AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Arya. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Le LancovitLe LancovitPartagez | 
 

 Ne me touchez pas! [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Gill


avatar

Age du personnage : 18 piges

Familier : /
Couleur de magie : Jaune
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Etudiante
Résidence : Une ville au Lancovit
Dans le sac : Un livre sur les maths, un collier en argent, un couteau suisse, un paquet de sucre et un lacet violet.


MessageSujet: Ne me touchez pas! [LIBRE]   Mer 16 Nov 2011 - 12:19

Un liquide rouge pourpre tâchait mes vêtements. L’odeur de la mort fraîche régnait dans la pièce dans laquelle je me trouvais. Mes doigts tremblaient, tâchés eu aussi par ce liquide. Deux cadavres gisaient mes pieds. Je ne savais pas qui ils étaient, ni ce qu’ils faisaient là, près de moi, morts. Je ne savais pas et je ne voulais pas savoir. Un cri retentit. Ma tête pivota lentement. Une ombre ce tenait dans l’entrebâillement de la porte. L’ombre s’approcha. Elle semblait paniquée. Moi, j’avais mal. Au cœur, au ventre, aux mains, partout. Je m’évanouie.
Puis je me réveilla. C’était le matin, le soleil filtra par la fenêtre et un chant d’oiseau s’introduisit gentiment dans mes oreilles. J’avais encore fait ce cauchemar. Quand je l’ai raconté à Mère, elle s’est mise à crier et ma dit d’oublier. Sans même connaitre la suite. Mère est étrange depuis ce jour. Depuis que j’ai perdu la mémoire, rien ne va plus. Mère et Père sont toujours sur mon dos, à me demander s je vais bien, si je veux e confier. Mais confier quoi ? Et puis je déteste parler, me confier, dire des choses. C’est énervant. Tout comme le contact physique avec un semblable. Mère aime me câliner. Moi je déteste. La seule fois où elle à essayer, elle s’est retrouvée à l’hôpital. Avec des points de sutures au front. Les points de suture, c’est quand on recoud une plaie qui est trop ouverte. Un peu comme du tissu. Sauf que ce ne sont pas des couturières qui on recoud le front de Mère. Depuis ce jour, personne ne me touche. Au moins, je suis tranquille. Aujourd’hui, j’ai mangé une pomme. Elle était verte et un peu rouge, mais pas beaucoup. Pour passer du vert au rouge il y a ce qu’on appelle un dégradé. C’est ç dire qu’il y a pleins de couleur qui sont comprise entre deux autre. Comme ça, on passe petit à petits d’une couleur à une autres. Le rouge est une couleur primaire, mais le vert non. Le vert est un mélange de couleur primaire. Comme l’orange, le violet, le bleu turquoise, le rose. J’aime bien les couleurs. Car elle exprime quelque chose. Miss TchinKis ma expliquer cela : par exemple, lorsqu’on est en colère, on devient rouge. Le rouge est donc synonyme d’énervement. Le vert, c’est plus lorsqu’on est malade et qu’on veut vomir. Ainsi, je regarde la cpuleur du visage des gens pour connaître leurs émotions. Car je n’arrive pas à les lire simplement sur leur visage. C’est trop compliqué, car les humains bougent trop. Un jour, quand j’étais plus petite, j’avais demandée à Miss TchinKis si une pomme rouge et verte était une pomme en colère et malade. Elle m’a dit que cela ne marchait que pour les Hommes. J’étais soulagée car i je mangeais cette pomme malade, je risquais d’attraper sa maladie.
Madame TchinKis, c’est …en fait, je ne sais pas trop qui c’est. Elle me fait cour, elle m’aide tout le temps, m’explique énormément de chose, m’oblige à écrire mais journée sur un livre, m’obligea lui dire mes sentiments. Je crois qu’elle est payée pour cela. Parce que je suis anormale. Mais tout est relatif. Je ne sais plus où j’ai entendue cela. J’aime bien ce mot : relatif. J’aime beaucoup de mot comme hilarant, stratagème, microspore, germination, corolle. J’ai une liste, dans un cahier rose striés de bleu, où je note tous les mots que j’aime. J’ai remplie 10 pages. Revenons à anormale –que j’ai aussi notée dans ma liste. Je pense donc que Miss TchinKis est payée pour me « soignée ». Car je voie bien que je ne suis pas comme les autres. Je déteste que l’on me touche alors que par exemple Mère aime quand Père vient l’embrasser en la serrant fort. Souvent, cela veut dire qu’il a envie d’avoir des relations sexuelles avec Mère. Un jour je leur ai dit que c’était répugnant de montrer cela devant tout le monde, car tout le monde pouvait les voir. Mère est devenue rouge et Père aussi. Cela voulait-ils dire qu’ils étaient en colère ? Car Miss TchinKis m’a expliqué que souvent, lorsque l’on est en colère, on crie ou on souffle bruyamment par le nez. Or ce jour-là, ils ont juste balbutiés qu’ils feraient attention. Il faudrait que je leur demande s’ils étaient énervés…Car je déteste ne pas savoir quelque chose. C’est horripilant. C’est un mot que j’ai mis au tout de ma lise car je l’aime beaucoup. Je pose souvent des questions aux autres pour répondre aux miennes. Ça énerve beaucoup de gens. Je le sais car ils cris. Mais ils ne sont pas toujours rouges. Il faudrait que j’aille demander quelques explications à Miss Tchinkis.
Je disais avant, que je voyais que j’étais anormale, parce que je n’aimais pas que l’on me touche. Aussi parce que je comprends mal le monde extérieurs, avec toute leur métaphores, leurs comparaisons, leurs ambigüités, leur blagues déplacés et tout le reste. Je le vois aussi par rapport comment le gens me regarde et réagisse à ce que je leur dit parfois. Aussi parce que je vais dans une école spécial et aussi parce que Miss TchinKis me l’a fait comprendre. Je ne sais pas vraiment en quoi je suis très différente mais cela me plait. Je n’aime pas les autres, alors le fait d’être différente d’eux me satisfait. Satisfait est aussi un mot que j’aime bien. Il est simple mais pas tant que cela finalement. Enfin, bref, du coup je l’ai noté sur ma liste.

Alice referma son cahier orange plastifié. Elle venait d’écrire son journal. Mis TchinKis lui avait proposé de faire cela pour l’aider à extérioriser ses impressions, ses sentiments et aussi pour qu’elle puisse tout simplement s’entrainer à écrire et pour pouvoir garder une trace de sa jeunesse. Cela avait beaucoup plus à la jeune fille. Elle se leva et, tout et mâchouillant un chewing-gum déjà mâché trouvé sous son lit, elle enfila sa veste trouer au coude et sortit dehors.
Un vent frai lui arracha un petit frisson et quelques mèches de cheveux de son chignon. A cette heure si, il y avait peu de monde dehors, c’était le moment idéal pour sortir. L’adolescente marcha gaiment le long du trottoir, évitant les passants, cherchant à tout prix à éviter le contact. Alice détesta qu’on la touche. Même sa mère n’avait pas le droit de la coiffer. D’après la jeune fille, cela transmettait trop de germes bactéries et que c’était très antihygiénique. Comme se faire la bise par exemple.
Hélas pour elle, quelqu’un le frôla d’un peu trop près. Le déclic fut instantané. Alice ce retourna d’un coup, attrapa le bras de l’inconnu et le frappa de toute ses forces. Puis, elle fondit en larmes et s’allongea par terre. Le sol était agréablement froid, et même mouillé. Alice colla son front sur le goudron et grogna comme un chat ronronnerait. Elle oublia les passants et partit dans son monde. Le seul endroit où elle était sûre d’être bien, d’être tranquille, d’être seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2601-alice-links http://tara-duncan.actifforum.com/t2577-alice-gill
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: Ne me touchez pas! [LIBRE]   Mer 16 Nov 2011 - 18:05

Oh non... encore ce ciel rose. Pourquoi le ciel s'obstinait-il à se colorier en rose ? Il ne pouvait pas être bleu, tout simplement ? D'habitude, L'ilne aimait cette couleur. Comme la reine Titania, la responsable de la coloration. Mais cette fois-ci elle en avait marre. Elle était d'humeur morose aujourd'hui. Autant ne pas la contrarier. Ou plutôt ne pas la contrarier plus qu'elle ne l'était déjà.

Ce matin, la journée avait mal commencé. Elle avait été réveillée très tôt par les ronflements d'un imbécile qui dormait dans la chambre d'à côté. Question : pourquoi les murs de cet hôtel n'étaient pas plus insonorisés que cela ? La réponse était évidente : l'hôtel en question était miteux. Vraiment miteux. Mais il avait l'avantage de ne pas être cher. Et en ce moment, le porte-monnaie de L'ilne avait le défaut d'être vide. Question suivante : pourquoi n'avait-elle pas dormi dans sa chambre, au quartier général des Ombres ? La réponse était qu'elle était justement en mission. Et quand elle avait terminé, il faisait nuit. Et quand il faisait nuit, il fallait dormir. Et quand il fallait dormir, on devait trouver un lit. Et ce lit devait se trouver non pas à l'autre bout de la planète, mais à l'endroit où on se trouvait : au Lancovit.

Mais passons. Un mauvais réveil ne suffisait pas à faire ronchonner L'ilne. Non, elle avait aussi raté sa mission d'hier. Le type qu'elle suivait s'était échappé sans qu'elle puisse le suivre (c'est-à-dire par magie. Fichue magie). Elle s'insultait encore de ne pas avoir pu entendre ce qu'il disait par boule de cristal. Mais bon, ça n'était pas la fin du monde. Après tout, peut-être que l'homme n'était pas un Sangrave, peut-être qu'il passait un coup de fil à sa chérie pour voir si elle allait bien ?

Il y avait eu aussi ce magnifique couteau. Une arme admirable. Belle lame, fin, facile à manier, certainement remarquable au lancer. Mais voilà... L'ilne, je l'ai déjà dit, manquait de sous et n'avait pas pu se le payer. Elle avait juré au vendeur qu'elle le rembourserait plus tard. Mais il n'était pas né de la dernière pluie et a refusé. Elle lui a demandé de le lui réservé. Mais il fallait payer. Il a donc refusé aussi. Elle aurait bien voulu voler le couteau, mais il aurait su que c'était elle. Et quand L'ilne flashe sur une arme et qu'elle ne peut pas l'avoir... mieux vaut ne pas l'embêter.

Ce que fit cette jeune fille à la tresse blonde. La lycanne était pressée de gagner la Porte de Transfert et de quitter ce ciel rose. Elle ne répondait pas aux regards courroucés des gens qu'elle bousculait. Tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à ne pas être là. Mais celle-là, elle n'avait fait que l'effleurer. Juste ça. En temps normal, elle-même ne se serait même pas retourné. C'est pourquoi elle fut d'autant plus surprise quand Miss Tresse... se retourna brusquement et frappa violemment notre L'ilnette. Celle-ci, dont la colère allait éclater pour de bon, allait répliquer quand autre chose la surprit encore plus. La fille se mit à pleurer de toutes les larmes de son corps et... s'allongea sur le bitume de la rue. Décidément, elle était complétement folle. Mais elle avait réussi à faire oublier sa morosité à la lycanne. Pour la remplacer par une surprise intriguée.

Alors elle s'approcha du corps allongé par terre et demanda, comme si elle parlait à un malade mental (ce qui devait être le cas d'après elle) :


-Euh... ça va ?

La question était plus destinée à la tête qu'au corps. Mais la jeune fille était peut-être simplement fatiguée. Après tout, il lui arrivait aussi d'avoir des réactions bizarres, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4511-l-ilne-ker-chef-du-clan-des-ombres http://tara-duncan.actifforum.com/t1475-l-ilne-ker#27081 http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Nate Manticore


avatar

Age du personnage : Nous en avons dix-sept, désormais...

Familier : Nous n'avons pas besoin de ces bestioles, chou. Nous nous suffisons à nous-même.
Couleur de magie : Vert comme nos yeux.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Métier... Tssss.
Dans le sac : Dans le sac ? Non mais tu rêves. Il est bien trop petit, le sac. Et puis d'abord, qu'est-ce que tu fais à fouiller dedans ?

Affinités : ~ Oh wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah wanna dance with somebody
With somebody who loves me
Oh wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah wanna dance with somebody
With somebody who loves me ~


MessageSujet: Re: Ne me touchez pas! [LIBRE]   Mar 22 Nov 2011 - 5:43

Haute en couleur. C’était peut-être la toute première définition qu’on donnait de Cassie, quand on la voyait arriver de loin – eh oui, si vous avez suivi les derniers épisodes, vous sauriez qu’elle vogue sur l’océan des couleurs comme d’autre sur celui qu’est plein de liquide (ceux qui sont doué pour ça, on s’entends) – . La seconde, c’est qu’elle avait de beau cheveux, la troisième, qu’elle adorait les pommes – pas besoin d’apprendre à la connaître pour ça, c’était la toute première (et la seule) chose composant son régime alimentaire –.

Seulement, là, on s’heurte à un problème d’espace / temps. C’est que dans cette histoire, on est au Lancovit. Et Cassie est une Omoisienne cent pour cent pur beurre – Bon, okey, ça sonne plus comme une publicité comme celle qu’on lit dans les journstaux, surtout quand on sait que Cassie est à demi lancovitienne, mais chut –, mais il lui arrivait de rendre visite à une famille lointaine – sa tante, quoi – vivant dans la contrée du Lancovit. Ça lui arrivait même plutôt souvent, sachant que les marques de vêtements qu’elle affectionnait coûter bien moins cher ici.


Mais donc, revenons à l’espace-temps. Cassie aurait théoriquement dû être en cet instant même en compagnie du mage dont elle était la première, à faire on-ne-sait quoi qui aurait déplu à celui-ci. Après tout, leur nature était tellement opposée ! L’énergique et heureuse Cassie – en permanence bloqué en mode happy meal (quoique, on enlève les calories, elle ne mange rien) – et le neurasthénique (ce n’est pas trop parler!) et grisonnant Timothy Wallander – en mode sandwich aux anchois oublié au fond d’un cartable, très probablement – n’avait, à première vue, rien pour s’entendre. D’ailleurs, pour être honnête, ç’aurait été un superbe euphémisme que de dire qu’ils s’entendaient – déjà qu’elle ne prêtait jamais attention à ce qu’il disait ! –. Elle avait d’autant moins… de on-ne-sait quoi pour lui qu’elle savait qu’il avait été en couple avec sa tante. Même si ce n’était pas lui qui l’avait quitté, ça n’en restait pas moins qu’il n’était plus ensemble – et les filles sont solidaires –. Parallèlement… il y avait aussi une certaine sympathie que Cassie ressentait pour son maître. Mais peut-être était-ce uniquement dû au fait que Terry, la fauvette de Cassie – son familier, on s’entend – appréciait Eddie, le chien (quel espèce, déjà ?) de Timothy.
Je sens ce texte s’éterniser dans une direction opposé à celle souhaité – on commence à parler du passé plutôt que prêter attention aux évènements actuels – aussi vais-je en venir à ce qui nous a valu une mignonne ellipse sur Timothy et sa relation à Cassie – quand on pense que cet homme aurait pu être son oncle! –.

Bref, elle ne pouvait pas avoir cours avec lui. Tout simplement parce qu’il était mort. D’un couteau dans le dos, la même nuit qu’une certaine… Era Sayan. Rest in peace, please.
Pour information, l’enterrement était prévu pour la semaine prochaine. Que de joies en perspective !

Ainsi, Cassie était venue au Lancovit se changer les idées. Sa nature était fondamentalement heureuse. Impossible pour elle de s’immobiliser, même un instant. Et le Lancovit vendait de si beaux vêtements !

Si la première phrase de ce texte était "Haute en couleur", ce n’était pas pour rien. L’auteur avait l’intention de faire un petit passage sur les vêtements coloré de la miss aujourd’hui, et avait finalement dérivé sur autre chose. Toutefois, dans son désir éternel de ne pas faire d’erreur et de se rattraper quand elle en fait une, elle ne devrait pas tarder à nous les décrires. Avec, si la chance est là – quoique la chance est très relative – un petit passage sur l’attendrisante – vive la relativité ! – enfance de Cassie.

Elle portait un pull – ouais, y fait quand même froid ! –, vert, à mis chemin entre le vif et le sombre. Petite précision, c’était du cachemire – elle pouvait pas de passer de la classe, quand même ! –. Le bas, un jean tout simple, sombre, un peu délavé. Et autours de son cou, de ses oreilles et de ses poignets, toute sorte de jolies breloques – si quelqu’un prête attention à ses tenue du moment, il sera interessant de voir à quel point le vert et les breloques reviennent régulièrement – extrèmement coloré. Il y en avait énormément – des breloques comme des couleurs, mais disposé d’une façon très artistique – que le tout lui donnait un côté très lumineux, malgrès les teintes plus sombre de ses vêtements. Quand à ses cheveux – qui jouaient beaucoup niveau lumière, aussi – ils étaient détaché, retenu par un bandeau blanc, et une petite natte avait été tressé avec les fils de couleurs et les perles qu’affectionnait tant miss blondinette en ce moment.

Maintenant que sa tenue à était décrite, on saute tout de suite sur le moment présent, plutôt que de songer au passé – désolé les fan de "L’enfance Heureuse De Cassie Williams", le nouvel épisode de votre série favorite de sera pas difuser aujourd’hui – nous allons nous soucier de ce qui se passe dans les rue de… la ville. Bon, apparement, y’a pas d’info sur la porte de transfert empruté par mademoiselle Williams today. Dommage pour les kidnappeurs qui s’intéresserait à la prendre en otage, il semblerait qu’il soit impossible d’obtenir plus d’information que son signalement. Pour le reste, ils devront fouiller eux-même.

Cassie arpentait les rue – honnêtement, je me suis souvent demandé si ce mot n’avait pas un rapport avec harpon. Chaque fois que je me pose cette question, je vois un espèce d’harpon s’enfoncer dans le trottoir. –, il n’y avait pas beaucoup de monde, s’était à proprement parlé qualifiable d’agréable. L’air était frais, elle était bien contente d’avoir son pull – de toute façon, si elle avait eu le rhume, elle n’aurais eu qu’à se faire lancer un reparus, mais bon, mon texte aurait manqué de crédibilité pour les pauvres petits lecteurs terriens que nous sommes sinon – et on sentait de loin venir les première neige – faut quand même avoir un très bon nez – et les temps froids et festifs de la saison de Kaillos. Mais d’abords, il faudrait passer par le Saltant – argh, de la pluie, de la pluie, et encore de la pluie – qui viendrait juste après la saison de Moincho plutôt frisquette qu’on vivait en ce moment. Là s’arrête le bulletin météorologique, nous allons bientôt passer aux horoscopes.

Après avoir admiré une superbe veste dans une boutique – vous n’avez pas idée à quel point elle est belle, mais ma mère ne veut pas qu’on l’achète parce qu’elle n’est pas imperméable ! – et comparé les sacs de chez Belli~ et de chez ~Bello, tout en lorgnant sur une paire de botte – pour lorgnant, je pense à un monocle. Mais je ne peux pas m’en empêcher, j’adore ce mot ! – elle finit par se prendre un simple foulard – mais tellement beau ! Exactement comme celui de ma sœur, mais en soie d’aragne et version autremondienne – turquoise avec des notes de brun et de doré. Elle est-tu pas belle, la vie ?

Après son achat, elle flanat tranquillement, bien à l’abris des kidnappeurs évoquaient plus haut qui cherchait encore une jeune fille lui ressemblant à plusiseurs… beaucoup de kilomètre d’ici. Au détour d’une rue, elle assista à une scène relativement étrange – même sur Autremonde! – où une jeune femme frappait une autre, avant de se recroqueviller par terre. Cassie resta tout de même un peu-beaucoup-énormément surprise. Elle avait déjà vu Brianna, sa jeune sœur, agir comme ça, quand on lui disait non. Mais c’était normal. Brianna avait des troubles de la personnalité, avait dit le docteur. Laissez-là suivre un traitement quelque temps et tout ira bien. Il faut que vous prêtiez attention au moindre de ses actes, elle n’a pas toujours conscience qu’elle peut se blesser ou blesser les autres.

Mais c’était un peu différent de voir sa petite sœur piquer une crise de colère avant de s’enfermer dans son habituel mutisme et voir une parfaite inconnu en frapper une autre avant de retourner au plancher.

De toute évidence, la brunette aussi avait eu un choc. Cassie pu observer avec intérêt une expression, d’abords de surprise, puis de colère, et enfin d’étonnement.

Blondinette s’approcha de l’étrange duo. S’assis – enfin, pas vraiment, mais j’ai oublié si cette façon de s’assoir à un nom. Quand vous être assis sur la pointe des pieds, d’une certaine façon – et jaugea un instant très court la scène.

- Est-ce que vous allez bien, mademoiselle ? Elle ne vous à pas fait trop mal ?


Les questions s’adressez à brunette, quoique, la première eut pu aussi très bien aller à celle qui était au sol.

- Que c’est-il passé exactement ?

Elle parlait doucement, d’un ton calme, au cas ou Alice l’écouterait – marre de trouver des synonyme pour signaler de qui on parle –. Elle savait à quel point sa propre sœur était réactive à la façon dont on s’adresser à elle, alors autant éviter d’hurler sur les autres. Surtout que c’est pas super pour débuter une relation.



♥-♥-♥:
 

True. Always True.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1771-cassie-petit-muffin-perdu-aux-pommes
Alice Gill


avatar

Age du personnage : 18 piges

Familier : /
Couleur de magie : Jaune
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Etudiante
Résidence : Une ville au Lancovit
Dans le sac : Un livre sur les maths, un collier en argent, un couteau suisse, un paquet de sucre et un lacet violet.


MessageSujet: Re: Ne me touchez pas! [LIBRE]   Mer 23 Nov 2011 - 14:41

J’étais bien par terre. Le sol légèrement mouillé me rafraichissait et humidifiait mes vêtements. Ma tête bourdonnait désagréablement comme si une mouche ou une abeille était rentrée par mon oreille et dansait joyeusement. Mais cela est complétement impossible alors oublier ce que je viens de dire. Je déteste les choses fausses et complètement impossibles et irréalisables. Mais j’aime les comparaisons, et certaines métaphores aussi, alors je n’ai pu m’empêcher de faire une comparaison. Et puis cela vous permet de savoir ce que je ressens. C’est important de décrire les émotions m’a dit Miss TchinKis. Pour que l’on puisse se mettre à ma place. Ce qui est totalement improbable et irréalisable, et dénué de sens car qui voudrait être à ma place ? Personne je pense. Le paysage alentour devenait flou et valsait dangereusement devant mes, alors je les fermai pour ne pas avoir mal à la tête. Avoir mal à la tête, c’est désagréable et horriblement énervant. Comme je m’énerve facilement, il vaut mieux que je me calme. Mes vêtements me collaient aux ventres et c’était assez désagréable. Pourquoi étais- je allongé par terre d’abord ? Qu’est ce qui c’était passé ? J’avais beau chercher, je ne me rappelais de rien. Vraiment rien. Un voile blanc était tombé sur ma mémoire, comme un rideau blanc et opaque qui passe devant vos yeux un moment et vous empêche de voir la scène qui se déroule de l’autre côté. J’aime me rappeler de tout, car c’est plus pratique. Dès que l’on me demande quelque chose, j’ai juste à chercher ma mémoire et je peux leur dire une réponse. Ma mémoire est une sorte d’album photo. C’est un gros livre, épais et cartonné, qui sens l’abricot – je dis l’abricot parce que j’aime bien l’abricot – et où l’on range tous nos souvenirs. Ma mémoire est aussi un gros appareil photo superpuissant. Il prend chaque seconde en phot et les range ensuite dans l’album. Si je veux chercher un souvenir, j’ai juste à feuilleter l’album et je retrouve n’importe quoi. C’est très pratique, mais encore une foi, ce n’est pas la réalité. N’allez pas croire que j’ai un gros appareil photo instantané dans la tête ainsi qu’un album géant. Non, j’ai juste un cerveau surdéveloppé contrairement à vous. Miss TchinKis dit qu’il ne faut pas que je dise ça : que je suis supérieur. Pourtant, c’est la vérité. Elle dit aussi qu’il faut toujours dire la vérité. C’est ce que je fais. Les gens m’étonnent parfois pour les choses contradictoires qu’ils peuvent dire. Un jour ils vont diront ceci, mais le lendemain, ils diront bêtement le contraire. Moi, je dis toute la vérité vraie.
Pour revenir à ma mémoire, je ne me souvenais en rien de ce qui venait de se passer. Mais je sais que, lorsque j’oublie comme cela ce qui se passe, c’est que j’ai eu une crise. Une crise de panique, de solitude, de violence, cela dépend du contexte. Comme je suis en pleine rue et que j’entends des voix qui parlent au-dessus de moi, je suppose que c’est une crise de violence. Je n’aime pas quand les gens sont près de moi, et dans la rue, ce n’est pas ce qui manque. Pourquoi suis-je sortit aussi ? J’aurais dut attendre minuit, ou une heure du matin ? Mais Mère ne veut pas que je sorte la nuit. Trop dangereux. Elle ne devrait pas s’inquiéter, j’ai un couteau de cuisine dans ma poche pour transpercer d’un coup l’estomac et un lacet pour étrangler les étrangers dangereux. Mais Mère s’inquiète trop pour moi.

J’en avais assez d’être entendus par terre et je voulais voir qui est ce qui parlait au-dessus de moi. C’était deux jeunes filles. Miss Tchinkis m’a dit que pour mon journal, il fallait des descriptions, alors voilà : derrière elles, il y avait une affiche qui me plaisait beaucoup car elle était jolie, et je vais le décrire : elle était rectangle, approximativement de 2m sur 2m, mais comme je n’avais rien pour mesurer, je ne suis pas sûre. Elle clignotait de partout, et brillait sur les côtés. Les images défilaient très vite et je n’arrivais pas trop à voir pour qu’elle publicité elle était affiché mais toutes ces couleurs me fascinait car elles défilaient tellement vite que tout étaient flou atour. Je secouai la tête, pour que ma vue redevienne normal. Puis je posai mon regard sur les deux intruses. L’une, une brune, semblait avoir quasiment le même âge que moi. L’autre était peut-être plus jeune. Elle était blonde aussi. Et elle sentait la pomme. J’aime bien les pommes. Mais je préfère les cerises. Je me demande si cette fille aime les cerises. Et si elle sait faire 1458723 x 48612 en quelques secondes comme moi. L’autre semblait c’être fait mal. Peut-être était-ce la personne que j’ai frappée lors de ma crise. Je fis un sourire carnassier. J’adore ce mot. Carnassier. Car il fait référence aux carnassiers, comme le vautour. Et les mots qui ont deux sens employer dans des domaines différents me fascinent. Fasciner aussi, j’e l’aime bien. Pas autant que carnassier, mais il est gentil. Les mots comme carnassiers, je les collectionne dans une boite violette à bandelettes orange et rouges. Je l’ai écrit sur un papier vert et je les range dans la boite. Dans ma boite, il y a 26 compartiments. Un compartiment par lette de l’alphabet. Carnassier est rangé dans le troisième compartiment. Sur chaque petite plaque qui sépare les compartiments de ma boite, j’ai collé avec du scotch double-fasse la lettre qui correspond. Carnassier est rangé dans le compartiment C. Car le mot commence par un C.
Bref, je lui fis un sourire méchant. Si je l’ai tapé, cela veut dire qu’elle n’a pas été correcte avec moi. Correcte aussi commence par un C, mais comme ce n’est pas un mot employé pour deux domaines différents, il n’est pas dans ma boite violette à bandelettes orange et rouges. Après avoir snobé ma victime. Car c’est bien ma victime puisque je pense que c’est moi qui l’est tapée, je reportai mon regard sur l’autre fille avec les cheveux bouclés qui brillent et qui bougent beaucoup. Elle, elle devait être gentille car elle aimait les pommes. Pour être sûre que ce soit quelqu’un de bien, je lui demandai :

« Bonjour mademoiselle Pomme, je lui dis bonjour car c’est plus poli, et Miss TchinKis dit que être poli, c’est ce qu’il y a de plus important dans la vie. En vérité, le plus important, c’est de respirer et que notre cœur batte, sinon nous ne serons plus de ce monde, comme dit Père lorsqu’il parle de la mort. Bref, Miss TchinKis n’a pas toujours raison, et pourtant, elle ne veut pas avouée qu’elle a tort. Mère m’a dit un jour qu’il fallait reconnaitre c’est erreurs si on était quelqu’un de bien. Miss Tchinkis est-elle quelqu’un de bien ? Je voulais savoir si vous saviez faire 1458723 x 48612 en quelques secondes.»

Je lui souris, pour pas qu’elle se fasse une mauvaise opinion de moi. Parce que si l’autre lui à raconter des bobards, ou des mensonges plutôt, car bobards est un mot familier à extraire de mon langage, il faut que je prouve le contraire à mademoiselle Pomme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2601-alice-links http://tara-duncan.actifforum.com/t2577-alice-gill
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: Ne me touchez pas! [LIBRE]   Mer 23 Nov 2011 - 19:16

Bon. Ok. Voyons. Heu. Hum. Bon. Ok.

Allez, reprend-toi, L'ilnette. Même si tu es un peu déroutée par l'attitude de cette fille avec la tresse, le ciel n'est pas tombé sur ta petite tête brune. Donc, tout va bien.

L'hypothèse selon laquelle celle-ci s'était simplement levée du pied gauche avait été écartée dans ladite tête brune. Non, la demoiselle devait avoir un problème mental. L'ilne ne savait jamais comment réagir dans ces moments-là. Elle avait toujours peur de faire une gaffe. Si bien que c'était généralement ce qui se produisait. Pourquoi laissait-on de tels personnes déambuler, sans personne pour l'accompagner ? Cela pouvait être dangereux. Si un fou furieux vient et vous attaque, vous ne pouvez pas toujours vous défendre, n'est-ce pas ? C'est en tout cas l'avis de L'ilne.

La folle furieuse en question avait laissé un bleu quand elle l'avait frappé. Heureusement, avec l'extraordinaire pouvoir de régénération des loups-garous, il avait disparu au bout de dix secondes. Pratique. Une adolescente (elle devait avoir dans les 14 ans, 15 ans) aux mèches blondes était apparue pour demander si ça allait. Que c'était gentil. Et qu'est-ce qu'elle avait envie de foutre le camp d'ici, de s'éloigner de cette cinglée, de quitter ce maudit ciel rose et de rentrer. Mais on la trouverait malpolie. Et elle préférait éviter ça. Surtout qu'elle était intriguée par Miss Tresse. Ladite tresse était plutôt jolie, d'ailleurs.

Sa propriétaire dut décider qu'elle en avait assez d'être allongée par terre, la tête contre le goudron humide, car elle parla. Ce n'était pas des excuses. Ces paroles n'étaient même pas adressées à elle, L'ilne, la fille qu'elle avait - accessoirement - agressée sans raison apparente. Merci, c'était gentil d'être ignorée. Même si elle appréciait la coiffure, la brunette aimait moins la coiffée (ha, ha - non, c'est pas drôle, tais-toi, L'ilne). Mais il fallait être gentille avec les malades mentaux, parce qu'ils ne se rendaient pas toujours compte que leurs agissements n'avait pas de sens ou n'étaient pas au goût de tout le monde. Donc, range ta colère dans ta poche et mets un mouchoir par dessus. Ce n'était pas la peine. Elle n'était plus en colère à présent, juste intriguée. Pourquoi ? Parce que Miss Cinglée venait de demander poliment à celle qu'elle appelait Mademoiselle Pomme - tiens, elle n'était pas la seule à donner des surnoms aux anonymes - si elle était capable de multiplier... un chiffre, pardon, un nombre très long avec un autre nombre très long en quelques secondes. Aaaah, mais notre cinglée est en vérité une génie cinglée ! Génial. Dommage que les équations ne permettent pas d'apprendre à ne pas taper sur les gens pour un oui ou pour un non. Bon, d'accord, L'ilne était encore en colère. Le mouchoir, vite. Histoire que notre louve préférée garde son calme. C'était le problème quand on était un loup-garou, qui plus est un peu trop susceptible...

Heureusement, le mouchoir joua son rôle à la perfection et L'ilne réussit à répondre gentiment à "Mademoiselle Pomme".


-Tout va bien, merci.

Puis, se tournant vers notre génie des mathématiques - enfin, c'est ce qu'en avait déduit L'ilne :

-Et toi, tu vas bien ?

Oups, elle n'avait pas fais attention et elle l'avait tutoyée. C'était automatique chez elle avec les personnes plus jeune qu'elle ou de son âge, mais le tutoiement la gênait peut-être. Oh, et puis slurk !

[la position, c'est accroupi, Cassie =)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4511-l-ilne-ker-chef-du-clan-des-ombres http://tara-duncan.actifforum.com/t1475-l-ilne-ker#27081 http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Nate Manticore


avatar

Age du personnage : Nous en avons dix-sept, désormais...

Familier : Nous n'avons pas besoin de ces bestioles, chou. Nous nous suffisons à nous-même.
Couleur de magie : Vert comme nos yeux.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Métier... Tssss.
Dans le sac : Dans le sac ? Non mais tu rêves. Il est bien trop petit, le sac. Et puis d'abord, qu'est-ce que tu fais à fouiller dedans ?

Affinités : ~ Oh wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah wanna dance with somebody
With somebody who loves me
Oh wanna dance with somebody
I wanna feel the heat with somebody
Yeah wanna dance with somebody
With somebody who loves me ~


MessageSujet: Re: Ne me touchez pas! [LIBRE]   Mer 28 Déc 2011 - 8:38

[HS : Complètement désolé pour le retard, sorry ><]

Accroupie – on se demande qui lui a soufflé le nom de la position, hein ! – , Cassie observait Alice – elle regardait aussi L’ilne, l’étais pas malpolie, la petite Cassie, mais en l’occurrence, pour l’instant présent, c’était Alice qu’elle avait sous les yeux! – et put remarquer un changement – à qualifier de plus surprenant qu’étrange, mais prévisible en même temps… à ne pas qualifier – dans son expression. Tout d’abords... tout d’abords on ne pouvait pas voir son visage – ou alors si, mais il aurait fallu qu’elle colle elle aussi son visage sur le sol pour voir celui d’Alice, possibilité inenvisageable – mais –parce qu’il y a un Mais ! – elle s’était désormais relevé.
C’était étrange.
Presque autant que de voir une jeune fille en frapper une autre dans la rue, sans raison apparente, avant de se jeter au sol, n’est-ce-pas ?

L’ilne, elle, semblait désormais sans le moindre petit bobo. Pourtant, elle n’avait pas un bleu, avant ? Cassie dû faire fonctionner son cerveau – le pauvre, vu le peu de fois qu’elle l’utilise, il prenait de la poussière – – Bon, je tiens à signaler que ce n’est pas entièrement vrai, Cassie est intelligente. Mais elle est plus… réactive, que réfléchi. Maintenant cette clarification faite, je recommence à écrire quelque chose de censé. – , avant d’arriver à la conclusion, soit : a) Quelqu’un, dans le genre d’une créature magique non-identifié sûrement d’origine divine ou autre avait miraculeusement guérie la jeune fille, ou, b) L’ilne était une lycane, issue d’un peuple libéré depuis peu par Tara – vous ne trouvez pas qu’elle en fait un peu beaucoup, l’héritière ? C’est à se demander si ce n’est pas uniquement de la propagande, pour lutter contre le mouvement Omois-Solidaire, qui prône la démocratie – dont on avait énormément vanté les capacités dans les journstaux, en même temps qu’on vantait Tara – moi je vous dis, votez Omois-Solidaire, et mettons fin à cette propagande démoniaque ! – .

Moins d’un instant, le cerveau de Cassie hésita entre a) ou b). Mais ne la prenons pas trop pour une idiote, elle choisit b). Grand soupir de soulagement dans la salle, la candidate a donné la bonne réponse, le jackpot est gagné ! Bref. Selon toute théorie, brunette est lycane, et le cerveau de Cassie en meilleur état qu’on ne le craignait – sentant venir le moment où elle sera définitivement perdue, l’auteure se concentre désormais au maximum sur son texte, et vous promet d’éviter de se perdre dans son blabla – .

Bref, Alice s’était un peu relevé, et Cassie ne lui avait pas prêtée attention durant une dizaine de seconde, le temps de relever la tête vers L’ilne, regarder le bleu disparu de L’ilne, déduire ce qu’était L’ilne… Peut-être un peu plus d’une dizaine de seconde – mais les valeurs temporaire ne sont pas si importante, non ? – . Quoiqu’il en soit, Alice attira son attention. Tout d’abords par le fait qu’elle la salua – et oui, miss pomme, ça ne peut être que Cassie – ensuite à cause du calcul qu’elle lui posa – le cerveau allait travailler dur, aujourd’hui… très dur.

Alors voyons voir… 1 458 723 x 48 612… En quelque seconde – moi-même, j’ignore à quelle vitesse ma calculette peut le faire, mais… - Essayez donc d’y arriver avec la pression mis par la mention ’’Quelque seconde’’ et je vous tire mon chapeau.

Miss Pomme réussi quand même à faire une déduction logique, bien que ce ne puisse malheureusement pas être une suffisamment bonne réponse, elle en doutait.

- Un 6 pour les unités, supérieur à 7 000 006, inférieur à… 90 000 000 007.


C’est fou, la précision, hein ? Ensuite, ce fut L’ilne qui ouvrit la bouche. Bon, elle allait bien, elle tutoyait. Tant mieux, Cassie se sentait mieux à l’aise avec cette façon de s’exprimer – même si ce n’était pas vers Cassie qu’allait le tutoiement, mais vers Alice –. La miss était déçue de ne pas avoir mieux répondu à la question, mais elle s’était sentie prise de court – et même, sans l’avoir été, elle n’aurait pas réussi – . Les calculs n’était pas sa matière forte, et de loin. À la limite, en math, pour elle, c’était la logique et les statistiques. Certains problème l’avait passionnée, mais dès qu’il s’était agit d’un long calcul sans aide, elle avait souvent perdue la motivation. Monty Halls et ses chèvres avait été quelque chose de fascinant, de même que l’énigme des 9 point, ou les mystères des carrés magiques – en réalité, c’est l’auteure qui donne ses propres traits à son personnage, là. Mais chut ! – mais ses étude de sortcelière l’en avait un peu éloigné, tandis qu’Alice lui faisait soudainement y repenser.

- Dis-moi… vous aimez les énigmes ?


Elle s’adressait au deux filles, soudainement curieuse à ce sujet. Bah quoi, ça faisait longtemps qu’elle n’y avait absolument pas pensée !




♥-♥-♥:
 

True. Always True.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t1771-cassie-petit-muffin-perdu-aux-pommes
 
Ne me touchez pas! [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Le LancovitLe Lancovit-
Sauter vers: