AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'ImpératricePartagez | 
 

 "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Sam 10 Sep 2011 - 17:44

[un peu court, mais je voulais pas te faire patienter.]

If we ever...
J’étais un lion. Un lion, gouverneur de son royaume, roi des animaux, tueur de ses propres rêves et désirs. Silence dans ma tête, silence dans mon cœur, je me taisais, appréciant les hurlements de la fête qui se déchainait . Les lumières vives, la musique explosant contre les murs, partout entre ces gigantesques murs. La salle était bondée. Combien d’invités, de courtisans et autres autruches avait donc invités l’Impératrice ? Je ne le savais pas, et je ne tenais pas à le savoir. Parce que j’étais présent. Et je détestais cela. Etre invité à une fête de coqueluche me déshonorait, et si je n’y avait pas été forcé, jamais je n’aurais mis les pieds dans cet endroit rivalisant avec la plus grande boite de nuit terrienne.
Les mains d’une danseuse couraient sur mon corps. Je n’avais pas posé les yeux une seule seconde sur son corps presque entièrement nu, habillé de chaines et de cuir. Je n’aimais pas cette femme, bien qu’elle cherchât à m’exciter. La musique semblait heurter mon corps, faisant trembler mes os. J’étais alerte. Comme au fauve, assis sur un fauteuil, loin de la piste de danse, j’ignorais les regards, cherchant à me plonger dans l’anonymat. Séné avait assuré que je serais simplement immergé, dès que l’ambiance se mettrait à chauffer. Tssss… Ne comprenait elle pas ? Je n’aimais pas forcément m’amuser… pas ce soir.
La fille passait maintenant ses doigts sous mon haut-noir. Je relevais mon visage vers le plafond, dans un soupir consterné, avant de ne soudainement me lever, la bousculant au passage. Merde. M’amuser, hein ? Et pourquoi ? J’étais très mal à l’aise. J’étais le seul de mon équipe à qui Séné avait ordonné des « loisirs ».
Comme une danse solitaire, j’effaçais des épaules, slalomant entre les corps ondulants des danseurs et des fous de la nuit. Quelle heure était ils ? Pendant une seconde, je me mis à les détester, tous autant qu’ils étaient, à boire, à hurler, à danser et à fumer. Tout le monde se heurtait, les flancs se frappaient, les bassins s’ondulaient, les mains se glissaient sous les vêtements, et les formes s’accentuaient. Quatre heures. Quatre heure que l’eau bouillonnait, et aux environs de quatre heures du matin, la chaleur commençait VRAIMENT à monter.

Un sourire barrait mes lèvres, et le corps de mon partenaire se cabrait contre mes reins. La piste de danse, quelques heures plus tôt deserté de me présence s’était vu attiré mes faveurs, et était devenur depuis presque une heure mon terrain de jeu. Les hommes, à peine plus vieux que moi, venaient fantasmer contre mon corps, ou combler mes désirs. Je n’avais encore jeté mon dévolu sur aucun d’eux. Blonds, bruns, bleus, tous glissaient, et semblaient glisser entre mes mains expertes tandis que s’allongeaient les danses, consécutives entres elles. Mon ami de quelques minutes quitta mes bras, quand cessa l’air dancefloor d’une musique. Tremblant de la tête aux pieds, je quittais la piste de danse, sans un regard en arrière, rejetant mes cheveux trempés. Mes mains caressèrent celles de garçons m’effleurant, tandis que je me rendais au bar. Attroupés comme des fourmis tout autour, les plus ravagés déjà au sol, inertes, en coma éthyllique. J’eus un gloussement moqueur, et je m’approchais d’un tabouret. Mon regard se porta sur une silhouette terribelment ravageuse. Pendant une seconde, j’eus le souffle coupé, admirant l’albinos assis près de moi. Ce dernier, le regard vide, fixait un verre tout aussi identique à son expression. Un vilain sourire s’étira sur mes lèvres, tout comme la légère rougeur montant à mes joues. Ce garçon était magnifique. Je levais la main vers le garçon servant l’alcool.
« Dis, chéris, tu nous mets deux verre, pour moi et la canon d’à côté ? »
Très subtil, je le savais. Un rire distrait s’échappa de mes lèvres, et remontant mes doigts à ma bouche, effleurant par reflexe le piercing de mon labret, je posais mes yeux sur le jeune homme, mes prunelles masquant peu l’envie enflammée naissant lentement dans ma poitrine.


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Sam 10 Sep 2011 - 20:20

Je serais tous ce que tu voudras, mon beau félin

Qui était-il ? * Je suis Sai. Chef du malheureusement célèbre Clan des Ombres. Oh, et puis j'en fiche* Il avala son troisième verre et en commande un autre. Pourquoi était-il venu ici ? *Pour oublier, oublier tout.* Il boit son quatrième et en commande un autre. Qu'avait-il à se reprocher ? *Trop de chose... Laisse moi tranquille maintenant.* Et il boit encore et en commande un autre et ainsi de suite jusqu'a que son esprit ne se concentre plus que sur une seule chose : rien du tout. Un nouveau verre arriva. Les vampyrs avaient beau avoir un sytème immunitaire qui leur permettait de supporter plus de chose qu'un humain normal. L'alcool en faisait partie mais cela ne les empêcher pas de devenir un peu éméché voir même saoul. Sai était encore entre les deux. Dois-je vous dire que l'alcool à souvent des effets peu désirable ?

Il ne se souvenait même pas comment il était arrivé ici ou peut-être s'en fichait-il aussi. *C'est exacte* Il n'avait pas eu le courage d'aller à la Toda Casa pour discuter avec Sanzô ni même au Clan des Ombres pour trouver Deino ou Tinieblas.*A quoi cela aurait-il servi de toute façon ?* Ou même les deux. Tout ce qu'il voulait s'était oublier. Oublier son idiotie et profiter de ce qu'il n'avait jamais profiter. D'une fête. Comme il n'avait pas su comment se comporter il était aller au bar et avait commander une boisson forte. Il n'avait pas su se stopper. Une musique de Rock Omoisienne bersa les corps et tandis que les danseurs caressaient les corps de leur partenaire, l'aveugle but de nouveau. Bizarrement, cette boisson lui donnait envie de danser, de chanter, de toucher, de goûter... Mais il n'osa rien faire. Trop occuper à siroter son... Comment ça s'appelle déjà ? *On s'en fiche.*

- Un nouveau verre, monsieur ?
- Hn.

Les odeurs sauvages des corps sur la pistte caressèrent celui de Sai qui en frisonnerait presque. Le jeune prédateur, qui ne bougeait pas d'un pouce, semblait fixé son verre désormais vide. Il n'avait plus de crédit-muts sur lui. Que lui restait-il à faire maintenant ? Danser ? Il n'en avait pas le courage. Soudain, une odeur particulièrement sucré lui parvient. Il ne bougea toujours pas. Un jeune homme se plaça à côté de lui et le fixa. Sai pouvait sentir son regard sur lui. De plus, le coeur de l'inconnu semblait battre plus vite et le coeur du vampyr albinos eut le désir de lui répondre, augmentant ainsi ses propres battements. Le jeune homme à l'odeur sucré parla d'une voix sensuelle, un frisson parcourut le vampyr qui se redressa doucement. *Canon ?* Sai mordit doucement sa lèvre inférieur (sexy <3), surpris et ne sachant comment réagir. C'était nouveau pour lui mais très agréable sans aucun doute.

Les deux verres furent déposés prêt de nos deux jeune hommes. Sai se saisit du sien sans un mot. Il n'était pas du genre à remercier. Toutefois, il se dit qu'il devait peut-être faire la conversation. Pour montrer un peu de bonne volonté face à ce... cette charmante sucrerie. L'aveugle ouvrit la bouche, dévoilant ses crocs immaculés, puis la referma. C'était bien beau de vouloir parler mais il ne savait quoi dire. Et puis, ce coeur qui ne cessait de tambouriner dans sa poitrine le rendait presque fou. Son familier, à moitié ensuqué au fond de sa poche, hurla dans son esprit qu'il fallait se présenter. Ouai, pas faux le crapaux.

- Je me nomme Sai.

Simple, direct. Comme d'habitude. La voix grave du vampyr était beaucoup moins froide que d'habitude, moins neutre... L'inconnu ne savait pas qu'elle chance il avait. En plus, le vampyr n'était presque pas ivre. Presque. Il allait avoir une petite discution normal. Mais... ce n'était pas une discution que voulait l'homme. Sai caressa sa marque dans sa gorge, alors qu'il posait une simple question qui ne cachait pas sa surprise ni même ce petit quelque chose que l'on appel : désir. Et dire que le jeune chef ne s'en rendait même pas compte.

- Que me vaut ce plaisir ? Demanda-il presque en susurant.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Sam 10 Sep 2011 - 23:32

Mes yeux suivirent les mouvements du bel albinos, ses doigts se posant sur le verre commandé qu'il souleva doucement. Mes prunelles mordorées vrillèrent, comme attirées par des aimants, aux lèvres du jeunes hommes. Quand à la vue de ces dents blanches et aux canines bien que de taille encore respectable, légèrement, très légèrement plus pointues que celles humaines, normales, je sus tout de suite à quelle fantastique créature j'avais affaire. Pendant de brèves secondes embrumées, le visage égorgé du premier vampyr que j'avais embrassé, avalant son dernier souffle, puis le regard totalement étonné du second, à Tagon, quand je lui avais fait sauté la tête; le décapitant avec mes cheveux. Le jeune homme en face de moi avait cette même grâce dans les mouvements, bien qu'un peu alourdi par les effets soporifiques de l'alcco. J'étais charmé. Devais-je croire que le Destin se marrait à s'acharner contre moi? Combien de vampyrs devrais-je rencontrer encore avant que l'un d'eux ne sache me retirer la vie? Mes yeux quittèrent sa bouche, replongeant sur ses mains. Pour le moment, je n'avais pas encore osé le regarder directement dans les yeux. Il hésitait. Je récupérais à mon tour mon verre, premier de la soirée. J'étais heureux. Sachant que cette soirée avait débuté sur de très mauvais auspices, j'avais cherché à quitter la salle, avant de tomber sur Séné Sensass, qui clairvoyante, avait été là pour m'empêcher de faire ce que j'avais tenté de réaliser: me casser de la soirée. Après une belle engueulade, elle m'avait remis une lettre dont l'expéditeur m'avait littéralement crevé les yeux.
Grew.
Tellement de souvenirs. Tellement de souvenirs que j'avais cherché à tuer dans la douleur de mon ventre. Tellement de sensations, et cette unique pensée... lui. J'avais cherché à le faire disparaitre, lui, le Salteren qui avait sût creusé dans mon coeur une tombe à l'odeur de sable. Lui, le seul qui avait été là pour me voir mourir. La mort de mes parents, la fin de mon innocence. Ma naissance. Ma psychopathie née de ses yeux, sous les griffes de son combat, de cette mort qu'il m'avait arraché. Je l'aimais comme je le haïssais. Grew, l'homme lion, mon idôle, mon maitre, mon modèle.
Séné m'avait tendu cette lettre comme l'on tend une exécution à mort. Elle ne savait rien de mon amour pour Grew. Je ne l'aimais pas comme je pouvais aimer un homme. Grew était la seule flèche capable de plonger dans mon coeur. De faire exploser hors de ma bouche le sang de ma mort, le seul à pouvoir m'ouvrir la peau, la ciseler avec une lame pour m'en découper les entrailles. LE seul capable, d'un regard me faire tomber à genou. Il était ma faiblesse comme ma force. Il était ce que je n'étais pas. Il était ce que j'avais voulu oublier. Deux ans... Simplement deux ans, et j'avais cherché à le tuer dans mon coeur.
Par une stupide lettre, il se ressuscitait. Avec quelques mots, humains, vivants, banaux... il me forcer à plier les genoux. Peut être ignorait il lui même sa domination sur moi? Je m'en foutais.

"Will Torance. Ton Familier est un Lion."

Je ne savais pas pourquoi il avait écrit cela. Je ne savais pas comment il avait eu mon adresse. Comment il avait su que j'étais Camouflé. PEut être, paranoïaque, avais-je flippé sur le fait qu'il le sache. MAis sérieusement... comment savait il où m'envoyer cette foutue lettre? Pourquoi... pourquoi l'avais-je reçu? Le mot lion, tracée de cette mains à peine humaine hurlait. Quatre lettres rugissantes, comme un reproche. Comme un blasphème. Me gravant dans la chair une terreur des plus profondes.
Teufel était un lion. J'étais un humain. Et Grew était un hybride de ces deux êtres.
Tous ces souvenirs, nés dans ma tête avaient explosés. J'avais fuis. J'avais reculé, devant ce couloir, tenant la lettre. Je l'avais serré dans mes doigts, avant de la déchirer, et de la jeter dans un cachot, puis au garde à vous, j'avais sèchement salué Sené, avant de retourner à la fête. En pénétrant dans la salle, ce fut comme si tout avait changé. La musique me brisant les os étaient devenu des mains sensuelles courant contre ma peau, m'invitant à effacer mes soucis dans l'ivresse de la séduction. Le premier garçon que j'avais vu m'avait entrainé dans l'ambiance de la soirée. Et j'avais oublié. Quelques heures durant.

Le bar.
Le vampyr.
Sai.
Il venait à peine de terminer sa phrase... et pourtant, c'est comme s'il la répétait, encore, à l'instant, encore, encore, sans s'arrêter. Il avait fermé sa bouche, mais sa voix résonnait à mes tympans sans interruptions. Je me nomme Sai. Sai. Sai. Sai. Sai.
L'image de l'arme japonaise s'imposa, avec une logique implacable à mes yeux, et je la chassais d'un coup mental, mes yeux plongés dans les siens.
Il était aveugle.
J'aurais pu enregistré l'information avec cette même docilité qu'effectuait normalement mon cerveau, mais cette fois-çi, aucune volonté professionelle ne s'imposa. J'étais étrangement captivé par ces yeux sans éclats naturels. Par des yeux différents des miens. Pendant une seconde, j'eus la violente envie de lever la main, et du bout des doigts, de toucher ces cils presque translucides, d'effleurer ce regard noyé.

« Will. Will pour les intimes. »

Un sourire rieur naquit en même temps sur mes lèvres que l'célat semblable de mes yeux. Il ne me voyait pas... Il ne me voyait pas. Il ne me voyait pas! Le lion dans ma tête hurla, touché à l'agonie. Comment un animal pouvait il vivre sans voir? Par instinct, mon buste se rapprocha du sien, je me penchais au dessus du vide nous séparant. Un gigantesque vide, chéri. Pourquoi tu ne voyais pas? Je me foutais de la raison t'ayant retiré tes yeux... je me foutais de pourquoi tu étais aveugle... je voulais savoir pourquoi tu ne voyais pas. Pas pourquoi tu ne voyais pas. Nuance. Peut être étais-je le seul à me comprendre.
Que me vaut ce plaisir?
Etais-je subtil? Entreprenant? Etais-je fou, étais-je délicat? J'étais un lion fou. Je crois que c'était ce que j'étais. Je crois que j'étais un lion fou, parce que j'étais un humain.
Que me vaut ce plaisir?
Je ne sais pas. Mes mains se tendirent, s'emparèrent de son visage, et je déposais mes lèvres sur les siennes, les effleurant avec douceur.
Que me vaut ce plaisir...
Nos lèvres se détachèrent de ma propre initiative. J'étais calme, détendu, comme un chat s'étirant après une longue torpeur.






Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 11 Sep 2011 - 13:58

L'odeur sucré qui s'échappait du corps élançé de l'inconnu tournait autour du vampyr comme un prédateur autour de sa proie. N'était-ce pas censé être lui le predateur ? Pas aujourd'hui, plus maintenant, peut-être plus jamais. Cette odeur douce délicate dansait sur la peau opaline de Sai, dessinant des arabesques invisibles, chatouillants son nez et incendiant ses sens... Si le vampyr avait été un BSH, comme son apparence aurait pu le faire pensé, sans doute aurait-il sauter sur sa gorge pour boire son liquide vermeille. Le jeune chef ne connaisait rien du jeune homme, ni même son nom. L'inconnu semblait aimer le faire attendre. Vilain garçon... Il finit par le dévoilé d'une voix chaude et sensuelle. Will. C'était nom. Un léger rire s'échappa de ses lèvres, surprenant le vampyr qui ne s'attendait pas à un aussi jolie son. Sai souleva un sourcil avant de sourire légèrement.

Will s'approcha doucement de lui, faisant se raidir l'ancien prédateur. Un alarme sonnait dans son esprit mais il l'ignora bien vite. Plus rien ne comptait à cette instant, si la musique, ni l'alcool, ni Elena ni personne... sauf lui. Sai defit quelques bontons de sa chemise, dévoilant quelques cicatrices. Il posa une question, une simple question, remplie de naïveté et d'insouciance. Will ne répondit pas, jouant avec la patience de Sai comme un félin avec sa sourit. Il ne lui répondit pas avec des mots.

Sai sentit les mains brûlante de l'adolescent entouré son visage. Il ouvrit légèrement les bouches comme pour parler mais aucun son ne sortit. Will s'approcha et s'approcha encore jusqu'a atteindre le lèvres froide de l'albinos. Celui-ci sentit son coeur battre encore plus fort. Un rythme si fou que cela le laissant perplexe. Sai fermit doucement les yeux, passant une main sur la joue de Will. Le contacte entre leurs lèvres n'avait pas durer longtemps mais avait été assez long pour que le buveur de sang éprouve le désir de se perdre dans ses bras, s'abandonner à lui, s'emparer de nouveau de ses lèvres au goût si sensuel.

Les battements de son cœur s'intensifiaient alors que Will se détachait de ses lèvres. La main de Sai glissa, quittant sa joue pour descendre le long de sa machoire puis vers sa gorge. Il passa ensuite sa main derrière sa nuque et le forca à se rapprocher de lui pour un nouveau baiser plus passionné qui entremêlait leurs langues vagabondes. Sai se détacha, léchant ses lèvres comme pour se souvenir du goût de celle du lion. Qui était la proie de l'autre à présent ?

- Enchanté, Will. Dit-il le loup dans un sourire plein de crocs.

Sai attrapa ensuite son verre et le but d'une traite, défiant Will de faire de même. Le vampyr commença à se sentir sur un petit nuage. Les pensés dans une sorte de brume, et que seul l'odeur de miel du lion lui permettait de garder une certaine raison. Vraiment enchanté, mon cher Will.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 12 Sep 2011 - 13:32


La main glissa de ma joue, descendant comme une caresse sur ma peau, avant de solidifier sa poigne et de m'empoigner derrière la nuque, me forçant à goûter une seconde fois aux lèvres de Sai. En profiter... taquin, je le laissais faire, sans bouger, petite poupée docile, appréciant autant la main chaude dans ma nuque que l'ardeur de notre contact. Le jeune homme recula, un sourire formidable aux lèvres. Un sourire on ne pouvait plus carnassier. Je reculais mon dos contre le bar, ne lâchant pas des yeux le jeune loup en face de moi. Qui du fauve ou du canidé saurait dompter l'autre? Il y eut un éclat dans mes prunelles amusées, et je le fixais, sans un mot, vider son verre. Chéri, à cette vitesse là, tu finirais par terre avant même que le matin ne se lève.
Sans toucher une seule seconde à mon verre (je tenais l'alcool, mais cette rencontre fortuite, d'instinct, m'avisais à ne pas toucher le moins du monde une seule goutte ayant pu dépraver mon regard et mes sens.) Car mes sens, je sentais que j'allais en avoir besoin, songeais-je en un sourire dévorant. Mes yeux balayèrent la salle. Personne ne se souciait de nous comme nous nous ne souciions de personne. Mis à part le barman, nous aurions presque put être libre. Je tournais mes yeux vers le verre vide de Sai, et une trèèès intelligente idée me naquit. Le saouler. Hihihihi... <3 Levant le doigt vers l'homme de boissons qui revenaient vers nous, je commandais, sans un mot, un second verre pour Sai, à mes charges, dédaignant toujours autant le mien. Mes yeux noisttes bifurquèrent de nouveau sur l’albinos, et bien qu’amusé, je cherchais sur ses joues des traces de rougeurs. Pourquoi chercher à affronter un adversaire de la même trempe que vous, quand vous êtes dans la possibilité d’atténuer sa force ? Ma main se posa sur le haut de la gorge dénudée du vampire, mes doigts effleurant doucement l’épiderme fraîche du vampyr. Je le laissais boire son verre, me penchant vers lui, mes lèvres épousant la fine forme d’une cicatrice près des clavicules. Remontant mon visage dans sa gorge, me langue dessina progressivement la courbe grâcile de son cou. Abandonnant l’équilibre de mon siège, je posais mes deux mains sur ses hanches, effectuant une pression de mon corps, quand mes lèvres trouvèrent sa jugulaire. Ronronnant, ma main droite, absolument pas sage, quitta la chaste position de la hanche pour glisser sous les vêtements, s’infiltrant sous le haut en tissus de Sai. Mes doigts, comme des griffes, mais plus douces qu’un oiseau, épousèrent les côtes flottantes, s'immobilisant dans un massage doux, hésitant à monter ou à descendre.

« C’est très mal parti pour le moment… je suis en service, je ne peux pas m’éloigner de là, je fais comment ? »

Le sous-entendu à désir sexuel était évident. Remontant ma main gauche sur son épaule, je dessinais la courbe arrondie de sa chaire, goutant à l'exquise texture laiteuse. MEs doigts se perdirent dans les mèches d'albâtre, soulevant des trempes un voile trempé par la sueur. Je n'étais ps mieux. M'étant défoncé sur la piste de danse, cela avait été plus qu'équivalent à un échauffement. Nous avions maintenant besoin d'un terrain de jeu. J'avais besoin d'un terrain de jeu. Sans ôter mes lèvres baladeuses de la gorge à la veine palpitante de Sai, mes yeux balayèrent les environs. Où aller?


[je me questionne, tu veux partir dans un rp érotique ou pas du tout? J'ai mis "xXx" parce que mon dernier post provoque quelques protestations... Or, pour moi, c'est du très soft, alors je ne veux choquer personne ici! xD]


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 12 Sep 2011 - 20:43

HS: Alors, je préfère te prévenir, les RP hentai sont interdis sur le forum. Il faut absolument rester dans le solft (avec pleiiin de sous-entendu <3) et faire une ellipse narrative quand ils autrechoseront 8D

Sai dévorait à sa manière le petit chaton en face de lui. Cette odeur l'envoutait, comme un puissant sortilège que l'on aurait interdit d'user sur les pauvres petits sans expérience. Comme lui quoi. Le vampyr masquait en tout cas sa totale ignorance pour ce domaine -très intéressante il fallait l'avouer- par une grande assurance. Assez aider par l'alcool il fallait bien l'admettre. Et un sourire charmeur. Quel bel proie. Will était vraiment craquant. Une voix chaude et sensuelle, une odeur surprenante mais sucrée et une peau douce dans lequel on aurait presque envie de croquer. Si Will était un fruit sans doute serrait-il une pomme, le fruit du péché dans lequel notre ami à longue dent planterai bien ses canines.

Le jeune humain caressa sa peau pendant que l'albinos buvait son jenesaiscombiendeverre. De légères rougeurs prirent possession de ses joues sans qu'il ne puisse les contrôler. Oh, un ou deux verres de plus et sans doute que le loup serrait dompter. Le lion savait comment s'y prendre pour rendre fou son petit buveur de sang et l'envoyer vers les cieux. Serra t-il l'envoyer plus haut que le premier ciel sur lequel il se trouvait ? Sans doute que oui. Le jeune chef sentit ses lèvres tremblaient et il préférait se dire que c'était l'alcool qui était la cause de tout ça plutôt que ses divines mains qui parcourait son corps sans s'aventurer encore trop loin. Sai ne pouvait admettre que le Willou lui faisait autant d'effet. Quand même... Mais il fallait avouer qu'il savait se servir de ses dix doigts. Bon garçon.

- Sois imaginatif. Dit-il dans un souffle.

Oh oui, cherche petit lionceau. Cherche un lieu pour chasser celui qui devenait chaques secondes un peu plus ta proie. Peut-être s'enfuira t-elle si tu tardes trop et se serrait dommage. Pour toi comme pour elle. Le vampyr caressa ses cheveux de l'humain, trouvant assez étrange la texture sous ses doigts. Quel étrange coiffure. Tout chez lui appelait à la débauche. Vilain garçon... Et que fait-on au vilain garçon ? On les punis. Enfin, dans cette situation peut-être pas que Sai en était capable. L'albinos se sentait prisonnier des griffes du lion. Will captura sa gorge, Sai en eut le souffle coupé puis il eut un rire. Infime, presque inaudible.

- C'est pas à moi de faire ça normalement ? dit-il amusé.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Sam 17 Sep 2011 - 21:14

- Ce n'est pas à moi de faire cela, normalement?
Je me reculais, portant sur son visage un regard surpris, qui rapidement, laissa place à un éclat profondément amusé dans mes prunelles, et je souriais.
- Oh, mais je te laisse me mordre quand tu veux, où tu veux!
Malicieux, je me levais finalement, contournant Sai, mes mains folâtrant sur ses épaules. Mes yeux scrutèrent son visage, au profil parfait, et à la peau laiteuse, aux cheveux soyeux entre mes doigts, et à ces yeux si étranges. Me glissant à ses côtés, je l'invitais à se lever, prenant sa main dans la mienne. Mes lèvres effleurèrent ses joues, et je le conduit jusqu'à derrière le bar, où par l'épaule, je poussais une porte nous conduisant hors de la boite de nuit.
Le couloir était vide.
Glissant mes doigts sur la poignée je fermais totalement la porte sur nous deux, avant de refermer mes bras sur Sai. Combien de fois avais-je effectués ces gestes tendres, peu avant de ne me livrer à une débauche fantasmée? Me laissant guider par le souffle tranquille de Sai (encore tranquille, celui là? aaaah, je m'en vais t'arranger cela, tu vas voir! <3 Rires), je laissais doucement ma main glisser sur sa poitrine, sur son vêtement. C'était le premier et certainement l'unique héritier au sang vampirique à qui venait voleter dans mes ailes. Je retins un sourire carnassier. Petit papillon de nuit au profil ravageur me faisant fondre.... aaaaaawwww! *w*
- Dis moi tout? Tu dors dans un cercueil? Tu as cent cinquante ans? JE veux "tout" savoir, darliiing..., roucoulais-je, en le pressant doucement contre un mur.



(Meeeeerveilleusement court... je suis désolé, mais mon ordinateur a été confisqué, et mes réponses s'en retrouvent réduites. )


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 18 Sep 2011 - 19:29

- Que... !

Vraiment où il voulait ? Oh... Coquin <3 Sai rougit doucement. Alors là, il ne savait plus quoi dire. Jamais encore on ne lui avait parler avec une si... si... Enfin, vous m'avez compris. Quand Will se leva, Sai eut envie de lui demander qu'il reste encore un peu voir même toute la nuit. Il ne voulait pas que ce petite ange déchu ne s'envole. Pourquoi déchu ? voyons, vous avez déjà entendu parler d'un ange ayant ce genre de comportement ? Cela ne déranger pas Sai, on contraire même, il adorait. En tout cas, si Will voulait partir il l'attacherait à ce foutu bar. Non, contre lui, tout contre lui. Will ne comptait pas partir sans lui. Il attrapa sa main griffu et l'entraina avec lui non sans avoir froller ses joues comme pour le tenter d'autant plus. Les rougeurs sur les joues de notre vampyr préféré lui donnant un charme fou. Il était vraiment craquant. On pouvait comprendre pourquoi Will avait décidé de faire de lui sa proie.

Will et Sai sortirent discrètement. Ce dernier sentit ensuite les bras de son futur amant l'entourait avec tendresse même si cela cachait autre chose. Sai ne savait pas où mettre ses mains. Son assurance semblait avoir disparu pour laisser place à une grande intimidation. Où était passer l'égo surdimensionné de notre brave albinos ? Will lui posa encore des questions étranges alors que ses mains se posèrent sur son torse. Qu'est-ce que c'était que cette histoire de cerceuil ? Sai ne comprenez pas. Il sentit son dos rentré en contacte avec le mur. Il était coincé.

- Je dors dans un lit, quand je peux. Pourquoi dormirais-je dans un cerceuil inconfortable ? C'est idiot.

Et bien oui, car dans son chez soit il n'avait pas grand chose. Sa grotte en Krasalvie ne laissait pas de place pour ça mais au QG il en avait bien un. Sai glissa sa main sur la joue du jeune homme avec de lui voler un baiser. Sa main glissa doucement, frollant sa machoire et sa gorge pour venir atteindre son torse.

- Je ne suis pas si vieux que tu le pense. J'ai cent dix-huits ans. Et si tu me disais ce que tu veux vraiment savoir, mon cher Will ?

Il eut un léger sourire. Soudain, une idée le traversa. Il attrapa brusquement mais avec une certain maladresse du à l'alcool ses épaules et d'un mouvement de bassin le forca à se mettre contre le mur, à sa place. Qui sait qui dominait à présent ? Sai eut un sourire vainqueur.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 19 Sep 2011 - 2:23

Je me retins de rire quand à la réponse de Sai. Evidemment. Pourquoi dormir dans un cercueil, sachant que les lits sont toutefois bien plus reposants et confortables? Je m'étais certainement trop étendu sur mes connaissances sur les vampires. Ah, oui, peut être... je devais avoir confondus "vampires" et "vampyrs". Au temps pour moi, mes chéris. J'eus un sourire charmeur, histoire de détourner la conversation, sourire qui nonobstant se révéla fort inutile car les lèvres de Sai m'empêchèrent tout commentaire, et je me laissais m'envoler vers un huitième ou neuvième ciel, quand au baiser. Mes mains caressèrent avec douceur la nuque voilée par la chevelure sylverienne. Bien sûr, pourquoi préférer un cercueil, quand les lits étaient tout de même bien plus confortables que les cercueils? Imaginer, une seconde, coucher avec quelqu'un dans un cercueil. Je me confondais à rire mentalement, silencieux dans mes états d'âmes, décidant de m'abandonner une seconde au rôle de dominé. Le baiser s'acheva, presque quelques secondes trop brèves après avoir débuté, tandis que la main de Sai s'égarait dans un contact frémissant. Joue, mâchoire, gorge, puis torse. Hum, tendre martyr, souriais-je, toujours aussi silencieux. J'eus du mal à préserver mon sérieux quand à la décaration de Sai, juste après.

- Je ne suis pas si vieux que tu le pense. J'ai cent dix-huits ans. Et si tu me disais ce que tu veux vrament savoir, mon cher Will ?

- Effectivement. Beaucoup moins vieux.

Ne pas répondre quand à la véritable question. D'ailleurs... voulais-je vraiment SAVOIR quelque chose? Nope, je voulais découvrir, ressentir, plus que SAVOIR. Taisant mes pensées, je vis venir avec une grandiloquente et agréable surprise le mouvement de Sai. Echangeant nos rôles dans une valse de brefs mouvements, je me retrouvais en position "plaqué contre le mur". Haha, mais non, ça n'allait pas du tout, chéri. Je connaissais le rôle de dominé, et... ce soir je n'avais pas envie. Pas du tout... même. Pas que c'était chiant, mais plus parce que je voulais découvrir moi de quoi était capable mon petit vampyr, et pour l'éprouver, rien de mieux que de le dominer. Après... j'avais réussi à bien le rendre soûl. Bien que sa sobriété soit encore un tantinet présente, il n'était pas forcément en mesure de me résister, pas vrai? Je restais contre le mur, confiant, sûr de moi. Ses lèvres exquises étirèrent un sourire moqueur. Je l'imitais. Jeune Sai, jeune vampyr, étions nous tous deux des gosses, pour refuser de craindre à ce point la logique des choses? J'étais fortement attiré par toi. Très fortement. Et j'avais besoin de savoir si tu étais docile, rebelle, tendre ou nerveux. Tout découvrir de toi, jusqu'à la moindre fibre de ton être. Ce tout en sachant que si jamais tu perdais le contrôle, il pourrait y avoir de fâcheuses conséquences. Réfléchis, Sai, serais tu capable de passer la nuit avec moi sans me mordre? J'en tremblais d'excitation. Je savais qu'un humain pouvait ne pas mourir en cas d'une unique morsure. Mais si dans des cas d'extrêmes agitations, le vampyr venait à perdre le contrôle de soi même? Qu'arriverait il? J'étais terriblement excité. Eprouver ses limites... quelle délicieuse lubie. Mes doigts quittèrent la nuque de Sai, et vinrent se refermer sur ses flancs, mes avant bras chauds se refermant contre sa peau. J'aimais ressentir la "masse" et le "volume" d'un corps. Sentir que celui que j'avais entre les bras "existait" vraiment. C'était vraiment important. Le corps de Sai était fin, mais solide. Souple et élancé, il me ressemblait assez sur ce point là. Bien que je sois un tantinet plus "carré". Qu'à cela ne tienne, mes caresses seraient plus douces. J'eus un sourire. Dénichant le creux des vêtements, mes lèvres dessinèrent moult arabesques délicates, veillant à ne pas trop effaroucher le vampyr (après tout ce n'était pas le but, voyooooons....), je m'écartais du mur, imposant ma volonté de domination, tandis que mes doigts glissaient sous les vêtements. Laisse moi te mordre où tu veux. En fait, chéri, j'aimerais des traces à l'endroit où je t'embrasse.
Ma main lâcha le corps "haut" de Sai, et descendit sans une once d'hésitation vers des territoires tout aussi, si ce n'était plus, intéressants. MEs lèvres glissant sous le menton, dans des baisers ayant pour but de faire décoller Sai de la réalité, je me perdais à la contemplation tactile de son corps. Nous faisans rompre l'équilibre, je nous faisais chuter à genoux sur le sol, tandis que ma main glissait sous les vêtements bas, effleurant la hanche chaude de Sai, ma langue s'égarant sur ses lèvres au souffle précipité.

- Ce n'est que la hanche, chéri... tu veux que j'aille plus bas?

Rires dans ma voix, j'étais un sacré comédien. Je me retenais, de toutes mes forces, de ne pas lui sauter dessus, à la manière d'un animal.


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 19 Sep 2011 - 19:43

[HS: Réponse courte, désolé]

Sai était un faux dominateur. Il aimait avoir le contrôle de toute les situations qui s'offrait à lui mais bien entendu cela ne marchait jamais comme il le voulait et Will le lui prouvit de nouveau en reprenant le contrôle de la situation. Le jeune chef poussa une grognement quelque peu frustré. A quel jouait-il ? Notre albinos attrapa sa machoire de sa main fine mais puissante demandant silencieusement si son tour était venu. Et oui, ce n'était pas drôle si seulement Willou s'amuser.

La peau habituellement glacée du vampyr était devenue si brûlante à cette instant. Ses caresses le rendaient fou et cette odeur, une parfum presque divin, hypnotique, désirable. Tu joues un jeu dangereux petit Will, il pourrait te laisser bien plus que quelque morsures. Il pourrait te laisser sans vie. Même si Sai n'aimait pas spécialement les BSH, l'envie de commettre l'irréparable se faisait sentir. *Une simple morsure, une petite...* Gouter ce nectar rougeâtre qui s'écoulait dans tes veines et ne rien laisser. C'était si tentant.

Sai et Will se retrouvèrent à genoux sur le sol. Le jeune vampyr était si facilement tomber, comme un marionette sans fil. Le jeune chef le prit dans ses bras, l'embrassa dans le cou, cherchant à faire rejoindre son amant dans le rêve dans lequel il l'avait plonger que trop volontairement. Sai effleura ses lèvres de son souffle froid et l'embrassa. Il était persuader d'avoir sentit Will frisonner. A moins que ce ne soit lui. L'albinos sentait son coeur battre très vite, trop vite. Il respirait fort alors qu'il continuait de taquiner les lèvres de l'humain. La remarque de Will le fit de nouveau rougir.

- Ici ? Et si... on nous surprenait ?

Pas qu'il n'en avait pas envie (de toute façon il ne lui aurait pas dit) mais là ils étaient tous deux sur le sol en train de se chauffer. Enfin, s'était surtout Will qui le chauffait. Et si quelqu'un passer ? Sai était tenté de dire qu'il s'en fichait mais ce n'était pas vraiment le cas. Il désirait un peu plus... d'intimité et puis... notre aveugle était possesif.

- Je refuse que quelqu'un d'autre que moi t'entende crier ton plaisir. Dit-il avec un sourire.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Mer 28 Sep 2011 - 23:00

Mes mains se déposèrent dans la nuque du vampyr, cherchant à retenir cette nuque soutenant un être si parfait, si séducteur. Rancoeur de la beauté? J'eus un sourire carnassier. Si on nous surprenait? Personnellement, je n'en avais vraiment rien à faire. Mais vraiment rien du tout. Peu m'importais que l'on nous voit, car personne n'aurait put rompre le charme du moment. J'en étais si persuadé, que j'aurais aimé par mes simples lèvres en convaincre l'esprit tourmenté du vampyr, tandis que du poids de mon corps je le forçais à Plier sous mon corps, à s'allonger sur le sol, support de ma folie. Je souris. Il résistait vraiment, ce petit vampyr, cherchant par tous les moyens a me bloquer, a bloquer mes offensives, veillant a ne pas céder tout de suite. Voyons, Sai. Je savais ce que je voulais. Mieux, je savais ce que t'y obligerais à céder. Je voulais que tu m'appartiennes, pour une nuit, rien que pour une nuit. Le reste, on le verrait lorsque tu sera sobre, et que je serais ivre. Lorsque je serais capable de m'assumer, autant dans ma vie que dans mes sentiments. Je t'aimais, oui, mais pour une nuit seulement. N'avais tu pas perçu cette facette vicieuse de ma personnalité? N'avais tu pas compris que je m'intéressais aux yeux plus qu'au coeur? Je me faisais passer pour un gosse, riant, souriant, mais au final, j'étais un lion qui caressait la peau nue de ses griffes. J'avais envie devoirsimplement plus loin qu'un baiser. Mes lèvres se déposèrent sur la gorgepalpitante. Oui. Mords moi, Sai, essaie. Montre moi que je suis mortel, et qu'ajouer a des jeux dangereux comme cela, je risquais d'y laisser ma peau. Lproblème c'est que je m'en foutais. Avaler, sucer, caresser, masturber... Des verbes, des verbes, plein de verbes qui défilaient devant mes yeux comme des vieux amis. Je maitrisais jusqu'au bout des ongles le moindre geste capable defaire frémir un homme, jusqu'au plus profond de son être. Gémir, exulter... Connaissais tu cela, Sai? Il entrouvrit ses lèvres, m'arrzchznt un frisson de plaisir qui me glissa des épaules jusqu'aux reins.
- Je refuse que quelqu'un d'autre que moi t'entende crier ton plaisir.
- Sai.
Mes doigts s'enflzmmerent des langues rouge orangées dema magie, et je portais mes paumes contre ses joues blanches, déposant lèvres entrouvertes sur les siennes, sans les refermer, dans un baiser incomplet. L'imperfection était harmonie.
- Je t'endors le temps de te mener à ma chambre, mon amour, le temps que tu perdes de vue toute indication me mettant en péril.
Ses yeux papillonnèrent, et il s'endormit sous le charme magique de mes doigts sur ses tempes. Léchant les lèvres entrouvertes sur son souffle,calme, je relevais ma main sur son visage, caressant ses paupières closes, ses cils droits et fins. Le Transmitus s'activa, et en quelques secondes, le couloir se retrouva vide.

Mes mains étaient éteintes du feu magique. Un feu bien plus rouge, bien plus puissant embrasait pourtant ma chaire, juste en dessous ma peau. Mon sang bouillonant m'avait comme glacé, et impassible, j'enlevais lentement la chemise de Sai, mes mains glissant contre les muscles dessinés sur la poitrine marmoréenne de Sai. Ce dernier s'eveillait lentement du charme, et j'en profitais comme un enfant se délecterait d'une friandise. La chambre était a moi, était connue, était lieu de confiance, car mon territoire total. Tout comme le lit et ce qu'y s'y déroulait. Mes mains caressaient comme des serpents ondulant, la peau opaline du jeune vampyr. Peau tendue par le plaisir, que je cherchais a rougir. Je voulais que naissent sous mes doigts les traces de mes passages, que s'impriment dans la peau morsures, griffures. Déposant mes lèvres sur l'avant bras de Sai, je remontais ma bouche jusqu'à son triceps, épousant la forme du muscle svelte, presque tenté de mordre dans sa chair comme l'aurait fait un lion dépeçant la carcasse de sa proie. Tendre, je me contentais de refermer mes bras sur sa poitrine, et de me laisser rapprocher de lui, nos visages a quelques centimètres a peine. Je souris, sachant qu'il cherchait a deviner mon corps.
- Tssssk, imagine, quand même, que je ne sois pas si beau. Que je sois au final très doué pour le sexe, mais que mon corps et mes traits ne laissent a désirer. En plus, tu ne sais même pas quel âge j'ai, ni qui je suis. Amusant, non?
J'embrassais doucement ses lèvres, mes bras remontant son dos pour venir aux épaules, et une de mes mains caresser ses paupières.
- On s'en fout. On n'est pas là pour faire une fiche détaillée de l'autre. Pas d'un point de vue social. Je m'en fous de qui tu es. Tu es bien plus pour moi, ce soir.
Me réessayant, ses jambes entre mes genoux écartés, je me chargeais, sans un mot, d'enlever le tissu glacé de sa chemise, mes lèvres s'etirant lentement sur un sourire carnassier. Mes doigts, arachnéens, allaient et venaient sur sa peau comme on étirerait un élastique. Stimulants, vifs, précis, ils étaient cruels et perfides, glissant sur des zones érogènes avec une habitude professionnelle. Je remontais mes bras jusqu'à derrière mon dos, et glissant mes doigts sous le vêtement banal que je portais, dégageais sans un bruit le corset de lames blanches que je portais chaque jours. Glissantes contre ma peau, les lames effleurent mon épiderme comme des mains suppliantes, mais j'abandonnais la protection des Camouflés, la déposant sur le sol, au pied du lit. Je sentais Sai interrogateur. Je souris.
- Je veux éviter de te découper en quinze morceau dès que je te toucherai.
Le rire de ma voix était perceptible, et je n'avouais qu'a demi mot et lourdement armé. Si nous couchions ensemble, là maintenant, j'avais aussi les deux dagues coincées contre mes tibias, les tricrocs à mes hanches... Je souris.
Il ne devait surtout pas toucher a mes cheveux, par contre.
Quittant rapidement le lit, je traversais la salle, et me rendit a mon armoire que j'ouvris lestement. Merde.... L'elastique que j'avais laissé ici hier n'était plus a sa place. L'unique personne susceptible de rentrer dans ma chambre actuellement était Narcisse. Bordel. Toujours a m'emmerder, celui la. Je soupirais, et enlevais mon haut, le laissant tomber sur le sol, tandis que je rejoignais le lit. Là, j'enlevais mon bandeau frontal, et ramenant mes cheveux en arrière, les accrochaient ensemble avec. J'avais peur que cela ne tienne pas. Je chassais cela de ma tête, et posais mes deux mains de chaque coté de la tête de Sai, penchant mon buste vers l'avant, pour l'embrasser, mes genoux trouvant facilement place entre ses jambes.


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Jeu 29 Sep 2011 - 15:23

Sai tenta bien de le repousser, mais il n'avait plus de force. Il se contentait de poser sa main sur le torce face à lui sans montrer un quelquonque signe resitance malgré la grimace qui s'était dessiné sur ses lèvres. Le piège de l'humain avait bien fonctionner. Will le força donc à se coucher sur le sol de marbre du palais sans que le jeune vampyr ne puisse faire quoi que ce soit. Il poussa une faible gemissement de frustration et de colère. Cette situation était horriblement... agréable. Oui, agréable. Sentir les mains brûlante de Will sur sa peau, dessinant de ses griffes chaque parcelle de sa peau d'ivoire. L'albinos savait bien que ce soir, il n'était plus le puissant chef des ombres, qu'il n'était surement qu'un amant de plus pour cet étrange humain. Et cela ne lui plaisait pas, il voulait rester un leader, un dirigeant, un dominant mais là c'était impossible. Dans son mince moment de raison, il se jura de ne plus toucher à un verre d'alcool. Il préfèrait garder le contrôle sur chaque situation. Et puis, il trouvait que le rôle de dominé ne lui allait véritablement pas. Mais n'était-ce pas ce qu'il devait s'attendre de la part de ce très cher Will ? De plus, Sai ne connaisait rien à ce délicieux moment qu'allait lui offrir le brun. Que ce soit avec une femme ou un homme. Est-ce que Will s'en était rendu compte ? Avait-il vu la total ignorence de celui qu'il avait entre ses griffes ?

Will prononça son nom. Sai ressentit un long frisson traversant sa colonne vertebral. *Encore. Répète encore mon nom* Sai tendis ses lèvres pâles, souhaitant un nouveau baiser. Le jeune Camouflé s'approcha et effleura ses lèvres, dans un demi-baiser. L'aveugle sentant le pouvoir de Will. Il se raidit. Les paroles du propriétaire des flammes écarlate voulurent le rassurer mais Sai n'était pas vraiment de cette avis. L'endormir ? Non, il ne voulait pas. Il tenta de se redresser, à la manière d'un animal blessé. Sai était vraiment trop méfiant. Le magie lui frappa doucement doucement les tempes. Il poussa un faible grognement alors qu'il remarquait tout juste de quel façon il venait de l'appeller. Mon amour ? Le jeune albinos fermit doucement les yeux, se laissant tomber entre les bras de son morphée.

Le jeune chef sentit les mains de Will lui parcourir la peau, glissant sur son torce parsemé de cicatrice. Sa chemise n'était plus attaché. Une migraine commença à pointer le bout de son nez. Sai la chassa, pour se concentrer sur la situation. La même odeur sucré, des draps doux sous ses doigts, quelque chose de moilleux sous sa tête mais surtout la précence de Will très près de lui. Très très près.

- Will. Souffla t-il alors que les lèvres tentatrices le parcouraient.

Il entendait au loin ses paroles. Qui était-il ? Etait-ce vraiment important ? Et puis, il ne savait pas non plus qui il était. Aurait-il était surpris de l'apprendre ou simplement amusé ? Peut-être les deux mais comme dis plus haut, ce n'était pas important. Sai effleura sa cuisse sans vraiment le vouloir, il cherchait son sac. Will lui avait sans doute retirer avec sa chemise. Notre anti-héro préféré avait chaud, très très chaud. Le lionceau savait vraiment bien s'y prendre. Sai tenta de nouveau de se relever mais il n'en était pas capable. En avait-il seulement envie ? Non, pas vraiment. Il était devenu une proie bien docile, du moins, son corps l'était car sa volonté était féroce. Il ne voulait qu'une chose : montrer à ce prince inconnu ce dont il était lui aussi capable. C'est à dire par grand chose dans ce domaine. Les doigts de l'adolescent parcourait chaque centimètre de sa peau, ne laissant à Sai que le loisir de murmurer son nom, presque suppliant. Presque.

Le tentateur le quitta soudainement, le laissant ainsi sur le lit. Sai, avec un effort titanesque se redressa. Qu'est-ce qu'il fouttait bon sang ! Will le rejoint bien vite, l'obligeant à se rallonger dans un nouveau baiser. Sai eut un sursaut quand il sentit un des genoux du camouflé se rapprochait dangereusement de son entre-jambe. Il n'était vraiment pas habitué à de tel toucher. Personne ne se l'était jamais permit sur lui. Sai, glissant sa main sur le visage et devina sans trop de problème sa beauté. Le jeune chef eut un sourire moqueur. Pas si beau ? Un corps et des traints qui laissaient à désirer ? Enfin, un peu d'honnêteté Willou. Tu es atrocement mignon et vous le saviez tout les deux. Sai tenta de calmer son souffle trop rapide à son goût pour prononçé quelques mots.

- C'est tout ce... que tu sais faire ? Voyons Will, je te pensais plus... doué.

A trop jouer avec le feu, on finisait par se brûler et Sai ne le savait que trop bien mais Will aussi. N'est-ce pas ? L'albinos glissa sa bouche vers la gorge du jeune humain. C'était si tentant. Le Niwa ouvrit doucement la bouche, découvrant ses crocs. Il était si proche, si proche de faire cette si désirable erreur. Le jeune chef lécha la peau offerte, mordillant gentiment sans oser faire plus, tandis que ses mains glissant autour de la taille pour d'infimes griffures. La proie était dangereuse, ne l'oublions pas.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Sam 1 Oct 2011 - 15:55

Destroy everything you touch.
Down on you.
Some ange don't cry.
We're two of them.
And.
Cry for the moon.


Ce qui était au début une véritable partie de séduction et de provocation devint très rapidement un jeu aux dimensions terriblement sentimentales. Comment ne pas succomber aux charmes de l'être qui frissonnant contre ta peau, murmure ton prénom, quand tu plonges avec lui dans cette même chaleur terrifiante?
Les ombres se sont défilées sur une nuit effrayante, quand se sont rencontrés les deux animaux. Avais-je oublié la haine censé exister entre le loup et le lion? Une souveraineté revenait de droit à l'un des deux animaux. Le roi avait couché avec son serviteur.
J'eus un sourire. Mes mains bercèrent le corps endormi. Mains qui me brûlèrent sur un corps dont j'avais arraché l'ardeur avec une violence délicate, une violence que j'avais ciselée dans sa peau. Glissant mes doigts sur les sillons endiablés aux creux de ses reins, j'allais et venais du bout des doigts sur les traces externes de blessures représentatives de la méchanceté du lion. Le lion était un chat, on se devait de lui pardonner; il ne comptait que sur ses griffes pour défendre son territoire, arrachant sans la moindre difficulté l'écorce de la l'arbre le plus dur du monde. Rien ne résistait à ses caresses, enfant de démon, car créé pour être un ravage de la chair.
Peau tendue par le plaisir, rougie, et affolée par le frémissement des souffles conjugaux, j'avais passé des heures à étirer l'élastique de chair, centimètre carré par centimètre carré, dévorant, m'appropriant ce corps qui n'était pas le mien, arrachant frisson et plus. Nos jeux étaient devenus si rapidement sérieux... Pouvait on faire confiance à qui venait se perdre dans nos bra,s le temps d'une nuit, le temps d'un ébat? Combien. Combien en avais-je serré contre mon corps? Deux âmes en collision, le temps d'une nuit. Comme tout le temps, comme chaque fois, sacré, béni. Un petit loup qui avait su briser mon coeur, pourtant.
Il aurait pu me tuer.
C'était la première fois que le lion s'était incliné devant le loup. Pensif, rêveur, l'animal avait dédaigné accorder de l'importance aux crocs blancs de son compagnon de jeux, avait ignoré les crises d'angoisses, avait tu la panique de mon coeur quand je m'étais aussi abandonné à toi que tu ne l'avais fais avec moi? Quand cambré, tu avais soupiré dans mes bras, et que le souffle court, j'avais cherché à apaiser la peur de mes yeux? Peur, excitation, passion... tous avait volé dans ma tête comme des milliers d'éclats de verre projeté au sol, dans un néant inviolable. J'avais été fort, si fort... tellement fort, que tu ne t'en étais pas apperçu, mon chéri. J'avais combiné en mon âme une violence dérisoire, pour jouer à ce jeu. Nos lèvres, carressées, nos corps, effleurés, ... tout était devenu si sérieux, si violent, ensuite. Avais-tu perdu le contrôle, petit ange? Moi je t'avais veillé, consolé, accompagné dans cette folie sanguine, de nos corps meurtris. Je t'avais tenu la main, tout le temps, pour que tu ne te perdes pas.

_______

Come the pain, come the hurt, see the halo, see the halo. Cause we're hurricanes and suns, babe.
Assis au pied du lit, revêtu de mon jean, je gardais les yeux fermés. Les frissons de ma peau ne s'étaient pas tûs. Pas encore.
Lunette noire sur le nez, je cachais derrière les verres teintés le trouble de ma conscience, silencieux, cheveux étalés sur mes épaules nues et dans mon dos. Pensif, rêveur, je ne regardais pas venir les heures. Depuis combien de temps étais-je assis, sur le sol, une jambe tendue, l'autre soutenant mon bras, à fixer sans le voir le sol? Je ne me sentais ni dépressif ni névrosé. Seulement troublé, et à la fois merveilleusement lucide. Mon réveil sonna huit heure.
...
- Raaaaah, bordel!
Me levant, je m'étirais largement, tendant mon corps souple vers le haut, tendant mes muscles, avant de relâcher la pression de mon corps, ce qui me fit limite ronronner. De la hanche, j'heurtais la main endormie de Sai. Je jettais un regard sur lui, avant d'étirer mes lèvres en un sourire presque moqueur. Me penchant vers lui, je récupérais sous son épaule mon bandeau frontal, et ramenant mes mains à la hauteur de mon visage accrochais lentement le tissus autour de mes tempes, sans bouger. Une présence derrière moi.
- ... Yo.
Narcisse ne répondit pas. Je ne me retournais pas vers lui, tandis que d'un claquement sonore j'accrochais le bandeau. Récupérant la couverture, j'en couvrais le corps de Sai, et me rendit dans la salle d'eau. Derrière moi, l'élégant me suivait.

Fermant la porte derrière lui, et le snobant toujours, je m'approchais d'un miroir, situé au dessus du lavabo, et m'humidifiait le visage. Comme une ombre jetée sur moi, Narcisse se posa près de moi.
- Dis moi, chéri, je vais le réveiller, où tu t'en occupes?
Je ne répondis rien, relevant mes prunelles noisettes sur le reflet de l'androgyne.
- William?
J'eus un sourire, baissant mon regard sur le lavabo, admirant la nuance d'albâtre, la surface lisse, qui si on la frottait bien, rougirait certainement de plaisir. Mes jointures se crispèrent sur le souvenir.
- Encore. Répète encore mon nom, ronronnais-je, tandis que la porte s'ouvrait derrière nous sur Sai. Je souris.






Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Sam 1 Oct 2011 - 20:08

Si on lui avait raconter l'étrange histoire du loup qui s'offre au lion. Du lion qui s'offre au loup. De deux bêtes unis pour une seule soirée, pour quelques instants, pour une seule et même danse... sans doute ne l'aurait-il pas écouter jusqu'au bout. Sans doute serait-il partis ne jugeant pas utile d'écouter ce conte si réel pourtant puisqu'il en était l'un des protagoniste. Notre petit loup avait succomber à une odeur et une voix, donnant son coeur meutris, son âme rongé par le doute et son corps couvert d'anciennes blessures, souvenir d'une guerre qui n'était pas la sienne, à un lion. Le roi des animaux. Le jeune loup hurlait à la lune qu'il était le plus puissant et le plus sage des animaux mais face au roi de la savane il n'était qu'un serviteur de plus. Et pourtant, le petit loup avait réussi à toucher au plus profond du grand lion peut-être autant que ce dernier l'avait fait en lui arrachant quelques larmes.

Oui des larmes. Des larmes de sang bien sûre, les vampyrs pleuraient ainsi. On disait que c'était d'ailleurs les larmes les plus pures. Pour quel raison ? ... L'émotion qui avait traversé notre jeune albinos l'avait rendu si triste et pourtant si vivant. Plus vivant qu'il ne l'avait été durant tout ce siècle. Jamais encore il n'avait crier autant. Souffert et apprécier en même temps. Qui était t-il ? Il était Sai. Juste Sai. Pour une nuit. Juste dans ses bras là. Et cela lui convenait tout à fait. Pour l'instant. Douceur et violence mélangé. Tristesse et joie dans une fusion parfaite. Will et Sai n'était que deux bêtes à cette instant, deux animaux royaux, deux êtres vivants... Un duo qui devient unique pour un moment si long et pourtant qui restait si court pour nos deux adolescents. Frissons, murmures, caresses, baisers et tout cela en même temps avant le grand final ou Sai fut le premier à succomber dans le sommeil.

_______

Des yeux s'ouvrent sur le néant, fixant le vide, avec un mélange de stupeur et de satisfaction. Un sourire niais s'était dessiner sur ses lèvres. Le petit loup se redresse doucement avant de pousser un bref gémissement de douleur. Etait-ce l'alcool et la nuit passé entre les draps de Will qui lui faisait autant mal ? Surement les deux. Sai, nu comme un vers, le corps couvert de morsures et de griffures sensuelles, ne sentant plus son tendre amant prêt de lui. Son odeur était pourtant encore là. Le coeur de Sai s'accélera.

- ... Will ? Dit-il tout bas, presque effrayé.

Une nouvelle odeur fit son apparition. Une odeur inconnu mélangé à un parfum ni trop masculin ni trop féminin. Qui est-ce ? Sai entoura son corps avec le drap fin se redressant finalement, cherchant son trop parfait amant.

- Will ? Répéta t-il.

S'était-il enfuis ? Enfuis de sa propre chambre pour ne pas croiser le regard sans couleur de son compagnon d'une nuit ? Sai glissa une main sur son front douloureux. Il poursuivit l'odeur du jeune homme. Il entendis une voix, grave et douce en même tant prononçé un prénom. William. Sai passa sa main sur le bois de la porte, la glissant jusqu'à la poignée en attendant la réponse de William. Une réponse qui fit se raidir le jeune chef qui ouvrit tout de même la porte pour se retrouver face à Will ou plutôt William et... quelqu'un d'autre. Sai serra le tissu qui l'entourait un peu plus fort. Le figure interdite. Que dire et que faire ? Il ne comprenait pas. Le petit loup, prit une mimique indéchiffrable comme il avait l'habitude de faire. Une posture neutre mais digne, malgré qu'il se trouvait en tenue d'Adam.

- Bonjour Will. Dit-il simplement.

Et il ressortit. Caressant du bout des doigts la marque sur sa gorge. Etait-ce son tatouage ou un sucon qu'il sentait sous sa paume ? Peu importe. Il alla se rassoir sur le lit, attrapant son sous-vêtements à ses pieds. Une situation peu connu de notre albinos qui ne savait plus comment réagir. Comme quoi, avec ou sans verre d'alcool il ne contrôlait pas les situations. Il soupira doucement, un sourire sans joie sur le visage. Il entreprit de remettre sa chemise alors que Will et son ami entrait dans la pièce. *Enfonce le couteau dans la plaie Will, fais-le. Je n'ai que trop l'habitude de mes bétises, de mes erreurs. Cette nuit était donc une erreur de plus ? J'aurais préfèrer que non.*


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Karl Heisenberg


avatar

Age du personnage : Vous ne voulez pas savoir.

Familier : Un requin nommé Skrillex
Couleur de magie : Rose
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen
  • Très élevé


Métier : Huhu.
Résidence : Dans vos bras.
Dans le sac : Un PC portable

Affinités : Toi ? Moi ? Un mur ?

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 2 Oct 2011 - 10:14

Nuit sans lune d'une vie morne et assoupie. Je souriais.

La panthère rentre en jeu.
Balançant mon poing dans la gueule trop parfaite d'une statue d'ivoire, je regardais se ciseler la face utopique d'une beauté ridicule face à la mienne. Bande de cons d'artistes.... Sur quels modèles médiocres s'étaient ils donc appuyés pour créer des représentations si laides? ne savait il pas que la beauté, la véritable beauté humaine n'existait qu'une fois. J'étais cette exception millénaire, arrché du cœur des Dieux pour illuminer, papillon parfait dans un monde de larve. J'étais androgyne. Et avait atteint une symbiose de mon corps, une perfection absolument totale de mon corps.
Les éclats de la statue roulèrent jusqu'au sol, cliquetant sur sa surface trop poreuse, trop laide. Mes regards s'attardèrent quelques minces secondes sur le visage détruit, puis je relevais mon visage vers le plafond de cette habitation impériale. Moi, je n'avais laissé qu'une seule personne me nuire, et malgré mon erreur, la chance et le hasard avait fait de moi un etre que je considérais pour ce soir seulement, parfait. Petit salopard de Torance. Mon rire fusa d'entre mes lèvres, presque menaçant. Il le savait tout autant que moi, que nos vies étaient liées par le chainon cruel de la vengeance. J'avais perdu quelques chose alors que lui cherchait à récupérer quelque chose. Reposant mon attention sur le visage brisé de la statue, je restais pensif, une seconde, avant de ne glisser mes doigts dans mes cheveux et de ne m'éloigner de l'erreur fatale de ce monde: la laideur.

Tapi dans l'ombre de la chambre, je ne cherchais pas à adopter un comportement pervers et un tant soit peu vulgaire, restant accroché a l'idée que la danse des deux jeunes se terminerait bien assez tôt. Camouflé dans les bras de l'ombre, cruelle consoeur, cette dernière avait constamment cherché à taire mon existence aux yeux du monde. Pour une fois, je fus heureux qu'elle le le fit, car c'était des yeux de mon rival que je me cachais. Pauvre Will, méchant petit lion. Je les détestais et ne m'en cachais pas. Je ne me cachais que par souci de pudeur. De pudeur, moi? le fier, le superbe Narcisse? un sourire étira mes lèvres dans une courbe catatonique. Qu'ils baisent, je serais le garde de leur nuit.

L'aurore arriva, apportant son lot de trouble, et d'ombre, dont je faisais parti. Étirant mon corps parfait, mes yeux portèrent sur Will un regard condescendant. Pauvre chéri. Obligé de me supporter juste après une nuit folle. Accompagnant la lueur du matin, je me dressais derrière lui, indiquant ma présence rien que par les mouvements de mon corps, à ce chat ambré. Le nectar des Dieux semblait ne pas lui avoir calmé les tourments dont souffrait le pauvre petit adolescent. Si faible, Will, si faible que l'autre ne s'en était même pas aperçu. Espèce de con.
Il me salua, mais je ne cherchais pas à li répondre. Un sourire carnassier s'étala sur mon visage. Que croyait il? que nous allions nous comporter comme des gamins heureux? mon pauvre, tu rêves...

Dans la salle d'eau, je le regardais. Torse nu, il était aujourd'hui si différent de ce que j'avais rencontré, à l'époque. Attirant, séducteur, il avait affermi a son corps une masculinité qui plaisait aux mignons comme aux donzelles. Le vampyr en était l'exemple parfait. Où était passé le garçon androgyne que j'avais rencontré, les mains couvertes de mon sang, en train de m'appliquer un sortilège de soin? Peut être avait il disparu, enfoncé dans les entrailles même du Will Torance actuel . Peut être avait il décidé de se tuer? Je ne savais pas trop... je ne voulais pas trop... je voulais garder mon ennemi, je voulais posséder entre mes doigts griffus ce visage qui avait vu ma déchéance. Je ne voulais pas qu'il s'enfuit loin de moi. Je voulais me venger.

- Dis moi, je vais le réveiller, ou tu t'en occupes?

PAs de réponse, pas de sarcasmes. Cela me surprit. D'habitude, Will aimait que je me moque de ses amanats, car cela la libérait des liens qu'il avait créé avec eux. Il n'aimait pas s'attacher aux gens. Il n'était rien qu'à moi. Rien qu'à moi, et à personne d'autre. PAs de réponse. PAs de frémissement d'aura. Pas même une vibration. Il releva simplement son regard. Son regard noisette. Son regard, si pareil au mien. Nous avions les mêmes yeux, le même visage. Voilà pourquoi je le désirais, jusqu'à le tuer. Il était mien.

- William?

Crainte terrible dans ma voix, il ouvrit sa bouche, et regardant le miroir murmura une phrase dont je ne fus soudain pas sûr d'être le destinataire. Eh? Par reflexe, je levais ma main, pour la poser sur son épaule, surpris, mais la porte s'ouvrit, dévoilant le corps du vampyr. Mes yeux balayèrent le corps de la créature. J'eus un renniflement de mépris. Ne rien dire. Ma main se posa contre ma hanche, sage, sans toucher Will. Le vampyr lui ne se priva. Sans se rendre compte de mon envie brûlante de le tuer, là maintenant tout de suite, il posa ses yeux sur le corps à demi nu de mon rival.

- Bonjour Will.

Retiens toi, Narcisse. Le feu de mes mains, loin d'être magique comme les créatures de ce monde était invisible, presque inexistant pourrait on dire, mais palpable. J'avais envie de dire à ce sale mioche blanchâtre qu'il avait eut MON Will entre ses mains, la nuit durant. JE me mordis la lèvre, retenant un sifflement perceptible. Beau gosse, si moi je te baisais, tu ne verrais pas le coup venir. Je n'étais pas de la même trempe que Will. Bonjour Will... Will qui ne disait rien... Will qui ne voulait pas se détacher des caresses de Sai. Où avait il abandonné son âme, cette nuit? Le vampyr sortit, et je portais un regard sur Will.

- Il t'a mordu, c'est ça?!

Doute. Doute terrible. Non, non, je ne savais pas, je détestais ne pas savoir. Aucune trace sur le haut de son corps. Mon dieu. Je devais savoir. Je me faisais peut être des films?! Peut être. Supplions le ciel que je m'en fasse. Will se détourna, le visage encore trempé par l'eau qu'il s'était jeté dessus, et sortit à son tour, se rendant à son tour dans la chambre. Je le suivis, massant fébrilement mes poignets. Will sans un mot se rendit vers le lit. Suspect, je le regardais. Il bouscula légèrement Sai, et s'allongeant sur son corps, l'embrassa, ses mains glissant sous la couverture cachant la nudité de Sai. Je grognais, et allais m'asseoir à côté d'eux sur le lit.

- Narcisse, marmonnais-je à l'attention du vampyr caressé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 2 Oct 2011 - 13:34

Mordre ? Cela avait si tentant mais non... il ne l'avait pas fait. Même si tous deux en crevaient d'envie. L'aveugle marcha jusqu'a ce lit, ce lit qui n'était pas le sien dans cette chambre qui n'était pas la sienne. Une erreur de plus ? Il s'était donner a Will, oubliant la douleur de son âme, les marques sur son corps, la tristesse de son coeur pour ne lui appartenir qu'une nuit. Cette nuit trop courte pour le vampyr qui avait vu passer les années, les décennies, un siècle sans pour autant s'en rendre vraiment compte. C'était si long un siècle de solitude, c'était si court une nuit entre ses bras... Entre les griffes du lion.

Le jeune chef s'assit donc, ramassant ses affaires, prêt pour repartir. Partir où ? Il ne voulait voir personne. Même pas son frère ? Même pas. Son trop parfait amant revient vite, faisant tomber sa chemise et son sous-vêtements. Un éclair de surprise traversa les yeux vierges de l'albinos. Il sentit le corps chaud de Will contre le sien si froid, le forçant à se recoucher. Le vampyr ouvrit la bouche, sans pour autant dire quoi que ce soit. Il sentait la précence de l'autre humain et cela le bloquer quelque peu. Slurk, qui était-il pour Will ? Sai, quelque peu possessif, brûlait de poser la question. Pourtant il fit silence, ne comprenant toujours pas la situation. Pourquoi Will ne le renvoyait pas ? Il avait profiter de lui une nuit entière. Pourquoi vouloir qu'il reste encore quelque secondes, quelques minutes, toujours plus... *Pourquoi me gardes tu encore quelque entre tes bras ?*

Nouvelles caresses, nouveaux baisers. Sai fermit ses yeux un petit instant, profitant sous le regard de braise du nonso. Oh, serait-tu jaloux petite fleur ? Jaloux qu'un autre que toi et profiter du lion ? Pauvre chose. Le jeune vampyr glissa ses main dans le dos de Will, l'obligeant à se coller un peu plus contre lui. Soudain, un nom fut prononçé. Narcisse. Etrange... Le chef des Ombres ouvrit les yeux et repoussa gentiment Will, sans pour autant trop l'éloigner de lui. Son parfum sucré lui chatouillait les sens. Non pas ça, pas encore, pas de nouveau. Résiste petit loup, résiste.

- Sai. Fit-il d'une voix neutre, fixant le vide.

Il se redressa doucement. Non Will, tu as dominé hier soir. N'en profite pas trop. Quoi que... Si il retenait Sai, sans doute ce dernier n'aura pas résister. Le prédateur nocturne embrassa le roi des félins au creux de sa gorge. Comme un aurevoir. Le coeur un peu lourd. Devait-il partir ? Devait-il rester ? C'était à Will de décider. Après tout, le loup était sur son territoire. *Je suis sûr ton territoire Sire lion, que va tu faires ?* Sai pouvait entendre le coeur de ce Narcisse, ronger par divers sentiments négatifs. Sai comprit, à moitié seulement.

- Je ne reste pas. Confia t-il.

*Même si j'en meurs d'envie* pensa t-il *Retiens moi encore Will... William... Peu m'importe... Retiens moi, je ne veux pas être encore seul. Dit mon nom, répète le.* Le jeune chef eut un sourire, à peine visible pourtant. *Le vois-tu Will ?*


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 2 Oct 2011 - 17:17



Narcisse.
Bordel, Narcisse, tu me faisais chier, à constamment être là, derrière moi, à chaque seconde de ma vie. Mais aujourd'hui, pour le moment, rien que maintenant; je ne ferais pas attention à toi.

Sai.

J'avais besoin de sentir son corps contre le mien, accessoirement dans ma chambre. Je ne savais pas combien de temps je tiendrais sans lui, ne serait-ce qu'ajourd'hui. Quoi? Pourquoi? Me serais-je attaché? Moi? Me serais-je attaché à un X° amant? Tellement cocasse, tellement hilarant, que cela me donna la profonde envie de vomir, ou de chialer. Moi, l'adolescent, le Lion, le Camouflé, moi Will, j'aimais? Non.
Non, pour rien au monde. Je donnerais tout ce que j'avais pour refuser une telle chose. De toutes façons, je me connaissais, je savais mes positions, je savais mes faiblesses, tout comme je savais les contrer par mes forces. Je refusais de tomber dans ce piège là; Narcisse m'avait déjà trop fait souffrir. Et pourtant? Et pourtant j'étais revenu dans la chambre, et pourtant je l'avais fait tomber, sous moi, et je ne demandais qu'une chose, recommencer. Le vouloir, le désirer? La nuit avait été mienne, et j'avais tout misé là dessus. J'en avais gagné une terrible défaite: l'avidité.
Le souffle court, je me lovais contre le corps du loup. Pourquoi, Sai, avais tu déclenché cela? Tes yeux, sûrement? Le fait que tu ne m'aies pas regardés comme tous les autres avant toi. J'avais senti quelque chose, cette nuit, une chose venant de toi, m'ayant bouleversé. Avais tu besoin de quelque chose? Quelle était-ce, Sai. Je ne parvenais à comprendre, et cette faiblesse me donnait l'envie de déchirer quelque chose. Pourquoi pas Narcisse?
Relevant mes yeux sur le visage de Sai, j'eus un sourire. Il leva son torse, m'embrassant dans le creux de ma gorge naissante. Déchirant... bouleversé, je refermais mes bras autour de lui. Je voulais dire quelque chose. Quoi? Que tout se terminait? Que je lui en voulait, au final? N'en voulais-je pas à tout ceux, chaque matin, qui sortaient de ma chambre comme de ma vie?

- Je ne reste pas.

Silence dans mon coeur, dans ma tête, je penchais la tête, les yeux à demi clos, empreint d'une mélancolie dont la cible était un Narcisse moqueur. Mes doigts se refermèrent. Imaginer, une seule seconde, avoir la possibilité de lui... balançer mon poing dans sa gueule!

- Leck mir doch, marmonnais-je.

Colère et frustration, Narcisse frémit sous l'insulte. Il quitta le lit, et croisant les bras, terriblement sauvage et séducteur, s'enfonça dans les ombres de ma chambre, sans pour autant disparaitre complètement. Mes doigts rencontrèrent la joue de Sai. Retrouver l'envie du jeu? J'avais joué avec lui... puis j'avais plongé dans son essence pour me heurter à quelque chose de terrible. Qu'est-ce qui le poussait à avoir cette âme aussi noire? Qui était Sai? J'avais toujours considérés les garçons comme des sextoys... et voilà que l'un d'eux, petit loups aux crocs menaçants m'effarait autant qu'il m'excitait. Passionante domination sur mon monde, le canidé avait trouvé son maitre, non? Je restais le plus fort, encore, toujours. Et je refusais absolument que cela change. Mes doigts s'aventurèrent plus loin, sur le visage, glissèrent sur le corps, et je poussais un gémissement presque plaintif, à l'idée que ce soit déjà terminé. Un sourire étira mes lèvres.

- Si tu sors de ma chambre... on ne se reverra certainement plus jamais, Sai.

Sai.
Ma poitrine se souleva, et je le plaquais contre moi, cette fois-çi, ne cachant pas mes larmes.

- Alors je t'en supplie... reste.


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 2 Oct 2011 - 18:07

Un contact chaud sur sa joue lui fit tourner la tête, fixant le jeune homme sans pour autant le voir. Serait-il possible que le lion désire encore son loup ? Mais... le désirer de quel manière ? Quel importance, le loup était heureux tant qu'il pouvait encore rester avec son roi. Le jeune albinos fermit les yeux, apréciant la caresse comme si cela avait été la dernière. Et aucun des deux ne le voulait. L'humain et le vampyr, tous deux rois de leur propre royaume, désiraient l'autre. Peu importe la manière à vrai dire. Tant que l'un était là pour l'autre, dans un lit ou ailleurs... Quel importance ? Qui était Will en réalité ? Un croqueur d'homme ? Et lui, Sai, qui était-il ? Un pauvre naïf de plus ?

Les paroles du camouflé résonnèrent dans l'esprit encore un peu brumeux du jeune chef. Sai... il avait dit Sai. Jamais encore ce dernier n'avait été si fier de son propre prénom parce qu'il prononçé simplement par quelqu'un. Non. Pas par quelqu'un mais par celui là de quelqu'un. Ce Will ou ce William. Peu importe la manière dont il était appelé en fin de compte. L'adolescent lui dit alors que si il partait ils ne se réverraient jamais. Sai ne le savait que trop bien. Et alors ? N'était-ce pas ce qu'il voulait ? L'avoir une nuit puis le renvoyer ? Qui était-il pour lui à part un partenaire d'une seule soirée ?

- Will...

Et là, le jeune homme demanda quelque chose. Une chose étrange et peut-être même totallement absurde. Il voulait qu'il reste. Sai sentit alors quelque chose de chaud et d'humide contre sa peau alors qu'un odeur le caresssait. Une odeur salé, comme des larmes. Se pourrait-il que le lion... pleure ? Etait-ce possible que le loup est touché aussi loin dans le coeur de l'humain ? Touchant même son âme ?

- Tu pleures ? Fit Sai dans une tendre surprise.

Le vampyr glissa ses mains dans le dos du jeune camouflé et le colla un peu plus contre lui. Lui aussi pleurait, à l'intérieur. Des larmes de sang coulait du coeur de son âme, pour Will, pour lui même, pour tous le reste. *Merci Will, merci...* Finalement, il ne serrait pas seul aujourd'hui. Will était avec lui, pour combien de temps et pour quel genre d'activité il s'en fichait. Tant qu'il était là pour lui faire oublier sa solitude.

- Très bien, je reste.

Et Narcisse dans tout ça ? Qu'il aille aux limbes.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Karl Heisenberg


avatar

Age du personnage : Vous ne voulez pas savoir.

Familier : Un requin nommé Skrillex
Couleur de magie : Rose
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen
  • Très élevé


Métier : Huhu.
Résidence : Dans vos bras.
Dans le sac : Un PC portable

Affinités : Toi ? Moi ? Un mur ?

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Dim 2 Oct 2011 - 18:42

Sai.
Oui, je connaissais ton nom, pour l'avoir entendu murmuré, gémit et répété de manière inlassable par les lèvres du Camouflé. Oui, vampyr, je te connaissais, mais toi tu ne me connaissais pas. Tu ne savais pas ce que j'étais alors que moi je t'avais découvert la nuit durant, admirant la folie de votre danse. J'avais participé, comme une ombre silencieuse et désintéressée à vos jeux nocturnes. Tu ne savais pas ce que j'avais dans la tête, ce que j'avais dans le coeur, tu ne connaissais de moi que le nom, et encore, c'était bien un début à une longue succession d'ignorance, petit vampyr.
Que se passa t'il, par la suite? Je ne le compris pas? Devais-je exclure la morsure? Devais-je y comprendre quelque chose? Mon ignorance était déplorable, et si je l'eu put, j'aurai frappé Will jusqu'à ce qu'il me révèle tous ses secrets. Tous.
Reflet désincarné, je ne répondis pas à son ton colérique. Ni sous l'insulte, ni sous la menace de ses yeux. Je croisais les bras, déçu, blessé, en quittant le lit, pour me morfondre dans l'ombre avec une cruelle rancoeur. Si je le pouvais... oui, si seulement je le pouvais, je briserai le nuque à ce fils de chien. Ces fils de chiens. Allez vous faire foutre, avec vos petites gueules de pédés. J'étais furieux et cette colère me mettait hors de moi du fait simple de la ressentir.
Depuis quand ne savais-je plus me contrôler? Quelqu'un de sensé m'aurait rappellé que je n'avais jamais su être calme, or, il n'y avait personne de sensé dans cette foutue pièce. Qu'avais-je à dire ou à faire? A les regarder? Cela me foutait dans une rogne effroyable. A chaque secondes qui passaient, je voyais le souvenir dans ma tête, du regard presque moqueur de l'aveugle. Quoi? Je ne pouvais pas te piffer, toi, tu m'entendais? Cherchant à me calmer, je relevais mon visage vers le ciel, prenant une profonde inspiration pour refroidir cette chaleur furieuse dans mon ventre. Le vampyr dit soudain quelque chose. Quelque chose qui me coupa le souffle tellement je le désirais, tellement j'avais besoin que cela se passe. Oui. Pars. Loin de moi, loin de Will. Va t'en. Casse toi. Et ne reviens jamais. Mes yeux plongèrent sur le visage du vampyr. Ses lèvres esquissèrent un mouvement tellement discret, tellement invisible que je fus le seul à la voir... peut être. Sourire? Pourquoi sourire, Sai? Si tu te chasse, ne souris pas. Hurle à la lune, petit loup, renfonce toi dans tes rêves de solitudes, ceux ci étant si réels. Je le comprenais en te regardant, petit vampyr. Rien qu'à te voir, je savais qu'en découpant ton coeur j'y trouverais une solitude effroyable. Me trompais-je, Sai? Oserais-tu dire que je me trompais? Je l'avais perçu. Mais toi, tu ne savais rien de nous. Nous étions innaccessibles, Wills et moi.
...Will?!
Will?!
Pourquoi reste!?
Mon corps s'était presque élancé, d'instinct, pour comprendre. Pourquoi? Quoi? Comment ça, reste? Bordel, Will! Qu'est ce que tu racontais? Crispant mes doigts, enfonçant mes ongles dans ma peau, je fixais sans comprendre le Camouflé prendre Sai dans ses bras. Ce n'était même pas une prière... c'était une supplication. Connard.
Sai murmura la phrase que j'aurais voulu prononcer. Je m'avançais, vers le lit, débridant toute la volonté de Will à mon égard. Pourquoi? Pourquoi ces frissons secouaient ils son corps? Pourquoi Will, mon Will, mon ennemi et rival, si fort, si puissant, si digne de me tenir tête, pleurait il? Mes yeux écarquillés allaient et venaient sur ses mains, sur le visage que je voyais du vampyr. Espèce de... salopard!
Mon poing heurta le crâne de Will qui déséquilibré, alla rouler au sol. Furibond, je me tournais vers lui.
- Pourquoi tu pleures, hein? Pourquoi c'est toi qui pleure?
Je vis Will, sonné, se relever, la main contre sa tempe, là où j'avais frappé. Il écarta lentement ses doigts et je vis distinctement que je l'avais ouvert. Le sang noir coulait contre ses cheveux, descendant en une fine chute rubiconde. Légèrement troublé, je me tournais vers le vampyr.
- Je m'en fous, Will. Tue le, ou bien tu ne devras plus jamais compter sur moi. Tue le. Tes cheveux, Will.
Je pointais ma main sur le vampyr, avant de remarquer que j'avais le propre sang de William sur les jointures. Un feulement de rage monta dans ma gorge, et bondissant sur Sai, je lui étalais des traces vermeilles, tout autour de sa bouche, écrasant son corps contre le mien, avant de ne me mettre à siffler comme un chat en colère.
- Allez! Tuez moi si vous le pouvez! Mais vous allez devoir vous tuer! Haha!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 3 Oct 2011 - 17:15

La solitude, quel solitude ? Celle de Sai et de tant d'autre. Cette morsure si douloureuse qui vous bouffe le coeur comme une ecchymose interne ; une brûlure, une blessure intérieure qui ne cesse de se développer vous tuant à petit feux. Une tumeur, une gangrène qui prend doucement mais surement possession de tout son corps pour le laisser douloureux et malade. La solitude, sa solitude, leur solitude. Il se fait de plus en plus vif, plus ardent encore que les semaines, les mois, les années précédentes. Sai aurait pu abandonner. S'abandonner à ses états d'âme, si noir que les démons en pâliraient d'horreur. Il l'aurait fait mais il ne l'avait pas fait. Un roi sans royaume, roi de ses propres frontières avait franchi la barrière que le jeune loup avait pourtant cru bien solide, traversant son coeur et son âme pour le laisser pantois.

Rester ? Oh oui, oui il voulait rester. Ce perdre et oublier dans l'alcool de ses paroles, son parfum, sa chaleur. Pourtant, la curiosité le grignotait. Pourquoi rester ? Pourquoi ce roi inconnu désirait la présence du serviteur inconnu ? On s'en fiche. Il le désirait et le fantôme nocturne aussi. Alors soit, il resterait.

Sai caressa la chevelure si étrange de son tendre amant, caressant le tissu de son bandeau sans pour autant s'y attarder. La sucrerie humaine pleurait contre son épaule. Pas comme une fillette, une lycéenne face à son premier chagrin d'amour. Non, comme un jeune homme souffrant d'une solitude presque égal à la sienne. Presque... Sai ne connaisait rien de Will, tout comme Will ne connaisait rien de lui. Ou presque. Le jeune vampyr savait juste que l'un avait besoin de l'autre pour une raison qui leur était à chacun propre. Je reste, avait dit le jeune chef et il restait. Consolant du mieux qu'il pouvait celui dont il ne connaisait que le nom, les baisers et les caresses.

Soudain, la poupée lionne quitta les bras de l'ange déchu dans une violence terrifante. Sai resta là, stupéfait, les bras tombant le long de son corps comme un artiste vivant son dernier spectacle. Une voix, terriblement grave, hurlait sa haine. La grande voix d'une petite fleur. Une nouvelle odeur se rajouta. Plus attirante, plus hypnotique, beaucoup plus que tout cela... Un éclair rougeâtre traversa les yeux enneigés du vampyr. Du sang. Sang qu'il n'avait pas toucher depuis la nuit dernière et que la faim animal lui brûlait la gorge.

Narcisse continuait son mélodrame, désirant la mort de Sai qui venait en quelque sorte de lui voler son rival, et finit par une phrase étrange. Ses Cheveux ? La petite fleur se jetta ensuite sur le loup qui se retrouva de nouveau coucher sur le matelat alors que ses yeux brillaient dans un éclat presque bestial. Sai eut l'intelligence de fermer sa bouche, utilisant le peu de raison qu'il lui restait pour la garder close. L'androgyne caressa ses lèvres dans une violence attroce, les couvrant de ce liquide vermeil. Pas ça...

Sai repoussa violement le jeune homme, trop peut-être mais peu importe. Il l'avait bien chercher. Il essuya sa bouche d'un geste vif, manquand de peu de se lêcher les lèvres par instinct. Le jeune vampyr, de sa taille imposante mais fine et nu en l'occurrance mais qui n'enlevait en rien de sa dangerosité, s'approcha d'un pas lent vers Narcisse, attrapant d'une main ferme sa gorge. Il ouvrit légèrement sa bouche, dévoilant des crocs longs et immaculés.

- Donne moi une raison, une seule... menaça le loup.

Sai n'était disons... pas du matin.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 3 Oct 2011 - 19:15

La violence de Narcisse se déchaina sur moi comme un animal en furie. Le heurt de son poing contre ma tempe me fit chuter du lit avec une vitesse folle, et je ne sentis la douleur que lorsqu’elle irradia totalement mon crâne. Je retins un hurlement surpris. Espèce de… ! Mais qu’est ce qui lui prenait ? La question était presque rhétorique car je n’eus qu’à poser les yeux sur lui pour comprendre ce qui l’avait poussé à me frapper aussi violemment. Avant même d’avoir pu ouvrir la bouche pour lui répliquer quelque chose, je sentis quelque chose dans ma peau… sous ma peau… sur ma peau… mes doigts rencontrèrent mon propre sang. Pendant une seconde, je crus devenir fou. Narcisse m’avait ouvert ? A m’en faire saigner ? Ma tempe était ensanglantée, et se dégageait d’entre mes doigts les effluves sanguines. J’eus le souffle coupé. Narcisse… à quoi pensais-tu, espèce d’illuminé ? Mes yeux bifurquèrent sur Sai avec une rapidité, et je sentais mon corps se rédifier au rythme de mon cœur ne battant presque plus. Narcisse, tendant le bras vers Sai. Je vis le sang sur ses doigts au même moment, à exactement la même seconde que lui. Et nos cerveau, enchainés, eurent la même réaction dans le même éclair de folie. JE sus ce qu’il allait faire, au moment où il en eut l’idée. Et il le fit au moment où je voulus l’en empêcher. Un malaise me prit, et en voulant me redresser pour me jeter sur lui, je retombais à genoux, le sang coulant dans mes cheveux. Merde…
Tremblant de la tête aux pieds, je plaquais ma main ensanglantée contre mon visage, pour rétablir ma vision floue. Cet espèce de petit con… il savait frapper là où ça faisait mal… vraiment mal… JE relevais mon regard noisette sur lui, et crachais de la manière d’un chat en colère. Salaud . Je t’avais tout appris, Narcisse. JE t’avais appris comment bouger ton corps, comment respirer, comment te fondre dans les ombres, comment courir, comment tuer… mais toi, tu avais toujours eu un don pour faire mal. Toujours. Tu avais fait de moi un punching-ball, tandis que patient je m’étais souffert à t’enseigner ce qui faisaient de nous de terribles adversaires l’un l’autre. Je t’avais tout appris, bordel… toi, le simple humain, je t’avais enseigné ce que je savais … mon combat de lion, je te l’avais enseigné, avais fait de toi une panthère… hin hin hin… je ne souffrais pas de la douleur. Je souffrais de sa perversité. Et j’en souffrais parce que je savais que je l’aimais, et que je ne pouvais même pas lui en vouloir ; nous étions programmés à nous détester jusqu’à notre mort.
Le sang, mon sang coulait sur la peau de Sai. Narcisse avait perforé mon cœur en hurlant des mots que je savais juste. Sans m’en rendre compte, j’avais laissé glisser sur mes épaules deux nattes. Deux uniques nattes. Mes cheveux…
Tue- le.
… Alors que je venais de passer une nuit pire qu’intense ? Alors que loin de notre sexuelle romance, j’avais découvert chez Sai une personne bouleversante. Le retournement de situation se fit sur le fil du rasoir : Sai essuya le sang. Bien.
Il bondit sur Narcisse. La panique s’envahit de mon cœur. Non Sai ! Narcisse était intelligent. Trop ! Il savait exactement ce à quoi disposaient ses actions, et toutes. La poigne de fer du vampyr souleva l’androgyne au dessus du sol. Mon corps fébrile chassa avec violence tout maux. Narcisse ! Sai ! La dernière, toute dernière phrase scella mon obligation. Lui donner une seule bonne raison ? Narcisse eut un sourire ironique, malgré son asphyxie.
La bonne raison, c’était moi.
Je bondis sur Sai, de tout le poids de mon corps, de toute la violence de mon cœur. Les doigts de Sai lâchèrent, je les sentis, la gorge de Narcisse. Ils retombèrent chacun de leurs côtés. Narcisse, comme un chat ; se rétablit avec ses mains et ses genoux au sol, plus souple et sauvage que jamais, tandis que je retombais contre le mur. Je tournais mon visage vers Sai. Sai.
- … je t’ai touché…
Mes yeux étaient accrochés à la clavicule sensuelle, clavicule que je voulais embrasser, caresser. Clavicule, que de par mes nattes mortelles, je venais de lacérer.
- Sai… écartes toi de mes cheveux… Narcisse ! Bordel !
Le fou explosait de rire.


Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Lun 3 Oct 2011 - 20:16

Ce Narcisse, petite fleur couverte d'épine. Tu ne perds rien pour attendre. Sai était un guerrier, un guerrier qui avait prit une cuite certes mais un guerrier quand même et il n'acceptait tout simplement pas que ce petit rien du dout le menace et manque de la transformer en... en monstre. Sai avait tuer tant de BSH par le passé, ce n'était pas pour le devenir dans l'avenir. Le jeune vampyr serra la fine gorge du jeune homme un peu plus, cherchant dans sa colère à obliger Narcisse dans un dernier soupire à s'excuse. Ce que ça lui apporterait ? Rien du tout mais ça faisait plaisir. Soudain, des bras, de la chaleur et une vive douleur. L'albinos dessera sa poigne et laissa glisser ses mains le long de son corps, grimaçant sous la douleur. Comment Narcisse avait-il pu faire ? A l'odeur, il ne possèdait pas l'ombre d'un souffle magie. Alors comment ?

- Slurk... jura Sai en s'éloignant.

Et Narcisse, dans sa folie se mit à rire tandis que le sang sombre de l'albinos glissait sur sa peau d'albatre. Le réveil était dur. La réalité était dur. Sai n'était qu'un vampyr, pas un vampire. Il était terriblement mortel, terriblement faible dans sa solitude et un ennemi inconnu l'avait blesser. Inconnu ? Un bruit de chute. Will ? Sai se laissa tomber auprès du jeune homme, ignorant sa remarque. Will était blessé, il se devait de le soigner. Le loup devait soigner le lion. Peu importe que son sang lui donne envie, peu importe que tout chez lui n'était que luxure. Peu importe.

- Laisse toi faire Will. Fit-il en ignorant le rire de dément de la panthère.

Will.
Il glissa sa main sur son front, grimaçant de douleur en sentant la large plaie dans son dos. Il profita du contacte bien sûr même si il tentait de ne pas le montrer. La situation était urgente. Will souffrait, Will saignait. *Laisse moi te venir en aide comme toi tu l'as fais la nuit durant. La magie dorée du jeune chef caressa la blessure, la cicatrisant rapidement. Sai se tourna ensuite vers Narcisse, un éclair rouge brillait dans ses prunelles de neige. Pourquoi ? Qui était-il bon sang pour Will pour se montrer si... si ... Le feu ocre ne quittait pas les mains du vampyr, menacant silencieusement l'androgyne.

- Narcisse. Grogna Sai.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Karl Heisenberg


avatar

Age du personnage : Vous ne voulez pas savoir.

Familier : Un requin nommé Skrillex
Couleur de magie : Rose
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen
  • Très élevé


Métier : Huhu.
Résidence : Dans vos bras.
Dans le sac : Un PC portable

Affinités : Toi ? Moi ? Un mur ?

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Mar 4 Oct 2011 - 1:53

Pendant une seconde, je faillis m'arrêter. Pourquoi? Moi, qui comme Will, était du type dominant, du style leader, je faillis succomber au contact de la peau glacée du vampyr sous mes doigts. J'eus un quatorzième de seconde de doute. Presque imperceptible, tandis qu'avec une cruaté presque puérile, j'étalais le sang vivement. Mais je ne succombais pas, puisque je savais ce que j'avais à faire: le mal entre eux. Je refusais qu'un quelconque lien puisse se former, il me semblait totalement irraisonné que Will aille voler ma confiance dans les ailes d'un autre. Ne l'avait il donc pas compris, que nous étions à l'un autre, de manière semblable à des jumeaux? ne le comprenait il pas? comment lui expliquer? ma colère s'en chargeait en ce moment même, dévidant sur leur idylle une fureur tueuse. Chaque partie de mon plan instinctif, prenait place dans mon cerveau comme un échiquier. Je bondis hors du lit. Trop lentement. Voulu bondir hors du lit. Je n'en eu pas le temps. Sai m'attrapa. Sans chercher à me débattre, je me livrais à sa colère justifiée, abandonnant le poids de mon corps entre ses griffes.
J'avais gagné.
Haineux, nos regards respectifs se croisèrent, le sien éteint, le mien brillant d'analyse scrutatrice. Il marmonna une phrase qui me fit rire, mentalement, car la violente, très violente pression de ses jointures contre ma chair, comprimant ma trachée m'empêcher de soumettre la moindre réponse. Une seule raison à ce que tu ne me tues pas? hin hin hin.... Derrière toi, chéri.
Sans même tourner les yeux, je sentis le corps de Will se tendre, comme la corde d'un arc. Il bondit sur son vampyr avec l'énergie du désespoir. Pauvre choux... Les doigts libérèrent ma gorge, et retombant sur le sol, j'ahnihilais une profonde bouffée d'oxygène. Mes yeux se posèrent sur Will, qui se rétablissait lentement, sa tempe encore bien amochée. J'avais remporté cette mince bataille, et fait échec au roi en utilisant sa propre pièce. Rires. Que pouvait me faire Sai, désormais? il savait, du moins je l'espérais pour lui' que j'étais intouchable, puisque protégé par Will, en toutes circonstances. Mes lèvres se tordirent sur un rire que je ne maitrisais pas longtemps, et qui explosa hors de lèvres, libérateur, joyeux, fou. Je vis Sai, comme un jeune loup, s'approcher du lion. Haha! Quel geste chevaleresque! Lui même était blessé, et en contact du sang, et pourtant il trouvait la force morale pour ne pas planter ses jolis petits crocs dans la chair de mon protégé. Amusant...
Je regardais chacun de ses mouvements, tendres. Trop à mon gout. Le silence était revenu dans la chambre, et je les fixais, sans un mot, enfermés qu'ils étaient dans leur cocon de concubinage. Frustration et observation, Narcisse. Calme. Toujours rester calme, c'était perdu d'avance.
Me levant sans un bruit, tandis que Sai appliquait toujours un Reparus à Will, je vins m'agenouiller près d'eux. Ma main glissa sur les muscles dorsaux de Will, et je tournais mon visage vers Sai, ce dernier marmonnant mon prénom de manière absolument craquante. Ouuuh, serait il en colère, le petit loup? rejetant mes cheveux en arrière, je posais tout mon regard noisette sur lui, étudiant la perfection de ses traits séducteurs. Putain, la bombe. Ma main, lascive, sur le dos de Will, reprit de douces arabesques. Sans un mot, sans un bruit, j'entrouvris mes lèvres et léchait avec douceur les lèvres encore légèrement trempées de sang de Sai. Demi baiser non réciproque, je pris une délicatesse effroyable, ma main sur le pdos de Will se faisant terriblement séductrice. M langue effleura une seconde, a peine, celle de Sai, et je me relevais, pour les contourner, me plaçant devant Will.
- Chaton... Que veux tu faire?


HS: je mettrais au propre avec un ordi potable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Mar 4 Oct 2011 - 18:40

Oh oui, Sai l'avait très bien compris. Il n'était pas stupide. Will l'avait empêcher de faire de cette petite fleur un minusculte as de cendre. Le pourquoi était un mystère mais le jeune albinos se plia à sa volonté. A contre coeur. Qui était cette véritable ordure ? un simple ami ou un autre amant du trop attirant lionceau ? Cette fois-ci, cela lui emportait mais respecteux du roi de la savane il ne lui dit rien. Mais qu'est-ce qu'il en avait envie... Sai avait toujours cette étrange complexe du héros. Souvant un peu tous les gens plus ou moin proche de lui. Etait-ce parce qu'il avait été formé pour être soldat -même si son but principale était de détruire des vie plutôt que dans sauver- ou simplement parce que cela était sa nature ? Désirant des sortes dettes envers les personnes qu'il protegeait pour gagner leur confiance. "Je suis une personne car j'ai cette relation " avait dit une terrienne et bien Sai pensait la même chose. Et il avait cruellement besoin d'une relation avec le Camouflé.

Narcisse aimait jouait comme tout les félins. Considerant sans doute le jeune vampyr comme une vulgaire pelote de laine que l'on pouvait griffer et mordre autant de fois que l'on voulait sans aucune riposte. Sai ne ripostait pas en effet malgré que l'envie de mordre ses lèvres brûlantes dans un sorte de baiser sanglant. En colère ? Noooon tu crois ? Sai était terriblement prévisible. Le masque de glace sur son visage fondait si vite. La langue traitresse vient caresser soudain la sienne durant une petite seconde faisant se reculer brusquement notre statue de marbre et éteignant sa magie en même temps sous la surprise. Hein ? Hum... pardon... comment ? Qu'est-ce qu'il fichait cet abruti ! Sai fronça ses longs sourcils argenté reprenant une expression froide mais personne n'était dupe.

Ce qu'il voulait faire ? Biiip~ Mauvaise question. La vrai question était plutôt ce qu'il n'allait pas faire et ce qu'il n'allait pas faire c'est lui exploser la figure sur le sol. Non, il ne lui arracherait pas la langue. Non, il ne lui crèverait pas les yeux. Non, il... Enfin, il n'allait pas faire grand chose quoi. P'tin Will ! Qui est ce type dans ta vie ! Pourquoi protegerait un être comme lui. Il ne le méritait pas. Il ne te méritait pas ! *Mais à quoi je pense moi ?*

- Peu importe.

Sai se redressa doucement, se fichant du sang qui colorait sa peau dans un rouge sombre. Il attrapa sans un mot le sous vêtement qu'il sentait sous ses pieds nu. Dos aux deux sosie, sa clavicule ensanglanté face à leur yeux noisettes, il l'enfila sans plus de manière. Arrêter de baver, je ne donnerais pas de détail x) Sai était tenter de fuir. Fuir comme il l'avait toujours fais dans les situations où la force n'était pas toujours la solution. Will et Narcisse devait le pensé sans doute, pensé qu'il allait partir comme tant d'amant avant lui mais non. Du tout même. Il s'assit sur le matelat du lit, fixant le néant comme à son habitude. Et cet abruti qui était beaucoup trop proche physiquement de son W... hum... de Will quoi. Sai eut une légère grimace. Silencieux comme un ombre. Ironique n'est-ce pas ?

- Hn.

Et sur ce son particulièrement descriptif, il essuya une nouvelle fois sa bouche, chassant les derniers restes rougeâtre et l'odeur particulièrement suave de Narcisse. Narcisse qui devait sans doute le reluquer. A moins que ce ne soit Will. Deux beaux jeunes hommes rien que pour notre albinos, un sexy et l'autre... sexy aussi certes mais surtout complètement taré. La chance !


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Will Torance


avatar

Age du personnage : 25 ans

Familier : Mort. C'est un souvenir douloureux, il serait adorable de ne pas en parler.
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Lieutenant des Camouflés.
Dans le sac : L'univers, en petit format.

Affinités :


MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   Mer 5 Oct 2011 - 0:31

Depuis combien de temps connaissais-je Narcisse, désormais? Un an? Seulement un an? Cela me semblait si peu... or, en regardant en arrière, jour après jour, constamment il avait été là, avec moi, pour moi, contre moi, en dépit de moi, malgré moi. Constamment il avait été mon ombre comme ma lumière. Constamment il avait joué ce rôle de Familier, de daemon humain. Une route, un choix à suivre que j'avais accepté pleinement, et que rien ne saurait me faire bifurquer. Car de tout mon coeur, de toute mon âme, il était à moi.
Dans la haine.

Il m'avait suffit d'une nuit, d'une lettre pour que j'envoie valser en l'air cette terriblement fragile barrière de mon esprit. Une barrière de dentelle qui avait pris feu quand Séné m'avait tendu, gravement, la veille, une lettre de la main du seul être que je respectais profondément. Réctification. Que j'avais respecté profondément. Qu'en était il aujourd'hui? Etais-je toujours aussi sincère? Je n'avais même pas à me poser la question... Narcisse lui même était la réponse à ma question. Une question au gout désagréable de sable et de sel sur mes lèvres. Je détestais cette odeur, ce gout, parce que je savais depuis deux ans que c'était la mienne. Que c'était mon essence, mon arôme, et que je ne pouvais fuir les lions. Teufel m'avait rattrapé, et aujourd'hui, c'était au tour de Grew. Et si je le refusais? Si je refusais pleinement que mon passé tortueux ne m'éclate en pleine face? Merde, quoi! J'avais déjà été enchaîné pied et poing lié, par une fleur sombre. Le détestais-je? En cet instant précis? Oui. Oui, je le haissais, comme jamais, je le haissais au point d'accepter songer à des idées les plus meurtrières les unes que les autres à son égard; accepter de voir mon esprit renverser des centaines de scénaris sur ses morts les plus atroces dont je retirerais obligatoirement du plaisir. Pire que plaisir... Je jouirais, là maintenant, si seulement Narcisse pouvait crever de la manière la plus inimaginable qui soit.

Narcisse bougea. Sa main sur mon dos. Je me cambrais. Ses lèvres sur celles de Sai. Je fermais les yeux, pour tuer ma colère.


FB.
1 ans plus tôt.
Accident d'avion; rencontre Narcisse/Will.


Le ciel était orageux, strié de zébrures parant les cumulonimbus d'éclat nacrés. Mes yeux, protégés par le bras que j'avais levé à la hauteur de mon visage, scrutaient l'incommensurable surface anthracite de ce ciel sans jour. Astre? Nuit? Jour? Etoiles? J'avais perdu mes repères, et mon jeune Familier, à mes côtés, était aussi déstabilisé que moi. Comment espérerions-nous devenir Camouflés si incapable de se déplacer dans Autremonde sous un orage véloce? Je retins un soupir, et secouant mes dreads blondes sur mes épaules,- ces dernières imbibées d'eau de pluie propulsèrent sur ma machoire des gouttes-, je baissais mon bras, étendant les muscles de mon cou douloureux, rendu raide par mon manque de mouvement des dernières heures. Derrière nous s'étalait une énorme forêt de sapin, dont s'exaltait, sous l'humidité violente de l'intempérie, une odeur forte et épicée. Je plissais mon nez, rendu sensible par ces délicatesses, concentrant pleinement mon attention sur ce qui se déroulait devant moi. J'avais suivi à la trace le gibier ordonné par mon chef de section, et pourtant je me retrouvais bien incapable de dire où, comment, pourquoi je devais agir, maintenant. Pourquoi? Excellente question. C'était comme si... je marchais, quelques secondes plus tôt, et soudain, pendant une seconde, mon cerveau avait lâché. En reprenant mes esprits, sans même me rendre vraiment compte du bref laps de temps de mon "absence", je me rendais finalement compte que je ne savais ni où aller, ni comment agir. Maudissant les dieux, je cherchais à me faire une propre étude cérébrale, activant un à un tout les récepteurs neuronaux dont je savais maitriser les passages électriques. Occipital, Thalamus, hippothalamus, cervelet, bulbe rachidien... jouant avec mon propre cerveau, je gardais ainsi le regard porté sur le ciel depuis une bonne dizaine de minute, quand un détail insolite m'arracha à ma contemplation interne.
Un trait noir, fumant, traversait le ciel dans toute sa longueur.
J'identifiais aussitôt un objet volant venant de la Terre. Un avion. L'alphabet latin me laissant pantois, je ne pus songer à déchiffrer sa marque de fabrique, histoire d'avoir le plus d'informations possible. Tout ce que je vis, ce fut cette vérité inaltérable; la chute d'altitude progressive de l'avion. Presque comme une résonnance au bond de mon corps dans ma poitrine, je m'élançais, quittant les ombres des arbres pour dévaler sans m'arrêter la plaine sauvage, cherchant dans un espoir insensé à arriver le plite possible sur le lieu irrémédiable de l'impact. Tout mon corps lancé au galop, chaque cellule, chaque neurore, tout, mélangé dans un diffusant alliage d'hormones: andromorphines et d'adrénaline arrachant à la fois vibrations de plaisir à courir et une lucidité parfaite. Une lucidité tellement parfaite que les yeux rivés sur la chute de l'avion, je vis le crash se réaliser devant moi. M'arrêtant brutalement, je comptais les secondes. Il en fallut cinq, pour que du ciel l'avion passe à la terre. Il y eut d'abord un énorme "boung" dans le sol, qui fit vibrer la terre jusqu'en dessous mes pieds. Puis, sans que je ne puisse ciller, une gigantesque déflagration de l'air, qui frappa l'air comme on soufflerait les feuilles mortes. Ejecté contre le sol, je restais face contre terre, longtemps, suffisament pour ne pas avoir à admirer la combustion de l'appareil. Je sentis la chaleur contre ma peau, mais le visage impassible, du haut de mes quinze ans, je restais totalement froid devant ce carnage aux allures de brasier. Ignorant les cris, les hurlement aux lointains, résonnant d'entre les morceaux d'avion, je sortais de ma poche une boule de cristal, et marchant simplement vers le lieu du crash, je contactais les secours.

Ils mouraient, ou bien ils mourraient. Plongé dans l'enfer des flammes, mes mains diffusant mon sortilège personnel de protection, les yeux plissés à la recherche d'un espoir, je me glissais comme une ombre morbide entre les cadavres "vivants"; ces corps encore en vie, qui gesticulaient, tandis que les flammes leur arrachaient leurs dernier souffle. Braise, fumée, poussière, tout se mélangeait dans le noir et le jaune. Plaqué contre terre, je me mis à ramper, à la recherche de survivant capable de tenir le coup. Des enfants, deux au total tendirent leurs mains vers moi, mais sous leur visage carbonisé, comme des corn flakes dessechés, je vis la mort les arracher de leur siège, avant même que je n'ai pu les toucher. Je me retenais de vomir. Quinze minutes? Seize minutes? Dix sept? Les corps pendaient, brûlaient, la mort puait. Je voulus ressortir. Mon Teufel était resté à l'extérieur, attendant les secours qui n'arrivaient pas. Je reculais. Jambe droite superfeciellement brûlée, troisième côte flottante déplacée.
La sortie était là, libératrice, comme une bulle bleue dans ce contraste monstrueux de cendre et de flamme. Je voulus sortir. Une main m'en empêcha. Une main superbe, tellement magnifique... ce fut la première chose que je pu penser, après avoir vu pendant un quart d'heure de la peau marron se disloquer sur elle même, se retourner, s'assécher de son eau vitale. Oui, une main magnifique... je relevais mes yeux, découvrant un jeune homme. Cheveux longs, je sus qu'il était masculin.. à son odeur. Pendant une seconde, nos regards restèrent figés l'un à l'autre, sans qu'il existe de connexion entre nos yeux. Puis il fit quelque chose. Il bougea. Je réagis. Notant immédiatement qu'il était bloqué sous son siège. Et qu'il saignait au niveau du bassin. M'emparant du siège, je le soulevais. Cherchais à le soulever. Totalement impossible. Redoublant d'effort, je m'évertuais à dégager ce foutu siège une bonne minute, avant de ne m'avouer vaincu. Le jeune homme était extrêmement calme. Un léger filet de sang s'écoulait d'entre ses lèvres, mais son regard était si fier, si intense que j'aurais pu penser une seconde, que s'il n'y avait pas eu le feu autour de nous, le sang sur ses habits et le danger, j'aurais pu croire que ce jeune homme était en train de communiquer avec un dieu.
Cessant court à mes tribulations, je m'attaquais, sortant ma dague, au siège, cherchant à le réduire en lambeaux, pour le dégager. Sans interrompre mon travail, je questionnais le jeune homme. Quel avait il? Dix neuf. Comment s'appelait il? Narcisse. Narcisse Théophileus. Aimé des Dieux. Petite fleur arrogante aimée des Dieux. Je le sentis s'évanouir dans mes bras, tandis que je dégageais son corps des débris. La dernière chose qu'il me dit, juste avant que ses yeux ne se ferment, sur leurs prunelles si étrangement semblabes aux miennes, me laissa glacé.
- Je ne suis plus un homme, bébé.


La tension dans la chambre était tangible. Mon regard passa sur Sai. Je souris. Pourquoi l'aimais-je plus que les autres, ce petit loup? Hin hin... Mes doigts caressèrent sa peau perlée. Parce qu'il était mon exact contraire. Moi qui était le lion des savanes, enfant du sable et du feu, lui était le loup, porteur de la neige et du froid. Peut être avais-je besoin de cette fraicheur? Pour assouvir mes désirs inavoués d'éteindre, ne serait-ce que pour quelques secondes, la flamme de ma poitrine.

Me relevant brusquement, je m'écartais du lit, me dirigeant vers un mur. Là, je décrochais le combiné d'un service, et sans un mot d'explication pour les deux autres, commandais deux pizzas terriennes, un énorme poulet, des boissons et énormément de sucreries.
Payable sur frais, bien sûr.

Les sucreries étalées sur mon lit, je baignais dans le sucre. Littéralement. Léchant mes doigts rendus graisseux à cause du poulet, je mordais avidement dans la chair froide. Je riais sur une blague stupide de Narcisse qui avait, au contact de la nourriture, retrouvé un comportement très doux et appréçiable. Hilare, je manquais une seconde de m'étouffer avec la viande blanche, et le souffle court, j'en profitais pour observer mes deux compagnons de nuit. Sai, Narcisse. S'affrontaient ils du regard? Je les voyais parler ensemble depuis une heure et demie, rire, échanger des gestes calmes. Ce fut moi qui, m'emparant d'un oreiller, brisa une espèce de malaise invisible. Bondissant le plus haut en... diagonale possible, je me jetais, usant des ressors de mon lit, sur Sai. Mon oreiller s'applatit dans sa tronche, et très déséquilibré, je tombais pile sur NArcisse qui roula sous mon poids. Bien. La partie d'oreiller pouvait commencer. Et surtout n'oublions pas les pizzas.




Silence, je passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.   

Revenir en haut Aller en bas
 
"xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "xXx" Danse avec moi, ondule, ondule dans mes bras, pour ensuite servir d'écrin à mon dernier soupir. Je veux que tu sois l'étalon qui m'y plongeras.
» J’aurai voulu te garder dans mes bras pour toujours mais l’éternité m’aurait paru trop courte. ? Caëlyn
» Danse avec les stars
» Danse avec Lilou (pv)
» Danse avec moi [ pv asamis]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'Impératrice-
Sauter vers: