AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Arya. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: La Toda CasaPartagez | 
 

 La p'tite sirène |with Leyla

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Coleen Gowhen

Fruit de la passion en décomposition
avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : /
Couleur de magie : /
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Serveuse & Etudiante.
Résidence : J'donne pas mon adresse à des inconnus.
Dans le sac : Un peu d'argent, une brosse à cheveux, les clés de son appart, un élastique à cheveux, une trousse à maquillage, quelques livres de cours et une photo de Candice et elle.

Affinités : Candy : ex qui vient encore hanter ses nuits

MessageSujet: La p'tite sirène |with Leyla   Mer 29 Mai 2013 - 15:39



La p'tite sirène
❝ Tu attendais seule à la table. Il y avait pourtant deux assiettes. Tu faisais grincer monotonement ta fourchette, le regard vague, la tête appuyée dans le creux de ta main. Cela faisait déjà quatre heures qu’il était partit. « Je vais faire une course Coleen, je ne serais pas long ». Il se foutait de la gueule de qui là ? Tu commençais à crever sérieusement la dalle là en plus. Tu relevas la tête, écoutant le bruit de l’extérieur. Seul un silence lourd te parvint, plus pesant de seconde en seconde. Tu soupiras, ton ventre fit de même d’ailleurs. Tu étais déjà bien seule durant la journée, enfermée dans cette grande maison à Omois, sans amis à qui parler, avec qui traîner, rigoler, s’évader durant quelques heures, mais si en plus la seule personne que tu connaissais dans ce putain de monde de merde t’abandonnais lâchement comme il l’avait fait des années auparavant, tu allais sombrer. La solitude te rendait folle. Tu détestais te parler à toi-même pour combler le vide, regarder avec envie les bandes de potes dans la rue, écrire un journal intime factice juste pour avoir l’impression d’avoir une vie intéressante. Tu aimais être le centre du monde, mais ici tu n’étais même pas le centre de la maison.

Et puis merde. Tu filas dans ta chambre pour te changer. Ce soir, c’est décider, tu vas en soirée et tu te fais des potes. Tu ne connais pas vraiment de coin brancher par ici, le premier endroit avec de la lumière fera donc l’affaire. Du moment qu’il y a du monde… Tu ouvris l’air soucieux ton armoire. Tu ne connaissais pas encore les goûts et codes vestimentaires d’Autre-Monde, aussi tu adoptas un bon vieux look terrien. Et si quelqu’un n’est pas content, FUCK. C’est donc avec un débardeur gris pailleté -une jolie vue sur ta poitrine-, un slim noir et des boots à clous que tu quittas la maison de ton père pour déambuler dans les rues à peine éclairer de la capitale. Le froid te mordait méchamment ta peau nue et tu accéléras le pas.

Tu espérais que les soirées autremondienne -si sur ce fichu monde les soirées existent, c’est-on jamais, se sont peut-être de gros coincé de la life- soit aussi cool que celles auxquelles tu avais pu assister en France. Cool se traduisant par alcools et drogues en quantité… disons importante. Très importante. Tu vis au loin une sorte de bar d’où sortait des cris et des rires. Cela fera l’affaire, du moment qu’il fait chaud, qu’il y a du monde et de l’alcool, se sera toujours mieux que la cuisine sombre de papa Will. Tu poussas la porte et un souffle chaud te passa sur le visage. Tu souris. L’endroit respirait la bonne humeur et l’alcool. Tu te faufilas parmi les hommes totalement ivres et ceux qui n’allaient pas tarder à l’être pour arriver au bout de la grande pièce où se tenait la seule table de libre. Tu grimaças en sentant quelques mains t’effleurer le postérieur.

En temps normal, tu aurais fait une scène. Tu te serais retournée vers l’homme, l’aurait regardé noir avant de lui coller un bon coup de pied là où ça fait mal, histoire de le refroidir un peu. Il faut dire qu’en temps normal, tu es avec tes potes baraqués, dans un monde où ne pas avoir de magie est quelque chose de normal. Ici, parmi tous ces gens, tu es l’intrus, l’extraterrestre, celle qui sort du lot, la petite chose dont il est si facile de se moquer. En gros, la grosse merde qui doit se taire et subir. Ce que tu fis. Assise seule à ta petite table, tu tentas vainement d’ignorer les regards pervers des alcolos hantant les lieux. Pourquoi as-tu mis un décolleté ? Tu soupiras. Et merde.
Un serveur -plutôt pas mal-, s’avança vers toi et t’interrogea du regard. En bonne paumée de la vie qui se respecte, tu n’avais aucune idée de ce qu’un soulard d’Autre-Mondien pouvait commander dans un endroit comme celui-ci, tu te contentas donc de demander quelque chose de fort. Tu sortis ton paquet de clopes et ton briquet et, avachit sur la table, tu observas l’endroit et les gens qui le peuplait. Tu n’aimais pas franchement cette taverne. Enfin être ici seule, avec tous ses regards d’envie braqués sur toi, sentant le souffle puant de l’alcool de dizaines de pauvres mecs ne pouvant plus tenir debout, c’est pas le grand kiff. Ce n’est pas ici que tu pourras te faire des potes. A moi qu’un gros alcoolique se révèle être un milliardaire fort sympathique, la probabilité d’élargir ton cercle d’amis ne décollera pas ce soir.

Alors que tu finissais ta cigarette et que le serveur te ramenait ton verre, tu aperçus une jeune femme blonde, absolument magnifique, et qui devait avoir approximativement ton âge. Sans vraiment réfléchir, tu attrapas ton verre et une chaise et vint t’assoir à côté d’elle. Tu ressortis une cigarette et en tendis une à la demoiselle :
« T’en veut une ? »
♥:
 

© charney



i miss the taste of the sweet life, i miss the conversation, i'm searching for a song tonight, i'm changing all of the stations. i like to think that we had it all, we drew a map to a better place, but on that road i took a fall. oh baby why did you run away ?

(avatar sweet disaster
code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3654-coleen-9709-les-amis-cest-comme-les-lunettes-ca-donne-lair-intelligent-mais-ca-se-raye-facilement-et-puis-ca-fatigue#63294 http://tara-duncan.actifforum.com/t4724-coleen-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : Sirène se noyant dans la solitude et sa berceuse funeste.
Résidence : Je me perds dans les courants marins, me laissant aller là où les vagues et l'écume m'entraînent...
Dans le sac : En quoi cela vous regarde-t-il ?

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: La p'tite sirène |with Leyla   Mar 30 Juil 2013 - 18:48


La sirène et la nonso.



Je venais d’entrer dans la Toda Casa. Je m’en souviens, c’était ici que j’avais rencontré Alexandre, peut être que je le reverrais aujourd’hui. Maintenant que j’y réfléchit plus franchement, ca aurait été plus simple de lui demander un rendez vous. Enfin, de toute manière, Alex ne répond plus à mes messages depuis un moment. J’espère qu’il n’est pas en colère contre moi ou qu’il ne lui ai rien arrivé. Peut être en aurais-je le cœur net aujourd’hui.
Ou pas .. Il n’est pas là. C’est triste mais c’est comme ça, maintenant que je suis ici, je ne vais pas repartir. Vêtue d’un bas en spalendital et d’un haut en camélin à décolleté plongeant, je m’avance dans la salle. Je regarde à droite, à gauche, rien de très concret. Il faut croire que les gens ici sont d’une banalité extrême. Somnifère comme un champ de sopore, ce soir. Je marche toujours en direction de la table, jetant des regards de travers  à des hommes qui me répugnaient avec vigueur. Je trouvais une table vide, je m’y assis. Evitant soigneusement de ne pas me faire remarquer par les hommes à moitié souls. J’avais envie de passer une bonne soirée, en fait je me disais que peut être qu’en m’asseyant à la même table que quand j’ai rencontré Alexandre, peut être rencontrerais-je une autre personne sympathique. Je regarde la salle. Je vois une fille qui s’est faite effleuré le cul et n’a rien dit. J’ai presque eu mal pour elle, la pauvre.
Le serveur s’approche, habituée par mes gouts et l’habitude de me voir, ils ont ajouté de nouveaux menus à la liste. Je lui commande un verre de Tzinpaf et un plat bien consistant. Il ne faut pas boire le ventre vide, c’est mauvais. Alors je mange un peu et puis de toutes façons, je n’ai pas beaucoup mangé.

****************
Plus tard, je regarde dans le vide, une cuillère à la main, je remue monotonement le contenu de mon verre. Je lève ma tête et me décide à partir enfin. C’était génial, ces deux heures passés à manger toute seule mais il y a mieux, il faut dire. J’arrange ma chevelure blonde qui me traîne un peu au visage et remarque une petite brunette qui s’approche rapidement de moi avec une chaise et une clope. Elle me demande si j’en veux. J’avoue être un peu gênée de sa façon de m’aborder. Je fronce un peu les sourcils et lui dit avec calme :


« Non merci, je ne fume pas et je ne bois pas non plus d’ailleurs. Et sans vouloir te vexer, je crois que je vais m’en aller, je m’ennuie ici. »

Je suis quasi sûr qu’elle va me retenir. Je l’avais remarqué, tout à l’heure. Elle était toute seule à une table, son visage exprimait son ennuie. Je me rend ensuite compte que c’était elle que j’avais vu tout à l’heure. Je ne sais pas pourquoi, mais tout d’un coup, je n’avais plus envie de partir, mon instinct de fille me cris d’être solidaire avec elle et de ne pas la laisser tomber. Je suis peut être trop snob pour calculer les gens qui essayent d’attirer mon attention en faisant n’importe quoi mais quand quelqu’un a besoin d’aide, j’ai bien envie … de lui prêter main forte. Tout ça, c’est à cause de L’ilne, en fait ! Cette fille, par sa faute, je deviens gentille. Après ce qu’elle a fait pour moi à mon anniversaire, j’ai comme l’impression d’avoir apprit un truc. Je n’aurais jamais été à l’anniversaire de Lisa, même si elle me suppliait.-Quoi que j’aime qu’on me supplie- Pourtant, elle aussi, a fait l’effort d’y rester. Peut être devrais-je revoir mon comportement avec les autres. Je me souviens d’une chose qu’une fille m’avait dit une fois. « Toi, je ne t’aime pas ! Tu es une véritable fille méchante et qui se sert des autres pour parvenir à ses fins ! En plus tu te crois plus importante que tout le monde alors qu’en fait, tu n’as rien de plus ! Juste pour ne pas dire que tu es en dessous en fait !! ». Bon, à vrai dire, cette fille, je m’en fichais un peu. Je l’avais envoyé chier magnifiquement. Mais il y a encore cette phrase qui résonne dans ma tête. « -Dégage. Va emmerder quelqu'un d'autre. Dégage, connasse, chanteuse de merde, va utiliser ton fric pour t'acheter des amis et fiche-nous la paix.  » Je n’ai jamais pu oublier cette phrase. Chanteuse de merde … Connasse … Surtout la partie, « va utiliser ton fric pour t’acheter des amis et fiche nous la paix. », pour la première fois, on m’avait dit un truc qui m’avait vraiment fait de la peine. … Je regarde la fille en face de moi …. Hooon .. Je peux pas m’en empêcher, aujourd’hui, je DOIS ABSOLUMENT être gentille. J’arrange une seconde fois mes cheveux et la regarde en souriant.

« Pardon, ce n’était pas très poli de ma part. Je m’ennuie un peu ici, c’est pour ça. Mais maintenant que j’ai de la compagnie, je vais sûrement rester ici, un peu. »

Je lève les yeux au ciel, l’air de ne pas savoir quoi ajouter, mais en fait, ca me brûle la langue de ne pas lui demander pourquoi elle s’est pas rebellé contre les hommes de tout à l’heure. On est dans la Toda Casa, MERDE ! Ils laisseront pas les gens faire n’importe quoi. Mais bon, je préfère attendre, je lui dirais plus tard. . .

« C’est pas toi la fille à qui on a touché les fesses tout à l’heure ? Pourquoi tu n’as pas réagis ? »

C’était plus fort que moi, je n’ai pas pu me retenir.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.




«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3993-leyla-d-el-mar
Coleen Gowhen

Fruit de la passion en décomposition
avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : /
Couleur de magie : /
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Serveuse & Etudiante.
Résidence : J'donne pas mon adresse à des inconnus.
Dans le sac : Un peu d'argent, une brosse à cheveux, les clés de son appart, un élastique à cheveux, une trousse à maquillage, quelques livres de cours et une photo de Candice et elle.

Affinités : Candy : ex qui vient encore hanter ses nuits

MessageSujet: Re: La p'tite sirène |with Leyla   Sam 3 Aoû 2013 - 12:46




❝ La demoiselle sembla gêner par la façon dont tu l’abordas. Tu tentas de lui faire ton fameux sourire angélique du style « Je suis une adorable et innocente petite fille » mais la jeune blonde fronça les sourcils et te dis sèchement mais avec calme :

« Non merci, je ne fume pas et je ne bois pas non plus d’ailleurs. Et sans vouloir te vexer, je crois que je vais m’en aller, je m’ennuie ici. »

Euh… ok. Autant le dire tout de suite si c’est moi qui te gêne hein ! Tu haussas les épaules. Ils sont coincés c’est Autre-Mondien ! La mission « ce faire des potes » était franchement en train de tomber à l’eau. C’était couru d’avance ceci dit. Tu regardas la blondasse. Tu ne savais pas s’il fallait la retenir pour retenter le coup une dernière fois ou chercher la merde avec elle pour t’avoir rembarré comme ça. Tu bouillonnais intérieurement. C’était tellement rare qu’on t’ignore comme ça, toi, si connut dans ton petit village terrien. C’était bien simple, tu n’avais pas besoin d’accoster les gens pour avoir des amis ou un mec, ils venaient directement à toi. Là, c’était l’inverse, il fallait que tu fouilles, cherche et galère pour trouver quelqu’un à qui parler. En ce moment, tu ressemblais plus à l’intello boulotte ignorée par tout le bahut plus qu’à la starlette superficielle. Bon, à la différence que tu n’étais pas une fille empotée et intelligente mais une Nonso perdue sur une planète magique entourée de gens bizarre à souhait doté de pouvoir dont tu ignorais l’étendue. Et à choisir, tu aurais presque préféré la première proposition.

Quoi qu’il en soit, tu étais un peu vexée par la réaction de la jeune femme. D’ordinaire sur Terre, tu l’aurais regardé de travers en lui lançant un tchip et ça aurait mal finit, au mieux tu aurais été décoiffé, au pire le bar aurait été dévasté. Ici, une jolie blonde comme elle pouvait très certainement te transformer en crotte de mammouth, crapaud visqueux couvert de pustules ou autres trucs bien dégueu, donc autant dire qu’il fallait la jouer finement car aucun beau prince en collant hypra-moulant ne viendrait pour rompre le mauvais sort. Tu choisis donc à contre cœur de tenter de la retenir et d’engager la conversation. Ta fierté en prenait un coup.

Tu voulais lui dire quelque chose mais elle semblait perdue dans ses pensées, complétement déconnectée de la réalité. Cela t’arrangeas, tu ne savais pas vraiment quoi dire. Et d’un coup elle revint à elle, s’arrangea les cheveux, sourit et déclara :

« Pardon, ce n’était pas très poli de ma part. Je m’ennuie un peu ici, c’est pour ça. Mais maintenant que j’ai de la compagnie, je vais sûrement rester ici, un peu. »

Tu lui souris. Ta fierté était sauve. Bon, elle n’avait pas l’air si méchante que ça. Juste un peu froide aux premiers abords quoi, rien de plus. Elle leva les yeux au ciel, cherchant certainement quelque chose à dire. Bon, ok, c’était à toi de parler. Dire quoi. Merci mon dieu de rester à mon humble table pour te faire chier avec moi je n’en pouvais plus d’être seule ? Non, trop désespéré. Wesh, sinon ça va ? Laisse tomber, elle allait te prendre pour une débile là. Au fait, moi c’est Coleen. Et toi ? Autant commencer par le commencement non ? Mais finalement la jeune blonde déclara, te coupant la parole :

« C’est pas toi la fille à qui on a touché les fesses tout à l’heure ? Pourquoi tu n’as pas réagis ? »

Merci de remuer le couteau dans la plaie, c’est trop aimable, il ne fallait pas voyons ! Argh. Ton sourire s’évanoui et tu baissas les yeux. Coco ressaisit toi merde à la fin ! Tu secouas la tête pour chasser tes idées noires, replaça tes cheveux et décida de répondre. Après tout, il fallait bien que tu te fasses des amies, alors tu n’avais pas franchement le choix.

« Bah… je suis Nonso en fait alors…Disons que je ne suis pas trop à l’aise quoi. Avec tout ça, la magie, les sorcellierts, les pouvoirs que vous avez. Tout quoi. »

Tu espérais vraiment qu’elle n’allait pas se moquer de toi, t’ignorer, te prendre de haut ou pire, en profiter pour te jeter un sort. Tu n’aimais vraiment pas être en position d’infériorité.  ❞

© charney



i miss the taste of the sweet life, i miss the conversation, i'm searching for a song tonight, i'm changing all of the stations. i like to think that we had it all, we drew a map to a better place, but on that road i took a fall. oh baby why did you run away ?

(avatar sweet disaster
code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3654-coleen-9709-les-amis-cest-comme-les-lunettes-ca-donne-lair-intelligent-mais-ca-se-raye-facilement-et-puis-ca-fatigue#63294 http://tara-duncan.actifforum.com/t4724-coleen-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : Sirène se noyant dans la solitude et sa berceuse funeste.
Résidence : Je me perds dans les courants marins, me laissant aller là où les vagues et l'écume m'entraînent...
Dans le sac : En quoi cela vous regarde-t-il ?

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: La p'tite sirène |with Leyla   Jeu 22 Aoû 2013 - 2:16


La sirène et la nonso.



La blonde était partagée entre la consternation et la désolation. Elle savait que les hommes pervers, il y en avait partout. Mais bizarrement, ça lui avait fait de l’effet. Cette fille disait qu’elle ne pouvait pas se défendre. La sirène hésitait à ce qu’elle allait lui faire en sentence. Mais elle se dit aussi que ca serait peut être mieux si elle ne s’en mêlait pas, après tout, elle ne connaissait pas vraiment cette brune. Elle jeta un regard au garçon qui riait aux éclats, sûrement racontait il ses merveilleux exploits. Ca se voyait trop, il sur jouait, en général les gens qui font autant de cinéma sont en réalité aussi seul qu’une pierre. Leyla se tourna ensuite finalement vers la brune. Elle se força à contenir son empathie pour elle. Elle joignit ses mains et se décida à enfin lui répondre.

« …Désolée, je ne savais pas. Je ne te connais pas vraiment, donc je sais pas si t’as l’habitude de t’affirmer mais sur Autremonde, il n’y a pas que la magie qui compte. N’ai pas peur de réagir quand on te fait une vacherie, sinon les gens risquent de continuer. Et puis, si tu te sens mal, pense à moi et je rappliqueraiiiiis. »

Elle ajouta un sourire, essayant tant bien que mal de détendre la fille en face. Elle se souvenu qu’elle ne lui avait pas dis son prénom. Leyla D’el Mar, même pour une nonso, elle devait être connue. Elle arrangea une centième fois sa chevelure et ajouta.

« Moi c’est Leyla D’el Mar, tu dois peut être avoir vu mon prénom dans un magazine si tu es un peu calé actu people. »

Elle s’approcha ensuite doucement en se baissant vers la table. Elle lui dit ensuite d’une voix calme et rassurante, bien que peu audible.

« Profites en bien, c’est pas tout le monde qui a la chance de parler avec Leyla D’el Mar. »

Elle s’éloigna ensuite et sentit son ventre gargouiller. A cause de son obsession par sa ligne, Leyla ne mangeait que très léger, ce n’était parfois pas assez. Elle hésita quelques secondes à recommander un plat. Elle ferma les yeux et posa son regard vers le bar de commande. Son estomac la brûlait, il fallait qu’elle mange.

« Heu, t’as faim ? Parce que moi oui, tant pis pour ma ligne, j’aurais qu’à aller faire un petit marathon dans Travia pendant quelques jours. »

Elle farfouila légèrement dans son sac et en sortit une pince à cheveux. Elle attacha ensuite ses cheveux et lanca un sourire à la jeune fille. Elle aimait bien cette gamine, et puis pour une fois que les gens ne la jugent pas sur son physique ou viennent la voir parce qu’elle est célèbre, Leyla essayait de mettre cette fille à l’aise. Peut être en faisait elle trop ? Peut être exagérait elle ?

La sirène eut une question qui lui traversa l'esprit. Comment s'appelait cette fille ?

« Au fait, c'est quoi ton prénom ? »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.




«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3993-leyla-d-el-mar
Coleen Gowhen

Fruit de la passion en décomposition
avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : /
Couleur de magie : /
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Serveuse & Etudiante.
Résidence : J'donne pas mon adresse à des inconnus.
Dans le sac : Un peu d'argent, une brosse à cheveux, les clés de son appart, un élastique à cheveux, une trousse à maquillage, quelques livres de cours et une photo de Candice et elle.

Affinités : Candy : ex qui vient encore hanter ses nuits

MessageSujet: Re: La p'tite sirène |with Leyla   Jeu 19 Juin 2014 - 21:40



Le petite sirène
ft. ley & coco.


Tu entendis le rire gras et sonore du garçon et levas les yeux au ciel. Tu aurais mieux fait de rester chez toi, à attendre inlassablement ton hautain de père plutôt que venir te faire ridiculiser par un gros porc dans un bar puant l’alcool, avec une charmante blondasse qui remue gentiment le couteau dans la plaie pour arranger le tout. Charmante soirée, vraiment…

“ …Désolée, je ne savais pas. Je ne te connais pas vraiment, donc je sais pas si t’as l’habitude de t’affirmer mais sur Autremonde, il n’y a pas que la magie qui compte. N’ai pas peur de réagir quand on te fait une vacherie, sinon les gens risquent de continuer. Et puis, si tu te sens mal, pense à moi et je rappliqueraiiiiis.”
Tu souris. Finalement, elle n’était pas si désagréable, la blondasse. Tu rigolas en la remerciant.
“Merci, tu as raison… J’suis bête d’avoir rien fait, surtout que j’ai fait de la boxe ! Enfin pendant deux semaines mais voilà quoi…”
Si la boxe consistait à se rendre à la salle pour mater les mecs qui tapaient dans le sac, effectivement, tu en as fait, et pas qu’un peu. Pour le reste, ça se discute. La jeune demoiselle arrangea ses cheveux, encore une fois bien qu’ils avaient l’air parfais - tiens, une chose dont tu pouvais te passer toi maintenant ! Perruque sur la tête, tu n’avais plus à te soucier des noeuds, du fer à lisser qui abîmait les pointes ou de quel shampoing choisir pour tel type de cheveux. Bien sûr, une perruque ne présente pas que des points positifs, surtout quand on regarde la raison qui nous a pousser à en porter une… Elle a bien de la chance la demoiselle, d’avoir des cheveux. SES cheveux.- et déclara :
“Moi c’est Leyla D’el Mar, tu dois peut être avoir vu mon prénom dans un magazine si tu es un peu calé actu people.”
Tu voulus ouvrir la bouche pour rétorquer que non, tu n’avais jamais entendu parler d’elle ni même lu son nom mais tu te tus bien vite. Premièrement parce que cela n’allait certainement pas lui faire plaisir et que vexer la jeune femme qui lui était venue en aide n’était certainement pas une bonne idée pour se faire des amies, encore plus si elle est connue, et parce que deuxièmement la dénommée Leyla se pencha vers toi, en murmurant, comme si il y avait un micro planqué sous la table (peut être était ce une célèbre espionne ou flic Autre Mondienne, aller savoir ?)  :
“Profites en bien, c’est pas tout le monde qui a la chance de parler avec Leyla D’el Mar.”
Aaaah. Une pointe de modestie dans cette phrase, nan ? Tu souris pour la remercier de t’accorder son précieux temps et chercha en vain à savoir ce que cette Leyla pouvait faire pour être connue. Mannequin, présentatrice télé ? Avec un physique comme ça, elle pouvait se permettre pas mal de truc la Leyla !

Après t’être fait assez humiliée par le charmant garçon aux mains baladeuses, tu décidas de ne pas jouer la carte de la fan en adoration devant la demoiselle pour te discréditer encore plus et restas simple, la nouvelle ne te bouleversant pas plus que ça. De toute façon, tu ne savais pas si tu devais dire “J’adore tes films”, “J’adore tes chansons” ou “J’adore tes émissions”.
“Enchantée Leyla !”
Tu te sentis obligée d’ajouter cependant :
“Oui bien sûre je lus ton nom dans… un magazine dont le nom m’échappe. Je m’habitue pas tout à fait à ma nouvelle vie.”

Un tremblement de terre sortant tout droit du ventre de la jeune femme retentit et tu souris. Cela rappela au tien qu’il n’avait toujours pas mangé avec cette histoire, et qu’un petit bout ne lui ferrait pas de mal. Avec cette foutue maladie, tu mangeais assez peu, juste de quoi tenir la journée sans ramper au sol le soir venu ou en se traînant péniblement en pendant au bout de béquilles. Le seul point positif c’est que tu ne pouvais même plus manger la moitié d’un kebab et tes cuisses te disaient merci.
“Heu, t’as faim ? Parce que moi oui, tant pis pour ma ligne, j’aurais qu’à aller faire un petit marathon dans Travia pendant quelques jours.
- Oui, je prendrais bien quelque chose avec toi !”
dis tu en souriant.

Une salade ferrait certainement amplement l’affaire et tu fis un signe au serveur pour qu’il vienne prendre votre commande.
“Au fait, c'est quoi ton prénom ?”
Tu détournas la tête du comptoir pour regarde la jeune femme. Tiens, c’est vrai, tu ne lui avais même pas dis ton nom. Tu t’excusas de l’oublie et répondit.
“Coleen. Coleen Gowhen.”
Puis d’un air malicieux tu ajoutas :
“Tu verras bientôt mon nom dans un magazine si tu suis un peu l’actu people, lorsque je serrais devenue une célèbre mannequin. Profites bien, c’est pas tout le monde qui a la chance de parler avec moi.”
Tu rigolas puis, posant tes coudes sur la table et glissant ta tête dans tes mains, tu osas lui demander :
“Dis moi, pourquoi une personne connue comme toi viendrais dans un endroit comme celui ci, à une heure pareille et sans une horde de bimbo ou de tablettes de chocolat sexy ?”
Tu penchas ta tête sur le côté, attendant sa réponse. Ayant peur d’avoir été trop indiscrète ou de l’avoir blessée, tu ajoutas, un sourire gêné :
“Fin, sans faire ma curieuse quoi…”




made by lizzou – icons & gif by bazzart
Spoiler:
 


i miss the taste of the sweet life, i miss the conversation, i'm searching for a song tonight, i'm changing all of the stations. i like to think that we had it all, we drew a map to a better place, but on that road i took a fall. oh baby why did you run away ?

(avatar sweet disaster
code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3654-coleen-9709-les-amis-cest-comme-les-lunettes-ca-donne-lair-intelligent-mais-ca-se-raye-facilement-et-puis-ca-fatigue#63294 http://tara-duncan.actifforum.com/t4724-coleen-2-0
 
La p'tite sirène |with Leyla
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ~ Prez' d'la P'tite Sirène ? xD [Validée]
» C'est toujours la p'tite bête qui mange la grosse !
» Une p'tite Waaagh! Goff pour le plaisir!
» Tite craquotte
» La Sirène...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: La Toda Casa-
Sauter vers: