réponse à ces questions, de daigna pas leur répondre. Si leurs curiosité voulaient être comblée et bien elles allaient être déçues.

L’impératrice sortît alors de la chambre de l’elfe, et dévisagea d’un air impassible les 3 jeunes femmes présente. Dylinrae quant-à elle étant encore un peu saoul n’accorda pas d’attention à Lisbeth. Celle-ci, sans doute exaspéré par la tenue de son agent, lui lança un sort afin de faire disparaitre les effets de l’alcool. L’elfe ressentit alors une terrible migraine. Elle n’avait jamais eu une gueule de bois aussi douloureuse. Voulant ouvrir la boîte d’amphétamine pour pallier à ce problème, l’elfe des services secrets fut contrée par l’impératrice qui s’empara de la boîte à l’aide d’un autre sort.

Après les saluts d’usage de la part des 3 jeunes femmes, elles se dirigèrent vers une autre salle. Repensant à ces paroles précédentes, l’elfe rougit de honte. L’impératrice s’inquiétait de son état mental et voilà comment elle la remerciait… L’elfe pensait vraiment qu’elle n’était plus qu’une loque enquiquinante qui n’avait plus sa place dans ce monde. Dylinrae se jura alors d’essayer de reprendre un peu le contrôle de sa vie afin de mieux pouvoir accomplir son boulot. L’elfe des services secret prit sa croix en argent entre les mains et se dit que sa sœur aurait été vraiment déçue par sa conduite. Ce genre de conduite ne menait qu’à la déchéance et au malheur…

Jetant un coup d’œil vers les recrues, l’elfe pensa que sa conduite leurs avait donné une bien piètre image des services secrets… Elle allait devoir remédier à cela. Elles pénétrèrent alors dans une salle complètement vide composée seulement d’un petit dispositif noir. L’elfe sourît quand elle entra dans cette salle. Elle affectionnait particulièrement les fonctions du dispositif en question. De nombreuses fois elle était venue ici pour s’entraîner. Les recrues allaient avoir droit à du grand spectacle avec ce dispositif !


< Bien. Vous êtes ici pour effectuer un test spécial. Ce test à pour but de sélectionner celles d’entre vous trois étant capables d’entrer dans nos services secrets. Considérez cela comme . . . Un examen d’entrée assez particulier.>

L’impératrice prît une pause puis continua:

< Cette épreuve ne va pas être facile. Elle sera assez dangereuse. Les blessures que vous pourrez vous faire ne seront pas des blessures virtuelles comme l‘est le lieu où va se dérouler le test, mais des blessures réelles. C’est pourquoi, si l’une d’entre vous trois veut renoncer, qu’elle le fasse maintenant, après il sera trop tard.>

L’elfe sourit à cette déclaration. Il s’agissait ni plus ni moins d’un énorme mensonge. Cependant ce dernier avait son utilité car il pouvait pousser les recrues a donner le meilleur d’elles mêmes. Néanmoins ce mensonge était à double tranchant. En effet ce test nécessitait la présence de l’elfe…Or pour faire croire à ce mensonge elle allait devoir elle aussi donner le meilleur d’elle-même. L’elfe s’approcha alors de l’impératrice et lui chuchota à l’oreille:

-Je tiens à m’excuser pour ma conduite et mes paroles désobligeantes envers vous… Si vous voulez m’en tenir rigueur j’accepterai votre châtiment sans le contester. Je voudrai aussi vous remercier pour votre bienveillance à mon égard en ce qui concerne la stabilité de ma santé mentale.

Puis se retournant et s’approchant des recrues l’elfe déclara d’une voix forte:

-Je m’appelle Dylinrae Z’alya, membre des services secrets d’Omois depuis plus d’un siècle. Si vous acceptez ce test sachez que c’est moi qui le superviserais. De plus sachez que je n’ai aucun préjugé envers vos origines ! Vous n’êtes pour moi que des troufions qui ne méritent même pas qu’on se soucie d’eux. Pour le moment je ne suis pas encore votre supérieur ! Je ne suis que votre adversaire dans ce test. Cependant je vous ordonne d’utiliser tous les moyens possibles pour me neutraliser. Sachez que je ne serai pas tendre avec vous et que je n’hésiterai pas à vous tuer…




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Maya Harclia


avatar

Age du personnage : 16 ans

Métier : Recrue aux Services Secrets d'Omois (chut !)
Résidence : Fondue dans l'ombre de tes rêves intouchables.
Dans le sac : Combattre. Combattre la peur, l'apréhension, l'ennemi, la mort. Combattre plein de choses camouflées derrière un visage, une idée...


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Mar 22 Fév 2011 - 0:12

Maya se releva, tout danger étant écarté. Tout de même. Que faisait cette elfe bourrée ? En tout cas, le savon que Lisbeth'tylanhnem lui avait passé avait dû être très mousseux. Mais ce n'était pas ses affaires, après tout, et personne ne lui avait dit d'enquêter, donc, le silence s'imposait. Dans son cerveau y compris.
La jeune humaine vit apparaître dans le couloir, puis s'approcher, une elfe aux cheveux noirs. C'était étrange, elle n'en avait jamais vus. Peut-être une coloration ? Ou alors la créature qu'elle avait devant elle était un hybride improbable.

-Tu as une idée de ce qui se passe ?

Maya se retint de répondre. C'aurait été une pique. Très moyen pour engager la conversation et faire connaissance. Elle préféra une fois de plus le silence.

« Hrrmm... Je... J'aimerais bien savoir ce qu'il se passe ici aussi. Quelqu'un le sait... ? »

Maya s'abstient une nouvelle fois de répondre et se retourna vers la nouvelle venue. Une recrue ? Elle semblait... étrange. Quelque chose en elle demeurait bestial, mais Maya n'aurait pas su l'expliquer...

L'Impératrice était finalement sortie de la suite de l'elfe saoule, confisquant à cette dernière une boîte de... amphétamines ? Bref, de la drogue. Maya réprima le dégoût que lui inspirait la drogue et l'alcool. Qui était donc cette elfe ? En même temps, l'Impératrice en profita pour dissiper les effets que l'alcool avait sur l'elfe.

S'en suivit les salutations. Lisbeth'tylanhnem accompagna les recrues dans une salle presque vide. Presque ? Seul un dispositif noir « meublait » la pièce. Lequel faisait galoper d'appréhension le coeur de Maya. Cela ne sentait pas bon du tout. La jeune fille crut que l'elfe bourr... hum, l'elfe, qui n'avait plus ce titre à présent, allait partir dans une autre direction, mais visiblement, elle était sensée être là. Etait-ce l'elfe des services secrets ?

< Bien, commença l'Impératrice, l'air sévère. Vous êtes ici pour effectuer un test spécial. Ce test à pour but de sélectionner celles d’entre vous trois étant capables d’entrer dans nos services secrets. Considérez cela comme . . . Un examen d’entrée assez particulier.>

Assez particulier, hein ?... Maya réprima un frisson.

< Cette épreuve ne va pas être facile, expliqua la souveraine. Elle sera assez dangereuse. Les blessures que vous pourrez vous faire ne seront pas des blessures virtuelles comme l‘est le lieu où va se dérouler le test, mais des blessures réelles. C’est pourquoi, si l’une d’entre vous trois veut renoncer, qu’elle le fasse maintenant, après il sera trop tard.>

Un monde virtuel, des blessures réelles. Cela lui disait vaguement quelque chose, un film terrien, peut-être ? En tout cas, cela ne la changerait pas beaucoup de ses jeux vidéos. Elle y mettrait toute son énergie. C'était dangereux. Maya ferait en sorte que ça lui soit amusant. Les gens pourraient la prendre pour une folle, mais son amusement éclipsait sa peur. Son état d'esprit serein lui permettait alors d'agir tranquillement, d'y mettre tout ce qu'elle avait.

Et lorsqu'elle y allait à fond, cela pouvait être un vrai carnage.

Car derrière l'humaine fragile, aimante et joyeuse, se cachait une adolescente bien plus mystérieuse et dangereuse. Son vrai soi. Un Soi dont elle n'était même pas consciente, pour dire vrai. Le chagrin. La peine. La peur. La colère. La haine. La détermination. L'ambition. Le courage. L'envie. La jalousie. Tous ces sentiments, bons ou mauvais, mais refusés par son enthousiasme, enfouis profondéments, modelaient son vrai soi.

Son soi. Le Soi qui prendrait inconsciemment le dessus pour son métier.

Non, Maya n'était pas schizophrène. Mais, laquelle de ces deux personnalités ferait surface, à la fin ?

L'adolescente serait-elle l'enfant éternelle, ou alors l'adulte forte ?

Maya regarda l'Impératrice, le regard flamboyant de détermination. Elle ne reculerait pas. Elle ne pouvait pas. Pour son amour-propre... et pour sa mère. La jeune fille baissa la tête. Sa mère, dans le besoin. Sa mère. Ce trésor à qui on devait tout et qui demeurait en un exemplaire. Certains ne le possédaient plus. On leur avait volé. Mais celui des autres n'était jamais le même. Une infime différence, parfois, mais une différence tout de même. Une différence qu'on sentait inconsciemment. L'adolescente se demanda furtivement pourquoi elle réfléchissait ainsi. Elle releva lentement la tête, à temps pour entendre l'elfe précédemment bourrée déclamer sa tirade :

-Je m’appelle Dylinrae Z’alya, membre des services secrets d’Omois depuis plus d’un siècle. Si vous acceptez ce test sachez que c’est moi qui le superviserais.

D'accord. C'était bien l'elfe des services secrets. Mince alors ! Maya s'excusa de tous ses préjugés, peut-être qu'elle faisait totalement fausse route. Après tout, si l'elfe était à ce poste, il y avait une raison, et si elle avait encore l'honneur de l'avoir...


- De plus sachez que je n’ai aucun préjugé envers vos origines ! Vous n’êtes pour moi que des troufions qui ne méritent même pas qu’on se soucie d’eux.

Cool. Sympathique, l'elfe. Eh bien, en tout cas, elle semblait avoir un fort caractère. A ne pas énerver, donc... Quoi qu'une bonne répartie des deux côtés pouvait être interressante... Ce qui ferait que comme l'elfe ne pourrait pas s'avouer vaincue – et Maya non plus – on en viendrait aux mains. Jeux de mains, jeux de vilains. En fait, ce n'était pas une bonne idée. Elle resterait tranquille. C'était beaucoup plus sage.

- Pour le moment je ne suis pas encore votre supérieur ! Je ne suis que votre adversaire dans ce test.

* Juste un adversaire... Pour finir supérieur, ça va de soi... Enfin, si je reviens vivante de ce test... Tenir... Tenir...*

- Cependant je vous ordonne d’utiliser tous les moyens possibles pour me neutraliser. Sachez que je ne serai pas tendre avec vous et que je n’hésiterai pas à vous tuer…

Très bien. Maya étira ses muscles et les entendit craquer. Si l'elfe était sans pitié, Maya le serait aussi. Qu'on ne doute pas d'elle, pas cette fois. Elle était assez grande, assez forte. Pour une raison inconnue, elle se sentait euphorique.

Elle jeta un regard aux autres recrues. Calmes. Sans doute jubilant à l'intérieur. Maya aurait aimé savoir leur nom avant de s'engager au combat, mais elle avait cruellement peur de demander. C'était idiot, elle avait plus peur des choses faciles que des choses dures.

Elle regarda Dylinrae, soutenant son regard – si elle n'arrivait déjà pas à faire cela, elle n'irait pas loin.

Un test. Réussir et vivre ou échouer et mourir. Ce n'était même pas un choix qu'elle pouvait faire. C'était selon les envies du destin. Parce que, soyons honnête, en une seconte, tout pouvait basculer.

Elle inspira, et sans s'en rendre compte, s'avança.

- Votre Majesté Impériale, dit-elle en s'inclinant, je me nomme Maya Harclia. Puis, se tournant vers... son adversaire : Je suis prête, Dylinrae.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1937-maya-harclia-the-bee http://tara-duncan.actifforum.com/t1780-maya-harclia
Angel Del Nero


avatar

Age du personnage : Indéfini

Familier : Darkness
Couleur de magie : Rouge sang
Métier : Guerrière
Résidence : Dans une forêt...
Dans le sac : Se battre


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Mer 23 Fév 2011 - 20:04

Angel fixait l'elfette complètement bourrée. Elle remarqua que celle-ci tenait dans sa main une boite de … Drogue ?! Il n'y a plus à espérer qu'il ne s'agissait pas de leur future supérieur. Une troisième fille arriva derrière elle et leur demanda doucement :

« Hrrmm... Je... J'aimerais bien savoir ce qu'il se passe ici aussi. Quelqu'un le sait... ? »

Un léger soupir sortit de la bouche d'Angel, qui venait juste de poser la même question. L'elfette bourrée souffla elle aussi mais bien plus bruyamment que sa congénère. Celle-ci arqua un de ses sourcils noirs avant de tourner la tête vers l'Impératrice, qui venait de sortir de la chambre. Tous les courtisans de l'Empire disaient qu'elle était magnifique, Angel, elle, pensait qu'elle était juste... Trop extravagante avec toutes ses tenues dorées et pleines de pierres précieuses. Un soupir d'agacement, qu'elle ne chercha pas à cacher, se fraya un chemin hors de ses lèvres. Lisbeth regardait les trois filles sans bouger et lança un sort sur son agente, sûrement pour dissiper les effets de l'alcool. Sa majesté Impériale fit un signe de la tête pour inviter les quatre filles à la suivre.

Quelques couloirs plus tard, l'Impératrice les fit entrer dans la salle d'audience. L'elfette s'attendait à une énorme salle rempli d'or et de pierres précieuses. Sauf que cette pièce était toute simple, seul un grand écran noir ornait un mur de la pièce, ce qui étonna fortement Angel, n'étant pas habitué à une telle simplicité de la part de Lisbeth. Ses yeux furent néanmoins soulagés de ne plus voir de matière brillante partout. Le regard de la jeune Angel se porta sur sa congénère, qui souriait légèrement, maintenant en possession de tous ses moyens. Les paroles de l'Impératrice résonnèrent dans son esprit durant de longues minutes :


< Bien. Vous êtes ici pour effectuer un test spécial. Ce test à pour but de sélectionner celles d’entre vous trois étant capables d’entrer dans nos services secrets. Considérez cela comme . . . Un examen d’entrée assez particulier.>

Cela semblait logique à la jeune elfette qui se tut pour ne pas déjà avoir des problèmes. Le problème, quand on a un caractère plutôt fort, c'est que lorsqu'on commence, on ne sait jamais quand s'arrêter. Elle décida donc de ne rien dire et d'écouter la suite des paroles de Lisbeth :

< Cette épreuve ne va pas être facile. Elle sera assez dangereuse. Les blessures que vous pourrez vous faire ne seront pas des blessures virtuelles comme l‘est le lieu où va se dérouler le test, mais des blessures réelles. C’est pourquoi, si l’une d’entre vous trois veut renoncer, qu’elle le fasse maintenant, après il sera trop tard.>

Angel haussa un sourcil à ces phrases. Elle n'y croyait pas un seul mot. Un jeu virtuel ne pouvait blesser dans la réalité. Enfin, dans la logique. Sa congénère s'approcha de l'Impératrice et la plus jeune capta une partie de la conversation grâce à son ouïe développée mais se détacha rapidement de la conversation. L'autre elfette se tourna alors vers elles et leur dit d'une voix forte :

-Je m’appelle Dylinrae Z’alya, membre des services secrets d’Omois depuis plus d’un siècle. Si vous acceptez ce test sachez que c’est moi qui le superviserais. De plus sachez que je n’ai aucun préjugé envers vos origines ! Vous n’êtes pour moi que des troufions qui ne méritent même pas qu’on se soucie d’eux. Pour le moment je ne suis pas encore votre supérieur ! Je ne suis que votre adversaire dans ce test. Cependant je vous ordonne d’utiliser tous les moyens possibles pour me neutraliser. Sachez que je ne serai pas tendre avec vous et que je n’hésiterai pas à vous tuer…

Une lueur de colère s'alluma dans les yeux d'Angel, qui aurait sauter à la gorge de celle qui allait être son supérieur si son familier n'avait pas atterri sur son épaule à ce moment-là. Darkness lui tira violemment l'oreille comme pour lui intimer le calme. Chose que l'elfette a du mal à faire lorsqu'on l'insulte. Cependant, elle écouta la voix de la raison qui résonnait dans sa tête. Une de ses futurs collègues venait de s'avancer après avoir soutenu le regard de Dylinrae. Elle prononça ses paroles en s'inclinant :

-Votre Majesté Impériale, dit-elle en s'inclinant, je me nomme Maya Harclia. Puis, se tournant vers... son adversaire : Je suis prête, Dylinrae.


Angel trouvait que l'humaine faisait trop … Fayotte comme diraient les terriens. L'elfette se contenta de faire un pas, d'incliner d'un centimètre la tête et de se présenter :

-Angel Del Nero. Et sachez que je suis toujours prête pour un combat.

Il ne restait plus qu'à attendre la confirmation de la dernière recrue. Espérons que celle_là accepte aussi.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Jeu 17 Mar 2011 - 19:11

[ Je sais, normalement je suis en pause; cependant, je ne supportais pas l'idée de vous faire attendre plus U_U ]




Si Apolline Strawberry Noemia Solenne Prunille Lena-Marie May Weather avait entendu les paroles de la sale elfette insolente qu'elle avait - malheureusement - en face d‘elle, elle aurait répliqué par trois :
1) Le mot aussi n’était pas là par le plus grand des hasards. Pas par l’invocation spatio-temporelle & divine du cosmos ou d’un Dieu tout-puissant, mais bel & bien pour souligner qu’elle reprenait la question de l’autre elfe. Parce qu’elle voulait le même renseignement que celle-ci, et rien de mieux pour cela que d’appuyer en reprenant quasiment les mêmes termes.
2) L’elfe avait ciblé sa question à une seule personne, & les autres n’avaient normalement même pas à répondre - cependant aujourd’hui la politesse était tombée tellement bas que les autres se croyaient autorisés à parler. En tous cas : la question de l’elfe était fermée, et celle d’Apolline, ouverte à tous. Et, notamment, à cette elfe indigne de son poste, qui faisait une nouvelle démonstration de son immaturité en ne répondant pas. Benh tiens. Plus gamin, tu meurs.
3) Elle n’avait jamais cherché à être discrète. Elle avait été discrète, sympa, naïve & tout toute sa vie, elle l’avait payé, c’était bon, maintenant, elle avait autre chose à faire ! Elle sortait des rangs établis par la société, se contre-fichant de la bienséance, détonnait, désobéissait. Donc être discrète, rien n’a fout’. Pis elle posait une question, elle voulait une réponse, mince, elle allait pas la chuchoter non plus ! Au moins son entrée à elle n’avait pas été ridicule, contrairement à la sienne. Saoule, droguée, éjectée de sa propre chambre par l’Impératrice, hum, quelle classe, quelle distinction, quelle discrétion, dis donc. Et le perroquet pouvait réserver des surprises, et se montrer plus rusé qu’on ne l’aurait pensé… Mais pour ne pas avoir de préjugés aussi débiles, encore aurait-il fallut que l’elfe en question ait une once de cervelle plus grande qu’un pois chiche.
Malheureusement, Strawberry ne sut jamais ce que cette elfe idiote avait pensé ce jour là. Elle entendit juste son soupir bruyant - rien à fichtre. Franchement, vu sa position, de quel droit se permettait-elle de soupirer ? Enfin bref. Toujours est-il qu’elle ne put jamais répliquer. Oh, shit.


Un - autre - long soupir s’échappa de derrière la porte. Probablement l’Impératrice. En fait, c’était même sûr à 99.999 %. Et… Bingo. Celle-ci sortit quelques minutes après, et une charmante odeur, tout droit sortie de la pièce, l’accompagna. Hummm… La délicieuse odeur de l’alcool, qui rappelait un peu les cuites & autres vomis. Ou pas, d’ailleurs, hein, tout dépend des personnes. Lisbeth dévisagea les trois jeunes femmes d’un air impassible, presque glacial. Ca aurait pu en impressionner plus d’une. Mais pas Apolline. Un regard, ce n’était rien, un regard ne pouvait pas tuer; il y avait nettement plus terrifiant. Le regard froid passa sur les trois possibles-futures-probables recrues, sans vraiment les dévisager ou se poser sur l‘une d‘elle, avant de s’arrêter sur l’agent de son heureu… hum, correction : Lisbeth avait plus l’air exaspérée par l’elfe - & ça ce comprenait - qu’autre chose. Donc il s’arrêta sur l’agent de sa propriétaire contrariée. L’agacement de l’Impératrice se sentait jusque dans son regard, qui pourtant ne filtrait aucune émotion quelques secondes auparavant. Un sort silencieux fusa vers la droguée, pour que les effets de l’alcool & des amphèt’ - humm, joli cocktail, elle devait aimer l’autodestruction, l’autre - se stoppent là. L’elfe était déjà en assez mauvaise posture, pas la peine de faire durer les effets. Et comme par magie, hop, la boîte d’amphèt’ disparut ! Hum hum. C’était bien de vouloir réparer les gestes de l’elfe de la part de Lisbeth, mais c’était pas vraiment passé inaperçu, malheureusement.


Vinrent ensuite - code de la cour oblige - les diverses salutations, les courbettes, et tout le tralala. Pff. Ce que c’était barbant, vieillot, ringard, et surtout, inutile ! Tant de temps perdu pour une chose aussi futile. L’Impératrice gouverne, a le pouvoir, tout le monde le sait, pas la peine de se courber et de baisser la tête à chaque fois non plus ! Mais bon. C’était son opinion personnelle. Les 5 femmes se mirent en route vers… une destination inconnue de Strawberry pour le moment, car l’Impératrice, qui menait la marche silencieuse, ne prit pas la direction de la salle d’audience. Mais restez avec nous, chers lecteurs ! Plus d’infos dans quelques minutes ! Cela laissa le temps à la jeune hybride de plonger dans ses pensées. Lisbeth n’était pas aussi froide que le pensait les gens; la preuve : son agent avait beau être droguée, bourrée, en retard, elle ne l’avait pas encore renvoyée. La question était : pourquoi ? Qu’avait fait l’elfe pour mériter ce traitement de faveur ? Ou alors, était-ce Lisbeth qui n’était pas aussi impartiale que la rumeur voulait bien le croire, et se laissait embobiner & manipuler par ses sentiments ? La dernière hypothèse était très loin d’être probable. Mais bon, hein, on ne sait jamais. Toujours se méfier des apparences… La demi-lycanne jeta un regard furtif vers l’agent des Services Secrets. Cette elfe était déjà unique, de part son attitude déplacée. Mais qu’avait-elle de si spécial pour que Lisbeth la garde, franchement ? Elle aurait pu sauver la planète, son attitude ne convenait pas à une personne de son rang. Dans son cœur, Apolline sentit le poison du mépris engluer son cœur. Elle la trouvait fade, médiocre, sans intérêt. Ca commençait bien !

L’ascension de L’Impératrice, de son agent et des recrues continua sans se voir troublée par un seul bruit. Et tandis qu’elle observait ses possibles futurs collègues, une pensée commença à faire son chemin dans son esprit : ces jeunes filles… Avaient-elles une famille ? Des amis ? … Un Amour ? Strawberry serra les dents et secoua la tête. L’Amour n’était qu’un encu… idiot, qui vous embobinait avec de charmantes paroles, et vous aveuglait pour ne pas voir l’évidence : l’Amour n’est qu’illusion, l’Amour n’est pas. Et les garçons, me direz-vous ? Tous des cons. Voilà quelle aurait été la réponse d’Apo’. D’autres pensées envahirent son cerveau : et elle, qu’avait-elle ? … Une grande & modeste famille, dans laquelle elle s’était toujours sentie… Étouffée. Oubliée entre les ainés brillants & les benjamins chouchoutés. Elle avait l’impression de n’avoir réellement aucune place, d’être un peu la plante verte placée là pour décorer. Les joies d’être « celle du milieu »… Elle ne se sentait réellement aimée que de Maïa-Rose. Maïa-Rose… Heureusement qu’elle était là. Et en même temps, la chute venait d’elle… Non non non non non. Nooooon, non non non non non, NON ! Pas penser à ça. Pas penser à ça… Bref. Elle, franchement, elle n’avait pas grand-chose à perdre. Mais qu’en était-il pour ces jeunes filles ? Apolline secoua la tête et reprit ses esprits. Cela faisait déjà un bout de temps qu’elles marchaient… Le petit cortège commençait à être dans une aile réellement reculée du Palais. Question : quand arriveraient-elles ? Réponse : maintenant. En effet, l’Impératrice se dirigea vers la lourde porte d’une salle, que des thugs lui ouvrirent en s’inclinant. Et hop là, re-courbettes ! De quoi flatter l’ego de l’Impératrice. Mmm, oui, elle la comprenait, cela devait être agréable de se sentir surpuissante.


Donc l’elfe bourr… Ah non, ‘l’était plus bourrée, l’autre elfe, la sortcelière et Apolline entrèrent dans la pièce… Totalement vide. Ah, si, un petit dispositif noir « décorait» un des murs. Ouf, la réputation de Lisbeth était sauve. Mais il n’empêche… Qu’était-il arrivée à Lisbeth au moment de décorer cette salle ? Elle avait eu une grave maladie & était restée clouée au lit pendant plusieurs semaines, si bien qu’elle oublia cette salle ? Ou alors, un amant, un problème politique l’avait détournée de sa passion n°2 : la décoration. Oui, parce qu’il était logique que sa passion, son centre d’intérêt numéro un soit l’or, hein. Pas possible autrement. Hrm hrm. Quoi qu’il en soit, ça faisait presque mal à ses petits yeux, qui s’étaient habitués à l’éblouissant Palais & son or abondant. Oui, presque. L’elfe drogu… Ah bah non, ‘l’était plus droguée non plus ! Je disais donc : l’elfe anciennement droguée parut avoir un léger sourire en pénétrant dans cette salle. Ah. Benh, ça présageait rien de bon, pour le coup. Mais elle allait vite être fixée, vu que l’Impératrice prit la parole :


< Bien. Vous êtes ici pour effectuer un test spécial. Ce test à pour but de sélectionner celles d’entre vous trois étant capables d’entrer dans nos services secrets . Considérez cela comme . . . Un examen d’entrée assez particulier.>


Évidemment, c’était logique que le test ne soit pas simple. Apolline observa ses « collègues ». Qui serait prise, qui serait éliminée ? Quels étaient leurs caractères, leurs raisons, leurs capacités ? Tant de questions, peu de réponses. Voire pas du tout.


< Cette épreuve ne va pas être facile. Elle sera assez dangereuse. Les blessures que vous pourrez vous faire ne seront pas des blessures virtuelles comme l‘est le lieu où va se dérouler le test, mais des blessures réelles. C’est pourquoi , si l’une d’entre vous trois veut renoncer, qu’elle le fasse maintenant, après il sera trop tard.>


Elle s’en doutait bien, que cela ne serait pas facile. Et dangereux. Quant à renoncer ? C’était exclu. Elle était arrivée jusqu’ici, avait affirmé ses convictions, exposé ses capacités, ses atouts, et tout c’était bien déroulé jusqu’à présent. Hors de question d’abandonner. Puis ce qu’avait dit l’Impératrice fit « tilt »dans sa tête. Des blessures réelles… Et si l’une d’elles mourraient ? Que ferait l’Empire ? Il ne pourrait pas laver ses mains, couvertes de leur sang, facilement. Et l’Impératrice… Elle était plus qu’indifférente & glaciale. Pour le coup, elle était sadique. Sanglante. Que ferait-elle si une trépassait, et que sa famille s’en apercevait ? … En même temps, l’Empire n’avait pas à craindre d’une famille. Ni même d’un quelconque pays. Omois était l’Empire, le pays le plus puissant & influent et de tout AutreMonde. Et, à la cour de l’Impératrice, il était bien facile de faire taire ceux qui en savaient trop. Elle abandonna toutes ces pensées. Elle se donnerait à fond, à 300% de toute manière. Sa vie était en jeu ? Tant pis. Le jeu en vaut la chandelle, comme disent les terriens. N’empêche, elle fut secouée d’un imperceptible frisson. Elle le ressentit surtout à l’intérieur; à l’extérieur, il fut quasiment invisible. Cependant, son regard azur flamba en regardant l‘Impératrice. Elle était prête. Elle n’abandonnerait pas; jamais. Un peu par fierté, beaucoup par détermination. Elle ne pouvait plus reculer, les dés étaient lancés. D’ailleurs, aucune des recrues ne recula. L’elfe ex-bourrée ex-droguée s’approcha de l’Impératrice pour lui glisser quelque chose à l’oreille. Roooh. Elle détestait les cachotteries.


-Je m’appelle Dylinrae Z’alya, membre des services secrets d’Omois depuis plus d’un siècle. Si vous acceptez ce test sachez que c’est moi qui le superviserais. De plus sachez que je n’ai aucun préjugé envers vos origines ! Vous n’êtes pour moi que des troufions qui ne méritent même pas qu’on se soucie d’eux. Pour le moment je ne suis pas encore votre supérieur ! Je ne suis que votre adversaire dans ce test. Cependant je vous ordonne d’utiliser tous les moyens possibles pour me neutraliser. Sachez que je ne serai pas tendre avec vous et que je n’hésiterai pas à vous tuer…


Moui c'est ça, cause toujours tu m'intéresses ! Mais franchement... Troufions ?! Quel culot ! C’étaient elles les troufionnes qui se droguaient & se saoulaient, n’est-ce pas ? Elle ne savait pas pour les deux autres filles, mais elle, elle n’avait pas besoin d’alcool et d’amphétamines pour se sentir bien. Et, si elle en avait eu besoin, elle n’aurait pas fait une démonstration publique aussi ridicule. Alors, c’est qui, la troufionne ? Quand aux préjugés raciaux, oui, il y avait intérêt qu’elle n’en ait pas ! Strawberry avait ça en sainte horreur; l’elfe ne serait pas tendre ? Elle non plus. Comptez pas dessus, mes cocos. C’était fini, Au pays de Candy, les beaux yeux bleus rieurs et les cheveux blonds angéliques, la gentillesse incarnée et tout le tralala. Maintenant, elle était une jeune femme forte, quoiqu’un peu trop rude, mais elle savait se défendre, se battre, répliquer. Un craquement brisa le silence qui s’était installé depuis que l’elfe avait parlé. La sortcelière s’étirait. L’autre semblait plutôt calme. Plutôt. On ne savait jamais, peut être bouillonnait-elle de colère intérieurement… Ou peut être pas. La jolie brunette - qui devait être la benjamine des trois jeunes femmes, d’ailleurs - s’avança avant de se courber - quoi, encore ?! - vers l’Impératrice :


- Votre Majesté Impériale, je me nomme Maya Harclia. Je suis prête, Dylinrae.


Hrrrrrm. La jolie demi-lycanne aurait bien toussoté à cette instant. Soit elle était un peu lèche-botte, soit elle était du genre première de la classe, bien rangée, bien coiffée, ne dépassant jamais les limites et respectant toujours les règles, soit, elle était bigrement stressée.


-Angel Del Nero. Et sachez que je suis toujours prête pour un combat.


L’elfe, dont le nom était apparemment Angel, se contenta d’incliner légèrement la tête. Et s’avança d’un pas, elle aussi. Apolline sentit les regards se poser sur elle… Bon, bah, à Rome, faisons comme les Romains ! Elle s’avança elle aussi.


« Strawberry Weather. Je suis partante également. »


Elle aurait pu opter pour « prête », mais une intuition lui disait que si tel est le cas on le traiterait de perroquet… Étrange, non ? Puis, ce qu’elle venait de dire lui fit réaliser une chose : elle avait dit Strawberry. Pas Apolline. Horff, pas grave. Elle règlerait ça plus tard. Ou pas, d’ailleurs. L’Impératrice relèverait-elle cela ? Elle soutint le regard de cette dernière sans montrer aucun signe d’un quelconque trouble.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Ven 25 Mar 2011 - 19:12

< Je tiens à m’excuser pour ma conduite et mes paroles désobligeantes envers vous… Si vous voulez m’en tenir rigueur j’accepterai votre châtiment sans le contester. Je voudrai aussi vous remercier pour votre bienveillance à mon égard en ce qui concerne la stabilité de ma santé mentale.>

L’Impératrice ne répondit pas à la déclaration de l’elfe, histoire de bien lui faire comprendre ce qu’elle pensait de tout cela. Lisbeth l’ignora même totalement. Autant y aller aussi fort que possible, pour que cela rentre dans le crâne de l’elfe. Toutefois, elle appréciait les remerciements de cette dernière, c’était déjà bien qu’elle se rende compte des efforts que l’on faisait pour sa petite personne. Bref, quant à une éventuelle sanction, elle en déciderait plus tard. Chaque chose en son temps. Là, elle était bien trop occupée à disséquer les recrues. Non, l’Impératrice n’est pas une scientifique folle cachée. C’est juste une expression pour signifier qu’elle les étudiait attentivement. Ce mot là non plus n’est pas très rassurant. Elle les observait attentivement, cela vous convient mieux ? Lisbeth y était habituée, elle, au regard des autres. On ne sait combien de personnes l’observaient attentivement chaque jour, à l’affut du moindre faux pas. Elle avait vraiment l’impression d’être le petit chaperon rouge entouré de loups. Parfois, elle se faisait manger, mais généralement, c’était elle qui tapait sur le loup à grands coups de panier, de galette, et de petit pot de beurre. Violent, ce petit chaperon rouge. Elle savait donc qu’être observé de cette manière n’était pas très agréable, et elle se doutait de l’agacement des recrues. Mais elle s’en fichait complètement, elle était là pour les évaluer, pas pour boire le thé avec elles.

<Je m’appelle Dylinrae Z’alya, membre des services secrets d’Omois depuis plus d’un siècle. Si vous acceptez ce test sachez que c’est moi qui le superviserais. De plus sachez que je n’ai aucun préjugé envers vos origines ! Vous n’êtes pour moi que des troufions qui ne méritent même pas qu’on se soucie d’eux. Pour le moment je ne suis pas encore votre supérieur ! Je ne suis que votre adversaire dans ce test. Cependant je vous ordonne d’utiliser tous les moyens possibles pour me neutraliser. Sachez que je ne serai pas tendre avec vous et que je n’hésiterai pas à vous tuer…>

Ou l’art de dire bienvenue chaleureusement et amicalement, amen. Bon, au moins, l’elfe plantait parfaitement bien le décor. L’Impératrice n’avait pas l’intention d’être tendre non plus. Elle se répétait, mais ce n’était pas un salon de thé ici. Elles y allaient un peu fort, dès le début. Mais cette petite introduction avait pour but de décourager les recrues les moins préparées. C’était, disons, la première épreuve. En effet, on ne savait vraiment jamais quand commençait un examen de recrutement. A partir du moment où vous croisez les deux examinateurs, sans doute. Aussi, il était plutôt conseillé de faire attention à son comportement trois jours à l’avance. Prudence . . .

Si jamais un candidat renonçait à participer au test, il ne pouvait plus se représenter. La seconde chance n’existe pas, aux services secrets d’Omois. Pas le droit à l’erreur. Cependant, la plupart des candidats ne renonçaient pas au test avant d’entrer dans la dimension virtuelle. C’était plutôt pendant l’épreuve, lorsque la tension et la pression montaient considérablement, que la plupart des recrues s’enfuyaient. Seulement, comme l’avait dit Lisbeth, l’abandon durant l’épreuve était impossible. Alors, là, s’enchaînaient des réactions paniquées, irréfléchies, conduisant immédiatement vers la mort virtuelle, et la fin de la session de recrutement. La plupart des candidats ‘morts’ dans la dimension virtuelle s’en sortaient avec quelques petits traumatismes, car ils avaient cru qu’ils étaient vraiment morts. Rien de bien grave . . .Aheum.
Contrairement à ce que l’on pouvait croire, la majorité des recrues s’en sortaient convenablement. Après tout, n’importe qui ne se présentait pas aux sessions de recrutement. Les services de recherche se chargeaient d’éplucher les dossiers et la vie passée des candidats. Ils n’étaient quand même pas idiots, ces candidats, ils se doutaient bien que leur vie avait été soigneusement étudiée.

< Votre Majesté Impériale, je me nomme Maya Harclia. Je suis prête, Dylinrae. >

< Angel Del Nero. Et sachez que je suis toujours prête pour un combat. >

« Strawberry Weather. Je suis partante également. »

Lisbeth s’en doutait, elles avaient toutes accepté. Parfait, cela l’aurait gênée d’avoir affaire à une ou deux seules recrues, car déjà qu’elles n’étaient que trois . . . chose assez inhabituelle . . . en général, les recrues passaient par groupe de 7 à 8 minimum. Et il y avait majoritairement des elfes, alors que là, les candidates (aucun homme, tiens) passaient d’une elfe à une demi-lycanne. Cette session serait certainement très intéressante. Elle serait peut-être de moins mauvaise humeur, après celle-ci. D’autant plus que les caractères desdites nouvelles semblaient assez variés. C'est-à-dire ? Eh bien . . .

Pam pam pammm candidate numéro 1 : Maya Harclia. Elle avait tout l’air d’une jeune fille gentille, un poil fragile, certes, mais l’Impératrice était persuadée qu’il y’avait quelque chose derrière cette mignonne personnalité. . . A voir. Elle doutait cependant que cette gamine là cause beaucoup de problèmes à Dylinrae.
Candidate numéro 2 : Angel Del Nero. Une autre elfe. Elle n’avait pas l’air d’être un clone de Dylinrae, et tant mieux, sinon Lisbeth l’aurait bombardée dès le début de l’épreuve. Quoi, de l’injustice ? Pas du tout, ce n’était qu’une question de survie personnelle. Elle ne pouvait pas très bien cerner le caractère de l’elfe, mais elle avait remarqué la réaction de cette dernière, lorsque Dylinrae avait parlé. Elle en avait conclu, qu’elle s’emportait facilement, comme la plupart des elfes. Lisbeth avait aussi remarqué qu’elle ne semblait pas persuadée de son histoire de blessures mortelles dans un monde virtuel. Elle avait pourtant mentit avec un aplomb sidérant. Tant pis.
Candidate numéro 3: Strawberry Weather. Assez original comme nom. Il ne lui semblait cependant pas l'avoir lu sur un des dossiers des recrues . . . Ah, si, peut-être Apolline Strawberry Weather. Si ca l'amusait de prendre son deuxième prénom . . . bref. A en juger par le regard qu'elle portait sur Dylinrae , le courant n'avait pas l'air de passer entre elles . . . Irascible, la petite Weather. L’Impératrice s’amusa un instant à la fixer droit dans les yeux, cette dernière n’avait pas l’air gênée. Volontaire, la gamine, plus que les deux autres peut-être. Celle-là, elle n’allait pas la laisser tranquille. Lisbeth ne savait pas pourquoi, elle n’aimait pas la façon dont cette gamine lui parlait. Il y’avait comme un arrière goût d’insolence. Conclusion ? Ces recrues ne seraient pas de tout repos. Si Lisbeth avait pu entendre les pensées de certaines recrues, elle les aurait tout de suite rangées dans la catégorie : j’emmerde le monde, et je considère ce dernier comme une pourriture. C’était tellement plus simple, de se comporter comme cela . . . Pitoyable. Une des manières de considérer le monde comme une ordure, sans jamais se remettre en question. [Pas taper cally pas taper].

Quoi qu’il en soit, les trois jeunes femmes gardaient un air calme, en apparence. Pas une once d’inquiétude dans leurs yeux. Elles ne se doutaient pas de ce qu’il allait leur arriver, mais tout de même. Fin des observations pour le moment. En effet, le dispositif noir s’impatientait. L’Impératrice arrêta ses petits clignotements agaçants en appuyant sur le bouton central. Puis, avec un petit sourire à l’intention des recrues, elle ajouta :

< Parfait, commençons.>

Sans plus attendre, un bon million d’armes variées apparurent, parfaitement bien rangées, à terre. Les recrues n’avaient plus qu’à choisir. C’était un des points les plus importants de la session. On pouvait prendre autant d’armes que l’on voulait, à condition évidement de ne pas se surcharger . . . Certains idiots pouvaient très bien, si l’envie les prenait, se couvrir d’arme genre camouflage. Cependant, il était plutôt conseillé d’en prendre le moins possible. Lisbeth avait déjà les siennes. A savoir, ces deux gentilles petites lames rétractables cachées dans ses manches, dont l’efficacité avait été plusieurs fois prouvée, ne serait ce que lors du récent coup d’état, ainsi qu’un simple revolver. Elle n’avait pas vraiment besoin de plus, à vrai dire. Elle se pencha pour récupérer le petit dispositif noir, qui avait discrètement glissé à terre. La commande du ‘jeu’. Avec ca, elle pouvait faire exploser tout en 5 minutes, poser des pièges partout, faire apparaître des monstres verdâtres aux yeux globuleux dans un grand ensemble de ‘wargggh’ etc. . . Elle contrôlait également le terrain, les armes, et tout le patatras . . . bref, le jeu en gros. Wow, ca faisait beaucoup. Effectivement, mais il fallait bien que quelqu’un le fasse. Si la session n’était pas contrôlée, ce serait juste une grosse bagarre entre les recrues et Dylinrae, et elle, assise à coté observant tout ca en baillant. Superbe épreuve de recrutement. Non, franchement, ils ne feraient pas ce terrible affront à certains candidats adeptes du célèbre :’ j’emmerde le monde, et je considère ce dernier comme une pourriture’ cités plus haut. [pas taper cally , toujours pas taper]

Elle tournait le dos aux recrues se fichant pas mal de leurs réactions quant aux armes, que ce soit : ils croient nous faire peur avec ces tonnes d’armes ? Quels abrutis ; Gaddddd des tonnes d’armess ! ; Ou encore de l’indifférence totale. Le plus important était ce qu’elles choisissaient un point c’est tout. Elle se demandait si l’une d’entre elles allait s’essayer aux armes à feu. Comme ces dernières étaient interdites sur Autremonde, et strictement réservées à certains services secrets spéciaux -celui de Dylinrae par exemple- cela aurait étonné l’Impératrice que les recrues s’y essayant visent parfaitement du premier coup. Peut-être, simplement, qu’aucune d’entre elles ne prendraient ce risque. Ce serait tout de même assez dommage.

< Vous allez maintenant devoir choisir vos armes. Il n’y a pas de restriction, vous pouvez prendre tout ce que vous voulez, armes à feu comme armes blanches. >

L’Impératrice contempla un instant les recrues, avant de se souvenir que leurs tenues n’étaient pas les plus adaptées –la sienne comprise- pour l’épreuve qui allait suivre. D’un geste de la main, elle désigna les cabines individuelles derrières les recrues et reprit :

< Vous pouvez également choisir une tenue plus adaptée à la situation, comme une armure si vous le souhaitez, dans ces cabines. >

Joignant le geste à la parole, l’Impératrice ayant déjà ses armes , se dirigea vers une des cabines individuelles. Dedans, la même histoire que les armes de dehors, pour ne pas changer. Un bon million de vêtements, de tenues guerrières, d’armures, de protections et autres se trouvaient répartis dans la cabine, qui de l’extérieur paraissait petite, mais à l’intérieur semblait aussi énorme et bien remplie que la garde robe de l’Impératrice. La comparaison la fit sourire. Sans hésiter , Lisbeth choisit sa tenue. Elle avait déjà en tête ce qu’elle voulait mettre lorsqu’elle était arrivée dans la cabine, ainsi, son choix fut assez rapide. Quoi, vous avez vraiment cru que Lisbeth passerait l’épreuve en robe décolletée ? Aheum. Go Lara Croft go ! Bref, la tenue de Lisbeth était –pour une fois- peu excentrique. Elle se résumait en une tunique noire et pantalon assorti, dans ce tissu qui ne se déchirait jamais et que les elfes de mettaient souvent dans leurs missions, le tout cachant habilement une fine armure de keltril . Encore une de ces astuces vieilles comme le monde dont l’Impératrice raffolait. Quant à ses cheveux, elle n’allait certainement pas les laisser détachés. Elle opta pour une natte classique et rapidement faite, coiffure qu’elle affectionnait lorsqu’elle s’occupait d’activités militaire.

Lisbeth ressortit. Les armes n’étaient plus là. Pas que les recrues avaient tout emporté, du moins, elle l’espérait, c’est juste que tout cela n’allait pas rester au sol indéfiniment. Il n’y avait personne dehors, excepté Dylinrae , prête. Rapide, l’elfe. L’Impératrice profita du fait qu’elle soit seule avec l’elfe pour choisir le terrain sur lequel elles allaient évaluer les nouvelles. Chose qui aurait dû être faite bien avant, si mademoiselle Z’alya avait daigné se pointer au rendez-vous à l’heure prévue. Mais cette histoire de terrain n’était pas bien grave, ce dernier pouvait être changé à tout moment de l’épreuve grâce au dispositif noir. Lisbeth s’assit en tailleurs et observa les différents terrains défiler sur l’écran. Elle n’avait pas particulièrement envie de passer quelques heures dans un désert, ni près d’un volcan menaçant d’exploser. Aussi, elle préféra choisir un décor assez sombre, mais qui convenait bien à l’épreuve. Un ensemble d’immeubles bien délabrés et glauques. Super classe pour la future épreuve. Enfin . . . il fallait peut-être qu’elle arrête de se croire dans un jeu vidéo, même si les circonstances s’y prêtaient fortement. Aheum. Des ruines, c’était parfait. Classique et celles-ci étaient moins glauques que beaucoup de celles qu’elle avait déjà vu. Elles en devenaient presque agréables. Elle arrêta donc son choix sur lesdites ruines, Dylinrae approuvant ce choix - d’un signe de tête - également.

Époussetant sa tunique et rangeant la tablette noire dans sa poche, elle se releva juste à temps pour voir arriver une recrue, puis les deux autres. Parfait, elle allait pouvoir commencer les explications. Les nouvelles devaient commencer à être assez curieuses, non ? Elle l’aurait été, elle. Elle avait toujours été de nature curieuse, et cela lui rendait souvent service. Ou au contraire, la mettait dans des situations pas possible, mais changeons de sujet. Elle prit une grande inspiration et récita ces phrases qu’elle avait déjà répété une petite dizaine de fois – ce n’était pas toujours elle qui participait aux recrutements, mais souvent les supérieurs des services spéciaux d’Omois- :

< Nous allons maintenant pouvoir débuter cette session de recrutement. Elle sera plus particulière que les autres, car vous n’êtes que 3. Cette fois-ci, vous allez devoir me protéger de Dylinrae qui cherchera sans cesse à me tuer. Elle cherchera donc par conséquent à en finir avec vous également. Tous les coups sont permis, cependant l’usage de la magie est strictement interdit, mis a part pour les reparus et les autres sorts de soin du genre. Si jamais Dylinrae me blesse ou me capture, vous vous en doutez, l’épreuve se terminera par un échec de votre part. >

Elle ne parla pas de la commande du jeu en sa possession. De 1, c’était inutile, et de 2, les recrues devaient bien s’en douter. Le décor dans lequel allait se dérouler l’épreuve, les ruines, se matérialisa sans bruit, comme les armes.

< Bien, le décor est enfin installé, nous débutons l’épreuve maintenant. >

Ceci dit, les recrues et l’Impératrice furent envoyées d’un côté du terrain, Dylinrae de l’autre. Elles n’avaient aucune information de l’endroit où se trouvait Dylinrae , autant qu’elle devrait les traquer pour retrouver l’Impératrice et réussir à la tuer. Lisbeth avait la commande du jeu, elle avait prévu de faciliter la tâche aux recrues, mais elle avait radicalement changé de plan. Elle allait faire en sorte que son agent puisse les retrouver en ralentissant les recrues avec autant de pièges qu’elle le pourrait, et en facilitant au maximum la mission de l’elfe. Pas qu’elle était suicidaire, pas qu’elle souhaitait que les recrues perdent, au contraire. Elle avait juste une idée assez particulière en tête, elle allait essayer de la mettre en application. Si ca ne marchait pas, si le cours des événements rendait l’application de cette idée impossible, alors elle aviserait. Même si elle se serait mise, entrainant les recrues avec elle, dans un sacré pétrin. Mais enfin, pour l’instant, c’était bien les nouvelles qui avaient la main. Son tour viendrait.



♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dylinrae Z'alya


avatar

Age du personnage : 125

Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Secret Défense
Résidence : Tingapour
Dans le sac : 2 rapières, quelques couteaux, une croix en argent et quelques fois des flingues


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Sam 9 Avr 2011 - 16:12

Dylinrae attendait les réponses des recrues jusqu’à ce qu’elle remarque que Maya la regardait. Son regard semblait déterminé. Elle avait l’air d’en avoir dans le ventre la gamine. L’elfe des services secrets remarqua aussi une lueur de colère dans les yeux de l’elfe. Elle était colérique comme tous les autres membres de leur race. Pour parvenir à être une agent accomplie, elle allait devoir surmonter cette colère et faire preuve de retenue…Si elle n’y arrivait pas sa colère serait pour toujours sa principale faiblesse. Or il est bien connu que la colère est un défaut nuisible qui influence votre jugement et vos actes. La dernière personne, au contraire, semblait prendre tout ceci sur un air nonchalant, comme si tout ce qu’elle disait ne l’intéressait guère. L’elfe aurait aimé pouvoir la gifler mais elle ne pouvait pas…du moins pour l’instant. Dylinrae aurait tout le loisir de s’occuper de cette dernière lors de l’entrainement virtuel.

Redirigeant son attention vers Maya, l’elfe vit celle-ci s’avancer, s’incliner et déclarer:


-Votre Majesté Impériale, je me nomme Maya Harclia. Je suis prête, Dylinrae.

A première vu, cette jeune femme semblait respectueuse du protocole, ce qui en soit n’était pas une si mauvaise chose. Néanmoins Dylinrae trouvait qu’elle en faisait un peu trop. L’elfe s’approcha alors à son tour, courba légèrement la tête et se présenta:

-Angel Del Nero. Et sachez que je suis toujours prête pour un combat.

Réplique brève mais claire. L’elfe devait toujours être en colère contre elle par rapport à son discours. C’était certes compréhensible, mais Dylinrae n’était pas là pour se soucier de ce que pensait les recrues. Elle était là afin de les former pour qu’elles deviennent un jour des instruments efficaces au service de l’empire d’Omois. La dernière recrue s’avance à son tour et déclara:

« Strawberry Weather. Je suis partante également. »

Ces 3 décisions firent sourire l’elfe. Il était rare que toutes les recrues, se présentant à ce poste, acceptent ce défi.L’elfe des services secrets sentît que l’entrainement qui allait suivre allait se montrer plus palpitant que les précédents. La détermination de Maya, associée à la colère d’Angel et à l’insolence de Strawberry pouvait faire un mélange assez intéressant. L’elfe espérait tout de même que les recrues réussiraient à s’organiser et à s’aider mutuellement. Encore fallait-il que Strawberry se montre moins insolente envers ces coéquipières. Dans le pire des cas Dylinrae aurait le toupet de lui rabattre le caquet lors de l’entrainement. Par ailleurs le prénom Strawberry était fort étrange aux yeux de l’elfe. Elle ne l’avait jamais entendu. Il devait sans doute s’agir d’un prénom de métèque. Analysant leurs physiques, l’elfe vit que Maya semblait la plus fragile du groupe. On dit que l’habit ne fait pas le moine mais si cette fragilité était bien réelle il ne faisait aucun doute que la jeune femme ne ferait pas long feu sur le terrain. Angel quant-à elle était une elfe, donc elle possédait des compétences supérieures à celles d'un humain. Elle semblait donc au premier abord la plus dangereuse du groupe. Dylinrae ne savait par contre que penser d’Appoline. Celle-ci semblait humaine mais elle dégageait une aura d’agressivité peu commune pour une humaine. Peut-être ne l’était-elle pas. L’elfe fut alors tirée de sa réflexion par la voix de l’impératrice:

< Parfait, commençons.>

La pièce se remplit alors d’un bon paquet d’armes variées parfaitement rangées. Même si elle avait l’habitude de voir cela, l’elfe était toujours stupéfaite par le nombre d’armes et la soudaineté de leurs apparitions. Elle doutait qu’il y ait sur Autremonde un système plus rapide que celui-ci. Laissant les recrues admirer la pièce, l’elfe des services secrets commença à choisir ces armes à savoir deux 357 magnum desert eagle, des couteaux, 2 grenades, une rapière et Karabiner 98K. Cet arsenal était largement suffisant selon elle pour cet entrainement. L’impératrice quant-à elle présentait les modalités de cet endroit:

< Vous allez maintenant devoir choisir vos armes. Il n’y a pas de restriction, vous pouvez prendre tout ce que vous voulez, armes à feu comme armes blanches. >

L’elfe doutait que les recrues prennent des armes à feu vu qu’elles étaient interdites sur Autremonde. A moins bien entendu que l’une de ces recrues ait déjà manipulée ce genre d’armes sur Terre étant donné la dangerosité de cette planète. Enfin si l’une d’elle prenait ces broyettes, l’elfe pourrait voir ainsi comment elles se débrouillaient avec ce type d’armes. D’ailleurs cet entrainement se révélerait être un parfait moyen d’analyser le style de combat des recrues. De ce fait l’elfe des services secrets pourrait dans un avenir proche les conseiller voir peut être leur apprendre quelques astuces. Encore fallait-il qu’elles réussissent cette épreuve… Se retournant en direction de l’impératrice, l’elfe remarqua que celle-ci s’était emparée discrètement du dispositif noir. Si elle prenait ce dispositif, c’est qu’elle avait une idée derrière la tête. L’elfe, connaissant assez bien Lisbeth, craignait le pire. Allez savoir quelle idée tordue avait bien pu germée dans l’esprit non moins machiavélique de l’impératrice ? Soupirant l’elfe se dirigea vers les cabines pendant que l’impératrice prit une nouvelle fois la parole:

< Vous pouvez également choisir une tenue plus adaptée à la situation, comme une armure si vous le souhaitez, dans ces cabines. >

Se retrouvant une fois de plus au centre d’un million d’objet, l’elfe réfléchit à la tenue qu’elle allait adopter. Portant un nombre assez important d’arme, elle devait se munir de vêtement assez léger qui n’affecterait aucunement sa mobilité. Parcourant les divers rayons qui composaient la cabine comme si elle faisait des courses dans un supermarché nonsos, l’elfe prit des Rangers, un débardeur noir et un mini short tout aussi noir. Enlevant sa tunique et enfilant les vêtements qu’elle avait choisis, l’elfe s’attarda sur la croix en argent que sa sœur lui avait offert. Une larme solitaire coula alors le long de sa joue. Peut-être qu’un jour elle réussirait à se pardonner. Remettant sa croix à sa place, l’elfe des services secrets s’équipa. Elle cacha deux couteaux dans ses Rangers, attacha ses grenades à sa ceinture et mît ses deux revolvers dans des holsters attachés aux cuisses et sa rapière dans le dos. Son débardeur, légèrement court sur les bords, laissait voir quelques unes de ces anciennes cicatrices dans le dos. L’elfe espérait qu’aucune des recrues et que l’impératrice ne seraient choquées par ces blessures et qu’elles ne feraient pas de commentaires désobligeants.


Sortant de la cabine, l’elfe remarqua qu’elle était la première à en avoir fini avec son équipement. Sans doute était-elle la seule à savoir avec précision de quoi elle avait besoin…

Voyant l’impératrice sortir à son tour de la cabine, celle-ci s’approcha d’elle et profita de sa présence afin de choisir un terrain d’entrainement intéressant. Grâce à l’écran disposé en face des deux jeunes femmes, Dylinrae put contempler à loisirs les différents choix possibles. L’elfe des services secrets, bien que légèrement sadique sur les bords, ne tenait pas à imposer une épreuve impossible aux recrues. Elle écarta donc les terrains se déroulant dans une jungle verdoyante à savoir des enfers verts. L’écran diffusa alors une image d’une cité en ruines. Ce terrain semblait fort intéressant aux yeux de l’elfe car celui-ci possédait quelques difficultés. En effet il y avait de nombreux endroits où se cacher et le silence d’un tel lieu serait autant un atout qu’un inconvénient pour les recrues et Dylinrae. Cet espace était le parfait endroit pour disparaitre et apparaitre où bon lui semblerait. L’elfe approuva donc d’un signe de tête. Se retournant, l’agent nommé Treadstone, vit les recrues sortir une à une des cabines. Celle-ci semblait prêtre du moins en apparence. Elles devaient être angoissées à l’idée de devoir subir un tel entrainement. Cette situation lui rappelait ses premiers jours dans les services secrets. Certes les entrainements de l’époque n’étaient pas comparable à ceux d’aujourd’hui mais les sentiments éprouvés restaient les mêmes. L’impératrice, regardant les personnes présentes, déclara:


< Nous allons maintenant pouvoir débuter cette session de recrutement. Elle sera plus particulière que les autres, car vous n’êtes que 3. Cette fois-ci, vous allez devoir me protéger de Dylinrae qui cherchera sans cesse à me tuer. Elle cherchera donc par conséquent à en finir avec vous également. Tous les coups sont permis, cependant l’usage de la magie est strictement interdit, mis a part pour les reparus et les autres sorts de soin du genre. Si jamais Dylinrae me blesse ou me capture, vous vous en doutez, l’épreuve se terminera par un échec de votre part. >

Face à cette annonce, l’elfe jubila de plaisir. Cette session d’entrainement allait vraiment être intéressante. Par ailleurs cette session lui permettrait de prouver à l’impératrice sa vraie valeur. Peut-être que cela lui permettrait de se racheter voir de se réhabiliter aux yeux de l’impératrice. Elle ne se souvenait que trop bien de sa conduite envers la dirigeante d’Omois. Peut-être que le dispositif aux mains de l’impératrice, lui servirait à se venger de l’affront de l’elfe. Si c’était le cas l’elfe savait qu’elle allait passer un très mauvais quart d’heure vu les possibilités de cet engin. Le décor se matérialisa alors tout atour d’eux et Lisbeth déclara:

< Bien, le décor est enfin installé, nous débutons l’épreuve maintenant. >

Entendant cela, l’elfe des services secrets se dirigea à l’opposé du chemin qu’empruntaient les recrues et l’impératrice. Son objectif était de trouver un endroit ou se positionner afin de tirer à l’aide de son Kar 98. Avisant un immeuble encore en état, l’elfe se mit en marche. Dylinrae monta alors les escaliers de cette construction en ruine et se positionna au 3ème étage. Celui-ci offrait un beau panoramique sur les alentours et permettait donc de faire face à toute intrusion. Sortant son arme, l’elfe régla la lunette, se mit en position et calma sa respiration afin de viser avec précision. En faisant cela, elle se rappela les conseils de sa sœur qui lui disaient de se calmer, de respirer doucement, et de ne plus considérer ce fusil comme une vulgaire arme mais comme extension de son esprit. Cette conception pouvait paraître étrange mais pas aux yeux de l’elfe.

Soudain dans sa lunette, Dylinrae vit les recrues et l’impératrice se déplacer avec prudence à environ 500 mètre de son emplacement. L’elfe pouvait certes abattre l’impératrice à une telle distance mais si elle le faisait tout se terminerait. Préférant faire durer le plaisir, l’elfe des services secrets tira un coup de semonce aux pieds de l’impératrice. Ce tir d’avertissement obligerait maintenant les recrues à faire plus attention à la sécurité de Lisbeth. Cependant l’elfe devait maintenant changer d’endroit avant que les recrues ne se dirigent vers sa position. Remettant son arme en bandoulière, Treadstone dévala à toute vitesse les escaliers et se dirigea vers un autre endroit. Cependant sans y faire attention, elle activa un piège sur son chemin ce qui fit apparaitre un homme armé de deux cimeterre. Celui-ci semblait fort habile avec ces armes et enchainait quelques tours de passe-passe pour prouver qu’il savait parfaitement les manier. Puis sans qu’un mot ne fût échangé, l’homme la chargea. Il ne devait sans doute pas connaitre les elfes et leurs rapidités vu que Dylinrae esquiva avec une certaine aisance sa charge. Il fallait avouer qu’il ne s’agissait que d’un piège dans un monde virtuel. Tout ne pouvait donc être parfait. L’homme se retourna alors dans sa direction en la regardant d’un air ahuri. Essayant de ne pas rire face à cette drôle de tête, l’elfe sortit l’un de ses pistolets et tira une balle en pleine tête de son adversaire. On pouvait dire que le piège n’avait pas fait long feu. Mais comme l’elfe s’en souvenait, le silence dans cet endroit pouvait être un avantage comme un inconvénient. Le bruit de la détonation de son arme avait du alerter Lisbeth et les recrues. Décidant de transformer ce soudain inconvénient en avantage, l’elfe des services secrets s’approcha du cadavre de l’homme, lui ouvrit la main, sortît l’une de ses deux grenades, lui mit dans la main, referma cette dernière et fît en sorte que cette arme explosive se dégoupille si quelqu’un venait à regarder ce que contenait cette main. Puis laissant le cadavre où il se trouvait, l’elfe prit position dans une maison pas loin et admira les alentours à l’aide de la lunette de son fusil.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1237-dylinrae-z-alya
Maya Harclia


avatar

Age du personnage : 16 ans

Métier : Recrue aux Services Secrets d'Omois (chut !)
Résidence : Fondue dans l'ombre de tes rêves intouchables.
Dans le sac : Combattre. Combattre la peur, l'apréhension, l'ennemi, la mort. Combattre plein de choses camouflées derrière un visage, une idée...


MessageSujet: Re: Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]   Lun 11 Avr 2011 - 0:22

-Votre Majesté Impériale, je me nomme Maya Harclia. Je suis prête, Dylinrae.

L'écho de sa phrase se répétait dans sa tête. Elle se demandait si, eh bien si elle avait bien fait de répondre ça. Surtout lorsqu'elle entendit les autres.

-Angel Del Nero. Et sachez que je suis toujours prête pour un combat.

Angel. C'était un très joli nom, mais correspondait-il vraiment à la personnalité de sa propriétaire ? Maya l'ignorait.

« Strawberry Weather. Je suis partante également. »

Alors, cette jeune fille s'appelait Strawberry. Drôle de nom, quoique amusant. Enfin bon, la sortcelière n'avait pas l'impression que la jeune fille soit aussi douce qu'une fraise.
Maya se rendit compte qu'elle évaluait tout à l'aide de préjugés, ce qui n'était pas le top du top. Elle inspira, et essaya de se calmer. Il y avait la peur de faire mauvaise figure et d'échouer.
Angel, Strawberry... Elles semblaient bien meilleures qu'elle, beaucoup plus douées... Maya doutait. Mais après tout, elle était là, elle avait accepté. Le retour en arrière était prohibé. Pourvu qu'elles s'entendent bien. Pourvu que l'esprit d'équipe triomphe face aux différences, aux physiques, aux forces et aux faiblesses.



L'Impératrice. Maya se reconcentra, à temps pour voir devant elle des centaines d'armes apparaître. Son coeur bondit, mais fort heureusement, pas son corps. Elle s'agenouilla et observa, s'amusant à chercher les armes qu'elle connaissait. Broyettes – trop dangereux – , pistolets... Et, pourquoi pas ? Maya avait vu des films terriens, et savait à peu près comment l'on s'en servait. Cette arme était pratique et fatale, alors pourquoi se priver de l'utiliser, pour une fois qu'elle était légalisée ? Elle saisit l'arme, et chercha des yeux les potentielles retenues pour ce test.

C'était un test, justement... Maya se demandait s'il y avait des informations compromettantes dans le test, pour qu'on doive mourir en cas d'échec... et, oui, bien sûr. Si on survivait, pourquoi ne pas révéler au monde entier ce qu'était ce test ? Personne n'était tenu au secret, à se stade. Mais bon, tout le monde étant passé par là devait y avoir pensé. Il était très malsain de se mettre l'Impératrice à dos... Mais, pourquoi l'humaine pensait-elle à tout cela ? De toutes façons, soit elle vivait, soit elle mourrait, c'était simple.

Oh, des poignards. Maya s'en empara, à l'instar d'un petit dispositif de pistage utilisable avec une boule de cristal. Et un Katana. La jeune fille aimait beaucoup les katanas, les samouraï...

< Vous pouvez également choisir une tenue plus adaptée à la situation, comme une armure si vous le souhaitez, dans ces cabines. >

Merci bien de cette attention, pensa Maya qui n'avait pas pensé une seconde à se battre avec sa tenue actuelle. Elle entra dans l'une des cabines, et resta un instant inerte, imaginant sa tenue. Un débardeur noir, légèrement décolleté - hmm -, un pantalon tout aussi noir ayant l'atout de lui fournir une liberté de mouvements quasi-totale et puis des Rangers, tout aussi noires [HS : Non je copie pas Dyl', je pensai à mon oncle qui est flic xD]. Elle attacha ses cheveux en une queue-de-cheval, coiffure standard mais pratique. Une ceinture vint finir sa tenue et acceuillir le pistolet et les poignards. Elle cacha le dispositif de pistage dans sa poche, après l'avoir connecté à sa boule de cristal.

Théoriquement, elle était prête. Elle ressortit de la cabine, comme Strawberry et Angel, pour voir Dylinrae et Lisbeth converser. La souveraine se tourna vers elles.

< Nous allons maintenant pouvoir débuter cette session de recrutement. Elle sera plus particulière que les autres, car vous n’êtes que 3. Cette fois-ci, vous allez devoir me protéger de Dylinrae qui cherchera sans cesse à me tuer. Elle cherchera donc par conséquent à en finir avec vous également. Tous les coups sont permis, cependant l’usage de la magie est strictement interdit, mis a part pour les reparus et les autres sorts de soin du genre. Si jamais Dylinrae me blesse ou me capture, vous vous en doutez, l’épreuve se terminera par un échec de votre part. >


Hum, sympathique, le sujet. Elle avait l'impression de se trouver à un examen pour entrer dans une école supérieure. Chose qu'elle n'avait jamais tenter. Elle n'entrait pas dans une école supérieure, mais carrément dans la vie (très) active. Maya souhaita derechef que l'esprit d'équipe prône sur la haine et sur la mésentente.

Soudainement, le décor se materialisa autour des jeunes femmes. A savoir des ruines. Ambiance de mort, pesante, avec un silence omniprésent qui peut faire facilement défaut mais aussi grandement aider, analysa la Sortcelière. Un terrain grand où il est facile de se perdre, mais se cacher est aussi très aisé. C'en était presque inquiétant.

Maya, Strawberry, Angel et Lisbeth prirent un chemin, tandis que Dylinrae prit l'opposé. L'humaine grinça des dents. Elles escortaient Lisbeth sans savoir vraiment où aller, jusqu'à ce que, quelques minuites à peine plus tard, un coup de feu ne les alerte. Aux pieds de l'Impératrice.

Maya, le coeur battant, avisa les immeubles d'où la balle aurait pu être tirée. Mais il n'était pas question de se jeter dans la gueule du loup. Maya intima aux jeunes filles de la suivre vers des arbres et des bâtiments, mimant quelqu'un à qui on coûpait la gorge pour souligner ses propos. A savoir, on se cache et on voit après, mais il faut que l'Impératrice soit protégée, tant pis pour traquer Dylinrae pour l'instant, alors que Lisbeth n'était pas en sureté. Ah, oui, et pas de discussions ou d'objections.

Le terrain avait l'air propice aux cachettes, mais aussi aux mauvaises surprises... Qu'allaient en dire les autres ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1937-maya-harclia-the-bee http://tara-duncan.actifforum.com/t1780-maya-harclia
 
Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Malvenue aux Services Secrets d'Omois !... Ou pas. [PV]
» RENFORCEMENT DE L'ÉTAT D'HAÏTI ( ÉTAT DE DROIT SUITE)
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'Impératrice-
Sauter vers: