AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Nolian Kayr. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Royaume de VilainsRoyaume de VilainsPartagez | 
 

 HAHAHAHA nope [Natanael]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Isaak


avatar

Age du personnage : 267 ans

Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Trafiquant
Résidence : Krasalvie

MessageSujet: HAHAHAHA nope [Natanael]   Lun 21 Avr 2014 - 8:51




    Haters gonna hate



    Alba & Tori

    Le bateau se glissa doucement contre le ponton, entouré de brume. Deux silhouettes en descendent, imposantes. Des yeux d’ébène scrutent la plate-forme, à la recherche d’âme qui vive. La première ose une ravissante petite moue boudeuse, ce qui fait sourire intérieurement la deuxième, qui pose son bras sur l’épaule de leur compagnon. Il se tourne vers elles et les invite à avancer. Elle arrange rapidement leurs cheveux, remettant en place le délicat serre-tête d’or qui retient ses longues boucles avant d’ébouriffer tendrement les mèches rebelles de son autre âme. Celle-ci fronce le nez, puis tous les trois se mettent en route, décidés à passer une soirée aussi amusante qu’intéressante. Les rues sombres de Vilains dissimulent habilement leurs mercenaires, ne permettant aux voyageurs que d’apercevoir l’éclat sournois qui brille dans leurs pupilles, mais la visions des deux êtres suffit à les calmer. Pour un moment. Elles sourient, arrogantes, fières de cette réputation qui leur apporte crainte, méfiance, respect. Leurs second n’est pas en reste, et ses mimiques de bouffon n’atténuent en rien son air narquois. Ils poussent la porte du bar, soudainement submergés par un flot de lumière et de bruit, en total contraste avec les allées dangereusement silencieuses qui peuplent le royaume. Des têtes se retournent sur leur passage tandis qu’ils s’avancent, dédaigneux. De multiples expressions naissent sur les visages des habitués. Les petits nouveaux pressent de questions leurs aînés, peu habitués à ce mutisme naissant. Ils retiennent leur souffle, attendant, l’espace d’un instant, d’un siècle, les premières paroles de ces légendes vivantes.

    « Ben alors, elle est où not’ bière ? » beugle Tori en levant son poing en l’air. Des rugissements s’élèvent dans la salle, des cris qu’on ne saurait associer à une émotion particulière, mais bientôt, les conversations reprennent leur cours, les danseuses se remettent à onduler sauvagement, les chanteurs s’empressent de déclamer des chansons paillardes, le tout avec plus d’ardeur que jamais. Les pirates s’installent sur des tabourets vaguement élimés et remercient d’un signe de tête le barman et les trois chopes de bières qu’il leur tend. Tori jette un coup d’œil agacé à son second, parti fureter auprès de demoiselles pouffantes et affriolantes qu’elle décide d’appeler « pétasses » en toute connaissance de cause, tandis qu’Alba lui lance un regard protecteur, à la fois amusée et frustrée de l’attirance entre les deux jeunes gens et de la jalousie enfouie qu’elle dissimule si bien. Elle lui pince la joue, amicale, et lance un sourire ravageur à la demi-douzaine d’ivrognes qui la regardent avec admiration. Elle sirote sa bière avec classe, s’autorisant parfois un clin d’œil séducteur. Son petit manège finit par faire sourire Tori, qui voit le nombre de prétendants augmenter à chaque seconde. Son regard s’accroche soudainement à une ombre de l’autre côté de la salle, qui s’avance vers elles. Elle fronce les sourcils, puis le reconnaît. Sourit.

    Édenté, presque chauve, décrépi, il a cependant une lumière dans ses yeux qui le rend immédiatement sympathique à tout un chacun. Il clopine vers elles, un grand sourire aux lèvres, une canne à bout de bras. Toujours plein de vie, malgré les sillons qui lui creusent la peau, les taches brunes sur son corps pâle, les raideurs de ses articulations. Il presse amicalement le bras de Tori, pose un baiser tremblant sur la joue d’Alba. Elles le saluent, soudainement radieuses. Leo se précipite vers elles, prend le vieil homme dans ses bras et le serre à l’en étouffer. Celui-ci pouffe et lui tapote la tête avec affection, tandis que les langoureuses jeunes filles qui lui faisaient la cour se vexent de ce désintérêt inexpliqué et tournent les talons. L’œil malicieux, il s’assoit sur le tabouret voisin et s’humecte les lèvres. « Dites-moi les filles, j’aurais besoin d’un petit service. Un transport. – Bien sûr, pas de problème ! – Mais pas pour moi. » Elles froncent les sourcils. Leo le dévisage, intrigué. « En fait, c’est pour le jeune homme là-bas, avec le loup blanc. Il m’est assez sympathique, et je lui ai promis de lui dégoter un bon navire. – On est pas des taxis papy. – Je sais, je sais. Il payera, je t’assure ma petite Tori. – Cher alors. Et c’est juste pour toi. On va dire qu’on te doit une dette. Pas envie que cette bande de cons nous prennent pour des moins que rien juste à cause de lui. » Elle crachait presque les mots. Le vieil homme éclata de rire et héla le garçon. Alba le dévisagea, dédaigneuse. Du gout de Tori, y avait pas photo. Peuh. Alba rejeta ses cheveux en arrière, agacée. Leo et elle échangèrent un regard, pour une fois d’accord sur un même point : pas touche. Et tandis que le brun avançait, le second posa mine de rien sa main sur celle de Tori, tentant vaguement d’entremêler leurs doigts tandis qu’elle levait les yeux au ciel, avant de les fixer sur le jeune homme. Bah, Alba allait le draguer, comme d’hab. Et puis, ça allait amener un peu de neuf. Au pire, sa sœur d’âme le tuerait sûrement, afin de récupérer tout son argent et faire honneur à sa réputation de pirate sanguinaire. Avenir réjouissant en perspective.

    BY .TITANIUMWAY


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natanael


avatar

Age du personnage : 20 ans

Familier : /
Couleur de magie : Rouge clair.
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : mercenaire / assassin
Résidence : maison en banlieue du lancovit.
Dans le sac : Porte très rarement un sac, mais a toujours plus que le nécessaire sur lui (comme dans les dessins animés quoi! :D)

Affinités : A voir...

MessageSujet: Re: HAHAHAHA nope [Natanael]   Mar 22 Avr 2014 - 1:24

Depuis quelques jours, j'étais traqué par... d'autres mercenaires.
 Généralement, il y a à cela deux explications: une personne charge un groupe de mercenaires d'en tuer un autre pour une raison quelconque ou, et c'était la plus courante, une faction chargeait ses membres de tuer un de leur ennemis.
 Il existe deux factions chez les mercenaires: les indépendants (assassins, pirates, guerrier seul...) et les académistes. La deuxième faction est celle qui la plus influente et le plus vaste, elle regroupe les assassins et mercenaires d'Etat et groupes armés subventionnés(sectes, pillards...).
 J'appartiens au groupe des indépendants et récemment, je suis devenu gênant. Du coup, les têtes de l'académie ont décidés de m'offrir un "aller simple pour l'enfer".
Forcément, qu'on est pas du même avis!


 Alors, quand j'ai vu le port d'où je devais embarquer, je me suis sentis soulagé. Enfin, j'allais pouvoir agir. Je les avaient semés dans la ville, de nuit. Le plan était simple: utiliser mon familier qu'ils avaient déjà vu pour les attirer dans un endroit à mon avantage.

 Les mercenaires avancent silencieusement. Parallèlement, un groupe de pirates se déplace dans l'ombre; plus bas, près des quais. Les deux groupes n'ont ni le même but, ni le même destin. Les uns sont là pour tuer ou être tuer, les autres, sont là pour s'amuser et ont encore beaucoup a faire avant de trépasser.

 Ces humains sont bêtes, en plus, ils ne respectent rien. Sauf Nat. Lui, il me respecte et il respecte les autres. Mais il ne faut pas l'énerver, encore moins lui barrer la route. Ces stupides mercenaires vont vite s'en rendre compte.
Tiens, d'ailleurs, ils arrivent.
 

 Enfin, les groupes repèrent leurs objectifs: la taverne et un loup blanc. Les premiers rentrent dans la taverne en hurlant; les deuxièmes se mettent à poursuivre le loup, en hurlant aussi.

 Rapport de la situation de Wolf à Nat: tout est en place, à toi.

Le groupe qui me poursuit depuis des jours va bientôt disparaître.

 Ils sont sur une place sombre, ils ne savent plus où est le loup. Un silence fragile s'installe.

C'est à moi d'entrer en scène.

 Ils sont silencieux, ils tendent l'oreille, regardent autour d'eux. Soudain, ils perçoivent un léger tintement. Le bruit se rapproche. Il y a un silence, comme une hésitation, puis le bruit reprend. Il est couvert par un long hurlement de loup.
Une ombre apparait, encapuchonnée. Elle tient une épée à large tranchant dans sa main, la pointe traîne par terre. Un moment, elle est immobile, tout est silencieux. Puis, l'ombre s'avance et le tintement reprend. L'ombre pénètre dans l'amas du groupe. A partir de ce moment, tout va trop vite, l'épée quitte le sol et trace une ligne sanglante, la capuche bascule, révélant un visage sombre, impitoyable. Le chassé devient le chasseur.
L'ombre pivote et une tête vole. Ce n'est qu'à ce moment là, que les trois survivants réagissent. Trop tard, un troisième à la poitrine transpercée, l'arme ressort dans une gerbe de sang, part une attaque, un autre corps tombe à terre, plus qu'un seul. Il veut fuir, trébuche et meurt.

 Voilà, c'est fini. Maintenant, Nat et moi devons aller dans un bar pour qu'il trouve un armateur avec qui embarquer.
 
 Trouver un équipage a était plus facile que ce que je pensais. Ce vieil homme est vraiment aimable de me proposer un navire. D'ailleurs, il me fait signe. Je me lève et avance tranquillement vers le capitaine et son second. Arrivé devants eux, j'incline légèrement la tête en signe de respect et salue: "Bonsoir, je m'appelle Natanael; appelez moi Nat: c'est plus simple".
Seriez vous d'accord pour me prendre à votre bord? Je paierai, et j'aiderai."

 Attendant une réponse, je fixe mes yeux dans ceux de la tête de le tatris qui m'a semblée la plus attentive. Je n'ai pas pris le temps de détailler mes interlocuteurs, je m'en fiche, je veux seulement une réponse.


Wolf :
 




"J'ai fait des choses que je regrette suffisamment... suffisamment pour y penser tout le temps."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://A venir... http://tara-duncan.actifforum.com/t3454-natanael-le-mercenaire-2-0refonte-en-cours-veuillez-patientez-svp
Isaak


avatar

Age du personnage : 267 ans

Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Trafiquant
Résidence : Krasalvie

MessageSujet: Re: HAHAHAHA nope [Natanael]   Mar 29 Avr 2014 - 6:03



    « Un bateau est une beauté et un mystère quelque soit l'endroit où on le voit. »



    Oh, un loup !

    Il s’avance, charmant, charmeur. Loup blanc sur les talons. Une épée dans le dos. Le visage de Tori s’éclaire, celui des deux autres se rembrunit. Un épéiste ! Le voyage promettait d’être plus amusant que prévu. « Bonsoir, je m'appelle Natanael ; appelez-moi Nat : c'est plus simple. Seriez-vous d'accord pour me prendre à votre bord ? Je paierai, et j'aiderai. » Comment te dire ? Bien sûr, c’était commis d’office. Alba rejeta ses cheveux en arrière, constatant que le jeune homme n’avait d’yeux que pour sa seconde tête. Un peu plus et elle lui explosait la gueule en reniant la promesse faite au vieux. Merde quoi. « Oui, bien sûr, nous négocierons le prix sur le bateau si tu veux bien. » Elle lui avait balancé son sourire Colgate mention « aime-moi et prosterne-toi devant ma supériorité absolue ». Leo ricana en silence et Tori se retint de sourire. Décidemment, elle n’était qu’hypocrisie et égoïsme. Aucune importance, c’est comme ça qu’elle l’aimait. « Ouais, d’ailleurs, tu veux y aller maintenant ou pas ? » La Tatris retint son souffle. Leur second avait volé la parole princière d’Alba. En temps normal il se serait pris un tonneau en pleine poire, mais en ce moment il s’agissait d’une lutte pour détourner l’attention de Nat, histoire qu’il ne reste pas trop collé à elle. Elle l’avait parfaitement compris, et leva les yeux au ciel. Même si être le centre de toute cette attention était flatteur, ça l’agaçait pas mal aussi.

    Elle posa sa main sur l’épaule du nouveau venu et le fit pivoter, décrétant ainsi que la discussion était close et qu’ils s’en allaient immédiatement. Leo jeta quelques pièces sur le comptoir, salua les jeunes filles d’un coup d’œil froid, et suivit les jeunes gens de très près, frustré de la présence séduisante du brun. Tori se perdait dans ses pensées, tandis qu’Alba tenait la conversation, véritable tête d’affiche habituée à être adulée par ses pairs. « Tu viens d’où ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Quelque chose de dangereux vu ces muscles. Hmm, ça nous sera utile, on se fait pas mal attaquer. Et on les extermine facilement d’ailleurs, mais ces abrutis sont masochistes sur les bords. » Ce qui n’était pas pour lui déplaire, songea son âme sœur. Il fallait rentrer au plus vite. Il fallait qu’elle vérifie quelque chose. Ce regard… Il avait l’air d’un sociopathe sanguinaire. Un assassin. Elle les connaissait bien, les amateurs de tuerie, elle cohabitait dans le même corps que l’une d’entre eux. Et puis, les membres de l’équipage risquaient de tenter quelque chose durant son sommeil si elles ne les prévenaient pas. Et se feraient tuer. Tori frémit imperceptiblement. Son regard croisa celui du loup blanc. En cas de problème, Corback ne ferait pas le poids face à ce monstre.

    Leo prit la main de Tori, nonchalant, le regard perdu dans le vide. Elle se mordit la joue pour ne pas pouffer. Jalousie de merde, qui apparaissait au mauvais moment, mais jalousie quand même. Et c’était foutrement attendrissant. Ils grimpèrent sur le navire et se firent accueillir par un concert de cris tonitruants plus ou moins articulés, le tout agrémenté de rasades d’alcool qui les trempèrent joyeusement. Le cormoran fut le premier à remarquer les intrus. Il croassa, battant des ailes, debout sur ses pattes palmées, dominant le pont de toute son envergure. Les pirates se rendirent alors compte de la présence de jeune homme, ainsi que de celle de l’imposant loup blanc. Certains se redressèrent, à peine éméchés malgré leur taux d’alcoolémie, hésitant à se jeter sur lui. Il faut dire que voir un type, comme ça, se balader avec leurs capitaines, c’était pas inhabituel, certes, mais pas avec Leo en même temps. Il lui aurait explosé la gueule bien avant. Tori se libéra rapidement de l’étreinte de son second. Comme prévu, ces andouilles allaient s’emporter et mener une guérilla aussi inutile que sanglante. « MINUTE BANDE D’ABRUTIS. LUI LA C’EST UN POTE. ET ON TOUCHE PAS AUX POTES. CAPICHE ? » Ils hochèrent la tête, vaguement conscients que non, le brun n’était pas leur pote. « Bon. C’est Nat. Il va voyager avec nous pour un bail, donc il va bouger son cul. Et il dort avec vous. » Regard appuyé. Ils maugréèrent. Pas de coup tordu pendant la nuit dans ce cas. Y avait le loup quoi.

    La Tatris emmena le jeune homme visiter sa cabine, qu’il partageait avec trois gaillards. Elle était composée en tout et pour tout de quatre hamacs superposés, quelques tiroirs pour ranger leurs affaires et une lampe incrustée dans le bois. Rustique en apparence, mais ils avaient construit le bateau ainsi à l’époque, et tenant compte du fait qu’il avait remarquablement tenu, on n’avait pas jugé utile de le moderniser. Et puis, ça rappelait des souvenirs. Attendrie, Alba caressa le mur. Pendant ce temps, Leo expliquait aux matelots ce que signifiait le mot « pote » dans le jargon de Tori. Du moins dans cette situation. Soit un passager recommandé par le vieux, possiblement utile et prêt à payer pour disparaître. Bien entendu, c’est surtout l’argent qui résonna à leurs oreilles, mais certains d’entre eux se rappelaient très clairement de papy, et branlèrent du chef. Pas touche. […] La Tatris se laissa tomber dans un hamac et dévisagea le brun. « Bon, tu vas où ? Histoire qu’on définisse le prix. Moitié maintenant, moitié à l’arrivée. »

    BY .TITANIUMWAY






    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
HAHAHAHA nope [Natanael]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calixte Jody Pearce - "La vie est trop courte pour se faire chier un samedi soir."
» Maps to the Stars ▬ Natanael
» HAHAHAHA, GROS NAZE. ( stuart ) ?
» Shiny ? Nope, moi j'ai des CHROMATIQUES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Royaume de VilainsRoyaume de Vilains-
Sauter vers: