AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Aelita. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OcéansOcéans :: Royaume d'AquariaPartagez | 
 

 Qui veut mes douces promenades de santé ? Deux crédits-muts l'une ! (PV Muffy/Cassie/Kiry’)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tara'tylanhnem Duncan*


avatar

Age du personnage : 16 ans

Résidence : Là où il y aura une belle avalanche de petits soucis et gros problèmes <3

MessageSujet: Qui veut mes douces promenades de santé ? Deux crédits-muts l'une ! (PV Muffy/Cassie/Kiry’)   Ven 29 Avr 2011 - 15:42

    La jeune fille s’était arrêtée. Surprise. Bras ballants, cheveux volants au vent, elle restait postée à l’entrée du quartier marchand, presque bouche bée. Elle était plutôt jolie, dotée de traits avenants et de joues bien rouges. Ses grands yeux noisette brillants de curiosité et de ravissement. Vêtue comme la plupart des jeunes filles d’Aquaria d’une tunique légère et de sandales de cuir souple, elle aurait pu facilement passer pour la fille d’un pêcheur si quelques détails ne l’avaient pas trahie. Peut-être le foulard qu’elle avait noué à son cou, fait d’une matière bien trop précieuse, aux motifs bien trop élaborés pour qu’une vraie fille de l’océan ait les moyens de s’en acheter un. A moins que ce ne fut sa chevelure châtain clair aux reflets dorés, qui même malmenée par le vent qui sévissait perpétuellement à Aquaria, restait étrangement lisse et brillante. Aucun doute n’était permis, la jeune fille utilisait cette gamme de soins pour cheveux dont les publicités passaient en permanence sur boule de cristal. Cette gamme de soins hors de prix, réservée à l’élite féminine d’Autremonde. Quoique nombre de bloggeuses avaient émis l’hypothèse que Sandor, l’imperator d’Omois, n’avait aucun scrupule à emprunter les shampooings, après-shampooings, masques et autres produits de sa sœur. Enfin, peu importait, car même si la charmante demoiselle était indéniablement une étrangère, peu de personnes semblaient sans soucier, et encore moins venir à se demander si l’Imperator était bel et bien efféminé. Oh non, personne ne daigna même tourner la tête d’un air agacé lorsque le chat qui accompagnait la jeune brune miaula bruyamment, dans l’évident objectif d’attirer l’attention de sa maîtresse.

    -Galant ! chuchota-t-elle en serrant les dents, sourcils froncés.
    Aussitôt, l’animal se fit plus petit, rentrant ses équivalents d’épaules et serrant les pattes. Il venait de percevoir la colère de sa compagne d’âme, sa considérable inquiétude, et regrettait déjà d’avoir manqué les faire remarquer. Mais il fallait bien avouer qu’il avait des raisons d’être, lui aussi… irrité, courroucé. Habitué à être une superbe bête de deux mètres au garrot, dotée d’ailes et d’un plumage et pelage d’un délicat blanc, il se retrouvait ridicule chat, couvert de tout aussi ridicules taches noires. Pour le plus grand plaisir de celle qui partageait ses pensées, particulièrement fière de son sort. Evidemment, Galant devenait toujours fou de ravissement dès que sa compagne d’âme manifestait son contentement, cependant sa bonne humeur n’avait pas réussi à le contaminer cette fois-ci. Le pégase devenu chat comprenait tout à fait l’envie de son amie, mieux, il la partageait, mais ne supportait pas l’idée d’être réduit à une insignifiante petite bête alors qu’il était d’habitude étincelant de splendeur et de puissance. Et en plus, la responsable de sa frustration restait plantée bêtement à l’entrée d’un quartier des plus banals alors qu’il souhaitait sortir de ce corps au plus vite, et donc finir la balade au plus vite !

    Tara’tylanhnem Duncan sentit l’insatisfaction de son familier avant même qu’il ne l’exprime. Ce qui décevait son familier lui causait toujours un petit pincement au cœur, mais c’est tout de même à contrecœur qu’elle tourna le dos à l’incroyable vue qui s’offrait à elle pour s’agenouiller devant Galant, et lui communiquer par la pensée ce qu’il n’avait apparemment pas compris.
    « Tu vois mon beau, j’ai vécu aujourd’hui une des pires journées de ma vie, et je suppose que toi aussi. Lorsque Lisbeth nous a envoyé ici, je m’étais attendue à… un semblant de vacances. Peut-être une heure ou deux de réunion, un problème que je parviendrais à régler en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, mais surtout un repos bien mérité et des après-midis passés à bronzer à la plage, occupée à siroter du Tzinpaf. »
    Le familier fit clairement ressentir à sa compagne d’âme son amusement face à sa naïveté, et accompagna ses pensées d’un levé d’yeux au ciel. Tara n’en tint pas compte et continua :
    « Cependant, évidemment même, rien ne s’est passé comme prévu. C’est un véritable conflit commercial qui oppose Tingapour à Aquaria, des histoires improbables de trafics de crème de Balboune, et la journée de nous a pas suffi pour démêler le vrai du faux dans les témoignages et les plaintes. Comme nous risquons d’en avoir pour toute la semaine, et que jusqu’à ce dénouement je suis presqu’un ennemi public en tant que représentante de Tingapour, il vaut mieux pour moi me déguiser si je souhaite me balader tranquillement. Et tu es tout aussi connu que moi, alors il était indispensable que je fasse de toi un animal qui passe inaperçu ! »acheva-t-elle d’une voix presque suppliante, comme demandant le pardon à son familier.
    Celui-ci lui adressa un regard noir, puis se dirigea le museau levé dignement vers les premiers étals, s’efforçant d’ignorer sa chère Tara. Celle-ci secoua d’un air dépité sa chevelure brune, resserra son foulard et se mit à son tour en marche, se repaissant du paysage et de l’ambiance qui l’avaient clouée sur place.

    Aquaria Puerto était un charmant petit port, qui répondait à toutes les exigences touristiques de Tara. Non seulement il était ensoleillé tout au long de l’année, possédait de superbes plages de sable fin et des commerces aux produits délicieux et variés, mais il était aussi très peu fréquenté. En effet, les îles et littoraux de la mer des Brumes avait acquis avec le temps la réputation peu engageante de repère de pirates, et les riches touristes du reste d’Autremonde préférait éviter d’y passer leurs vacances. Les seuls étrangers qui daignaient s’y rendre étaient ceux qui, comme Tara, s’étaient vus dotés d’une mission professionnelle : politiques et marchands. Essentiellement marchands. Et c’étaient eux qui étaient l’âme et la vie d’Aquaria.
    Le quartier où se promenaient Tara et Galant jouxtait le marché intérieur, un gigantesque bâtiment dont la moitié était occupé par les étals des petits commerces, et l’autre par de véritables magasins ouverts tout au long de l’année, qui auraient pu former un véritable centre commercial s’ils n’avaient pas été construits de manière aussi anarchique. Les marchands malchanceux qui n’avaient pas eu la chance d’obtenir une zone au Souk des Brumes, comme ils l’appelaient, avaient du se résoudre à s’installer dehors, dans le quartier qui était avec le temps devenu le leur. Un quartier qui n’en était plus vraiment un. S’y frayer un chemin était… une perpétuelle épreuve. Des échoppes avaient été maladroitement construites au milieu de la rue, les véritables magasins débordaient sur les trottoirs, des commerces semblaient apparaître devant vous en un clignement d’œil. Tara contourna un comptoir où deux vendeuses affolés l’apostrophait, sourire aux lèvres, lui proposant d’acheter quelques petites robes légères, et se retrouva face à des cabines d’essayage qu’un vendeur venait de monter sous son nez. Aussitôt, celui-ci tenta de l’amener à l’intérieur, apparemment persuadé qu’elle souhaitait essayer d’étranges petits ponchos entièrement fait de coquillages. A peine lui avait-elle échappé qu’elle se retrouva avec une dizaine de bocaux sous le nez, tendus par des gamins apparemment chargés d’attirer les clients jusqu’à l’étal de leur père, un marchand d’épices. Des épices dans un port ? Tara fronça les sourcils, mais ceux-ci se soulevèrent bien vite de surprise alors qu’elle tombait, bousculée par un vendeur de poissons bien frais qui vantait la qualité de ses produits en chanson.

    Tout n’était que tourbillons de couleurs, d’odeurs et de sons. Seuls deux éléments dans le paysage restaient tels quels, adoptant perpétuellement le même mouvement régulier : le ciel et la mer. Le premier était du bleu le plus pur, à peine troublé par quelques nuages moutonneux qui se dirigeaient vers l’est, illuminé par le soleil qui, lui, achevait inexorablement sa course vers l’Ouest. Le deuxième élément était d’un bleu bien plus soutenu, bien plus profond. La mer des Brumes était calme et sereine, l’écume de ses vagues presqu’invisibles. Il était vrai que le doux vent d’Aquaria Puerto était devenu brise légère. Une brise légère qui caressait le visage de Tara. Celle-ci ferma les yeux, respirant à pleins poumons l’air marin et laissant le souffle de la mer… dénouer son foulard marin. Galant, par l’intermédiaire de quelques images bien choisies, murmura dans l’esprit de sa compagne d’âme, mi-inquiet, mi-moqueur :
    « Plus la mer semble innocente, plus elle est torve et sournoise. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Qui veut mes douces promenades de santé ? Deux crédits-muts l'une ! (PV Muffy/Cassie/Kiry’)   Mar 3 Mai 2011 - 22:21

    « Look alive, s u n s h i n e »


Aquaria, AutreMonde. La mer des Brumes. Les vagues qui caressaient le chaud sable fin. Plus loin, cacophonie. Allegro. Clameur oppressante. Corps qui se mouvaient sans grâce aucune. Et là, crochets vivants qui tentaient en vain d’agripper les passants.

***

Un homme. Vêtu de loques, pâle imitation des misérables commerçants. Un modeste chariot de fruits et de légumes locaux complétait le déguisement. Les cheveux hirsutes. Verres fumés collés sur les yeux. Il marchait d’un pas lent. La sueur coulait de son cou et de son front. Les sourcils froncés, il se faufilait à travers les petites rues de la ville. Traînant péniblement sa marchandise. À ses pieds, un petit chien crème au museau aplati haletait joyeusement. Son Familier. Les marchands possédaient bien souvent des animaux et Eddy passait totalement inaperçu. Les habitaient ne daignaient poser leur regard sur eux. Son compagnon animal jappa dans son esprit : « La priorité est de localier la jeune Tara Duncan dans cette mer de gens. Bonne chance à nous ». Le faux commerçant roula les yeux. Cette mission que lui avait confié l’Impératrice d’Omois, Lisbeth, consistait à surveiller la jeune Duncan dont les pouvoirs parfois incontrôlables pouvaient déclencher un cataclysme. Mais cela ne s’arrêtait pas là. En effet, puisque Tingapour était en conflit avec Aquaria, découvrir que l’Héritière d’Omois se cachait ici risquait d’alimenter les tensions. Une situation à éviter dans la mesure du possible. Donc, l’Impératrice avait envoyé l’un de ses Hauts Mages en espion à Aquaria. Certes, envoyer un Voleur Patenté, plus agile et discret, aurait été davantage astucieux, mais comme il existait des légions de marchands ici, Lisbeth avait décrété que le responsable de cette mission se ferait passer pour l’un d’eux. Jamais un Voleur Patenté n’aurait accepté de se costumer de la sorte, aussi l’étrange et taciturne Timothy Wallander avait-il été désigné d’office.

Le hic ? Où se terrait Tara Duncan ? Tim avait été envoyé ici quelques heures après le départ de la jeune blonde et il ignorait où elle se trouvait actuellement. Il lui fallait donc la dénicher et ainsi, oublier son agoraphobie. Tous ces gens autour de lui l’angoissaient. Il avait l’impression qu’ils allaient le compresser. Et la chaleur n’arrangeait rien. À proximité, le bruit apaisant des vagues le rassurait quelque peu. Eddy jappa, jouant son rôle de… chien. « Tu vois quelque chose d’anormal ? » demanda Tim. « Euh, toi ? » répondit avec malice le Carlin. L’homme lui décocha un regard meurtrier mais une lueur affectueuse jouait dans ses yeux. « Non, sérieusement, Ed, il faut la trouver, cette gosse… » Mais à ce moment-ci, Eddy grogna avec agressivité. Surpris, le Haut Mage déposa sa charrette, saisissant l’opportunité de se reposer pendant quelques secondes. Il suivit du regard son chien gambader vers la mer. Amusé, il le rappela à lui : « Allez, viens, c’est pas l’heure de jouer ». « Attends, y’a un minet à bâbord, un chien normal lui sauterait dessus ! ». « Non, Eddy, tu… ». Trop tard. L’homme abandonna son chariot et s’élança en direction d’Ed.

En effet, un chat s’y trouvait… aux pieds d’une jeune fille brune. Slurk. Tim vit Eddy sauter sur le félin avec férocité. Le combat s’engagea. Et s’acheva lorsque le Haut Mage arriva en courant. Il se saisit de son animal, le prit dans ses bras avec hâte et s’empressa de présenter ses excuses à la jeune Aquarienne :


    « Mille excuses, mademoiselle. Mon chien est un peu agité aujourd’hui. La chaleur, sans doute… »


« Agité toi-même, tu t’es vu courir comme un débile ? » ricana Eddy mentalement. L’ignorant, Tim regarda la jeune brunette. Avait-elle constaté le niveau de langage plutôt élevé qu’il avait employé ? Un simple commerçant ne s’exprimait pas ainsi. Il s’exprimait dans un langage familier. Alors qu’il constatait son erreur, Tim vit que les habits de la fille étaient plutôt somptueux…

***

Et là, crochets vivants qui tentaient en vain d’agripper les passants. Corps qui gravitaient autour de la place publique. Clameur angoissante. Symphonie qui déchirait les tympans. Les vagues glaciales qui fondaient sur le sable brûlant. La mer des Brumes. Aquaria, AutreMonde.



Anciennement Magister, Birthday, Timothy & Neal (2010-2012)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Qui veut mes douces promenades de santé ? Deux crédits-muts l'une ! (PV Muffy/Cassie/Kiry’)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chez les gens on ne voit que deux choses : ce qu’on veut y voir et ce qu’ils veulent bien nous montrer.
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OcéansOcéans :: Royaume d'Aquaria-
Sauter vers: