AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Aelita. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: TingapourPartagez | 
 

 Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Dim 20 Nov 2016 - 21:11



♫ Little happiness to start again ♫
Un jour, désespoir et tristesse. Fond du néant, impossibilité de remonter à la surface. Douleur qui déchire en deux. Cocon établi, barrière entre la réalité et le rêve. Une semaine, pleurs et cris, cauchemars épouvantables. Impossibilité d’oublier son visage plus de deux minutes. Souvenirs qui vous hantent, qui vous rongent l’esprit. Deux semaines, barrière établi entre l’extérieur et la chambre où elle se réfugie. Douleur perpétuelle et immense. Pleurs moins présent mais déchirement toujours là. Trois semaines, refus de sortir, de revoir du monde, de revenir à la vie. Désir de rester dans le peu de souvenir qu’il lui reste, désir de rester dans cet état comme pour se punir. Cris, colère incontrôlés. Fatigue et faiblesse qui commence à se faire ressentir. Un mois, sommeil, sommeil profond qui s’apprêtent à être bénéfique. Sommeil de reconstruction, sommeil pour oublier la douleur. Non pas lui, lui elle ne pourrait jamais l’oublier mais oublier la douleur qui assiège sa poitrine, qui la déchire en deux, qui lui donne envie de vomir, de crier, de balancer quoi que ce soit contre le mur. Désir de vengeance contre elle assouvit, désir de paix. Deux mois…

Voilà deux mois qu’Alec était mort, deux mois plongés dans la solitude et la souffrance. Deux mois à refuser les visites, deux mois à pleurer chaque soir, deux mois à lui demander pardon, deux mois pour que la souffrance quitte son corps. Deux long mois qui se sont enfin arrêté. Deux long mois de douleur qui s’achève à présent…enfin en partie, elle s’achève le jour, revient de moins en moins forte la nuit. Deux mois à regarder les étoiles en se disant qu’il les regardait lui aussi. Deux mois à lui promettre qu’elle serait forte, deux mois pour parvenir à revenir à la réalité. Deux mois pour garder Alec dans son coeur sans que celui-ci lui fasse mal à chaque fois qu’elle pense à lui. Deux mois qui n’étaient bien pour personne. Pour elle, elle qui s’est réfugiée dans sa carapace, qui a pleuré toutes les journées, qui s’est dissipé, qui est enfin revenu. Deux mois durs pour son frère qui ne cessait de la voir dans cet état sans vraiment pouvoir faire quelque chose quand elle ne lui fermait pas la porte au nez. Peut-être aussi deux mois durs pour sa meilleure amie, sans doute mise au courant par son frère ou part quelqu’un d’autre. Deux mois qu’elle ne l’avait pas revue et deux mois qu’elle profitait de chaque occasion pour se rabaisser plus bas que terre. Mais deux mois qui se terminait, deux mois de deuil terminé. Deux mois qui ont assouvie à une renaissance. Deux mois pour renaître, plus forte, plus femme qu’elle ne l’était. Deux mois pour pouvoir enfin tenir la promesse qu’elle avait faite à Alec…rester forte. 

Aujourd’hui était un nouveau jour, un jour de renaissance. Pour une fois elle s’était levé le matin avec l’ambition de sortir dehors. De revoir la lumière, de revoir du monde peut-être Amber qui sait. Elle avait compris un tas de chose pendant son mutisme, elle avait grandi…en même temps comment aurait-elle pu rester enfant avec ce qui lui es arrivée? Alors elle venait de se réveiller s’étirant et gommant les dernières traces de rêves où elle revoyait Alec dans une marre de sang. Elle s’était levé et pour une fois elle s’était lavée correctement, habillée de sa tenue de Voleuse Patenté et s’était regardée dans le miroir. Elle regarda ses long cheveux bruns ternes et sans doute plein de fourche, d’un coup de doigts, elle y remédia leur rendant leur naturel. Sa mèche blanche descendait le long de son visage plus creusé qu’à l’ordinaire. Ayant perdu ses courbes enfantines. Ses yeux ternes et cernés mais toujours aussi profond, moins pétillant mais toujours déterminé. Son corps, moins musclé, mais aussi beaucoup plus mince après quelques semaines à refuser de manger ou de ne croquer que dans une pomme. Une Mara transformée, une Mara plus femme qui aurait voulu rester enfant. Elle poussa un long soupir et alla vers la fenêtre où elle apercevait le soleil flamboyant. Volet ouvert pour la première fois depuis deux mois en plein jour. 

« C’est le jour Alec, je t’avais promis que je serais forte, et je serais forte. Je vais tenir ma promesse, la promesse que je t’avais fait, notre promesse. Notre petite éternité… »

Elle tourna le dos à la fenêtre avant de se laisser emporter par la douleur de ces derniers mois. Elle se dirigea lentement vers le palais. Les gens semblait surpris de la voir, il s’inclinait auprès d’elle, lui demanda de ses nouvelles et elle finit par incanter un Transmitus, ne pouvant parler à tout ce monde qui avait l’intention de lui faire retomber dans la douleur. S’ouvrir au monde était quelque chose de compliqué après une telle absence…elle avait promis, mais elle ne pouvait pas faire des miracles. Elle arriva à l’Académie bien décidée à se défouler histoire d’occuper son esprit à quelque chose,et de ne s’occuper de rien à part de l’entraînement qu’elle allait faire. La détermination se lisait sur son visage. Son envie de revenir à la vie était flagrant bien que compliqué. Elle traversa le hall sur la pointe des pieds. Désirant rester dans le silence…doucement ne pas brusquer son retour cela ne servirait à rien. Malgré les deux mois passé tout cela était bien encore trop tôt pour tout oublier. Elle voulait recommencer la vie sur une bonne base, ne pas se tromper. 

Au moment où elle allait entrer dans sa salle d’entrainement elle remarqua que celle-ici était occupée, elle regarda par la porte et vit une belle brune s’entrainer. Son coeur se gonfla de bonheur quand le visage fin de sa meilleure amie lui apparut. Elle s’entrainait, fluide dans ses mouvements, redoutable et pourtant si belle. Même quand elle s’entraînait, même quand elle était en colère, elle était belle et Mara ne pouvait se sentir faible comparé à elle. C’était une faible, une faible qui préférait se réfugier dans la douleur plutôt que de continuer la vie, mais une faible qui avait grandi, une faible qui voulait revenir. Quoi de mieux que de retrouver son amie pour se reconstruire. Elle s’en voulait, de cette absence, pourtant les quelques messages qu’avait envoyé Amber…elle y avait répondu…plus tard…elle avait eu un temps déconnecté et depuis les dernières semaines elle avait recommencé à parler doucement avec sa meilleure amie, même pour des choses futiles. Un « bonjour » de temps en temps, un « comment vas-tu » et du moment que sa meilleure amie lui disait qu’elle allait bien, cela lui redonnait un peu de courage. 

Alors qu’elle regardait sa meilleure amie se mouvoir tout en délicatesse et en force. La jeune femme brune finit par se rendre compte qu’on l’observait et elle tourna son visage vers celui de l’Héritière qui sursauta par ce mouvement soudain. Elle rougit, prise en flagrant délit. Peut-être Amber avait-elle parié que Mara serait partie sans demander son reste, mais cela n’allait pas avec le nouvel état d’esprit de la jeune fille. Elle ouvrit d’avantage la porte et s’y engouffra doucement tout en regardant sa meilleure amie. Elle lui fit un sourire, un triste sourire mais elle n’avait pas réussis à faire mieux

« Sa…Salut… »

Elle n’avait pas su quoi dire d’autre et cela pouvait paraître très succinct mais c’était la première fois depuis deux mois que les deux jeune femme se revoyaient. Elle lui avait tellement manqué...
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Dim 20 Nov 2016 - 23:42

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Amber était en colère. Puis triste, puis encore en colère. Elle ne cessait d’être dans ce cercle vicieux ou les mêmes sentiments se répètent chaque jour pendant des mois. Deux mois qu’elle n’avait pas vu sa meilleure amie, alors qu’elle avait tant à lui dire. Elle comprenait, cela dit, qu’elle se renferme sur elle-même. Le deuil était ce qu’il y avait de pire dans la vie, la jolie brune en était bien consciente, oh que oui. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de harceler Mara de messages, et cette dernière lui répondait rarement un message faisant plus d’une phrase. Apparemment, elle ne sortait presque pas de sa Suite, refusant de manger, d’assister à des bals, des réceptions et tous ces trucs d’Héritiers. Ce n’était même pas elle qui lui avait annoncé la mort d’Alexander, c’était son frère. Un message très court, insignifiant, confus. Comme à son habitude, en bref. Il lui avait annoncé l’horrible nouvelle car sa jumelle n’avait pas pu, n’ayant pas la force, Amber n’avait pas répondu à son message. Elle se disait juste que Mara avait perdu celui qu’elle aimait, la seule personne qu’elle aie jamais aimé réellement et cela devait la détruire au plus haut point. La jeune femme n’arrivait pas à s’imaginer à la place de sa meilleure amie. S’il arrivait quelque chose à Jar, bien qu’ils ne soient pas ensemble, elle serait dévastée. La personne qu’elle désirait le plus au monde ne serait plus là et elle n’aurait plus le goût de la vie, le courage de se lever le matin. Alors, elle comprenait son amie malgré tout et malgré le fait qu’elles ne se parlent plus, comme si elle avait disparu de la surface d’Autremonde en même temps que son petit-copain.

Elle se disait aussi que deux mois pour faire le deuil, c’était tellement long. Elle devait souffrir. Elle n’imaginait pas l’état de son amie… Pleurer tous les jours, toutes les nuits, à chaque instant se rappeler de la mort de l’être aimé, le cœur déchiré, brisé en mille morceaux. Cela devait être si dur. Pourtant, Amber n’avait pas eu la chance de Mara. Elle n’avait pas pris le temps de faire le deuil, elle avait oublié son père instantanément. Comme s’il n’avait jamais existé, comme si elle ne l’avait jamais aimé, comme s’il n’avait jamais été tout pour elle. Alors qu’au contraire, il était toute sa vie à l’époque, la seule personne qui était là lorsque rien n’allait plus.

Amber sortit de sa torpeur et s’étira sous les draps. Elle souleva délicatement la couette qui la recouvrait et la tenait au chaud et sentit la fraîcheur du matin recouvrir sa peau, des frissons la parcourant. Elle fonça aussitôt sous la douche, savonnant son corps énergiquement, en pensant à ce qu’il se passerait si Alec était toujours en vie ou encore si Jar lui donnait autant d’amour qu’elle n’en avait pour lui. Ce serait le rêve, mais justement, ce n’était qu’un songe et il fallait qu’elle le réalise. Oh elle l’avait bien compris mais c’était si dur à accepter. Mara n’était pas au courant de pas mal de choses mais elle n’en avait sûrement rien à faire, après tout elle était en deuil et il fallait la laisser seule, la laisser respirer. Amber savait ce qu’il fallait faire dans ces moments là et elle avait conscience que sa meilleure amie reviendrait le moment venu, lorsqu’elle serait prête à affronter la vie seule.

Elle s’habilla d’un short, laissant apparaître sa cicatrice sur le genou droit, et d’une brassière de sport puis enfila ses baskets. Après s’être attaché les cheveux en une queue de cheval et avoir balancé dans un sac une bouteille d’eau, du savon et une serviette propre, elle sortit de l’appartement qu’elle avait loué à Tingapour pour aller s’entraîner au Palais dans une salle de sport qu’elle avait trouvé en traînant là-bas (entre nous elle cherchait Jar ou plutôt elle l’épiait, puis elle était tombée sur une salle d’entraînement par hasard). Dix minutes plus tard, elle frappait ses poings nus contre un punching-ball. Après s’être défoulée un bon moment, elle s’entraîna à différentes techniques de combat. Elle s’était d’abord échauffée et avait réalisé un parcours qui consistait à escalader des « murs », à ramper, à s’agripper à des cordes. Sentant ses muscles travailler, elle soupira de soulagement. A présent, elle incanta et des adversaires apparurent, programmés pour essayer de la mettre K.O. Elle s’élança sur le premier homme qu’elle assomma d’un coup de poing dans la tempe, et fit un tour sur elle-même pour sauter et lancer un coup de pied dans le ventre du deuxième. Après un corps à corps cruel avec le seul survivant, elle essaya de refaire ses mouvements encore et encore, pour mieux les réaliser. Elle lançait des coups de pied dans le vide, tournant autour d’elle-même. Elle se courbait pour donner de la fluidité à ses attaques, ses coups de poing se faisant plus gracieusement.

Soudain, elle sentit une désagréable impression qu’on la fixait. Les sourcils froncés, elle s’arrêta net et fit volte-face pour apercevoir la personne qu’elle n’aurait jamais pensé rencontrer aujourd’hui ou même pendant encore au moins deux mois. Mara se tenait à quelques mètres d’elle, devant la porte. Amber pensait qu’elle allait fuir mais au contraire, elle s’avança dans la pièce et après un triste sourire, lança un vague « Salut ».

La belle brune ne savait pas comment réagir. La panique laissa place à l’inquiétude puis à la compréhension et enfin à la colère. Elle ressentait tant de choses ces derniers temps qu’elle devait évacuer tout cela mais ce n’était pas le moment d’extérioriser ses sentiments, pas ici alors que sa meilleure amie était là. Elle laissa tomber ses bras le long de son corps et sa main se dirigea instinctivement sur sa cicatrice, comme toujours lorsqu’elle ne savait pas vraiment quoi faire. Elle ne voulait pas non plus que Mara voie cette vieille balafre qui lui était due à une bagarre assez violente. Même petite, elle se battait déjà pour ce qu’elle croyait être juste… Une vraie guerrière celle-là. Elle passa une main sur son front et fit quelque pas en direction de la belle brune, qui avait beaucoup maigri. Ses joues autrefois bien fermes, les pommettes saillantes et le regard pétillant, tout cela n’était plus qu’une illusion. A présent ses joues étaient creuses et son teint pâle, ses yeux laissaient entrevoir des lueurs étranges, comme si quelque chose manquait. Ses yeux n’avaient plus cette joie et cette chose qui menaçait d’exploser. A présent, elle avait l’air si... Terne, banale. C’était bien ce que faisait le deuil.

Amber fit encore un pas et prit son amie dans ses bras, qu’elle serra fort contre elle. Elle lui avait manqué, cette petite bouille et ses longs cheveux bouclés, ce beau sourire qu’elle arborait il y a deux mois qui s’était transformé maintenant en quelque chose d’accessoire. Elle dé-serra son étreinte pour laisser de l’espace à la jeune Voleuse.

Le regard flamboyant et la mâchoire crispée, elle sourit avec beaucoup de mal, essayant de ne pas crier sur son amie pour l’avoir quasiment ignorée pendant deux interminables mois. Et elle dans tout ça ?! Elle aussi avait souffert ! Elle se faisait utiliser, le jeu de séduction remplissant sa vie de confusion et de désespoir, et Mara revenait comme une fleur ? Non elle perdait la tête, ce n’était pas de sa faute… Elle était en deuil.

« Ehhh coucou toi. Alors comme ça la grande Mara est sortie de son antre ? »

Elle rit nerveusement à sa tentative d’humour, espérant que la petite brune ne pleurerait pas durant leur conversation, Amber ne saurait comment la consoler. Pourtant, elles avaient pas mal de choses à se dire, elles devaient discuter. Elle saurait être patiente, pour une fois. Elle devait bien le faire pour sa meilleure amie. Elle avait perdu l’amour de sa vie après tout et ce n’était pas rien, bien au contraire.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Lun 21 Nov 2016 - 18:42



♫ Little happiness to start again ♫
Coeur bercé par l’amitié, coeur qui pour une fois ne fait pas mal, coeur qui essaye de calmer ces sentiments. Coeur qui pour une fois est bien. Revoir sa meilleure amie lui avait fait contre toute attente une grande bouffée d’oxygène, comme si revoir Amber pouvait réparer un peu ce qui était cassé. Mara savait que la grande brune serait toujours là pour elle et ça malgré sa tentative lamentable en terme d’humour, et malgré son impatience qu’elle essayait de contrôler et malgré la fureur qu’elle ressentait et qu’elle avait envie de déverser sur Mara pour l’avoir autant ignoré. La jeune Héritière ressentait tout cela à présent, elle qui d’ordinaire ne savait comment réagissait les autres avec elle, elle était en train de se redécouvrir. Elle apprenait à s’ouvrir une nouvelle fois au monde et cela grâce à de nombreux efforts et revoir sa meilleure amie ne pouvait que la faire aller mieux…enfin elle l’espérait. Elle savait aussi qu’elle devait rester forte aujourd’hui, qu’elle n’avait pas le droit de pleurer. Qu’aucune larme, qu’aucune douleur ne devait se faire ressentir sur son visage. Elle ne pouvait pas continuer dans cette souffrance, elle savait que si Alec la voyait dans l’état qu’elle avait été, il se maudirait de lui avoir fait tant de mal. Il était temps de se reconstruire de reprendre la vie et quoi de mieux qu’une Amber de bonne humeur? Qu’une Amber un peu maladroite mais extrêmement touchante? Une Amber même avec un humour comme qui dirait très inapproprié à la situation mais qui arrive à vous faire décocher un sourire? C’était ça une amie, est une vraie. Sans s’en apercevoir Mara esquissa un faible sourire vers sa meilleure amie. Amber avait le droit de savoir que Mara était contente de l’avoir et même si elle ne lui disait pas franchement, la Voleuse arriverait à la comprendre. C’était ça l’amitié. 

Mara se déplaça et alla chevaucher un muret pour s’assoir. Elle attendit que sa meilleure amie la rejoigne, elle avait tant de choses à se dire et ce depuis tout ce temps. Mais Mara avait peur d’aller trop vite, de se laisser emporter par ces sentiments, il ne fallait rien brusquer et pourtant elle avait envie de tout lâcher, d’expirer, de raconter ce qu’elle avait ressenti, de se confier. Mais en faisant ça, on lâchait une bombe à retardement. Bombe qui ne tarderait pas à revenir à la triste réalité. Bombe qui se mettrait à pleurer. Bombe qu’on ne pourrait arrêter et surtout qu’on ne pourrait consoler et de nouveau l’isolement et la douleur. C’est à cela qu’elle essayait d’échapper en retrouvant son amie. A la douleur de la perte de l’être aimé. Alec voulait qu’elle continue la vie, pas qu’elle se laisse dépérir et même si pendant quelques semaine c’est ce qu’elle avait fait, elle avait l’intention de se reprendre en main…enfin du moins essayer. 

« On peut dire ça comme ça, commença-t-elle doucement, « La Grande Mara » comme tu dis, elle n’était pas dans toute sa splendeur il y a quelques jours, essaya-t-elle de rire mais cela lui laissa un goût amer sur la langue, elle était même vraiment très bas…mais bon il faut bien que je me reprenne non? »

Elle esquissa vers sa meilleure amie un sourire faiblard consciente, de son air pathétique, mais elle n’y pouvait rien. Amber semblait prête à sautiller sur place, elle avait l’air d’avoir tant de choses à lui raconter. Mara ne pouvait pas se morfondre sur son propre malheur, il fallait qu’elle retourne vers les autres comme elle avait toujours fait auparavant. Voir Amber sautillant lui donna la drôle impression de se voir quelques mois avant. Toute souriante, plein de joie de vivre, prête à raconter à sa meilleure amie, le dernier ragot. A lui raconter ce qui lui était arrivée et qui ne pouvait arriver qu’à elle. Elle était descendu bien bas, maintenant qu’on la voyait on avait plutôt l’impression qu’elle sortait d’une dépression, qu’elle n’était pas heureuse et qu’elle ne retrouverait jamais cette petite flamme dans ces yeux. Elle chassa d’un mouvement de tête les pensées noirs qui commençait à l’assiéger et balança ses jambes dans la vide cherchant un moyen pour qu’Amber parle et la noie dans ses paroles, lui raconte ses problèmes, lui demande des conseils. Elle était peut-être bizarre mais elle avait l’impression qu’elle avait envie d’entendre les problèmes des autres et d’essayer de les résoudre plutôt que de rester sur les siens. C’est une solution bien pratique quand on désire se vider la tête, mais elle ne savait pas si ça marcherait sur elle. Le naturel revient en galop, le manque de confiance est flagrant, encore plus qu’auparavant. 

« Je vois que tu sautilles comme une puce, tu as tant de choses à me raconter? Allez ne me fait pas languir, dis-moi tout »

Elle avait l’impression de tenir le rôle qu’Amber avait tenu pour elle jusqu’à présent. Une grande soeur, Amber avait toujours était sa forme de grande soeur, à écouter ses problèmes, certes une grande soeur franche colérique mais une grande soeur qui l’aimait vraiment. Et maintenant que c’était elle qui demandait à son amie de lui raconter ce qu’il n’allait pas, elle se voyait un peu dans ce rôle…ou alors était-ce juste pour réconforter sa conscience en se disant qu’elle ne souhaitait pas écouter les problèmes de son amie pour échapper aux siens. Elle redressa docilement la tête et fit un petit sourire à son meilleure amie dans l’espoir de l’encourager à parler. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mar 22 Nov 2016 - 18:55

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Un mouvement de tête, pensif. Comment ça, elle sautillait sur place ? Elle était juste très heureuse d’enfin retrouver sa meilleure amie, quoi de plus normal que cela ? Amber sourit vers Mara et réfléchit à ce qu’elle pourrait bien lui dire. Elle avait bien compris que son amie préférait ce concentrer sur les problèmes des autres, mais elle avait aussi envie de s’exprimer, cela se voyait. Depuis leur étreinte, une lueur famille s’était comme rallumée dans les yeux de l’Héritière ce qui faisait très plaisir à la belle brune. Elle ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’elle devait traverser. Elle devait avoir envie d’exploser et pourtant elle restait calme comme si ces deux derniers mois l’avaient entièrement changée. Elle arborait un air plus adulte mais aussi maigre peut-être un peu trop mais cela se comprenait.

Elle passa une main sur son genou, cachant sa cicatrice et commença à raconter sa vie depuis deux mois la première. Elle n’avait pas grand-chose à dire, elle était juste heureuse de voir que la brunette voulait continuer à vivre. Elle n’avait pas eu l’impression d’être importante pour elle depuis la mort d’Alec, elle avait été vraiment vexée de voir que Mara, au lieu de d’habitude lui parler directement, s’était renfermée sur elle-même. Elle aurait aimé que sa meilleure amie soit la seule personne à la mettre au courant de son décès, elle aurait aussi apprécié être la seule (du moin une des seules) avec qui Mara pouvait discuter et pleurer. Parce que même si Amber avait du mal à consoler les gens, enfin c’est ce qu’elle pensait, elle aurait adoré voir que sa meilleure amie avait besoin d’elle. Au lieu de ça, elle l’avait laissée tomber.

Et elle n’avait pas été la seule à souffrir puisque la Voleuse subissait régulièrement la douleur de l’amour, parce qu’aimer, ça faisait du mal. Surtout avec Jar qui s’amusait lui, dans ce jeu auquel elle avait accepté de jouer. Pourquoi avait-elle fait cela ? Elle savait très bien qu’il ne l’aimait pas… Elle avait rapidement compris la raison de ses actes, elle voulait juste vivre dans ce fantasme car c’était la chose qui se rapprochait le plus du vrai amour. D’habitude, Amber n’était jamais triste, mais depuis deux mois elle se sentait assez vide, ses émotions se mélangeaient très fréquemment et elle avait encore plus de mal à les gérer qu’en temps normal. Pourtant pas sensible pour le moins du monde, une larme coula le long de sa joue. Elle l’essuya, faisant semblant de se gratter au cas-où Mara l’aurait remarqué.

Elle inspira un grand coup en réfléchissant par quoi commencer puisqu’il n’y avait pas beaucoup de nouveauté dans sa vie.

« Bah écoutes rien. J’ai eu quelques missions, je m’entraîne régulièrement comme tu peux le voir… J’ai vu certains amis et puis voilà. »

Elle se tourna vers son amie et lui sourit doucement. Cette dernière la fixait d’un air peu convaincue, comme si elle s’attendait à se faire engueuler. Rien que ce regard venait de déclencher chez Amber de la colère car elle se rappelait que même si elle était parfois sortie, elle s’était sentie plus seule que jamais, souvent chez elle à regarder les infos politiques espérant voir Mara quelque part. Elle n’avait pas non plus revu Jar depuis la fameuse soirée au Château du Lancovit après la réception. La belle brune serra les poings essayant de se calmer mais c’était bien trop tard. Même si elle se devait de compatir et de tenir le rôle de celle qui console avec Mara, elle avait l’impression que c’était elle qu’il fallait consoler. Elle se sentait juste inexpressive, neutre, vidée de sa joie habituelle ou de son air colérique montrant qu’elle menace d’exploser à chaque seconde.

Elle jeta sans s’en rendre compte un regard noir vers son amie. Elle aurait eu envie de remuer le couteau dans la plaie, lui rappeler la mort d’Alec. Elle aurait voulu lui montrer qu’un deuil ne devait pas être aussi long, qu’elle aurait dû ressortir de son « coma » depuis des semaines. Elle aurait dû être plus forte que cela. A la place, elle avait fui la vie et avait sombré dans la douleur, la tristesse, le désespoir, la rage. Elle n’aurait pas dû.

« Tu ne m’as même pas prévenue. Tu sais qui me l’a dit ?! JAR ! On aurait dû se voir… J’aurai pu t’aider. Je te rappelle que je sais comment ça se passe au cas où tu l’aurais oublié et je suis en colère. Ne m’en veux pas je t’en prie, mais je ne peux pas juste te dire que tout va bien. Je sais que je devrais compatir pour la mort d’Alec, mais rien ne va ! Je vais me comporter comme une fille égoïste mais je suis comme ça au fond, et aussi parce que j’ai tout pris personnellement ! Tu ne répondais presque pas à mes messages et je t’ai laissé du temps et de l’espace car je sais que j’en aurai besoin à ta place. Mais que tu n’es pas daigné me voir une seule fois… Deux mois putain ! Tu te rends compte ? Je suis injuste et je suis sûrement dans le rôle de la méchante. Je me comporte comme une salope mais tu n’as pas été la seule à avoir souffert ces deux derniers mois. »

Ce discours était sorti d’une seule traite, elle avait dit tout ce qu’elle pensait, elle s’était pour une fois exprimée clairement mais pourtant ses paroles lui semblaient si floues, si étranges. Ce n’était pas clair et Mara n’allait sûrement pas vraiment comprendre de quoi elle parlait. Elle parlait bien évidemment de Jar, qui l’utilisait comme bon lui semblait ce qui était bien malheureux… mais la belle brune ne voulait pas le dire à sa meilleure amie, c’était trop important pour elle pour qu’elle le lui dise, elle n’avait pas envie d’entendre Mara défendre son frère ou de lui faire croire que « oui mais il t’aimera un jour ne t’inquiète pas ». Cela ne marchait pas avec Amber, elle avait beaucoup trop les pieds sur terre pour tomber dans le panneau. Elle était trop réaliste, elle savait qu’il ne l’aimerait jamais. Rien que cette pensée lui provoqua une grimace douloureuse, et comme un coup de poing dans le ventre. Elle avait tellement mal.

La jeune femme se leva et commença à marcher avant de se mettre à péter un câble ou même à pleurer. Après tout elle ne gérait plus rien en ce moment, alors pleurer devait être si facile à présent. Elle qui d’habitude n’était jamais triste, se lamentait sur son sort. Jar la changeait, elle devenait sentimentale ou quelque chose du genre et elle n’arrivait pas à l’accepter. Elle ne voulait pas accepter d’être amoureuse de lui même si cela sautait aux yeux.

« Je suis désolée… Je ne sais pas ce qui m’a pris Mara. Je t’en prie, oublies ça. Dis moi plutôt comment tu te sens, si tu veux t’exprimer… Vas-y je t’assure que je peux te comprendre mieux que personne. »

Elle essayait de changer de sujet même si elle était persuadée que son amie ne lâcherait pas le morceau et essayerait de creuser jusqu’à savoir de quoi elle avait parlé exactement. Amber ne savait même pas si elle allait le lui dire. Comment annoncer que son frère jumeau et elle-même était en quelque sorte dans un jeu de séduction et de manipulation de la part du beau brun ? Ce serait difficile, très difficile.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mer 23 Nov 2016 - 0:19



♫ Little happiness to start again ♫
Incompréhension, sentiment d’injustice enfoui au plus profond de sa poitrine. Envie de crier, envie de pleurer. Avant de dire à sa meilleure amie toute la souffrance qu’elle avait ressenti, tous les sentiments décuplés qui se mélangeait dans sa tête. Elle aurait voulu lui faire revivre avec elle les deux mois passés, elle aurait voulut lui montrer la douleur qu’Amber avait déjà connu, elle aurait voulu lui montrer à quoi ressemblait un deuil et elle était en train de se demander ce qu’aurait ressenti sa meilleure amie si jamais son frère avait eu un problème. L’amour est un sentiments fort, passionnel mais extrêmement douloureux. Etait-ce car Jar semblait jouer avec sa meilleure amie qu’elle n’arrivait pas à saisir ce sentiment? Mais Mara ne pouvait pas, tout simplement car la souffrance ne se partageait pas de la même façon. Certes sa meilleure amie avait dû souffrir de son côté, Mara n’était pas la seule à exister depuis ces deux mois et elle ne savait pas ce qu’il s’était passé, mais était-ce une raison pour lui rejeter à la figure la mort de celui qu’elle aimait? 

Mara n’en voulait pas à sa meilleure amie, tout simplement car elle ne savait pas comment s’y prendre, car elle s'est sentie seule et qu’à part elle, Amber n’avait personne à qui se confier alors que la jeune Héritière avait son jumeau, qui la connaissait mieux que personne. Amber elle n’avait personne, devait affronter les difficultés seule, survivre seule, régler ses problèmes comme une adulte avant qu’elle n’en ai l’âge. Mara elle avait eut son frère, elle l’avait toujours et elle était bien plus aimé qu’elle ne le croyait, mais dans des moments difficiles vous ne faites plus attention à la chance que vous avez de vous sentir ainsi aimé car la personne qui représentait cet amour. Cet amour représentait dans un seul être venait de s’évanouir. L’aboutissement de ce bonheur, de cette chance était parti en l’aimant. Mais sur le coup on ne pense pas à ça. 

Mara comprenait mieux qu’avant ce qu’avait dû ressentir sa meilleure amie, le sentiment d’être rejetée, trahie, d’être délaissée par sa propre amie au détriment d’un malheur et d’une souffrance qu’elle aurait pu déposer sur d’autres épaules que sur les siennes, mais ce qu’Amber ne savait pas c’est que Mara n’avait pas voulu la faire souffrir. Lui faire vivre son deuil avec elle, ne pouvait que remuer le couteau dans la plaie pour la jeune femme qui avait perdu son père. Mara avait voulus l’éloigner des cris et des larmes de ce sentiments si horrible qui naît d’un sentiment heureux…mais peut-être n’aurait-elle pas dû…peut-être Amber aurait été contente de soutenir un peu cette douleur. Maintenant le mal était fait et Mara comprenait sa meilleure amie, même si elle avait bien envie de lui dire qu’elle aurait préféré l’entendre se lamenter plutôt que de vivre cette sensation et cette épreuve elle se retint tout simplement car même si quelque chose d’horrible lui était arrivée, elle n’était pas la seule à vivre encore et que d’autre problèmes étaient nés. Problèmes que sa meilleure amie refusait de dire pour l’instant mais que l’Héritière allait découvrir, bien évidemment elle savait de quoi elle voulait lui parler. Sa façon de prononcer son prénom, sa façon de parler de ses problèmes juste après l’avoir évoqué. Mara savait que Jar avait encore fait du mal autour de lui. Mais pour être franche pendant ces deux mois elle s’en était complément fichue que son frère fasse son connard avec tout autre personne qu’elle. Trop occupée par elle, par ces malheurs…Amber n’était pas plus égoïste qu’elle et maintenant qu’elle se revoyait, elle voyait que son départ de deux mois avait aussi laissé des séquelles. Moins importante que le départ du beau brun mais quand même un sentiment de rancoeur dans le coeur de sa meilleure amie déjà bien chamboulé par de nouvelles choses. 

Mara descendit de son perchoir et se déplaça vers sa meilleure amie, oubliant le regard noir qu’elle lui avait lancé, oubliant les reproches qu’elle lui avait fait. Oubliant tout ce qui pouvait la faire retomber dans le chemin de la colère ou de la tristesse, elle était là pour sa meilleure amie. Elle la prit dans ses bras et la serra contre son coeur. Inspirant le parfum de ses cheveux, inspirant son odeur familière, savourant ce contact qu’elle avait si peu eu avec sa meilleure amie. Oubliant les larmes qui piquaient le bord de ses yeux, voulant profiter de ce moment magique avec son amie. La connexion de deux coeurs troublés, mais chacun soutenu par l’amour que l’autre lui portait. C’était si triste de se disputer pour des choses qui n’aurait pas du…elles n’avaient pas besoin de ça toutes les deux et au lieu de se rejeter la faute dessus, elle devrait plutôt se consoler et se soutenir mutuellement. 

« Certes, certes tu te comportes comme une égoïste à ce moment, tu te comportes comme une fille qui a besoin du réconfort des autres et je ne vais pas te le cacher, mais saches que je suis aussi égoïste que toi. Pendant ces deux derniers mois, je me suis concentrée sur ma douleur, j’ai fermé la porte à l’extérieur, je ne désirais voir personne, je ne voulais pas les faire tomber dans ce cercle vicieux que j’avais chaque jour, je ne voulais pas voir de pitié, je voulais revenir une fois que cette épreuve serait fini. Et même si elle est pas finit, et même…et même si c’est encore dur, je suis revenue car ne pas te revoir m’étais insupportable, oh Amber quand comprends-tu enfin que j’ai réellement besoin de toi et pas seulement pour qu’on se marre un bon coup toutes les deux? J’ai besoin de toi car tu es mon amie et car tu es toujours là quand ça ne va pas. Alors j’ai fait mon égoïste en t’écartant de moi, je ne voulais pas que tu me vois dans cet état, c’est tout. Je n’ai jamais voulu te faire de mal, au contraire je voulais éviter de t’en faire…mais je n’ai pas réussis tout simplement car si on veut que ça marche il faut qu’on soit ensemble. Et tu ne seras jamais une salope, malgré ton fort caractère, tu n’es pas une fille mesquine, tu n’es pas non plus une fille horrible, tu n’es pas tout ce dont tu voudras te traiter…tu es ma meilleure amie et je te remercie pour ça »

Elle prit ses mains dans les siennes et planta son terne regard noisette dans celui brillant de sa meilleure amie. Elles s’étaient manqués elle avait besoin de se retrouver. Elle finit par lâcher les mains de son amie, espérant ne pas s’être trompée encore une fois en lui disant tout cela, mais cette aventure avait eut le temps de la faire réfléchir, il fallait qu’elle soit franche, qu’elle lui dise ce qu’elle ressentait. Oubliant le poids qui lui serait le coeur et qui allait devoir la faire souffrir, elle prit une profonde inspiration et décida de se lancer sur le sujet qu’elle aurait voulus éviter aujourd’hui…elle était censé ne pas se laisser aller par ces sentiments, réprimer ces envies de pleurer, réprimer ses images, limiter cette tristesse, mais en abordant le point qui faisait mal à sa meilleure amie, elle se condamnait à la douleur. 

« Ne me caches rien Amber, je peux autant t’aide que toi tu le fait, mon état n’est pas à prendre en compte aujourd’hui, moi j’ai eus deux mois. Deux long mois comme tu l’a dit pour me faire part de mes sentiments mais toi personne ne t’a demandé comment tu allais et je m’ en veux…enfin je n’ai pas vraiment eus le choix, mais si j'avais pu je ne t’aurais jamais laissé seule autant de temps si j’avais su que tu avais besoin de te confier...alors maintenant que je suis là, épargne moi le fait que tu sois désolée de m’avoir dit ça je le sais, je le sens, arrête de te traiter de tous les noms cela ne résoudra pas ton problème mais plutôt explique moi ou si tu n’a pas envie, si tu ne peux pas alors parlons d’autre chose, allons prendre un verre, comme au bon vieux temps quand on se moquait des filles qui passaient dans la rue »

Depuis le début de leur rencontre Mara lui offrit un vrai sourire, elle avait besoin de se retrouver au bon vieux temps, elle en avait besoin. Oublier un peu ce pour quoi elle était si triste, se concentrer sur Amber, l’aider. C’est tout ce qu’elle voulait, mais elle voulait surtout enlever les peines que son frère mettaient dans le coeur de la belle brune. 

« Quoi que t’ait fait mon frère Amber, si c’est de lui ou pas dont tu veux me parler, je t’écouterai et je serais la plus objective possible, ce n’est pas parce que c’est mon frère qu’il a tous les droits et si il te fait du mal j’ai autant le droit de le savoir. Car si il y a bien une chose que je ne supporterai pas est que deux personnes que j’aiment se fasse du mal entre elles… »

Essoufflée d’avoir tant parlé, elle essaya de reprendre tant bien que mal son souffle. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas autant parlé et pour ça il fallait féliciter Amber qui avait réussis à lui faire dire plus de choses qu’elle n’avait prononcé en deux mois. Etrangement un doux sentiments berçait le coeur de Mara et elle espérait qu’il continuerait. 

« Un chocolat chaud ça te dis? dit la jeune brune avec un petit sourire » 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Dim 4 Déc 2016 - 19:40

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



La colère d’Amber laissa place à de l’étonnement, puis à de la réflexion. Sa meilleure amie avait l’air si grandie de cette affreuse aventure, elle avait l’air bien plus mature et réfléchie. Elle venait de prendre au moins deux ans d’âge mental d’une traite. Elle qui, d’habitude, était si enfantine. Elle examinait bien mieux les situations, elle n’avait plus qu’à lire dans les yeux des autres. C’était ce que la belle brune ressentait. Elle laissait Mara terminer son discours, la faisant parler pendant de longues minutes où celle-ci semblait vouloir s’expliquer, s’excuser aussi. Elle partageait également ce qu’elle ressentait. Puis, elle termina par parler de Jar. Encore. La jeune femme sentit son ventre se tordre sous l’effet de ce prénom, sous l’effet de sa personnalité. Rien que cela, elle ne le supportait pas. Elle avait laissé la triste brunette la serrer dans ses bras sans réagir, pour bien montrer sa rage. Elle lui en voulait toujours et l’héritière connaissait bien son amie, aussi elle savait que des paroles n’arrangeraient rien, ce qu’il fallait comme preuves était des actes. Des paroles en l’air, il n’y avait rien de pire. Amber se doutait que son amie était sincère mais elle voulait la voir agir en conséquence.

La journée s’annonçait étrange pour les deux jeunes femmes, elles allaient se retrouver et pouvoir discuter, enfin, après tout ce temps passé sans se voir. Amber essaya de se calmer, et de voir comment la situation évoluerait au fur et à mesure. Il ne fallait pas qu’elle continue de crier sur son amie, après réflexion et après s’être dit que pour une fois elle allait garder son sang-froid. Elle était encore en deuil… La belle brune voulait l’aider. Elle aurait aimé le faire avant et elle n’allait pas le cacher à sa meilleure amie.

« J’aurai voulu que tu reposes ta peine sur moi, je peux endurer un autre deuil et je peux t’aider à surmonter ça tu sais. Je ferai tout ce qu’il faut pour que tu te sentes mieux. J’espère que tu t’en souviendras car je ne changerai pas d’avis, tu pourras compter sur moi dans cinq, dix, vingt ans. Ne parlons plus de moi avant d’être posées, tu veux bien ? Je vais bien je t’assure… C’est juste qu’il s’est passé beaucoup trop de choses ou justement rien du tout. »

Amber rendit son sourire à son amie, pour la première fois depuis son coup de gueule si on pouvait le dire ainsi. Elle se sentait plus apaisée tout à coup comme si la maturité soudaine et les explications de Mara avaient agi sur elle comme un calmant. Elle fit signe à son amie d’attendre ici puis courut d’une démarche féline vers les vestiaires, où attendaient sagement son sac et ses affaires toujours à l’intérieur. Elle se déshabilla, fila sous une des douches puis, après s’être savonnée et lavé les cheveux, elle enfila un jean bien serré avec un sweat très épais et large rouge. Une paire de bottines et elle était prête. Les cheveux encore un peu mouillés, elle fourra toutes ses affaires en boule dans son sac de sport et sortit. Mara était toujours là, debout. Son corps était sec et même maigre, ses formes déjà peu apparentes n’existaient quasiment plus. Son visage était creux cependant une lueur se rallumait petit à petit dans ses yeux. Amber saisit son poignet et l’emmena dehors. L’air frais fouettait leurs visages et rapidement, elles arrivèrent au cœur de la magnifique capitale. La belle brune se demandait bien ce que Jar faisait. Était-il en pleine réception semblable à celle où ils s’étaient rendus tous les deux ? S’ennuyait-il dans sa Suite, pensant à un autre plan pour monter sur le Trône ?

La jeune femme se réveilla soudainement à cause d’une bousculade. Une voix s’excusa mais elle l’ignora, trop concentrée pour faire autre chose. Une fois qu’Amber repéra un café assez réputé, elle y traîna Mara et elles s’assirent dans de confortables fauteuils. Elles commandèrent deux chocolats chauds qui arrivèrent avant même qu’elles ne commencent à raconter leurs deux derniers mois.

La Voleuse, qui sirotait doucement son chocolat chaud en se réchauffant les mains avec le mug, fût la première à parler.

« Donc, qu’est ce que tu veux savoir sur ce que j’ai fait ? Tu as l’air bien curieuse aujourd’hui même si tu le montres pas… Je te connais, je te rappelle. Mais ce serait plutôt à moi de te demander comment tu te sens depuis ce matin, comment tu es lorsque tu vas mal… Je connais pas mal les phases de deuil, alors dis moi où tu en es par exemple. »

Elle esquissa un sourire et but une gorgée du liquide chaud. Elle essayait d’éviter le sujet de Jar tout en sous-entendant quand même qu’elle avait remarqué que Mara allait lui tirer les vers du nez. Elle n’avait qu’à demander à son frère… Ah mais non, il nierait tout, c’est vrai. Ou au contraire il lui dirait « oui et alors ? » qu’est ce qu’elle en savait, elle. Amber fronçait les sourcils en se disant qu’elle devrait arrêter de penser à lui, de vouloir l’embrasser, de lui parler ou de vouloir lui sauter dessus à chaque occasion. Elle devrait peut-être tourner la page et l’oublier… Pourtant, elle ne se sentait pas prête pour l’instant.

Au moins, si sa meilleure amie découvrait la vérité, la belle brune pourrait toujours avoir un avis de connaisseuse. Après tout, c’était bien la sœur jumelle de Jar en face d’elle. Quoi de mieux pour démêler le vrai du faux ?

Elle devrait surtout profiter de revoir Mara après deux mois au lieu de penser à des choses pareilles. Elle lui avait tellement manqué que ce sentiment de vide dans son cœur se comblait petit à petit, minute après minute.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mar 20 Déc 2016 - 0:06



♫ Little happiness to start again ♫
La jeune fille laissa son regard divaguer sur sa boisson chaude qui tournait en un cercle régulier dans la tasse aux couleurs nacrées. Le chocolat tourbillonnait comme des milliers d’images qui ne cessaient de lui martyriser l’esprit. Si elle avait pu, elle aurait plongé depuis longtemps dans ce chocolat chaud, essayant de se noyer pour oublier les souvenirs du passé. Mais là, elle était plutôt en train de remonter à la surface pour éviter la noyade. Elle cherchait de l’air dans ses poumons trop affaiblis. Elle avait envie de vivre, elle voulait revivre et pourtant l’obscurité des flots était tellement chaleureuse. Pourquoi ne pas y rester? Mais vers la surface, là où il y avait cet air pour respirer, elle voyait une lumière. Une lumière représentait par les gens qu’elle aimait, et au creux de cette lumière il y avait son amie, sa meilleure amie…Amber! 

Prendre de l’air, reprendre son souffle alors que l’on se noie, ça fait mal. On a l’impression que nos poumons se décolle, que notre gorge se déchire et pourtant on a envie de reprendre de l’air car on sait bien que sans cet air…nous ne pouvons rien. Alors il fallait qu’elle respire, il fallait qu’elle relève la tête, qu’elle ne se laisse pas aspirer par de trop profondes pensées qui pourraient de nouveau la noyer. Tant d’émotions, trop de sentiments pourraient l’étouffer. Elle n’avait plus envie de ça. Elle n’avait même plus envie de compassion, tous sentiments décuplé la dégoutait. Comme si tout le monde pouvait être heureux sauf elle. Cela la mettait dans une colère noire et Amber n’y était pour rien. Au contraire elle essayait de l’aider et dans ces moments là Mara commençait à ressentir ce que son amie avait voulu lui faire comprendre il y a quelques mois. Chose qu’elle n’avait pas compris. Petite fille malheureuse encore bercée d’innocence et d’espoir. Mais l’espoir n’existe pas pour tout le monde, l’espoir c’est pour les faibles et maintenant, elle le savait, elle n’était plus faible ou du moins elle ne voulait plus l’être. C’était un long chemin, elle ne l’avait pas encore trouvé, mais elle était sur la bonne voie pour devenir celle qu’elle voulait être réellement. Celle qu’il aurait voulu voir si il était resté en vie. 

Elle prit sa tasse de chocolat dans ses mains et la porta à ses lèvres. Le liquide sucrée lui laissa un goût de douceur, de coton sur le coeur et elle regarda de nouveau sa meilleure amie avec un sourire. Un faible sourire mais elle souriait vraiment. Elle comprenait qu’Amber n’avait pas envie de parler d’elle…enfin non elle ne comprenait pas. Jar avait du lui faire des choses horribles pour qu’elle ne veuille pas lui en parler mais Mara non plus n’avait pas envie de parler d’elle. Remettre ses émotions sur le tapis ne servirait à rien et pourtant Amber avait le droit d’être au courant. Même si cela faisait mal, même si cela lui piquait le coeur, si elle voulait devenir forte c’était la première chose à faire. Elle déposa lentement sa tasse et remonta ses genoux contre sa poitrine comme pour se protéger. 

« Pour tout te dire, j’ai pas envie de parler de moi, vraiment pas envie… »

Elle regarda sa meilleure amie et laissa échapper un petit soupir

« Mais je vais le faire, vu que tu me le demandes, je t’ai écarté de moi si longtemps que je n’ai pas le droit de te faire ça…même si j’avoue que remettre le sujet sur le tapis n’est pas la chose la plus facile à faire. Pour tout t’avouer je ne sais pas où j’en suis, je ne sais pas quand j’ai commencé…enfin si bien sûr quand il est…quand il est…bref, après la pluie vient le beau temps sauf que chez moi le brouillard est encore présent. L’orage est passé on va dire, mais le soleil ne s’atteint pas aussi facilement, mais je sais qu’avec toi il y a des rayons qui arriveront à me faire rire et sourire comme tu as toujours su le faire »

Mara s’arrêta surprise d’elle même. Elle ne pensait pas que les mots sortiraient avec autant de justesse et de sincérité. Elle ne penserait pas pouvoir dire ça. Elle se gratta la nuque, légèrement gênée d’avoir sorti à sa meilleure amie un discours qui faisait un peu trop philosophique et elle crut même entendre au plus profond d’elle même un petit gloussement étouffé. Des mois auparavant, elle aurait essayé de s’en dissuader, mais aujourd’hui elle voulait revoir le soleil, alors tout geste positif venant d’elle était le bien venu.

« Je pense que j’aurais été plus forte avec toi sans mentir, dit la jeune brune en évitant le regard de son amie, tu m’aides à avancer comme je te l’avais déjà dit. Tu es un exemple…un bon je ne sais pas mais un exemple en tout cas et je me rends compte à présent de ma stupidité de t’avoir écarté de moi à un moment où tu avais autant besoin de moi que j’avais besoin de toi c’est pour ça que je voudrais m’excuser une dernière fois. Je ne fais jamais les bons choix, tu le sais j’imagine à force, dit-elle avec un petit sourire »

Elle reposa ces genoux par terre et but une autre gorgée de son chocolat chaud avant de poser ces coudes sur la table et de regarder Amber dans les yeux un petit rictus au coin de la bouche. 

« Oui je suis curieuse, tu ne devrais pas t’en plaindre tu ne trouves pas? Et je sais que si je suis curieuse c’est qu’il y a une bonne raison et je découvrirai laquelle…cependant si tu n’a pas envie de m’en parler je ne te force pas, je sais ce que cela fait quand on a pas envie de parler de quelque chose. Tu m’en parlera quand tu seras décidé à m’en parler, mais sache que je ne te lâcherai pas comme ça, si ce n’est ni aujourd’hui, ni demain la semaine prochaine je reviendrai à l’assaut. »

Mara serra tendrement la main de son amie et regarda les passants dehors qui marchaient comme des vagues qui s'écrasaient sur les rochers et elle se dit que finalement, elle était assez bien ici avec sa meilleure amie...
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mar 20 Déc 2016 - 12:16

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Amber finissait tranquillement sa boisson, se réchauffant les mains, qui étaient glacées par le froid soudain de l’extérieur. Le vent se levait, le soleil disparaissait et réapparaissait comme bon lui semblait. Elle écoutait son amie sans manifester un commentaire, la laissant s’exprimer tant bien que mal, la laissant extérioriser toute sa peine. Il fallait qu’elle le fasse pour pouvoir réussir à faire le deuil. Oh elle n’oublierait jamais, ça non mais elle vivrait avec comme le faisait la jeune femme. Cette dernière eut un sourire amusé après avoir entendu Mara lui dire qu’elle était un exemple, etc etc. Elle ne se considérait pas vraiment comme cela à vrai dire… Elle ne niait pas qu’elle était forte bien au contraire, elle était même fière d’être comme cela mais elle avait aussi d’énormes défauts qu’elle essayait d’arranger chaque jour un peu plus, en vain.

Elle soupira de satisfaction après avoir fini son chocolat chaud, après que son amie lui ai serré la main. Cela faisait du bien d’être utile à nouveau après tout ce temps pendant lequel elle avait vécu dans l’ombre, comme si quelque chose lui manquait. Dans ce cas là, c’était plutôt quelqu’un et elle venait de la retrouver, sa meilleure amie. Elle entendit Mara lui dire qu’elle ne lâcherai pas le morceau, qu’elle finirait bien par savoir parce qu’après tout elle finissait toujours par tout apprendre de n’importe quelle manière.

Amber sentit un frisson la parcourir, hésitante. Devait-elle vraiment se confier à son amie ? Et si ce n’était aujourd’hui devrait-elle le faire dans les jours qui suivraient, les mois ? Elle ne voulait pas, c’était douloureux. Malgré tout elle était forte, alors un petit effort n’allait pas coûter grand-chose.

« J’espère que le soleil arrivera petit à petit à couvrir l’orage et les nuages alors… Le brouillard restera toujours, tu sais. Cette histoire, ça va te marquer à vie tu n’arriveras jamais vraiment à l’oublier. On apprend à vivre avec, c’est tout. »

La petite brune s’était confiée au détriment de ses souffrances, à son tour de faire de même et de lui rendre la pareille.

« Ton frère est un insupportable manipulateur, je le sais et j’en ai conscience mais ça ne m’empêche à rien. Je reste toujours là à espérer quelque chose, un signe peut-être qui me montrerait qu’il ne se fiche pas totalement de moi, qu’il a d’autres centres d’intérêt que son foutu pouvoir. »

Avoir dit cela devant son amie l’avait fait réaliser que même si elle pouvait l’aider et la conseiller elle n’était pas sûre d’en avoir envie. Elle aimait passionnément le jeune homme, d’un amour qui la consumait et la changeait progressivement, pourtant elle ne ressentait aucune joie à se voir être conseillée par la sœur de celui qu’elle aimait. Elle n’était pas heureuse car elle savait qu’il n’y avait aucune chance, elle n’avait pas un grand titre, elle n’était rien qu’une voleuse orpheline qui vivait comme elle pouvait. Jamais ils n’accepteraient quelqu’un de ce rang dans la famille Impériale, elle en était pleinement consciente.

Elle passa une main dans ses cheveux et soupira machinalement, fatiguée de se prendre la tête à cause de Jar.

« Je suis réaliste Mara, j’ai les pieds sur terre.. Enfin sur Autremonde, dit-elle avec un sourire amusé, alors peut-être que je devrais juste laisser tomber, arrêter d’y penser ou de vouloir qu’il se passe quelque chose. C’est peut-être mieux si j’arrête de l’espionner… j’en ai marre qu’il s’amuse à m’utiliser, que ça lui fasse plaisir de voir que quelqu’un l’aime alors qu’il n’est rien qu’un.. Misérable mégalo complètement obnubilé par le pouvoir, le trône, la magie démoniaque qui sait. Ça suffit. »

Savoir cela faisait mal, le dire et le réaliser la blessait encore plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Amber se sentait si seule, si sombre. On aurait dit à cet instant qu’elle aussi était en deuil, mais elle comprenait juste que c’était trop bête d’espérer une histoire qui n’avait aucun sens, aucune cohérence. Jamais ce ne serait possible. Elle devait le réaliser pour s’en sortir… Non ?

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mar 20 Déc 2016 - 21:39



♫ Little happiness to start again ♫
Malgré une pointe au coeur en entendant Amber parler de son frère de cette manière, elle même ne pouvait pas nier que c’était la vérité. Et sa meilleure amie avait clairement identifier le genre de personnage que Jar pouvait être avec tout le monde à part elle. Peut-être devait-elle se dire qu’elle avait de la chance, de savoir, de connaître un Jar qui était complètement différent avec elle. Si seulement il pouvait être un peu comme ça avec tout le monde et non pas qu’avec sa jumelle. Si il pouvait arrêter de foutre la merde partout à part avec elle. Elle aimerait que tout le monde le connaisse comme elle le connait, que tout le monde arrête de la fixer avec de grands yeux quand elle leur parle du Jar qu’elle connaissait, qu’ils arrêtent de penser qu’elle est folle et qu’elle s’imagine un Jar imaginaire. Mais elle était une privilégiée et elle savait qu’elle le serait toujours. Jar n’était comme ça qu’avec elle, c’était son jumeau…sa moitié, son double. Et quoi qu’il fasse elle le défendrait toujours…Mais pas aujourd’hui, pas avec sa meilleure amie, la jeune fille la connaissait mieux que quiconque, elle saurait que Mara défendait son frère. Et même si Mara était consciente que son frère pouvait être une créature immonde, elle l’aimait et elle lui était reconnaissante pour tout ce qu’il avait fait pour elle. 

La jeune brune remarqua que son amie en avait marre de se prendre la tête à cause de son jumeau, sauf qu’elle ne savait pas si ces conseils étaient les biens venus. Que dire à Amber? Que Jar ne l’aimera jamais? Qu’elle se berce d’illusion et qu’elle ferait mieux de laisser tomber? Ou alors essayer d’être compréhensive, lui dire qu’il pourrait changer? Qu’elle garde espoir? Non pas d’espoir. Amber n’en avait rien à faire de l’espoir? L’espoir est un gouffre sans fin…l’espoir n’est qu’illusion et désir de bonté. L'espoir ne sert qu’à faire souffrir. Mais que pouvait-elle dire à son amie? 

Mais en se questionnant bien, l’amour était-il mieux que l’espoir? Ne faisait-il pas encore plus souffrir? Ne berçait-il pas d’illusions? Ne brisiat-il pas un coeur pour une erreur? Ne pouvait-il pas faire mal au point de vouloir oublier de vouloir tout arrêter? L’amour était la plus belle des chose qui existait mais c’était aussi la plus grosse arme de destruction massive que tout le monde pouvait connaitre. Si on lui avait posé la question quelque mois auparavant, elle n’aurait pas répondu la même chose, elle était sûr qu’elle s’en serait foutu de dire à sa meilleure amie d’y croire encore, que l’amour pouvait arriver n’importe quand. Elle était sûre qu’elle lui aurait dit que Jar finirait par la remarquer, elle lui aurait dit de garder espoir. Elle lui aurait dit que l’amour était merveilleux, elle aurait pensé à son beau brun en disant cela, elle aurait revu les plus beaux souvenirs, elle aurait rit et là elle avait envie de pleurer. Que pouvait-elle dire aujourd’hui? Que l’amour était horrible? Qu’il détruisait et te faisais devenir une marionnette? Qu’il pouvait de transformer, qu’il pouvait te faire noyer? Qu’il pouvait t’emmener dans un gouffre? Qu’est-ce que l’amour pour faire ça? Quelle est cette chose pour faire autant de dégâts? De quel droit l’amour pouvait faire souffrir et emplir de bonheur? 

« J’avais peur que cela arrive…j’avais peur qu’il te traite comme ça, mais je pensais que pour une fois il arrêterait de faire le con. Je pensais que vu qu’il savait que je t’apprécie énormément, il essayerait de te connaître avant de te juger. Je pensais pas qu’il se servirait de toi et à chaque fois que j’avais eu cette impression, je m’étais dit que c’était n’importe quoi. Je ne voyais pas vraiment ce que mon frère pouvait faire, je savais de quoi il était capable, mais je pensais jamais qu’il allait aller jusque là…Penses-tu que si je te l’avais dit cela aurait fini autrement? Crois-tu que si je t’avais dis depuis le début comment je croyais que ça allait finir tu m’aurais écouté et tu ne te serais pas éprise de lui? »

Mara se sentait légèrement coupable d’avoir encouragée son amie à aller voir son frère, si Amber souffrait aujourd’hui c’était aussi en partie sa faute. Si elle lui avait dit depuis le début que Jar n’était qu’un manipulateur, elle n’aurait peut-être pas insisté, elle n’aurait peut-être pas pris autant de risque et tomber amoureuse de lui…peut-être qu’elle n’en serait pas là à se torturer l’esprit si Mara n’avait pas était aveuglé par son propre amour. Si Mara n’avait pas était assez débile pour ne pas lui dire la vérité, elle n’en serait peut-être pas là. Mais le mal était fait, l’amour rend aveugle et fait mal c’est la seule définition que Mara gardait de l’amour à présent. 

« Je…je ne sais même pas si je peux te donner un conseil…je ne sais même pas si tu as envie de les entendre…mais en tout cas…merci de m’en avoir parlé et même si je sais que c’est pas forcément à moi de te dire ça je suis désolée pour ce qu’il t'a fait…pour ce qu’il est quand il n’est pas avec moi… »

Mara ne savait pas trop où se mettre et elle préféra finir son chocolat chaud, elle ne savait pas si sa meilleure amie lui en voudrait, elle n’en savait rien mais supporter son regard était insupportable. La jeune fille avait de plus en plus de mal à supporter le regard des autres, elle n’était bien qu’avec Jar et Amber…Les deux personnes qu’elle aimait les plus au monde avec lui…mais lui était parti...
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mer 28 Déc 2016 - 1:03

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



La belle brune voyait bien que sa meilleure amie était tout aussi choquée qu’elle même l’avait été en apprenant que Jar était en réalité de plus gros con de tout l’univers. Mais il fallait s’y attendre après tout. Il n’avait pas une sale réputation pour rien. Il n’avait pas été élevé chez les Gris pour en revenir indemne. Pas Jar. Mara non plus ne l’était pas mais elle, contrairement à son frère, elle avait su revenir du bon côté de la Force (blblbl Star Wars). Quant au beau brun, il sombrait de l’autre côté, il ne reviendrait jamais parmi nous. Il était un monstre et il fallait s’y attendre. Mais Amber en rencontrerait bien d’autres alors elle n’allait tout de même pas s’amuser à y repenser à tout bout de champ. Comment était-il possible pour des jumeaux d’être complètement opposés ? Le bien et le mal, le yin et le yang.

Amber soupira, entièrement en accord avec les mots de la brunette. Cependant, ses paroles la firent réfléchir. Est-ce que si elle avait été prévenue, elle s’en serait sortie sans blessures ? Est-ce qu’elle ne serait pas éprise de lui. Elle ne pouvait pas le savoir et pourtant une réponse se dessinait déjà dans son esprit, claire comme de l’eau de roche. Elle haussa les épaules d’un air dubitatif et passa une main sur son front.

« Pour tout te dire oui, ça aurait peut-être changé quelque chose. Je me serais méfiée je suppose. On peut pas le savoir. Ouais, je me serais sûrement pas éprise autant de lui. Et je pense surtout que ça n’aurait pas fini comme ça c’est terminé… Mais ce n’est pas ta faute. Du moins pas entièrement, Mara. Je n’aurai pas dû le rencontrer. Le hasard s’est foutu de ma gueule, c’est comme ça. »

Elle avait parlé d’une voix indifférente, comme si elle acceptait ce qui lui arrivait. C’était sûrement un peu le cas puis c’était juste la vérité, rien que la vérité. Elle n’avait pas à s’en soucier puisqu’elle savait que c’était trop tard et qu’elle était déjà trop impliquée. Oh, elle s’en sortirait forcément un jour ou l’autre. Mais pas tout de suite, c’était trop tôt.

Amber plongea ses yeux d’un vert profond dans ceux de Mara, intenses. Elle lui avait tellement manqué mais pourtant, la joie retombait. Comme si quelque chose l’empêchait d’être heureuse à cent pour cent. Elle ne savait pas pourquoi ni comment mais elle avait l’impression qu’elle était inutile aux yeux de sa meilleure amie. Elle avait tenu deux mois sans elle, elle pourrait bien tenir plus longtemps. La Voleuse chassa ces idées noires de son esprit et revint à son sourire habituel, imprimé sur les lèvres.

« Ne t’excuses pas, c’est ma faute. J’aurai pas dû m’attacher, c’est tout. Mais ça va passer j’en suis sûre. Enfin presque… Dans tous les cas t’inquiète pas je gère. Je veux pas qu’on gâche cette journée à cause de lui. Je veux qu’on rattrape le temps perdu ! » Dit-elle joyeusement.

Elle prit la main de la petite brune et la serra dans la sienne, persuadée que le reste de l’après-midi allait être génial. Il devait l’être.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mer 28 Déc 2016 - 10:19



♫ Little happiness to start again ♫
Certes, Mara était en deuil , mais il ne fallait pas non plus la prendre pour une conne et c'est ce qu'elle avait l'impression d'être avec les dernières paroles d'Amber. Elle connaissait quand même un minimum sa meilleure amie alors pourquoi lui mentir? Cela n'allait pas et ça se voyait, à quoi bon essayer de faire semblant? Mais son amie était encore plus têtue qu'elle et s'était arrangée pour clore le débat. Ce qui étonna Mara premièrement et qui la fit réfléchir. Elle n'était pas la seule à avoir changé en deux mois et si deux mois plus tôt elle aurait parlé de Jar avec son amie, elle était sûre d'en avoir toute la journée, elle n'aurait eu qu'à faire de vagues signes de têtes et laisser Amber parler. Mais là il n'y avait plus rien pour meubler la conversation et cela la rendait nerveuse car elle-même ne savait pas quoi dire. Mara mis le comportement de la jeune femme sur le caractère idiot de son frère. Peut-être était-elle trop blessée...aurait peut-être dû le mettre sur le sien? Par que même si Amber s'évertuait à lui dire que ce n'était pas sa faute, elle se contredisait dans la phrase d'après. La jeune femme avait toujours été lucide et cela laissa un arrière goût dans la bouche de Mara. Après tout à quoi s'attendait-elle? Elle-même se prenait en partie pour responsable de la situation de Jar et d'Amber, comment Amber n'aurait-elle pas pu prendre la perche et ne pas l'accuser? Mara respira calmement, ce n'était pas le moment de retomber dans de sombres pensées, elles avaient un après-midi entier et elle ne savait pas encore quoi faire. Mara aurait voulu continué de parler, lui demander plus d’explications mais elle voyait bien que sur le visage de la jolie brune il était hors de question de continuer de parler de Jar. Méditant sagement les propositions qui s’offraient à elle, c’est à dire parler, bouger ou rentrer chez elle par Transmitus Mara baissa la tête désespérée. Que lui prenait-elle, un mois avant elle aurait donné tout pour passer le plus de temps avec sa meilleure amie et là, malgré son absence elle ne savait plus quoi dire. La fin de la conversation avait jeté un étrange froid même si Amber tenait sa main Mara sentait qu’elles étaient toutes les deux gênées par cette situation et ne savait pas comment s’en sortir. 

Amber avait dit qu’elle voulait rattraper le temps perdue, mais comment était-elle censée faire? Depuis la première fois en compagnie de sa meilleure amie, Mara se mit à penser que trouver des choses à faire était très, mais alors très compliqué. Elles n’allaient pas passer la fin de la journée à se serrer la main et à se regarder, cela paraissait ennuyant au possible et elle finirait l’une et l’autre par craquer. Il fallait avouer que dans le bar plusieurs gens tournaient la tête vers elle et si au départ Mara pensait qu’il regardait Amber, elle s’aperçut très vite que c'est elle qu’ils dévisageaient. Ressentant un besoin urgent de se confier Mara souris doucement à son amie et lui demanda en toute simplicité:

« Euh Amber? Je fais si peur à voir que ça? Je sais pas les gens me regarde bizarrement, comme si je venais de sortir de l’asile et pourtant je n’ai pas beaucoup changé physiquement…enfin si un peu mais je veux dire je suis pas non plus hideuse à ce point, si? »

Amber eut un petit rire, que Mara ne saurait interpréter de véridique ou de faussé, elle avait voulu lancer une conversation plus joyeuse quitte à se dénigrer légèrement. Un jour de plus ou de moins ne feront pas une si grosse différence par rapport à deux mois. Le but était surtout de voir comment Amber réagissait. Mara se faisait sans doute des idées, sa meilleure amie souffrait à cause de Jar et semblait au bord de l’épuisement, cela ne voulait pas dire qu’elle avait changé. Elle était juste fatiguée. Lancer un autre type de conversation sera plus amusant pour elle. C’est comme si elle avait parlé du deuil de Mara, elle en aurait eut marre. Il fallait que Mara se mette à la place de sa meilleure amie. 

« Ah propos, tu as revu Ethan, Elëor ou Ocean ces derniers temps? Cela fait une éternité que je ne les ai pas vu, eux aussi on du changer »

Evoquer leurs amis donna un peu d’encouragement à Mara pour se lancer dans une conversation agréable. Elle était si curieuse qu’elle aurait pu aller lire une bibliothèque entière. Elle avait manqué tous les ragots et était sûre qu’Amber les savait tous, mais une chose à la fois. Si il fallait récupérer le temps perdue, il fallait que Mara se remette à la page, si cela pouvait tirer un sourire de la triste mine de son amie cela l’arrangerait également. Comme quoi elles se soutenaient toutes les deux et elles avaient besoin l’une de l’autre même si dès fois elles refusaient de l’avouer.   
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mer 18 Jan 2017 - 21:13

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Tu esquisses un sourire faussé et relâches la main de ta meilleure amie. Un petit rire s’échappe du fond de ta gorge malencontreusement, tu espères que Mara ne va pas le relever même si tu sais qu’il est légèrement trop tard. Elle n’a pas l’air de se rendre compte à quel point elle a maigri, perdu ses formes et tout muscle parcourant son corps. Même son visage semble terne alors qu’autrefois elle respirait la joie de vivre et l’innocence. Les temps changent, tu le comprends mieux que pas mal de personnes sur cette planète.

« Je veux pas paraître brusque, hein… Mais si, t’as énormément changé. T’es toute maigrichonne, tes joues sont creuses. Tu devrais recommencer à manger. Mais tu sors, c’est un très bon début. Tu vas t’en remettre, j’en suis sûre.

Tu parles pas froidement mais ouvres la bouche et laisses sortir des mots sans en choisir le son et en ne laissant percevoir aucune émotions. Tu es un corps, tu as un coeur, mais le reste est vide. Tu passes machinalement une main dans tes cheveux en entendant ton amie parler de tes amis. Vos amis. Ethan, son ami ? Des fossettes se dessinent sur tes joues tandis que tu réfléchis.

Tu le lui as pourtant dit tout à l’heure, que tu avais vu certains de tes amis, ne t’écoutait-elle pas ? Un lourd silence s’installe entre vous, mais ce n’est pas cela qui va te gêner. Tu n’es plus à ça près, loin de là.

« Comme je te l’ai dit, j’ai revu certains de mes amis mais si tu les connaissais je t’aurai dit de qui il s’agissait. Donc non, je ne l’ai ai pas revu. J’ai contacté Ethan par message mais rien de plus. Écoutes, tu veux qu’on aille autre part ? On nous regarde bizarre ici, puis on a qu’à aller s’entraîner si tu veux.»

Tu ne sais pas vraiment quoi dire, ni quoi lui proposer d’autre. Tu sens que tu t’éloignes d’elle sans trop savoir quoi faire pour arranger ça. Tu l’aimes plus que tout même si tu l’assumes pas vraiment, mais c’est juste qu’elle est la sœur de celui qui t’as entre autre brisé le coeur. Tu t’en sortiras, c’est qu’une mauvaise passe. T’espère juste qu’elle ne va pas durer des siècles.

« Enfin, moi j’ai fini ma séance mais je peux toujours te coacher, ça te fera du bien. »

La séance de sport est le meilleur moyen que tu trouves actuellement pour passer un plutôt bon moment en n’était pas obligé de discuter pendant des heures. T’as plus envie d’être bavarde maintenant et tu redeviens un peu comme l’enfant que tu étais. Solitaire, indépendante. Ça a toujours fait partie de toi mais maintenant plus que jamais.

Tu repenses à Jar, à toutes ses conneries. A tous ces mots lancés et crachés comme du venin, en toute honnêteté disait-il. Tu lâches un grognement de rage. Arrêtes de penser à ça. A lui. Il te pourrit la vie, il te pollue l’esprit jusqu’au coeur.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Sam 4 Fév 2017 - 20:20



♫ Little happiness to start again ♫
Elle n’était pas la seule à avoir changée, si sa meilleure amie voulait vraiment savoir et même si Mara venait de se sortir d’une passe difficile, elle connaissait quand même un minimum son amie. Elle avait passé tellement de temps avec elle avant…l’accident si l’on pu le dire de cette manière…Mais c’était plutôt le mot « meurtre » qui résonnait dans les oreilles de la jeune Héritière. Mais penser à cela de cette manière lui serrait tellement le coeur qu’elle avait l’impression d’immerger sous l’eau. Sa cage thoracique ne prenant plus l’air nécessaire pour qu’elle puisse vivre. Elle sentait une désagréable sensation de brûlure au creux de ses poumons et cela n’était rien comparé à la douleur des pulsations maladives de son coeur malheureux. 

Elle chassa d’un geste de la tête ses sombres pensées et se concentra de nouveau sur sa meilleure amie. La curiosité lui rongeait l’estomac. Est-ce elle, où bien sa meilleure amie avait revêtit un visage plus dur qu’au début de leur rencontre? Ce pourrait-il que Mara l’ait énervé en disant quelque chose qu’il ne fallait pas? Mais Amber n’était pas du genre à se dévoiler, elle ne lui dirait rien. Elle ne lui disait presque jamais rien. Cette relation de proximité conjuguée à un mur entre eux deux semblait gêner de plus en plus la petite brune qui aurait bien voulu elle aussi, connaître sa meilleure amie comme Amber la connaissait. Elle pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert alors que Mara arrivait juste à savoir quand elle essayait de sourire et de paraître heureuse alors qu’au fond d’elle même ce n’était pas les mots qui auraient convenus. Elle se montait sûrement la tête. Amber n’avait juste pas envie de parler, elle avait toujours été du genre à préférer bouger. 

Soudain une phrase d’Amber lui revint en mémoire. N’ayant pas envie de quitter le cocon douillet où elle avait posé ses fesses, Mara essaya de rester encore quelques longues minutes bien au chaud dans le petit bar. Dire qu’elle n’avait pas envie de se remuer un peu serait un doux euphémisme. 

« Je ne pensais pas avoir autant changé…Enfin si quand même…mais pas au point d’être considérée comme « maigrichonne », mais tu as raison il faut que je me ressaisisse, il n’aurait sûrement pas voulu que je finisse comme ça… »

Quand la jeune fille, repensa à ses paroles, un terrible silence s’installa de nouveau entre les deux jeunes femmes. Sa gorge se serra en un couinement douloureux. Ne pouvait-elle pas arrêter de se faire du mal et de s’enfoncer? Elle chassa d’un geste de la main la mèche qui lui collait au visage et ravala ses larmes. Parler n’était pas la bonne solution, Amber avait eu raison…comme toujours…

« Tu as raison, m’entraîner un peu ne me ferais pas de mal, de plus si c’est toi qui m’entraîne cela me motivera plus! Je suis pire qu’une spatchoune que l’on doit engraisser! Alors on y va? »

Feignant un faux enthousiasme, Mara se leva et laissa de l’argent sur le table avant de quitter le bar dans lequel elles s’étaient installées. Amber la suivait de près et lorsqu’elles se retrouvèrent dans la rue, marchant vers l’Académie qui n’était pas très loin, elle restèrent côte à côte sans échanger le moindre mot. Cela était insupportable et pourtant paradoxalement Mara n’avait pas envie de briser cet étrange silence. C’est comme si moins elles en disaient, mieux elles allaient. La jeune Héritière laissa ses pensées vagabonder puisqu’elle ne voulait pas parler et puisque la boule dans sa gorge n’avait pas délogée et l’empêchait de prononcer une parole audible. Elle se demandait secrètement ce qui passait dans la tête de sa meilleure amie. Elle commença à la regarder de biais avant de se faire violence et de fixer la route. 

Fixer les gens comme ça ne lui ressemblait pas. La curiosité devenait-elle maladive? Essayait-elle de se sortir de son mutisme par ses regards? Ou alors son impression que quelques chose clochait était réelle? Quoi qu’il en soit, il fallait qu’elle arrête. Amber était une Voleuse Patentée à présent et bien que Mara fut encore en apprentissage elle même savait quand quelqu’un la fixait et c’est exactement ce qu’elle était en train de faire. 

Quand elles arrivèrent dans le hall d’entrée, Mara fit un petit signe à Amber pour qu’elle aille se mettre dans une salle et elle alla vers un des vestiaires les plus proches pour se changer. Cela ne prit pas plus de deux minutes mais elle avait besoin de rester seule. La solitude avait était sa meilleure amie durant ces quelques mois et la quitter de manière si brutale était plus douloureux qu’elle ne l’avait imaginé. Mais elle serra les dents. Devait-elle parler à Amber? Lui dire qu’elle la trouvait…bizarre? Non…non, elle ne pouvait pas. Elle devait apprendre à se taire, elle ne pouvait pas redevenir cette gamine qu’elle avait été autrefois...insouciante…et bien trop collante. Si Amber ne lui parlait pas c’est qu’elle ne le voulait pas, après tout Mara se montait la tête peut-être toute seule. Comme toujours cela aussi. Une chose restait cependant certaine, elle ne lâcherait pas Amber tout de suite, elle voulait savoir si elle avait raison où non de se méfier…même de s’inquiéter pour sa meilleure amie…cela pouvait être tout…Jar ou autre chose et dans les deux cas même si Amber refusait de l’admettre Mara savait écouter et conseiller. 

Lorsque Mara sortit du vestiaire elle était toujours en train de se poser des questions. Mais la salle était là et Amber prête à l’entraîner. Elle lui sourit bien que difficilement. Elle verrait plus tard, elle n’avait pas besoin de se presser ce n’est pas comme si Amber allait s’envoler. Elle allait rester, elles sont toujours amies, toujours ensemble. Même si elle le pensait, son sixième sens, lui, disait le contraire mais elle s’efforça de le faire taire et se tapa les cuisses…enfin ce qu’il en restait. 

« C’est bon je suis prête! On commence par quoi? » 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Sam 4 Fév 2017 - 21:28

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Tu esquisses un sourire forcé et suit la belle brune - quoiqu’un peu ternie par les derniers mois, à travers les rues d’Omois jusque l’Académie. Une fois à l’endroit prévu, elle te dit qu’elle va se préparer, que tu peux l’attendre dans une salle. Tu acquiesce d’un signe de tête et te dirige d’un air nonchalant vers une pièce libre. Y en a une qu’est vide, comme ton cœur, tu penses, mais tu relève pas ce commentaire intérieur et installe déjà le punching-ball au plafond, tu places deux tapis de sport par terre, tu cherches aussi des poids qui vont de deux à dix kilos. Tes lèvres se retroussent légèrement en pensant à l’entraînement que tu vas lui faire faire. Il faut la remettre en forme, cette petite. Elle a l’air de voir que t’as changé, mais elle dit rien. Elle fait abstraction de ça et tu remarques grâce à ce nouveau comportement qu’elle à mûri durant ces quelques mois de solitude. En attendant, elle a raison, t’as changé, t’as pas évolué pourtant, t’es juste détruite, brisée, tu sais pas comment faire pour pas craquer mais tu tiens, t’es comme un pantin à qui on tire les ficelles, qu’on fait marcher, mais c’est pas toi qui te contrôle.

Mara revient, changée, elle porte un short qui laisse voir ses cuisses squelettiques et tu te demande comment elle a fait pour pas voir ça, pour voir sa maigreur, ses joues creuses, pour pas voir qu’elle est devenue une poupée de porcelaine, la taille aussi étroite que celle-ci. Elle te questionne ensuite, « par quoi on commence ? » et tu lui jettes un coup d’œil hésitant. Tes yeux regardent les différents choix qui s’offrent à vous, et tu as enfin choisi. Un sourire carnassier se dessine sur ton visage.

« Tu vas d’abord t’échauffer et courir le long de la pièce pendant cinq minutes en accélérant et en montée de genoux etc puis ensuite on fera trois séries de dix pompes, on commence en douceur. Ensuite tu me feras vingt abdos et vingt burpees. Mhh, tu me feras aussi vingt flexions les jambes écartées et.. allez, vingt squats. On verra ce qu’on fait après. »

Tu ris en voyant ses yeux s’écarquiller, tu te dis que tu la maltraites mais elle a pas l’air de réaliser que ça lui fera un bien fou de ressentir ses muscles bouger, travailler, elle se rend pas compte à quel point avoir mal pour se sentir mieux fait du bien. C’est étrange à dire, mais toi, le sport, ça te soulage, te fait tout oublier, tu te défoules. Tu passes des heures à la salle, peut-être 10h par semaine en tout. On te prend pour une folle, mais tu t’en fous, c’est la seule manière que tu trouves pour penser à autre chose du moins pour le moment.

Tu sais que ce n’est qu’un passage et ça te rassure mais tu te dis aussi « et si ça s’arrêtait jamais, je serai comme ça toute ma vie ? ». Puis tu trouves pas la réponse, alors tu continues ton petit train-train habituel, dirigée par une force obscure, celle qui te plonge dans les ténèbres de plus en plus, celle qui est toujours là, attirante et rassurante. Parce que souffrir est tellement plus simple que de se battre, dirait le nouveau toi. L’ancienne Amber, elle, dirait juste que t’es une lâche. Tu le sais. Tu sais aussi que tu t’accordes juste du répit, encore et toujours. Parce que souffrir et plus facile que de se relever.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Sam 4 Fév 2017 - 22:06



♫ Little happiness to start again ♫
Mara regardait sa meilleure amie avec les yeux aussi écarquillés que des soucoupes volantes. Etait-elle sérieuse? Mara n’avait pas reprit le sport pendant de longs mois et si elle faisait le « petit » programme qu’Amber avait concocté, elle allait juste mourir sur le champs. Elle ne se sentait même pas capable de faire des pompes, courir cela ne la dérangeait pas mais faire des abdos…elle allait se casser la colonne en deux. Avec résignation elle commença à trottiner autour de la salle, mais Amber la regardait sévèrement et elle commença à faire ses accélérations. Au bout de deux fois le tour de la salle, elle n’en pouvait déjà plus. Elle ressentait une sensation de déchirement au niveau de sa taille et de ses jambes et ce n’est que maintenant qu’elle remarqua qu’elle avait beaucoup trop maigri. Elle ressemblait à présent à une anorexique qui essayait de re-manger pour la première fois. Plus elle se regardait en courant plus elle se désolait. Elle se faisait honte, elle se faisait mal. 

Ne regardant pas où elle allait, elle finit par oublier de tourner et se prit le mur fortement dans la tête. Déséquilibrée elle tomba lourdement sur le sol et en profita pour reprendre son souffle. Elle pensait que le sport allait lui remonter la moral mais cela fut encore pire, des souvenirs repassait dans sa tête. Des scène vécu avec l’être aimé. Des scène à se chamailler et à rigoler alors qu’elle était là avec sa meilleure amie dans une drôle de phase et elle essayant de se relever après être tombée. Et même sa séance de sport reprit en bref le cours de sa vie. Elle essayait de se relever, elle essayait d’être forte, de mettre du sien, de reprendre le cours de sa vie, mais comme là, elle tombait une nouvelle fois. Incapable de se relever à bout de souffle le coeur battant à tout rompre. Elle aurait voulu s’enfoncer dans les tapis de la salle, elle aurait voulu retourner entre la couette qui l’avait accueillis durant des mois mais elle ne pouvait pas. 

Elle se releva doucement et risqua un coup d’oeil vers son ami qui la regardait les bras croisés. Elle attendait que Mara reprenne l’entraînement. Voulait-elle la faire souffrir ou restait elle de la faire allait mieux? Elle chassa cette idée de ses pensées et continua les exercices. Sentir ses poumons la brûler comme si elle se noyait était une sensation qu’elle connaissait trop et qui la rassurait. Elle avait de nouveau peur de l’inconnu. Cela prendrait du temps, elle n’y arriverait pas tout de suite et pas toute seule. Elle enchaîna les exercices se fiant aux regards de sa meilleure amie. Elle ne savait pas si elle faisait bien surtout l’exercice qu’Amber lui avait demandé et qui s’appelait les « burpees », elle ne savait pas ce que c’était et lorsqu’elle essaya de faire un truc qu’elle pensait faire passer pour ledit exercice, elle ne fut pas surprise d’entendre un petit son sortit de la bouche de sa meilleure amie. La faisait-elle rire? Ou se moquait-elle d’elle? Mara regardait souvent sa meilleure amie, elle voulait la voir, elle voulait comprendre et plusieurs fois elle la retrouva dans ses pensées mais comme à chaque fois, Amber interceptait son regard et Mara recommençait ce qu’elle faisait. Elle n’en pouvait plus, elle voulait arrêter pourtant elle doutait qu’Amber le veuille.

Une fois tous les exercices énoncés par sa meilleure amie, elle s’affala sur le sol et essaya de reprendre sa respiration luttant contre les larmes. Elle ne savait pas elle non plus si c’était des larmes d’épuisement ou si c’était des larmes de douleurs. Elle les essuya en espérant que sa meilleure amie ne les ai pas remarqué. 

« J’en…peux…plus...Amber! Ca…fait...je sais...pas combien...de temps que j’ai...pas fait...de sport…mes poumons...sont  morts, mon coeur….est sur le point soit de…..s’arrêter soit...d’exploser…et…et j’en...peux plus! »

Elle ferma les yeux et laissa sa respiration se calmer d’elle même. N’entendant pas le moindre bruit du côté de sa meilleure amie. Mara essaya de se relever malgré les courbature qui commençait à arriver et regarda Amber qui la fixait comme si elle attendait quelque chose. Mara poussa un petit cri horrifié et roula de nouveau sur le dos en boule. 

« Non! Me dis pas que c’était QUE l’échauffement?! » 
Codage par Libella sur [size=13]Graphiorum
[/size]


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mer 8 Fév 2017 - 17:52

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Tes yeux la regardent faire plusieurs fois le tour de la salle, robot formaté pour refaire la même chose, encore et encore. Ensuite, elle passe aux autres exercices, elle a du mal, tu le vois et ne peut empêcher qu’un petit rire s’échappe de ta gorge. Elle te jette un regard qui te fait pitié, on dirait qu’elle veut plus continuer. On dirait qu’elle est à bout, que même ça c’est trop dur pour elle. Alors que toi, tu fais ça tous les jours et c’est que le début de ta séance. Alors, quand elle te demande, choquée, si c’était que l’échauffement, tu hausses un sourcil et restes là les bras croisés à contempler sa masse squelettique avachie contre le sol.

« Exact, mais t’inquiète la séance est vachement plus facile. C’était aussi pour tester tes limites. »

Ses limites… Tu les as vite vues, puisqu’au bout de deux tours elle en pouvait plus, le souffle court, la gorge sèche et la voix rauque, poumons vidés d’air et de vitalité, corps desséché et rouillé, fatigué de tenir debout par sa simple volonté. D’ailleurs quelle volonté ? Tu vois plus trop d’espoir en elle, ni de force, ni tout ce qui la rendait unique avant, son sourire enfantin et ses gaffes involontaires. Tu ferais n’importe quoi pour remonter le temps. Pour elle d’abord, pour qu’elle n’aie pas tant souffert à cause de la mort d’Alec, peut-être même que si elle t’avait pas rencontrée elle souffrirait pas autant aujourd’hui, parce que tu sais qu’elle comprend pas ton comportement. Pour toi ensuite, parce que t’aurai peut-être pas dû croiser sa route, t’aurai dû continuer à vivre cette vie banale de Voleuse Patentée ayant perdu tous ceux qu’elle aimait, tout ce qu’elle avait. Maintenant, t’es bien pire que cela, toute espérance s’est envolée, tous tes rêves, aussi. Tu portes ce masque, tu le deviens. Il t’influence ce masque, il te fait devenir quelqu’un que t’es pas. Parce que tu veux pas montrer la fille brisée que t’es devenue. Mais tu divagues trop, tu dois revenir à la réalité. Sinon elle va finir par le remarquer.

« Maintenant tu vas aller chercher des gants de boxe, puis tu vas me défoncer ce punching-ball. Pour te motiver, dis toi que c’est quelqu’un que tu hais. Que tu voudrais tuer. Quelqu’un qui a bousillé ta vie. Ou sinon concentre-toi, c’est pas mal aussi, tu expliques dans un souffle avant d’esquisser un sourire sincère du bout des lèvres.

Tu te demandes bien si la brunette va tenir le rythme. On dirait bien qu’elle est prête à tomber. Elle est un château de cartes, une seule bourrasque pourrait la détruire. C’est l’impression qu’elle te donne, alors faut qu’elle s’endurcisse un peu. Qu’elle devienne comme toi, à la limite, même si tu lui souhaite pas. Pas à elle, pas maintenant alors qu’elle est trop jeune, pas assez brisée, trop pure encore.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Sam 11 Fév 2017 - 0:18



♫ Little happiness to start again ♫
La jeune fille regarda sa meilleure amie cherchant à démasquer le ton qu’Amber employait pour lui parler, mais elle n’y arrivait pas. C’est comme si en quelques mois seulement sa meilleure amie lui était devenue étrangère, comme si tout ce qu’elles avaient vécus ensemble ne représentait que des grains de sable qui au premier coup de vent, s’envolait pour se déposer plus loin ou pour se perdre dans la mer à jamais. Mara avait cette impression là, chaque fragments de son amitié avec son amie semblait s’envoler, trop haut pour elle et son corps trop faible. Trop haut pour son esprit gamin et son coeur brisé. Trop haut pour qu’elle puissent les récupérer. Nonobstant, depuis quelques temps, elle avait appris à faire sans essayer de comprendre, quand on lui avait demandé de manger, elle l’avait fait sans savoir ce que cela allait lui apporter en retour. Elle l’avait fait en sachant que ce n’était pas avec quelques chose dans le ventre que la tristesse partirait mais elle l’avait fait. Elle ne faisait plus qu’obtempérer depuis quelques temps et cela ne lui allait pas. 

Cependant quand Amber lui demanda avec un sourire d’aller prendre des gants  et de frapper dans le punching-ball, elle le fit. Elle se leva, tendit ses muscles douloureux, puisa dans les dernières forces qui lui restaient pour pouvoir redevenir forte. Car c’est ce qu’elle voulait, elle pensait qu’Amber pourrait l’aider à redevenir forte, à redevenir celle qu’elle était avant et non pas une poupée de porcelaine trop fragile qui passait son temps à se lamenter. Même si elle ne pouvait s’empêcher de le faire son comportement l’énervait au plus au point. Pourquoi fallait-elle qu’elle passe pour une fille faible? Pourquoi n’était-elle pas aussi forte que lorsqu’elle avait été enfant? Pourquoi ne s’était-elle pas de nouveau réfugiée quelque part d’autre quand dans l’enfermement et la tristesse? 

Quand elle arriva devant ledit punching-ball elle se demanda si avec sa force il arriverait à bouger d’un millimètre. Elle se mit sur la pointe des pieds et essaya de faire le vide dans sa tête. De la concentration c’est ce qu’Amber avait demandé, c’est ce qui l’aiderait à aller mieux et à avancer. Elle frappa plusieurs fois. C’est comme si elle avait frappé sans gants, sans protections. Elle ressentait chaque phalange qui gémissait sous les coups malgré tout les efforts qu’elle fournissait pour ne pas s’en rendre compte. Elle frappa encore et encore, changeant de poing. Sautillant sur la pointe de ses pieds comme si elle affrontait vraiment quelqu’un. Pendant un moment elle n’entendit plus que sa respiration saccadé de fille épuisée et le bruit d’écrasement que ses maigres poings affligeaient à l’infrastructure de sport. 

Elle s’arrêta quelque temps et reprit sa respiration les mains sur les hanches, elle leva la tête vers Amber qui une micro-seconde avant de poser son regard sur elle, était dans ses pensées. Que pouvait-elle s’imaginer là haut? Pourquoi semblait-elle si mystérieuse? Une nouvelle fois la sensation de curiosité qui émanait de son ventre lui fit grincer du nez. Ne pouvait-elle pas se concentrer et ne pas penser à autre chose qu’à elle? Etait-elle obligée de penser toujours aux autres alors qu’ils n’avaient en général pas besoin de ses conseils et de sa compassion? Amber était une grande fille, Mara devait lui faire confiance et elle lui faisait confiance. 

« C’était bien? »

Secrètement elle aurait espéré un petit mot gentil, un petit compliment, mais c’était mal connaitre sa meilleure amie, celle-ci hocha la tête et lui lança un nouveau un regard qui voulait tout dire: « Recommence ». Alors pour une fois prise d’un nouveau courage et d’une nouvelle force, Mara se tourna vers sa cible et frappa. Elle voulait se montrer forte, aussi forte qu’Amber…non ce ne serait pas possible mais au moins essayer d’approcher de sa force, ça elle en rêvait. Elle ne savait pas si c’était un beau rêve ou pas mais c’est ce qu’elle voulait. Sa cible était à son merci, elle pouvait la frapper et faire ce qu’elle voulait. 

« Sa cible », sans s’y attendre ce mot resta coincé dans sa mémoire, passant en boucle et en boucle dans sa tête. Elle continuait de frapper, essayant de se concentrer de nouveau, essayant d’oublier la voix qui la narguait au fond de son cerveau mais c’est comme si elle ne pouvait pas. Ses pensées s’échappèrent et leur cloitre. « Sa cible », comme une cible qu’on attend, comme un ennemi qu’on veut terrasser, quelqu’un qui nous a fait du mal… « Sa cible » comme un mot amer prononcé par quelqu’un qui veut le mort de quelqu’un d’autre. « Sa cible » comme une personne qui traque sans réussir à trouver. « Sa cible » comme si elle se trouvait en face des assassins d’Alec…

La barrière tomba brusquement, plus brusquement qu’elle n’y avait pensé. Elle continuait à frapper sans se rendre compte du combat qui était en train de se dérouler dans son cerveau. Elle continuait de frapper comme si ça vie en dépendait alors que la seul image qu’elle voyait était le corps en sang de celui qu’elle aimait. Elle continuait de frapper alors que les derniers mots écrit de sa main mourante ne cessait de la hanter. Elle continuer de frapper alors qu’elle savait qu’elle finirait par s’arrêter épuisée. La mort d’Alec, quelque chose de si lointain et pourtant de si proche, qu’elle quelque chose qu’elle n’avait encore j’avais vécu sous cet angle. Un désir de vengeance prenait part au fond de sa poitrine. Elle imaginait le visage sanglant de celui qui avait tué l’être aimé, de celui qui l’avait laisser mourir et l’avait laissé dépérir alors qu’elle tenait à lui bien plus qu’à tout ce qu’elle avait sur AutreMonde. Et puis son visage, fut remplacé par un visage bien plus familier, un visage qu’elle connaissait…

« Alec…murmura-t-elle »

Elle ne parvenait plus à saisir la réalité, était-elle dans un rêve? Pourquoi frappait-elle Alec alors? Pourquoi l’avait-il laissé sans défense? Pourquoi ne s’était-il pas battu? Pourquoi n’avait-il pas vécu? Son corps fonctionnait sans que sa pensée le veuille, elle frappait alors que celui-ci gémissait de douleur. Gémissements qui lui perçaient les tympans qui agrandissaient le trou béant laissé par son départ. 

Elle ne sut combien de temps elle était restée dans cette double dimensions mais quand elle ouvrit les yeux, ses coups était forts et précis et les larmes dévalaient sur ses joues livides. Comme un brouillard qui obscurcissait la nuit. Elle ne voyait plus, comme si le désespoir essayait de la faire couler, oui elle avait envie de se noyer une nouvelle fois. Alors qu’elle continuait de frapper c’est comme si une chute d’eau avait soudain pris forme, les larmes ne s’arrêtaient pas, elle entendait autour d’elle des sons étouffés, des gémissements, une haleine essoufflé. Elle ne se rendit compte que quelques minutes après qu’il s’agissait d’elle. Pourquoi était-elle si faible, pourquoi ne pouvait-elle pas continuer à frapper ce punching-ball sans penser à lu? Pourquoi était-elle obligée de retourner vers le passé? 

Elle oublia de frapper le dernier coup et le punching-ball la percuta. C’est comme si c’était le coup de trop. Son coeur au bord de la fissure avait littéralement explosé. Elle tomba sur les fesses, les larmes roulant sur les joues et dans un mouvement de colère elle enleva les gants et les jeta aussi loin qu’elle put. Ses bras lui faisait mal, elle était fatiguée elle pleurait elle n’en pouvait plus et pourtant elle sentait le regard perçant de sa meilleure amie la regarder. Comme si elle attendait que Mara dise quelque chose, comme si elle s’attendait à ce qu’elle se batte et à ce qu’elle se relève et qu’elle garde la tête haute. Mais Mara était une faible une faiblarde sans avenir qui ne cessait de s’apitoyer sur son sort. Elle était lamentable, complément pitoyable et assurément pathétique. Entre deux sanglots elle arriva à regarder sa meilleure amie et à lui parler. 

« Je n’en peux plus Amber, je suis fatiguée j’ai mal partout. Je n’en peux plus sérieusement, c’est trop dur, c’est trop dur! Je n’y arrive pas…Je n’y arrive pas! »

Même si elle s'adressait à sa meilleure amie, elle se parlait plus à elle qu’à Amber. Elle se détestait d’être aussi faible, elle s’en voulait de ne pas s’en sortir et de se laisser dépérir de cette façon. Elle voulait revivre, elle voulait être elle-même mais elle n’y arrivait pas, c’était trop compliqué…Sa meilleure amie continuait de la fixer. Elle eut un déclic, un déclic sonore car elle avait frappé le sol avec son poing. Elle ne pouvait pas laisser tomber, non elle ne le pouvait pas! Elle se releva à bout de force et alla chercher les gants qu’elle commença à enfiler de nouveau. Elle se positionna face au punching-ball et recommença à frapper, espérant oublier cette séance de sport, espérant oublier son chagrin et espérant un jour se revoir plus forte et plus vivante que jamais. 
Codage par Libella sur [size=13]Graphiorum[/size]


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Lun 13 Fév 2017 - 13:28

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Tu pousses un soupir exaspéré, la brunette va finir par te tuer, toi qui pourtant est aussi solide que du roc en apparence. Mara venait de réussir à se concentrer, elle visait mieux, ses coups se faisaient plus violents, plus forts et tu étais fière d’elle, pourtant elle lâchait encore. Comme si son âme ne voulait pas qu’elle revienne à la vie. Qu’elle survive, plus précisément. Tu croises les bras quand tu l’entends dire qu’elle n’y arrive pas, se lamenter sur son sort ne servirait à rien, surtout avec toi.

Cependant, alors qu’elle était prête à s’effondrer, elle se relève puis remet ses gants de boxe. La jeune femme, fébrile, recommence à frapper dans le punching-ball, comme possédée par une volonté nouvelle de réussir à surmonter cette épreuve difficile. Tu vois qu’elle n’arrive plus à s’arrêter puis tu t’étonnes, aussi, à sentir un sourire se dessiner sur la commissure de tes lèvres, fière de ton amie. Tu t’approches doucement d’elle, tu veux pas la brusquer, mais tu te place derrière elle et délicatement, tu prends ses bras et les baisses, tu lui laisses le temps de se calmer.

« Calme, respires,  tu dis.

Elle recommence à respirer normalement à nouveau, mais elle a toujours l’air faible, prêt à accueillir la mort d’un simple battement de cils. Poupée fébrile, poupée docile, poupée qui attend que de son trépas la mort décide.

Tu lui enlèves ses gants avec douceur et sur ton visage s’imprime à nouveau cette expression déterminée, tu sais ce que tu prévois de faire ensuite. Tu lui souris gentillement et te prépares mentalement à sa réaction. Puis :

« Combats-moi. »

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mar 14 Fév 2017 - 0:31



♫ Little happiness to start again ♫
Ce n’était pas vraiment une envie, ce n’était pas non plus un but, ni même quelque chose à faire c’est comme si c’était vital. Chaque poings frappés contre l’infrastructure représentait chaque battements de coeur de la jeune fille. Si elle arrêtait, elle mourrait de nouveau. Visage terne et yeux dans le vide, âme perdue et coeur brisé. En tapant contre un objet elle avait l’impression d’exister. Elle se battait. Elle se battait enfin pour quelque chose, elle ne se laissait plus cueillir par la Mort. Elle voulait combattre, elle voulait survivre. Cette volonté nouvelle, elle ne savait pas d’où elle venait, lui avait-on donné? Quelqu’un avait-il voulu l’aider? Lui avait-on montré la nouvelle voie à suivre? Quelqu’un d’autre qu’elle ne voulait pas qu’elle meurt, elle en était certaine. Une force nouvelle avait pris possession de sa poitrine, de tout son corps. Ce n’était plus elle la maîtresse d’elle même. Enfin elle ne se reconnaissait plus. Tout son corps voulait se battre, toute son âme chérissait de nouveau la vie. La Mort n’était plus qu’une vielle ennemie, elle ne voulait plus la voir, même plus en entendre parler. Elle était prête, elle était décidée…elle se battrait. 

Elle n’aurait jamais pensé qu’Amber cesserait de la faire frapper. Son ton doux et calme déstabilisa Mara qui de nouveau sentit la force lui échapper, comme si elle lui filait entre les doigts, comme si elle ne pouvait plus l’atteindre. Respiration saccadée qui se calma. Visage fermé qui se rompit. Bouche pincé qui s’ouvrit. Coeur en miette qui se recolla. Elle laissa l’air de la salle emplir ses poumons comme si elle les brûlait, comme un noyé remonte à la surface et ne peut plus respirer avant longtemps. Elle sentait la souffrance, elle sentait le mal que lui procurait cette respiration, cette nouvelle idée de vie et pourtant elle inspirait car elle sentait la douleur, elle se sentait de nouveau vivante. Elle ne saurait l’expliquer mais ce sentiment ne voulait plus quitter sa poitrine. 

Combat moi. Quelle était cette phrase? Cette détermination qui venait de remplacer le ton doux qu’arborait son amie? Ou était passé la fille qui avait voulu la réconforter? Qui était la Amber devant elle? Elle essayait simplement de l’aider, du moins c’est les conclusion que Mara en tirait. Mais elle ne savait comment appréhender le brusque changement de ton de son amie. Combat moi. Phrase lancée sans violence mais qui veut tout dire. Phrase qui vient du fond du coeur, sortit sans même y penser. Phrase qui déclenche l’adrénaline, la force que Mara recherchait. Phrase qui la prit au dépourvu qui la fit cesser de martyriser ses poumons à vouloir trop respirer. Surprise, incompréhension…peur? Sentiments mêlés qui se conjuguaient parfaitement. Envie de fermer les yeux, de comprendre la situation. Obstination et détermination étaient les maîtres mots qui caractérisaient le regard qu’Amber lui lançait. Regard que Mara n’arriva pas à lui redonner. Regard peureux et même inquiet, elle n’arrivait qu’à s’interdire de se consumer. 

« Qu…Quoi? Me battre contre toi? Mais…Mais Amber ce n’est pas possible voyons, je…je ne vais pas me battre contre toi quand même! Je viens à peine de recommencer à courir, je suis une limace qui avance grâce à un déambulateur. Si nous combattons…eh bien… »

Arguments lamentables, envie irrépressible de se battre. Le sang affluait aux tempes de la jeune Héritière qui ne savait plus comment réagir avec ses sautes d’humeur. Petite fille perdue fragile, poupée de porcelaine brisée et trop pure devient une guerrière aux envies de vengeances, force qui la pousse à aller de l’avant et à vouloir sortir la tête haute. Le regard qu’Amber lui lança ne lui donna que le courage nécessaire qui lui manquait pour se lancer dans la bataille. Regard qui voulait dire: « Tu abandonnes déjà? » Abandon trop de fois exprimé. Lâcheté et peur qui ne cessait de se refléter. Ancien visage de nouveau lâché devant les yeux de Mara. C’est donc comme ça que ses amis la voyait depuis quelques temps? Une fille perdue et peureuse, une fille devenue lâche et pleurnicheuse? Et il avait raison…mais si seulement il avait tort? Etait-ce trop tard pour leur prouver? Mara pouvait-elle encore se relever encore plus haut qu’elle ne l’avait déjà fait? Rictus au coin des lèvres yeux emplis d’une force nouvelle. 

« Tu n’a jamais été raisonnable n’est-ce pas? Se battre avec moi alors que j’ai la force d’un moineau, Me faire sortir de mes limites alors qu’elles sont proches de zéro. Me faire renoncer pour que je puisse me relever. Merci Amber »

Sourire sincère de la fille qui veut continuer. Sourire sincère de l’amie qui veut remercier. Une fille qui va de nouveau se relever, une fille qui va combattre jusqu’à atteindre sa destinée, une fille qui ne va pas lâcher, qui est plus forte qu’elle n’y parait. Mara se positionna et rejeta se mèche blanche derrière son épaule. Son coeur résonnait bien plus fort qu’elle ne l’avait jamais entendu, elle se sentait…vivante. 

« Je suis prête » 
Codage par Libella sur [size=13]Graphiorum[/size]


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Mar 14 Fév 2017 - 1:31

You cant save life's people, but you can't save the people of the life



Tu la vois qui commence à relever la tête, à acquérir une force qu’elle n’avait pas auparavant. Le petit oiseau blessé était devenu un jeune aigle essayant de survivre dans un milieu de vie hostile, prêt à tout pour se battre. Même avec quelqu’un contre qui il n’a aucune chance de gagner. Tu la vois se tenir prête, les sens presque aux aguets. Tu sais que la battre sera très simple pour toi, alors tu comptes y aller doucement, te ménager. Le but de l’exercice, c’est plutôt de savoir si elle va réussir à te rendre les coups que tu lui envoie, à toi. Celle qu’elle ne comprend plus. Celle au cœur brisé, qui rêve tant qu’on la comprenne. Une jeune femme qui souhaiterait plus que tout au monde que celui qu’elle aime voie son état. Quand parfois, des larmes salées déferlent sur ses joues et se mêlent à ses cheveux, son mascara, devenant alors un tableau sombre. Tu t’étires, coures une minute sur place, fait craquer tes mains. Tu sais bien qu’elle attend que ça, la brunette, que tu lui en envoies une dans la tronche. Alors tu prends ton temps, histoire de lui mettre un peu la pression. Dans l’attente de recevoir le coup fatal.

« Tu ressens cette poussée d’adrénaline pas vrai ? C’est ce que je veux. Tu vas te battre. Et tu vas survivre. Si t’y arrives pas, c’est que t’es bonne à rien. Mais c’est pas ce que je veux, ni ce que tu souhaites. Alors tu vas te relever, et bouger tes fesses. » tu lances avec un sourire narquois.

Puis tu commences à sautiller, placer tes pieds, les bouger un peu comme à la boxe. Tu tends tes poings serrés, soldat énervé d’avoir perdu toute force de se battre contre son enfer, et un sourire se dessine sur tes lèvres. Ironique comme situation, n’est ce pas ? Tu aurais tout fait pour qu’il ne se passe pas tout ce qui arrive. Tout fait pour effacer ces deux dernières années de ta vie, recommencer à zéro, un nouveau départ. L’époque où tu apprenais à vivre seule te semble bien loin maintenant, l’époque où tu vivais avec tes parents aussi. Tu repenses à ton père.

Un flash. Une image s’installe dans ton crâne et tu arrêtes immédiatement de serrer les poings. Tu le revois allongé dans cette flaque de sang. A l’époque, ton cœur s’est fissuré mais tu as su le réparer avec du sparadrap, qui ne dure qu’un temps, pour ne pas en perdre les quelques morceaux qui s’étaient envolés.

Tu secoues la tête et te reconcentre sur ton objectif, combattre Mara. La mettre à terre, mais qu’à la fin de la séance elle vive avec cette volonté de se battre en elle. Continuer, toujours continuer. Sans qu’elle s’y attende, tu envoies le coup de poing dans la hanche, tu sais que c’est pas très douloureux mais vu son état, elle sera suffisamment affaiblie.

Un mouvement de plus, tu prépares ton deuxième coup. Elle se tient la hanche, elle halète comme un chien, on dirait qu’elle est à terre, prête à abandonner, qu’elle va crever. Tu la laisseras dans sa merde, si elle tombe, et elle relèvera. C’est ça l’instinct de survie, tu ne le connais que trop bien. Tenir, toujours tenir. Tu avances ton pied gauche, tu sais où frapper.

Un autre flash, tu croirais y être. Tu peux sentir le vent fouetter ton visage, le sang battre tes tempes et traverser chaque parcelle de ton corps. Tu es à fleur de peau, il est à côté de toi et tout semble normal. Mais lorsqu’on est dans la conversation, on sait. Il te brise. Violemment, trop facilement. Ses paroles te reviennent en mémoire : « c’est ce que je fais de mieux, j’utilise les gens » Malgré ça, malgré qu’il t’aie touchée en plein cœur, tu gardes la tête haute. « La seule raison pour laquelle j’ai voulu me rapprocher de toi, c’est que je pensais que tu pourrais espionner tout ce que fait ma sœur pour moi. » Tu pensais pas être blessée autant, tu pensais être invincible. Quand ses paroles sont parvenues à tes oreilles, tu as été choquée par la violence de ses mots. Même si ça fait mal, même si ça t’a explosé le cœur et même si à partir de ce jour tu as comme cessé d’exister, au moins il t'as dit la vérité, il te l'a balancée et elle a atterri en plein dans ta face.

Tu reviens à toi, tu passes une main devant tes yeux, soudainement aveuglée par cette lumière trop réaliste. Tu as perdu le contrôle pendant quelques secondes, ça t’arrive rarement en pleine journée mais tu repense à ces nuits. Celles où tu te réveilles en sursaut, les draps trempés, le corps tremblant, le cœur qui ne cicatrice pas et l’âme jonchée de blessures. Tu te remets en place et furtivement tu frappes dans la trachée de l’apprentie, sans qu’elle s’y attende. Elle se retrouve vite le souffle coupé et tu sais que tu as bien fait de frapper à ce moment là, parce que commençait à se poser des questions sur toi. Tu ne voudrais pas qu’elle s’en mêle, elle souffre déjà trop pour quelqu’un d’aussi pur et innocent. Elle n’a rien fait pour mériter cela. Tu sais très bien que si elle savait ce qu’il s’était passé avec le beau brun, ce sombre être plein de vices, ce fils de pute, elle s’en remettrait pas. Alors tu fais ce que fais de mieux.

Tu te tais, tu subis. Tu survis.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Jeu 16 Fév 2017 - 0:29



♫ Little happiness to start again ♫
Pour être franche, même si le courage était une qualité essentielle chez les Voleurs Patentés, Mara ressentait une légère peur plus approchait son combat avec Amber. La pauvre fille n’avait aucun espoir face à son amie. Elle avait beau essayer d’être forte, de vouloir combattre et de se battre mais elle savait au fond d’elle même qu’elle faisait ça pour cacher une triste vérité. Elle avait peur de ne pas se relever. C’est la tête haute qu’elle attendait son amie, elle voulait qu’elle commence le combat, elle n’aurait pas la force de le faire. Mais après avoir pris quelques coups durs, peut-être qu’elle pourra de nouveau combattre? C’est ce qu’elle fit… elle attendit. Amber l’énervait quelque peu, elle savait que la brunette était pressée d’en finir pourtant elle prenait son temps. Comme pour lui montrer une issue évidente, lui montrer qu’elle allait la massacrer sans doute, qu’elle allait se ménager pour ne pas la tuer sur le tapis. Peut-être même que cette idée sous-entendait que l’Héritière était maintenant trop faible, qu’elle ne pourrait plus avoir la même force qu’avant. Mara ne savait pas si ces pensées étaient vraies ou si c’était pour lui donner de la force que son amie sous-entendait de tels trucs. Non justement, peut-être qu’Amber avait toujours sous-entendu des choses, mais ce n’est que maintenant que Mara s’apercevait vraiment qu’elle pouvait comprendre les autres sans essayer d’être omniprésente et de tout le temps parler. Le silence et l’écoute peuvent être parfois nos meilleurs amis comme ils peuvent nous entraîner trop bas pour qu’on puisse remonter. 

Mais Mara n’était pas trop bas. Elle y avait été, certes, un jour sans doute, il y a quelques mois, il y a quelques semaines. Mais elle n’y était plus. Le premier coup qu’Amber lui déclencha fut comme une décharge électrique dans tout le corps. Elle n’aurait jamais pensé ressentir une telle douleur, d’autant plus qu’elle n’avait plus que la peau sur les os. Le coups de son amie avait touché l’os de sa hanche. Pas assez pour la casser, même si elle aurait pu, mais trop fort pour passer comme une petite attaque sans violence. Oui alors était-ce ça le problème? Ce n’était peut-être pas violent mais Mara le ressentait comme telle. Peut-être que les émotions qu’Amber mettaient en se battant se mélangeaient aussi à sa façon de combattre. Ressentait-elle une haine? Une rancoeur envers quelqu’un? Lui avait-on fait du mal? Mara se maudissait d’être si proche et pourtant si loin de sa meilleure amie dans ces conditions. 

Mara observa soudainement son amie, elle n’avait plus l’air dans le combat. Secondes d’inattentions qui pourraient lors d’une mission engendrer une perte et même si elles n’étaient pas en mission Mara savait une chose de son amie, elle ne laissait jamais tomber sa « proie » du regard. Chose qu’elle venait de faire inconsciemment. Si Mara n’avait pas été si occupée à réfléchir au comportement étrange de son amie, si elle n’avait pas réfléchi comme une gourde en essayant de comprendre cette absence elle aurait pu déclencher une attaque, ou au moins se préparer à celle qu’elle allait recevoir. 

La respiration coupée par le coup dans la trachée, Mara ne s’y était pas attendu. Et dire qu’elle avait espéré que sa meilleure amie allait aller doucement…c’était mal connaitre Amber. Elle savait son point faible et elle l’avait utilisé contre elle, le problème c’est que le point faible d’Amber, si toutefois elle en avait un, c’est que Mara ne le connaissait pas. Pliée en deux elle essaya de reprendre son souffle, parfaitement consciente que si elle était en mission elle serait déjà morte. Mais ne pouvant faire autrement pour pouvoir respirer de nouveau elle laissa tomber deux minutes. Elle inspira profondément et avala sa salive même si cela lui arracha une grimace douloureuse. Allait-elle laisser tomber encore? Allait-elle renoncer? Allait-elle dire que c’était trop dur? Qu’elle n’y arriverait pas? Non. Non pas cette fois. Cette fois elle allait y arriver. Et même si y arriver signifiait pour elle réussir à toucher son amie, alors elle sera contente d’avoir progressé, de s’être relevée, d’avoir fait des progrès. 

Mara releva la tête, elle se positionna de nouveau face à son amie. La nouvelle série d’attaque allait être de plus en plus dure, elle le savait mais elle allait y arriver et être courageuse…au moins une fois dans sa vie de maintenant. Elle réussit à esquiver plusieurs coups placés, elle le pensait, volontairement peu fort de la part de son amie. Elle essaya de redoubler d’intensité mais chaque fois ses poings furent stoppés par Amber. La précision n’était pas son fort, ses coups trop lents et trop imprécis. La force était en train de la lâcher, elle n’arrivait plus à suivre le rythme. Après avoir repris un coup dans les côtes, elle décida de se calmer et de se concentrer, de faire le vide dans sa tête et de ne plus penser à autre chose qu’au combat qui était en train de se dérouler. Quand elle était petite elle s’était bien battue contre des plus forts, contre des gens qui n’avaient pas vraiment l’intention de la laisser indemne et pourtant là Amber pourrait lui offrir un beau duel. Elle se laissait faire et Mara n’arrivait même pas à lui déclencher un coup. Elle se sentait nulle, véritablement nulle! 

Mara remarqua que son amie était vraiment ancrée dans le combat, elle se concentra de nouveau et frappa. Avec toute la force et toute ma précision qu’elle pouvait y mettre, elle feinta et son pied atteignit avec violence le tibia de son amie. Un sentiment de petite victoire s’empara du coeur de Mara. Elle avait réussi à toucher son amie, elle l’avait fait. Elle était plus forte qu’elle ne le croyait. Mais malheureusement quand on est pas assez concentrée on le regrette souvent et très amèrement. Le poing d’Amber vint cueillir Mara qui n’eut le temps de parer l’attaque. Amber continua d’attaquer en mettant plus de force et de volonté, mais Mara déjà mal engagée ne put riposter plus qu’elle était en train d’essayer de le faire. Elle essaya de tenter de décocher un dernier coup à son amie avant que celle-ci n’emporte de suite la bataille, mais son coup fut mal placé et il se retourna contre elle quand le poing qu’elle lança à son amie fut stoppé et que celle-ci l’obligea à s’agenouiller de douleur par terre en lui faisant une clé. 

Un gémissement plaintif sortit des dents serrées de Mara qui ne pouvait plus retenir sa douleur. Elle était couverte de bleus, elle avait la lèvre en sang et un bon nombre de choses en état plus ou moins proche de la catastrophe et pourtant elle ne pouvait s’empêcher d’avoir le coeur un peu plus léger. Elle avait réussi à toucher sa meilleure amie. Alors certes pour Amber ce n’était peut-être rien, certes cela paraissait vraiment très enfantin de s’enflammer pour un petit coup mais Mara avait réussi son objectif. Jamais elle n’avait eut l’intention de gagner, ni même de faire du mal à Amber. Jamais elle n’avait eut l’intention de la mettre à terre, elle savait qu’elle n’aurait pas réussis et ce n’était pas faute d’avoir essayer d’y penser. Mais Mara était réaliste et elle avait voulu se donner le courage de taper précisément et de manière violente sa meilleure amie. Elle l’avait fait, une fois, une seule fois mais elle l’avait fait. 

« Tu… tu as gagné, ne jamais détourner son attention de son adversaire, ne jamais se déconcentrer lors d’une bataille, je sais….je sais que ce coup aurait pu m’être plus cher qu’il ne l'a été et je sais que si tu avais eu l’intention de me tuer tu l’aurai fait. Il faut que j’apprenne à maîtriser mes émotions et à me concentrer! »

Elle se releva dès qu’Amber lui lâcha le bras, décidée à ne pas paraître plus que la petite créature fragile qu’elle n’était déjà. Elle secoua son bras meurtri et soudain un sourire illumina son visage pour la première fois de la journée. Un sourire qui creusa ses fossettes. Un sourire qui ne voulait sûrement rien dire pour son amie mais qui représentait pour Mara tellement de choses. Elle n’allait sans doute pas comprendre, mais l’essentiel c’est que Mara elle l’ai compris. 

« J’ai réussi ! J’ai réussi ! Je t’ai touchée ! »

         Le caractère autrefois enfantin de Mara refit surface sous les eaux profondes et un sentiment d’allègement prit place dans son coeur. C’était décidé: quoi que l’avenir lui réserve, quelque soit l’issue des combats qu’elle ferait avec Amber, elle resterait forte. Maintenant et pour toujours. 
Codage par Libella sur [size=13]Graphiorum[/size]


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Lun 20 Fév 2017 - 16:25

you were never gone



Tu la domines, tu gagnes le combat, mais elle réussit à te toucher.  De justesse, elle n’a pas frappé ton genou droit, mais un peu plus en dessous, au tibia. Tu soupires de soulagement. T’as pas eu mal, mais t’en aurais bien chié si elle avait frappé en plein dans ton point faible. Heureusement, elle n’a pas une technique de combat imprévisible, ni infaillible. Tu as paré tous ses coups, tu sais très bien pourquoi ; Trop molle, trop lente, trop faible.

N’empêche qu’elle est bien heureuse de t’avoir touchée. Tu la comprends un peu, après tout à ses yeux t’es un peu une meuf invincible, avec une technique de combat parfaite, des réflexes excellents et une rapidité hors norme. Donc, ça t’étonne pas. Tu souris tant bien que mal et masses discrètement ton genou.

« Bravo, c’est ce que j’attendais. Tu t’es bien battue,

Tu la regardes et lui sourit, elle a l'air heureuse de t'avoir touchée pendant votre combat. T'es contente pour elle, mais pas assez pour qu'elle puisse le voir.

« Si ça te dérange pas, j’vais taper du punching-ball deux minutes, ‘fin je finis mon entraînement quoi. Tu peux rester, t’inquiète. »

T’avais prévu qu’elle veuille sans aller, donc autant la prévenir qu’elle peut te regarder. Puis c’est aussi histoire de lui montrer comme t’es devenue une machine de guerre. Tu t’approches du punching-ball et ré-enfiles tes gants de boxe, tu commences à envoyer valdinguer tes poings dedans. T’es quasiment sûre que Mara se demande pourquoi t’es différente aujourd’hui, alors qu’il y a deux mois t’étais… Chaleureuse ? Joyeuse ? Épanouie ? Un mélange de tout ça, tu supposes.

Après ça t’enlèves tes gants, tu t’étires, tu incantes et un robot humanisé apparaît. Tu le programmes à ses capacités au maximum, tu démarres le combat. Tu envoies un coup dans la clavicule, t’entends un « crac » qui te fait comprendre que tu viens de lui péter un os. Ensuite, t’esquives ses attaques, tu pares les coups et tu t’apprêtes à envoyer une autre attaque. Tu fais volte face et tout en prenant ton élan, tu lèves ta jambe droite, tournes en même temps. Soudain, il prend ta jambe droite au passage et te mets à terre, tu te tiens le genou et te relèves. Il recule, alors que toi tu  fais dix pas en arrière.

« Je suis désolé. J'ai essayé. » Ses mots te reviennent en mémoire. Tu entends presque sa voix chuchoter à ton oreille. « Ton existence n'est qu'un grand mensonge. Tes valeurs n'étaient qu'un mensonge. » C’est comme s’il était là, à essayer de te consoler à moitié, comme il peut. « J'aurais dû tout te dire dès le début, pas vrai ? » Tu es prise d’un vertige, tu fermes les yeux pendant deux secondes. Pas assez pour que Mara le remarque, mais trop pour te faire perdre ta concentration. Tu dois te reprendre.

Tu t’élances, le corps qui prend de la vitesse, le cœur qui bat de plus en plus vite, la haine qui coule dans tes veines. En à peine cinq secondes t’arrives devant lui puis saute avec souplesse, la jambe en l’air. Il n’a pas le temps de réagir qu’il reçoit ton pied. Puis, tu le mets K.O d’un coup de poing bien placé.


« Fini pour aujourd’hui. On remet ça, hein ? »

Le robot disparaît dans une fumée de magie dorée, et tu jettes un oeil vers Mara en lui souriant.

© EKKINOX



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence    Lun 20 Fév 2017 - 20:27



♫ Little happiness to start again ♫
Mara semblait irradier, rayonner. Pour la première fois depuis le début de son douloureux deuil, elle souriait sans se forcer. Elle ne pensait plus à des choses tristes. Elle ne pensait plus à la mort d’Alec, tout ce qu’il lui restait en mémoire était les paroles qu’Amber avaient prononcés. Elle s’était bien battue, c’est ce qu’Amber avait attendu d’elle. Pour vous, ce n’était peut-être rien. Mais pour Mara, c’était une lueur d’espoir dans son coeur si sombre et obscur. Son exemple, sa meilleure amie qui plus est, lui avait fait sous-entendre qu’elle était fière. Certes, cela pouvait paraître étrange que Mara prenne sa meilleure amie pour son exemple, cela pouvait même être très très bizarre. Et même si la jeune femme ne voulait pas trop que Mara la prenne comme exemple, la jeune Héritière ne pouvait s’en empêcher. Pour elle, Amber était tout ce qu’elle aurait voulu être dans cette triste période. Certes, elle ne lui enviait pas tout, la vie avait était rude pour cette jolie fille bien trop jeune. Mais elle était forte, elle le restait, elle ne montrait pas ses faiblesses, elle les cachait. Elle se relevait, car elle voulait vivre, elle voulait vivre et se battre. Elle avait le caractère qu’il fallait, la beauté qu’il fallait, la technique de combat et l’intelligence aussi que Mara voulait. Mais elle ne les avait pas, du moins pas de cette façon. A côté d'Amber elle ressemblait plutôt à une gamine avec des robes et des chaussures à talons trop grandes, qui essayait de paraître forte alors qu’au fond d’elle même, elle n’était qu’une poupée de porcelaine brisée. 

La question ne se posait même pas de savoir si elle voulait rester pour voir son amie s’entrainer. La réponse était évidente, c’était même un grand oui! Elle souffla un bon coup et alla s’assoir sur la pile de matelas qui s’entassait dans un coin de la salle, de sorte à ce qu’elle ne gêne pas sa meilleure amie tout en étant à une place assez haute pour pouvoir la regarder. Il fallait dire que, quand Mara regardait Amber se battre, elle n’appréciait en rien le combat à regarder, non. Elle analysait, elle analysait chacun de ses faits et gestes dans le but de pouvoir les refaire par la suite, même si elle n’y arrivait que très rarement. Voir le corps de son amie se mouvoir tout en souplesse et en force lui donnait envie de se battre de cette manière. Certes, elle n’était pas une quiche…enfin quoi qu’en ce moment elle ressemblait très fort à une tarte au thon, mais elle n’avait pas la technique et la grâce que pouvait avoir Amber. 

Pourtant, quand celle-ci commença à frapper le punching-ball devant elle, ce n’était pas élégant à proprement parler, mais plutôt emplit de rage. Emplit de rage, comme du désespoir, comme de la haine, comme de l’énervement pur. Amber ne se contenait plus, elle laissait exploser cette rage en frappant dans ce truc qui faisait un mal de chien aux phalanges et pourtant, malgré la rage, malgré la haine, ses coups étaient précis et bien dosés. Elle atteignait toujours sa cible où elle voulait l’atteindre. On voyait déjà bien que le mot échec ne faisait pas parti de son vocabulaire. Cette force émanait d’elle même si elle tournait le dos à Mara. Même si elle ne la regardait pas dans les yeux, elle dégageait tant de force de caractère, tant de…de souffrance? De rage, même de dos. Cela en était presque effrayant et Mara ne put se retenir de frissonner. 

Quand cette sensation s’estompa, Mara sut que cet exercice était fini. Mais certainement pas l’entrainement. Un robot humanoïde apparu et le combat commença. Mara ne put regarder tout le spectacle tant la vitesse à laquelle Amber frappait le robot était élevée. Dès fois elle ne voyait que ses longs cheveux bruns qui flottaient dans les airs avant de voir sa jambes toucher chaque points sensibles du robot. Quand Mara croisait ses profonds yeux verts, elle pouvait y voir une intense énergie et toujours cette même rage. Pourquoi Amber était-elle différente d’il y a quelques mois? Mara avait-elle manqué tant de choses? Elle ne comprenait pas, elle ne comprenait plus. Il fallait dire que comprendre Amber était une chose compliquée, mais encore plus dans ces moments là. Cette fois le combat était presque lent, gracieux et subtil. Les coups n’étaient pas nombreux mais bien placés et à chaque fois ils faisaient des dégâts. Le corps de la jeune fille bougeait avec fluidité comme si elle dansait. Oui c’est ça elle dansait! Quand elle tomba, puis se releva, une expression différente remplaça la précédente sur ses traits fins. Elle était encore plus redoutable, elle faisait encore plus peur, elle était déterminée, elle voulait le vaincre. Elle n’arrêterait pas. Elle se battait. Elle se battait pour survivre. 

Soudainement tout s’arrêta, le robot s’envola en une fumée dorée et Amber parla doucement comme si elle parlait au robot ou alors à Mara. La jeune Héritière venait tout juste de se remettre du spectacle qu’elle venait de voir et avait encore laissé quelques neurones sur les tapis en mousse. Elle descendit et rejoignit son amie. Elle la regarda et lui sourit doucement ne sachant que dire d’autre. Elle s’en allèrent toutes les deux dans le vestiaire et se changèrent. Elles n’échangèrent un mot et une fois changées, elle quittèrent le vestiaire sans un bruit. 

Arrivées en bas, elle sortirent et restèrent quelques secondes sans rien dire, ne sachant quoi faire, ne sachant comment réagir. Mara revoyait encore son amie se battre tout à l’heure. La beauté et la force qu’elle dégageait quand elle frappait restée impressionnante et Mara était encore un peu sur le cul. Elle ne voulait pas briser ce moment où le temps semblait arrêté. 

« Merci pour tout Amber, enfin je veux dire merci pour aujourd’hui, pour l’entrainement, pour m’avoir redonnée un peu confiance et un peu d’espoir…c’était vraiment cool »

Elle tortilla une de ses mèches un peu gênée de dire ça à sa meilleure amie. Mais elle n’avait pas à avoir honte. C’était sa meilleure amie. 

« Il faut que tu saches que tu es presque hypnotisante quand tu combat c’est impressionnant! Ta technique est impressionnante…bref j’aime beaucoup te voir combattre »

Mara sourit à son amie. Même si elle ne voulait pas, elle sentait qu’il était le moment de se dire en revoir. Elle aurait voulu rester un peu plus avec Amber parce qu’elle lui donnait de la force mais elle ne savait pas si sa meilleure amie était d’accord avec ça et Mara savait désormais qu’un peu de distance ne faisait pas de mal. Elle s’approcha et fit quand même la bise à Amber, puis elle se tourna et secoua la main. 

« A plus Amber, merci encore pour cette journée. Ça m’a fait du bien de me changer les idées! »

Elle sourit une dernière fois, une fois sincère. Puis elle tourna le dos laissant la jeune fille seule, pour partir en direction du palais. En marchant elle revêtit son déguisement. Au fond de son coeur elle savait à présent que cette sortie était le début d’un nouveau départ. 
Codage par Libella sur [size=13]Graphiorum[/size]


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
 
Rien n'est jamais fini, il suffit d'un peu de bonheur pour que tout recommence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rien n'est jamais simple. | Harriett.
» Isis | Rien n'est jamais fini.
» Qui ne retente rien n'a jamais rien [12/01 -> Ebène]
» Rien n'est jamais facile... [Livre I - Terminé]
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour-
Sauter vers: