AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Aelita. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'ImpératricePartagez | 
 

 Crownless [PV Lisbeth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anaiarashiva


avatar

Age du personnage : 7000 ans

Couleur de magie : Rouge sang
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Hors la loi à plein temps / Monstre sanguinaire
Résidence : Inconnu
Dans le sac : Une Clayrmore, quelques couteaux et 2 Desert Eagle 357 magnum

Affinités : Une affinité ? tssss aucune voyons !

MessageSujet: Crownless [PV Lisbeth]   Sam 30 Avr 2011 - 14:41

La jeune fille courait à travers les bois. Elle se savait en danger et essayait malgré la fatigue de continuer à avancer. Elle aurait certes pu utiliser un Transmitus pour s’échapper de cette situation désastreuse mais la peur l’empêchait de réfléchir convenablement. Continuant de courir à travers les broussailles, la jeune fille s’arrêta et se cacha derrière un arbre afin de se reposer quelques minutes. La jeune femme soupira de soulagement en constatant l’absence de son poursuivant aux alentours. Sans doute avait-il perdu sa trace…ou avait-il décidé d’abandonner sa proie. Dieu seul le savait ! Ne pouvant réprimer ce qu’elle ressentait, la jeune femme se mit à rire et laissa des larmes de joie couler le long de ses joues. Elle qui était en danger de mort il y a quelques minutes venaient d’avoir la vie sauve ! C’était inespéré ! Il était donc logique qu’elle évacue la pression qu’elle avait ressentie durant cette situation.

Relevant la tête, son rire s’arrêta aussitôt, et elle écarquilla les yeux. Sur les branches de l’arbre se trouvait une personne…Et cette personne n’était autre que son poursuivant. Reculant lentement et prenant un air terrifié, la jeune femme put contempler à loisir son poursuivant…correction sa poursuivante qui avait tué auparavant son escorte ! Il s’agissait d’une femme très grande à la peau très pâle. Sa couleur de cheveux, ses yeux jaunes et son sourire énigmatique rendait la jeune fille anxieuse. Qu’allait-elle donc lui faire ? Cet air mystérieux ne reflétait vraiment rien de bon !

Continuant de reculer, la jeune femme trébucha sur une branche et commença à paniquer. Elle n’essayait plus de se relever mais tentait tout de même de s’échapper essayant encore et toujours de reculer de plus en plus vite. Ses larmes de joie s’étaient transformées en larmes de désespoir. Puis soudain, elle sentît une surface dure contre son dos. Se retournant elle vit qu’il s’agissait d’un autre arbre. Elle était maintenant prise au piège. Désirant plus que tout au monde vivre, la jeune femme se jeta alors au pied de sa poursuivante et lui déclara d’une voix entrecoupée de sanglot:


-Pitié ! Je ferais tout ce que vous voudrez ! Je suis prête à vous donner de l’argent si vous le désirez !

Face à cette déclaration, Anya ne put s’empêcher de rire. Ce que les humains pouvaient se montrer pitoyables parfois ! Face à quelqu’un de plus fort qu’eux une grande majorité préférait capituler…c’était vraiment pathétique ! Soulevant la jeune fille et la poussant contre l’arbre, Anaiarashiva serra lentement sa main autour du cou de sa victime et lui répondit d’une voix mielleuse:

-Oh comme c’est aimable de ta part ! Mais c’est hélas fort dommage je ne désire pas d’argent… Tout ce que je veux c’est ta vie ! Et occasionnellement ton apparence !

La soulevant de terre et serrant encore plus fort sa main autour du cou de sa proie, Anya regarda avec attention la lente agonie de la jeune fille qui lui lançait des regards de détresse voir même de supplication. Jetant le cadavre sur le sol, Anya l’admira pendant quelques minutes afin de pouvoir prendre son apparence puis fit disparaitre le cadavre en le faisant brûler.

Ayant dorénavant l’apparence de son ancienne proie, l’ancienne dragonne s’arrangea pour s’amocher un peu afin de paraître plus crédible dans ce qui allait suivre. Elle déchira donc ses vêtements à l’aide d’un couteau, s’entailla la peau à l’aide de ce dernier et se décoiffa. Ayant fini sa ‘’toilette’’, Anya sortît de la forêt où elle se trouvait. Elle vît que là ou étaient situés les cadavres des gardes de la jeune fille, il y avait dorénavant d’autres gardes et un homme fort bien habillé. Ce dernier, se retournant dans sa direction, se mit à courir vers elle, puis la prenant dans ses bras déclara:


-Ma fille ! J’ai cru ne jamais plus te revoir ! Quand j’ai appris que tes gardes avaient été tués et que tu avais disparu…j’ai bien failli …failli…mourir de chagrin. Mais maintenant que je te vois saine et sauve…mon cœur s’emplie d’allégresse !

Prenant un air soulagé et faisant semblant de pleurer de joie, Anya lui répondît:

-Père je suis si heureuse de vous revoir ! J’ai bien cru ne pas m’en sortir ! Mais par je ne sais quel miracle j’ai réussi à échapper à mon poursuivant !


Serrant le père de la jeune fille dans ses bras comme si elle était sincère, Anya trouvait que la situation se déroulait comme prévue. Il ne lui restait plus maintenant qu’à se débarrasser de ce misérable noble et de tenir son rôle jusqu’à la fête de l’impératrice dans quelques semaines. Souriant de plus belle, l’ancienne dragonne ne put s’empêcher de trouver tout ceci fort amusant. Si cet homme savait que sa fille était bel et bien morte, il se serait sans aucun doute donné la mort… Mort qui de toute manière n’allait pas tarder pour lui. Encore fallait-il pour Anya réfléchir à un moyen adapté de le tuer sans pour autant élever des soupçons.


1 mois plus tard, Palais de l’Impératrice:

Parfait. C'était parfait. Anya avait reçu son invitation il y a maintenant une semaine. Enfin, son invitation . . . Plutôt celle de la jeune fille dont elle avait pris l'apparence après l'avoir tuée. L'invitation était donc au nom de Keira Da Firenze. Pour cette occasion elle avait revêtu une longue robe noire, fendue d’un coté, attaché à son cou laissant ainsi son dos à nu. Cette robe possédait aussi un décolleté assez plongeant mettant ainsi en valeur sa poitrine. Anya portait aussi des talons aiguilles, un bracelet en or blanc et un collier ras du cou où était accroché un caducée en argent. Dans cette tenue l’ancienne dragonne ne se sentait guère à l’aise. Sans ces armes habituelles elle sentait vulnérable. Sans doute était-ce du au fait qu’elle ne pouvait plus se transformer en dragonne et que donc elle se sentait fragile dans la peau d’une simple humaine… Quant-au maquillage, elle avait refusé catégoriquement d’en mettre. Il y avait une limite à ce qu’elle pouvait endurer tout de même ! Elle ne voulait guère se peindre la figure pour paraitre soi disant plus belle… Elle avait néanmoins daigné coiffer ses cheveux bruns. Mais malgré cet effort certaines mèches de cheveux restaient devant ses yeux, elle devait donc sans cesse les placer derrière son oreille afin de ne pas être gênée.

Regardant la salle dans laquelle les invités se trouvaient, Anya trouvait que le palais était toujours ‘’bien décoré’’. Malgré les différentes époques qui s’étaient succédé rien n’avait changé… Le palais d’Omois demeurait le lieu de l’orgueil et de la bêtise impériale selon la dragonne. Certes mettre de l’or et des joyaux n’était pas un crime, mais faire en sorte que le palais semble resplendissant en entassant ce genre de choses était vraiment une idée aberrante. Mais le pire pour Anya était de loin les invités… Ils étaient à l’affut d’un moyen de contenter l’impératrice afin de pouvoir accéder à une probable faveur. C’était d’un pathétique… Par ailleurs ces invités faisaient tous preuve d’une telle arrogance et d’un tel étalement de richesse qu’on aurait pu les confondre à une meute composée de loup cherchant à s’entretuer. Ce décor lui rappelait ce qu’elle avait vu il y a 2000 ans…à Rome. Cette ville à l’époque était connue pour sa gloire mais aussi pour sa décadence… Bien qu’au final la décadence est prévalue la gloire… Les humains étaient vraiment si bêtes parfois que cela semblait tellement affligeant aux yeux d’Anaiarashiva. Peut être qu’un jour comprendront-ils leurs erreurs...

Néanmoins cet étalage de décadence comportait un certain avantage pour Anaiarashiva. Elle n’avait rien à craindre de leur part. Elle avait constaté en tuant le père de la jeune fille que cette agressivité dont la plupart de ces nobles faisait preuve n’était qu’un masque. Dès qu’ils n’avaient plus l’appui de personne, ils étaient si lâche… Elle se souvenait très bien du père de la jeune fille, qu’elle avait précipité dans le vide, qui la suppliait de bien vouloir le laisser vivre. Tout ceci était d’un ridicule… A croire que les personnes de courage se faisaient rares de nos jours. Prenant un verre de champagne et laissant quelques personnes l’approcher pour lui déclarer leurs condoléances au sujet de ‘’son père, Anya remarqua à une table, non loin de sa position, l’impératrice d’Omois. Celle-ci était en pleine partie d’échec avec un vieil homme. Il ne faisait aucun doute que cet homme la laissait gagner. Ce comportement confortait l’idée d’Anya en ce qui concernait le courage des humains. Vraiment pathétique… Cela devait être assez lassant pour l’impératrice de devoir rencontrer sans cesse des personnes qui lui faisaient plaisir… Vidant sa coupe de champagne d’un trait, l’ancienne dragonne, continua à regarder la partie d’échec tout en souriant d’un air mystérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1955-anaiarashiva
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Crownless [PV Lisbeth]   Dim 5 Juin 2011 - 18:22

Une tête blonde surgit soudain du fond d’un océan de draps de soie multicolores, évitant de peu la noyade. A priori, cette tête appartenait à l’Impératrice d’Omois, tout comme cette chambre qui l’entourait. Il était cependant difficile d’identifier le propriétaire de cette masse chevelue, tant il était décoiffé. Comme pour mettre fin à ces doutes sur son identité, Lisbeth écarta ses long cheveux blonds de son visage, et jeta un regard endormi autour d’elle. Bienvenue dans le monde réel Lisbeth. A entendre le profond soupire de frustration qui retentit à cet instant dans la pièce, le retour à la réalité ne plaisait pas vraiment à l’Impératrice. Il fallait la comprendre, elle sortait d’un rêve calme et paisible. Or, les rêves calmes et paisibles étaient en voie de disparition, ces temps-ci. En effet, elle passait le plus clair de ses nuits à cauchemarder des récents événements, comme ce coup d’Etat par exemple. Rien à faire, il ne la lâchait pas. Elle en avait vu d’autres, pourtant. Petite overdose ? Le regard que Lisbeth jeta à la pendule aboutit sur un autre grand et profond soupire. Et en plus il était tôt ?! Pourquoi le ciel ne l’avait donc pas laissée dormir plus longtemps ?

Ledit ciel, comme pour se faire pardonner, ne présentait pas le moindre petit nuage ce jour-là. Un temps vraiment formidable, et une vraie chance qu’Omois soit déjà tant éclairé à une heure si matinale. Parfait, elle qui avait envie de marcher un peu, elle allait être satisfaite. Sans se presser, Lisbeth étouffa un bâillement et se dirigea vers ses jardins. Il lui semblait impossible de se rendormir, maintenant, alors autant faire quelque chose d’à peu près ‘distrayant’ pour meubler sa matinée. Etant donné l’heure, elle ne rencontra personne en chemin. Et tant mieux.

Lisbeth passa machinalement la main dans ses cheveux, et croisa la route d’un nœud particulièrement féroce. Pourquoi avait-elle les cheveux si longs ? C’est vraiment dur parfois, d’être vaniteuse. Prise d’une flemme incommensurable, elle arrêta de s’arracher les cheveux, laissant au nœud la vie tranquille. Au final, cela ne servait à rien qu’elle veuille améliorer son apparence puisqu’il n’y avait strictement personne dehors pour la regarder. Les habitants du palais dormaient, eux. Bref, qu’avait-elle à faire? Il lui semblait bien qu’elle avait organisé une fête dans la soirée . . . L’esprit un peu embrumé, elle s’assit dans l’herbe bleu, violette, rouge et jaune fluo de son jardin. Le banc le plus près . . . était beaucoup trop loin à son goût, sa flemme actuelle en prendrait un grave coup (environ 5 mètres, vous vous rendez-compte ?). Elle fixa le ciel un moment, et se surprit à penser à Barune, qui habitait autrefois ces jardins. Puis, son esprit dériva peu à peu vers d’autres souvenirs plus lointains. Maintenant plongée dans son enfance, Lisbeth somnola quelques instants avant de, ôh miracle, finir par se rendormir.


**

Se rendant compte de l’endroit où elle se trouvait, l’Impératrice se remit sur pied rapidement. Un coup d’œil à sa montre lui fit comprendre qu’elle était de un, (encore une fois) très en retard sur le programme chargé de la journée, de deux, qu’elle avait certainement inquiété tout le personnel puisqu’elle n’était pas dans sa suite depuis un certain temps, et de trois, qu’elle avait dormi toute la matinée en incluant une petite partie de l’après-midi. Rahh. Quelle idée de s’endormir dans son jardin, tout de même. Se dépêchant de traverser les jardins dans le sens inverse jusqu’à la grande porte d’entrée, Lisbeth fut alors confrontée à un dilemme crucial. Elle était totalement décoiffée, et ses habits n’étaient pas assortis. Vraiment pas assortis. Elle n’avait pas envie de lire des commentaires toute la semaine de la part de cette chère presse autremondienne qui ne ratait aucune occasion de mettre les personnes de pouvoir dans la gêne, sur sa façon de s’habiller. Sans plus réfléchir, elle prit la forme de sa nouvelle suivante, une petite brunette aux cheveux ondulés, et sortit sans se faire remarquer.

Heureusement, tout le palais n’avait pas encore été alerté de sa disparition. Cependant, à peine arrivée, elle dut faire face aux problèmes existentiels des cuisiniers qui n’avaient toujours pas terminé les pâtisseries pour la fête de ce soir. Mais qu’est ce qu’elle y pouvait franchement ? Ce n’était pas à elle de s’occuper de ce genre de problèmes. Ils espéraient peut-être qu’elle allait mettre un tablier pour venir leur donner un coup de main en cuisine ? Etait-il nécessaire de rappeler que Lisbeth était archinulle en cuisine ? A part faire brûler l’intégralité de la cuisine impériale, elle ne pourrait pas faire grand-chose. Elle était vraiment, en plus d’être fatiguée, de très mauvaise humeur.

**

L’Impératrice fit un grand et beau sourire hypocrite dont elle avait le secret à son interlocutrice. En pleine conversation avec cette dernière, Lisbeth ne pouvait s’empêcher de jeter de fréquents coups d’œil vers les choses non identifiées qui servaient apparemment de chaussures à la Comtesse. D’accord, elle était assez difficile concernant les tenues des gens en général, mais là . . . Comment pouvait-on oser porter de telles babioles ? Se retenant de lancer une remarque désagréable, Lisbeth s’arrangea pour aller voir ailleurs. Tout ce lèche-bottisme avait parfois quelque chose de fatiguant. Jetant un bref regard dans la salle, Lisbeth ne s’étonna pas de remarquer que la plupart des femmes portaient la même coiffure qu’elle. Elle aurait bien annulé cette fête au final, elle était lasse de tout cela. Pourtant, d’habitude, cela ne la dérangeait pas outre mesure. Elle était habituée, elle avait tout de même été élevée en plein dans cette atmosphère. Mais elle était tellement lasse aujourd’hui. . . Tous ces gens qui s’aplatissaient à ses pieds l’écœuraient, alors qu’elle avait plutôt tendance à s’en amuser, en temps normal. C’est pendant ces moments qu’elle ne regrettait pas d’avoir des ennemis tels que Magister.

Elle s’approcha d’un vieux général décoré, qui semblait en pleine conversation passionnante avec lui-même « Qu’est ce qu’il a, celui là, à me fixer ? Il a vu la vierge Marie ? ». Ledit général était soit disant un grand stratège, ayant passé une grande partie de sa vie sur Terre. Qu’était-il allé faire sur Terre ? Mystère. On pouvait cependant se demander si il avait été décoré grâce à son talent, ou à son ascendance d’une grande famille omoisienne.

C’est en engageant la conversation avec lui, que Lisbeth se retrouva en pleine partie d’échecs quelques instants plus tard. Au moins, elle n’avait pas à supporter ses invités. Quelle fête dénuée de tout intérêt. L’exaspération de Lisbeth atteint son comble lorsqu’elle se rendit compte que son adversaire la laissait gagner. Qu’on la sauve, franchement. Ayant massacré avec facilité le vieux général, elle laissa dériver son regard sur l’assemblée, toujours assise. Son regard s’arrêta sur le seul élément qui ressortait du lot : une jeune femme portant une longue robe noire, fendue d’un coté, attaché à son cou laissant ainsi son dos à nu. Elle avait mis sa poitrine en valeur, par un décolleté plongeant. Elle était plutôt jolie. Profitant du fait que l’inconnue la regardait, Lisbeth l’invita à faire une partie.

« Enchantée, Votre Majesté, je me nomme Keira Da Firenze. »

La partie qui s’ensuivit ne s’avéra pas de tout repos. Contrairement au général, et à la grande surprise de l’Impératrice, Keira ne la laissa pas gagner. Devant les regards ébahis d’une bonne tonne de balbounes échouées, Keira battit Lisbeth à plate couture. Cette dernière ne savait pas trop comment réagir. Elle hésitait entre colère et amusement. Elle n’appréciait pas beaucoup le fait de se faire battre par une illustre inconnue, alors qu’elle était sensée être redoutable aux échecs. C’était un jeu stratégique, par conséquent, elle excellait dedans. Cependant, l’attitude de cette jeune femme lui plaisait. Ce n’était pas courant de tomber sur une personne du genre. Après lui avoir lancé un regard de défit, l’Impératrice se décida à sourire, et à féliciter la gagnante.

« Vous m’impressionnez, mademoiselle Da Firenze. Je vous félicite pour votre victoire, jouer avec vous a été un plaisir. J’espère pouvoir renouveler cette expérience . . . Avez-vous l’intention de rester au palais encore quelques jours ? »



♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaiarashiva


avatar

Age du personnage : 7000 ans

Couleur de magie : Rouge sang
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Hors la loi à plein temps / Monstre sanguinaire
Résidence : Inconnu
Dans le sac : Une Clayrmore, quelques couteaux et 2 Desert Eagle 357 magnum

Affinités : Une affinité ? tssss aucune voyons !

MessageSujet: Re: Crownless [PV Lisbeth]   Dim 25 Sep 2011 - 15:33

S’asseyant à la table de l’impératrice, Anya commença à jouer. La partie qui s’ensuivit fut des plus intéressantes et l’impératrice se révéla être un adversaire tout à fait remarquable. La tactique qu’elle avait adoptée était murement réfléchie. Face à ça la dragonne ne put s’empêcher de sourire. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas un adversaire de sa trempe en matière de stratégie. Cependant, malgré la brillante tactique de Lisbeth, la jeune femme arrivait à la contrer aisément et parvint de ce fait à gagner la partie en déclarant :

-Échec et math !

Ce à quoi l’impératrice répondit en souriant après un long moment de silence:

-« Vous m’impressionnez, mademoiselle Da Firenze. Je vous félicite pour votre victoire, jouer avec vous a été un plaisir. J’espère pouvoir renouveler cette expérience . . . Avez-vous l’intention de rester au palais encore quelques jours

Anya souriait… Tout s’était passé comme prévu. Elle était enfin arrivé, au bout d’un moins, à prendre contact avec Lisbeth. Le plus difficile restait à faire néanmoins. S’inclinant devant l’impératrice, Anairashiva déclara:

- Je vous en prie appelez-moi Keira… Cela fut également un plaisir de jouer contre vous votre Majesté Impériale. J’avoue que cela faisait très longtemps que je n’avais pas affronté d’adversaire aussi talentueux !

Puis fixant l’impératrice, Anya ajouta en souriant:

-Je pourrais peut être allonger mon séjour ici…mais je ne vous promets rien…

S’inclinant une fois de plus devant Lisbeth, Anaiarashiva traversa la foule des convives ébahis par la scène qui s’était déroulée devant eux. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de rire intérieurement en voyant cette scène. Les conviés avaient certainement cru qu’elle allait finir désavouer étant donné son comportement peu conventionnel… Anya savait qu’énormément de personne aurait tué leurs proches pour pouvoir réussir ce qu’elle avait fait à savoir obtenir les faveurs de l’impératrice du premier coup…

1 mois plus tard, Palais de l’Impératrice:

Cela allait faire plus d’un mois que la dragonne se trouvait dans le palais de Lisbeth. Au cours de ce mois, elle s’était beaucoup rapprochée de l’Impératrice et avait par conséquent tissé quelques liens d’amitié avec elle. Par ailleurs ce laps de temps avait servi aussi aux intérêts d’Anairashiva. En effet elle avait pu prendre connaissances des protocoles d’évacuation mais elle avait aussi su où se trouvait la salle qui l’intéressait tant et quels étaient les systèmes de sécurité qui la composaient. Il ne lui restait plus qu’à agir. Pour réussir à atteindre ladite salle elle avait donc imaginé un plan qui lui laisserait le champ libre.

Cependant même si la dragonne avait eu le temps de peaufiner tous les détails de son opération, elle avait trouvé le temps long. Elle n’appréciait guère le fait de garder l’apparence de la jeune fille qu’elle avait tué et elle appréciait encore moins le fait de ne pas porter ses armes avec elle. Par ailleurs pour préserver son identité secrète, elle avait du tuer à quelques reprises des personnes qui avaient des soupçons à son encontre… Ces meurtres avaient été sa seule source de distraction pendant ce mois de préparation.

Voyant que la matinée était déjà bien avancée, Anya se prépara. Elle avait rendez vous aujourd’hui avec l’impératrice. Celle-ci semblait en pleine dépression depuis quelques temps. Cependant elle affirmait pourtant qu’elle se portait bien… Croyait-elle duper Anaiarashiva en mentant de la sorte ? Cela faisait 7000 ans qu’elle pratiquait l’art de la duperie… par conséquent à moins d’être le meilleur comédien de tous les temps personne n’aurait pu leurrer aussi aisément Anya.

Mais la tristesse de l’impératrice jouait en la faveur de la dragonne. Dans cet état Lisbeth se montrait beaucoup moins redoutable. C’était l’un de ses rares moments de faiblesse et Anya comptait bien en profiter…aujourd’hui même ! Enfilant des rangers noirs, un treillis vert et un débardeur blanc, Anya se dirigea vers les cuisines où elle y emprunta une bouteille de vin d’un excellent cru… Celle-ci allait servir à un but bien précis à savoir...neutraliser pendant plusieurs instants l'impératrice. Certes rendre saoule Lisbeth n'était pas très glorieux... Encore fallait-il espérer qu'elle ne tienne pas du tout l'alcool !

Une fois la bouteille récupérée, la jeune femme se dirigea vers un endroit assez proche du centre politique du palais. Quand elle fut arrivée à destination, Anya sortît un pain de C-4 avec un minuteur et le scotcha sous une chaise proche de l’entrée de la salle d’audience ou se réunissait très souvent les ministres.

Anya souriait… Tout ce qu’elle accomplissait maintenant aurait été impossible si l’impératrice ne lui avait pas demandé de rester ce qui aux yeux d’’Anaiarashiva donnait de l’ironie à la chose. Sa tâche étant fini, la jeune femme se mît enfin en marche en direction de la chambre de l’impératrice. Elle tapa alors à la porte et se présenta à celle-ci comme le voulait l’usage:


-Keira da Firenze j’ai rendez-vous avec l’impératrice.

Tout se passait comme elle l’avait prévu. Plus que quelques minutes et elle pourrait enfin retrouver son apparence et ses armes et elle pourrait aussi enfin arrêter de se faire passer pour quelqu’un d’autre !


The Bird of Hermès is my name
Eating my wings to make me tame...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1955-anaiarashiva
Lisbeth'tylanhnem*


avatar

Age du personnage : Cherche sur Wikipédia.

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Imperatrice d'Omois
Résidence : Les scoops vous tiennent au courant, non?
Dans le sac : Par ce que tu crois que je vais te le dire ?

Affinités : Mary Williams : Rivale. Bitch sournoise et encore plus capricieuse que moi.
Timothy Wallander : Amour. Décédé il y a peu.
Calista Manticore : Connaissance. Je l'ai sauvée d'une folle furieuse de vampyre BSH.
Birthday : Haine. Il a tué l'homme que j'aimais.
Assia: Ma soeur.
Dylinrae: Exaspération. Que dire de plus? Elle m'a sauvée je la respecte, mais entre ses expériences de droguée et ses remarques déplaisantes . . .
Alvina: Connaissance. Elle travaille sous mes ordres avec sa meute.


MessageSujet: Re: Crownless [PV Lisbeth]   Mar 25 Oct 2011 - 18:43



~ One Month After~

Tu n’arrives pas à t’y résoudre n’est ce pas ? Faut-il qu’on te crache la vérité à la figure ? Tu es brisée. Brisée tu m’entends ?! Te crois-tu encore capable de gouverner dans cet état ? A quoi t’accroches-tu ? Tu n’es plus qu’une ombre. Tout comme l’ombre est noire, le monde n’est plus qu’obscurité à tes yeux. Rien n’a plus de saveur, de goût, rien ne te fera plus jamais plaisir. Et tu es là. Cachant les tremblements de tes fines mains sous la table. Tu n’as plus ta place au soleil. Reste à l’ombre. Deviens l’ombre. Fond-toi dans le décor et meurt, souffre en silence.
Tu es l’image même de ce mot. Silence. Tu te lèves, tu travailles, tu te couches. En silence. Comme si plus rien ne pouvait briser ce morne quotidien. Comme si tu voulais revivre à l’infini tes cauchemars, et te morfondre dedans. Tu souhaites ne plus aimer. Tu souhaites rester ainsi, pour toujours. Comme morte. Ou te retirer, mais tu es trop faible pour le faire. Alors qu’attends-tu ? Sois forte une dernière fois et crève. Crève comme ton mari est mort, crève comme Timothy est mort, crève à leur place. Crève pour qu’eux souffrent à ta place. Lâche. Faible. Tu me dégoutes.


Le reflet que le miroir lui renvoyait était parfait. Comme toujours. Son beau visage pâle, ses grands yeux bleu marines, ses lèvres parfaites . . . Il y a un mois encore, elle s’en vantait. Le regard jaloux de ses courtisanes la grisait. Mais maintenant, ça ne lui plaisait plus. Cela ne l’amusait plus. Elle aurait voulu être brune, petite, les cheveux frisés à un tel point qu’on aurait pu se demander si oui ou non, c’étaient bien des cheveux . . . Elle aurait voulu être une autre. N’importe qui d’autre. Son simple reflet la désespérait. La main de l’Impératrice pianota nerveusement sur la table, tandis qu’elle se forçait à détourner le regard de cette image si déplaisante. Suivant les lignes noires du magnifique bois de son bureau, son ongle laissait une légère trace blanche sur son passage, qui s’empressait de s’effacer aussitôt. On aurait dit que cette matière était vivante. C’était fascinant. Et pourtant, L’Impératrice n’avait jamais remarqué ce phénomène avant. Combien de ces petites choses avait-elle manqué durant toutes ces années ? Combien de ces petites choses manquerait-elle dans ce futur si dénué de vie qui s’offrait à elle ? Une infinité.

Sous une épaisse couche de maquillage, tes yeux cernés de noir sont cachés. Depuis quand ne dors-tu plus ? Un mois, peut-être ? C’est long. Surtout pour quelqu’un ayant une vie aussi fatigante que la tienne. Et pourtant ce n’est pas le sommeil qui te manque : ce sont les cauchemars qui s’invitent dans tes nuits que tu fuis. Tu fais peine à voir . . . Alors que veux-tu que je te dise de plus, Lisbeth ? Veux-tu que je le répète encore et encore ? Meurs.

Et d’une voix plus forte que d’habitude, comme pour son faire entendre, son majordome annonça l’entrée de son amie :

« MADEMOISELLE KEIRA DA FIRENZE, COMTESSE DE BERCHTESGADEN. »

~~


« BOUHOUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU … »

Ceci est un cri. Ceci est le cri de quelqu’un qui pleure. Ceci est le cri de Lisbeth qui pleure. Passionnant, me direz-vous.
Devant elle, sur la table, sont posées trois bouteilles de verres, fièrement dressées. Les deux premières sont vides, l’autre ne tardera pas à l’être. A coté d’elle, sur le fauteuil proche de sien, est assise Keira. Enfin, la personne que se dit être Keira. Les apparences sont trompeuses, chose maintes fois prouvée. Concernant Keira, c’était effrayamment vrai. Oh, la jeune femme, son ‘amie’, n’était autre qu’une dragonne psychopathe, dévastatrice et sanguinaire, mais à part ça tout allait bien.
Quoi qu’il en soit, la jeune femme était venue lui rendre visite, il y a une heure à peine, avec un petit remontant. Vite terminé. L’Impératrice, joyeuse tout d’un coup, avait proposé d’en ouvrir une autre. Et encore une autre. Un verre de plus ou de moins, quelle différence. . . Et petit à petit était apparu un sourire qui n’annonçait rien de bon sur le visage pâle de Keira Da Firenze. Mais Lisbeth ne le remarqua malheureusement pas. Trop occupée à essuyer le chemin noirâtre que le mascara avait lassé sur son passage, elle ne remarquait plus grand-chose. « Alcoolo va »

Méfiance endormie.

Puis, avec l’air enfantin d’une gamine de trois ans, elle avait levé les yeux vers la jeune femme qui se tenait à ses côtés. Le teint blanc et l’aura angoissante que se dégageait d’elle la fascinait. Elle n’avait jamais remarqué à quel point cette femme avait l’air dangereuse. Mais cet air suffisant sur son visage lui déplaisait. Comme c’était étrange . . . La vue de plus en plus floue, l’Impératrice plissa les yeux, lui donnant un air sévère.

Fascination silencieuse.

Et ses lèvres . . . Tout aussi fascinantes. Les larmes de Lisbeth ne coulaient plus, elle se contentait maintenant de fixer Keira comme si détourner son regard de ce visage fin la tuerait. Comme si elle lui demandait de l’aide. Comme si elle la défiait de la juger. Sa main lâcha son verre pour venir se placer derrière la nuque de son amie. Sans plus réfléchir elle l’embrassa.









♥ Alice ♥:
 


crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaiarashiva


avatar

Age du personnage : 7000 ans

Couleur de magie : Rouge sang
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Hors la loi à plein temps / Monstre sanguinaire
Résidence : Inconnu
Dans le sac : Une Clayrmore, quelques couteaux et 2 Desert Eagle 357 magnum

Affinités : Une affinité ? tssss aucune voyons !

MessageSujet: Re: Crownless [PV Lisbeth]   Ven 4 Nov 2011 - 18:50

Cela allait faire presque 1 heure qu’Anaiarashiva se trouvait avec Lisbeth dans sa chambre. La dragonne devait sans cesse vérifier l’heure sur son accréditation afin de ne pas être en retard pour ce qui l’attendait… Cependant même si Anya était déterminée dans ce qu’elle allait entreprendre, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver un peu de compassion pour l’Impératrice. La prise de conscience de ce sentiment l’étonna au plus haut point… Était-ce parce qu’elle avait aussi perdu une personne qu’elle chérissait ? Ou était-ce simplement parce qu’elle s’était rapprochée plus qu’elle n’aurait du de l’impératrice ? Sans doute était-ce pour ces 2 raisons à la fois qu’Anya était triste pour l’Impératrice… Mais hélas elle ne pouvait guère se permettre d’être sentimentale… Elle avait une tâche bien précise à accomplir en ce bas monde avant de pouvoir enfin jouir d’une certaine liberté… Par conséquent l’ancienne dragonne fît taire les élans de son cœur... Même si elle ressentait ce dernier se serrer à l’idée de trahir Lisbeth, le fait de savoir que celle-ci serait neutralisée et hors de danger consolait quelque peu la dragonne. .. Anya savait que l’Impératrice allait la haïr…mais c’était hélas un mal nécessaire… Après tout ‘’la fin justifiait les moyens !’’

Un sourire malsain se forma sur le visage d’Anaiarashiva… Finalement tout se déroulait comme prévu… L’Impératrice ne tenait guère l’alcool fort heureusement mais malgré cela elle continuait à boire ! Au moins cela lui facilitait la tâche vu que Lisbeth était…complètement abrutie par l’alcool. Un petit rire malsain sortît de la bouche d’Anya. Si la presse avait vent de cet épisode…Les journalistes en auraient fait tout un flan… Ce que les humains pouvaient se montrer pathétiques parfois ! Mais le pire c’est que des gens achetaient ces articles afin de connaitre tous les ragots d’Autremonde… Ces gens n’étaient pour la dragonne que des crétins décérébrés…Et dire que sa longue espérance de vie l’obligeait à côtoyer toute sorte de connerie depuis près de 8000 ans…

Toujours plongée dans ses pensées, Anaiarashiva sursauta lorsqu’elle sentît la main de l’Impératrice se poser sur sa nuque. L’ancienne dragonne n’eut cependant pas le temps de demander à Lisbeth la raison de ce geste. A peine avait-elle senti la main de Lisbeth sur sa nuque que celle-ci l’embrassa ! Sur le moment, Anya ne put cacher sa surprise ! Elle s’attendait à tout sauf…à ça ! Même au bout de 8000 ans de vécu…les humains arrivaient encore à la surprendre ! Voila bien longtemps que personne ne l’avait embrassé avec une telle…fougue (non ne va pas te pendre Era : P). A vrai dire il n’y avait qu’une seule personne en ce bas monde qui l’embrassait comme cela… A la mention de ce souvenir, une larme…solitaire coula le long de la joue de la dragonne. Peut être que ses prochains actes allaient faire souffrir Lisbeth mais elle pouvait se permettre au moins de lui fournir un peu de tendresse (bon là j’ai envie de me pendre). Par conséquent Anya serra dans ses bras l’Impératrice et répondît passionnément à son baiser (*pelle*). La ‘’jeune’’ femme, après avoir rompu ce long baiser, profita de sa position (*tousse*) pour prendre dans ses bras Lisbeth et l’emmena jusqu’à sa chambre afin qu’elle se repose (Je sais je sais vous vous attendiez à autre chose mais hélas j’aime frustrer les gens : D).

Une fois l’impératrice couchée, Anya la regarda avec tendresse et l’embrassa une dernière fois… Puis après avoir fait cela et avoir délicatement caché une charge de C-4 non armée, l’ancienne dragonne regarda avec tristesse Lisbeth et lui déclara :

-Je suis désolée…Je ne peux vous offrir ce que vous demandez…Dans une autre vie cela aurait sans doute pu être possible… J’espère que malgré mes actes vous vous souviendrez de ce moment quand vous penserez à moi…au lieu de penser à autre chose…

Après être sortie de la chambre de Lisbeth et être retournée dans la sienne, Anya reprît sa véritable apparence et revêtît ses vêtements habituels. Même si la dragonne était contente d’avoir retrouvé son apparence, une douleur sourde occupait désormais son cœur… Le baiser de Lisbeth avait ravivé d’anciennes cicatrices qu’elle croyait refermées. Prenant ses armes, la ‘’jeune femme’’ regarda l’heure et constata que l’explosion de la charge de C-4 allait survenir d’ici quelques minutes. En conséquence Anya sortît en trombe et se dirigea vers la partie du palais qui l’intéressait. Celle-ci était assez proche du centre névralgique du palais et était de ce fait fortement gardée.

Lorsqu’Anaiarashiva arriva près de la porte qui l’intéressait, elle se cacha dans un interstice du mur. Soudain, elle entendît une terrible explosion et sentît le sol trembler sous ses pieds. Un sourire carnassier se forma sur ses lèvres…l’acte final allait maintenant commencer ! Elle vît de nombreux soldats courir en direction de l’explosion et attendît de ce fait quelques minutes. Moins il y aurait de soldats plus sa tâche se déroulerait vite et sans encombre ! Sortant de sa cachette, Anya se dirigea vers la porte, maintenant ouverte, et dégaina ses deux armes à feu.

Dans la première pièce il ne restait plus que deux thugs armés de hallebardes. Ceux-ci, en apercevant Anya tremblèrent d’effroi. Son pardessus noir, ses cheveux rouges détachés, ses yeux jaunes et son sourire carnassier faisaient d’elle l’image parfaite du prédateur en quête de sa proie. Bien qu’en proie à la terreur, les deux gardes tentèrent de la stopper…sans grands succès ! Leurs pitoyables existences furent éradiquées d’une balle dans la tête. Du sang gicla sur le visage pâle d’Anya qui sourît de plaisir.

Pénétrant dans la seconde salle, la dragonne vît une quinzaine de soldats ébahis par sa présence. Elle marchait entre leurs rangs d’une démarche assurée et riait en même temps. Un soldat armé d’une épée tenta alors de l’attaquer. Il n’eut cependant pas le plaisir de l’atteindre car son existence se termina de façon similaire à celles des deux autres thugs. Les yeux d’Anya étaient désormais grand ouverts et témoignaient du plaisir qu’elle prenait en tuant des gens. Un ballet mortel mené par l’ancienne dragonne venait de commencer !

Croisant ses bras, elle commença à tirer rapidement sur tous les soldats qui étaient dans sa ligne de mire. Vu qu’elle possédait un des calibres les plus puissant au monde ou du moins sur Terre, les balles qu’elle tirait avaient des effets pour le moins dévastateurs sur les gardes présents dans la pièce…En fait il s’agissait d’une véritable boucherie… entre des membres à moitié arrachés, des morceaux de cervelles recouvrant le mur et enfin surtout des cadavres maquillant la pièce de leurs entrailles et de leurs sangs.. Cette atmosphère exaltait au plus haut point Anya qui ne pouvait s’empêcher de rire. Quiconque l’aurait entendu et aurait vu sa tête l’aurait qualifié de cinglé… En fait on aurait même pu croire que la dragonne prenait son pied…

Admirant le charnier qui l’entourait et le sang qui maculait ses vêtements et ses mains, Anaiarashiva s’approcha du dernier militaire vivant dans la pièce. Il s’agissait ni plus ni moins du chef de cette bande de chiens incompétents et effrayés. Par ailleurs tout comme ses subalternes, il semblait effrayé mais en plus de cela…il pleurait tel un gosse devant un monstre… Anya le saisit par la gorge et lui demanda sur un mielleux :

« Donne-moi le code pour ouvrir la dernière porte… »

« Crève ! »

Devant cette réponse, Anya lui tira une balle dans le genou de sa jambe droite. Sous l’effet de cette action, le soldat ne put s’empêcher d’hurler de douleur et de proférer un flot d’insultes à l’encontre de la dragonne qui tira encore mais cette fois –ci sur l’autre genou. Cet homme était désormais privé de l’usage de ses jambes…

Il éructa difficilement :

« Je vous jure que je ne sais rien… »

« Mauvaise réponse »

Anaiarashiva prît un de ses couteaux et s’en servit pour arracher l’œil du soldat puis pour couper ses doigts phalanges par phalanges. Bien qu’entrainé à supporter la douleur, le soldat ne put supporter cela plus longtemps et lui donna le code.

« Je crois que nous allons mettre fin à notre partenariat... »

A peine-eut-elle prononcé ses paroles qu’elle enfonça le canon de l’arme dans la bouche du militaire et pressa la détente. Un flot de sang et de cervelle (mhhh charmant) éclaboussa alors le mur et la dragonne… Suçant de façon assez…sensuelle le sang présent en quantité non négligeable sur ses doigts, Anya entra alors le code fourni par le soldat sur le boitier prévu à cette fonction. La ‘’jeune’’ femme était impatiente de rentrer à l’intérieur. Ses yeux pétillaient de joie et pour une fois un sourire sincère s’était formé sur son visage. Elle allait enfin avoir accès à des connaissances que très peu de personne avait acquise ! La perspective de ce qui l’attendait l’enchantait au plus haut point à tel point que l’on aurait pu aisément la comparer à un gosse émerveillé par sa pile de cadeau le jour de Noël…


The Bird of Hermès is my name
Eating my wings to make me tame...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1955-anaiarashiva
 
Crownless [PV Lisbeth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crownless [PV Lisbeth]
» Vous avez vu les éléphants roses derrière vous, M'dame Lisbeth ? {PV}
» Escapade en bord de mer[PV Lisbeth Blomqvist]
» Lisbeth De la Rose. /alias/ La Rose du Millénium.
» Lisbeth link's ?_Si tu bois trop d'alcool, tu es alcoolique. Et si tu bois trop d'Fanta, tu es Fantastique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'Impératrice-
Sauter vers: