AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Autre contrées :: Les confins du mondePartagez | 
 

 TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître du Jeu

Personnage Non Joueur - utilisé par le Staff
avatar

Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Très élevé



MessageSujet: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Sam 26 Mai 2012 - 19:03




# Le Théâtre des Pantins



Ni le vent, les bourrasques, les tornades, les ouragans, aussi puissants puissent-ils être, arrachant, déracinant, emportant, détruisant tout sur leur passage. Ni l'eau, l'océan, les tempêtes, les tsunamis, aussi dangereux puissent-ils être, renversant, brisant, éclatant, noyant tout sous leurs vagues déchaînées. Ni la terre, la nature, les plantes, les séismes, aussi dévastateurs puissent-ils être, s'enroulant, étouffant, détruisant, avalant tout de leur puissance vivace. Ni le feu, les incendies, les explosions, les volcans, aussi destructeurs puissent-ils être, embrasant, explosant, incendiant, consumant tout de leurs flammes ravageuses. Ni les animaux, les monstres, les bêtes, les brutes, aussi imposants puissent-ils être, mordant, déchirant, lacérant, déchiquetant tout de leurs puissantes machoires. Ni les hommes, les guerriers, les insurgés, les révoltés, aussi déterminés soient-ils, avec leur volonté de fer et leurs fantaisies, leurs illusions, leurs utopies. Rien ne saurait dépasser notre pouvoir.



C'est long, un millénaire. Plusieurs, plus encore. Le temps s'écoule, paisible et indifférent, sans jamais daigner accélérer pour briser cette morne monotonie qui remplit nos vies. Il s'écoule, tel un petit ruisseau indifférent au monde qui l'entoure. C'est immense, l'éternité. La vie est comme un labyrinthe tordu dont on ne trouverait jamais la sortie. Il nous piège à tout jamais dans ses chemins tortueux et infinis. Oui, notre puissance n'a pas d'égale, mais il y a une chose sur laquelle nous n'avons malheureusement aucune emprise, réduisant notre existence à une longue somnolence ennuyeuse : le temps. Nous ne pouvons veiller chaque instant sur l'univers, de plus c'est irritant de voir ce que font les hommes ici bas. Ils ressemblent à des enfants inconscients, détruisant peu à peu, lentement mais sûrement, cette terre que nous leur avons sottement confié, rongeant les fondations du monde qui les accueillis. Nous préférons détourner les yeux, laisser les échos de ce monde se perdre dans l'infini et plonger dans un demi-sommeil de plusieurs centaines d'années. Seulement, aujourd'hui, ils sont venus troubler notre repos et se rappeler à notre bon souvenir. Maintenant, à nous de leur rappeler notre puissance incontestable. Comme ils paraissent petits vus d'ici, on dirait de petits insectes que je pourrais écraser en fermant ma main.




Approchez Mesdames & Messieurs, le spectacle va commencer ! Ma main obscure, aux pouvoirs multiples, contrôlant vos destinées, vos vies, vos chances & vos déboires, vous a amenés dans un endroit d'où vous ne pourrez partir qu'en jouant ce que je réclame à corps & à cris. Approchez Mesdames & Messieurs ! Ma passion dévorante pour les contes de fées va vous entourer, vous transformer, vous allez incarner les personnages de mes histoires préférées. Approchez Mesdames & Messieurs ! Ces univers dérangés, féeriques ou étranges, ces personnages haut en couleurs, hors normes & décalés, ces histoires sombres, tristes ou cyniques, c'est cela qui vous attend. Approchez Mesdames & Messieurs ! Vous m'avez réveillé, maintenant, il va falloir que vous m'occupiez. Approchez mesdames & Messieurs ! Tenez-vous prêts, cela va bientôt commencer, le lourd rideau qui pour l'instant vous cache va se lever. Approchez Mesdames & Messieurs ! Comédiens d'un jour, révoltés d'une vie, prisonniers de mon théâtre improvisé, vous n'avez qu'à jouer. Approchez Mesdames & Messieurs ! Vous n'êtes que des marionnettes et c'est moi qui tire les ficelles, arriverez-vous à résister, pourrez-vous vous détacher de ces fils qui vous entravent ?




Ma voix calme, posée, poussiéreuse, s'éleva pour accueillir mes charmants invités, où qu'ils soient, quoi qu'ils jouent, quels qu'ils soient :



« Bonjour à tous. Vous vous demandez sûrement ce que vous faites ici, et pourquoi. Tout d'abord, bienvenue dans mon théâtre personnel, le Théâtre des Pantins. Mais qui sont donc les pantins ? C'est vous, chers amis. Voyez-vous, quelqu'un m'a réveillé. Et, maintenant, j'ai besoin d'être diverti, et j'adore les contes. Vous savez tous ce que vous avez à faire, j'ai incorporé les histoires dans vos esprits. Il vous faudra terminer le conte pour retourner chez vous. Oh, une dernière chose : oui, vous pouvez trépasser. Et maintenant, jouez ! »




Je n'aimais pas trop m'attarder. Ils avaient compris. Et certains pensaient déjà sûrement à cette Fin. Qui se dirait que c'était forcément celle énoncée dans le conte ? Qui combattrait pour rentrer chez lui, déversant du sang et prenant les armes ? Qui comprendrait qu'il fallait juste une Fin ? Rien qu'une Fin, et vous rentrez chez vous.



C'est à vous d'écrire l'histoire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mer 30 Mai 2012 - 19:26

    «Où suis-je ?»

    C'est la première question qui me vient à l'esprit, mais elle est suivie de bien d'autres. Toutes sans réponses. Déboussolée, je regarde autour de moi, mais je ne reconnais pas cet endroit. Je me souviens de l'air frais de la forêt, tout-à-l'heure, alors que je me promenais tranquillement. Et, puis, soudain... Je ne sais pas très bien ce qu'il s'est passé. Une force inconnue m'a emportée, et je suis apparue ici. Quelqu'un aurait-il utilisé un Transmistus sur moi ? Mais qui ? Et dans quel but ? Il y a plusieurs silhouettes autour de moi, mais je ne les ai jamais vues. Elles ont l'air aussi abasourdies que moi... Je n'y comprends rien. Est-ce que je rêve ? Oui, ce doit être ça. En vérité, je suis bien au chaud sous ma couette, et je vais bientôt me réveiller. Il suffit juste de me concentrer

    Une voix s'élève alors. C'est une voix grave, vielle, puissante mais tranquille. Je ne l'ai jamais entendue auparavant mais j'ai l'impression de la connaitre. Je sens que je m'en souviendrai toujours. Elle parle, et je comprends tout. Ceci n'est pas un rêve. Oh non, c'est bien pire. C'est...

    Au fur et à mesure que je réalise, mes yeux s'écarquillent de surprise. Quoi, quoi, quoi ?! Je suis... prisonnière ? Dans un théâtre ? Ça veut dire que je vais regarder un spectacle ? Le mot "pantin" me fait grimacer. Je déteste les pantins. Ce regard malsain, qui vous fixe comme s'il allait se jeter sur vous... Ce corps inanimé, dont j'ai l'impression qu'il pourrait prendre vie à tout instant... Oui, j'ai peur des pantins. Un jour, quand j'étais gamine, j'en ai trouvé un dans un vieux placard, et j'en ai fait des cauchemars pendant deux semaines. Mon pauvre père n'avait pas vraiment le temps de consoler mes peurs d'enfant. Pourquoi la Voix parle-t-elle de pantins ? Comme si elle lisait dans mes pensées, la réponse arrive. Je suis le pantin, la marionnette, l'esclave de cet être fou. Soudain, je sais qui me rappelle cette voix. Le dragon... Celui que j'ai appelé "maitre", à qui j'ai obéi pendant toutes ces années. Je n'étais encore qu'une petite fille. Triste, seule, craintive. Il m'a pris mon enfance, m'a forcé à le servir, nous a traité durement, mon père et moi. Il l'a si fatigué qu'il l'a empêché de s'occuper de moi, de me consoler de mes cauchemars de fillette. Tout est de leur faute, lui et les autres tyrans. Tout, tout, tout. Et cette Voix lui ressemble. Peut-être est-ce un dragon. Ils en seraient bien capables : enlever des gens pour en faire des comédiens forcés, dans le seul but de se distraire.

    Car c'est ce qu'il veut que nous fassions. Nous sommes plusieurs, j'ignore combien, et nous avons chacun un rôle. Nous devons jouer, comme au théâtre. Que c'est amusant ! J'ai mal aux côtes tant je ris, vous n'avez pas remarqué ? Je déteste être forcée. Ah, si seulement je pouvais voir ce type... Je lui en collerais une bonne, et il apprendrait à me prendre pour une vulgaire marionnette ! Qui est-il ? Il doit être bien lâche, pour ne pas se montrer. Quand toute cette mascarade sera terminée, j'aimerais lui dire deux mots... Au fait, quelle est la pièce de ce soir ? Un conte de fée Terrien ! Magnifique ! Quelle joie, quel honneur... Quelle connerie. Je n'en connais aucune, mais la Voix qu'elle a incorporé l'histoire dans mon esprit. Oh, que c'est gentil à elle... On pensera à la remercier et à l'applaudir à la fin du spectacle, n'est-ce pas ? Le conte que je dois jouer s'appelle Le vilain petit canard.

    Attendez... Le vilain petit canard. Oh, non ! Le vilain petit canard. Non, non, non ! Pitié ! Pas un canard ! Ce n'est pas possible. La Voix a bien dit qu'elle avait traficoté mon esprit ? Aurait-elle fouillé à l'intérieur, aussi ? Je l'avoue, j'ai des peurs stupides. Je suis capable d'affronter un guerrier sanguinaire avec le sourire, et j'ai peur des pantins et des canards. Vous ne le direz à personne, d'accord ? Je sens que je vais être la risée de tout le monde pendant un bout de temps, sinon. Les canards... A leur évocation, le nom d'Alexia Ossen me revient en mémoire. C'était il n'y a pas si longtemps. Alex s'était fait attaquée par une bande de canards psychopathes. Je ne rigole pas ! Les canards sont dangereux. Ils pincent, ils mordent presque, ils poussent des cris étranges, à faire peur ! Ils sont cupides, toujours à l'affût de la moindre miette de pain... Bon, d'accord, ça peut paraitre drôle, mais je me suis déjà fait pincer la jambe, et ça fait drôlement mal. Vous avez promis de ne pas le répéter, n'oubliez pas ! Depuis cette histoire avec Alex, je n'ose pas m'approcher d'un canard à moins de deux mètres...

    J'aurai ri franchement dans d'autres circonstances. Si ça n'aurait pas été moi qui me serait retrouvée à la merci d'une Voix cinglée, forcée de me ridiculiser à jouer au canard... Ce type doit vraiment s'ennuyer. Pourquoi ne va-t-il dans un vrai théâtre, ou au cinéma ? Il doit y en avoir un paquet, sur Terre, des adaptions en images de contes de fées. Vraiment, j'ai hâte à la fin de cette mascarade, histoire d'avoir une petite discussion avec le responsable de tout ce bazar... La fin, parlons-en, de la fin. D'après la Voix, il suffit de terminer le conte pour être libéré. C'est tout ? Pas besoin de vendre son âme ou de livrer un combat à mort ? Je ne me m'empêcher de douter de l'honnêteté de ces paroles. Mais bon, autant essayer. Je verrais bien... Ça n'a pas l'air si compliqué. Je n'ai qu'à prendre sur moi et oublier cette phobie ridicule des canards – de toutes façons, je ne pense pas qu'il y en aura des vrais – et jouer mon rôle...

    Tiens, devinez donc quel est ce rôle. Le vilain petit canard en personne ! Wahou, vraiment, je suis comblée ! Pourtant, je m'en serais bien passée... Ce n'est que maintenant que je me rends compte que mes vêtements sont bizarres. Ils ont des plumes. Des plumes grises, comme... un oisillon. Comment n'ai-je pas pu le remarquer plus tôt ? Je suis déguisée en oisillon ! Argh ! Pas en caneton, puisque le vilain petit canard est en fait un cygne, mais en... cygneau. Je comprends alors que cet endroit étrange n'est autre qu'une ferme géante. Le début de l'histoire, l'endroit où le vilain petit canard voit le jour.

    Bon. Je fais quoi, maintenant ? D'après le conte, je dois commencer par naitre. Hm, oui, bon début... Mais je fais comment ? Je n'avais jamais fait de théâtre - j'ai, disons, d'autres occupations - et je ne suis pas bien douée pour le mime. Soudain, j'ai une idée. Et tant pis pour le ridicule.

    Je me roule en boule sur le sol - c'est censé représenter l’œuf, au cas où vous n'auriez pas compris - puis, lentement, je me relève lentement, en étirant les bras, comme si je me réveillais. Non, décidément, c'est trop. Je me tourne vers les autres personnes, qui doivent avoir eux aussi leur rôle précis, et je déclare :

    -Bon, bah, ça y est, je suis née.

    Youpii. Je peux rajouter quelque chose sur la liste des trucs que je déteste, après les pantins et les canards. Le théâtre.


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mer 6 Juin 2012 - 16:09

« What the f... »

Hé, pas de vulgarité ! Mais il fallait quand même dire que ce qu'il se passait était assez étrange. Non. Très étrange. Plus étrange même que tout ce que Lisa avait vécu sur AutreMonde. Et sur Terre. Et pourtant, elle en avait vécu, des aventures folles. Quoique. Ce qu'elle avait vécu l'année dernière, à Halloween, c'était quand même pas mal. Disons alors, que les deux évènements étaient à exaequo.

Mais reprenons depuis le début. C'était une belle journée de Botant, les oiseaux chantaient, les fleurs dansaient, les soleils rayonnaient, l'herbe verdissait, les arbres se trémoussaient et Lisa dormait. Ben oui, elle était crevée à cause d'une mission éprouvante la veille, alors elle avait profité d'une journée de congé pour prendre un peu de repos. Elle dormait, donc, bien paisiblement. Elle rêvait qu'elle se promenait tranquillement au bord d'un lac, où nageaient des poissons, croassaient des grenouilles et volaient des libellules. Et où barbotaient des canards. Comme par hasard.

Bref. Et puis, comme toute personne qui dort, elle se réveilla. Elle s'étira, bailla et passa une jambe hors de son lit pour en descendre. Sauf qu'il n'y avait pas de lit. En fait, il n'y avait même pas de chambre. Il n'y avait rien. Seulement le sol sous elle. Ainsi qu'une foule de personne. Mais qu'est-ce que fichaient des personnes chez elle ? Euh. Non, elle n'était pas chez elle. Cela n'en faisait aucun doute. Elle n'était même pas à Omois. Mais alors où était-elle ? Et surtout, comment était-elle arrivée là ?

Sur le coup, elle se dit qu'elle était encore dans son rêve. Ses idiots de yeux n'avaient pas fait leur travail, et elle ne s'était pas réveillée. Pourtant, elle éprouvait une sensation de réel, comme si ce rêve n'était pas... un rêve, justement. La Voleuse haussa les épaules. Tant pis. Si elle dormait, elle se réveillerait bien un jour ou l'autre. Pour le moment, qu'elle soit en plein rêve ou non, il fallait qu'elle fasse quelque chose. Elle n'allait tout de même pas rester là à rien faire. Elle se releva donc, et alors elle réalisa que depuis tout à l'heure, quelqu'un parlait. Et qu'elle n'avait rien, mais alors rien écouté. Simplement les derniers mots :

« … Et maintenant, jouez ! »

Lisa haussa un sourcil.

« Heiiiiiiin ? »

Mmh, oui, elle venait tout juste de se réveiller, donc bon. Elle se tourna vers la première personne qu'elle vit et lui demanda :

« Qu'est-ce qu'il a dit ? »

La personne la regarda droit dans les yeux et partit aussitôt d'un pas pressé. D'accord, merci pour la réponse, très sympathique, vraiment. Il y avait vraiment des g... Le vilain petit canard.

* Pardon ? *


Le vilain petit canard. Les quatres mots étaient venus dans son esprit sans crier gare. Et sans qu'elle puisse comprendre d'où cela pouvait bien provenir. D'autres pensées fusèrent, les unes après les autres. La Maman Canard. Puis toute une histoire entière. A propos d'un canard tout moche rejeté par sa famille qui va voir ailleurs et trouve des animaux tous gentils tous mignons. Bien sûr. Mais à quoi pouvait bien rimer tout cela ? Si seulement elle avait écouté ce que l'autre avait dit ! Mais non, elle avait préféré dormir plutôt que d'y prêter attention, comme une grosse boulette. Enfin bon, elle avait l'habitude. Faire des gaffes, ça devenait quasiment sa routine.

Elle décida donc d'attendre. Et advienne que pourra. Il ne se passa rien pendant quelques minutes. Personne ne faisait un seul mouvement, personne ne disait un seul mot. Et puis, enfin, quelqu'un se décida à bouger. C'était une jeune fille, qui devait avoir plus ou moins l'âge de Lisa, toute de grise vêtue et qui s'avança au centre de la scène (oui, il y avait une scène). Elle hésita un instant puis se recroquevilla sur elle-même avant de se relever doucement et de s'étirer. Lisa haussa un deuxième sourcil. Qu'est-ce qu'elle faisait ? Quel était cet étrange spectacle qui s'offrait à elle ? Puis, soudain, la jeune fille au comportement hors du commun déclara, faisant face à tout le monde :

« Bon, bah, ça y est, je suis née. »

C'était tellement ridicule, tellement bizarre, tellement peu convaincant que Lisa eut du mal à s'empêcher d'éclater de rire. Il y eut alors un deuxième temps de silence. Et puis, une voix dans son cerveau lui cria quelque chose : « Mais joue ! Qu'est-ce que tu attends ! C'est à ton tour, là ! ».

Et alors elle comprit. Elle devait jouer. La Maman Canard. Dans l'histoire appelée Le Vilain Petit Canard. Et la fille qui faisait le canard était le vilain petit canard en personne. Mais Lisa n'avait jamais fait de théâtre de toute sa vie ! Comment pourrait-elle s'en sortir ? Elle allait être ridicule ! Comme si elle ne l'était pas déjà assez comme ça. Avec tous ces vêtements jaunes, en plus. Euh, un instant ! Jaunes ? Comment ça, jaunes ? Elle n'était pas en jaune, tout à l'heure ! Elle avait son pyjama bleu ! Alors pourquoi est-ce qu'à présent elle était en jaune ? En regardant de plus près, elle remarqua même des plumes. Qu'est-ce que faisaient des plumes sur ses vêtements ? Elle mit quelques temps avant de comprendre qu'il s'agissait en réalité de son déguisement de la mère Canard. D'accord, tout s'expliquait. Bon. Il était temps de se mettre à jouer, maintenant.

Elle s'avança vers l'interprête du vilain petit canard et se posta en face d'elle. Puis elle fit semblant d'être émue et dit à voix haute :

« Mon bébé, enfin tu es née ! Je t'ai tant attendue, et te voilà enfin ! Toi que j'ai couvée du matin jusqu'au soir, en remuant mon popotin jaune pour te réchauffer ! Si tu savais à quel point je suis heureuse de te voir enfin naitre ! Je crois bien que c'est le plus beau jour de ma vie de canarde ! »

Elle était partie dans un long discours émouvant. Elle venait de découvrir le théâtre, et elle se prit à adorer ça. Et puis, elle n'était pas si mauvaise comédienne. Elle continuait de parler, disant les phrases qui lui venaient à la tête, improvisant. Elle réalisa qu'elle se fichait de savoir que tout le monde la regardait, tout ce qui comptait à présent c'était elle, et personne d'autre. Et ça lui plaisait beaucoup.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Dim 10 Juin 2012 - 19:29

    Je ne me souviens pas de m'être déjà sentie aussi ridicule. Je suis debout, seule au milieu de la scène, à attendre que quelqu'un réagisse. Brolk, mais faites quelque chose ! Cette situation est déjà assez humiliante, et si je suis en plus la seule à jouer le jeu... Je fixe les quelques personnes présentes, maussade. Chacun doit avoir un rôle dans l'histoire, et quelqu'un est censé entrer en scène et me répondre, là, tout de suite. Enfin, je n'ai jamais l'occasion - ni le porte-monnaie - pour aller au théâtre, mais je sais que ça se passe comme ça d'habitude. Bon, il se bouge, le comédien ?

    Une fille, que je n'avais pas remarqué jusqu'alors - il faut dire que son air hébétée ne la rendait pas très intéressante - s'avance dans la scène. Elle a mon âge, et elle me ressemble un peu physiquement : yeux et cheveux foncés, et ce sourire joyeux qui donne envie de sourire à son tour - même si à cet instant, mon sourire ressemble plus à une grimace qu'à autre chose. Mais la ressemblance s'arrête là. Ses traits sont plus fins, je suis plus grande et j'ai la peau plus bronzée. J'ai hérité tout cela de mes ancêtres loups-garous.

    Ce doit être elle qui joue le prochain personnage. Elle se poste devant moi et se lance dans une tirade aussi enthousiaste que ridicule. Je ne parvient pas à m'empêcher d'éclater de rire. Non, mais écoutez-moi ça !


    « Mon bébé, enfin tu es née ! Je t'ai tant attendue, et te voilà enfin ! Toi que j'ai couvée du matin jusqu'au soir, en remuant mon popotin jaune pour te réchauffer ! Si tu savais à quel point je suis heureuse de te voir enfin naitre ! Je crois bien que c'est le plus beau jour de ma vie de canarde ! »

    Franchement... Comment vous voulez que je me concentre avec ça ?! Je ne pourrais jamais jouer mon rôle sérieusement. Je ris, je ris tellement que j'en ai mal au ventre. J'essaie de me calmer, de me contrôler, et petit à petit mon fou rire s'en va. Souffle, L'ilnette. Calme... Inspire, expire. La "technique zen" marche. Ouf. Il arrive qu'en l'utilisant, je me vois en train de m'essayer au yoga et le fou rire repart de plus belle. Mais, là, non. Je me concentre sur l’instant présent. Si à chaque réplique il se passe la même chose, je crois qu'on est mal barrés...

    Je suis le vilain petit canard, je viens de naitre, ma mère, Mme Cane, me regarde, émerveillée. Mais je ne suis pas un canard. Je suis différent des autres. Je suis gris, alors que je devrais être jaune. Je suis laid. Les autres canetons, qui sont eux parfaitement normaux, vont se moquer de moi. Ma mère ne voudra plus de moi. Je vais être rejeté. Je vais faire un long voyage, rencontrer d'autres animaux, mais personne ne m'acceptera réellement. Qui voudrais de moi ? Je ne ressemble à rien. Je suis une erreur de la nature. Je vais errer pendant longtemps. Mme Cane m'oubliera. Un jour, je trouverai un lac, où nageront des êtres beaux et gracieux. Je verrai mon reflet dans l'eau, et je verrai que je serai devenu comme eux. Enfin, la réalité s'ouvrira à moi. Je suis un cygne, et non un canard. Je ne suis pas vilain, je suis beau et gracieux. Je m'envolerai rejoindre les autres cygnes, et je serai heureux.

    C'est une belle histoire, vous ne trouvez pas ? Elle est triste, mais terriblement réelle. Certains enfants, en l'entendant, ont dû se sentir, eux aussi, des vilains petits canards. Rejetés par leur entourage, ils ont voulu tracer leur propre voie. Ils se sont rendus compte qu'ils n'étaient pas des êtres abominables, des erreurs de la nature, comme le cancanaient certains.

    Eh bien, pas moi. Je ne me suis jamais sentie un vilain petit canard. Mon père m'a toujours aimé. J'ai des amis. Personne ne me trouve bizarre. La Voix, le Maitre, appelez-le comme vous voulez - le sale type à l'origine de cette mascarade - a mal choisi mon rôle. Il a dû fouillé mon esprit, y a trouvé ma peur des canards, et, certainement à cause d'un esprit sadique, m'a envoyé dans ce conte. Et les autres ? Cette fille qui joue Mme Cane, se sent-elle l'âme d'une mère chérissant ses enfants ? Mes soi-disant frères et sœurs sont-ils des champions de la moquerie, de pauvres intolérants qui ricanent à la moindre bizarrerie ? Bon, je traite mal les canetons. Ils ont le mauvais rôle dans l'histoire, mais ne vous est-il jamais arrivé de vous moquer ? Moi, si. Rire avec les autres d'un plus faible, pour me faire accepter, par peur de la différence. Parce que c'est tout simplement drôle. Sans penser à la personne en elle-même, rejetée et mal-aimée.

    Je ne vais pas continuer plus longtemps dans la philosophie. Ce n'est pas mon truc. Après avoir rigolé comme une idiote, j'ai pris le temps de me calmer - l'affaire de trois secondes. Je murmure à l'adresse de l'actrice de la maman canard :

    -Hem, désolée...

    Désolée d'avoir ri ainsi, de l'avoir peut-être troublée ou vexée, d'avoir interrompu le jeu d'acteur. Le public n'est pas censé l'avoir entendu, c'est simplement un échange discret entre comédien. Je crois que je ne suis aps très bonne à ce jeu. Mais je reprends mon rôle aussitôt. Allez ! Je suis le vilain petit canard.

    -Coin ! Euh... Maman ! Maman, je suis content d'être né, je suis content que tu sois contente aussi. C'est que je commençais à m'ennuyer, là-dedans ! Tu es gentille, ma Maman, tu es jolie. Mais j'ai faim, Maman. Où sont mes frères et mes sœurs ?

    Je continue avant de partir dans un nouveau fou rire. Il ne faut pas que je me déconcentre. Je suis le vilain petit canard.

    -Pourquoi je suis gris, Maman ? Pourquoi je suis gris alors que mes frères et sœurs sont jaunes ?

    Je prends un air étonné, je perds le sourire des premières phrases. Je me rends compte que je ne suis pas tout-à-fait normal. Je suis différent des autres.


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Ven 22 Juin 2012 - 21:09

A peine Lisa avait-elle fini son discours que la comédienne avec qui elle jouait partit dans un rire immense. Elle se tordait dans tous les sens, sans pouvoir s'arrêter. C'était interminable. Au départ, Lisa se contentait de la regarder sans parler, sans bouger, simplement en restant là, les yeux ronds, la bouche béante, le corps figé, debout face à sa partenaire de jeu, et en se demandant ce qu'elle était censée faire, si elle devait intervenir ou laisser passer le temps. Les mots étaient coupés dans leur élan, les phrases ne lui venaient plus à la bouche, son discours était suspendu dans les airs, elle ne disait plus rien. Puis, au bout de quelques secondes, le fou rire incontrôlable et infini de l'interprète du caneton devint tellement intense que la Voleuse ne put résister plus longtemps. Elle s'esclaffa à son tour, sans pouvoir ni même vouloir s'en empêcher. A dire vrai, cela faisait du bien. Ça détendait un peu. La sortcelière n'avait pas compris toute la situation, mais elle était convaincue que jouer cette pièce était une obligation, un devoir imposé par un être cruel et sans pitié, et contre lequel personne n'osait se retourner. Alors le simple fait de pouvoir rire dans une telle condition permettait de retrouver cette lumière qui nous fait croire en un possible espoir même lorsque tout semble aller pour le pire.

Enfin, le rire s'estompa et les deux comédiennes retrouvèrent leur sérieux. Il fallait qu'elles continuent de jouer. Car bien que Lisa s'était trouvé une passion pour le théâtre, elle savait que plus vite elles auraient fini leur pièce, mieux ce serait. L'interprète du petit canard partageait certainement son opinion, puisqu'elle se calma tout de suite et reprit un visage neutre. Elle murmura simplement quelques excuses à l'attention de la Voleuse, qui répondit, avec un petit sourire plein de sympathie :

« Il n'y a pas de mal. »

Il y eut un petit temps de silence, puis la jeune fille en face d'elle se glissa à nouveau dans la peau du canard qu'elle devait jouer. Elle s'exclama, s'adressant à Lisa :

« Coin ! Euh... Maman ! Maman, je suis content d'être né, je suis content que tu sois contente aussi. C'est que je commençais à m'ennuyer, là-dedans ! Tu es gentille, ma Maman, tu es jolie. Mais j'ai faim, Maman. Où sont mes frères et mes sœurs ? »

Oh, c'était vraiment trop mignon ! Lisa avait envie de la prendre dans ses bras et de la câliner, comme une vraie maman. Elle avait envie de caresser son plumage, d'embrasser ses petites joues, de bercer ce tout, tout petit caneton jusqu'à ce qu'il s'endorme dans ses bras en suçant son pouce (bien qu'un caneton ne soit pas tout-à-fait censé avoir de doigt) et en balbutiant des petits mots qui prouveraient tout l'amour qu'il porte à sa petite maman chérie adorée qu'il aime très fort. Et... Bref. Lisa se reprit. Elle racontait n'importe quoi. D'abord, ce n'était pas un vrai canard, mais une jeune fille avec un costume gris à plumes. Et elle n'était pas une mère canard, mais seulement Lisa, une Voleuse Patentée et Sortcelière AutreMondienne sans enfant. Et qui ne comptait d'ailleurs pas en avoir avant un certain temps. Elle ne bougea pas et ne dit rien, attendant que l'autre continue. Cela ne tarda pas, car le caneton gris se mit à demander, une once d'inquiétude dans la voix (elle ne jouait pas si mal que cela, finalement) :

« Pourquoi je suis gris, Maman ? Pourquoi je suis gris alors que mes frères et sœurs sont jaunes ? »

Euh... Alors ça, c'était une bonne question. Une très bonne, même. Qu'était-elle censée répondre ? Que dirait la mère Canard dans ce cas là ? Lisa ferma les yeux et décida de prendre exemple sur sa propre mère. Oui, que ferait Elera dans cette situation là ? Elle tenta de s'imaginer la scène. Elle, demandant à sa maman pourquoi elle était si différente (elle ne voyait pas trop pourquoi elle demanderait ça alors qu'elle ne voyait aucune différence entre elle et les autres, mais bon). Les mots lui vinrent à la bouche en même temps que ses pensées, sans qu'elle ne prenne le temps de se poser la question si oui ou non elle était censée les dire :

« Mon enfant, sache que cette différence constitue ce petit quelque chose qui fait que tu es quelqu'un d'unique, d'extraordinaire. Il ne faut pas renier cette différence mais plutôt la considérer comme un don du ciel. Alors, quoiqu'il arrive, ne laisse personne te dire le contraire, car qui que soit l'individu qui t'aura dit cela jamais de sa vie entière il n'aura affirmé quelque chose de plus faux. »

Elle lui adressa son plus beau sourire, puis se tourna vers les autres personnes présentes. Un groupe d'hommes et de femmes tous vêtus de jaune se tenait tout près. Il s'agissait certainement de ces fameux frères et sœurs. Ce qui signifiait donc qu'ils étaient ses fils et ses filles. Bien. Très bien. Eh beh, elle en avait, des gosses. Elle ignorait qu'on puisse en avoir autant. Mais bon, pour les canards, c'était peut-être normal. Peut-être qu'avoir plus d'une vingtaine d'enfants était quelque chose d'habituel, chez ces oiseaux. Enfin bon. Pour le moment, il y avait bien d'autres choses à penser.

Les canards jaunes vinrent alors se rapprocher des deux filles. Lisa tendit l'oreille. Tous parlaient à voix basse, échangeant des mots avec le voisin d'à-côté, et lançant par moment des regards furtifs au vilain petit canard. La Voleuse mettrait sa main au feu qu'ils insultaient le pauvre caneton. Elle sentit le rouge lui monter aux joues. Et bien quoi ? Ils se moquaient de lui parce qu'il était tout gris ? Parce qu'il était différent ? Elle était scandalisée par le fait que des petits canards puissent discriminer un des leurs pour la simple raison que celui-ci n'était pas de la même couleur qu'eux. Comment des animaux pouvaient-ils avoir la notion du racisme ? C'était juste révoltant. Lisa était sur le point de crier tout haut son point de vue lorsqu'une jeune fille, déguisée en canard elle aussi, vint se présenter à elle et lui dit :

« Maman, ce nouveau-né n'est pas notre frère. Il est tout gris. Je ne veux pas d'un vilain canard pour petit frère. Je veux qu'il parte immédiatement. »

Non mais et puis quoi encore ? A ce moment-même, le groupe entier de canard se mit à hurler avec leur sœur, clamant que si ce vilain petit canard restait une minute de plus ici avec eux, alors ils feraient de sa vie un enfer. Lisa tenta de résister à cette révolte, mais bientôt les menaces et les insultes devinrent trop fortes pour elle. Ses oreilles bourdonnaient, et elle avait mal à la gorge à force de crier contre les canards. Elle leva alors les bras, de la même façon qu'un oiseau déploie ses ailes, et ordonna dans un dernier souffle :

« STOP !! »

Les caquètements incessants des volatiles se turent aussitôt, et le silence s'imposa. Lisa resta un moment sans rien dire afin d'apprécier quelques secondes au moins la pureté de ce calme. Elle se détendit un peu puis déclara enfin :

« Ce canard est votre frère. Vous ne pouvez pas le renier ainsi simplement parce qu'il est gris. Si vous n'avez pas assez d'intelligence pour comprendre cela, je ne peux rien faire pour vous. Maintenant, arrêtez de piailler comme des imbéciles et laissez-le tranquille. »

Elle croisa les bras, fière de son petit discours. Elle lança des regards de défis à chacun de ses enfants, se demandant si l'un d'eux était assez stupide pour riposter. Soudain, une voix retentit dans sa tête :

* Non mais qu'est-ce que tu fous ?? *
* Pardon ? *
* T'es une mère cane, pas une maman poule ! T'es pas censée protéger ton fils, tu dois le faire partir !! T'as déjà oublié l'histoire ? Tu veux rentrer chez toi, oui ou non ? Alors fais le conte jusqu'au bout !! *


Lisa haussa un sourcil. Ah oui, elle avait oublié que tout ça n'était que de la comédie. Elle avait été trop prise par le jeu et avait réussi à croire que ce qu'il se passait était la réalité et non une simple pièce de théâtre. Mais il fallait qu'elle se reprenne, maintenant. Elle n'était plus Lisa, la Voleuse Patentée Omoisienne, mais la Maman Canard du conte. Elle inspira fort et changea d'expression du visage, passant de l'outrance à la prétention. Elle regarda le vilain petit canard de haut et dit :

« Je ne comprends pas comment j'ai pu faire un enfant pareil. Non mais regarde-toi, tu es tout gris, tout moche, tout sale. Tu n'es pas mon fils, c'est impossible. Va-t-en, je ne veux pas de toi chez moi. »

Aïe, c'était dur à dire, même s'il ne s'agissait pas du vrai. Elle ne put s'empêcher d'adresser à la jeune fille un regard d'excuse, qu'elle effaça bientôt pour le remplacer par le visage malsain de la mère cane.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Dim 14 Oct 2012 - 11:28


Je me suis prise au jeu. Je ne suis plus L'ilne, mais un caneton qui vient de naitre et qui est tout étonné de ne pas ressembler à ses frères et sœurs. Je me pose des questions, et j'interroge ma mère, inquiet. Elle me répond doucement, comme l'aurait fait n'importe quelle maman. Elle est drôlement gentille. Je me mets tout de suite à aimer ma mère. Mais, en même temps, je doute de ses paroles. Je ne pense pas que cette différence soit un don du ciel. Je viens à peine de naitre, mais je ne suis pas idiot. Je vois bien comment mes frères et sœurs me regardent. Je suis un intrus. Je les déteste aussitôt. Celui qui a inventé les mots "amour fraternel" s'est bien trompé ! Je me cache derrière ma mère et tire la langue aux autres canetons. Na !

L'espace d'un instant, je me demande si je n'en fais pas un peu trop, si je ne suis pas ridicule. Si, sûrement. Mais tant pis ! C'est ce qu'il faut faire, non ? Jouer son rôle jusqu'au bout ? Eh bien, soit. Je joue. Le ridicule ne tue pas, et je ne reverrai jamais ces gens. Puisque je suis là... Autant m'amuser !

Une de mes sœurs s'avance vers Maman Cane. Je la regarde méchamment. Du style : qu'est-ce qu'elle me veut, celle-là ? J'essaie de mettre toute la naïveté du caneton et sa jalousie envers ces beaux plumages jaunes dans ce regard. Allez, je suis le Vilain Petit Canard. Ma maman qui m'a dit de si adorables paroles va sûrement me protéger contre cette méchante cane. Ou... canetonne. Ce n'est certainement pas le terme approprié, mais puisqu'aucun autre mot ne me vient à l'esprit... Les bébés de M. Canard et de Mme Cane seront les fils canetons et les filles canetonnes. Et toc.

Mais... mais elle m'insulte ! Ma propre sœur ! Qu'elle est méchante ! Ce n'est pas un canard, celle-là, c'est impossible... Ce sont sûrement les cyclopes qui l'ont envoyé me pourrir ma naissance... Mais je sais pourtant qu'elle a raison. Je ne suis pas comme les autres. Elle, elle est normale, et les autres canetons aussi. Moi... Je suis une erreur de la nature. Je le sais. Tout ce que pourra dire ma mère ne changera rien. Je n'ai rien à faire ici. Je gêne, je vois bien aux regards de mes frères et sœurs que je suis de trop. Pourtant... Pourtant, j'aimerais tant être comme eux ! Ne pas être différent, avoir un beau plumage jaune canari, comme eux, une petite bouille mignonne, comme eux, au lieu de cet hideux visage et de ces horribles plumes grisâtres !

J'aimerais bien pleurer, maintenant, pour que ça fasse encore plus vrai, mais je ne suis que débutante en théâtre, et je n'ai pas encore appris à pleurer sur commande. Je ne peux que faire semblant. Je lance, entre deux faux sanglots (hé, mais c'est que j'y arrive plutôt bien !) :

-Vous... vous êtes méchants ! Ce... c'est pas vrai !

Le ridicule ne tue pas, n'est-ce pas ? La "canetonne" me lance un regard méprisant, dégoûté, comme si je n'étais qu'un chewing-gum collé sous sa semelle. Wow, elle joue bien, celle-là. Maman Cane me défend en grondant sèchement ses rejetons. Et toc ! dans votre face ! Un bref silence accueille son petit speech.

Puis elle change brusquement discours. Soudain, elle donne raison à ses enfants : oui, je suis une erreur de la nature, oui, je suis le vilain petit canard, oui, je suis «tout gris, tout moche, tout sale» ! Je lève une regard épouvanté vers elle. C'est un cauchemar ! Même ma maman me renie ! J'ai peur. Peur de ce qui va m'arriver, maintenant que je suis seul. Peur des regards méchants des autres canards. Peur que personne, jamais, ne me trouve assez normal pour m'aimer. Oui, c'est ce que je suis. Le vilain petit canard, le mal-aimé. A peine sorti de l'œuf ! Les gens sont injustes... Que n'aurais-je pas donné pour ressembler à mes frères et sœurs ! J'ai peur, mais je suis surtout triste. Énormément triste. Personne ne m'aime. Même pas ma mère, qui, il y a à peine un instant, était si adorable avec moi... Elle doit s'être rendue compte que je suis réellement un monstre. Je ne dois pas avoir peur des mots. Je suis un monstre. Sinon, pourquoi les autres me traiteraient comme tel ?

Je balbutie quelques mots, n'osant même plus regarder ma mère. Je fixe mes pieds - pardon, mes pattes - et réussit à articuler :

-Je suis désolé, Maman. Je sais que je suis différent des mes frères et sœurs. Ils sont jaunes, je suis gris. Ils sont mignons, je suis laid. Mais...

Je relève la tête et regarde ma mère dans les yeux.

-Est-ce une raison pour ne pas m'aimer ? Ne pourrais-tu pas m'accorder une chance ? Une seule ? Maman...

Je la fixe intensément.

-S'il-te-plait.

J'ai envie de baisser de nouveau la tête vers le sol, mais je me force à continuer de la regarder. Je voulais juste dire quelques mots, et, en fait, je suis partie dans un vrai discours émouvant sur l'intolérance chez les canards... Wahou... Je n'aurais pas cru en être capable. Mais c'est drôle. Heureusement que ce n'est pas vrai, cette histoire est vraiment triste ! Pauvre vilain petit canard ! J'espère que la fille qui joue la mère canard ne va pas céder et va quand même rejeter son fils. Elle a l'air assez émotive - en tout cas, elle avait oublié qu'il fallait qu'elle me rejette au lieu de me défendre contre les autres canetons. Je la comprends : j'ai presque envie de donner des baffes à ces pauvres acteurs en leur reprochant d'être si méchants avec le vilain petit canard...


:M :
 


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Sam 1 Déc 2012 - 16:12

Hey, non, ça c'était trop cruel. Lisa n'avait jamais lu la véritable histoire, mais elle aurait parié n'importe quoi que le Vilain Petit Canard avait quitté sa maison sans rien dire. Comment voulez-vous qu'une mère, quelle qu'elle soit, rejette son enfant lorsque celui-ci pleure devant elle en parlant d'une façon si émouvante ? C'était inhumain. Remarque, ça tombait bien, c'étaient des canards. Mais c'était inanimal (hein ? comment ça mon jeu de mot est pourri ? bande d'inhumouristiques ! *bon ok ça suffit j'arrête ça*).

Quoi qu'il en soit, il fallait quand même qu'elle joue. Et qu'elle joue selon les règles, selon le conte. Elle devait rejeter son petit caneton. Et ce même malgré son discours si touchant et si triste. Mais c'était dur. Elle devait se forcer pour se retenir de prendre l'interprète du vilain canard dans ses bras. Lui dire que ce n'était rien, que ça irait, qu'il ne fallait pas qu'elle s'inquiète. Mais voilà. Elle ne pouvait pas. Et il fallait qu'elle se lance. Bon, allez, hop, juste un petit « Dégage de là » et le tour était joué. Et ç'en était terminé. Ce n'était pas si compliqué, finalement. Go, Lisa, go, tu peux le faire !

La jeune Voleuse décida de prendre son temps et de commencer par prendre un visage de méchante mère cane. Elle fronça les sourcils, entrouvrit la mâchoire, forma un rictus furieux et noircit son regard du mieux qu'elle pouvait. Elle hésita à plier les bras et faire la poule pour mieux rentrer dans son personnage de volatile mais se retint parce que, bon, ça faisait un peu trop. Bref, alors, ça, c'était fait. Elle pouvait passer à l'action. De toute façon, ce n'était qu'une pièce de théâtre, que du faux. Il fallait simplement savoir faire la différence entre le jeu et la réalité. Toujours en gardant les traits du visage de la Maman Canard, elle inspira et lança sa réplique :

« Va-t-en, vilain petit canard ! »

Ben, voilà, c'était dit. Il lui en avait fallu du temps pour sortir cette toute petite phrase. Ceci lui suffit enfin pour comprendre que, lorsque l'on tenait un rôle, on le jouait jusqu'au bout, même si ses idées étaient à l'opposé des vôtres. La jeune fille finit par le prendre tellement à coeur qu'elle continua sa tirade :

« Et oui, c'est ainsi. Si le Dieu Canard t'a donné cette couleur grise, c'est qu'il ne te souhaitait pas. Et ce que le Dieu Canard ne veut pas, je n'en veux pas non plus. J'ai fait une erreur en te couvant, alors je dois la réparer. Tu dois t'en aller. Tu comprends, on ne peut pas contester le Dieu Canard. Va-t-en, et ne reviens plus jamais ici. Je ne veux plus te revoir ! »

Ouah, ça y était, elle venait de goûter à la pure méchanceté. C'était excitant, en fait. Elle jouait un personnage si odieux qu'elle finit par l'adorer. Quelle classe, Madame Canarde !

>o_/ :
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mar 1 Jan 2013 - 22:31




Séquence émotion.

Le vilain petit canard baisse les yeux au sol. Une larme tombe à ses pieds. - Enfin, à ses pattes palmées, mais n'interrompons pas l'ambiance tragique de l'instant. - Il quitte la ferme sans un adieu, et part sans se retourner.

Ah, que c'est triste ! Malheureusement, je ne suis pas encore assez douée en comédie pour verser de véritables larmes. Alors, je me contente d'essuyer mes yeux secs. Je quitte la ferme improvisée sans dire un mot, et je pars sans me retourner. Je remarque en passant que le paysage est vachement réaliste. L'espèce de dieu qui est à l'origine de tout ce cirque a dû créer une sort de dimension parallèle pour les décors... Huhu, c'est curieux, tout ça ! Mais ce n'est pas le moment de s'en préoccuper. J'imagine qu'une fois sorti de la ferme, le vilain petit canard rencontrera des animaux divers, comme dans le conte d'Andersen. D'autres Autremondiens doivent les jouer. Si on suit le conte, je ne reverrai plus Madame Cane, ou alors à la fin seulement... Dommage, j'espère que les autres acteurs seront aussi sympathiques qu'elle !

Je marche jusqu'à entrer dans un petit bois. J'ai l'impression que tous les arbres, pierres, choses sont beaucoup plus grands que dans la réalité. Comme si j'étais vraiment de la taille d'un caneton... Cette idée est aussi curieuse que celle de la dimension parallèle. Mais après tout, rien est impossible avec la magie... Surtout avec celle d'un dieu. Mais ça n'empêche pas ces idées d'être... effrayantes.

Je marche, cherchant une présence du regard. Personne. Bon... Ils viennent, ces maudits animaux divers rencontrés au cours du conte ? Houhouu, animaux divers ! Ramenez votre popotin ! Euh... votre élégant fessier ! Il y a peut-être eu un problème avec les acteurs... Je n'y comprends rien. C'est bien à ce moment du conte que je suis censée les rencontrer, non ? C'est vraiment mal organisé... Remboursé ! Remboursé ! Où est passé le metteur en scène ? J'ai deux mots à lui dire !

Je glousse avant de me souvenir que je suis seule et je me tais aussitôt. Heureusement que personne ne me voit, sinon, je serais passée pour une idiote... Bon, récapitulons. Je suis seule dans une forêt immense et effroyablement vide. De quoi donner la chair de poule... Oh, je n'ai pas peur. Mais ce silence me rend tendue. D'habitude, en forêt, il y a toujours un bruit. Un oiseau qui chante, une bête qui se faufile dans un buisson... Ici, tout est d'un calme effrayant. Soudain, un bruit derrière moi attire mon attention.

-Coin ? Euh... Il y a quelqu'un ?

Je jubile intérieurement. Ah, enfin, un animal divers pointe le bout de son nez - de sa truffe ! Je me retourne et ne vois personne. Quoi ?? Oh, je comprends... L'animal divers est un farceur ! Un petit coquin ! Il veut me faire peur. Je ne trouve pas ça très drôle, personnellement... Moi, tout ce que je veux, c'est terminer le conte au plus vite. Je croise les bras et lève les yeux au ciel.

-Allez, montrez-vous, qu'on en finisse !

Je me rends compte que mon attitude ne correspond plus vraiment au Vilain Petit Canard. Arf... J'ai presque oublié le jeu d'acteur, avec cette forêt stupide et ces animaux divers qui jouent à cache-cache. Ça commence à m'énerver, cette histoire.


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mer 2 Jan 2013 - 22:28

Le Vilain Petit Canard se retourne et part. Il part, et suit son destin. Son histoire. Bientôt, il rencontrera plein d'animaux, de toutes sortes. Des petits, des gros, des rouges, des jaunes, des noirs. Des gris. Gris comme lui, comme ses ailes, comme son plumage. Gris comme son coeur. Et enfin, il le trouvera. Le cygne. Ce grand oiseau, beau, majestueux, splendide. Celui qui lui ouvrira ses ailes pour qu'il puisse se réfugier. Celui qui lui apportera ce réconfort qu'aucun autre animal ne lui avait apporté jusque là. Et surtout pas les canards. Surtout pas elle. Sa mère, sa couveuse. Elle lui avait donné la vie mais pas l'amour. Il était né parmi des millions d'animaux mais au fond il était né seul. Mais la solitude est un mal comme un autre. La solitude se guérit. La solitude se soigne. Et c'est pour cela qu'il part. Seul.

Si ce n'était pas touchant ça ! Quel bon conte, en fin de compte (et non ce n'est pas un jeu de mot) ! Lisa se frotta les mains. D'après l'histoire, son rôle était terminé. Donc elle allait enfin pouvoir rentrer. Ouf ! Ce n'était pas que jouer un canard la dérangeait vraiment, mais ça lui grattait quand même un peu, toutes ces plumes sur son dos. Elle n'était pas mécontente d'avoir fini. Bon, et ça se passait comment, maintenant ? Elle était transporté dans un nuage d'étoiles ? Non parce que, elle n'avait pas vraiment l'intention de faire tout le voyage à pied jusqu'à chez elle. Ou alors, l'imbécile de démon qui l'avait emmené là avait au moins intérêt à lui payer le tapis volant (ou la baignoire, hein, elle n'était pas difficile. Mais bon qu'il évite quand même le barbecue, hein. Non parce que, c'était pas très agréable de se brûler les fesses pendant tout le trajet), quand même ! C'était la moindre des choses. Non ?

Elle attendit donc un rayon lumineux, un appel, ou un autre truc du genre qui lui signalerai qu'elle pourrait enfin rentrer chez elle, tandis que l'interprète du vilain petit canard s'en allait en trainant des pattes. Mais rien ne vint. Bah mince alors. Qu'est-ce que c'était que ça encore ? Ils se fichaient vraiment du monde, ces démons ! Elle posa ses mains encore plumées sur ses hanches et tapa du pied sur le sol, d'un air impatient. Enfin, la réponse vint. Au fin fond de sa tête. C'était encore cette voix désagréable du démon. Elle pesta. Il ne pouvait pas plutôt agir au lieu de toujours parler ? Pff.

*Tu t'imagines quoi là ?*
*Comment ça je m'imagine quoi ?*
*Le conte n'est pas terminé, alors tu restes là. Même si tu ne joues plus.*


… Sympa. Elle devait donc rester là à rien faire jusqu'à ce que l'histoire soit finie ? Lisa avait de plus en plus l'impression que le démon se payait leur tête. Elle s'assit en grognant sur un rocher. Elle allait vraiment finir par être en colère. Elle essaya de s'imaginer ce que faisait le vilain petit canard, en ce moment. L'actrice qui le jouait devait déjà être dans le bois, et avait peut-être rencontré plein d'animaux divers. L'estomac de Lisa se serra alors. Elle avait un mauvais pressentiment. La comédienne se promenait seule en forêt. Face à des milliers d'animaux. Et à part les lapins et les écureuils, les animaux de la forêt n'étaient pas réputés pour être d'innocentes petites bêtes. Ça risquait d'être assez dangereux. Elle ne pouvait pas laisser faire ça. Après tout, elle n'avait rien à faire, et tout ce que voulait leur cher démon, c'était que le conte se finisse. Alors autant aller aider ce pauvre caneton à finir son histoire.

Elle se releva donc et courut sans s'arrêter jusqu'au petit bois. Elle chercha la jeune fille à la lisière de la forêt, n'osant pas trop s'aventurer trop loin. Se connaissant, elle aurait vite fait de se perdre. Elle ne vit personne.

« Euh... Coin Coin ? »

Pour appeler un canard, rien de tel qu'utiliser le language canard. Mais la comédienne ne devait pas l'avoir entendue. Bon. Il allait falloir qu'elle trouve le courage d'avancer un peu plus. Elle prit une grosse bouffée d'air pur et s'engouffra dans les bois. Bien sûr, elle avait l'habitude des forêts, puisqu'elle avait longtemps habité juste devant celle d'Omois. Mais, si elle connaissait cette dernière par coeur, elle ne pouvait pas en dire de même des autres. Et elle commençait déjà à se sentir perdue dans celle-ci. Brr.

Enfin, elle entendit du son tout près d'elle. Prudente, elle se glissa derrière un buisson et jeta un coup d'oeil rapide vers la source du bruit. C'était elle ! C'était le vilain petit canard ! Elle avait réussi ! Le caneton, alerté par ses mouvements, se retourna. Lisa hésita. Devait-elle vraiment se montrer, finalement ? Comment l'actrice interpréterait-elle sa venue jusqu'ici ? Le conte voulait que le petit canard rencontre les animaux seul, et certainement pas avec l'aide de sa mère. La Voleuse se prit à douter. Avait-elle bien fait de venir ? Elle aurait peut-être dû attendre sagement sur son rocher, en fin de compte.

Mais le vilain caneton finit par s'impatienter. Son interprète s'écria tout haut qu'il était temps de se montrer. Bien sûr, elle s'attendait à un animal quelconque. Elle allait être déçue, lorsqu'elle saura qu'il ne s'agissait que de la Maman Canarde. Oh et puis, tant pis. Lisa se leva de son buisson et retira les feuilles qui étaient restées accrochées à son plumage. Elle fixa son petit canard dans les yeux avant d'esquisser une petite grimace.

« Euh, désolée, en fait, c'est moi. Je me suis dit que tu ne pouvais pas t'aventurer seule ici, enfin, même si c'est juste une pièce de théâtre... Enfin voilà quoi, je ne voulais pas te laisser seule. Et puis, euh, je me suis dit aussi qu'à deux on pouvait peut-être finir le conte plus vite. Plutôt que tu le termines seule pendant que moi je reste à rien faire. Voilà. »

Elle rougit un peu, mal à l'aise. Elle devait passer pour une idiote. Tant pis. Ce qui était fait était fait, et elle verrait bien.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Dim 10 Fév 2013 - 15:10

Vilain et Maman Canard :
 

Un buisson remue sur le bord du chemin et il en sort une silhouette. Et le mystérieux inconnu n'est autre que... (roulement de tambours !)

...L’interprète de la Maman Canard ? Ah bon, elle joue aussi un animal de la forêt ? Ils manquent de personnel, ils sont obligés d'embaucher des acteurs polyvalents ? Hm, étrange. Mais je comprends vite que je n'y suis pas du tout. Je fronce d'abord les sourcils en écoutant l'explication de l'actrice. Puis mon visage s'éclaire d'un sourire.

-C'est gentil ! En fait, tu as eu raison, je commençais à m'ennuyer toute seule. Je n'ai rencontré personne depuis tout-à-l'heure. C'est mal organisé, ce machin !

Je me retiens de crier "REMBOURSÉ !" Non, faut pas abuser... Tu es une personne normale, L'ilne, complètement saine d'esprit et tout-à-fait sérieuse et respectable. Tu n'es pas une échappée d'asile, tu es une personne normale. Comporte-toi en tant que telle. En plus, cette fille est vraiment gentille. Dommage que je l'aie rencontrée dans des circonstances pareilles. En fait, une fois que le conte sera terminée, je ne la reverrai sûrement jamais. Dommage ! Je n'ai pas tant d'amis que ça. Ça me ferait du bien, une personne franche, dans ce monde de faux-semblants, de traque et d'hypocrisie. Qu'est-ce que je raconte ? Je ne connais même pas cette fille. Peut-être n'est-elle pas franche, peut-être est-ce une Sangrave... Qu'est-ce que j'en sais ? Non, franchement, je raconte n'importe quoi. Je deviens paranoïaque. Je suis paranoïaque. L'important pour l'instant est de terminer le conte. Je serai enfin libérée.

J'observe les alentours. Je ne vois personne. Oui, vraiment, c'est mal organisé... Je n'y comprends rien. D'après le conte que cette ordure de démon a encré dans mon esprit, une fois parti de la ferme, le Vilain Petit Canard doit rencontrer des animaux dans la forêt. Certains seront amicaux, d'autres moins, mais il ne trouvera sa place avec aucun d'eux. Puis sa route croisera celle des cygnes. Il découvrira dans le reflet du lac un être magnifique et se verra tel qu'il est vraiment : splendide. Enfin, il sera heureux. Parce que même les plus beaux cygnes sont nés gris et vilains.

C'est-y pas mignon tout plein, ça ? Oui, certes, mais ça n'avance pas le conte. J'ignore depuis combien de temps je suis ici - appelons ça "ici", parce que je n'ai aucune idée de l'endroit où je me trouve -, mais j'espère que ça va bientôt se terminer. Je me tourne de nouveau vers la fille.

-Bon, on n'a qu'à continuer à marcher, on finira bien par tomber sur quelqu'un...

Joignant le geste à la parole, je reprends ma promenade, invitant Maman Canard à me suivre. Cependant, il y a des hésitations dans ma voix. Tout-à-coup, une horrible idée me vient à l'esprit : et si le conte ne se terminait jamais ? Et si tout cela n'était qu'un ridicule mensonge ? Peut-être sommes-nous prisonnières de cet endroit, condamnées à ne jamais en sortir ? J'écarte vite cette pensée trop effrayante de ma tête et me concentre sur le présent. Si je commence à penser des choses pareilles, je ne vais pas m'en sortir. Tu dois positiver, L'ilne. Avancer, encore. Tu as vécu pire que ça. D'accord... Concentre-toi sur autre chose. Tiens, je ne connais même pas le nom de cette fille. Je ne vais quand même pas continuer à l'appeler Maman Canard... Au moins dans ma tête, je peux la nommer autrement.

-Je m'appelle L'ilne, et toi ?

Disons que c'est l'entracte. Les actrices peuvent se permettre une petite pause.

Je n'entends pas la réponse de Maman Canard : elle est couverte par une exclamation. Je remarque alors, un peu plus loin sur le chemin, une autre jeune femme au pied d'un arbre. Son déguisement est encore plus ridicule que les nôtres, et je ne comprends pas tout de suite quel rôle elle est censée jouer. Puis je saisis : les plumes vertes, le long bec... C'est un pic-vert. Comme Woody Woodpecker, vous savez ! Elle est assise sur un mélange de paille et de brindilles... Un nid. Waw, j'ai l'impression que le budget décors/déguisements était limité... Ou peut-être que cet imbécile de dieu trouve ça drôle. J'entends un toussotement dans ma tête : slurk... Je crois qe je l'ai vexé. Pardon, imbécile de dieu.

La jeune femme, une rouquine à l'air sévère - enfin, ça, c'est l'expression qu'elle prend pour le rôle -, nous apostrophe :

-Hé ! Qu'est-ce que vous faites chez moi ?

Je ne trouve pas la réplique très convaincante, mais c'est déjà mieux que mes idioties. J'échange un regard avec Maman Canard. Elle est plus douée que moi en théâtre, à elle de se débrouiller.


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Lun 4 Mar 2013 - 13:44

L'ilne. C'est joli comme nom, c'est de quelle origine ? En tout cas, c'était plus original que Lisa. Et c'était plus mignon. Aussi mignon qu'un petit caneton ! Bref. La Voleuse s'apprêtait à lui répondre lorsque du bruit se fit entendre. Il y avait quelqu'un. Elles n'étaient plus seules. Enfin ! Elles allaient pouvoir rencontrer un animal. Lisa se demandait de quelle espèce il s'agissait. Un cochon ? Un loup ? Un ours ? Elle espèrait au moins que ce n'était pas des vrais animaux mais juste des acteurs déguisés, comme elles. Ce n'était pas qu'elle avait peur, mais quand même un peu.

Les deux comédiennes se tournèrent vers l'endroit d'où venait le bruit. Il s'agissait d'une autre actrice vêtue d'un costume ridicule. Des plumes vertes, des ailes un bec. C'était un oiseau, bien sûr, mais Lisa ne pourrait pas dire ce que c'était précisement. Elle ne connaissait pas grand chose sur les animaux, et encore moins sur les oiseaux. Alors si en plus le costume était pourri, elle n'avait aucune chance de trouver. Non mais c'est vrai quoi. Ça ne ressemblait à rien.

Enfin bon, en tout cas, ce dont elle était sûre, c'était que ce n'était pas un canard. Déjà parce qu'un canard est censé être jaune (ou gris, à la limite) et pas vert, mais en plus parce que le Vilain Petit Canard n'allait quand même pas fuir les canards pour rencontrer un autre canard ! Ça n'avait pas de sens. La comédienne en vert se tourna vers les deux jeunes filles et les toisa d'un air supérieur et autoritaire. Woh, elle s'y croyait. Elle secoua ses boucles rousses et leur demanda sévèrement ce qu'elles foutaient chez elle. Bon, c'était quand même assez mal joué. Même Lisa jouait mieux. Sans vouloir se vanter.

Lisa s'attendit à ce que L'ilne réponde, mais celle-ci ne dit rien. Uh ? Oh non, elle n'allait quand même pas la laisser se débrouiller seule ! Il lui suffit d'un regard pour comprendre que si, en fait. Roh. Pourquoi c'était toujours elle qui faisait le sale boulot ? A la base, c'était quand même le Vilain Petit Canard qui rencontrait les animaux, pas sa mère. Bon, tant pis. Après tout, Lisa aimait bien parler, alors bon, ça ne la dérangeait pas plus que cela, finalement. Elle fixa l'oiseau vert dans les yeux et lui répondit :

« Bonjour, déjà, un peu de politesse ne te ferait pas de mal. Ensuite, nous ne sommes pas chez toi, nous sommes en plein coeur d'une forêt qui n'appartient à personne, alors calme-toi un peu. Et ce ne sont pas tes affaires, mais si tu veux tout savoir, j'accompagne le fils que j'ai rejeté à rencontrer des animaux divers. »

Ouah, elle était fan d'elle-même. C'était fou ce qu'elle jouait bien ! Magnifique. Si elle avait été quelqu'un d'autre, elle se serait demandé un autographe. Bon, elle n'avait pas de temps à perdre. Elle s'avança vers l'oiseau et invita son caneton à faire de même. Puis elle rajouta :

« Alors, rencontrez-vous, qu'on en finisse une bonne fois pour toute. »

En cherchant un peu aux alentours, elle se rendit alors compte qu'elles étaient encore moins seules. Plusieurs dizaines d'animaux se trouvaient au loin, tous d'une espèce différente. La plupart était surtout des animaux non identifiés, avec des déguisements aussi nuls que celui de l'oiseau. Elle regarda bien, mais ne trouva aucun cygne. Zut. Euh, elle espérait quand même qu'elles n'allaient pas devoir papoter avec toutes ces personnes avant de rencontrer le cygne, hein ? Oh là là. Si c'était le cas, cette histoire allait être interminable. Et elles feraient mieux de se grouiller. Surtout que Lisa commençait à avoir un petit creux, là.

Elle reporta son attention sur L'ilne et la rouquine. Bordel, qu'elles se dépêchent un peu ! Elle se rendit alors compte que la jeune interprête du petit canard lui avait demandé son nom, quelques minutes plus tôt, avant l'apparition de l'oiseau. Ce serait bien que Lisa lui réponde, au lieu de lui foutre un vent. Bon. Ça faisait un peu étrange de faire connaissance en plein milieu d'une pièce de théâtre, mais bon. Après tout, ce n'était pas une pièce de théâtre ordinaire. Elle intervint alors et s'adressa à la jeune fille :

« Au fait L'ilne. Moi c'est Lisa, enchantée. »

Elle lui sourit gentiment puis recula de quelques pas pour laisser le caneton et l'oiseau se rencontrer comme il se devait. Elle sentit soudain une respiration derrière elle. Elle poussa un petit cri et se retourna brusquement. Oh. Elle venait de trouver leur prochain animal. Un renard. Ou plutôt, un vieillard avec un masque de renard. Hum, elle allait devoir jouer avec un papi. Roh, c'était pas très glamour, tout ça.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Lun 1 Avr 2013 - 16:26

Woh ! Ça, c'est que j'appelle remettre quelqu'un à sa place. Merci, Maman Canard ! Je te revaudrai ça. N'empêche... Je ne peux pas m'empêcher de vous faire remarquer l'énormité de cette scène. Notre pièce manque totalement de cohérence. Tout-à-l'heure, c'était l'Instant Tragique, où la Maman Canard abandonne son fils et où il se retrouve seul, vagabond rejeté de tous. C'était triste... Et maintenant, la Maman Canard en question accompagne son fils pour ne pas qu'il se perde dans la forêt ou je-ne-sais quelle autre bêtise, et elle réprimande un pic-vert qui ose manquer de respect à son petit chou. Avouez que c'est du grand n'importe quoi. « Et ce ne sont pas tes affaires, mais si tu veux tout savoir, j'accompagne le fils que j'ai rejeté à rencontrer des animaux divers. » Je me retiens de glousser à cette phrase. Vous voyez ? C'est n'importe quoi. REMBOURSÉ ! Attendez, c'est la pièce la plus pourrie que j'ai jamais vue de ma vie. - Je n'ai jamais vu de pièce de théâtre, mais on s'en fiche. - Les costumes sont ridiculement laids, les acteurs n'ont aucune expérience dans la comédie, tout-à-l'heure, les spectateurs - est-ce qu'il y en a, au moins ? Pas grave, ce truc n'a aucun sens - ont dû patienté pendant un blanc un cinq minutes quand le héros - moi ! - marchait dans une forêt déserte, et en plus, le scénario est complètement improvisé, ce qui fait que tout ça n'a ni queue ni tête. C'est ça, l'improvisation... Ce dieu est vraiment stupide. Il aurait dû faire des castings, des répétitions, je ne sais pas, moi ! Cally a vraiment choisi un dieu stupide pour son Event... Franchement ! Il est encore plus con que Key-Key et Lisa-choute.

Ne me demandez pas qui sont Cally, Key-Key et Lisa-choute, je l'ignore complètement. Bref, bon, coin, reprenons le fil de notre histoire. Maman Canard joue quand même bien. Ça aurait été beau à voir si tout cela n'avait pas été si ridicule. Je suis d'accord avec elle : rencontrons-nous le plus rapidement possible, qu'on boucle cette fichue scène. Je commence vraiment à en avoir assez. Si ça se trouve, je vais rater l'épisode inédit d'Once Upon A Time qui passe ce soir à la télécristal... Je maudis ce dieu stupide pour la énième fois.

Lisa ? C'est sympa, comme prénom. Ça lui va bien. Un peu banal, mais on rencontre des gens qui portent de ces énormités, parfois... Les prénoms courants en deviennent originaux. Ça aussi, ça n'avait ni queue ni tête. Tant pis, je ne suis pas là pour baratiner sur l'originalité des prénoms Autremondiens.

Tiens, on dirait bien que c'est mon tour ! Cool ! Je vais booster cette scène ! Allez, mettons en place le plan Patate : il consiste à terminer la pièce le plus rapidement possible. Illico presto. Go ! Je retourne son sourire à Maman Canard - euh, à Lisa - et je tends une main à Woody Woodpecker bis. Constatant le manque flagrant de réactivité de la pic-vert, j'attrappe sa main et la secoue dans une poignée de main quelque peu brutale. Puis je débite à toute allure :

-Bonjour Madame Woodpecker, je suis très heureux de vous rencontrer, blablabla, je m'appelle Vilain, vous inquiétez pas, on dégage vite fait, tchuss !

Yeah ! Ça va aller vite, comme ça. NEXT ! Je ne raterai pas mon épisode ! J'espère bien voir cette ordure de Tamara cuire à petit feu... À ces mots, je me tourne vers Lisa la Maman Canard. Celle-ci pousse un petit cri et se retourne. Quoi encore ? Oh, un vieux monsieur avec un masque de renard... Pour toi aussi, ça sera rapide, pépé. J'incline la tête et la relève aussitôt pour débiter sur le même ton :

-Enchanté, Maitre Renard, mes amitiés au corbeau, on se fera une tartiflette un de ces quatre avec le Fromage, bye bye !

J'entends la rouquine déguisée en pic-vert marmonner un « Ri-di-cule ! » dans sa barbe, mais je n'y prête pas attention. Elle ne doit pas connaitre August et Rumple, cette idiote. Bon... Je fais quoi, maintenant ? J'espère qu'il n'y a pas d'autre animaux divers à rencontrer ! Ils sont bien gentils, ces gens, mais moi, je n'ai pas que ça à faire !

...Oh mon dieu canard. Je me rends soudain compte de la présence des dizaines de personnes tout aussi ridiculement accoutrées autour de nous. Merde ! Dire que la forêt était déserte, tout-à-l'heure ! Je vous l'avais dit, que le scénario avait été écrit sous coke ! Le dieu ne doit pas aimer ma façon de jouer le rôle... Je suis sûre qu'il les a tous envoyés pour me punir. Tout ça n'est qu'un gigantesque complot d'une série télé ennemie visant à m'empêcher de regarder Once Upon A Time. Va crever, le dieu ! Comment ça, tu es immortel ? Mais JE M'EN FOUS ! Tu es de mèche avec Tamara, avoue-le ! Je t'ai démasqué ! Avec Tamara et avec les canards diaboliques !

Serrant les poings, je laisse échapper ma fureur :

-RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Non mais c'est vrai, quoi ! Ça m'énerve ! J'ai l'impression que ça fait des mois que ce truc a commencé ! C'est n'importe quoi ! N'importe qui aurait péter un câble, à ma place. ...Si. Et les autres, je leur chie dans les bottes. Oh, mais vraiment, j'en ai marre ! Je ne sais plus quoi faire ! Je ne veux pas dire bonjour à tous ces gens ! En plus, ils sont tous tellement ridicules que j'aurais hurlé de rire dans d'autres circonstances. Dieu Canard, viens moi en aide !

Bon... Aux grands maux, les grands remèdes. Je ne peux pas prendre le temps de m'arrêter à chaque animal divers pour lui faire la conversation. De toute façon, aucun ne voudra du Vilain Petit Canard. Ils ne servent à rien. Ils sont juste là pour m'empapaouter. Et pour ruiner les producteurs d'Once Upon A Time, puisque c'est un complot économique. SI. C'est obligé. Et ne vous demandez pas pourquoi je prie le Dieu Canard alors que ces créatures sont diaboliques. C'est comme pour Cally, Key-Key et Lisa-choute, arrêtez de poser des questions stupides, si vous vouliez une histoire cohérente, vous êtes mal tombés.

Je me tourne une nouvelle fois vers Lisa. La pauvre. Elle est dans la même galère que moi. Peut-être qu'elle aime August-chou, elle aussi. Un éclair malicieux passe dans mes yeux. Bien... Reprenons le plan Patate ! Je me mets à courir, invitant Lisa à me suivre.

-Salut ! Salut ! Salut ! BYE BYE !

Je cours, saluant des dizaines de personnes à la volée, sans prendre la peine de les regarder. Il y a une fouine, un écureuil avec une noisette - je vous jure... -, un raton-laveur, un Pikachu, une musaraigne, un aigle, un loup... Ce dieu est fou ! Il veut ma mort, c'est certain !

-Hey ! Hello ! Sympa, le déguisement ! Holaaa ! Buenos dias ! Buenas tardes ! Ciao ! Miaou, wouf, waf, coin coin, cui-cui, copain ! Bonjour, au revoir, à plus !

...Bah quoi ? Pourquoi vous me regardez comme si j'étais une attardée mentale ? Il faut bien que je leur dise un mot à chacun, sinon, la scène ne peut pas se finir. Enfin... Je crois. Je n'ai pas compris grand-chose aux règles du dieu. En tout cas, s'il veut du débile, du ridicule, eh bien, il est servi ! Désolée, Andersen. Moi, je décline toute responsabilité.

Enfin, des dizaines de saluts et une bonne galopade dans les bois plus tard, j'aperçois la lisière de la forêt. Et, au loin, un lac scintillant de mille reflets...


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mer 10 Avr 2013 - 19:29

Lisa était complètement perdue devant l'énergie terrifiante de L'ilne. Cette dernière allait et venait, serrait la main de tous les animaux, leur débitait des phrases à toute vitesse etc. D'ailleurs, parlons-en, des phrases ! C'était un grand chef-d'oeuvre de n'importe quoi ! C'était tellement énorme que Lisa ne sut se retenir d'exploser de rire. Woh. Bien sûr, tout va bien, cette fille est normale, n'est absolument pas folle et n'a absolument pas besoin d'aller consulter. Pas du tout. Du tout. Au bout d'un moment, en ayant sûrement ras le bol de dire des longues phrases, les paroles du caneton ne se résumèrent plus qu'à des « Hey ! Hello ! » dans tous les sens et dans toutes les langues (et quand je dis langues, comprendre aussi la langue des animaux). Bon... En fait, si cela se trouvait, cette fille n'était qu'une création complètement foldingue toute droite sortie de l'imaginaire du dieu. Après tout, ils semblaient aussi tarés l'un que l'autre. La seule différence était que la comédienne, bien qu'elle donnait l'impression d'être une échappée d'asile, avait tout de même l'air plutôt sympathique. Et, au moins, son humour était de bon goût.

La Maman Canard suivit son petit caneton à travers la forêt jusqu'à ce qu'il finisse enfin de faire le tour des animaux. Ouf. Ça y était, le Vilain Petit Canard avait enfin terminé son chapitre « Je rencontre des petits animaux divers tous mignons (ou pas), que je dois normalement rencontrer sans ma Maman mais ma Maman a voulu venir avec moi ». Je ne sais pas si un tel chapitre existe dans ce conte, mais bref, en tout cas, c'était une étape finie, et une très bonne chose de faite. Merci le plan Patate ! Euh, hein ? Quel plan Patate ? Mais qu'est-ce que je raconte moi ? Enfin bref. Bon, maintenant, où est ce fichu cygne ? Elles étaient bien censées trouver un cygne non ? Mais alors où est-ce qu'il est ? Où ? Non mais grouillez-vous quoi, je veux rentrer chez moi, moi, je n'ai vraiment pas que ça à faire. Dépêchez-vous de nous donner ce foutu cygne, qu'on place ensuite Vilain sur son dos, qu'ils partent ensemble vers des contrées lointaines, et qu'on rentre enfin chez nous ! Parce qu'il y en a marre là ! Allez, hop, hop !

C'est alors que Lisa fut attirée par des reflets lumineux un peu plus loin. Oh ! Alléluia ! Un lac ! Vous vous demandez pourquoi je suis si heureuse de voir un lac ? Beh parce qu'un lac, c'est là que sont les cygnes, pardi ! Faut vraiment être bête pour ne pas faire le lien, franchement. Oui, c'est à toi que je parle, petit lecteur. Tu es comme Keylo. Tu es bête. Ne le nie pas, je le sais. Héhé. Tu n'as plus rien à dire là, hein ? Avoue. Mais en fait. Pourquoi je te parle moi ? Je suis censée continuer de conter les aventures de Lisa (la grande, la magnifique, la sublime Lisa), et non discuter avec mon lecteur. Alors alors. Où en étais-je ? Ah oui, le lac. Donc, à quelques mètres de là, le lac brillait de mille feux (lac, feux... feux, lac... ok mon jeu de mots est pourri, je sors, je m'en vais, je ne reviens plus). Lisa faillit sauter de joie. Bientôt, la liberté ! Ni une, ni deux, elle prit son caneton par la main, l'emmena en courant vers le lac et s'arrêta juste devant.

L'eau était magnifique, d'un bleu étincelant, avec quelques nuances de vert. Les soleils se réflétaient parfaitement à la surface, et il n'y avait pas l'ombre d'une impureté (soleils, ombre, ombre, so... oui bon, je sais, ma gueule). Le problème, c'est qu'il avait beau être absolument magnifique, il était quand même assez vide, ce lac. Il n'y avait pas un chat. Enfin, euh, plutôt, il n'y avait pas un cygne. Ok, bon. Peut-être que le cygne avait un peu de retard. Il fallait sûrement patienter un peu. Lisa se lissa un peu les plumes de son déguisement et s'assit sur l'herbe fraiche. Autant attendre dans le confort. Elle se tourna vers L'ilne et décida de discuter un peu :

« Et, euh sinon, ça va ? Quoi de beau ? Tu fais quoi dans la vie ? Les affaires marchent bien ? »

Voilà, il y avait assez de questions pour passer le temps dans la joie et la bonne humeur.

Quelques instants plus tard, elles étaient toujours en train de papoter lorsque la Voleuse entendit du mouvement près d'elle. Elle tourna la tête vers la source du bruit. Elle poussa un petit cri d'exclamation : un cygne magnifique était en train de déployer ses ailes au beau milieu du lac. Bon, en fait, je suis surtout en train de tourner ma phrase de manière romantique, mais sinon, ce n'était qu'un simple humain avec des longues plumes blanches et un bec, installé sur une petite barque. Mais c'était moins poétique, avouez. Lisa se releva d'un bond et fit un grand signe au cygne (non là, promis, ce n'était pas un jeu de mots, je n'ai pas fait exprès, ne me tapez pas !).

Il se rapprocha d'elle en, euh, en ramant. Bordel, c'était la pièce de théâtre la plus stupide de toutes les pièces de théâtre qui n'ont jamais existé. Un cygne qui rame ?! Sérieux, plus idiot que ça, tu meurs. Et après on dit que les dieux sont tout puissant et font des miracles ? Il faudrait revoir la définition de miracle, alors. Parce que là, faut le faire, quand même. Bon, en tout cas, le cygne s'approcha et les salua d'un mouvement de tête. Puis il ouvrit les yeux comme s'il était surpris, mais dans le genre très mauvais théâtre, et dit au Vilain Petit Canard :

« Oh, mais tu es l'un des notres ! Viens nous rejoindre et allons voguer ensemble sur les flots ! »

Il sortit alors un drap de plumes blanches et le posa briévement sur les épaules de L'ilne. Puis il l'invita d'un signe de tête à monter sur la barque avec lui. Sur la barque... Lisa en riait toujours. C'était tellement pathétique comme situation...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Solveig


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Krokmou, un chat noir qui ressemble à Krokmou (parfois je lui rajoute des ailes en tissu et c'est très drôle)
Couleur de magie : Verte
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Étudiante en année sabbatique, future journaliste
Résidence : Autrefois la maison de mes parents en Norvège, maintenant je vais d'auberges en auberges pour découvrir Autremonde !
Dans le sac : plein de livres !

Affinités : Loup sois mon pote stp
sinon j'ai peur d'Isabella Duncan

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mar 30 Avr 2013 - 4:28

Bernard Lampadaire :
 

Bernard Lampadaire avait été fort surpris lorsqu'il s'était retrouvé au bord de ce lac. L'instant d'avant, il dormait tranquillement dans son lit, et pouf ! l'instant d'après, il se retrouvait curieusement allongé dans l'herbe. En vérité, il roupillait quand le dieu l'avait amené ici. Il n'avait donc pas entendu ses explications grandiloquentes. Il l'avait réveillé quand le Vilain Petit Canard avait commencé à approcher du lac (étrangement accompagné de sa mère. M'enfin, pourquoi pas). Il lui avait rapidement expliqué ce qu'il faisait là et l'avait sommé de traverser le lac rejoindre le canard qui n'en était pas un.

Il avait été très étonné de voir son pyjama bleu avec des nuages remplacé par une chemise blanches, de longues ailes de coton et un bec en carton. Mais il avait préféré ne pas faire de commentaires sur le costume, de peur d'énerver le dieu. Il s'était donc agenouillé et avait baisé des souliers invisible pour montrer son respect. Le problème, c'était qu'il ne savait pas nager... Il avait une phobie atroce de l'eau ! Et le lac était beaucoup trop grand pour qu'il se donne la peine de marcher... Il voulait bien être un serviteur dévoué, mais pas question d'avoir des ampoules !

Le dieu avait alors montré à Bernard une barque au bord de l'eau, qui n'était pas là la seconde d'avant. Elle flottait sagement, l'invitant à s'y asseoir. Mais pour Bernard, se fatiguer en ramant était impensable ! Le dieu avait alors tonné dans sa tête :

-OH, TOI, TU M'AS ASSEZ FAIT *BIIIIIIP* (ah, mais c'était que ce dieu était vulgaire !) ! MAINTENANT, TU TE DÉBROUILLES !

Terrorisé par ce ton, Bernard se souvint qu'il avait tout de même affaire à un dieu et grimpa dans la barque en grimaçant quand il se mouilla les orteils. Puis il avait ramé, ramé, ramé, ramé, ramé...

Ramé, ramé, ramé, ramé, ramé, ramé...

Ramé, ramé...

Duck God ! Il n'avait jamais autant ramé de toute sa vie ! Que c'était fatigant ! Il s'arrêta une petite pause, mais, les hurlements du dieu aidant, celle-ci ne dura pas bien longtemps. Enfin, il atteint l'autre rive. Il y avait deux jeunes filles. L'une d'elle lui faisait de grands signes. Oui, oui, il arrivait ! Il s'approcha du bord. Eum... Et maintenant, qu'était-il censé faire ? « Joue, imbécile ! » fit le dieu dans sa tête. Peu sûr de lui, Bernard mima de l'étonnement et s'exclama théâtralement à celle qui semblait être le Vilain Petit Canard :

-Oh, mais tu es l'un des nôtres ! Viens nous rejoindre et allons voguer ensemble sur les flots !


***

Je discute avec Lisa en attendant le cygne. On est assises sur l'herbe au bord de l'eau et ça serait presque sympa si on n'était pas dans cette cyclope de pièce de théâtre. Je ne sais pas vraiment quoi dire sur moi. Où je vis ? Nulle part. Mon métier ? Je n'en ai pas. Je dis que je vagabonde, que je fais du tourisme. Que je visite Autremonde depuis la libération des lycans du Continent Interdit. Ce qui est vrai, sauf que depuis quelques temps, je passe surtout mes journées à taper du Sangrave... Mais n'oubliez pas que c'est top secret.

Puis Lisa se lève d'un bond en saluant l'horizon de la main. Le cygne est là ! Ouiiii, on va ENFIN être libres ! Merci, Dieu Canard ! ♥ Hé, deux minutes... Le cygne arrive en... barque. Euké. Son costume est aussi ridicule que les autres, mais bon, j'ai l'habitude, maintenant. Eh bien, il joue aussi mal que l'autre pimbêche... Vous savez, Mme Woody Woodpecker. Il m'invite à le rejoindre. Bien, allons pays des gentils cygnes !

Il me tend aussi quelque chose qu'il cachait au fond de la barque. C'est... Un autre costume. Des plumes blanches, un bec. Je comprends alors... Borlk, qu'est-ce que c'est bête... Je retire mon costume d'oisillon gris et enfile la tenue blanche.

Je me tourne ensuite vers ma Maman Canard. Séquence émotion, c'est le moment des adieux !

-Bon, eh bien... L'aventure se termine ! J'ai été vraiment contente de te connaitre, j'espère qu'on se reverra !

Je lui adresse un petit signe de la main avant de reprendre mon rôle. L'ilne n'est plus.

Le Vilain Petit Canard découvrit le lac et s'approcha de l'eau. Quelle était cette créature magnifique qui le contemplait ? Il se rendit alors compte qu'il observait son propre reflet. Il était devenu un cygne ! Il n'avait jamais été un canard... Émerveillé, il montra son visage au ciel pour le remercier. Puis il rejoignit ses confrères et s'envola haut, sans un regard pour ceux qui avaient prétendu être sa famille.

Je grimpe dans la barque et m'assieds en face du pseudo-cygne. Celui-ci rame de nouveau et nous quittons la berge. Je me retourne et adresse un signe d'adieu à Lisa.

Après tant de temps... Je crois que je peux le dire...

THE END.


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   Mer 8 Mai 2013 - 11:27

Lisa regarda la barque s'éloigner sur le lac sans rien dire. Elle sentit un frisson la parcourir. Ça faisait un petit pincement au coeur de voir quelqu'un partir. Bon, ok, ce n'était pas vraiment sa fille, et pour aller plus loin, c'était carrément une parfaite inconnue, mais bon, quand même. Et qu'allait-il arriver, maintenant ? Le conte était fini pour de bon, cette fois. Le Dieu avait un engagement, il devait le tenir. Les renvoyer chez elles. Elle ignorait comment, mais ça l'importait peu. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était retrouver sa maison, sa chambre, son lit. L'ilne lui adressa un dernier signe d'adieu, auquel Lisa répondit avec un petit sourire. C'était une fille vraiment cool. Elle espérait la revoir un de ces quatre. Dans une... situation meilleure, on va dire.

La jeune fille soupira. Elle se demandait où allait la barque, finalement. Peut-être qu'elle ramènerait L'ilne et son cygne chez eux. Lisa aurait bien aimé y monter. Mais bon. Ce n'était pas dans l'histoire, ça. Elle avait déjà un peu détourné le scénario en aidant son caneton à rencontrer ces fichus animaux, alors si en plus elle grimpait dans la barque avec lui... C'est vrai quoi, c'est bête, on a jamais vu la Maman Canard s'incruster chez les cygnes, ça n'a pas de sens. Bref. La sortcelière se retourna et regarda la forêt. Tous les autres acteurs attendaient, toujours vêtus de leur déguisement ridicule. Personne ne bougeait. Il y avait une ambiance tendue, chacun se demandant ce qui se passerait maintenant que le vilain petit canard avait rejoint les cygnes.

Il se passa quelques secondes ainsi, puis une sorte de brouillard épais apparut sans crier gare. Lorsqu'il se dissipa, quelques instants plus tard, aussi vite qu'il était venu, Lisa n'était plus dans la forêt. Elle reconnut l'endroit aussitôt. Sa chambre. Alléluia, elle était enfin rentrée à la maison ! Et le mieux, dans tout cela, c'est qu'elle ne portait plus cet affreux costume à plumes jaunes. Elle s'assit sur son lit, soulagée que tout cela soit enfin fini. Elle parcourut la pièce du regard. Il y avait quelque chose d'étrange, mais elle n'aurait su dire quoi. Ce ne fut que lorsqu'elle posa ses yeux sur le bureau qu'elle le vit. Une peluche en forme de Maman Canarde avait soudainement pris place.

Le Dieu avait pris le soin de lui ramener un souvenir ! C'était trop aimable, vraiment, il ne fallait pas ! Elle réfléchit (oui, ça lui arrivait parfois). C'était sans doute histoire que les acteurs ne considèrent pas cette aventure comme un rêve. C'est vrai quoi, ça aurait très bien pu en être un. Mais la peluche était la preuve que non. En fait, il était cool comme Dieu. Un peu con sur les bords, mais bon. Cool quand même. Surtout que la peluche était trop mignonne ! Mais bon, je persiste à croire que le meilleur de tous les Dieux est quand même le Dieu Canard. Et ouais.

Blanche arriva au pas de sa porte. Elle inclina la tête, intriguée, se demanda où était passée sa maitresse durant tout ce temps. Lisa sourit et la fit venir sur le lit, près d'elle. Elle la caressa doucement puis commença à lui raconter toute sa pièce de théâtre en détail. Jusqu'à la fin. Le Vilain Petit Canard devient un cygne et rejoint ceux qu'il considère désormais comme sa seule et vraie famille.

Rideaux, applaudissements, noir complet. Fin.

FIN ! :
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard   

Revenir en haut Aller en bas
 
TDLFairy Tale : Le Vilain Petit Canard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elim CrockWeel : Le vilain petit Canard
» L'histoire du vilain petit canard, vous connaissez ? Non ? Tant pis pour vous. (Xerxes)
» Le vilain petit canard qui devint un cygne [Carmen]
» Galerie du vilain petit canard ...
» Nara Haruna - Le vilain petit canard ! [TERMINEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Autre contrées :: Les confins du monde-
Sauter vers: