AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Arya. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: TingapourPartagez | 
 

 Chasse à l'homme ! [PV Jack Farewell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kathleen d'Argent


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : Lune, un Aiglelong roux
Couleur de magie : Bleu marine, presque noire
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Tueuse à gages, Ex-Voleuse Patentée
Résidence : Nulle part
Dans le sac : Tout ce qui est utile

Affinités : //

MessageSujet: Chasse à l'homme ! [PV Jack Farewell]   Sam 12 Mai 2012 - 18:31

Kathleen marchait habilement dans les rues de Tingapour. Sa longue chevelure rousse ondulait derrière son dos, profitant de son court moment de liberté. La jeune femme portait des vêtements anodins, mais derrière sa longue cape noire se nichait de nombreux outils... mortels. Ce jour-là, elle avait rendez-vous avec un riche chef d'entreprise. Enfin, c'était ainsi qu'il s'était présenté à elle...
Sur son épaule, Lune se contentait d'enfoncer ses profondes serres dans la chair de sa maitresse, se délectant du peu de sang qui pouvait y couler. Malheureusement, depuis que sa sœur d'âme portait cette maudite écharpe, il lui était quasiment impossible de pouvoir faire ce qu'il voulait.
Ils tournèrent à droite, débouchèrent dans une avenue plutôt luxueuse, et arrivés au bout du chemin, la belle rousse s'arrêta. Elle regarda autour d'elle, avant d'activer discrètement sa magie. Sa main gauche s'entoura aussitôt de lueurs bleu marine, ondulant gracieusement autour de sa paume. Elle ferma son poing, avant de l'enfoncer machinalement à l'intérieur de la poche de son jean, cachant ainsi les reflets. Ainsi rassurée, elle s'avança vers une des nombreuses gigantesques maisons et se contenta de toquer à la porte. Son Familier s'envola dès que la porte s'ouvrit, mais Kathleen ne s'en formalisa pas : c'était elle qui avait ordonné à son Aiglelong de surveiller la demeure depuis l'extérieur.

-
Que votre magie illumine, Mademoiselle. Qu'est-ce qui vous amène ici ? fit le majordome à la porte.

Kathleen acquiesça froidement, et répondit poliment dans un omoisien parfait (il faut dire que passer presque toute sa vie à Omois a des conséquences...), comme le voulait la coutume :

- Et qu'elle protège le Monde. Je suis Cathy, et mon... employeur a demandé à me voir. Pourriez-vous m'emmener jusqu'à lui ?

Le majordome pâlit à l'entente du surnom de Kathleen, mais ne pipa mot. Il se tourna derechef vers l'intérieur de la maison, et d'un signe de main, la pria de bien vouloir le suivre. Ce qu'elle fit, évidemment. Ils s'engagèrent dans la bâtisse luxueuse. A la vue des nombreuses tapisseries qui ornaient le sol, des toiles de peintures qui trônaient sur le mur, ainsi que toutes les pierreries qui étincelaient sur les rideaux pourpre, couleur d'Omois, Kathleen crut reconnaitre sa maison, à Travia. Elle se perdit un instant dans ses pensées, nostalgique. Mais elle se reprit bien vite, et le majordome la laissa en face d'une jolie porte en bois, probablement venu de la Terre, vu qu'il ne ressemblait à aucun bois connu sur AutreMonde. Outre ce détail, il régnait tout d'un coup un silence pesant. Mais ce n'était pas cette aura oppressante qui allait empêcher la belle rousse de rencontrer son employeur...

Elle ouvrit la porte doucement, et rentra à l'intérieur de la pièce qui se nichait derrière. Au milieu de la salle se trouvait une table basse, avec deux sofas face à face. Sur l'un deux se trouvait un homme d'une cinquantaine d'années, plutôt du genre charmeur, à en voir son visage. Il portait des élégantes lunettes de soleil, et des habits pourpre et or. On ne voyait pas ses yeux, mais Kathleen sentit qu'il devait la regarder sous toutes les coutures, observant avidement celle qui allait commettre un meurtre à sa place...

-
Tu es Cathy, c'est bien cela ? fit-il d'une voix agréablement chaude et vivace.

Kathleen acquiesça, et se rapprocha lentement du sofa sur lequel il se trouvait. Du menton, il désigna le canapé juste en face, mais l'Ex-Voleuse Patentée ne bougea pas. Ce qui eut le don d'agacer profondément son employeur, qui devait avoir l'habitude qu'on l'écoute au doigt et à l’œil.

-
Bref... Comme je n'ai vraiment pas le temps de discuter avec toi, aussi belle et... Il s'arrêta, jaugeant du regard la poitrine développée de Kathleen, qui lui jeta un regard hautement méprisant. intéressante soit-tu, je vais te donner rapidement les consignes. Il y a un homme, Andred, qui est un des ministres de Sa Majesté Impériale. Par le passé, j'ai eu quelques... différends avec lui, et aujourd'hui, je tient enfin ma chance pour le faire taire. Il se trouve qu'il vend des armes et des animaux terriens, et je compte sur toi pour le retrouver et disons... l'emmener aux Diseurs de Vérité. Discrètement, bien entendu. Mais tu devras surtout tout mettre en œuvre pour ne pas qu'on remonte la piste jusqu'à moi, c'est bien compris ?

Si Kathleen fut surprise, elle n'en montra rien. Cet homme lui demandait d'emmener un ministre (un ministre !) aux Diseurs de Vérité, alors qu'elle était elle-même une tueuse qui risquait tout les jours une visite sur la planète glaciale de ces végétaux ! Elle se contenta de demander :

- Combien m'offres-tu en échange de ce service ?

L'homme parut amusé, car un sourire carnassier apparut sur ses lèvres. Il ouvrit la bouche, et répondit :

-
Oh, pas grand-chose... A ces mots, Kathleen fit mine de se mettre à partir, n'ayant pas du tout envie de rire à sa tentative minable de plaisanter. Juste 100 crédits mut-or, rajouta-t-il en quatrième vitesse.

Aaaaah, c'était nettement mieux. Kathleen cracha dans sa main droite (la gauche toujours enfoncée dans son jean), avant de la tendre à son employeur. Celui-ci fit de même, et ils se serrèrent la main.

- Marché conclu, fit la belle rousse.

Sur ce, Kathleen sortit de la pièce. Au moins, il n'avait pas imposé de limites de temps, ce qui était tout de même pratique. Mais vu le ton qu'il avait employé, l'Ex-Voleuse Patentée se doutait qu'il voulait que ça soit fait en quatrième vitesse...
Kathleen, une fois sorti de l'avenue, siffla son Familier qui ne tarda pas à apparaitre. Il se posa sur son épaule, comme toujours, et lui envoya des images quant à sa surveillance. Il n'avait rien détecté d'anormal, ce qui était plutôt plaisant pour la tueuse à gages.
Bon... Elle avait affaire à un ministre, et le seul endroit où on trouvait les ministres de Sa Majesté Impériale était dans son palais, évidemment. Elle s'y dirigea, Lune sur son épaule. Mais alors qu'elle allait envoyer son Familier en reconnaissance, ils furent les gagnants de l'heureuse chance. Ils virent un homme plutôt grassouillet sortir du Palais. Et lorsque Lune passa à côté de lui, il put voir une boule de cristal, où un mystérieux interlocuteur ne cessait de dire "Andred, fais attention ! Andred, sois prudent !".

Kathleen sourit, et se mit à le suivre de loin, discrètement. Il suffisait de le prendre au dépourvu, et de le capturer ni vu ni connu, et puis l'emmener aux Diseurs de Vérité, avec un Taludi qui montrerait les activités illicites de ce ministre. Justement, la belle rousse, prudente, sortit de son sac un Taludi, et le plaça sur elle de telle sorte qu'il était impossible à voir, mais il pouvait très bien enregistrer au moment où Kathleen allait l'allumer. Mais alors qu'elle allait se remettre à la poursuite d'Andred, elle remarqua qu'un autre homme aussi le suivait...
D'abord surprise, Kathleen le rejoignit illico presto, le prenant par surprise.

- Hrrm ! Je peux savoir pourquoi tu suis ce ministre ? demanda-t-elle, aussitôt qu'il l'eut remarqué...

Aussitôt dit, Kathleen regretta tout de suite son acte et surtout ses paroles, qui pouvaient se retourner contre elle. Une fois de plus, elle maudit sa fâcheuse habitude de toujours agir sans réfléchir, malgré tout les efforts qu'elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2998-kathleen-une-magnifique-errante-9834#54236 http://tara-duncan.actifforum.com/t2972-kathleen-d-argent
Jack Farewell


avatar

Age du personnage : 36 bloody years old.

Familier : Clue, un Treee rouge. :D
Couleur de magie : Mauve très foncé.
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Espion pour le compte de Magister et conseiller de Sa Majesté Impériale.
Résidence : Le palais de Sa Majesté Impériale.
Dans le sac : Des Transmitus - c'est pour mieux te fuir, mon enfant. #grosméchantloup.

Affinités : Vaut mieux ne pas en parler. w/

MessageSujet: Re: Chasse à l'homme ! [PV Jack Farewell]   Lun 14 Mai 2012 - 19:15


Chasse à l’homme !
feat. kathleen d’argent & jack farewell



« Ha, ha, ha, ha! Stayin’ alive, stayin’ alive! Ha, ha, ha, ha! Stayiiiiiin’ aliiiiiiiiive! »

Assis sur un banc de parc dans le jardin public de l’Impératrice d’Omois, je m’étirai longuement. L’après-midi semblait avancé, ce qui signifiait que ma petite sieste avait duré plus longtemps que prévu. Bah, quoi de plus normal ? Une sieste était dans l’ordre des choses après deux nuits blanches consécutives. En même temps, je n’avais pas eu le choix : Andred agissait toujours la nuit. Le jour, c’était un parfait petit saint. Un vrai lèche-cul auprès de l’Impé’, en fait. Alors qu’en réalité, ce n’était qu’un sale connard qui s’abaissait à vendre des choses provenant de la Terre.

Lisbeth n’était pas stupide, loin de là, et en tant que son conseiller attitré, elle m’avait fait part de ses soupçons vis-à-vis l’homme. Elle se doutait des activités illicites de ce ministre, mais ne pouvait rien prouver sans preuves, évidemment. Elle devait donc trouver un moyen de le coincer et le plus tôt serait le mieux. La blondasse avait souri à mon « Pourquoi ne pas envoyer Xandiar ? » La raison était simple : elle craignait que le ministre devienne encore plus méfiant. Xandiar aurait pu utiliser je ne sais quel gadget d’espionnage pour filer l’homme, mais Lisbeth prétendait que moi, un simple conseiller, passerait davantage inaperçu. Et puis, en ma qualité de conseiller, j’avais le droit de me balader à ma guise là où je le voulais.

La sonnerie de ma boule de cristal se fit alors plus insistante, coupant court à mes réflexions. « Ha, ha, ha, ha! Stayin’ aliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiive! Ha, ha, ha… » Je décrochai et lançai en étouffant un bâillement :


« Hullo ? »

« Y’a un troupeau d’oiseaux à l’entrée du palais, Jack chéri. Tu m’y rejoins ? »

« Bien sûr. » répondis-je d’une voix neutre.

La communication s’interrompit dès que j’eus prononcé ces mots. J’avais compris le message : le ministre venait de sortir du palais, en plein jour ! C’était louche. Ma complice, une jeune Sangrave, également infiltrée, venait de m’en informer de façon innocente : quiconque épiant la courte conversation ne pourrait y voir autre chose qu’un rendez-vous amoureux. Eh oui, ma complice était une Sangrave, car Magister avait aussi à l’œil ce ministre pour des motifs inconnus, mais sans doute sinistres.

J’enfouis ma boule de cristal dans la poche de mon manteau et traversa l’aile du palais me menant à l’entrée. Juste comme j’arrivais, je vis la grosse patate sortir à l’extérieur. Han, quel coup de chance ! Merci, complice ! Maintenant, je devais trouver un moyen de le filer sans qu’il s’en doute et de récolter des preuves l’inculpant. Des preuves accablantes. Hum, comment faire ? Je me suggérai de le suivre discrètement, en premier lieu.

J’envoyai une image mentale à Clue, mon petit oiseau rouge, lui demandant de me rejoindre sans perdre de temps à l’avant du palais. Finie, la balade aérienne, petit volatile. Quelques secondes plus tard, l’animal volait autour de ma tête. Je lui demandai de monter dans les airs afin de me donner une vue d’ensemble de la situation. Le ministre venait de lever les voiles et courrait presque, comme s’il avait tous les démons des Limbes à ses trousses. En même temps, il ne devait pas piquer un sprint non plus : il n’aurait pas passé inaperçu ! Je ne pus m’empêcher de ricaner, car courir lui aurait certainement permis de perdre tous ces kilos en trop. Bref, il se dirigeait au Nord-Ouest de la ville. Okay. Go.

Avec un petit sourire en coin, je me mis à le filer. J’étais ravi : ENFIN, de l’action ! Ma mission me plaisait tout à fait. Merci Lisbeth, merci Magister.

Même si la température était plutôt clémente aujourd’hui, je portais mon long manteau noir et mon écharpe bleu nuit. Je risquais d’avoir chaud, surtout si la cadence se maintenait, mais tant pis. Je n’avais pas eu le temps d’aller me changer, disons. Je me mouvais parmi la foule amassée, tout en ne perdant pas de vue le ministre. Clue, de là-haut, me communiquait mentalement le trajet que ma cible prenait et où elle semblait se diriger. Pour le moment, pas de réponse précise, malheureusement. Le fonctionnaire avait l’air de se promener sans but précis… Pour semer un éventuel poursuiveur ? Haha, la bonne blague !

Et puis, soudain, une voix. Je sursautai malgré moi, concentré que j’étais. Incroyable. Même dans un moment aussi critique, il fallait qu’on ait le culot de me déranger. En somme, de me parler. Je détestais ça. Parler, je veux dire. Les gens sont tellement peu intéressants. Ce qu’ils disent est TOUJOURS ENNUYANT. On s’en fout de ce que Machin a fait ce week-end ou quelle pute Untel s’est tapé la nuit passée. Et puis, quelle idée saugrenue que d’aborder un parfait inconnu dans la rue ! Je m’arrêtai donc brusquement, le cœur cognant rapidement dans ma poitrine. J’ordonnai mentalement à Clue de ne pas perdre la cible de vue, tandis que moi, j’allais rembarrer la petite insolente. Je fis donc volte-face et plantai mes yeux bleu gris dans ses prunelles mielleuses.


« Non. Fiche-moi la paix, maintenant. »

Une réponse rude. Sèche. Aucun regret. Du pur Jack Farewell. Héhé. Sans lui accorder une seconde de plus, je me détournai d’elle et bousculai du bras une femme d’un certain âge de mon chemin en voulant passer. Non, mais j’étais en mission. Pas le temps pour les politesses et la courtoisie. Pas le temps d’être hypocrite.



    ❝ jouer un double jeu ne rime pas forcément avec traîtrise. ❞ ▽ shunshine-love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2986-jack-farewell http://icamefromgallifrey.tumblr.com/
 
Chasse à l'homme ! [PV Jack Farewell]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Canada continue sa chasse à l'homme
» ? évènement 015 ; Chasse à l'homme dans la forêt interdite
» Un chasseur sachant chasser... ne sort jamais sans son chien de chasse [libre]
» Chasse à l'homme [PV Dohko et Ceridwenn]
» La chasse à l'homme sur Saint Uréa !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour-
Sauter vers: