AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: KrasalviePartagez | 
 

 Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mer 19 Oct 2011 - 12:48

Cara trébucha sur le sol irrégulier et poussa un juron original qui fit sourciller son Familier. La jeune fille n’avait pas son pareil pour dénicher des insultes et autres noms extravagants qui n’existaient nulle part ailleurs que dans son esprit tordu. Fort heureusement d’ailleurs. Mais la plupart du temps, cela exprimait à la perfection son ressenti immédiat. Ressenti qui était pour l’instant de l’ordre de « Et slurk à la fin, ils pouvaient pas prendre la peine d’entretenir leur route et leur trottoirs, ces buveurs de sang ? ».

L’autre possibilité étant, bien sûr, qu’elle marche en évitant de trop traîner les pieds, et qu’elle REGARDE où elle allait plutôt que de lever le nez constamment pour observer les alentours avec une curiosité maladive. Elle ne pouvait pas s’en empêcher. C’était la première fois qu’elle mettait les pieds en Krasalvie. Qui plus est, dans la capitale. Cara n’était pas impressionnée dans le vrai sens du terme. Elle était plutôt… fascinée. Amusée. Curieuse des us et coutumes des habitants. Mais pas spécialement inquiète, ni prudente. Sa mère lui avait pourtant dit de faire attention à ce qu’elle allait dire et faire, car les vampyrs n’étaient pas connus pour leur infini sens de l’humour. Mais Cara semblait imperméable à ce genre de revendications. Elle s’était donc contentée d’hocher très sagement la tête en adoptant la méthode bien connue du regard du chat potté de Shrek, offrant à sa mère un visage aux grand yeux innocents.

Si sa mère n’était pas dupe, elle avait cependant cédé à ses suppliques et avait accepté (non sans une certaine appréhension) que son imprévisible fille fasse un voyage « pédagogique » (comme Cara aimait à le rappeler) au pays des vampyrs. Kahlan Davis ayant des contacts un peu partout en tant que Camouflée aux ordres d’Omois, elle avait demandé à l’un d’entre eux de bien vouloir loger sa fille et la meilleure amie de cette dernière, pour quelques jours d’explorations chez les buveurs de sang. Explorations sages et pacifiques, cela va sans dire.

Cara avait juré sur la vie de Tibulle (qui en avait frémit de toutes ses petits écailles) qu’elle ne ferait pas sciemment une bêtise. Le problème c’est qu’elle ne les faisait JAMAIS sciemment, ses gaffes. Toujours était-il qu’elles étaient là, Penny et elle, accompagnées de leurs Familiers, déambulant au milieu des rues –quelque peu sinistres, il fallait bien l’avouer- d’Urla, la capitale de la Krasalvie. Plus que l’habitation et l’architecture, c’était les habitants que Cara dévisageait sans vergogne.

Elle les trouvait plutôt drôles, avec leur teint si pâle, le geste vifs, leur démarche aérienne et leur attitude de… de prédateurs, oui, il n’y avait pas d’autres mots. Cara aurait bien aimé voir un vampyr chasser, mais elle n’allait quand même pas tapoter l’épaule du premier passant venu pour lui demander de lui faire une démonstration. Quoique… c’était une idée à prendre en considération.

Tibulle poussa un soupir mental et lui communiqua sa désapprobation. Les vampyrs avait beau ne pas vraiment se nourrir de poisson, il se sentait très mal à l’aise, et n’hésita pas à le montrer. Sans compter qu’il évitait adroitement de voler trop près de la jolie petite peluche rose qui accompagnait Penelope, de peur de se faire gober tout cru sans avoir le temps de comprendre ce qui lui arrivait.

Cara bouscula un passant pour la troisième fois consécutive et s’excuse rapidement en activant le pas. Pour peu qu’elle tombe sur un vampyr qui s’était levé du pied gauche… la chanson ne serait certainement pas la même ! Bizarrement, cela ne l’inquiétait pas des masses. Elle se retourna pour adresser un clin d’œil complice à Penny, et recueillir ses impressions :


- Alors, qu’est-ce que t’en penses ? Ca vaut pas le Lancovit, bien entendu, mais ils ont l’air mordants, ces gens !

Très satisfaite de son jeu de mot, Cara eut un sourire malicieux qui creusa de petites fossettes sur ses joues et la rajeunit un peu plus. Bien entendu, elle n’avait pas pris la peine de s’exprimer discrètement, de sorte qu’une partie de la rue était témoin malgré elle de la discussion.

- Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir me transformer en loup à volonté… Ca doit être tellement pratique. Par contre, en chauve-souris, non merci… C’est hideux et ça pue.

On se demandait d’où elle pouvait bien tirer cette seconde information. Depuis quand elle côtoyait des chauve-souris, déjà ? Cara fit un geste pour balayer sa propre réflexion, et Tibulle (dont les réflexes s’étaient nettement améliorés à force de vivre avec la jeune catastrophe ambulante) évita de justesse sa main qui l’aurait envoyé virevolté en travers de la rue.

Cara accéléra le pas, décidant subitement de partir en quête d’une boutique intéressante ou d’un marché pittoresque du coin qui pourrait leur proposer d’acquérir des objets inédits qu’elles ne trouveraient jamais au Lancovit. Distraitement, elle agita la petite bourse en cuir qu’elle venait d’extirper de sa poche, et la lança dans les airs pour la rattraper… de justesse.


- Allez, viens, j’ai bien envie de dépenser un peu les crédits-mut de Maman…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mer 19 Oct 2011 - 15:49

Penny regarda autour d’elle les yeux écarquillés, elle n’avait jamais mis les pieds en Krasalvie avant aujourd’hui. Elle était émerveillée par ce qu’elle voyait, bien que le paysage ne soit pas extraordinaire. Elle A-DO-RAIT les vampyrs, qu’est-ce qu’elle aurait aimé se faire enlever par un séduisant buveur de sang comme dans les films terriens !

Quand Cara avait gentiment proposé ce voyage à Urla, Penny avait accepté avant de sauter de joie. Elle n’en revenait pas, depuis leur excursion à Krankar, Cara et elle n’avait pas trouvé le temps de visiter d’autres pays, ce qui l’avait beaucoup déçue. La jeune sortcelière adorait voyager et découvrir de nouveau pays, surtout en compagnie de sa meilleure amie, Cara avait le don de rendre toutes les choses plus intéressantes et plus comiques. Ce séjour chez les vampyrs promettait de ne pas être de tout repos. A cette pensée Penelope sourit et lança un regard en biais à son amie qui regardait les alentours avec la même curiosité qu’elle. Celle-ci se retourna et lui demanda ce qu’elle en pensait, Penny ne put retenir un éclat de rire suite au jeu de mot de Cara.


- C’est génial ! C’est encore mieux que dans les séries terriennes !

La jeune sortcelière ne put s’empêcher d’apprécier la désinvolture de Cara, même dans une rue pleine de vampyrs susceptibles de lui arracher la gorge au moindre faux pas, elle trouvait le moyen de faire de l’humour. C’était ce que Penny avait toujours adoré chez elle depuis qu’elle la connaissait. Pourtant elle demanda inquiète :

- D’accord ! Mais j’ai peur de ce qu’on va trouver dans les boutiques ! Tu crois qu’on aurait du prendre de la verveine ou de l’ail pour se défendre en cas de rencontre avec un BSH ?

Elle frissonna, pas rassurée pour un sou. Elle suivit Cara dans une boutique à l’air sombre (en même temps, à quoi s’attendait-elle dans un pays de vampyrs ?). Elles étaient rentrées dans ce qui ressemblait à une librairie, chouette, elle adorait les livres ! Penny s’approcha d’un présentoir et lu quelques titres « La chasse pour les nuls » ; « Comment égorger proprement sa victime » ou alors « Comment maîtriser son charisme en 10 leçons ». La jeune humaine pouffa, c’était tellement cliché !

- Regarde moi ça, c’est ridicule !

Elle prit le livre sur la chasse dans ses mains et s’approcha de Cara pour lui montrer :

- Qu’est-ce que t’en penses ? J’ai bien envie de l’acheter, dit-elle retenant un rire moqueur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mer 19 Oct 2011 - 22:55

Cara laissa échapper un rire franc qui résonna comme un sacrilège dans les rues sombres de la capitale de la Krasalvie. Deux ou trois passants tournèrent leurs yeux rouges et flamboyants dans sa direction, la dévisageant comme s’il lui était poussé une seconde tête et une troisième jambe. La jeune fille jeta un regard furibond à l’un d’entre eux, qui persistait à la suivre des yeux. Ben quoi ? Il ne savait pas ce que c’était de rire ou quoi ? On aurait dit que le son en lui-même l’avait rendu profondément perplexe, comme s’il essayait d’en comprendre le sens.

L’Apprentie Voleuse ne s’en soucia pas le moins du monde et sourit de toutes ses dents, qui elles, ne ressemblaient pas à des canines aiguisées et flippantes. Les séries terriennes… Cara eut une petite moue malicieuse. Elle savait très précisément à quoi pensait Penny, mais n’ajouta rien. Du moins, pas tout suite. Elles avaient beau être incroyablement différentes, elles étaient presque toujours sur la même longueur d’onde. Un peu comme… comme un Familier et son maître. Tiens, elle n’avait jamais vu les choses sous cet angle. Le Familier, c’était elle ou Penny ?

Gardant cette question hautement philosophique pour plus tard, Cara se concentra sur les paroles de la douce Penelope, qui semblait un peu plus inquiète et qui évoqua les BSH en frissonnant. La sortcelière haussa un sourcil perplexe. Tiens, oui, elle n’avait pas pensé à ça. C’est vrai que ça serait vaguement dommage de finir en sandwich pour vampyr buveur de sang humain. Pour le coup, ça serait vraiment pas de veine… Aha aha, elle se trouvait absolument hilarante. Tibulle lui transmis un rire mental. Celle-là, il l’avait vraiment trouvée drôle, pour une fois.

Sans rassurer, ni inquiéter davantage sa meilleure amie sur la question des BSH, elle la suivit sans hésitation dans une petit boutique d’aspect très peu engageant. L’odeur ne l’était pas davantage : un mélange de moisissure et de… de sang séché ? Mmmmm, bon appétit !

Dans son élan, elle buta sur la première marche du perron et reprit son équilibre de justesse. Son arrivée bruyante fit relever la tête à la vampyr aux cheveux d’un noir de jais qui rangeait soigneusement de vieux livres dans le fond de la boutique. Cara se racla la gorge en guise d’excuse, puis s’approcha de la trouvaille que lui tendait Penny avec un air goguenard. Malgré le regard courroucé que fixait sur elle l’habitante des lieux, la future Voleuse eut un immense sourire moqueur, qui sembla s’étirer jusqu’à ses oreilles.

Elle répliqua aussitôt d’une voix rieuse :


- Pourquoi ? Tu comptes chasser quoi au juste ? Les bizzz et les krékrékré ?

Taquine, elle lui lança un petit coup de coude dans les côtés et saisit malgré tout l’ouvrage, curieuse de voir s’il contenait, par exemple, des illustrations et des schémas. C’était le cas.

Yerk.

Très réalistes, les dessins. Cara sembla plus fascinée que dégoûtée, et elle le feuilleta un peu, avant de le refermer d’un coup sec, traversée par une nouvelle pensée.


- Ah tiens, au passage… Il faut vraiment, mais VRAIMENT qu’on arrête de trop regarder ces séries terriennes. D’abord, c’est truffé d’erreurs stupides, et ensuite… ça commence à sérieusement t’atteindre.

Si le ton était faussement sérieux, le regard brillant de la jeune fille le démentait tout bonnement.

- Parce que je te rappelle qu’on ne peut pas réellement rendre malade un vrai vampyr avec de l’ail ou de la verveine. Sauf si le vampyr en question a une très forte allergie, tu me diras… Tout comme ils n’ont pas besoin de se protéger du soleil avec du lapis-lazuli, hein !

La vampyr s’approcha distraitement d’elles, une ride perplexe barrant son front. La conversation des deux jeunes filles devait la plonger dans la plus grande confusion. De la verveine, du lapis-lazuli ? Elles étaient sous l’influence d’une drogue, ces deux-là, ou quoi ? Cara eut une petite moue déçue et ajouta :

- C’est bien dommage, ceci dit… j’aurais adoré croisé Damon Salvatore dans les rues d’Urla…

Un instant, le regard de Cara se perdit dans le vide, comme attiré par une pensée que venaient de lui évoquer ses propres mots. Quoique… en cherchant bien, peut-être qu’elles arriveraient à dénicher un vampyr de la trempe de ce personnage de série terrien qui les faisaient tout bonnement hurler d’hystérie chaque fois qu’il apparaissait sur l’écran de leur télécristal. Les terriens étaient si amusants, avec leur vision faussée de la magie d’AutreMonde. Elle les adorait. Surtout ceux qui se baladait en veste en cuir avec un regard à la « je suis le bad boy ayez peur de moi » comme le fameux Damon mentionné ci-dessus. Comprenne qui pourra.

Enfin bref… Tibulle, lassé de voir sa compagne d’âme arborer l’air le plus fondamentalement béat et stupide au monde lui donna « involontairement » un petit coup d’ail en passant proche de son visage, et Cara cligna des yeux.


- Bref, qu’est-ce que je disais, déjà ? Ah oui, la chasse…

Elle eut une petite moue désabusée.

- Mmmm, non. C’est pas trop mon truc… mais on va bien trouver un truc intéressant, dans tout ce bo…

Elle s’interrompit devant le regard glacial de la vampyr, qui pinça les lèvres (il valait mieux ça que de la voir les retrousser en dévoilant ses canines, ceci étant dit…). Soudainement traversé d’une idée (ce qui était en général très mauvais signe), Cara s’approcha de Penny et se pencha discrètement… enfin, le plus discrètement dont elle était capable, pour lui murmurer d’un ton de conspiratrice :

- Bon… faut que je m’exerce. Trouve-moi un truc utile et sympa que je puisse voler au nez et à la barbe de cette si « chaleureuse » dame…

Tibulle secoua légèrement la tête. Très mauvaise idée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Dim 23 Oct 2011 - 13:14

- Arrêter les séries terriennes ? Tu rigoles ou quoi ? Et d'abord ça ne m'atteint pas du touuuut...

Répondit Penny avec toute la mauvaise foi du monde. Bon c'est vrai, elle était légèrement fanatique de ces vampires terriens et surtout l'illustre Damon Salvatore mais elle n'était pas "atteinte" ! Juste un peu... Gencive ricana, un peu ? Ouiiiiiiii, bien sûr !

- Oui mais bon, c'est beau du lapis-lazuli, ça va bien avec leur teint pâle...

D'accord, d'accord c'était nul comme excuse, mais elle n'avait rien d'autre sous la main. Elle continua de fouiller parmis les livres décrépis, débattant mentalement et énergiquement avec Gencive qui insistait sur le fait que les vampyrs terriens étaient inutiles. Le doux nom de Damon la sortie de sa discussion et la fit pousser un petit cri hystérique.

- Quoi ? Damon ? Ou çaaaaaaaaaaaaa ?

Elle répéta la phrase de Cara dans sa tête et en comprit enfin la signification. Ah oui, elle aussi elle aurait aimé le croiser. Un sourire béat s'installa sur son visage. Elle s'imaginait le bousculant malencontreusement dans la rue, puis ils échangerait un regard passioné et ce serais le coup de foudre. Elle le suivrait jusque dans la forêt ou elle accepterait de lui donner son sang. Elle souffrirait mais la douleur ne resterait pas et lentement elle sentirait une douce sensation de chaleur se répandre dans son corps. Puis il l'embrasserait langoureusement et... Gencive soupira, interrompant les pensées de Penelope. " Quoi ? J'ai bien le droit rêver ! " répliqua-t-elle mentalement.

- Hum, ouais t'as raison la chasse, c'est nu... pas appropriée pour les humaines.

Penny arqua un sourcil perplexe à la demande de Cara. Dans quelle bouse de Traduc allait-elle encore les entraîner ? Oulà, ça puait tout ça, ça puait ! La petite blonde soupira et capitula. Elle était toujours prête pour suivre Cara dans ses aventures plus ou moins risquées. Elle fit rapidement le tour de la boutique, évitant le regard sévère de la vendeuse, l'air de rien. Elle s'approcha du comptoir où était disposé plusieurs petits accesoires magiques. Elle revint aux côtés de Cara quelques minutes plus tard et lui chuchota :

- Là-bas près de la caisse. Si tu veux, je m'occupe la vampyr...

Elle s'avança discrètement jusqu'à se retrouver en face du visage pâle et froid de la vendeuse. Elle déglutit péniblement et engagea la conversation du ton le plus dégagé possible.

- Bonjour ! Excusez-moi, je suis touriste ici, et je voulais savoir s'il y avait un moyen de se défendre contre les BSH...

Bon, parler des Buveurs de Sang Humain n'était peut-être pas le meilleur sujet pour discuter avec une vampyr qui avait l'air de vouloir vous arracher la gorge. Mais elle n'avait pas eu le temps de réfléchir à quelque chose de plus construit et en plus, elle se posait vraiment cette question. Penelope n'avait pas envie de se retrouver face à un BSH mais si malheureusement celà arrivait elle voulait pouvoir se défendre.

- Non, il n'y a aucun moyen. Si vous avez la chance, ou plutôt malchance de tomber sur un buveur de sang humain, vous pourrez juste prier pour avoir une mort rapide.

Ah... ça c'était rassurant... Bon d'accord trouver autre chose vite ! Penny jeta un coup d'oeil à Cara pour voir ce qu'elle faisait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mer 26 Oct 2011 - 0:34

Cara jeta un regard en coin à Penny. Mouais… c’est bien ce qu’elle pensait. Regard dans le vague, expression béate à la limite de la stupidité, sourire rêveur et émerveillé, joues roses, propos sans queue ni tête. Pas de doute, tous les symptômes étaient là. La jeune fille jeta rapidement un coup d’œil autour d’elle. Y aurait pas une bassine, dans le coin ? Un récipient, quelque chose ? Ou, au pire, un bavoir. Parce qu’elle était persuadée que Penny allait se mettre à saliver d’un instant à l’autre. Inutile d’être devin pour savoir à quoi elle pensait. Enfin, dans les grandes lignes, disons. Parce qu’après mûre réflexion, Cara n’avait pas vraiment envie de connaître tous les détails des fantasmes qui tourbillonnaient dans l’esprit de Penny.

Meilleure amie, ok, mais quand même… non merci ! L’Apprentie Voleuse/Catastrophe ambulante réprima donc vaillamment un rire moqueur et pinça les lèvres pour retenir une nouvelle taquinerie. Pas grave, elle la gardait bien au chaud pour plus tard, ça pouvait attendre… Son demi-sourire amusé, en revanche, ne la quitta pas. Elle attendit patiemment que Penelope revienne sur terre –ce qui prit un temps considérable- tout en échangeant un regard avec Gencive. Regard qui, ô miracle, n’était pas antipathique, au contraire. Cela ressemblait presque à… de la compassion ? On sentait que Cara voulait faire passer un message au krakdent, quelque chose du genre : « Eh ben mon vieux, je te plains, d’être dans ses pensées 26 heures sur 26… Ca doit pas être facile tous les jours… »

Mais au fond d’elle, bien sûr, l’expression désemparée de la peluche rose lui paraissait absolument hi-la-rante. Sous les regards communément ironiques de Cara et de Gencive, Penny reprit peu à peu une contenance et proposa enfin quelque chose de judicieux, après avoir fait un discret petit tour dans la boutique. En tout cas, son tour avait été plus discret que celui de la Voleuse, qui avait bien failli faire VOLER en travers de la pièce la moitié des bibelots, armes et autres trucs tranchants qui passaient non loin de sa portée. Le tout sous le regard perçant et totalement imperméable de la gérante, raide comme une statue.

Ils pouvaient pas ranger mieux que ça, ces gens ? C’était agaçant à la fin, elle pouvait pas faire un pas sans faire tomber un truc ! Tibulle remarqua platement que ça pourrait aider si elle commençait par REGARDER où elle mettait les pieds (et pas que les pieds, d’ailleurs). Cara l’ignora aussi gracieusement que d’habitude, soulignant le tout d’un vague haussement d’épaule. Bon, revenons-en à Penny, qui était remarquablement conciliante, ELLE, quand il s’agissait de faire des conneries. La caisse, là-bas ? Hum… Cara fronça les sourcils et embrassa la pièce du regard.

Heu… Penny n’avait pas vraiment choisi le plus simple. Merci de sa participation. La jeune sortcelière esquissa une petite moue. Bon, il s’agissait d’être prudente et a-tten-tive. C’était pas gagné. D’un autre côté… Cara sourit, et son cœur accéléra ses battements. Le risque, y a que ça de vrai ! Prise d’une soudaine montée d’adrénaline, elle fureta discrètement jusqu’à la caisse, tandis que Penelope entreprenait une diversion… heu, disons, originale. Cara ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel en entendant la façon dont son amie engageait la conversation.

Bon. Elle se fit une petite note mentale : la prochaine fois, apprendre à Penny la notion de diversion. Et d’improvisation, aussi. Ca, c’était vital. D’ailleurs, quelque chose lui disait qu’il allait bientôt falloir improviser, justement. Pour commencer, accélérer le mouvement. Trouver quelque chose, et le subtiliser au plus vite. Là ! Pour une raison qu’elle ne comprit pas bien, une boîte en bois, toute simple, ornées de quelques runes indéchiffrables, attira son attention. Elle s’en saisit le plus rapidement et le plus silencieusement possible.

Et faillit mourir étranglée dans la seconde qui suivit.

Bien sûr. Tromper un vampyr, aussi doué soit-on en tant que Voleur Patenté, nécessite UN PEU plus de préparation qu’un simple « Tiens, je vais prendre ça, moi ». La vampyr avait agi avec une vitesse étourdissante. Poussant Penny de l’épaule, elle l’avait envoyée voler contre une étagère, puis avait saisi Cara par le cou et enfonçait légèrement ses ongles dans sa peau. La jeune fille émit un « kof kof » plutôt expressif, tout en essayant –juste pour le principe- de desserrer l’étreinte de la vampyr. Cette dernière dévoila ses crocs et… feula.

Pfeu… elle pouvait pas s’exprimer convenablement, comme tout le monde ? Les insulter et les faire fuir, quelque chose dans ce style ? Honnêtement, Cara aurait préféré de loin ce scénario à celui-ci-présent. Soulevée de terre par la force de la vampyr, elle battait bien inutilement des jambes et commençait à prendre une jolie teinte oscillant entre le bleu et le vert. Lui vomir dessus, c’était considéré comme de la légitime défense ou pas ?

Et puis soudain… la cavalerie arriva. Sous la forme d’un blll multicolore à l’air vraiment, mais alors vraiment TRES énervé. D’accord, l’irresponsabilité de sa maîtresse lui donnait parfois une idée de l’infini, mais il n’était pas question que quelqu’un lui fasse du mal. Sur fond de musique héroïque –au moins- Tibulle vrombit jusqu’à la vampyr sans la moindre hésitation, et se mit à lui tourner frénétiquement autour, comme une mouche énorme, colorée et agaçante. Cela eut le mérite de déstabiliser la vampyr, qui relâcha Cara pour tenter de se débarrasser du poisson volant.

La jeune fille profita de la faille pour se dégager, trébucha en reculant, et, sans réfléchir, lança un jet de magie rouge. Il y eut un vague cri de surprise lorsque la lueur atteignit la vampyr en plein visage. Et ses cheveux virèrent immédiatement au bleu électrique. Super. Alors ça c’était du sort de défense de haut compet’. C’est bien connu, quand on est agressé par un vampyr hargneux, y a rien de plus efficace que de lui proposer une nouvelle coloration.

A moins que la vampyr ne soit allergique au bleu, Cara supposa qu’il fallait… courir. Tout de suite, avant qu’elle ne reprenne ses esprits. En un quart de seconde (c’est fou comme l’adrénaline peut faire des miracles !) elle avait subtilisé la boîte, avait fait signe aux deux Familiers de prendre leurs jambes à leurs cous (dans la mesure du possible…), puis avait aidé Penny à se relever, et l’avait entraînée à sa suite.

Elles coururent le long du trottoir pendant cinq à dix minutes, avant que Cara ne réalise qu’elles n’étaient pas suivies. Alors seulement elle stoppa net –Tibulle manqua de lui rentrer dedans sous la surprise- reprit son souffle et commenta en esquissant un sourire :


- Eh ben… c’est pas passé loin !

Avec une petite grimace de douleur, elle se massa le cou. Il y subsistait les quelques marques des griffes de la vampyr. Cela ne sembla pas pour autant entamer sa bonne humeur. Avec entrain, elle ajouta :

- Rappelle-moi de ne plus jamais faire ça !

Puis, se souvenant subitement qu’elle n’était pas la seule à être un peu contusionnée, Cara s’inquiéta de la chute de Penny et demanda :

- Ca va, toi, rien de cassé ?

Tibulle lui transmit son léger traumatisme d’avoir failli être tranché littéralement en deux par les ongles de la vampyr, qui n’étaient vraiment pas passés loin. Cara le remercia mentalement et lui envoya des pensées réconfortantes, dans la mesure du possible. Puis, n’y tenant plus, elle sorti leur butin d’un geste fébrile. Le blll lui précisa que l’intérieur de cette boîte avait intérêt à valoir le coup.

La jeune Voleuse haussa les épaules et ouvrit la boîte.

Elle était vide.

Résolument vide. Désespérément vide.

Cara ouvrit de grands yeux incrédules. Non. Non, non, non, non, noooon… Il n’en était pas question. Elle refusait que la boîte soit vide ! C’était pas censé faire partie du plan, ça. Raaah, il fallait toujours qu’elle se débrouille pour voler un truc inutile. C’était PAS possible. On ne vendait pas une simple boîte, comme ça, au milieu d’accessoires magiques. Elle avait forcément une utilité. Autre que le rangement de bricoles.

Sous le regard noir de Tibulle, la jeune brune entreprit de tâtonner la boîte dans tous les sens, pour en arriver à l’irrémédiable conclusion : c’était une boîte.

… bon. Ben. Ca c’était fait, quoi !


- Truchkelry de truchkerly !

Voilà. C’était un peu tout ce qui lui venait à l’esprit pour l’instant. De dépit, elle balança la boîte un peu plus loin. Toute à sa rage, elle ne vit pas que l’objet en question scintilla l’espace d’une fraction de seconde en ricochant sur le sol.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Edryss Lenor


avatar

Age du personnage : 14 ans

Familier : not yet
Couleur de magie : Bordeaux
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleur Patenté
Résidence : Lancovit
Dans le sac : Un trombone, des billes, deux kidikois, quelques armes courtes, mais tranchantes, sa boule de cristal, un livre... et bien sûr son calepin d'esquisses et son crayon.


MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mer 26 Oct 2011 - 20:09

[ça dérange personne si je tape l'incruste ? ^^']

Une certaine émotion était toujours au rendez-vous lorsqu'il arpentait ces rues. Enfin, pas forcément ces rues, mais le pays des vampyrs en lui-même faisait ressurgir en lui des souvenirs qu'il aurait tant aimé oublier. Ces boulevards sombres, ces murs hauts et ces trottoirs bas le changeaient beaucoup des avenues de Travia. Sans compter la froideur autant physique que morale des habitants... Car oui, même en tant que vampyr, Edryss les avait toujours trouvé un peu coincé. Un peu plus qu'un peu... Bon, d'accord : très coincés. Et les constipations émotionnelles, très peu pour lui !

Le jeune vampyr était là en touriste, un kidikoi dans la bouche, déambulant dans les rues de son pas léger et aérien. Même si Urla n'était pas son terrain de jeu favori, il aimait les boutiques qu'on pouvait trouver. D'ailleurs il avait déjà fait plusieurs achats... plus ou moins dans les règles de l'art (à quoi vous vous attendiez ? c'est un voleur patenté). En tous cas pour quelques uns des objets qu'il avait dans sa besace de toile. On y trouvait toutes sortes de choses ; quatre ou cinq livres, des feuilles de texture différentes, et beaucoup de crayons de taille variée. Et bien sûr, son précieux calepin dont il se réservait le droit de voir le contenu.

L'adolescent arriva ensuite à proximité d'une librairie. Il réfléchit un instant... hmm, il en avait déjà visité deux depuis qu'il était là. Et puis mince, on ne se privait jamais d'entrer dans ce genre d'endroit, c'était un crime ! Aussi décida t-il d'aller y faire un tour. Seulement, à peine eut-il fait trois pas qu'une lumière rouge illumina l'intérieur de la boutique. Une lumière rouge... Edryss resta immobile un instant, ses grands yeux vairons légèrement arrondis par la surprise, soudain pris d'une sourde angoisse. Il n'aimait pas voir fuser la magie... D'ailleurs, il l'utilisait assez rarement.

Une étrange vision le sortit alors de sa torpeur.
Ah, la gérante de la boutique était là... Et punky. Le jeune garçon fit aussitôt le lien lorsqu'il vit deux jeunes femmes sortir en trombe de la librairie, accompagnées d'un... poisson volant, et d'une ravissante petite boule rose, couramment appelée "krakdent". Le vampyr, amusé par cette scène peu commune dans les environs, sourit légèrement, dévoilant les pointes acérées de ses canines, la bâtonnet de sa kidikoi dépassant de sa bouche. Oui en effet, c'était pas commun de voir ça ici ! Il se demandait bien qui étaient ces deux audacieuses... En tous cas, chapeau bien bas pour le coup de la coloration, c'était à mourir de rire !

Discrètement, Edryss emprunta le même chemin que les deux jeunes filles. Elles couraient vite, ça oui... Il n'eut cependant pas de difficulté pour les retrouver, empruntant des rues parallèles à celles où couraient les fugitives. Ces dernières stoppèrent net après quelques minutes de course, et visiblement elles avaient réussi à dérober quelque chose (oui car vu l'état de la gérante, cela semblait logique au jeune vampyr...). Une euh... boite ? Ah. En effet, une boite après laquelle l'une d'entre elles s'énerva pour être vide. Néanmoins, le garçon vit l'objet émettre un léger scintillement. Prudence... C'était probablement un objet magique. Toujours aussi silencieux, Edryss s'approcha des deux jeunes femmes, s'arrêta à quelques mètres, puis s'adossa à l'angle d'un mur.

"Crès jolie confrontach'ion, Crès jolie..." apprécia le vampyr avec un léger sourire, ôtant sa kidikoi de sa bouche pour parler plus distinctement. "Ca vous arrive souvent de mettre votre gorge en danger pour une boite ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2513-edryss-lenor#46328 http://tara-duncan.actifforum.com/t2485-edryss-lenor http://freedomthroughwords-chazste.blogspot.fr/2012/04/bienvenue
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Jeu 27 Oct 2011 - 12:30

Penelope se senti voler en travers d'une étagère et à moitié assomé décida de rester assise là, dans les débris de bois. Qu'est-ce qui s'était passé déjà ? Ah, oui la vampyr l'avait violemment projeter contre un mur et était en train de s'en prendre à Cara en ce moment-même. La jeune humaine voulu intervenir mais elle était trop sonnée pour faire quoi que ce soit.

Penny ferma les yeux et les rouvrit aussitôt se sentant tirée en avant. Cara avait l'air de vouloir fuir. Parfait. Très bon plan ! Elle se releva tant bien que mal et se mit à courir à sa suite dans les rues d'Urla. Elle croisa un krakdent sur l'épaule d'un jeune vampyr et se demanda comment il avait pu l'appeller. Canine, c'est mignon comme nom, non ? Ou alors Croc... Oui mais c'est trop court Croc, c'est ridicule. Et puis après ça ressemble beaucoup à la chanson terrienne "Ah les crocrocro les crocodileuuuh". Ouch. Sa chute avait du lui atteindre quelques neurones...

Penelope reprit ses esprits quand elle remarqua que Cara s'était arrêtée. Ouf, elles n'étaient pas suivies. Elle observa sa meilleure amie se masser le cou en grimaçant et se senti coupable.


- Oui oui, ça va, un peu sonnée mais sinon tout va bien. Désolé de pas avoir pu intervenir, j'espère qu'elle ne t'a pas fait trop mal.

La petite blonde regarda Cara sortir la boîte, qu'elle avait subtilisé quelques instants plus tôt dans la boutique, et failli s'effondrer sur le sol de désespoir. Elles avaient risqué leurs vies pour... ça ?! Penny perçu néamoins un léger scintillement bleuté quand la boîte ricocha sur le sol. Elle voulu faire part de son questionnement à son amie quand un jeune vampyr machouillant une Kidikoi les interpella.

- Hum... On peut dire ça comme ça.

Gencive sautilla vers l'inconnu, curieux. Il renifla -très discrètement précisons-le- le jeune homme et entrepris d'escalader sa jambe et de remonter vers la Kidikoi. Penelope poussa un soupir exaspéré et intervint :

- Gencive tu fais quoi là ? Reviens tout de suite !

A contrecoeur le Familier revint se percher sur l'épaule de sa soeur d'âme et jeta un regard envieux à la sucette. Penny essaya de changer de sujet en disant :

- Moi c'est Penelope, et ça comme tu l'as compris c'est Gencive...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Jeu 27 Oct 2011 - 23:58

[Pas du tout, au contraire ! :D ]

Toute à sa frustration d’avoir été -encore une fois- passablement inutile, Cara n’avait pas réagi lorsque Penny s’était excusée de ne pas être intervenue. Oh, elle ne lui en voulait pas le moins du monde… Après tout, sa meilleure amie avait quand même fait un vol plané relativement douloureux en travers de la boutique, ça valait bien les quelques marques de griffes qui lézardait son propre cou. En revanche, ce qui l’embêtait à un degré nettement plus élevé, c’était l’absence d’un quelque chose -n’importe quoi- dans cette fichue boîte. Par tous les Démons des Limbes, ça n’existait pas, une simple boîte, elle refusait de l’admettre ! Au moment où elle s’apprêtait à se jeter à nouveau sur le pauvre et innocent objet qui n’avait rien demandé à personne, pour lui arracher ses secrets -quitte à utiliser la torture- elle… manqua de faire une attaque.

Leur poursuivant avait été tellement silencieux qu’elle n’avait tout simplement pas remarqué sa présence. Jusqu’à ce qu’il les interpelle. Et manque de la faire trébucher de surprise. Enfin… Non, en fait. Il ne manqua pas. Il réussit. Royalement. Cara sursauta, pivota beaucoup trop vite pour sa santé et recula d’instinct. Ce qu’elle n’avait pas calculé, c’était qu’elle se trouvait au bord du trottoir. Et que, par conséquent, il y avait une légère différence de hauteur. Elle eut tout juste le temps de se demander pourquoi elle ne sentait pas le sol sous son pied, avant de partir en arrière et de retomber lourdement sur les fesses, avec une grâce tout à fait remarquable.

Tibulle, dont les réflexes s’étaient aiguisés à force de côtoyer la jeune fille, s’était rapidement décalé de quelques mètres histoire d’éviter de finir bêtement encastré dans le pavé, sous le postérieur de sa compagne d’âme. Cette dernière se contenta de pousser un soupir blasé, affalée par terre. Elle avait le désagréable sentiment de passer plus de temps dans cette position que debout… c’était épuisant.

Elle souffla sur une mèche de cheveux qui lui barrait les yeux, et cette dernière s’envola… pour revenir se placer exactement au même endroit. Cara riva son regard d’eau en direction du nouvel arrivant. Première constatation : ce n’était pas la gérante de la boutique, elle ne risquait donc pas de finir hachée menue. Deuxième constatation : c’était un vampyr… donc finalement, elle pouvait toujours finir hachée menue. Troisième constatation, mais non la moindre : ce garçon avait une Kidikoi dans la bouche !

Définitivement un allié ! La gourmandise aidant, la jeune sortcelière se releva d’un bond et perdit vaguement l’équilibre. Elle foudroya Gencive du regard. Oh, non… Il n’en était pas question. Il n’avait pas intérêt à toucher ne serait-ce qu’un centimètre carré de cette sucette ! Et puis… il était pas censé être carnivore, celui-là ? Non mais oh ! Cara tenta, tant bien que mal, de focaliser son attention sur le porteur de la Kidikoi plutôt que sur la Kidikoi elle-même. Ce fut dur.

Bon, qu’avait-il dit, que voulait-il, déjà ? Ah oui… Soit il se moquait ouvertement d’elle, soit il les trouvait juste amusantes. Au vu du sourire simple (mais néanmoins plein de crocs) de l’inconnu, elle opta pour la seconde hypothèse. Ce qui la fit sourire. Déjà, l’agacement qu’elle avait éprouvé face à son butin (si on pouvait appeler ça un butin) s’évaporait au profit de sa légendaire auto-dérision. Probablement parce que l’inconnu lui parut sympathique. Ou grâce au pouvoir de la Kidikoi. Les deux, sans doute. Elle haussa les épaules avec nonchalance et répondit à son tour d’un ton malicieux :


- Ouip ! Tous les matins au petit-déjeuner. Ca maintient en forme, il faut bien faire un peu d’exercice pour pas perdre la main…

Et le sourire qui suivit fut incroyablement rayonnant, pour une fille qui venait de manquer un étranglement en règle par une vampyr furieuse…

Pour ne pas perdre quoi, exactement ? Son incommensurable don pour s’attirer des ennuis ? Oh, ça, elle n’avait pas besoin d’entraînement. SURTOUT PAS. Elle balaya l’air d’un ample geste de la main comme si elle avait voulu chasser dans le même temps le ridicule de la situation. L’espoir fait vivre. Machinalement, elle se pencha pour ramasser la boîte et la retourna entre ses doigts sans vraiment la regarder. A la place, elle dévisageait le jeune vampyr et ses incroyables yeux vairons, qui la détournèrent un instant de la contemplation quasi fanatique de la Kidikoi. Ca ne se voyait pas, mais Cara devait fournir un effort quasiment physique pour se retenir de se jeter sur le nouveau venu afin de lui voler sa sucette.

Non. Elle avait eu son quota de vampyr pour l’instant, inutile de s’en mettre un second à dos. Même si elle restait persuadée que la Kidikoi lui faisait des clins d’œil incitatifs. Bref, concentration ! Penelope s’était présentée. Peut-être serait-il poli de faire la même chose…


- Je m’appelle Cara, voici Tibulle (ce dernier bomba légèrement le torse… enfin, imaginez ça comme vous voulez, compte tenu du fait qu’il n’avait pas de torse) Et… toi, tu es ?

Elle plissa les yeux, soudain soupçonneuse, et s’avança de quelque pas jusqu’à lui. Et si cela n’avait été qu’un déguisement ? Si la gérante essayait de les avoir par la ruse en se faisant passer pour un innocent vampyr amateur de Kidikoi ?

- Ce n’est pas cette furie qui t’envoie, j’espère ?

En vérité, elle ne le pensait pas une seule seconde. Et croyez-le ou pas, son intuition lui faisait rarement défaut. Mais bon… pour le principe, elle préférait faire du zèle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Edryss Lenor


avatar

Age du personnage : 14 ans

Familier : not yet
Couleur de magie : Bordeaux
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleur Patenté
Résidence : Lancovit
Dans le sac : Un trombone, des billes, deux kidikois, quelques armes courtes, mais tranchantes, sa boule de cristal, un livre... et bien sûr son calepin d'esquisses et son crayon.


MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Ven 28 Oct 2011 - 1:22

Eh bien eh bien, quelque chose lui disait qu'il avait vaguement sous-estimé le pouvoir destructeur de ces demoiselles. La première euh... tomba littéralement sur le derrière. Alors là, Edryss l'était aussi un petit peu ; d'habitude, au Lancovit, on faisait un écart sur son passage, on lui lançait au pire des regards méfiants, mais non, elle, elle tombait sur le postérieur. D'accord, original ! Son amie en revanche resta calme, alors que tout au contraire, sa petite boule rose de familier s'approchait du vampyr avec toute la curiosité du monde. Edryss songea à témoigner lui aussi sa curiosité naturelle, mais se ravisa en se souvenant que, ah oui c'est vrai, il s'agissait d'un krakdent. Il s'appliqua donc simplement à rester immobile en surveillant l'animal... qui en fait, était littéralement fa-sci-né par la kidikoi qu'Edryss tenait.

"Tes grands yeux brillent tout d'un coup" sourit ironiquement le vampyr en mettant hors de portée la sucette. "Qu'est-ce que tu regardes comme ça ?"

Penelope le rappela, lui ordonnant de revenir, ce que le krakdent fit à contrecoeur. Edryss s'estimait heureux de ne pas avoir de familier, mais il avouait que parfois, cela pouvait aider à se sentir moins seul. Enfin, il l'imaginait. Bref, visiblement, la kidikoi n'était pas convoitée uniquement par Gencive. Edryss faillit éclater de rire en constatant à quel poooint la jeune femme qui s'était malencontreusement assise sur le trottoir était verte de jalousie ! Enfin, le jeune garçon se ravisa, ça n'aurait pas été très gentil... et lui aussi connaissait ce sentiment de manque lorsqu'il était en panne de sucreries... Bon, d'accord, de la part d'un vampyr on aurait pu s'attendre à ce qu'il ressente cela vis-à-vis du sang, seule nourriture possible pour lui. Et puis mince ! Les sucreries, ça changeait un peu du goût métallique du sang, comme le rire changeait des habitudes de vies normales d'un vampyr. D'ailleurs, après la déclaration de Cara, il laissa échapper un rire cristallin, léger mais pas le moins du monde retenu.

"Vous, vous refaites la coloration des gérantes acariâtres de Urla, moi je lis un livre par jour, chacun son truc."

Les deux jeunes femmes se présentèrent, elles et leurs familiers, dans les règles de l'art. Et dans les règles de l'art, leur vampyr d'interlocuteur fit de même. Comme à son habitude, ne révélant que son prénom.

"Je m'appelle Edryss, enchanté... et content d'avoir pu voir quelque chose de gaie dans ces rues. Je suis de passage à Urla aujourd'hui, j'imagine que vous aussi."

Il ne broncha pas lorsque Cara s'approcha de quelques pas en le fixant d'un air suspicieux. Ben quoi ? Il avait quelque chose entre les dents ? Ou encore une trace de peinture sur le visage ? Ah, non, en fait elle le soupçonnait de vouloir les étriper, s'il avait bien suivi.

"Quoi, ça ? Enfin... elle ? Non non, j'ai plutôt préféré fuir en la voyant, au lieu de l'aborder..."

Il s'aperçut ensuite que ses interlocutrices n'étaient pas vraiment sorties indemnes de leur rencontre un peu spéciale dans la boutique ; les marques de griffes sur le cou de Cara en disaient long. Ouch, apparemment c'était moins une, elles s'étaient enfuies in extremis. Et Edryss le leur souhait, vu la colère noire dans laquelle devait être la vampyr à l'heure qu'il était...

"Vous allez bien au moins ? Rien de cassé ?" demanda t-il avant d'ajouter, ses yeux vairons brillant de malice, à l'adresse de Cara : "Tu sais on dit que les sucreries calment la douleur des bobos..."

Ah, c'était son côté taquin qui ressortait. Il ne pouvait s'empêcher d'en rajouter une couche dans ces moments-là. Non pas par méchanceté, loin de lui cette idée, mais tout simplement parce que c'était lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2513-edryss-lenor#46328 http://tara-duncan.actifforum.com/t2485-edryss-lenor http://freedomthroughwords-chazste.blogspot.fr/2012/04/bienvenue
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Sam 29 Oct 2011 - 13:18

[Bon désolé, c'est court, manque d'inspiration u__u ]

- Oui, nous sommes touristes, fit Penny.

Apparement le jeune garçon semblait de leur côté, enfin plus ou moins, elle avait donc décidé de lui faire confiance. Penny fut rassurée lorsqu'il leur annonça qu'il n'avait pas été envoyer par la terrifiante vendeuse. Elle laissa échapper un petit soupir de soulagement. Penelope sourit à la remarque d'Edryss, elle avait hâte d'entendre la réplique de Cara, ça promettait d'être intéressant. Gencive, grognon ne partageait pas du TOUT son avis. Il voulait une Kidikoi lui aussi ! La jeune humaine lui assura qu'ils trouveraient bien une boutique pour en acheter, ce qui eut pour résultat de calmer la mauvaise humeur du krakdent.

- Moi, je pense que ça va, je suis resté assomé la moitié de l'affrontement ! répondit-elle un sourire sur les lèvres.

Penelope posa son regard sur la boîte volée que Cara tenait dans ses mains et se rappella de ce qu'elle avait remarqué avant l'intervention du jeune vampyr. L'objet avait émit un très léger scintillement bleu quand il avait ricoché sur le sol. Sa meilleure amie n'avait pas du le voir tant elle était agacée après avoir découvert la boîte vide. Finalement peut-être que cette boîte allait servir à quelque chose, peut-être était-ce un quelconque objet magique utile.

- Dis donc, tu t'y connais en objet magique Edryss ? demanda-t-elle gentiment.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Dim 30 Oct 2011 - 16:14

Ah, l’inconnu avait le sens de l’humour. Au son de son rire cristallin, Cara se détendit immédiatement et esquissa un franc sourire. Raison de plus pour lui faire confiance. Oui parfaitement, la jeune fille faisait confiance à toute personne capable de réagir à son humour. C’était un critère comme un autre. Un calcul simple s’opéra dans son esprit : la confiserie dans sa main + l’éclat de rire sincère = deux bons points pour le vampyr aux jolis yeux. Un amateur de Kidikoi qui riait à ses plaisanteries… ça existait vraiment, ça ? A la réflexion, il avait même gagné un point bonus en narguant Gencive avec sa Kidikoi. Héhéhéhé, bien fait, inutile petite peluche carnivore !

Hop, quatrième bon point suite à la réflexion sur la coloration de la gérante. Cara retint un gloussement en revoyant la scène défiler devant ses yeux. Sur le moment, étranglée par des ongles légèrement acérés, elle n’avait pas eu le cœur à éclater de rire. Ca n’aurait surtout pas été très judicieux pour sa survie. Mais rétrospectivement, l’expression qu’avait eue la vampyr en recevant le jet de magie, et cette couleur bleue électrique qu’avaient pris ses cheveux… ça avait été tout simplement hilarant. Des fossettes se creusèrent progressivement au bord des lèvres de la jeune Voleuse, signe qu’elle tentait de maîtriser un fou rire naissant.

Ceci dit… un livre par jour ? Wow, eh ben… quel courage ! Cara s’appliqua à hocher poliment la tête lorsque l’inconnu (plus si inconnu) se présenta. Edryss… où avait-elle déjà entendu ce nom ? Elle ne savait plus exactement. Etait-ce par ses professeurs de l’Université des Voleurs Patentés ? A Travia ? Ailleurs ? Bref. Heureusement que Penny était là pour faire la conversation et répondre gentiment à Edryss, parce que Cara avait une légère tendance à se laisser emporter par ses réflexions, et risquait de répondre… vingt ans plus tard. Oui oui oui, elles étaient touristes… d’ailleurs en tant que telles, elles avaient décidé d’agresser tous les commerçants de la rue en les recolorant à leur guise. Le gérant de la prochaine boutique en vue aurait droit à du… vert, c’était décidé ! Cara sourit à ses propres plaisanteries intérieures, puis haussa les épaules pour chasser ses accusations. Non, en effet, Edryss n’avait pas l’air d’être un agent double, loin de là…

D’autant plus qu’il… s’inquiétait de leur santé ? Wah, alors ça, elle ne s’y attendait vraiment pas. Cara dévisagea avec attention le jeune homme, prête à lui adresser un sourire rayonnant de reconnaissance pour la gentille attention qu’il avait pour elle… jusqu’à ce qu’il prononce LA fameuse phrase. L’Apprentie Voleuse ouvrit la bouche, faussement outrée, et croisa le regard taquin d’Edryss. Malgré elle, la sortcelière sentit ses lèvres s’étirer en un sourire tout aussi malicieux.

Ah vraiment, il voulait jouer à ce petit jeu-là ? Cara était parfaitement consciente qu’il n’y avait aucune mauvaise intention chez Edryss. Le pétillement de son regard en était la preuve. Ce qui rendait l’échange encore plus amusant. La jeune fille activa son « pouvoir » de persuasion et lui décocha son fameux regard à l’innocence incarnée. Les traits fins de son visage accentuaient l’impression angélique qu’elle essayait de faire passer.


- Et bien, pour être honnête… je crois que j’ai vraiiiiiment souffert. Elle avait des sacrées griffes, tu sais, ça fait mal… Je pense que je ne pourrais pas tout à fait m’en remettre sans Kidikoi… Tu l’as dit toi-même, n’est-ce pas, que les sucreries calment la douleur ?

Elle souligna son ton innocent de petite fille suppliante avec un battement de cils tout aussi adorable. Machinalement, elle serrait encore entre ses mains l’énigmatique boîte. Elle seule n’avait pas remarqué le scintillement de cette dernière, si bien qu’elle n’avait pas relevé la question que Penny avait posée à Edryss concernant les objets magiques. Pour elle, la boîte était cruellement vide, point barre. Or, le léger scintillement bleuté reprenait de plus belle entre ses mains, sans qu’elle y prenne gare. Tibulle, qui avait aperçu l’étrange comportement de l’objet et commençait à s’inquiéter qu’il n’arrive encore une bricole à sa compagne d’âme, se mit en devoir de lui asséner de minuscules coups de nageoires. Qui ne la perturbèrent pas le moins du monde. Au contraire, focalisée sur le visage amusé d’Edryss, elle ajouta avec toute la douceur dont elle était capable (bien entendu, personne n’était dupe) :

- Dis… tu veux bien être généreux… J’ai tellement besoin d’une Kidikoi…

A peine avait-elle fini sa phrase que la boîte vibra légèrement entre ses doigts, attirant enfin son attention. La lueur bleutée enveloppa l’objet plus intensément, et Cara lutta contre l’effet de surprise qui lui aurait fait subitement lâcher la boîte sur la chaussée. Cela ne dura que quelques secondes, puis tout revint à la normale.

- Heu…

Ce fut tout ce qui lui vint à l’esprit pour expliquer le phénomène. Suivi d’un hoquet de surprise lorsqu’elle vit littéralement la Kidikoi entre les doigts d’Edryss… disparaître. Noooooooooooooooon… les yeux écarquillés d’horreur, Cara ouvrit la bouche pour laisser échapper un cri horrifié. Pitié, non, pas la Kidikoi. Tout mais pas la Kidikoi ! C’était quoi, ça ? Une boîte désintégratrice de sucrerie ? Mais c’était cruel !

Cara baissa la tête. Le couvercle s’était entre ouvert, et il lui sembla que… D’un geste lent et curieux, elle ouvrit la boîte, haussa les sourcils… et eut un sourire rayonnant. L’instant d’après, elle poussait une exclamation enthousiaste :


- Eh, mais c’est génial ce truc !

Elle plongea la main dans ladite boîte et en retira… la Kidikoi d’Edryss, légèrement entamée, qu’elle agita triomphalement devant le jeune vampyr avec un regard tout aussi taquin que lui. Elle se mit à chantonner (chantonner faux, bien sûr) :

- Les Kidikois, c’est réservé aux grands blessés, désolééééée…

Vraisemblablement, Cara se souciait davantage d’une simple confiserie que de percer le mystère de l’étrange boîte qui lui donnait ce qu’elle réclamait… en le confisquant aux autres. Mais comment fonctionnait-elle, exactement ? Et quelles en étaient les limites ? Il aurait mieux valu y faire un peu plus attention, on ne savait jamais…

L’objet, comme s’il avait eu une âme propre, échappa soudain aux mains de Cara pour ricocher à nouveau sur le sol, à mi-chemin entre Penny, Edryss et Gencive.


[Faîtes ce que vous voulez avec la boîte si vous avez envie, bien sûr, je n’ai pas l’exclusivité pour la « diriger » ^^]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Edryss Lenor


avatar

Age du personnage : 14 ans

Familier : not yet
Couleur de magie : Bordeaux
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleur Patenté
Résidence : Lancovit
Dans le sac : Un trombone, des billes, deux kidikois, quelques armes courtes, mais tranchantes, sa boule de cristal, un livre... et bien sûr son calepin d'esquisses et son crayon.


MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Dim 30 Oct 2011 - 19:37

La réflexion d'Edryss concernant le pouvoir guérisseur des sucreries fit sourire Cara. Le vampyr fut heureux de constater que ce n'était pas le genre de fille à prendre la mouche pour une petite raillerie. Tant mieux, le jeune garçon n'avait pas fini. Il se dit tout de même qu'il allait garder ses distances, vu que la kidikoi faisait des envieux... Eh bien qu'ils viennent la lui disputer ! La question de Penelope tira le vampyr de ses pensées. La magie ? Hm...

"Pour être franc je pense m'y connaître bien moins que vous, j'évite d'en faire usage, en tous cas le plus possible."

Il n'en dit pas plus. Il n'en disait jamais plus à personne après tout, préférant garder cela pour lui. L'opinion positive que les gens se faisaient bien souvent de lui en le connaissant risquait de changer du tout au tout s'il révélait son passé... Et puis, c'était un peu trop lourd pour lui de revenir là-dessus, de parler de son vécu. Oui, c'était définitivement mieux de se taire.

L'expression innocente que Cara lui afficha redonna du tonus au sourire d'Edryss, qui s'était fané durant un laps de temps très court. Comme ça elle voulait sa kidikoi hein ? Hmm... C'est vrai qu'elle en avait peut-être plus besoin que lui, non ? Non. Non vous avez raison, une kidikoi, c'est sacré. Mais alors que le jeune vampyr réfléchissait à cette question philosophique, la sucette... disparut, oui littéralement, de sa main, pour se matérialiser... dans la boite qu'avaient dérobé Cara et Penelope. La jeune femme ne se gêna pas pour s’en emparer, triomphante. Non non non non ! C’était pas possiiible ! Cette boite était un objet d’art satanique !

« Non non attends attends tu sais pas tout ! » s’écria Edryss avant que Cara ne goûte à la kidikoi. « J’ai bu le sang d’un bééé porteur d’un tas de maladie tout à l’heure ! »

La fameuse technique de j’ai-la-rage-donc-ne-mange-pas-dans-mon-assiette. Cela allait-il marcher ? Sinon, Edryss allait devoir n’écouter que son courage et foncer tête baissée pour sauver la kidikoi.

« C’est vrai hein ! » affirma t-il avant de se tourner vers Penelope. « Si si, dis-lui qu’elle a pas envie de tomber malade… »

Le tout en tentant d’être le plus crédible possible… Il était bon comédien uniquement lorsque la situation le demandait vraiment, pour une question de vie ou de mort. Donc là, il avait encore quelques progrès à faire s’il voulait récupérer sa kidikoi de cette manière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2513-edryss-lenor#46328 http://tara-duncan.actifforum.com/t2485-edryss-lenor http://freedomthroughwords-chazste.blogspot.fr/2012/04/bienvenue
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Ven 4 Nov 2011 - 17:46

Penny observa avec ahurissement la Kidikoi disparaître des mains d'Edryss pour se matérialiser dans la boîte, à savoir, dans les mains de Cara. Au regard que celle-ci lui jeta, elle comprit que le jeune vampyr allait avoir du mal à la récupérer. D'ailleurs, il lui demandait de l'aide.

Wow.

Raisonner Cara ? A propos d'une Kidikoi ? Ca allait être très difficile, voir quasiment impossible. Mais en voyant l'air suppliant d'Edryss, elle décida de rentrer dans son jeu. Après tout, à chaque fois elle était du côté de Cara et elle aimerait bien voir le "combat" sous un autre angle. Gencive en était aussi pour beaucoup dans sa décision, il pensait que si il aidait le vampyr à récupérer sa sucette, peut-être qu'il offrirait au petite krakdent rose, une friandise quelconque.

Evidemment l'excuse du bééé malade n'était pas très crédible et Penelope n'y croyait pas vraiment, il fallait innover... Mouais, pas facile, facile cette histoire. La jeune humaine n'était pas très douée en mensonge, elle avait certes une imagination débordante mais jamais quand elle en avait vraiment besoin. Slurk ! Elle répondit quand même à Edryss :


- Je veux bien essayer, mais je ne promet rien ! elle se tourna ensuite vers Cara, l'air absolument inquiet, Je ne crois pas que tu devrais manger ça... Si ce qu'il dit est vrai, tu pourrais tomber gravement malade... Et ça mettrait fin à notre séjour !

Le seul bon point était qu'elle était forte pour jouer la comédie. Elle affichait un regard emplit d'inquiétude et elle avait l'air sincèrement angoissée à propos du sort de son amie. Ce qui aurait été le cas si ce qu'elle avançait n'était pas un mensonge.

- Et puis, reprit-elle, imagine que la boîte ait transformé la structure moléculaire de la sucette, et que celle-ci soit mortelle ?

En réalité, cette hypothèse lui avait traversé l'esprit dès que la Kidikoi était réapparut dans la boîte, mais ensuite elle avait été incapable de s'en souvenir. Elle espéra de toute ses forces que Cara tombe dans le panneau. Et, le cas échéant, Gencive serait là pour aider Edryss...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Dim 6 Nov 2011 - 22:07

Au milieu des rues sinistres d’Urla se jouait une scène à la hauteur d’un récit épique. Un bataille héroïque que se livraient nos trois héros en vue du butin ultime : une pauvre Kidikoi entamée, qui n’avait rien demandé à personne et attendait patiemment de pouvoir enfin libérer sa fameuse prophétie. Mais à qui ? Telle était la question. A côté de cela, une simple petite boîte qui venait de changer la donne paressait sur le sol, ignorée de tous en comparaison de la sucrerie objet de toutes les convoitises. Un poisson ailé voletait au beau milieu de la scène, d’un calme olympien, ses grands yeux se posant tour à tour sur les trois protagonistes, vitreux. Il savait très exactement comment tout cela allait finir. Il était prêt à en mettre sa nageoire caudale à couper.

A moins que… Cara approcha dangereusement une bouche gourmande de la confiserie, prête à la savourer sous les yeux ébahis du vampyr. Après tout, elle le méritait bien, non, après avoir affronté la fureur d’une vampyr aux ongles acérés ? Ce n’était que justice ! Vraisemblablement, ce n’était pas tout à fait l’avis des autres… Edryss le premier tenta un acte désespéré pour sauver son bien. L’interjection du jeune vampyr suspendit le geste de la brunette. La Kidikoi s’immobilisa à deux millimètre des lèvres de la jeune fille. On aurait presque pu entendre le soupir de soulagement de la confiserie à l’idée d’avoir été épargnée pendant quelques secondes de plus. Cara, elle, n’avait pas du tout envie de rire. Elle arqua un sourcil perplexe et jeta à Edryss un regard fondamentalement interrogateur. A traduire, sans nul doute possible par « Pardon ? ».

Cara n’était pas naïve. Elle était beaucoup de chose : intrépide, maladroite, hyperactive, irascible et susceptible, parfois un peu crédule, mais pas naïve. Elle n’aurait pas dû gober ne serait-ce qu’un mot de ce qu’il venait de dire. D’ailleurs, elle n’y croyait pas vraiment. Mais n’empêche… Elle eut une vague hésitation. Non pas qu’elle eut un doute sur la vérité de tout ça, mais… Edryss venait d’associer malgré elle dans son esprit la Kidikoi avec du sang de béééé malade. Et ça… ben c’était tout de suite beaucoup moins ragoûtant. Cara loucha sur la sucette, l’observant sous un nouvel angle.

C’est vrai qu’elle avait une allure bizarre, non ? Non, non ! Un peu de nerfs, nom d’une bouse de traduc ! Il ne pouvait pas être sérieux. Il n’était pas sérieux, c’était sûr. Pas besoin de Diseurs de Vérité pour lire sur son visage à quel point il bluffait. Sauf que Penny décida d’ajouter son grain de sel, achevant de rendre la Kidikoi encore plus répugnante. Gravement malade ? Avec une Kidikoi ? Ils avaient tous perdus l’esprit ou quoi ? Cara jeta à sa meilleure amie un regard ahuri du genre « Tu marches à quelle drogue, là ? », et fut déstabilisée de constater que Penelope avait l’air sincèrement inquiet.

Attendez une minute… ils étaient sérieux ? Cara glissa un regard suspicieux de Penny à Edryss, comme pour les défier de la prendre pour une imbécile. Ce qu’ils s’appliquaient pourtant à faire depuis tout à l’heure, avec plus ou moins de réussite. Insensiblement, ses doigts relâchèrent un peu leur étreinte autour du bâton de la sucette. Comme pour enfoncer le clou, Penny asséna son deuxième argument.

La structure moléculaire de… ? Mortelle ? Une Kidikoi tueuse ? Cette fois-ci, Cara fixa sa meilleure amie sans vergogne, comme s’il lui était poussé une trompe en plein milieu du visage. Puis elle fronça les sourcils et articula d’un ton soupçonneux :


- Attends… quoi ? Tu peux me la refaire sans trembler des genoux, celle-là ?

… Ah, visiblement, ni la tactique d’Edryss, ni celle de Penny n’avait eu l’effet escompté. Quoique… le léger tremblement, dans la voix de la Voleuse de sucettes, trahissait du doute que les deux adolescents venaient de semer en elle. Raaaah… et zut alors, ils venaient de ruiner l’image parfaite de la Kidikoi avec leurs bêtises ! Comment allait-elle pouvoir la savourer consciencieusement, maintenant ? Elle n’arrivait plus à penser à autre chose qu’à un béééé, du sang, des maladies innommables et un poison fatal. C’est malin ! Tibulle, à ses côtés, eut l’once d’un sourire (imaginez ça comme vous voulez). Le dénouement n’était plus loin, il l’attendait avec impatience.

Cara eut une petite moue dépitée, mais ne se laissa pas abattre. Oui, la demoiselle était un tout petit peu têtue. Elle ne leur ferait pas le plaisir de leur montrer qu’elle était à demi-tombée dans leur piège si peu élaboré. Avec un regard furibond, elle leva bien haut la Kidikoi en l’agitant légèrement au-dessus de sa tête et s’exclama :


- Vous vous liguez contre moi, c’est ça, hein, bande petits malins ? Et bien tant pis, sucette tueuse ou pas, elle vaut bien le risque ! Vous ne m’aurez pas si facilemeeeent !

Toute fière d’avoir déjoué les « plans machiavéliques » de ceux qui l’empêchaient de profiter de son butin, elle agita ledit butin en l’air… sans pour autant oser l’approcher à nouveau de ses lèvres. C’est là que Tibulle sut qu’il avait raison. Cara agita la confiserie une fois, deux fois, trois fois… à la quatrième, il y eut un léger « fshhhhh », et le bâton de la Kidikoi lui glissa tout bonnement entre les doigts, volant dans les airs derrière elle, manquant d’assommer une chauve-souris (un vampyr ? Oups…) qui passait sur sa trajectoire. Cara eut un moment de vide intense en regardant sa main vide, essayant de comprendre ce qu’il s’était passé, puis se retourna vivement en poussant un cri de désespoir.

- Noooooooooooooooon, pas la Kidikoiiiiiiiii !!!

Il y avait une telle détresse dans sa voix que deux ou trois passants sursautèrent et braquèrent leurs regards rouges dans leur direction. Au ralenti, Cara vit distinctement la sucette effectuer une courbe parfaite en vue d’atterrir avec grâce dans la boue et la terre… Mais c’était sans compter notre héroïque Tibulle, qui, prévoyant, était fin prêt à réparer les maladresses de sa compagne d’âme. Il attrapa le bâton de la sucrerie dans sa bouche, immobilisant sa chute à quelques millimètres du sol qui l’aurait vraiment rendue immangeable.

Cara poussa un soupir de soulagement… et regarda avec horreur son traître de Familier voleter jusqu’à Edryss et lui déposer sagement la Kidikoi dans la main. QUOI ? Alors ils avaient tous décidé de la priver de sucre ou quoi ? Tibulle lui fit remarquer que la Kidikoi serait certainement plus utile entre les mains du vampyr qu’étalée par terre. Il ne fallait pas gâcher une si bonne chose. Ce fut l’argument ultime. Oui, il n’avait pas tort.

Après un petit haussement d’épaule, Cara se racla la gorge et annonça d’une voix faussement raisonnable :


- Oui, bon… Je me sens d’humeur généreuse, je te la laisse. Je ne vole que les gens acariâtres et dénués de sens de l’humour. Tu n’as donc rien à craindre…

Puis elle tourna la tête vers Penny en la foudroyant d’un regard qui signifiait quelque chose du genre : « Toi, tu ne perds rien pour attendre ! ». Ses yeux furent automatiquement attirés vers la sucette, mais elle lutta contre l’envie de s’en emparer à nouveau en changeant brusquement de sujet :

- Hrm, donc, Edryss… Mis à part narguer les gens avec des confiseries, tu es ici pour une raison particulière ou tu es aussi touriste que nous ?

Malgré sa fixation sur la sucette, Cara avait remarqué les quelques changements d’humeur sur le visage du jeune vampyr, surtout lorsqu’il avait évoqué la magie. Sa curiosité flairait quelque chose et commençait à combattre sérieusement son envie de sucre. Entre deux maux… elle n’aurait su lequel choisir. Mais bon, elle ne voulait pas non plus mettre Edryss mal à l’aise. Enfin, plus mal à l’aise encore qu’après avoir essayé de lui voler une sucette, attitude qui était digne d’une enfant de 5 ans, tout au plus.

Elle reprit donc, en lui décochant un sourire :


- Tu veux nous accompagner un moment ? Enfin, à moins que tu aies quelque chose de plus intéressant à faire, ce qui ne me surprendrait pas tellement… On ne mord pas, juré !

Cara esquissa une petite moue. Etait-ce vraiment judicieux, ce genre de précision, au beau milieu d’un pays de vampyrs ? Celui-ci n’avait pas l’air susceptible, elle supposait donc que ce n’était pas un problème. Mais l’expression simple et amicale de la jeune fille avait de quoi perturber. Préparait-elle un coup pour s’emparer à nouveau de la sucette ? Difficile à deviner.

Passant du coq à l’âne, l’Apprenti Voleuse tourna tête vers Penny et ajouta :


- Je ne voudrais pas dire, mais ça m’étonne quand même que Perruque Bleue ne soit plus à nos trousses. Je suggère qu’on bouge, histoire de mettre encore plus de distance entre ses ongles et mon cou…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Edryss Lenor


avatar

Age du personnage : 14 ans

Familier : not yet
Couleur de magie : Bordeaux
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleur Patenté
Résidence : Lancovit
Dans le sac : Un trombone, des billes, deux kidikois, quelques armes courtes, mais tranchantes, sa boule de cristal, un livre... et bien sûr son calepin d'esquisses et son crayon.


MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Lun 7 Nov 2011 - 22:47

Le jeune vampyr jeta un coup d'œil à la boite ; non, définitivement, il n'y toucherait pas. C'était cette chose, magique de surcroît, qui lui avait fait perdre sa kidikoi, alors que ce truc reste loin de lui s'il vous plait merci. Durant un bref instant, Edryss crut bien que Cara ne marcherait pas... mais visiblement les arguments, quoique vraiment improvisés, du vampyr et de Penelope réunis suffirent à la faire hésiter. Ha ha, elle hésitait, bien ! Le vampyr sourit, amusé.

Mais visiblement, ce ne fut pas assez convaincant. Comme une démone brandirait une bouteille d'eau de mer terrienne, elle agita en l'air la sucette, triomphante, tandis qu'Edryss avait une petite idée de la suite des évènements... Son intuition ne le trompa pas ; la kidikoi vola des mains de Cara. Malheur ! Là, la sucette allait vraiment être immangeable ! Pour de bon ! Mais alors que le vampyr allait agir, le courageux Familier de Cara vola au secours de la kidikoi. Mince alors... Edryss n'avait pas été assez rapide. Tant pis.

Cependant, contrairement à toute attente, le blll vint vers le jeune vampyr pour lui rendre son bien. Edryss ne s'attendait pas à ce genre de collaboration, mais adressa un discret clin d'œil à Tibulle. Apparemment il n'était pas aussi maladroit que sa compagne d'âme, c'était bon à savoir. Edryss eut un éclat de rire à la remarque de Cara. Ah, c'était gentil, en attendant elle avait fait des pieds et des mains pour avoir la kidikoi...

"Je pense que je suis autant touriste que vous", répondit le vampyr. "Urla change des rues de Travia... Même si au fond, je pense que je préfère Travia."

Puis, Cara lui proposa de les accompagner. Sa dernière petite remarque fit sourire Edryss.

"Dans ce cas on va bien s'entendre, moi non plus."

Heureusement d'ailleurs, Edryss ne tenait pas à se transformer en BSH. On avait essayé de le transformer une fois dans sa vie, et bien qu'il n'ait jamais fait l'expérience, il n'avait pas du tout l'intention de la tenter. Sa curiosité avait des limites, tout de même. Il ne tenait pas à se transformer en monstre, et à ne plus pouvoir sortir au grand jour.

"Avec plaisir, je n'ai aucun endroit précis où aller. Et entre nous, c'est bien de voir des personnes qui savent plaisanter..."

Car les gens ayant le sens de l'humour ne couraient pas les rues d'Urla, c'était bien connu. D'ailleurs, Cara leur rappela que l'acariâtre vampyr teintée de ce si joli bleu risquait encore d'apparaître... Oui, peut-être valait-il mieux bouger d'ici. Edryss ôta la sucette qu'il avait machinalement reporté à sa bouche.

"Très bien ! Moi non plus je préfère ne pas me trouver sur son chemin... Ah au fait..."

Et le vampyr tendit la kidikoi à la jeune femme. Eh oui, tout ça pour ça ! Mais y avait pas à dire, à voir la tête qu'avait fait Cara en découvrant la kidikoi, puis en la perdant, ça valait le coup. Ouais, vraiment. En même temps, il agita discrètement son autre main dans laquelle se trouvait l'une des nombreuses sucette qu'il avait en stock soit dans ses poches, soit dans son sac, en lançant un coup d'oeil entendu à Gencive ; mais qu'il ne fasse pas l'égoïste envers Penelope, non mais oh ! Les kidikoi ça se partageait. Enfin, ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2513-edryss-lenor#46328 http://tara-duncan.actifforum.com/t2485-edryss-lenor http://freedomthroughwords-chazste.blogspot.fr/2012/04/bienvenue
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Lun 14 Nov 2011 - 18:59

Penny eut un soupçon d'espoir quand Cara fronça les sourcils, incrédule. Avait-elle des doutes sur la Kidikoi ? Finalement, ce soupçon fut de très courte durée. Sa meilleure amie se réjouissait de son butin et la brandissait bien haut en l'agitant joyeusement. Ouh, connaissant Cara, tout cela allait mal finir. La petite blonde ne fut pas déçue lorsque que la Kidikoi s'échappa des mains de son amie pour aller s'écraser au sol.
Enfin, elle aurait du s'écraser au sol, évidemment Tibulle avait sauvé la vie de la pauvre Kidikoi qui n'avait rien demandé à personne, elle.

Voyant que le blll rendait la sucette à Edryss, Penelope supposa que le "combat" était terminé. Du moins l'espérait-elle. Au regard que lui jeta Cara elle allait passer un mauvais quart d'heure. Mais bon, elle était d'humeur aventureuse.
A la remarque de Cara et d'Edryss à propos de morsure, Gencive émit un grognement indigné. Lui, il mordait ! Ne l'oublions pas, c'était un krakdent quand même. Penny laissa échapper un petit gloussement moqueur.


- Oui certes, au pire, on lui fera une nouvelle coupe !

Cependant, Penelope n'était pas très enthousiasmé par l'idée, et elle emboîta le pas d'Edryss et Cara avant de remarquer qu'il manquait quelque chose. La jeune fille rebroussa chemin et ramassa la mystérieuse boîte qui était resté au sol, sur le trottoir. Elle perçut l'excitation de Gencive dans son esprit et regarda ce qui le mettait de si bonne humeur. Elle remarqua que le jeune vampyr lui tendait discrètement une Kidikoi. Son petit krakdent promit de partager avec sa soeur d'âme. Penny releva la tête vers Cara et vit que celle-ci avait aussi hérité d'une sucette. Décidément ce vampyr était vraiment sympathique !

La petite humaine observa intensément la boîte de bois verni et se perdit dans son examination. Elle ne connaissait pas grand-chose en objet magique pour tout dire. Mais étant donné qu'Edryss n'avait pas l'air d'aimer beaucoup la magie et que Cara avait complètement oublier la boîte après l'épisode de la Kidikoi, Penny avait été dans "l'obligation" de la ramasser.

Elle voulu faire un test pour voir la capacité de la boite à matérialiser des choses. Une Kidikoi d'accord, mais ce n'est pas bien gros ! Penelope décida de tenter quelque chose de plus... volumineux.


- Je veux... Le Château Vivant de Travia ! s'exclama-t-elle.

Tout se passa très vite ensuite. La boîte vibra entre les mains de Penny puis il y eut un bruit sourd et une énorme détonation, et la boîte explosa.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mar 15 Nov 2011 - 0:44

C’était la journée des coups de théâtre.

Il n’y avait pas de meilleur résumé. Et encore… la journée était loin d’être finie. L’intuition de Cara lui soufflait que dans très peu de temps, une nouvelle petite, légère et insignifiante bricole allait leur tomber sur le coin de la figure. Tomber violemment, bien entendu. Mais en attendant, autre chose captait momentanément toute son attention. Enfin… l’autre chose en question était plutôt quelqu’un (et non, bande de mauvaises langues, vous avez cru qu’il s’agissait de la Kidikoi ? Cara n’est pas non plus un estomac sur pattes. Du moins pas à temps plein). Quelqu’un, donc. Edryss, de son prénom. Cara et sa nature franche et ouverte appréciaient tout particulièrement la compagnie de l’étrange jeune vampyr amateur de sucettes. Elle n’aurait su exactement se l’expliquer, mais n’en avait pas besoin. Le sourire d’Edryss était simple, amusé, ses remarques malicieuses, honnêtes, et il semblait tout à fait enclin à la conversation. Cela lui suffisait amplement pour capter l’attention de Cara. Si on excluait bien sûr le fait que c’était d’abord la Kidikoi d’Edryss qui avait remporté en premier lieu les bonnes grâces de la Catastrophe brune.

Bref. La jeune fille darda dans sa direction un regard limpide où scintillait encore une vague lueur de gourmandise, vite remplacée par une curiosité innocente (enfin, dans la mesure du possible, avec Cara). Edryss venait d’évoquer Travia. Etait-ce son lieu de résidence ? Cara l’observa un peu plus attentivement, essayant de déterminer son âge (ce qui n’était pas facile puisqu’elle avait affaire à un vampyr) et ce qu’il pouvait faire dans la vie. Il avait l’air svelte et agile. Mais cela ne voulait rien dire de particulier. L’Apprentie Voleuse balaya son examen silencieux d’un battement de paupières et eut un sourire malicieux à la remarque du jeune vampyr quant à cette histoire de morsure. Cool. Il avait vraiment de l’humour. Un point en plus ! Point qui doubla lorsqu’Edryss ajouta qu’il aimait les personnes sachant plaisanter.

Cara laissa échapper un petit rire. Tiens, c’était bien la première fois que quelqu’un d’extérieur à leur « cercle d’initiés » leur avouait qu’il appréciait leur humour. Indéniablement, c’était un jour à marquer d’une pierre blanche. Avec un sourire rayonnant, la jeune fille se mit à marcher à hauteur d’Edryss, après avoir jeté un petit coup d’œil à Penny pour vérifier qu’elle suivait bien. Elle ne remarqua que vaguement le geste de sa meilleure amie de revenir sur ses pas pour ramasser quelque chose par terre. A vrai dire, toute cette histoire lui avait fait complètement oublier ce pour quoi elle avait failli se faire proprement décapiter.

Comme quoi, elle avait plus ou moins la capacité d’attention et de mémorisation d’un moucheron (note de la rédaction : nous n’avons rien de personnel contre les moucherons, ce n’est qu’un exemple parmi d’autres). Pour l’heure, son attention était portée vers Edryss, à qui elle demanda (ou commença à demander, pour être exact…) d’un ton enjoué :


- Alors comme ça tu connais bien Travia ? Tu y hab…

Cara s’interrompit elle-même devant… une Kidikoi. Quoi d’autre aurait-pu l’empêcher de parler ? (en vérité, plein de choses, mais passons). Au départ, la jeune fille ne comprit tout simplement pas. Elle dévisagea le jeune vampyr avec une expression si absolument stupéfaite qu’elle en était hilarante. Puis, l’information atteignit ses cellules grises, et elle eut un sourire si étincelant qu’il faillit bien éclipser les deux soleils d’Autre Monde. Enfin presque.

Coup de théâtre numéro un : Edryss venait de réussir l’exploit d’avoir complètement, définitivement et radicalement surpris Cara. Au point de lui avoir tout simplement ôté la parole. Et ça, vraiment, c’était un exploit. Un miracle, même. Les yeux verts de l’Apprentie Voleuse dérivèrent de la sucette qu’on lui tendait au visage d’Edryss, et une étincelle y dansa un instant. En un simple geste, le jeune vampyr venait de s’octroyer bien involontairement tout le respect, le soutien et l’admiration de la jeune fille.

Quoi, vous trouvez ça un peu exagéré, vous, pour une simple petite sucette ? Et bien peut-être, mais Cara ne faisait jamais les choses à moitié. Cela avait du bon, et du moins bon. Du côté du bon, la jeune fille trouvait le geste tout bonnement adorable tant il était inattendu. Elle hésita un instant, puis tendit la main pour saisir la sucette comme si ça avait été le bien le plus précieux de l’univers. Cara étant Cara, il ne restait probablement plus à Edryss qu’une seconde de répit avant de mourir noyé sous une étreinte chaleureuse de la jeune fille, couvert de « merci merci merci » à n’en plus finir.

Au moment où l’Apprentie Voleuse s’apprêtait à passer à l’attaque en plantant un baiser sur la joue du vampyr en signe de sa reconnaissance éternelle, le second coup de théâtre de la journée sauva l’honneur d’Edryss. Au grand désarroi de Penny, ceci dit. Car cette dernière connut un léger ennui technique dû à une expérience qu’elle aurait mieux fait d’éviter.

Cara ne vit rien de ce qu’il venait de se produire. Elle entendit simplement un grand « boum », suivi de très près par le souffle d’une explosion qui lui fit perdre l’équilibre. Première constatation : le sol était bas. Deuxième constatation : ce n’était pas bon pour la santé de manger du gravier. Troisième constatation : par les crocs cariés de Gélisor, qu’est-ce qu’il venait encore de se passer ? Le menton en sang, l’Apprentie Voleuse se redressa d’un bond, prise d’une soudaine montée d’adrénaline jumelée à une profonde inquiétude.


- Penny !!!

Le cri qui s’échappa de ses lèvres était si aigu qu’elle faillit s’en rendre sourde. Tibulle, lui, n’échappa pas à son sort et le cri de la jeune fille résonna dans son esprit pendant au moins plusieurs minutes d’enfer personnel. Rapide comme l’éclair malgré la torture phonique subite, le poisson arc-en-ciel fila jusqu’à la jolie blonde, qui gisait, les quatre fers en l’air sur les pavés d’Urla. Cara le rejoignit un dixième de seconde plus tard et se laissa tomber sur les genoux (les éraflant consciencieusement au passage) à côté de Penny. Cette dernière avait les cheveux légèrement roussis (sans compter les sourcils), une belle bosse sur le haut du front et de nombreuses égratignures ensanglantées pas très belles à voir (super, dans une ville pleine de vampyrs…), mais ceci mis à part, elle semblait indemne. Quoique assommée par le choc.

Cara était au summum de la panique. Elle activa un Reparus de ses mains tremblantes et tenta de soigner sa meilleure amie.


- Penny ? Penny, est-ce que ça va ?! Comment tu te sens ? Tu m’entends ?

Toute à son inquiétude pour la santé de son amie, l’Apprentie Voleuse ne remarqua pas tout de suite que la précieuse boîte pour laquelle elles avaient pris tant de risques était réduite à l’état de vulgaires bouts de bois qui jonchaient le sol. Tout comme elle ne remarqua pas le petit muret de pierres polies qui s’élevait juste devant Penny et qui ressemblait à s’y méprendre à un léger extrait du Château Vivant. Tibulle, de son côté, poussait du bout de sa nageoire un Gencive aussi inconscient que sa compagne d’âme, comme s’il avait pu le réveiller de la sorte.

L’ennui c’était que Penny ne se réveillait pas immédiatement après le Reparus. Cara se mordit la lèvre, maudissant bien proprement sa magie pas assez puissante, qui lui faisait trop souvent défaut. Elle leva vers Edryss un regard inquiet et lui demanda rapidement :


- Tu veux bien m’aider ? Je n’arrive pas à la ranimer toute seule. Mais en jumelant nos magies, cela devrait être suffisant… J’espère.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Edryss Lenor


avatar

Age du personnage : 14 ans

Familier : not yet
Couleur de magie : Bordeaux
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleur Patenté
Résidence : Lancovit
Dans le sac : Un trombone, des billes, deux kidikois, quelques armes courtes, mais tranchantes, sa boule de cristal, un livre... et bien sûr son calepin d'esquisses et son crayon.


MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Ven 18 Nov 2011 - 23:19

Ah décidément, les expressions faciales de Cara laissaient toujours Edryss sans voix. Oui c'était inoubliable. Et oui, elle pouvait cette fois prendre la kidikoi sans se battre. Mais ça, elle eut visiblement du mal à le réaliser. Le temps que l'image de la kidikoi arrive au cerveau, que le processus d'analyse se mette en place, que le système nerveux envoie un ordre... Voilà quoi. Les mots qu'elle était en train de prononcer moururent dans sa gorge au moment où elle vit la sucette, c'était pour dire ce que cela représentait à ses yeux. Mais oui, Edryss l'admettait, c'était ineeestimable... Oui, définitivement une alliée, cette Cara.

Il s'attendit presque à la voir se jeter sur lui pour l'attaquer de gratitude (avouons qu'il aurait quand même été pris au dépourvu pour le baiser...), mais un imprévu pas si petit que ça mit fin à la conversation. A vrai dire, Penelope fit une demande assez... folle à la boite magique. Le château Vivant, oui... Pourquoi pas, venant d'une petite boite, on aurait pu espérer avoir une brique... A la place, il y eut une explosion. Le vampyr n'eut pas le temps de se retourner qu'il se retrouvait déjà projeté au sol pour y faire deux ou trois roulades, avant de se remettre sur pieds dans le même élan que lui avait donné ce choc imprévu. Ses yeux vairons arrondis de surprise se posèrent sur le corps inanimé de Penelope qui, couverte d'égratignures, n'avait pas l'air au top de sa forme (ben tiens tu m'étonnes...)

Faisant abstraction de l'odeur âpre du sang, le jeune vampyr se précipita vers Penelope presque en même temps que Cara, qui avait l'air paniquée. Elle incanta un Reparus, qui n'eut guère de succès sur son amie. Edryss était maintenant dans une position encore plus inconfortable ; il savait ce qui allait suivre, et il ne se trompa pas. Il allait devoir utiliser la magie. Ayant toujours été assez réfractaire à cela, la demande de Cara le fit hésiter deux petites secondes, durant lesquelles plusieurs pensées le traversèrent. L'une de ses meilleures amies, comme tous les nains, haïssait la magie, à cause de quoi elle avait perdu la vie. De la main du propre père d'Edryss. Et si le jeune vampyr faisait la même chose avec l'amie de Cara ? Non, il refusait d'être comme la chose qui lui avait autrefois servi de père. Autrefois, car aujourd'hui, le jeune Voleur persistait à dire -ou plutôt à penser- qu'il ne le connaissait plus. Certes en aucun cas ce ne serait volontaire si Edryss échouait, mais s'il ne parvenait pas à aider Penelope ?

"Allons-y".

Ce n'était ni l'endroit ni le moment pour se poser des questions. Surtout ce genre de questions. Edryss s'approcha de Penelope, plaça sa paume gauche sur sa main droite, et dirigea ses deux mains vers la jeune femme inconsciente. Une lueur bordeaux illumina les longs doigts fins du jeune Voleur, alors qu'il incantait à son tour un Reparus. Il n'était pas sûr de pouvoir faire mieux que Cara, n'ayant pas de grandes affinités avec la magie (certainement moins que la jeune fille en tous cas), mais comme elle l'avait bien dit, s'ils unissaient leurs magies, cela devrait donner un résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2513-edryss-lenor#46328 http://tara-duncan.actifforum.com/t2485-edryss-lenor http://freedomthroughwords-chazste.blogspot.fr/2012/04/bienvenue
Penelope DelaClairière


avatar

Age du personnage : 16

Familier : Gencive un petit karkdent.
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sortcelière de Dame Sirella
Résidence : Château Vivant, à Travia.
Dans le sac : Un poignard, une brosse, une boule de cristal et moult gadgets inutiles

Affinités : Meilleure amie de Cara Davis.

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Ven 25 Nov 2011 - 18:06

La première chose que Penny remarqua fut qu'il faisait noir.

Très noir.

La deuxième chose fut... qu'il n'y avait pas de deuxième chose. Juste du noir partout, au sol, au plafond, à supposer que cet endroit possède un plafond. Penelope essaya de se lever, mais sans résultat. Elle se sentait comme paralysée. Et brusquement elle ressenti la douleur s'insinuer dans tout les pores de sa peau. Dieu que ça faisait mal. Pourtant elle ne pouvait pas crier, ni hurler juste essayer de faire fuir ce torrent de flammes qui envahissait son corps.

Dans tout cette effusion de souffrance Penelope réalisa soudain le pourquoi du comment. En effet elle ne savait plus ce qu'il s'était passé. Elle se souvint tout d'un coup.

Une explosion. Un cri. Une boîte.

A qui appartenait ce cri ? C'était un cri suraigu que Penny avait entendu avant de s'évanouir sous le choc de l'explosion. Un fille sans aucun doute. Mais qui ?
Et cette boîte, que venait-elle faire dans cette histoire ? Etait-ce la boîte qui avait explosé ? Ou alors Penelope avait-elle essayée de sauver la boîte d'une quelconque explosion ?

Toutes ces questions se bousculaient dans la tête de la jeune sortcelière et la douleur ne l'aidait pas à réfléchir. Puis, doucement, la brûlure s'évanoui, comme on souffle sur la flamme d'une bougie. Un fluide chaud, agréable se répandit dans les veine de Penny, ce qui la fit soupirer d'aise. Avec surprise elle réalisa aussi qu'elle pouvait bouger. Elle ouvrit les yeux lentement, effrayée par ce qui l'attendait.

Sa surprise fut à son apogée quand elle remarqua deux visage inquiets penchés au dessus d'elle. Avec curiosité Penelope ouvrit complètement les yeux pour détailler les deux silhouettes étranges. Le premier était un jeune garçon, la peau pâle, les yeux vairons ressemblant beaucoup à un vampyr. La deuxième était une jeune fille qui devait avoir à peu près l'âge de Penelope et qui semblait elle aussi sortie d'une explosion, à en croire l'état de ses cheveux. Elle avait une lueur de panique dans le regard, ce que Penny ne comprenait pas c'était pourquoi elle était inquiète. Elle paniquait pour Penelope ? Mais elle ne la connaissait même pas !

Ayant repris à peu près ses esprits, la jeune sortcelière réussit à articuler quelques mots :


- Bonjour, moi c'est... Penelope.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Dim 27 Nov 2011 - 23:14

Est-ce qu’un poisson, si ailé fut-il, était capable de faire du bouche-à-bouche à un krakdent inanimé ? Vraisemblablement, les quelques curieux qui se posaient la question n’allaient pas tarder à obtenir la réponse, car notre courageux Tibulle commençait à se résigner aux grands moyens devant le peu de réaction d’un Gencive désespérément inconscient. La dernière chose qui le retenait était la suivante : se faire gober tout cru ne faisait pas partie de ses priorités.

Tandis que le blll était aux prises avec un dilemme existentiel, une autre personne hésitait, un autre dilemme se jouait, juste à côtés des deux petits Familiers. Malgré son inquiétude aiguë pour sa meilleure amie, Cara n’avait pas manqué le très bref moment d’absence de son nouvel ami vampyr. Elle l’avait vue. L’espace d’une fraction de seconde, elle avait vu une sorte de lueur, comme un éclair paniqué dans les étranges yeux vairons d’Edryss. Son front se barra d’une fine ride soucieuse. Sans trop se l’expliquer, la jeune fille fut parcourue d’une fugitive intuition qui se dissipa avant même qu’elle n’ait eu le temps de la saisir. Et d’ailleurs, tout le reste se passa bien trop vite.

L’hésitation d’Edryss ne dura pas plus d’une ou deux secondes, si bien que Cara battit des paupières et douta d’avoir seulement vu le vampyr hésiter. Il n’empêche… il demeurait dans sa voix comme une appréhension, mêlée à une étrange angoisse. Etait-il simplement inquiet pour la santé de Penelope ? Il lui sembla que c’était bien plus profond que cela. L’Apprentie Voleuse secoua la tête. Ce n’était pas le moment de laisser sa curiosité maladive prendre le dessus. Penny avait besoin d’aide. Aussi hocha-t-elle la tête en direction d’Edryss et lui adressa-t-elle un petit sourire entendu en l’entendant accepter de l’aider.

Elle imita son geste, ses mains luisant d’une couleur d’un rouge plus vif et plus clair que celui du jeune garçon. Elle réincanta un Reparus et regarda avec appréhension leur magie se mêler en un étonnant dégradé de rouge, du bordeaux le plus profond au rouge le plus vivace, enveloppant le corps de Penny d’un baume chaud et rassérénant. Elle se mordit la lèvre, concentrée, priant de toutes ses forces pour que leurs efforts conjugués parviennent à ranimer sa meilleure amie. Au bout d’une trentaine de secondes insupportables, Cara vit avec soulagement les jolis yeux de Penny s’ouvrir lentement, vaciller, puis observer les deux visages qui se penchaient vers elle.

Elle semblait… comme neuve. Cara lâcha un soupir de soulagement bruyant qui souffla quelques mèches de ses cheveux, tandis qu’à ses côtés, Tibulle tournoyait sur lui-même pour fêter le retour de Gencive parmi eux. Toute à sa joie de voir son amie intacte, l’Apprentie Voleuse ne remarqua pas la lueur interloquée dans le regard de Penelope. Fébrile, elle la soutint par le bras, l’aidant à se mettre en position assise le plus délicatement possible, un grand sourire aux lèvres. D’un revers de la main, elle essuya le sang sur son propre menton écorché, sans prendre la peine de réclamer un Reparus à son tour. Elle avait l’habitude.

Blessure de guerre. C’était plutôt sympa ! Elle n’aurait qu’à dire qu’elle s’était battue à mort avec un BSH et qu’elle avait gagné. Oui, elle peaufinerait les détails plus tard.

Pour l’heure, il y avait Penny qui… qui prononça une phrase vraiment bizarre.

Sur l’instant, Cara ne réagit pas immédiatement. Le temps, sans doute, que l’information atteigne ses cellules grises, comme d’habitude. C’est fou ce que ça perdait, comme temps, de réfléchir ! Bref, les quelques mots prirent finalement sens dans l’esprit de la jeune brunette, qui écarquilla les yeux, dévisagea Penelope avec une expression indéchiffrable, puis échangea un regard avec Edryss…

... avant d’éclater d’un rire frais et vaguement hystérique (sans doute des restes de la panique qui l’avait assaillie).


- Par Demiderus, Penny ! s’exclama-t-elle entre deux éclats de rire, c’est pas drôle, franchement ! Tu m’as fait peur ! Nan mais quelle idée, de réclamer le Château Vivant ! D’habitude c’est moi qui fais ce genre de débilités. J’ai une très mauvaise influence sur toi !

Elle rit à nouveau et serra vivement la jeune blonde dans ses bras. Jeune blonde qui devait être encore plus effrayée à présent. Apparemment, Cara n’avait pas pris la réaction de Penny pour ce qu’elle était, mais pour une simple plaisanterie entre elles.

Après avoir proprement étouffé sa meilleure amie sous son étreinte, la brunette, beaucoup plus soulagée qu’il n’était nécessaire, la laissa respirer et reprendre ses esprits. Ce qui risquait de prendre plus de temps que prévu, si la jeune fille était sincèrement amnésique…

Elle se redressa et releva la tête vers Edryss, avec un sourire reconnaissant.


- Merci.

Mais il y avait autre chose. Une chose qui la taraudait depuis un moment. La répulsion du vampyr envers l’étrange boîte, son hésitation à pratiquer ne serait-ce qu’un petit Reparus, sa vague panique à l’idée de faire de la magie… Elle lui était d’autant plus reconnaissante d’avoir vaincu sa peur/répulsion/dégoût qu’il semblait avoir envers la magie pour aider Penny. Plus encore… elle ne s’expliquait pas pourquoi elle s’inquiétait brusquement pour lui autant que pour la blessée-amnésique. Si elle l’avait forcé sans le savoir à faire quelque chose qu’il détestait ou qui l’effrayait… comment allait-il réagir ?

Cara lança au jeune vampyr un regard sincèrement inquiet et demanda doucement :


- Ca va ?

La question avait l’air un peu incongrue, dans la mesure où ce n’était pas lui qui venait de voler en travers de la rue sous le souffle d’une explosion (enfin si, lui aussi, mais il en était sorti indemne !). Mais c’était plus fort qu’elle. Si elle avait su que Penny n’était pas du tout en état de faire des blagues et qu’elle était on ne peut plus sérieuse, peut-être aurait-elle vaguement plus paniqué qu’à l’heure actuelle…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Edryss Lenor


avatar

Age du personnage : 14 ans

Familier : not yet
Couleur de magie : Bordeaux
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleur Patenté
Résidence : Lancovit
Dans le sac : Un trombone, des billes, deux kidikois, quelques armes courtes, mais tranchantes, sa boule de cristal, un livre... et bien sûr son calepin d'esquisses et son crayon.


MessageSujet: Re: Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)   Mer 30 Nov 2011 - 21:15

Edryss retenait son souffle.
La magie était si instable, si incertaine à ses yeux. Il espérait de tout son cœur que la sienne, qui n'avait même pas pu sauver ses amis, allait pouvoir sauver Penelope. Peut-être avait-il surmonté cette répulsion parce que Cara était là, à ses côtés. Ou peut-être était-ce l'urgence du moment... Difficile à dire. L'aurait-il fait s'il avait été seul face à cette situation ? Le vampyr ne savait pas très bien comment répondre à cette question, mais il espérait que la réponse aurait été "oui".

Lentement mais sûrement, le jeune vampyr serrait progressivement les dents en fixant le corps de Penelope, avec l'espoir que ses yeux s'ouvrent. Edryss ne faisait même pas attention à l'attroupement qui se créait autour d'eux, toute son attention focalisée sur ce qu'il était en train de faire. Un troupeau de traducs aurait pu passer effarouché devant lui, il n'aurait probablement rien vu -ni rien senti- et s'il avait pu pâlir, il l'aurait sans nul doute déjà fait depuis longtemps. Cette expression plutôt réservée aux humains se traduisait chez lui par des pupilles anormalement étrécies, ce qui montrait peut-être davantage son état de nervosité extrême.

Après plusieurs dizaines de secondes, qui parurent interminables à Edryss, les yeux de Penelope s'ouvrirent, d'abord vaguement, puis elle se mit à regarder autour d'elle, se demandant certainement ce qui était en train de se passer. Cara sembla soulagée, vint immédiatement en aide à son amie, et ce fut seulement à ce moment-là qu'Edryss se permit de respirer et de retrouver une expression à peu près normale. Enfin, plus troublée qu'autre chose. Et elle ne mentait pas sur l'état intérieur du vampyr bel et bien troublé, si bien qu'il ne fit même pas attention une seule seconde au sang qui coulait de la blessure de Cara. Mais le principal était que Penelope allait bien. Enfin, c'est ce qu'Edryss pensait, avant d'entendre l'étrange phrase que prononça la rescapée de la boite magique.

Cara et Edryss échangèrent un regard, l'une sur le derrière, l'autre les yeux encore arrondis par ce qu'il venait d'entendre... puis la jeune brune éclata de rire. Edryss avait de l'humour, mais dans une situation comme celle-ci, même une blague volontaire, un numéro de cirque, le film Twilight, ne l'aurait pas fait rire. Il inspira profondément pour se calmer, retrouvant une expression plus grave, expression qui ne lui était pas habituelle. Chose qui lui fit un peu peur, Cara avait apparemment remarqué son hésitation, peut-être même la répulsion qu'il ressentait vis-à-vis de la magie. Est-ce que ça allait ? C'était sans doute la question sur laquelle Edryss mentait le plus... Non, ça n'allait pas si droit que ça ne le paraissait.

"Ça va" répondit-il d'une voix que la jovialité qui le caractérisait avait quittée. "Ça va..."

Il se tourna vers Penelope, le regard interrogateur. Était-elle vraiment amnésique ? Après un tel choc, c'était bien possible...

"Tu ne te souviens pas ? Tu as demandé le Château Vivant à une boite magique que vous avez volé à une dangereuse vampyre, toi et Cara !"

Son ton était un brin suppliant, comme s'il espérait encore que ce ne soit qu'une farce. Dans son état "normal", c'est-à-dire celui dans lequel il se cachait, il aurait trouvé ça drôle. Mais là, non, ça ne l'était pas. Et en général, une personne touchée par une explosion plaisantait rarement dès son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2513-edryss-lenor#46328 http://tara-duncan.actifforum.com/t2485-edryss-lenor http://freedomthroughwords-chazste.blogspot.fr/2012/04/bienvenue
 
Tourisme en Krasalvie, ou comment essayer de se la jouer DISCRET quand on est entouré de buveurs de sang (Penny + libre à qui veut squatter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [FAQ]Comprendre le jeu
» [Mini-Scénario] Anniversaire de Swann
» Introduction du premium dans le jeu
» Dragons (2010) DreamWorks
» Golemastoc / Golurk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Krasalvie-
Sauter vers: