AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Aelita. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmoisPartagez | 
 

 I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plume


avatar

Age du personnage : 137

Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen



MessageSujet: I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]   Lun 28 Oct 2013 - 19:04



    Candice Heaven

    She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato. She looks like a potato.


    Naturi Naughton - Fame

    J’adore les cocktails, pour tout un tas de raisons. Primo, c’est l’occasion de montrer à toutes ces poufiasses à quel point je suis plus belle qu’elles. Secundo, on y rencontre tout un tas de stars, plus ou moins sexys. Ce qui conduit au tertio, avoir un excellent plan cul. Et puis bien sûr, on y passe d’excellentes soirées, entre les ragots, la boisson, la danse… Ça ne vaut pas l’ambiance des boîtes de nuits mais on s’y amuse pas mal. Et on drague mieux. En général, mes plus longues relations ont débuté à des cocktails. Et puis ils savent que ce ne sera que pour quelques nuits, ce qui rend la chose encore plus excitante. Bien sûr, je n’oublie pas les poufiasses, obligatoires dans ce genre de soirée. J’ai un grand faible pour les prétentieuses, j’adore leur montrer à quel point elles me sont inférieures. La soirée devient automatiquement un jeu que je préside, changeant les règles quand bon me semble.

    Je néglige toujours de me renseigner sur ces demoiselles mais étrangement, suis parfaitement au courant de l’actualité de ces messieurs. Ainsi, lorsqu’elles parlent de leur dernier tube/film, j’ai toujours l’air surprise qu’elles aient produit quoi que ce soit et, vexées, elles s’en vont avec des rides au front, ce qui me fait rire. Et même si à tout hasard j’avais entendu parler d’elles, je feins l’ignorance totale. Ces pétasses ne supportent pas d’être inconnues, elles ont besoin d’exister, de s’exhiber sans cesse, de créer des scandales. Tandis que moi, je n’ai pas besoin de tout ça. Je pose pour des magazines, défile sur le tapis rouge, et toutes ces connes viennent m’admirer, lorgner mes tenues, envier mon corps si magnifique et naturel. Je sens leurs sentiments du haut du podium, et ça me fait sourire. Elles sont pitoyables.

    Pour l’occasion, j’avais déniché une magnifique robe bustier drapée blanche qui mettait ma poitrine en valeur, ainsi que des escarpins plus sombres, pour contraster. Une légère touche de make up, les cheveux qui tombaient en de douces boucles blondes. J’étais parfaite, tout simplement. Je naviguais entre les groupes, profitant du doux sentiment d’être haïe et admirée. Les hommes me reluquaient, ne cachant pas leur plaisir ; les femmes me foudroyaient du regard, chuchotant sur mon passage, le visage acide. Je me sentais bien. Je saisis une coupe de champagne. Une douce torpeur m’envahit. Je regardais les couples qui dansaient sur la valse viennoise jouée par l’orchestre, soupirai. Aucune grâce, franchement.

    Agacée, je me dirigeais vers le bar. J’avais sacrément la dalle, et voir d’aussi mauvais danseurs me donnait encore plus faim. Stupide, certes, mais je vous emmerde. Je m’accoudais au comptoir, révélant au passage mon décolleté au barman, très sexy. De derrière, on devait voir une magnifique paire de fesses moulée dans une sublime robe, d’où dépassaient deux fines gambettes parfaitement épilées et des escarpins très chic. Oh, et puis une magnifique chevelure blonde. J’étais très fière de l’effet, sérieux. De face comme de dos (et de profil), on voyait une bombe atomique. Ah, que c’est bon d’être sexy !
© B-NET



Tenue:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]   Dim 12 Jan 2014 - 12:41

Le premier jour est vraiment impressionnant. Je parle du jour ou l'on découvre Autremonde. C'est le bordel dans les rues, tout le monde se bouscule, en passant des tatris jusqu'aux dragons. Je marche oppressée par la foule, cherchant un endroit ou dormir avant la tombée de la nuit.

Dans cette rue il y a des magasins mais je n'aperçois aucune auberge, ... Je commence à m'impatienter,
je suis en talons haut et ça va faire une heure que je marche. Je lance un sort pour changer mes chaussures en paire de Nike grises. Pas très élégant mais je vais faire avec, au moins, on est bien dedans.

Voilà plus d'un quart d'heure que je tourne en rond, pourquoi j'suis allée sur cette planète de dingue?Bref. Je continue ma route et aperçois enfin une sorte de boite de nuit. Je me dirige vers la porte puis me change. Me voilà vêtue d'une robe noire, le haut est pailleté et le bas est.. Froufrouté. Je porte aussi de jolies chaussures à talons noires, un petit nœud devant.
J'entre, puis me dirige vers le bar, je m'asseois à côté d'une jolie blonde, dans une robe magnifique. Je commande une boisson.
- Bonsoir. J'aime beaucoup ta robe. Comment t'appelles-tu?
Je lui souris.

Tenue:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Silarion


avatar

Age du personnage : Une vingtaine

Familier : Aucun pour l'instant.
Couleur de magie : Blanche.
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Assassin.
Résidence : Partout et nul par à la fois.
Affinités : L'ombre, Moi, et l'autre Moi.

MessageSujet: Re: I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]   Mer 15 Jan 2014 - 21:54

Bonjour.

Amber, ceci est un Rp privé. Tu peut l'identifier avec le [Leyla] à la fin du titre. Ce qui signifie que dans ce Rp ne sont destiné, et autorisé à y poster que Leyla et la créatrice du sujet -Candice-. Tu n'as donc pas à y poster sans le consentement préalable de ces deux personnes.
Si tu veux Rp avec ton personnage, ce que je comprend parfaitement, je t'invite à poster une demande de Rp ici, ou à répondre à une déjà existante, Rhiannon est actuellement en attente de participant pour un Rp, profite-en.

Veille à ne plus recommencer cela.


Leyla, Candice, vous pouvez continuer le Rp comme si son intervention n'avait pas eu lieu.
Désolé de l’interruption.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4077-silarion-ou-l-histoire-de-sa-venue#67735
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : .
Résidence : .
Dans le sac : .

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]   Sam 24 Mai 2014 - 4:03








Candie ϟ Ley



ϟ La beauté de Leyla, c'est comme le soleil. Elle ne s'arrête jamais de briller.


« Tiens, voilà ton verre ma sirène ! »

Leyla tourna les yeux vers le jeune homme qui lui amenait un verre de punch. Assise sur les genoux d’un garçon qui bavait au contact de la peau de la blonde sur la sienne, la sirène leva la main et pointa légèrement du doigt celui qui venait de revenir.

« Eh bien, tu en as mis du temps … »

Dans un geste gracieux, elle récupéra le verre et le porta à sa bouche. Le jeune homme s’assit. Etrangement, Leyla remarqua qu’il ressemblait à l’autre garçon sur lequel elle était assise. En fait, c’étaient des jumeaux et c’était seulement maintenant qu’elle le remarquait. Au beau milieu de sa bande d’ « amis », Leyla passait une soirée plutôt tranquille. Loin des enregistrements, des shootings, pas qu’elle n’aimait pas sa vie de star mais un peu de repos était bien mérité. Elle s’arrangea les cheveux et s’assit entre les jambes d’un des jumeaux. Chris, il s’appelait. Quelle différence cela faisait pour elle ? Qu’il ait un nom ou pas … Leyla s’en moquait éperduement. Elle était arrivée seule à la soirée mais c’était sûr qu’elle allait repartir bien entourée. Et encore, ça ne faisait que commencer … Mais elle ne dit rien. Elle ne voulait pas que les jumeaux aient une quelconque idée de ce qu’elle avait en tête. Bien évidemment, ni l’un ni l’autre ne l’intéressait, c’était juste pour le paraître. Une fille qui a des garçons derrière elle est une fille qui sait se faire aimer. Juste avec son physique, des effets de cheveux. Que de superficialité ! Nous sommes déjà bien loin de l’ancienne Leyla qui venait de se lancer dans la musique. Non, la nouvelle est bien meilleure que l’ancienne, surtout beaucoup plus forte. Enfin … c’est ce qu’elle se disait. Avec elle, pas de réalité, juste du verre qui dissimule la douce faiblesse de la blonde qui n’a jamais connu sa mère. Pensées, pensées, réflexions … Leyla réfléchissait beaucoup lors de cette soirée présumée destinée à la détendre. Elle leva les yeux quelques instants vers ceux qui dansaient et aperçu avec amusement une blonde –aussi bête que les blagues le disaient, semblerait-il- en train de traverser les danseurs. Leyla eut pitié pour celles qui se sentaient menacées par cette blonde qui venait d’ailleurs de s’asseoir au bar. A quoi bon se la péter quand on n’a rien à mettre en valeur ? C’est …c’est tellement stupide pour la sirène. Non mais regardez-la, plate comme une porte. Il était évident qu’elle aurait adoré voir des garçons baver devant elle, malheureusement, pour les jumeaux, aucunes beautés ne savaient égaler celle de Leyla. C’est pour cette raison qu’elle décida d’aller se servir un verre sur le bar où la « blonde » était installée.

Elle s’appuya avec ses bras sur le bar à quelques centimètres de la blonde et coupa son entrevue avec le barman. Les quelques spectateurs ne pouvaient que constater.

« Je pourrais avoir un thé glacé s’il te plait ? »

Comme prévu, - les hommes sont si prévisibles- le barman s’exécuta et lui apporta un verre quelques secondes plus tard alors que la musique de l’orchestre battait encore à son plein.

« Voilà ma belle ! Ca te dirait pas de rester là pour qu’on se tape la causette ? »

Leyla saisit son verre et le regarda avec faux sourire.

« J’aurais adoré mais … »
Elle se leva du bar sur lequel elle s’appuyait et regarda de haut en bas la blonde qui se croyait si belle. Si elle pensait qu’elle allait faire la loi dans une propriété où elle était comme chez elle, elle se mettait le doigt dans le nez.

« Ca pue, ici. »

Vlan dans ta face la blonde. Leyla s’en va doucement pour retourner là où elle était assise. Pas besoin d’attendre de réponse de la blonde, elle ne doit sûrement pas en avoir. Vas-y rentres chez toi en pleurant comme toutes les autres.



© Méphi.






«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3993-leyla-d-el-mar
Plume


avatar

Age du personnage : 137

Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen



MessageSujet: Re: I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]   Lun 26 Mai 2014 - 6:16




Hello little tuna
anyway, i’m hot
Alors que j’allais commander une tequila, une blondasse gominée me devança, balançant négligemment  sa chevelure grasse vers moi. Je m’écartais rapidement, la laissant s’affaler sur le comptoir. On ne voyait qu’elle, une grosse dinde échouée sur la table, répandant sa graisse à tout va, sans se soucier des bourrelets qui fuyaient de sa robe trop serrée. Je me retins de rire, ne laissant échapper qu’un sourire méprisant. Elle était pitoyable. Et ciel, cette odeur ! Chaussettes sales et fruits de mer, un savant mélange encore plus répugnant que son apparence. Décidemment, elle savait s’y prendre pour faire fuir les autres. Je jetais un coup d’œil derrière elle, avisant les jumeaux qui la suivaient du regard, un air gâteux sur la tronche. Damn, un sort d’attraction ! Cette truie semblait décider à les faire souffrir. J’aurais pu les plaindre, mais j’en ai absolument rien à foutre.

« Je pourrais avoir un thé glacé s’il te plait ? » Ah, elle est polie au moins, c’est déjà ça. Enfin, c’est même le strict minimum pour rattraper le désastre visuel qu’elle représente. L’air gêné, le barman s’exécuta, visiblement perturbé par le monstre qui lui faisait face. A moins que ce ne soit le fait qu’elle ait commandé un verre sans alcool ? Pas très habituel pour une fête. En général on se bourre la gueule jusqu’à pas d’heure, mais dans la classe et le nombrilisme exacerbé. Le pauvre chou doit être déstabilisé, vraiment, c’est triste. Bah, allez, vu que t’es canon tu gagnes le droit de venir dans mon lit ce soir, cadeau. En attendant, l’autre pieuvre ne semblait pas décidée à le lâcher, trop occupée à lui lancer des regards qui se voulaient sans doute langoureux mais qui donnaient davantage l’urticaire qu’un quelconque sentiment de désir.

« J’aurais adoré mais… » Minute papillon – pardon, truie -, adoré quoi ? Il t’as rien dit hein, rêve pas. Tu lui donne plus envie de gerber qu’autre chose, sérieux. Non, vraiment, vaut mieux que tu partes, et très vite. Ah, attends, qu’est-ce que tu fous là ? Tu me reluques ? Moi ? La plus grande mannequin qu’AutreMonde ait jamais connue, la Kate Moss d’Omois et du Lancovit, c’est moi que tu reluques ? T’es vraiment pitoyable. Genre t’es plus belle que moi, pff. T’as vraiment trop d’espoir. Tu m’arriveras jamais à la cheville, t’es qu’une merde. Non, pardon, une sous-merde. Et quand bien même ton gros cul plein de cellulite venait à se faire connaître, ce serait seulement pour annoncer que t’as violé un pauvre petit vieux dans la campagne. Joue pas à ce jeu avec moi, j’ai bien plus d’expérience que toi, je vais te défoncer, te ruiner, te réduire en morceaux de chair sanguinolents. Mais avant ça, je vais écraser consciencieusement et implacablement ton égo putride.

« Ca pue, ici. » Pardon ? Pardon ? Alors là c’en était trop. Je pouvais plus me retenir. Ça bouillonnait en moi, ça crevait d’envie de sortir, d’exploser, de lui vomir à la gueule, et je savais que si je me lâchais pas j’allais en crever. J’éclatais de rire. Pendant au moins trois bonnes minutes, je fus incapable de m’arrêter. J’avais les larmes aux yeux – mais merci au maquillage water-proof que je prends en vertu de ces moments délectables – et bientôt, je fus rejointe par la foule environnante. Damn, elle se prenait pas pour de la merde cette conne ! Putain, ça allait être encore plus excellent de la détruire. Elle allait s’en suicider. « Venant de toi c’est un véritable compliment. Tu prends combien de douches par an, dis-moi ? Sans compter celles où tu te noies dans l’océan bien sûr. Ton odeur de poisson est parfaitement accordée à ton physique de thon, chapeau. » Je l’analysais des pieds à la tête, un air presque sadique sur le visage. « Quoiqu’il en soit, pour sentir ton parfum nauséabond, tu as le nez trop près de la bouche. Va voir ton chirurgien, et peut-être qu’au passage il pourra t’arranger cette face de morue et ce corps flasque. »

Je me redressais, souriante. On m’avait dit un jour que mes sourires précédaient les catastrophes. Celles qui allaient arriver aux autres bien sûr. Je crois qu’il n’avait pas tort. Elle allait en baver la poiscaille. Je m’approchai d’elle, perturbée par l’horreur qui lui servait de vêtements. Il fallait que je connaisse la source du parfum de saleté présent dans l’atmosphère. Je jetais un coup d’œil à ses seins. Taille normale, peut-être un peu gros quand même. Parce que oui, même quand on est obèse on peut faire du 85A, la graisse va dans le cul et les cuisses, c’est tout. Oh et puis dans le ventre aussi, tant qu’à faire. Je tirais son bustier, faisant mine de jeter un coup d’œil à son soutien-gorge, avant de le relâcher violemment, faisant claquer l’élastique de sa robe. Je la fixai, dédaigneuse.

« C’est bien ce que je me disais, tu les rembourres. Tu pourrais au moins laver tes chaussettes avant de les foutre sous tes seins ! L’hygiène, tu connais ? » N’empêche que cette Barbie taille XXXXL me disait foutrement quelque chose. Une vie antérieure sans doute. Aucune importance. Quand bien même elle serait l’Impératrice, cette pouffiasse ne représente rien d’autre qu’un jouet, un petit thon qui est tombé entre mes crocs, et qui va devoir se préparer psychologiquement à subir le pire des bizutages. Bienvenue dans le monde des enfoirés princesse.

© charney






Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I'm like Jesus Christ, but with boobs [Leyla]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BARAK OBAMA : NI JESUS-CHRIST, NI FIDEL CASTRO
» Musique et Histoire...
» [A faire] Pastorale de Jesus-2
» Jesus Navas (Photoshop CS3)
» Jesus take the wheel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois-
Sauter vers: