AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: KrankarKrankarPartagez | 
 

 Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Dim 30 Oct 2011 - 2:29

Super. Cool. Magnifique.

Elle n’aurait pu rêver mieux.

Sans rire, qu’y avait-il de plus délicieux qu’un petit séjour forcé au Pays de Krankar, hein ? C’est sûr qu’elle n’avait pas assez d’ennuis en temps normal, il fallait nécessairement ajouter à sa malchance habituelle l’élément ô combien réjouissant d’une potentielle attaque de Trolls, Orgres, Orques, Gobelins et autres si sympathique (et si sexy) créatures puantes et répugnantes… capable de l’aplatir comme une crêpe en bougeant le petit doigt, ou de l’envoyer valser à travers le continent rien qu’en éternuant. Cara eut un sourire de pure ironie. Y avait pas à dire… tout allait su-per-bien.

A deux ou trois petites bricoles près, bien entendu.

Primo, ça empestait grave, par ici. Peut-être devrait-elle commencer par s’éloigner du troupeau de Brrraaas qui broutaient paresseusement à quelques centaines de mètres de là. Distance raisonnable, donc. Mais vraisemblablement pas suffisante pour éviter de la faire suffoquer. S’appliquant à respirer par la bouche (effort rendu d’autant plus compliqué par le fait que les bizzz vrombissant autour d’elle s’obstinaient à vouloir faire leur nid à l’intérieur de sa gorge) Cara continua sa progression en direction de la capitale.

Secondo, on l’avait tirée de son lit à une heure totalement indécente, et son visage avait à peine eu le temps de se défroisser qu’on l’ensevelissait sous un tas de recommandations, lesquelles se mélangeaient dans sa tête jusqu’à devenir une sorte de bouillie de mots incohérents. Elle avait bafouillé une question qui s’était résumée à « Heiiiin ? », mais n’avait obtenu aucune réponse gratifiante. Lorsqu’enfin elle avait émergé du bourbier dans lequel nageait son cerveau, ce qu’elle avait compris ne lui avait pas plu. Mais alors pas DU TOUT.

Examen surprise à l’Académie des Voleurs Patentés. Examen pratique, non théorique, bien entendu. Ce qui nous amène directement au Tertio, et à sa raison de sa lente et maussade progression aux pays des Trolls. Leurs professeurs (leurs tortionnaires, devrait-elle dire) n’avaient rien trouvé de plus amusant que de tester leur esprit analytique (déjà, elle partait avec des années-lumière de retard) et leur intuition (ça encore, ça allait), ainsi que leur capacité à déchiffrer des indices et à suivre une piste. Comment si elle avait une tête à chasser et à renifler le sol !

Bref, venons-en au Quatro, et non le moindre… Ces espèces de traducs malades avaient eu l’idée du siècle : c’était leurs propres Familiers, que les élèves qui passaient le test devaient être en mesure de retrouver. Ils avaient un sacré grain, n’empêche ! Cara avait beau être d’une mauvaise foi qui frisait l’impossible, il fallait bien qu’elle l’admette : elle n’était pas dans son état normal, sans son poisson ailé flottant bêtement à ses côtés en lui lançant des regards vitreux. Le « floc floc » rassurant de ses coups de queue, qu’elle trouvait d’habitude horripilant, lui manquait cruellement. Elle avait déjà une petite idée de la façon dont elle allait se venger de ce coup-bas…

La jeune fille eut un sourire quasiment sadique, puis secoua résolument la tête, faisant voler dans son dos sa tignasse brune aussi en ordre qu’à l’ordinaire (comprenez : chaotique). Un peu de concentration. Tibulle avait besoin de son aide, même si elle était persuadée qu’il ne risquait rien. Elle avait réussi à élucider les indices qui lui avaient été donnés avant son départ. D’où sa présence à Kria. Génial… ils n’auraient pas pu choisir, au hasard, un endroit un peu plus… accueillant et touristique ? Pourquoi pas Smallcountry et ses confiseries ? Omois et ses splendeurs ? Le Mentalir et son paysage de rêve ? Et ben non. Elle était là, petit bout d’humaine insignifiante au beau milieu d’une ville où les critères de beauté se résumaient à être… vert, gros et disproportionné.

Idyllique. Sans compter qu’elle n’avait pas eu le droit d’emmener Penny (ben oui, bizarrement, c’était considéré comme de la triche, de demander de l’aide extérieure, vraiment, elle ne comprenait pas pourquoi…). Tout ça pour dire : SLURK ! Inutile de préciser qu’elle n’était pas d’excellente humeur. Cara rumina encore un moment ses récriminations, puis jeta un petit coup d’œil vers le ciel, surprise de ne pas y apercevoir son petit nuage noir de mauvaise humeur personnel flotter au-dessus de sa tête. Fallait voir le bon côté des choses : au moins, il ne pleuvait pas.

A peine avait-elle formulé cette pensée dans sa tête qu’une goutte d’eau s’écrasa sur son nez, suivie rapidement par sa sœur jumelle en plein milieu de son front, une troisième dans le creux de son cou…

Aha, aha. Hilarant.

Cara lâcha un chapelet d’injures plutôt inventives et activa sa magie rouge, créant un petit dôme transparent au-dessus de sa tête, qui la protégeait de la pluie fine qui s’était mise à tomber. Puis elle activa le pas pour atteindre Kria. L’ennui, c’est qu’arrivée là, elle ne savait plus exactement où ni quoi chercher. Les premiers indices l’avaient menée jusqu’ici. Oui, certes… mais Kria, c’était grand (et moche, mais ça, ça n’avait aucun intérêt) et Tibulle était petit (et joli, même si là encore, elle ne voyait pas bien en quoi ça allait l’aider). Si elle était un professeur de l’Académie des Voleurs Patentés, où planquerait-elle un blll multicolore ?
Un vide intense salua sa question silencieuse.

Elle n’en avait pas la moiiiindre idée. Bon, plan B, donc. Tout en trébuch… déambulant au travers des rues de la capitale de Krankar, Cara ferma les yeux et tenta de capter les pensées de son Familier. Celui-ci lui répondit aussitôt, ce qui la rassura quelque peu. Il ne devait pas être très loin. L’ennui c’est qu’il ne pouvait pas lui transmettre énormément d’infos. La seule qui lui venait clairement était la suivante : il fait noir. Super. Merci Tibulle, pour cette précision vitale.

Ce que Cara n’avait pas calculé, c’est qu’en règle générale, quand on marche les yeux fermés, ça ne finit jamais bien. Déjà qu’en temps normal, les yeux grands ouverts, ça finissait toujours mal, il y avait peu de chance qu’elle échappe à la règle. Bingo ! La jeune fille heurta de plein fouet quelqu’un qu’elle n’avait pas vu (logique, hein), si bien qu’elle perdit l’équilibre, se rattrapa tant bien que mal à ladite personne qu’elle avait bousculée et se rétablit de justesse en s’exclamant très vite :


- Oups, pardon, excusez-moi. Je suis sincèrement désolée, je ne vous avais pas v...

La jeune fille s’interrompit net en posant son regard d’eau sur la victime de sa maladresse. Oh, nan, pitié… tout, TOUT, mais pas ça. Ces cheveux pâles, ce visage horripilant de perfection, ce maintien… Cara relâcha aussitôt le bras qu’elle avait saisi pour rétablir son équilibre, comme si elle s’était brûlée, et recula de quelques pas en esquissant une petite moue.

- Oh, c’est toi… Dans ce cas, je retire ce que je viens de dire, je ne suis pas désolée.

Sai.

Bien sûr. Il ne manquait plus que lui à ce scénario catastrophe. Ma-gni-fique… elle qui croyait qu’il ne pouvait plus rien arriver de pire… La jeune Voleuse leva les yeux au ciel. Qu’avait-elle fait pour mériter ça ? Elle avait pourtant été sage, dernièrement, nan ? Pourquoi la punissait-on de manière aussi cruelle ? Ca y est, elle sentait d’horribles démangeaisons lui parcourir les bras. Pas de doute : elle était hautement allergique à Sai. Elle inspira profondément. Bon, elle pouvait difficilement échapper à la confrontation maintenant. Tibulle allait devoir attendre un peu. Sai n’avait pas encore ouvert la bouche qu’il lui donnait déjà envie de se taillader les veines avec un timbre poste. Autant prendre les devants. La meilleure défense, c’est l’attaque, paraît-il.

Aussi Cara eut-elle un sourire sournois en ajoutant d’un ton moqueur :


- Tiens… tu as décidé de demander conseil aux Trolls pour améliorer ton sex appeal ? Il ne fallait pas te donner cette peine, voyons, tu es déjà parfaitement horripilant !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Dim 30 Oct 2011 - 14:47

Tient, Cara... Quel déplaisir

_____________


Une petite grenouille bleu, sagement endormis sur la tête argenté de son frère d'âme, rêvait. Il rêvait d'une compagne, tout aussi bleu que lui et très jolie. Il sautait avec elle dans le lac de Krasalvie, chantant -horribement faux- une chanson d'amour. C'était un jolie rêve qui aurait pu se terminer dans un baiser mais le foutu albinos qui partageait son quotidien l'avait réveiller d'une simple pensé. Roko était furieuse est lui avait bien fait comprendre mais Sai l'avait totalement ignoré, expliquant simplement qu'il en avait assez d'être enfermé dans le QG et qu'il avait besoin de sortir. La grenouille soupira doucement et lui fit savoir qu'il y avait plein de chose à faire ici mais le vampyr n'en avait rien à faire. Il glissa un bandeau sur ses yeux et d'un transmitus disparut sous les yeux surpris des Ombres.

Ah... Kria. Une ville marchande qui laissait toujours un Sai admiratif. Il ne pouvait voir la ville mais les odeurs diverses le rendait fou de bonheur. Autant qu'un vampyr peut l'être ou le laisser paraitre bien sûr. Quand un troll ne passait pas à côté de lui bien sûr. Le jeune chef dériva sans but dans les ruelles pensant à toutes les personnes qu'il avait croisé ses derniers temps et à celles qu'il n'avait pas revu.

Il y avait bien une fille. Une emmerdeuse professionelle si vous voulez son avis. Une jeune fille à l'odeur envoutante mais à la maladresse embêtante. Plus que ça à vrai dire. Cette Cara avait foutu en l'air la dernière mission qu'il avait effectuer. Bien sûr, la garce avait nier les faits et avait affirmer que tout était de sa faute. Hn. Vous y croyez vous ? Bon, peut-être qu'il n'avait pas été assez attentif... *Naaaan, c'est sa faute. Point barre* corrigea Sai qui activa sa magie pour se proteger de la pluie au même moment

Soudain, sans qu'il ne s'y attende il se fit bousculer, brisant le flot de ses pensées. Il poussa un bref grognement en sentant la poigne féminine autour de son bras. Il tourna légèrement la tête vers elle écoutant la voix inconnue... Pas si inconnue que ça à vrai dire. Quand on parle du loup on en voit la queue comme on dit. L'aveugle eut un léger sourire. Super... La demoiselle l'agressa ce qui redoubla le sourire du vampyr.

- Tient, Cara... Cela faisait longtemps. Pas assez malheureusement.

Roko soupira encore. Il trouvait que ces deux là ce comportait comme de vrai gamin. C'était très drôle un temps mais maintenant il commençait vraiment à en avoir marre. La grenouille sauta sur la demoiselle, frottant son petit nez contre sa joue. Sai grogna. Visiblement, son trop adorable familier adorait un peu trop la brunette. Tss...

- Je sais que tu me trouves irrésistible -ne le nie pas- mais de là à me suivre jusque dans le pays de ces charmants trolls... A moins que tu ne sois venu chercher un de leur produit pour cacher l'odeur nauséabonde qui émane de toi ?


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Dim 30 Oct 2011 - 23:40

Aha aha. Hilarant. Mais c’est qu’il était d’humeur comique, aujourd’hui, son rabat-joie personnel ! Cara dut faire un effort considérable pour ne pas sourire. Tiens, d’ailleurs, pourquoi diable avait-elle envie de sourire ? Elle était pas censée être de mauvaise humeur, là ? Oui ben, elle l’était. Totalement. Carrément. Doublement, maintenant que Sai était dans un rayon de moins d’un mètre. Si elle n’avait pas été dotée de la pire mauvaise foi de tout AutreMonde, peut-être aurait-elle cependant avoué que tout ceci l’amusait sincèrement. Non. Non, n’importe quoi. C’était pas le moment, ni l’endroit. Par tous les Démons des Limbes, un peu de concentration !

Profitant sournoisement du fait que Sai ne pouvait pas la voir, elle lui tira allègrement la langue. Voilà, ça, déjà, c’était une bonne chose de faite. Cinq ans et demi d’âge mental, mais au moins, ça soulageait un peu. Au moment où elle ouvrait la bouche, pour contre-attaquer avec une nouvelle remarque acerbe, un détail qu’elle n’avait pas prévu s’immisça entre eux. Détail nommément appelé Roko. Le petit kroa bondit jusqu’à son épaule, et Cara ne put s’empêcher de lui décocher un sourire attendri, tandis que la grenouille entreprenait de… ben de lui faire un câlin, en fait. La jeune fille laissa échapper un petit rire et tendit le doigt pour effleurer la tête du kroa du bout de l’index. Tout s’expliquait… pour compenser le côté exaspérant de Sai, il fallait au moins un Familier plus qu’adorable.


- Roko, s’exclama l’Apprentie Voleuse, TOI, en revanche, ça fait plaisir de te voir ! Comment vas-tu ? Ca doit pas être facile tous les jours, avec cet animal-là…

La jeune fille eut un vague geste du menton en direction dudit animal, à savoir, Sai lui-même. Elle caressa un instant la petite grenouille et poussa un vague soupir. Son geste lui rappela cruellement qu’il lui manquait quelque chose. Quelqu’un. Tibulle, qui lui faisait discrètement savoir qu’il avait peur du noir et qu’il avait faim, donc que si elle pouvait se dépêcher de le retrouver, ça serait super. Cara esquissa une moue et tenta de lui envoyer des pensées réconfortantes. Patience, Tibulle, patience.

Puis, la réalité de ce qu’elle était en train de faire la frappa soudain. Attendez une petite minute… est-ce que, par le plus grand des hasards, elle n’était pas en train de faire un câlin au Familier de celui qui lui vrillait les nerfs rien qu’en étant… là ? Ca avait un côté un peu… étrange, non ? Oui, mais Roko était si mignooooon… Bon, concentration, on a dit ! Il y avait une bataille à mener, bon sang. Ils n’en étaient qu’à la première manche, elle n’allait quand même pas abandonner la lutte. Allez hop, riposte, et que ça saute ! Cara eut un petit rire moqueur et répliqua de sa voix rieuse :


- Sérieusement ? Sérieusement, c’est tout ce que t’as trouvé comme insulte : je pue. Et ben, je vois que tu t’es un peu rouillé depuis la dernière fois. Allons, un peu de nerfs, je suis sûre que tu peux faire mieux que ça. Je te montre !

Hop, premier coup-bas et feinte. Un point pour elle. Lancement de la deuxième contre-attaque enclenché dans trois, deux, un… Cara se racla la gorge, faisant mine d’être sur le point de prononcer un discours pour libérer tout un peuple d’esclaves (au moins) et lança d’un ton narquois :

- A mon humble avis, l’odeur nauséabonde que tu sens vient plutôt du fait que ton nez est situé un peu trop près de ta bouche.

Paf, second coup-bas. Touchéééé. La jeune fille se tint sur ses gardes, prête à toute éventualité. Les joutes verbales n’étaient jamais aussi épicées et enthousiastes qu’avec Sai. Mais surtout, ne jamais le lui répéter. Surtout pas. C’était une question de vie ou de mort. Pire, une question d’honneur. Bref. Restait un point à éclaircir auprès de cet exaspérant buveur de sang persuadé de son charme. Lui, irrésistible ? Pffff… Alors là… Ri-di-cule. Il n’était pas DU tout son type. Effectivement, si on aimait les cheveux d’argent, les traits ciselés de perfection, le teint pâle, et les mecs qui se baladaient avec un bandeau sur les yeux, alors là, oui, on pouvait potentiellement penser que peut-être il pouvait sans doute plaire à quelques éventuelles et rares demoiselles en manque. Mais c’était tout ce qu’elle était prête à lui concéder.

Tibulle, qui n’avait rien d’autre à faire que de capter les pensées de sa compagne d’âme, eut un ricanement ironique très parlant, que Cara saisit clairement, suivi d’un simple mot qui retentit dans l’esprit de la jeune fille : menteuse. Pffff ! Elle haussa mentalement les épaules (un record) à l’attention de son Familier. Comment ça, « menteuse » ? Pourquoi, « menteuse » ? Certes, Sai avait un certain charme. Ceeertes, quand il souriait, on ne pouvait pas dire que c’était désagréable. Ceeeertes, elle ne pouvait pas très bien s’expliquer pourquoi, mais elle aimait beaucoup le bandeau noir qu’il portait sur les yeux. Ca lui donnait un certain style qui… BREF !

Maudissant Tibulle pour l’avoir momentanément détournée de son combat verbal (le blll risquait d’attendre dans le noir encore un moment, ça lui fera les pieds… enfin, les nageoires), elle inspira profondément et reprit les armes :


- Et ne te surestime pas trop, Monsieur Je-Suis-Irrésistible, je préfèrerais encore traquer un Troll.

Oui, heu… En fait, non, pas du tout, c’était archi-faux, mais Sai n’était pas obligé de le savoir. Cara esquissa son mouvement d’épaule nonchalant (sa marque de fabrique) et ne comprit pas bien pourquoi elle éprouva le besoin d’ajouter :

- C’est Tibulle, que je cherche.

Comme si le petit kroa allait pouvoir combler un moment le vide qu’avait laissé l’absence du poisson ailé à ses côtés, Cara se surprit à effleurer à nouveau la tête du Familier, en lui décochant un sourire simple et plein de fossettes.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Lun 31 Oct 2011 - 17:16

*Espèce de petit traitre ! Sale petit crapaud visqueux ! Je me vengerais* Roko se contenta de rire dans son esprit continuant de son blotir contre l'humaine qui était définitivement A-DO-RA-BLE ! Le petit kroa avait quelques ressemblances avec la Dendrobate bleu. Vous savez, cette petit grenouille dont le simple touché était venimeux. Le vampyr rit mentalement. Quel dommage qu'il n'en soit pas vraiment une. Il aurait adoré entendre le rire de cette peste de transformer en cri de souffrance. En faites, il disait ça mais il l'aimait bien cette humaine. C'est vrai quoi, cela changeait des remarques blessantes de Deino, celle de Cara était au moins marrantes. Et puis, quelle odeur charmante. Le vampyr croisa les bras sur son torce alors que la demoiselle affirmait que la pique qu'il le lui avait lançé était nul. Tss... Et dire qu'il était horripilant, ce n'était pas nul peut-être ? Elle ajouta ensuite que l'odeur qu'il pouvait sentir venait surement de sa bouche. Il eut un rire dédaigneux.

- Ne prend pas ton cas pour une généralité, ma chère Cara. Moi au moins que sais ce qu'est une brosse à dent.

PAF ! Dans tes dents ! Quand la demoiselle affirma qu'elle préfèrait traquer un troll plutôt que de le suivre le jeune chef fut tenter d'activer son charme vampyrique. Bon, c'était interdit certes mais les limites étaient bien faites pour être franchises, non ? Et puis, même si il était narcissique on ne pouvait nier qu'il était beau. Oh, et il n'attirait pas que les femmes mais aussi de charmant jeune homme. Je referme la parenthèse. Sai soupira doucement face à la remarque de Cara. Et après on disait que c'était lui qui rouillait ? Voyons... Soudain, la brunette rajouta quelque chose. Quelque chose de véritablement important qui surpris Sai. Elle cherchait son familier. Sai fronça les sourcils, c'est vrai qu'il n'avait pas sentit sa présence...

Sai savait ce que c'était de ne pas retrouver son familier. Lors de son kidapping, il y a de ça plusieurs mois, il n'avai plus sentit son familier près de lui. Il connaisait cette angoisse, ce vide dans l'âme... Peut-être qu'il allait l'aider. Après tout, elle n'était pas vraiment un garce...

- Peut-être qu'un Troll avait faim et a décidé de faire de frire ton familier.

Bon, ça c'était cruel. Avons-le... Sai glissa une main dans ses cheveux neiges dans un air légèrement gené. Il décida de se rattraper en proposant son aide. Il prit un air sur de lui, le genre des personnes qui n'ont peur de rien et dis :

- Ou peut-être pas. Bon, j'ai pas grand chose à faire pour le moment. Je pourrais éventuellement... si tu me supplie bien sûr... t'aider à le retrouver.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Mar 1 Nov 2011 - 0:49

Gnia gnia gnia… Elle lui en foutrait, des brosses à dent, tiens. Non mais quelle ironie, de la part d’un vampyr, sans blague ! Cara esquissa une petite grimace en accusant l’insulte sans broncher… mais sans répliquer immédiatement, ce qui l’inquiéta. Ouh là, en temps normal, elle ne mettait pas plus d’une demi-seconde avant de riposter. Elle ne devait vraiment pas être en forme. Bon, pas la peine de chercher des excuses. Familier ou pas Familier, en face de Sai, on ne pliait pas et on ne se rendait pas. Jamais. Question de principe. Aussi lâcha-t-elle un petit ricanement de dérision, prise d’une soudaine inspiration :


- Une brosse à dent, vraiment ? Quelle ironie venant de toi et tes jolies canines. Parce que tu sais comment t’en servir, d’une brosse à dent, peut-être ? Je pensais que tu te contentais d’aiguiser tes canines avec une lime à ongle avant de croquer un lapin…

Toc, non mais. Elle n’allait quand même pas se laisser faire aussi facilement. Elle n’était pas d’humeur, hein ! Il lui manquait son allié numéro 1 (quoi qu’à la réflexion, ce n’était certainement pas Tibulle qui allait l’aider à trouver des répliques cinglantes). Bref, on ne frappe pas un homme à terre, ce n’est pas loyal. Heureusement que Roko était là pour compenser admirablement le sale caractère de son maître. Elle se demandait d’ailleurs sincèrement comment le petit kroa avait pu choisir un personnage aussi horripilant.

Si un animal à ce point adorable et chaleureux avait réussi à trouver des qualités à Sai… c’est bien qu’il y en avait, quelque part. Elles étaient juste suuuuuper bien cachées, quoi. Enfin peut-être. Au moment où Cara en arrivait à cette conclusion, une ride pensive barrant son front, le sujet de sa réflexion ajouta une remarque de plus à son quota. Remarque au sujet de son Familier. Remarque fort peu subtile, qui la fit immédiatement redresser la tête. Si Sai ne vit pas directement le regard noir que lui lança Cara, il dut le sentir tant il était appuyé. En réalité, si un regard avait pu tuer, le vampyr serait tombé raide mort sur le champ.

Nan mais quel abruti ! Ca c’était plus un coup-bas, c’était carrément hors limites ! La jeune fille le fixa intensément de ses grands yeux couleur liquide, comme si elle voulait lui faire exploser la tête rien que par la force de sa pensée. Peine perdue, bien entendu. Elle serra les dents et inspira profondément pour se calmer. Elle n’était pas réellement inquiète pour Tibulle… Enfin, si, un peu, mais c’était inconscient. Elle savait que c’était un examen, qu’il ne risquait rien. Oui mais voilà, privée de son Familier, elle n’avait plus vraiment de repères. Déjà qu’en temps normal, elle n’en avait pas des masses, de repères, alors là… c’était la catastrophe. Elle n’avait jamais remarqué à quel point le petit poisson rabat-joie et discret à ses côtés était son point d’ancrage.

Elle avait l’impression d’errer sans but… Disons, plus qu’à l’ordinaire. Alors entendre dire que Tibulle avait sans doute fini comme casse-croûte dans le ventre d’un Troll. Brrr… Cara eut un léger frisson. C’était stupide, bien sûr, et elle n’y songeait pas une seule seconde. Mais voilà… Sai avait réussi à la déstabiliser. Et elle lui en voulut d’autant plus pour ça. Tibulle, qui continuait à capter ses pensées (ce qui était plutôt bon signe) entreprit de la rassurer en l’informant que même s’il faisait noir, par ici, ça ne sentait pas le chaud, donc il n’était probablement pas dans un four. C’était toujours bon à savoir…

Maintenant la revanche… Au moment précis où l’Apprentie Voleuse entre ouvrait les lèvres pour balancer on-ne-savait-quelle-nouvelle-vacherie, elle s’interrompit d’elle-même devant l’air vaguement gêné de son rival. Heu… Hein ? Elle fronça les sourcils, prise de court. Il nous faisait quoi, là, exactement ? La surprise de la jeune brune se transforma en stupéfaction totale lorsque le vampyr en vint au fait, et lui proposa presque directement son aide. Alors là… là… elle devait bien admettre qu’il venait de réussir à lui clouer le bec. Okay, chapeau bas, il avait gagné cette manche-là, elle la lui accordait bien volontiers… Les lèvres entre ouvertes, les yeux écarquillés et l’air un peu hagard, la jeune fille offrait un magnifique tableau qui avait un vague air de famille avec son propre Familier disparu. Elle resta inerte pendant plusieurs secondes, ce qui avait quelque chose de légèrement inquiétant.

Logique. Son logiciel interne venait tout simplement de planter. Faille dans le système.

Error.

Son cerveau refusa d’analyser la donnée qu’on venait de lui fournir. Il en était tout bonnement incapable. Après une lutte interne et harassante, les quelques cellules grises qui avaient réchappées au cataclysme entreprirent de traduire ce qui venait de se passer. Cara cligna des yeux, fixant Sai comme si elle s’attendait à ce qu’il se transforme en… ben en n’importe quoi d’autre que lui-même.

Il voulait l’aider. Ok, ok… Pause, retour en arrière. Il voulait l’aider

Hm ! La jeune fille eut une petite moue méfiante, et couva le vampyr d’un regard désormais soupçonneux.


- Pourquoi ? finit-elle par dire de façon un peu plus abrupte qu’elle ne l’avait souhaité en réalité, il est où, le piège, là ? Qu’est-ce que je suis censée comprendre ? Tu es désespéré à ce point ?

Elle ne s’attendait pas vraiment à ce qu’il réponde, bien sûr. Comme si le petit kroa avait pu apporter la réponse à sa confusion, elle lui jeta un regard interrogateur, puis poussa un léger soupir en secouant la tête :

- Je te préviens, si c’est pour ruiner mes efforts comme la dernière fois, c’est même pas la peine d’y songer, je me débrouillerais mille fois mieux toute seule ! Il n’est pas question que je rate mon examen encore une fois à cause de toi !

La jeune fille pointa inutilement un doigt accusateur dans la direction du jeune homme, comme pour le défier de protester.

- Parce que oui, c’est un examen, c’est super important et…

Elle s’interrompit d’elle-même, touchée par un inexplicable éclair de lucidité. En toute honnêteté, si Sai était sincère et qu’il ne voulait rien de plus que l’aider à retrouver son Familier… n’avait-elle pas tout intérêt à accepter sa participation ? Elle n’allait certainement pas cracher sur les dons supernaturels des vampyrs pour retrouver leur proie, par exemple. Ok, c’était peut-être un peu de la triche, sur le principe… mais les examinateurs n’avaient pas précisé qu’ils n’auraient pas le droit de demander de l’aide sur place. Et puis bon, c’était pas sa faute, c’était Sai qui l’avait proposé d’abord, hein ! Cara fit donc un violent effort pour refouler son amour-propre et adoucit du mieux qu’elle put son ton de voix pour reprendre finalement :

- … et en fait, si vraiment tu tiens à m’aider, ben… je vais pas t’en empêcher, après tout.

Elle haussa les épaules, comme si tout ceci n’avait aucun intérêt (alors qu’en réalité, elle espérait très fort qu’il n’allait pas subitement changer d’avis), puis se mit à se mordiller l’index, tic nerveux qui la prenait chaque fois qu’elle réfléchissait un peu trop.

- Bon, alors, procédons avec logique… Tu connais un peu Kria, toi, ou pas du tout ? Tu saurais pas, par hasard, s’il y aurait une prison, des sous-sols, des galeries souterraines… n’importe quoi qui soit « dans le noir » ? C’est la seule info que peut me donner Tibulle.

A nouveau, une pensée lui traversa l’esprit au moment où elle terminait sa phrase. Décidément, c’était la journée des éclairs de génie, il fallait vraiment qu’elle fasse attention, ou elle allait choper une migraine dans les minutes qui allaient suivre. La surchauffe, c’était jamais bon ! Cara fronça les sourcils.

- On est bien d’accord, c’est sans contrepartie, hein ? Tu n’attends rien en échange de ton aide ?

Moui, parce qu’il valait toujours mieux se méfier de l’eau qui dort. Et pire encore, du vampyr qui propose son aide.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Mar 1 Nov 2011 - 15:51

HS: *Mange une banane tout en écrivant*

- Ah oui ? Tu es sûr de ça ? Tu veux vérifier peut-être ?

Comment ça s'il savait s'en servir d'une brosse à dent ? Oh, vilaine fille... Faut te punir ! Notre bien aimé albinos s'approcha dangereusement de la pauvre fillette qui avait oser insulter sa chère dentition, dentition qui approcha lentement du visage de Cara. Finalement, il fit claquer sa machoire, à quelques milimètres du visage de la première sortcelière avant de se reculer, moqueur. Hum... On ne cherche pas un vampyr, surtout quand celui-ci s'appelle Sai Niwa ! Ou risque d'une crise cardiaque. Et c'était surement ce que venait de vivre la demoiselle. De voir les crocs d'un prédateur (aussi sexy soit-il) d'aussi près n'aide pas vraiment à garder une bonne santé.

Visiblement, la remarque de Sai sur le familier de Cara ne lui avait pas plus. Le jeune vampyr, pas très fier de lui sur ce coup là il fallait l'admettre, décida de se faire pardonner. Et puis, avec la maladresse naturelle de la brunette, elle risquait de mettre longtemps avant de retrouver son petit poisson ailé. Une jeune demoiselle en détresse, et lui qui était-il ? Un preux chevalier. Oui oui, vous avez lu. Et enlever se sourire moqueur du visage. Sai à le complexe du héro, que voulez-vous... On a chacun ses petits problèmes. Voilà pourquoi le jeune homme lui avait proposer son aide. Visiblement, cela avait choquer Cara. Oh, pour si peu... Sai allait lui expliquer ses raisons (c'est à dire en mentant) mais la Davis était bien trop bavarde. Elle ne lui laissa pas le temps dans placer une. L'aveugle grogna et glissa ses mains dans les poches de son jeans. Le jeune homme écouta ses remarques avec agacement, tous en ayant une pensée totalement hors sujet. Il aurait peut-être du mettre des chaussures aujourd'hui. Même si il n'aimait pas en mettre il pleuvait quand même beaucoup. Bha... Tant pis. Il en avait l'habitude en krasalvie. Une fois le blablatin de la demoiselle terminer... en cour de phrase d'ailleurs... il ne put s'empêcher de faire la remarque suivante :

- Primo, tu n'as besoin de personne pour raté un examen. Secondo, avec tous tes membres gauchés tu ne trouverais pas ton familier même si il était sous ton nez et tertio... Hum... j'ai pas de tertio pour le moment mais ça viendra.

La jeune fille finit par terminer sa phrase en disant simplement que si il voulait vraiment l'aider elle n'allait pas s'y opposé. C'est bien ma grande, tu arrives à réfléchir intelligemment avec le peu de cerveau que tu possèdes. Sai fut tenter de lui dire que finalement il refusait mais elle semblait si desespérée sans son familier... Bha... C'était une peste mais on pouvait bien faire des efforts. Entre rival...

- Il y a des prisons, des sous-sols, des souterrains, des grottes pour les touristes... Ton indice et très mince et je ne penses pas que c'est ainsi que tu vas le retrouver ton poisson. T'as jamais pensé à fermer les yeux et sentir le lien qui vous unis ? Plus tu t'éloignes de tibulle et plus le lien se tendra, jusqu'a la douleur. A l'inverse, plus tu t'en approches et... bon je vais pas te faire un dessin non plus. Arrête d'utiliser tes yeux, voilà mon conseil.

Cara lui demanda ensuite une chose, une chose étrange qui n'était pas venu à l'esprit de Sai à vrai dire. Mais c'état si gentiment proposé. Sans contrepartie ? Bien sûuuuur, tu rêves debout petit humaine.

- Si j'attends quelque chose ? Voyons pour qui me prends-tu... Evidemment que j'attend quelque chose en retour, mais tout vient à point à qui sait attendre. Retrouvons ton familier, c'est le plus important pour le moment.

Sai eut un sourire carnassier.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Mer 2 Nov 2011 - 20:21

[HS : lol Eh ben, comme quoi, c’est très inspirant, de manger une banane ! Actuellement, c’est jus de pomme pour moi, on va voir si ça fait le même effet…]

Il allait le lui payer. Cher. Très cher. Elle ne savait pas quand. Elle ne savait pas où. Elle savait encore moins comment. Mais une chose était sûre : il n’allait certainement pas s’en tirer à si bon compte. Môssieur se permettait d’exhiber ses canines pour effrayer les gens, et ça, ce n’était pas DU tout loyal, voilà. Quoi, il n’avait pas lu le bouquin de « Comment faire chier sa rivale dans les règles de l’art » ? La faire flipper en claquant des dents un peu trop près de sa gorge faisait partie des interdits. Oui, parfaitement. Et si un tel livre n’existait pas, et bien elle n’allait pas tarder à s’atteler à sa rédaction. Ca devenait urgent.

Fort heureusement pour elle, la mauvaise foi olympique de Cara lui sauva la mise, ce qui était une grande première. Elle l’empêcha notamment d’avoir un mouvement instinctif de recul, et d’afficher une quelconque émotion. A l’extérieur, donc, l’Apprentie Voleuse avait eu l’air imperturbable… Enfin, pas exactement… Car oui, elle avait eu un frisson incontrôlable et avait dû lutter pour ne pas faire un pas en arrière en activant sa magie. Et son léger silence face à la menace moqueuse de Sai était plus parlant que la moindre réaction apeurée. Le simple fait d’avoir pu se permettre d’avoir peur de LUI ne serait-ce qu’une fraction de seconde redoubla son agacement.

Plus de doute, il y aurait vengeance. Tardive, peut-être… mais vengeance malgré tout. Dès qu’elle aurait trouvé une idée lumineuse. Ce qui pouvait effectivement prendre des décennies, à la réflexion. Mais après tout, la vengeance est un plat qui se mange froid… Enfin, en l’occurrence, Cara ressentait plutôt l’irrépressible envie de faire cuir le vampyr à petits feux. Cette pensée la ramena (bien curieusement) à Tibulle et à cette histoire de friture. Avec moult efforts pour se forcer à écouter ce que son « partenaire » momentané avait à dire (brrr, rien que le mot lui faisait venir de l’urticaire), Cara… s’agaça davantage. S’il n’avait que ça à dire, autant le planter là et se débrouiller seule, hein !

Ce qui l’ennuyait, en réalité, c’était surtout la vérité des propos de Sai. Même tournés en moqueries, ils n’en étaient pas moins réels… et on ne réfute pas un fait avéré. Oui, c’était tout à fait vrai, ce ne serait pas la première fois qu’elle raterait un examen sans l’aide de personne. Et oui, elle était assez maladroite pour errer pendant les dix prochaines décennies à la recherche de Tibulle. Le fait que ce soit vrai n’était pas dérangeant, en soi… Ce qui l’était davantage, c’était que ses défauts soient énoncés aussi clairement par la seule personne à laquelle elle ne pouvait décemment pas dire « Oui, tu as raison » sans s’écorcher les lèvres.

Aussi se contenta-t-elle de pousser un soupir las pour toute réponse, qui signifiait… un peu tout et n’importe quoi. Ce qui était incroyablement pratique. Cara ne s’en rendait probablement pas compte, mais sa réelle force venait de cette façon qu’elle avait de prendre une telle distance vis-à-vis d’elle-même. Elle le prouva soudain en répliquant d’un air blasé :


- Ton Tertio, mon vieux, c’est que je parle trop pour ma santé.

Dans sa voix perçait un rire d’autodérision qui lui donnait un timbre particulier. Sur ces bonnes paroles - enfin, bonnes, tout dépendait du point de vue, elle venait de gaspiller une phrase pour rien, il n’y avait même pas une insulte envers Sai, là-dedans ! – la jeune brune se concentra à nouveau sur les mots de son irritant interlocuteur. L’écouter déballer sa science aurait normalement dû l’énerver à un niveau astronomique. Là, elle avait réussi, par un miracle qu’elle ne s’expliquait pas bien, à passer outre, pour se concentrer sur l’essentiel : retrouver Tibulle. Comme si cela avait pu l’aider à cogiter, Cara accompagna ses réflexions intensives de nombreuses grimaces perplexes au comique indéniable. Bon, ok, la piste donnée par son Familier… Hrm, enfin, si on pouvait appeler ça une piste… Etait morte avant d’avoir vécue, si on en croyait l’esprit logique de Sai.

Le lien qui l’unit à Tibulle ? Cara faillit éclater de rire. Nan mais il croyait quoi ? Qu’elle comptait jouer de l’harmonica le long du trottoir jusqu’à ce que son poisson retrouve tout seul le chemin du retour ? Bien sûr qu’elle y avait pensé… Elle n’arrêtait pas de communiquer avec Tibulle (bien qu’il soit étrangement calme, depuis quelques minutes…), ce qui signifiait qu’ils étaient tout proches l’un de l’autre. Ceci dit… Maintenant qu’elle y pensait, Sai venait de soulever une idée intéressante. Non, ne rêvez pas, elle n’allait certainement pas lui dire ça. Jusqu’à maintenant, elle s’était contentée de demander des informations sur ce qui entourait Tibulle. Jamais elle n’avait pensé que leur liaison puisse être autre chose qu’une simple communication. Et si c’était… comme un fil, qu’il fallait suivre ? Quelque chose qui lui indiquerait aisément la cachette de son poisson ailé ? Un peu comme un parcours fléché, en somme…

Moui… mais il y avait un hic, quand même… Au moment où elle s’apprêtait à en faire part à son « partenaire » (non, décidément, elle n’y arrivait pas), ce dernier décida de rejouer les comiques. Super. Une contrepartie à payer à son rival pour lui avoir filé un coup de main. Il ne manquait plus que ça. C’était le pompon ! Les yeux de Cara se plissèrent devant le sourire un peu trop carnassier de Sai. Cool. Ca promettait, ça… La jeune fille eut un vague frisson d’appréhension qu’elle chassa d’un battement de cils. Un problème à la fois. Elle y songerait plus tard. Elle se contenta donc d’un maussade :


- Super, j’en frétille d’avance, comme dirait Tibulle.

Le poisson-ailé en question protesta vivement. Nan mais n’importe quoi, il ne dirait jamais un truc pareil ! Cara sourit malgré elle. Il allait bien, c’était le principal. N’empêche, elle n’arrivait toujours pas à comprendre pourquoi Sai avait l’air sincèrement concerné par la disparition de son Familier. Elle rajouta ce détail à la longue liste des choses qu’elle aurait bien aimé résoudre chez lui. Puis elle en revint au principal.

- Bon, ok… Je le sens, le lien. La preuve, il arrête pas de se plaindre, depuis tout à l’heure. C’est justement ce qui m’a menée jusqu’ici. Je capte très bien ses pensées, j’imagine donc qu’il n’est vraiment pas loin…

De mauvaise grâce, la jeune fille ferma les yeux, suivant malgré elle le conseil de son rival de ne pas se fier à sa vue. Ben oui, forcément, que pouvait-il dire d’autre ? Elle inspira profondément et se concentra sur cette douce chaleur qui émanait de son cœur à la pensée de Tibulle. Effectivement… à la lueur des paroles de Sai, elle remarquait à présent que le lien intrinsèque entre eux était… comment dire ? Comme un élastique. L’agréable chaleur était tendue et vaguement douloureuse. Cara retint son souffle. Etait-elle capable de sentir vers où tendait ce lien ? Ouiiiii… Par là !

- Ok, il faut continuer par là…

Informa-t-elle en tendant une main droit devant elle. Il n’y avait rien de plus que des maisons et de rues, bien entendu. Gardant les paupières à demi-closes, elle s’engagea dans cette direction, sans prendre la peine de regarder si Sai la suivait. Au bout de quelques minutes, cependant, elle esquissa une petite moue et mit le doigt sur ce qui la dérangeait vraiment :

- Mais comment peuvent-ils nous juger sur nos qualités de Voleur Patenté, si n’importe quel sortcelier et son Familier en sont capables ?

Après tout, elle n’allait pas se plaindre. Si l’examen en question avait exigé de l’agilité, de la discrétion, de la finesse, et tout un tas d’autres qualités indispensables à un Voleur et dont elle était dénuée, elle aurait été dans la bouse de traduc. Là, c’était presque les doigts dans le nez, en fait !

Bon, ne vendons pas la peau du draco-tyrannosaure avant de l’avoir tué, tout de même. Comme si le ciel l’avait entendu, un pavé décida qu’il en avait plus qu’assez qu’elle reste bien droite sur ses jambes, et se matérialisa juste devant son pied (oui, tout à fait, c’est le pavé le coupable, et surtout pas le fait qu’elle trainait les pieds en progressant les yeux fermés). Cara n’eut même pas le temps de pousser un juron habituel qu’elle s’explosait un orteil contre ledit pavé, perdait l’équilibre, et partait en avant. Alors qu’elle se préparait déjà psychologiquement à rencontrer une surface dure et irrégulière (alias le sol) son visage s’enfonça à moitié dans un… truc, une chose, un machin mou, vaguement visqueux, et surtout : puant.

Elle ne réfléchit pas – jusque là, rien de bien surprenant - ce fut l’instinct qui parla le premier, de façon particulièrement expressive :


- YERK ! Non mais vous pouvez pas faire attention ?!

Elle sut à la seconde même où elle prononçait ces quelques mots qu’il risquait de lui arriver une bricole. Elle ouvrit un œil prudent, puis l’autre, pour se retrouver face à face avec… un nombril. Plus exactement, elle se retrouva nez à nombril avec un Troll verdâtre de trois mètres de haut, dont les verrues n’avaient rien à envier aux champignons et moisissures les plus tenaces. Au moment où le regard jaune et furieux dudit Troll se baissait jusqu’à elle et l’apercevait, Cara eut le très net sentiment qu’elle allait probablement mourir sous peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Ven 4 Nov 2011 - 21:54

Le silence de la demoiselle était plus que parlant et un peu effrayant à vrai dire. Le jeune Sai soupira doucement. Où était passer sa merveilleuse et agaçante rivale ? Pleine de fourberie et de réplique vicieuse ? Elle avait perdu de sa superbe maintenant que son familier n'était plus dans les parages et cela renforça son envie de le retrouver. Il n'aimait pas savoir Cara ainsi. Il pensait que lui dire ses quatres vérités allait lui redonner du peps mais tout ce qui en résulta fut un profond soupire et une phrase plus qu'étrange. Il pencha doucement la tête sur le côté, muet de stupeur. Comment ça "mon vieux" ? Il soupira à son tour. Il était pas vieux, il avait juste un siecle de plus qu'elle. Et c'était tout à fais correcte pour un vampyr d'avoir 118 ans. Il était encore un adolescent. Un adolescent un peu vieux jeu parfois mais il était encore bien jeune. Stupide humaine qui comprenait rien à AutreMonde...

Sai glissa sa main derrière sa tête et défit le bandeau sur ses yeux, qu'il ouvrit laissant ses iris sans couleur et sans vie. Il le glissa dans sa poche avec un air indéchiffrable comme si... Bha... rien d'important. Roko sauta des bras de la sortcelière pour se loger dans ceux de son frère d'âme. Tant de personne considérer les familiers comme de simples animaux et eux même comme des maîtres ou maîtresses. Ils avaient bien tords. Le lien entre eux était bien loin de cela, c'était même imcomparable. Leur esprit était lié et si un malheur devait arrivé à l'un et bien l'autre le serrait. Sai voulait le faire comprendre à Cara. Pourquoi ? Il y avait t-il une raison ? Pas vraiment du moins.

Cara de son côté essayait de comprendre les explications de son rival. Elle fermit les yeux et puis sentir clairement le lien qui l'unissait elle et son familier. Une chaleur qui semblait lui souffler à l'oreille la direction à prendre. Elle fit part de ses commentaires au seul être capable de la rembarrer avec tant de conviction.

- T'as tout faux. Loin ou pas le contact "télépathique" reste indemne. C'est le lien en toi que tu dois suivre et non tes présomptions. Bon sang, tu viens de l'avoir ton familier ou quoi ? Fit-il donc avec un petit sourire moqueur.

Bon, peut-être qu'avec ça il allait enfin retrouver la Cara habituelle. Parce que celle là ne lui plaisait pas du tout. L'adolescente leva un bras dans une direction, indiquant que c'était par là qu'il fallait aller. Hum... Avait-elle oublier un détail, comme la cécité de Sai ? Celui-ci soupira mais ne fit pas de commentaire. On oubliait si vite cela, après tout, il avait ses autres sens qui compensaient largement cet handicap. Donc... Cara partit soudainement, l'albinos la suivait mais resta un peu plus loin derrière. En truc le déranger, la même chose que Cara à vrai dire. C'était si... simple. Afin, pour quelqu'un possédant un minimum d'intelligence bien sûr ce que la Davis ne semblait pas avoir. Trop simple, quel était le piège ?

Cara, avec sa maladresse habituelle, réussi à tomber sur le seul Troll de la ruelle. Quel poisse. Sai, encore loin derrière, entendit distinctement le grognement de fureur du troll. Il se précipita, insultant copieusement son idiote de rivale. Il s'agenouilla et ramassa Cara, trop attentif pour être normal, s'excusant auprès du verdâtre.

- Merci, noble Troll. Ravi que vous l’ayez enfin retrouvée ! (s'adressant à l'humaine) Où étais-tu ? Je t’ai cherchée partout ! (se tournant vers le troll) C'est ma pauvre soeur, enfin demi-soeur, elle n’a plus toute sa tête et j'ai promis à mon... père de m'occuper d'elle le temps qu'elle visite votre merveilleuse capitale.

Comme quoi, regarder Aladin avec Tinieblas n'était pas une si mauvaise idée que ça... Le troll grogna simplement, agacé de la fratrie trop étrange à son goût et puis il avait autre chose à faire.

- Toi, surveille petite écervélée, prochaine fois... COUIC. menaça t-il avant de s'éloigner.
- Oui oui bien sûr...

Sai lâcha finalement Cara, comme brûlé.

- Bon, on a un poisson à retrouvé. Dépêche, j'ai pas toute la journée et fais gaffe la prochaine fois.
Visiblement, la situation ne lui avait pas plus. Etati-ce la fait qu'il était venu en aide à Cara en la désignant comme sa soeur ou parler du fait qu'il avait un père ? Peut-être les deux.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Dim 6 Nov 2011 - 17:03

Alors là… Quel était le pire, exactement ? Se faire hacher menue, bouillir, râper puis cuire à la broche par un géant vert au glamour incomparable –légèrement- en colère, ou bien laisser un Sai beauuuuucoup trop attentif pour être honnête l’aider à se relever ? Il avait fumé quoi, au juste ? Ce fut la première pensée qui traversa l’esprit d’une Cara perplexe… Enfin, la seconde, après le « mon dieu je vais mourir » instinctif qui l’avait envahie devant les yeux jaunes et la bouche à l’hygiène dentaire plus que douteuse. Par pur réflexe et esprit de contradiction, elle tenta de se dégager, repoussant Sai sans y parvenir, noyée sous ses insultes. Cela lui suffit pour occulter complètement la présence de la masse verdâtre qui voulait en finir avec elle. Ne resta plus qu’un profond agacement envers l’attitude du vampyr, qui se mua très vite en une fulgurante envie de lui balancer un objet pointu à la figure.

Bien évidemment, la stratégie de Sai était trop subtile pour l’esprit impulsif et hyperactif de la jeune femme, qui se braqua immédiatement, ses yeux verts lançant presque littéralement des éclairs. Sai lui coupa la parole avant qu’elle ne déverse sur lui une foule de jurons tout aussi imagés, histoire qu’ils soient à armes égales. Le cerveau de Cara passa en mode « Absent » pendant quelques secondes. L’expression de son visage résumait très bien le : « Attends… Hein ? » qui n’avait pas franchi ses lèvres. Mais qu’est-ce qu’il manigançait ?

Sa demi-sœur ? Son père ? Mais qu’est-ce qu… Comment ça, elle n’a plus toute sa tête ??? Fort heureusement pour la jeune Apprenti Voleuse, son expression abasourdie et stupide joua en faveur de la comédie de son rival. A deux doigts de lui cracher ses protestations au visage, elle entre ouvrit les lèvres, ce qui accentua l’effet dérangé. Sans nul doute possible, elle avait effectivement un grain. Ce que le Troll prit soin de souligner si aimablement en la qualifiant de petite écervelée. Pardon ? Cara sentit son sang bouillir dans ses veines. C’était pas bientôt fini, oui ? Lui aussi, il allait voir…

Au moment où elle s’apprêtait à sauter à pieds joints sur les orteils du Troll histoire de bien lui faire comprendre le fond de sa pensée, Cara suspendit son geste. Peut-être que, finalement, ce n’était pas une si bonne idée que ça, à moins d’être suicidaire. Par les entrailles de Bendruc le Hideux, c’est vrai qu’elle avait un grain ! C’était même carrément une plage, qu’elle avait dans le cerveau. Histoire de maintenir l’honneur sauf, la jeune fille se permit pourtant une grimace des plus expressives à l’attention du Troll qui s’en allait d’une démarche lourde en leur tournant le dos. Puis elle s’éloigna aussi vivement de Sai qu’il ne venait de le faire lui-même, leurs gestes parfaitement synchronisés.

Elle lui jeta un regard furibond qu’il ne lui rendit bien sûr pas. Vexée -pour ne pas dire violemment humiliée- que son rival lui ait sauvé la mise cette fois-ci, elle reprit immédiatement de sa superbe, comme brusquement ramenée à la vie par les insultes du vampyr. Sa voix prit un ton narquois aussi amusé qu’exaspérant :


- Un blll, Sai. C’est un blll que nous devons retrouver, pas un poisson. Essaie de suivre, un peu, bon sang ! Comment tu veux qu’on s’en sorte si tu sais même pas ce qu’on cherche ? T’es sûr que ton Familier est entre de bonnes mains, avec toi ? C’est pas un koala, hein, c’est un kroa, ne lui donne pas un arbre à manger, il n’apprécierait pas.

Et toc, ça, déjà, c’était pour tout à l’heure. Il pensait qu’elle allait laisser passer ça parce qu’il lui avait vaguement sauvé la vie ? Que nenni ! Non mais, qui était-il pour lui faire la leçon au sujet du lien qui l’unissait à Tibulle ? Il ne savait rien de RIEN. Ah, et autre chose, aussi… Cara lui asséna un bref coup de coude (vu qu’il ne voyait pas les regards colériques qu’elle lui lançait, il fallait bien qu’elle trouve le moyen de lui faire passer le message… efficacement) :

- Ah, et la prochaine fois que tu comptes me toucher, s’il te plaît, préviens-moi bien à l’avance, envoie-moi un communiqué, ou un truc comme ça, que j’ai le temps d’enfiler un scaphandre… J’ai failli faire une attaque, là.

Aaaaah, voilà. Elle se sentait beau-coup mieux. Merci Sai. Enfin, non… mais merci quand même, sur le principe. Elle n’avait toujours pas retrouvé Tibulle, mais au moins, son énergie et son humour grinçant était intacts. Pour une obscure raison, cela la rasséréna, et, sur un petit haussement d’épaule taquin, elle se remit en route, traînant toujours autant les pieds, mais gardant cette fois-ci les yeux ouverts, histoire de limiter quand même un peu les dégâts. Du coin de l’œil, elle observa l’expression du vampyr. Il avait l’air passablement ennuyé. Etait-ce seulement l’épisode du Troll ? Ou y avait-il quelque chose qui échappait à Cara ? Elle garda cette question pour plus tard –avec toutes les autres- jugeant qu’un problème à la fois était amplement suffisant. Six à sept mètres plus loin, cependant, elle pivota sur elle-même et ajouta sans la moindre hésitation :

- Dernière chose : continue de m’insulter comme ça, même pour me sauver la vie, et tu vas te retrouver nettement plus proche du sol, visqueux, et avec une puissante envie de salade, si tu voix ce que je veux dire. Je suis sûre que tu seras nettement plus sexy en limace, tiens !

Menacer un vampyr ? Hm, ça c’était subtile, et tellement intelligent… Cara n’en avait rien à faire. Il l’avait énervée, point barre, na. Et puis bon, ça faisait un bien fou, finalement, de se défouler sur quelqu’un. Enfin, sur lui en particulier, pour être honnête. Et il fallait avouer qu’elle lui en était reconnaissante. Bref, en tout cas, elle n’avait pas froid aux yeux. Ignorant les potentiels répliques qui allaient probablement fuser dans quelques secondes, la jeune fille continua sa progression au travers de Kria, suivant le parcours fléché mental que lui indiquait son lien avec Tibulle.

Quelques minutes plus tard, elle se retrouvait aux abords de la ville, et avisait d’une sorte de…. crypte ? Si on pouvait appeler ça ainsi. Elle se résumait à un… ben, à un trou creusé à même le sol, aux parois rugueuses d’un noir profond qui suintaient d’une matière que Cara ne voulait surtout pas toucher. Le sol descendait en pente raide vers… les profondeurs de la terre, à défaut de voir au-delà de l’obscurité. Ca ne pouvait être qu’ici. La jeune fille fronça les sourcils, prise d’un mauvais pressentiment. A son humble avis, c’était forcément là que les choses allaient se corser. Le reste avait été beaucoup trop simple, même pour elle.

Bon, hop ! Pour se donner de l’entrain –et aussi parce que ça faisait longtemps- elle lança une nouvelle boutade à son partenaire :


- Bon, c’est parti, c’est qu’on est pressés, nous ! Papy Sai a une sieste à faire après ça.

Et après un petit rire simple (il fallait bien que quelqu’un rit à ses blagues), elle s’engouffra d’un pas assuré (c’est-à-dire en trébuchant) dans la pseudo-crypte. L’obscurité l’enveloppa aussitôt entièrement, comme un brouillard opaque et persistant qui la fit presque suffoquer. Elle eut beau ouvrir grand les yeux à s’en décoller les paupières, elle ne voyait strictement RIEN. Machinalement (et imprudemment, devrait-on dire), elle activa sa magie rouge qui émit des reflets dansants sur son visage, et incanta un Illuminus. Il y eut un « pouf » sonore, et elle se retrouva sur les fesses, l’air égaré.

Elle se releva en grognant, frottant son postérieur et sa dignité, puis maugréa :


- Ok, pas de magie là-dedans, message reçu.

Cara eut une profonde inspiration. Elle détestait fondamentalement ce qu’elle allait dire, donc autant le dire le plus vite possible, comme un pansement qu’on arrache.

- Je crois que tu vas être plus apte à nous guider, à partir de maintenant. J’y vois plus rien du tout.

Puis elle s’écarta en esquissant une révérence extravagante, sans pouvoir empêcher la nouvelle remarque ironique qui lui brûla les lèvres :

- Après toi, les dames d’abord !

Voilà. Désormais, elle se considérait pleinement vengée. Si on excluait, bien sûr, le fait qu’elle devait s’en remettre aux instincts du vampyr pour les guider dans cette nuit d’encre, et qu’elle n’aimait pas du tout dépendre de quelqu’un. Surtout pas de lui. Cette journée allait de mal en pis. Elle poussa un soupir las et commença pourtant à descendre, motivée par la chaleur que produisait la pensée de son Familier et l’impatience à l’idée d’être de nouveau réunie avec lui.

Elle demeura pourtant sur ses gardes. Connaissant ses professeurs, c’était maintenant que les choses allaient se corser. Pas de magie = des pièges plus vicieux les uns que les autres.


[HS : je te laisse carte blanche pour relancer le truc, si tu veux qu’il leur arrive des bricoles, peu importe lesquelles, c’est comme tu le sens ^^]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Lun 7 Nov 2011 - 22:13

[HS: J'ecris actuellement avec une jambe dans le platre... TT Le pire du pire : j'ai plus de bananes en stock...]

Yerk, yerk et encore yerk. Sai eut la vague idée de planter là la jeune femme et d'aller passer un petit coup sous la première douche du premier hôtel venu mais cela ne serrait pas très galant de sa part, n'est-ce pas ? Son familier lui envoya une pensée négative et curieux rire. Bon sa va, ne se voilons pas la face. L'adolescent vampyrique était tout sauf galant, gentil et prevevant mais les exeptions arrivent et il était de bonne humeur aujourd'hui. Enfin, il essayait de le rester depuis que miss catastrophe avait mit les pieds dans sa bulle personnelle.

Sa remarque sur les familiers le fit grogner. Son familier du bocal avait juste des ailes en plus, cela restait pourtant un vulgaire poisson. Soudain, contre toute attente, il se reçut un coup de coude. Il s'offusqua violement et montra doucement ses crocs. *Petite peste...* Peut-être qu'elle aurait du rester dans son état de pauvre abruti sans réaction, cela lui aurait fait des vacances. Sai rangea ses crocs et dit presque un susurant :

- Dommage que tu n'es pas vraiment faite cette attaque. AutreMonde aurait été débarasser d'une nuisible.

Niark, niark et encore niark. Sai soupira de nouveau et suivit la peste brune. Son air qui d'habitude était si indéchiffrable ne l'était pas tant que ça aujourd'hui. Il explirmait sincèrement l'ennuie et il fit un peu la moue, ce qui involontairement lui donna un petit air de bien battu. Si mignooon... Et PAF, Cara, pas du tout émotive sur ce point, lui jetta une menace en pleine figure. Ne serrait-elle pas un peu suicidaire l'humaine ? Oubliait-elle ses longs crocs et ses longues griffes, sa force surhumaine et tout et tout qui faisait que face à lui elle n'était qu'une proie de plus et lui un dangereux prédateur ? Sai secoua la tête, non, il était trop attaché à son emmerdeuse personnelle pour lui faire quoi que ce soit qui pourrait lui faire mal... physiquement bien sûr mais une réplique sanglante aidait toujours à remettre les pendules à l'heure malgré qu'elle ne semblait pas écouter.

- Continue de me menacer et tu finiras six pieds sous terre à manger les racines des pissenlits.

Ava et Cara, duo des plus improbable, finirent par arrivé devant une crypte. Sai pouvait sentir sous ses pieds nues qu'elle s'enfonçiat loin dans la terre, assez loin pour que ses sens d'inhumain soit brouillé. Hum... mauvais ça. Cara, après une nouvelle réplique, prénètra dans les profondeurs. Sai, aveugle, n'eut aucun problème pour se dirigé. Et les frissons de l'adolescent le firent sourire. Lorsqu'elle activa sa magie, le vampyr la laissa faire, il avait sentit le sort qui empêchait la magie d'être utiliser mais il se garda bien de le lui dire. C'était si drôle de l'entendre couiner de douleur. Bon c'était à lui de jour maintenant. Il ignora le fait qu'elle le féminisait pour lancer un simple :

- Aller fillette, suie le brave adulte que je suis. Tu pourrais te perdre même dans ce petit tunel. Oh faites, je vais te toucher.

Et là, brusquement, il la prit dans ses bras, dans un petit rire diabolique et fonça droit devant lui. Quelques secondes plus tard, on pouvait entendre des bruits derrière eux comme si le tunel était en train de s'effrondrer. Ce qui était le cas. Les professeurs étaient trop confiant envers leurs élèves... Cara fut donc secouer dans tous les sens et son seul moyen pour être à peu près stable était de s'accrocher à son cher et tendre rival avant d'arriver à destination. Destination qu'il atteingnit au bout d'une dizaine de minutes. C'est qu'il était rapide le bougre.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Mar 8 Nov 2011 - 23:00

[Ouille, ma pauvre ! silent Je compatis ! Comment tu t’es fait ça ? Moi j’ai dû un peu abuser du sucre, du coup ça donne… du grand n’importe quoi, tu m’excuseras d’avance What a Face ]

Cara eut plusieurs réactions successives. La première fut purement instinctive : elle laissa échapper un ricanement ironique. Le brave adulte, le brave adulte… Mais c’est qu’il y croyait en plus ! Rien que l’idée évoquée, associée à Sai, était à mourir de rire. L’ennui c’est qu’elle n’en eut pas le temps. De rire. Parce que mourir, en revanche, ça ne passa pas loin. Elle frôla même le décès pur et simple. Ce qui nous amène à la seconde réaction : la jeune fille émit un « wooooow » de surprise lorsqu’elle sentit ses pieds décoller du sol, « wooooow » qui se transforma en un cri de protestation étouffé lorsqu’elle réalisa (dans l’obscurité, voyez-vous, c’était un peu complexe de déterminer exactement ce que Sai trafiquait) que son rival numéro un venait de la hisser dans ses bras. Légère panique et réflexe de self-défense. Cara lutta contre une forte envie de se débattre violemment. D’où la troisième réaction : elle émit un cri surhumain, cri qui aurait probablement brisé toute les vitres à proximité, si seulement il y en avait eues. Arme secrète à retenir, ça pouvait toujours servir. Bref. Elle s’auto-rendit sourde dans l’effort… et c’est là que tout dégénéra.

Ou plus exactement, que tout se mit à bouger dans tous les sens. Premier instinct stupide : fermer les yeux. Etant donné qu’il faisait noir, à la base, elle ne fut pas beaucoup plus avancée. Elle pinça les lèvres, sentant une nausée pointer le bout de son nez à une vitesse ahurissante. Vitesse proportionnelle à celle de Sai, d’ailleurs. Beuh… il pouvait pas y aller un peu plus doucement ? Ca secouait à mort, ce truc. Elle allait très probablement vomir son petit-déjeuner dans très peu de temps, s’il continuait comme ça. Tiens… lui vomir sur l’épaule, c’était conforme aux règles ? Cara supposa à juste titre que non, et qu’en plus de ça, elle risquait de terminer en petits morceaux si elle tentait l’expérience. N’empêche, ça ne serait vraiment pas de sa faute… Fatiguée de voler dans tous les sens, Cara se résigna malgré toute sa dignité à s’accrocher à la seule chose à peu près stable à proximité. A savoir, Sai lui-même.

Magnifique. L’humiliation était complète. Fort heureusement, la jeune Voleuse était trop occupée à lutter contre sa nausée et à maintenir une stabilité pour se poser la question, ou seulement s’en rendre compte. Un peu plus loin derrière eux, elle percevait des bruits de chute de pierres et d’éboulement qui lui nouèrent le ventre. Entre deux envies de vomir, elle se demanda vaguement comment ils allaient faire pour sortir d’ici à présent. Après avoir reçu un caillou en plein front, elle décida de mettre le reste de sa dignité au placard et se blottit complètement contre le vampyr, optant pour la stratégie sage et avisée du « J’attends que l’orage passe ».

Ce qui finit par arriver, au bout d’un temps qui lui sembla interminable, alors même que Sai avait été incroyablement rapide. Le silence qui suivit l’éboulement fut pesant. Cara ne bougea pas d’un millimètre, comme si elle attendait une autre catastrophe d’une seconde à l’autre. Elle haletait, elle qui n’avait pourtant pas fait l’effort de courir. Au bout d’un moment d’immobilité complète, la jeune fille sembla reprendre vie et entre ouvrit un œil prudent, quand bien même ça ne servait à rien. Elle se mordit la lèvre pour retenir une nouvelle nausée, inspira profondément, et redressa la tête.

La réalité la frappa de façon fulgurante, elle poussa un cri et desserra si soudainement ses bras autour du cou de Sai qu’elle en perdit l’équilibre. Le reste fut un peu confus. Toujours est-il qu’elle réussit tant bien que mal à s’éloigner du vampyr avec force grommellements peu gracieux… et le monde tangua sous ses pieds. Wooow… Pas bon du tout, ça. Cara plaqua une main devant sa bouche, supposant au passage qu’elle devait avoir pris une jolie teinte verdâtre.


- Beuh… conclua-t-elle enfin, tu ne feras jamais un bon moyen de transport. Niveau confort, c’est craignos…

La jeune fille retint un haut-le-cœur de justesse, et décida d’éviter d’ouvrir la bouche pour l’instant, histoire de ne pas déverser le contenu de son dernier repas sur ses chaussures. Elle s’appuya contre la paroi de la grotte pour faire cesser son vertige, et s’en éloigna immédiatement tandis que la substance gluante qui s’y étalait s’attaquait à ses vêtements. Beurk, c’était vraiment pas sa journée. Dire qu’elle venait de passer les dix dernières minutes dans les bras de ce… de ce… de cet énergumène. Cara eut un léger frisson qu’elle n’eut pas le temps d’analyser.

Elle se racla la gorge pour reprendre une contenance, et reprit sa voix de chef des opérations (bon, jusqu’à maintenant elle n’avait pas fait grand-chose à part donner des ordres, mais bref) :


- Bon super, ça c’est fait. Rappelle-moi de ne plus jamais manger de petit-déjeuner avant un examen. Ou améliore ta technique, plutôt. Bref, j’ose espérer qu’il y a une autre sortie quelque part.

Sa voix était calme, quoique vaguement pâteuse, sans doute parce qu’elle continuait à refouler sa nausée persistante. Elle n’avait pas l’air de paniquer à l’idée de rester coincée sous terre, privée de magie, avec pour seule compagnie l’unique personne au monde capable de l’agacer indéfiniment. Elle préféra se concentrer sur l’immédiat, à savoir, Tibulle.

En écarquillant les yeux, elle se rendit compte qu’une vague lueur bleutée tremblotait un peu plus loin.


- Par là, se contentat-elle d’ajouter, en supposant que Sai allait se guider au son de sa voix et de ses pas.

Ses pas, qui étaient pour le moins irréguliers. Cara marchait davantage en zigzags qu’en ligne droite, encore sonnée par la course. Fort heureusement, aucun mur ni plafond trop bas ne vint troubler sa progression. Ils étaient trop aimables. A travers l’obscurité, l’Apprenti Voleuse finit par sentir… un souffle d’air ? Oui, définitivement. Elle retint un soupir. Cela signifiait qu’il y avait une sortie ailleurs. Et qu’ils venaient de pénétrer dans une sorte de salle plus grande que les précédentes, si l’on en jugeait par le léger écho que produisait maintenant le son de leurs pas. La lueur bleuté s’intensifia légèrement, Cara accéléra… et ne sentit plus rien sous son pied droit.

Le gauche était encore sur la terre ferme, et elle s’en servit tant bien que mal pour éviter de basculer dans le vide, retombant (volontairement, pour changer) sur les fesses.


- Par tous les Démons des Limbes, quoi encore ?

Elle se redressa péniblement, s’accroupit, et tâta prudemment le sol devant elle, pour constater qu’il se finissait en pente abrupte à cinquante centimètres de là. Glurps. Cara se baissa légèrement vers l’abîme… C’était de là que venait la lueur bleutée ! Et au milieu du gouffre, à peu près à vingt mètres en dessous d’eux, vaguement éclairé, un petit lac souterrain émettait un clapotis rassurant. Tibulle y barbotait tranquillement, pas du tout traumatisé. Au contraire. On aurait dit qu’il expérimentait les délices du club Med.

Cara eut envie d’éclater d’un rire soulagé, rassérénée par la vue de son adorable Familier qui lui envoya des pensées chaleureuses. Cela suffit à terminer de la motiver. Bon, pas le choix… il fallait qu’ils descendent là-dedans, qu’ils se traînent jusqu'au lac et qu’ils récupèrent Tibulle. Le plan avait l’air enfantin. Mais dans la pratique…

Cara se mordit la lèvre. Le tout, c’était de le faire sans magie.

Bien sûr, cet abruti de Sai pouvait toujours se transformer en chauve-souris (yerk !), mais elle ne lui ferait pas le plaisir de lui laisser toute la gloire. Elle plongea les mains dans ses poches sans fond et en retira le matériel (soigneusement en bazar, bien entendu) d’escalade que tout Voleur Patenté doit traîner avec lui. Bien. C’était donc une épreuve d’agilité.

Cool… elle qui était si douée quand il s’agissait de ne pas tomber ! Cara eut un sourire ironique, s’harnacha plus ou moins correctement, et s’apprêta à descendre en rappel, après avoir fixé solidement la corde au bord du gouffre. S’accrochant fermement à ladite corde, elle se lança plus ou moins dans le vide, prenant appui avec ses pieds le long de la paroi gluante. Heureusement qu’il faisait noir, sinon son vertige aurait certainement eu raison d’elle. Tout en essayant d’écarter de son esprit le fait que le sol n’était pas tout près, elle commenta aimablement à Sai, au cas où il n’ait pas tout suivi :


- Tibulle est en bas. Tu feras gaffe, a priori y a un gouffre d’une vingtaine de mètres juste devant toi, ça serait dommage que tu te casses quelque chose. Je descends et je vais le chercher.

Elle avait fait en sorte d’avoir un ton ferme et déterminé qui était loin de son état actuel. Pour une mystérieuse raison, tout se passa… bien. Plus précisément, il ne se passa rien de spécial. Cara descendit en rappel, sans trop d’anicroches (mis à part deux ou trois moments d’intense panique où elle crut bien finir à l’état de crêpe ensanglantée en bas) et posa le pied sur le sol avec un intense soupir de soulagement. Elle fronça les sourcils. Bizarre qu’il n’y ait pas eu de nouveau piège pour entraver sa progression.

C’est à ce moment-là que la situation se compliqua légèrement. Cara sentit une étrange onde de chaleur l’envahir, depuis ses plantes de pied fermement ancrées dans le sol. Le sol ! Sluuuuuuuurk ! Bien sûr qu’ils avaient piégé le sol ! Avant d’avoir eu le temps de réagir, Cara sut que le sort agissait. Les manches de sa tenue de Voleur Patentée… s’allongèrent. Son pantalon devint plus large. Sa ceinture l’imita. Quoi, c’est tout ?

Au moment où Cara se sentit obligée de retenir son pantalon pour éviter qu’il ne glisse malencontreusement, elle eut sa réponse. Non, ce n’était pas tout… Ses vêtements ne s’arrêtaient plus de grandir, à une vitesse ahurissante. Elle se mit à batailler avec sa veste et sa capuche qui commençaient sérieusement à l’aveugler. Une petite minute ? C’était elle qui rétrécissait, ou seulement ses vêtements qui grandissaient ? Pendant quelques secondes de panique, elle regarda autour d’elle, cherchant un repère. Le mini-lac souterrain avait toujours la même taille, de son point de vue. Ouf… Cela signifiait qu’elle n’était pas en train de rétrécir. Manquerait plus qu’elle soit obligé de rejouer Arthur et les Minimoys devant Sai ! Enfin ceci dit… elle n’était pas certaine que la situation actuelle soit plus à envier…

Sa tenue de Voleuse Patenté avait atteint des proportions complètement démesurées, et la jeune fille agitait bras et jambes en tous sens pour s’en dépêtrer. Sa capuche était devenue si gigantesque qu’elle aurait pu s’en faire une tente et y accueillir une famille nombreuse sans aucun problème. Ah, en parlant de problème… elle n’avait pas bien anticipé le détail suivant : n’ayant plus de vêtements à sa taille, elle n’avait plus de vêtements du tout.


Ok, ok, pas de panique, surtout… Maudissant avec soin ses professeurs et leur humour si particulier, Cara plongea dans une de ses poches désormais titanesques (et failli bien ne jamais retrouver le chemin de la sortie) pour en extraire un mouchoir… qui avait la taille d’un drap. Parfait. Elle s’enveloppa consciencieusement dedans, et béni les dieux que Sai ne puisse rien voir. Pour le coup, c’était quand même pratique… Tant bien que mal, elle escalada la montagne que formait désormais ses vêtements, manqua de tomber dans l’abîme de ses chaussures et se rattrapa de justesse à un lacet.


- Je vais les tuer, je le jure, je vais les tuer !

Elle avait beau grommeler dans tous les sens, un rire commençait sérieusement à poindre et lui chatouillait la gorge. Si elle avait été avec Penny, il y a longtemps qu’elles seraient partie dans un mémorable fou rire tant la situation était stupide. Dans la mesure où elle était vêtue d’un mouchoir avec Sai pour seule compagnie… ben ça calmait un peu le jeu. Bref.

Serviable, drapée dans son mouchoir telle une habitante de l’Antique Rome, elle releva la tête et lança :


- Fais gaffe au sol en descendant…

Soudain, une idée la frappa. Pourquoi serait-elle la seule à souffrir d’un sort aussi peu loyal ? Il n’y avait pas de raison. La jeune fille eut un sourire machiavélique et termina simplement :

- … ça glisse un peu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Sai Niwa


avatar

Age du personnage : 119 ans

Familier : Roko, un kroa
Couleur de magie : Dorée
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Chef des Ombres
Résidence : En voyage, sur mon territoire ou au QG
Affinités : Will >> Envie de prendre le risque, mon lionceau ?

Narcisse >> Haine et terreur

Shinzô >> Méfiance et respect, pour l'instant

Elena >> Une idylle achevée

Kei >> Son "grand" petit frère (rôle libre)

Deino >> Elève, enquiquineuse de première. Entre des hauts et des bas

Tinieblas >> Alliée, "petite soeur". Affection

Far'jim >> Adversaire et traitre aux ombres. Haine

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Mer 16 Nov 2011 - 18:06

[HS: Les talons et la pluie ne font pas bon ménage, voilà mon explication XD Et hier je me suis fait renverser par une voiture, double antorce... On m'en veux c'est pas possible ! ^^]

Sai affichait un sourire suffisant, comme ceux des généraux de guerre sûr de leur victoire. Il était plus que ravi d'avoir pu montrer à cette très chère Cara l'étendu de sa supériorité. La brunette avait été terrifié par deux fois grâce ses capacités surhumaines : ses crocs et sa vitesse. Il avait pu sentir le coeur de l'adolescente battre des records alors qu'elle s'accrochait à son cou pour éviter de tomber ou de se retrouver à devoir vider son estomac qui n'avait rien demander. Quand il se toppa finalement, la Davis ne sembla pas vouloir bouger. Comme si elle avait du mal à y croire. Quand finalement elle comprit que tout était terminer, elle manqua de tomber sur le sol en relachant aussi brusquement le cou de l'albinos. Le sourire de ce dernier ne fit que redoubler. Que c'était agréable de sentir son malaise. Il en aurait presque rit. Quelle piètre rivale elle faisait à cet instant. Cara finit par lâcher un grognement presque animal avant d'annoncer qu'il était un mauvais moyen de transport.

- Si tu trouves mieux ici tu me le dis, hein.

Après une dernière replique de la sortcelière et une bref indication, le duo incongru se dirigea vers ce qui semblait être du vide. Sai commença à se sentir assez mal. A quelques mètres à peine, il ne sentait plus rien. Le vampyr eut un léger tremblement avant qu'il ne stoppe sa marche. Il ne l'avouerait pas à Cara mais il avait peur, le vide était sa phobie. Cara manqua de peu de tomber dans le gouffre. Sai fit un unique pas en avant pour éventuellement lui porter secours mais elle évita la catastrophe elle même. Tant mieux, cela lui avait permis de rester un peu plus longtemps sur la terre ferme. La Davis demanda -en jurant- ce que cela pouvait être encore. Sai ne lui donna pour seule réponse :

- Ais-je vraiment besoin de t'expliquer ce qui se passe ?

Cara décida finalement de s'y rendre, expliquand de son familier se retrouver tout en bas. Sai resta bien loin du gouffre, très mal à l'aise. il pouvait toujours se transformer en chauve-souris pour être plus à l'aise dans les airs mais c'était vraiment profond. Il inspira bruyamment alors que des bruits étranges lui parvinrent. Cara vaiat des problèmes durant sa descente ? Sai se rapprocha prudemment, son coeur battant plus fort.

- Tout... tout va bien ?
- Je vais les tuer, je le jure, je vais les tuer !

Sai soupira. Oui, tout allait bien. Bon, maintenant c'était à son tour de descendre par contre les paroles de l'humaine ne le rassurait pas du tout. Bon, quand faut y aller, faut y aller. Le vampyr se transforma soudainement en mammifère. Il resta immobile dans les airs quelques instants avant de foncer à toutes vitesse vers sa jeune rivale. Il était tant obnubilé par sa phobie et il était si rapide qui ne sentit pas le changement. Quand il retrouva forme normale, il sentait bien que ses vêtements étaient en train de grandir. Déjà que sa chute l'avait paniqué, cet fois-ci c'était le comble.

- Slurk, slurk et slurk !

Il enleva rapidement sa chemise qui était devenu trop lourde à porter. Il retient son pantalon difficilement. Si Deino, Will ou même Narcisse était là, ils riraient sans doute beaucoup. Peste de Cara, elle savait ce qui allait se passer ! Il fut chuta piteusement dans les tissus de son jeans avant de se rendre compte qu'il en était de même pour son sous-vêtement. Sai n'était pas quelqu'un de pudique mais il se refusait de se retrouver dans une si honteuse situation devant Cara. Il attrapa son sac, qui lui aussi avait grandit, et l'utilisa pour cacher ce qu'il avait à cacher. Il était furieux.


| Recherche un frère, Kei Niwa, si intéresser par le rôle, me contacter par mp.|


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t968-sai-niwa#18540
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   Ven 18 Nov 2011 - 1:04

[HS : Shocked Alors là, oui, je confirme, on t'en veut ! Fais gaffe, jamais deux sans trois... à ta place, je me camouflerais dans ma chambre, je creuserais des tranchées et je m'armerais jusqu'aux dents lol]

Ah la la… Finalement, tout n’allait pas si mal que ça. En vérité, tout allait plutôt bien. TRES bien, même. Sur le moment, Cara n’aurait pu rêver mieux. Oui… ben oui, elle n’avait pas forcément des attentes ambitieuses. Humilier son rival faisait partie des meilleures moments de sa vie, fallait pas chercher plus loin. Aussi était-elle certaine d’assister là à une scène clé de toute son existence. Un moment épique.

Moment qu’elle savoura pleinement avec un sourire absolument machiavélique, qui soulignait d’une étrange intensité le pétillement de ses yeux verts déjà rieurs. Elle avait beau être à moitié nue sous un mouchoir-drap, elle se surprit à bénir littéralement les mêmes professeurs qu’elle s’était juré de massacrer à peine trente seconde plus tôt, pour le cadeau qu’ils allaient lui faire.

La jeune fille tiqua légèrement quand Sai se transforma en chauve-souris pour la rejoindre. Pfeu… où était le mérite, où était la gloire là-dedans, hein ? N’importe quel vampyr en était capable, d’abord. Na. Et puis, elle était assez intuitive pour avoir remarqué que son rival préféré (sarcasme, bien sûr) n’était pas dans son assiette depuis qu’ils s’étaient aventurés au bord du gouffre. Ce que son vol accéléré, limite en chute libre, ne fit que souligner. Le sourire sadique de l’Apprentie Voleuse s’agrandit encore, accentuant ses fossettes et les rides rieuses au coin de ses yeux. Tiens dont… Monsieur Parfait aurait-il une faille derrière ses murailles d’acier ? Intéressant, intéressant… Difficilement exploitable, dans la mesure où elle était tout autant phobique du vide, mais c’était bon à savoir.

Vint enfin le moment tant attendu où Sai se retranforma et posa le pied par terre. Cara se mordit la lèvre, priant de toute la force de son petit cœur pour que le sort soit encore actif. Allez, s’il vous plaît... Pitié, pitié, pitiéééééé…

Ouiiiiiii…

La jeune brunette retint de très peu un « hourra » victorieux en observant les vêtements de Sai s’agrandirent, le vampyr victime de la même déconvenue qu’elle. Elle écarquilla les yeux. De l’extérieur, le phénomène était assez saisissant. On avait l’impression que Sai allait se faire engloutir d’une seconde à l’autre par sa propre chemise et son propre pantalon. Cette fois-ci, Cara ne fit même pas l’effort de retenir un rire franc, qui se répercuta en écho contre les parois de la grotte, redoublant la moquerie.

Oh, ce n’était pas un rire mauvais, au contraire… elle y mettait tout son cœur ! C’était définitivement le meilleur examen de Voleur Patenté de toutes ses études jusqu’à maintenant. Demiderus en soit témoin, Sai était quand même bien pratique, pour réussir (parfois malgré lui), à la détendre. Cara s’essuya les yeux avec le coin de son drap-mouchoir tellement elle riait, puis ne se sentit pas gênée le moins du monde de jeter un franc coup d’œil à la déconvenue de son rival. Elle eut une petite moue taquine. Dommage qu’il fasse très sombre, par ici. Seul le lac et sa lueur bleutée éclairait par derrière la silhouette de Sai, ne lui laissant entrevoir que quelques reflets sur sa peau.

Mais bon, c’était toujours mieux que rien. Ca restait un sacré avantage qu’elle avait sur lui. Jugulant tant bien que mal son fou rire, elle croisa les bras et s’adossa nonchalamment contre l’une de ses chaussures, une ranger noire qui la dépassait à présent d’un bon mètre. Elle prit une voix faussement compatissante :


- Mon dieu, Sai… Quelle déconveNUE ! Je suis sincèrement désolée, je ne t’ai pas préveNU, je ne pensais pas que le sort NUisible marcherait sur toi aussi. Merci d’être veNU, vraiment.

La façon qu’elle avait d’appuyer sur chaque syllabe « NU » était à la fois hilarante et exaspérante. Une lueur victorieuse trônant dans ses iris couleur liquide, la jeune fille s’avança jusqu’à lui, son sourire radieux menaçant de lui froisser un muscle.

- Si tu veux un mouchoir, je dois en avoir encore dans mes poches.

En toute autre occasion, la phrase en elle-même n’aurait pas eu la même connotation, qu’il fallait ici traduire par : « Si tu veux éviter la nudité, il me reste un drap ». Elle ne prit cependant pas la peine d’aller fouiller dans ses poches et le laissa se débrouiller. Ca ne faisait que rallonger le moment où le vampyr se trouvait, pour ainsi dire, à sa merci. Y avait pas à dire, c’était jouissif. Vive les examens !

Bien évidemment, Cara avait omis le détail suivant : elle n’était pas non plus dans une posture à envier. La gravité, jumelée à sa maladresse habituelle, le lui rappela d’une façon fracassante. Alors que la jeune fille passait près de Sai (en lui frôlant consciencieusement le bras pour bien enfoncer le clou), elle oublia de relever le drap qui lui servait de toge improvisée. Résultat : elle marcha dessus. Deux fois. Et trébucha.

Elle entendit un craquement de fin du monde pendant que le tissu se déchirait, et l a jeune fille dégringola de tout son long, atterrissant au bord du mini-lac, son nez frôlant presque la surface de l’eau. D’instinct, elle se releva, sans prendre la peine de regarder les dégâts qu’avait subi son vêtement du moment. Ca n’avait que peu d’importance fort heureusement, personne n’était là pour regarder. Elle se concentra sur la suite de la mission. Sortir Tibulle de là. En essayant de faire abstraction de la magnifique crise de fou rire qu’elle venait d’avoir, du petit tour qu’elle avait joué à Sai, et du fait que le vampyr était actuellement dans une situation compromettante qu’elle adorait.

Apercevant sa compagne d’âme, Tibulle lâcha deux ou trois bulles qui percèrent la surface avec des « blop » sonores, mais ne fit pas mine d’agiter les ailes pour la rejoindre. Cara fronça les sourcils.


- Allez, Tibulle, active-toi la rondelle… Sai risque d’attraper un rhume du cerveau… ou d’ailleurs, s’il reste dans cette teNUE.

Le blll lui envoya une pensée qui la fit arquer un sourcil. Comment ça, il ne pouvait pas ? La jeune fille plissa les yeux, et constata l’évidence : les ailes de Tibulle, d’habitude en constants mouvements, étaient immobiles. Ses traducs malades de professeurs avaient jeté un sort sur les ailes de son Familier ! L’envie de meurtre la reprit violemment, elle serra les poings puis se mit à réfléchir intensément.

Après le coup du sort vicieux (mais cependant magnifique) du sol, elle n’était pas dupe. Elle n’allait certainement pas toucher à l’eau du lac pour récupérer son poisson. Qui sait ce qu’ils allaient pouvoir inventer lorsque sa peau entrerait en contact avec le liquide? Elle se mordilla la lèvre, en pleine réflexion. Ca commençait d’ailleurs à fumer dur, juste au-dessus de son crâne. Elle se mit à théoriser à voix haute, sans vraiment sans rendre compte :


- Bon, ok. D’une, on ne peut pas faire de magie. De deux, on ne peut pas toucher l’eau sous peine de subir encore un léger problème technique (à ces mots, elle tourna la tête vers Sai et se remit à sourire). De trois, Tibulle ne peut pas nous rejoindre lui-même puisqu’il ne peut pas voler.

Super. Elle était bien avancée. Elle n’allait quand même pas attendre que l’eau s’évapore d’elle-même, ou elle risquait de se momifier sur place. Et d’après ce qu’on lui avait dit, c’était loin d’être agréable. Elle finit par hausser les épaules :

- Y a pas 36 solutions. Il faut vider le mini-lac avant de récupérer Tibulle. Le problème, c’est de le faire sans magie… J’aurais bien essayé d’invoquer un Elémentaire d’Eau, mais ça doit pas courir les rues, ici.

Elle grimaça, et ne précisa pas que, de toute façon, elle ne savait pas comment on pouvait invoquer puis forcer un Elémentaire à faire quoi que ce soit. Ne restait plus qu’une seule solution : vider l’eau à la manière basique des humains : avec un seau. L’ennui c’est qu’elle n’avait rien sur elle qui soit assez grand pour… Eh, attendez une minute !

Frappée par une idée de génie (généralement appelée une idée tordue), elle se redressa, sans remarquer que son drap-vêtement se faisait la malle et glissait à ses pieds. Bien suuuur… ses vêtements avaient grossi, de même que tout ce qu’elle conservait dans ses poches. Si ça c’était pas du bol ! (d’ailleurs, un bol, elle en aurait bien eu besoin…)

Oui, sauf que…

Le visage de l’Apprentie Voleuse se rembrunit. Elle ne se souvenait pas avoir gardé dans ses poches un quelconque objet susceptible de contenir un liquide. Pas même un minuscule dé à coudre. Pas grave. Elle avait une autre option. D’un pas décidé, elle se précipita jusqu’au monceau de vêtements gigantesques qui appartenaient (jadis) à Sai, et s’exclama :


- T’aurais pas, par hasard, un truc utile dans tes poches, pour nous aider à vider l’eau, Tarzan ?

Sa propre appellation la fit sourire, et l’image d’un Sai en pagne sautant de liane en liane à travers la jungle s’imposa devant ses yeux, menaçant de lui faire venir un nouveau fou rire. Elle le jugula de justesse. Puis, sans lui laisser le temps de protester, elle se mit en devoir de fouiller méticuleusement les poches géantes du vampyr.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Choc des Titans, ou comment découvrir que c'est contre-indiqué, de chercher des noises à son rival [PV Sai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE CHOC DES TITANS 1981
» LE CHOC DES TITANS 2010
» Event (Rempart est) : Le choc des titans
» Comment contrer les Méga-Évolutions ?
» [Solo] Le choc des titans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: KrankarKrankar-
Sauter vers: