AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: TingapourPartagez | 
 

 It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Jeu 30 Mar 2017 - 23:38

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...

La jeune Héritière finissait de remplir les derniers papiers qui traînaient sur son bureau avec de longs soupirs destinés à sa Tante qui semblait la surcharger de travail. Il était vrai que depuis quelques semaine, Mara faisait des efforts avec tout le monde pour être serviable et faire une bonne Héritière. Mais en fait, elle bouillait intérieurement, elle était stressée, elle ne savait pas quoi faire et avait besoin de s’occuper l’esprit. Jar était sans cesse occupé, Dorïân avait d’autres choses à régler, quand à Elëor il ne fallait même pas demander. La jeune Voleuse Patentée devait être surchargée de travail. Mais, ce qui lui faisait le plus de peine était de ne pas revoir sa meilleure amie. Certes, un peu de distance leur avait sûrement fait du bien…mais Mara était en pleine forme et elle s’ennuyait affreusement par les temps qui courraient. Alors, ne pas revoir sa meilleure amie devenait un véritable supplice. Cela faisait presque deux mois qu’elles ne s’étaient pas vu, depuis la dernière fois à l’Académie et Amber serait surprise de voir à quel point la jeune Héritière avait changé. Oui, ce n’est pas les mêmes joues rebondis qu’auparavant, mais c’était tout de même mieux que le squelette qui prenait la place de Mara. Elle avait reprit du poids, son exercice physique et le plus étonnant, sa joie de vivre. Peut-être pas entièrement, mais elle était beaucoup plus souriante et rigolait facilement. Amber avait eut raison sur ce point, cela avait mis du temps, mais aujourd’hui quand elle y repensait cela lui faisait moins mal. Il l’avait aimé, il l’aimait peut-être toujours et cela sera toujours réciproque mais il n’aurait jamais voulu que Mara tombe en dépression ou se laisse mourir comme elle l'avait sans doute laisser paraître ces derniers mois. Mais Mara était revenue, plus forte et plus en forme que jamais. 

Elle boucla un dernier papier avec une signature fait à la va-vite et attrapa une veste dans son dressing avant de se diriger vers sa porte. Elle sortit de sa chambre et marcha dans les couloirs du palais en disant bonjour aux personnes qu’elle croisait. Elle s’arrêta devant la porte de la chambre de son frère et frappa trois coups brefs (c’était un petit rituel qu’ils avaient entre eux), rien, aucun son, aucun bruit. Jar ne devait pas être là…tant pis, elle irait trouver compagnie ailleurs qu’avec son jumeau. Elle décida que le mieux serait d’aller dehors, de profiter de cette magnifique journée ensoleillée qui allait lui fournir toute la vitamine C qu’elle avait besoin en ce moment. En prenant bien soin de modifier son apparence (les yeux bleus de sa soeur, ses cheveux bruns sans sa mèche blanche, un teint basané et des yeux en amandes), elle était méconnaissable! Depuis quelques temps elle avait arrêté de changer tout le temps de physique et était tombée sur quelque chose qui lui ressemblait convenablement. Bon, c’était pas elle, mais c’était déjà mieux que d’avoir les cheveux roses. 

Mara sortit dehors sous le regard des gardes, qui, par chance ne la reconnurent pas. Puis, elle marcha dans les rues de Tingapour à la recherche de quelque chose à faire. Elle pourrait aller voir Jack au bar, cela pouvait être une bonne idée, la compagnie du barman était toujours de bonne augure et elle ne s’ennuyait jamais avec toutes les mésaventures qui arrivaient au barman et qu’il s’empressait de lui raconter. Elle fit plusieurs centaines de mètres vers le bar avant de se rendre compte qu’aujourd’hui…il était fermé. Tant pis, elle ferait autre chose…mais quoi? Elle ne le savait pas. Après avoir shooté dans un caillou sur le trottoir une idée lui vint en tête. Elle n'avait qu’à aller voir Amber! Mais oui, bien sûr! Cela faisait longtemps que les deux amies ne s’étaient pas vu et Amber serait peut-être contente de pouvoir voir Mara. En tout cas, celle-ci se faisait une joie de revoir sa meilleure amie. Elle alluma son hor avant de l’éteindre brusquement…et puis non, elle lui ferait la surprise! Après tout, elle savait où Amber habitait, elle n’avait qu’à se pointer là-bas et proposer à son amie de se promener ou d’aller boire un verre avec elle, non? 

En tout cas c’est l’idée qu’elle avait. Et il fallait savoir que quand Mara avait une idée dans la tête…elle ne l’avait pas ailleurs, si vous voyez ce que je veux dire…D’une démarche gracieuse, la jeune femme se dirigea donc vers l’appartement de sa meilleure amie. Malgré son sens de l’orientation très peu développé elle arriva devant la porte sans s’être perdue une seule fois! Comme quoi, tout avait un commencement. Elle sourit et ouvrit la porte pour grimper les marches qui la séparait de sa meilleure amie. En montant les escaliers, elle essayait de s’imaginer la réaction d’Amber quand elle verrait Mara à sa porte. Peut-être sera-t-elle heureuse de la voir, ou au contraire peut-être n’aimera-t-elle pas la surprise? Mara s’arrêta dans les marches…elle faisait peut-être fausse route après tout…mais bon, elle n’allait pas reculer maintenant et d’ailleurs, elle ne faisait rien de mal, elle allait juste passer le bonjour à une amie qui lui était chère. Après, si Amber n’avait pas envie de traîner avec Mara aujourd’hui, elle comprendrait, elle voulait juste revoir son amie pour être sûre que tout allait bien pour elle. 

Mara finit par arriver près du palier de son amie, mais avant de franchir la dernière marche, une voix résonna dans l’appartement de la jeune femme. Mara se stoppa net, s’était bien la voix d’Amber. Peut-être avait-elle déjà du monde? Ou peut-être était-elle au téléphone? Mara gravit la dernière marche et s’appuya contre le mur. Non, elle n’écoutait pas la conversation de son amie, elle allait juste patienter pour laisser Amber finir de parler, et, une fois qu’elle aurait fini, elle ira la voir. De toute façon cette conversation ne durerait pas toute la journée, si? Alors près de la porte de son amie, Mara s’adossa et promena ses doigts sur son hor dans le but de passer le temps. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Mer 5 Avr 2017 - 20:26





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
Mara et Amber


all those who aren't us are our ennemies
Tu ne sais pas ce qui est le pire dans la vie, entre tout foutre en l’air et ne rien regretter ou te faire souffrir sans rien pouvoir faire pour arranger ça. T’as fait beaucoup de conneries ces derniers temps, t’as littéralement pété un câble. Beaucoup trop… Il s’en est fallu de peu, t’as failli ne pas t’en sortir cette fois-là. Cependant, ce que tu as fait doit rester secret encore un petit moment.

Il fait beau aujourd’hui, tu sens que c’est une journée spéciale. Peut-être parce que tu avais l’habitude de rester enfermée chez toi à bouillir intérieurement ou au contraire, à te défouler à l’Académie. Bref, tu as passé la matinée à t’entraîner. Tu as gagné en force depuis que ta vie a tourné au cauchemar. Quelle ironie, n’est-ce-pas ? D’ailleurs, c’est un enfer et tu es plongée dedans même lorsque tu es éveillée. Alors pourquoi ce moment là a dû arriver ? Tu pensais que ça allait s’améliorer entre vous, mais ça n’a fait qu’empirer ce jour-là.

C’est l’après-midi. Tu es installée sur une chaise haute devant la table à l’américaine de la cuisine et essayes de réfléchir à un moyen de te sortir de cette merde. Comment tu vas faire ? T’as aucune solution pour échapper à ça et en plus, ils te collent autre chose sur le dos. Un putain de suivi psychologique. A croire que t’es dingue. Sérieusement, ils n’ont pas d’autres choses à faire, genre s’occuper d’un vrai meurtrier ? Il a fallu qu’ils te tombent dessus il y a quelques jours.

Tu penses pouvoir être tranquille toute la journée, par conséquent tu incantes un Levitus et amène ta boule de cristal devant tes yeux. Tu cherches ensuite la fameuse vidéo, et la lance. Tu es dans une salle spécialement faite pour les gardes à vue. Rien que ça, c’est hilarant. Tu étouffes un rire et te focalises sur ce qui se dit. Ah, t’as sûrement oublié de le préciser : T’es allée en garde à vue parce que tu as gentillement demandé à un homme dans la rue de bien vouloir arrêter de faire léviter les Poufs-Poufs nettoyeurs. Respectez-les, merde ! Puis on joue pas avec les systèmes de nettoyage. Pour finir là dessus, ils se sont sentis obligés de te coller un suivi psychologique au cul.

« Donc dites moi, qu’est ce qui vous a poussé à agresser quelqu’un en public ? »

Tu te vois hausser les épaules d’un air nonchalant, les yeux rivés sur l’homme qui t’interroge. Il pense pouvoir te faire parler, te faire te sentir mieux ? Mais c’est pas un psychologue dont t’as besoin, c’est d’un médicament. Un médicament à longue durée, qui absorbe toute ta peine, ta rancoeur et ta haine contre tout cet univers. Il ne sait rien de toi et pense que t’es une fille normale, qui a vécu sagement avec papa et maman jusqu’à sa majorité. Il pense que tu es heureuse car c’est ce que tu laisses paraître. Mais personne ne sait voir au-delà des apparences.

« Aucune réponse, très bien, il soupire, alors peut-être que tu éclairer certaines de mes autres interrogations. Depuis combien de temps es-tu à l’Académie des Voleurs Patentés ? »

« Depuis sept ans. »

« OK, et tu as obtenu ton diplôme à tes 19 ans, je me trompe ? »

« Non. »

Tu te contenues de phrases courtes et ne prends pas la peine de préciser plus que cela, tu veux qu’il comprenne que t’en as rien à foutre d’elle là, et que c’est pas un inconnu qui va changer ton état sombre et morbide.

« Mon équipe et moi avons fait quelques recherches. Il semblerait que tu côtoies deux des Héritiers d’Omois, n’est-ce-pas ? Décris-nous ta relation avec chacun d’eux, d’abord Mara’tylanhnem et ensuite Jar’tylanhnem. »

Ton pouls s’accélère tandis que tu fronces les sourcils en te remémorant ce que tu as pensé à ce moment de l’entretien. Comment peuvent-ils savoir cela ? Tu retiens cela dans un coin de ta tête en remarquant qu’ils sont plus qualifiés que les postes de police. Dans quoi tu t’es embarquée ? On dirait une sorte de police d’élite, les meilleurs des meilleurs. Ceci dit, pas compliqué de faire le lien. Tu voyais souvent Mara jusqu’à ces quatre derniers mois par contre pour ce qui s’agit de Jar… Ils ont dû vous voir lorsque vous étiez au bal ensemble peut-être, mais par quel moyen ? Des caméras ? Tu te vois serrer les poings et ouvrir la bouche.

« Mara était mon amie. Puis il s’est passé quelque chose, et ça s’est arrêté. J’ai arrêté de ressentir quelque chose. C’est tout. Jar, c’est juste son frère, je lui parlais de temps en temps, rien de plus qu’une connaissance. »

Mentir, toujours mentir pour ne pas dévoiler la vérité. Il a un sourire en coin, tu penses qu’il peut prouver le contraire de ce que tu dis sur Jar.

« On a pourtant une vidéo vous montrant tous les deux, sur un balcon. Vous ne faisiez que parler seulement de temps en temps ? Je pense que tu ne me dis pas la vérité. »

« Pourquoi je vous dirai la vérité ? Vous croyez que je détiens un secret d’État, peut-être ? Ce n’est pas comme si nous étions proches. » tu lui réponds froidement en lui crachant les paroles à la figure.

« Si tu ne me dis pas la vérité et que tu mens, je peux supposer que tu pourrais avoir un problème de mythomanie ou même un trouble de la personnalité. Tu pourrais finir en hôpital psychiatrique, mais j’imagine que ce n’est pas ce que tu veux, j’ai raison ? Alors parles moi exactement de ta relation avec les jumeaux. Pourquoi tu as dit que tu n’étais plus amie avec Mara ? »

Sur la vidéo, tu te vois lui jeter un regard glacial, tu vois ta mâchoire se contracter et tes poings se serrer. Il savait qu'il te tapait sur le système, mais il a continué. Tu te souviens qu'à ce moment là, t'as hésité à répondre. Et si on montrait à Mara l'enregistrement? Si elle voyait ça? Si elle savait toutes les horreurs que tu pensais sur elle après que votre relation ai commencé à empirer?

Ce que tu dirais la blesserait dans tous les cas, mais tu pouvais très bien lui dire ça en face. Pour l'instant, il s'agissait juste d'un suivi psychologique et rien de plus. Ils n'allaient pas le montrer à Mara, ni à Jar ni personne. Il ne fallait pas être paranoïnaque.

Cependant, t'avais quand même des raisons de te méfier...



camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Sam 8 Avr 2017 - 0:16

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...

Comme si elle s’attendait à faire les commères et à se mettre à écouter les conversations des autres à travers leurs portes. Elle n’avait jamais imaginé ça. A la base, la jeune Héritière ne venait que pour passer du temps avec son amie, évacuer un peu tout ce qu’elle avait sur le coeur…se retrouver avec Amber! C’était le principal objectif de sa venue à la porte de chez elle. Sa venue…était-ce réellement une bonne idée? A bien y repenser, elle aurait mieux de fait de rester chez elle. Chez elle, à faire la secrétaire, à remplir des foutus formulaires...des demandes d’audiences…des trucs qu’on lui avait sans doute refilés car on était sûr de ne pas mettre la vie de l’Empire en danger avec ça. Bientôt, elle amènera le café à Jar et Tara! Pouvait-elle s’en plaindre si elle avait, un instant, imaginé comment se terminerait ce petit rendez-vous entre amies? Avait-elle pensé qu’Amber ne voudrait peut-être pas la voir? Qu’elle ne serait peut-être pas la bienvenue? Non, elle n’y avait pas pensé. Elle était trop gentille, elle avait voulu bien faire et renouer avec son amie. Elle n’était pas là pour écouter les conversations, la preuve elle préférait jouer sur son hor plutôt que de tendre l’oreille. Une oreille indiscrète qui traîna tout de même et qui buta sur quelques mots. Une oreille indiscrète qui déclencha sa curiosité, qui déclencha un malaise profond. 

Elle n’avait pas entendu tous les mots. Elle n’avait pas réagit au début…Peut-être bien même, qu’elle n’était pas arrivée au début de la conversation. Mais, quand elle saisit son nom et celui de son frère, en entier et en temps qu’Héritier du trône qui plus est, elle releva la tête et fronça les sourcils. Qui était l’interlocuteur d’Amber pour parler de sa famille? Inconsciemment ou au contraire en toute conscience elle pencha la tête vers la porte en bois pour écouter la suite. Elle ne savait pas si elle réagissait seule ou si son subconscient lui dictait des conduites à adopter. Elle n’en savait rien. Mais pour le moment, elle ne s’en occupait pas. Elle savait que c’était impolie d’écouter les conversations des gens…Mais en même temps, elle ne pouvait se résoudre à fermer les oreilles alors qu’on parlait d’elle…et de son frère. Elle se concentra et réussit à saisir le mot « relation ». Il était clair, que la personne qui parlait avec sa meilleure amie cherchait à savoir la relation qu’elle avait avec les jumeaux. Mara se redressa rassurée. Sa meilleure amie lui dira bientôt qu’elle était amie avec l’Héritière et qu’elles s’entendaient bien. Quand à son frère, elle ne savait pas trop ce qu’Amber allait dire sur sa relation avec lui, mais en tout cas, cela ne lui faisait pas peur. Elle sourit. Mais, au moment de passer le doigt sur son hor une phrase résonna au creux de ses tympans et refusa de s’enlever de sa tête. 

« Mara était mon amie. Puis il s’est passé quelque chose, et ça s’est arrêté. J’ai arrêté de ressentir quelque chose. »

La voix d’Amber ne s’arrêta pas là, mais Mara avait cessé d’écouter. Elle était resté figée sur ces deux phrases et ne semblait pas être en mesure de digérer ce qu’elle avait entendu. Elle avait du mal entendre! Après tout, elle était loin, elle ne faisait pas partie de la conversation. Que faisait Mara d’ailleurs dans cette conversation? Sans s’en rendre compte, elle recolla son oreille contre la porte. La voix qui n’était pas celle de son amie, semblait lointaine…comme un enregistrement…comme un téléphone mit en haut parleur…Avec qui Amber parlait-elle de ses relations avec Mara? Qui était en train de pénétrer dans la vie privée des gens de cette manière? La voix d’Amber semblait plus forte, plus réelle. Mara inspira un grand coup et se répéta les phrases qu’elle avait entendu…Qu’elle avait retenu…


C’était fou comment deux petites phrases, dites comme ça, peut-être même sans y penser pouvaient faire un mal de chien. C’était fou quand on se disait qu’on allait voir sa meilleure amie, certes parce qu’on était seule, certes parce qu’on avait rien à faire, mais avec une envie de renouer une amitié plus réelle. C’était fou de se dire que juste devant le pas de la porte, on était là, à écouter les conversations des autres sur soi-même. Des conversations qu’on n'avait plus envie d’écouter. Des conversation qui vous semblaient déplacées, mais que pourtant vous continuiez à vous y intéresser. Pourquoi? Parce que vous aviez envie de connaitre la suite? Parce que vous aviez envie de savoir pourquoi on parlait de vous? Ce qu'était ce merdier? Parce que vous aviez envie d’écouter ce que votre meilleure amie qui n’avait plus l’air de vous considérer comme telle avait à dire sur vous? Pourquoi? Juste parce que votre curiosité était un très grand défaut? 


Mara n’arrivait pas à saisir tous les mots. La conversation était trop lointaine, trop nouvelle. Elle ne comprenait pas le principe, elle ne savait rien du contexte. On parlait de Jar, d’un balcon, d’Amber. Mais c’était quoi cette histoire? On parlait de secret d’état même! C’était bien la voix d’Amber qui avait résonné furieusement contre la personne qui semblait l’interroger. L’interroger de quoi au juste? Sur quoi et pourquoi? Pourquoi sa meilleure amie semblait être interrogée? Pourquoi le faisaient-ils au téléphone et pas à vive voix? Trop de questions se bousculaient dans la tête de Mara. 

Et alors que tout semblait se taire. Alors que tout semblait enfin se calmer. Que Mara se disait qu’elle se faisait des films, comme toujours. Qu’elle avait mal entendu. Que jamais Amber ne dirait qu’elles n’étaient plus amies. C’était insensé! Pourquoi ne seraient-elles plus amies? Tout ça à cause d’un petit truc avec Jar? Non! Elle avait du mal entendre. Elle s’était fait des films. Voilà ce que cela faisait d’écouter aux portes. Elle se dégagea de celle-ci et se dit qu’il serait grand temps d’interrompre Amber. La jeune fille n’aimait pas être prise comme une voleuse, comme une espionne. De toute façon ça ne pouvait pas aller si mal à ce point. Elle s’apprêtait à frapper quand on phrase bien distincte résonna à ses tympans une seconde fois. Comme quoi le destin peut être cruel:

"Pourquoi tu as dit que tu n’étais plus amie avec Mara ? »

Un goût amer traversa sa bouche. Elle laissa tomber sa main contre son corps et se refusa de frapper à la porte. Elle n’avait pas eu une hallucination auditive. Elle avait bien entendu. A moins qu’elle ne soit devenue sourde? Que son esprit lui jouait des tours? Il était bien question de son amitié apparemment rompu avec la Voleuse Patentée. Mara serra les dents…Amber était-elle obligée de dire ça? Pourquoi le disait-elle au juste? Quel était son but? Et qui était son interlocuteur? Pensiez vous que Mara allait frapper? Demander à sa meilleure amie se qu’il se passait? Non…bien sûr que non! Elle se laissa aller à sa place de tout à l’heure et pencha de nouveau l’oreille. Comment pouvait-on en arriver aussi bas? Aussi bas...à écouter les conversations des autres? Comment Mara pouvait supporter de faire ça? Quitte à entendre des choses qu’elle n’aurait jamais du écouter? Une chose était sûre. Elle n’avait choisi ni la bonne journée, ni le bon moment pour essayer de renouer une amitié solide avec Amber. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Dim 9 Avr 2017 - 22:23





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
Mara et Amber


chaos isn't a pit. chaos is a ladder.
« Rien. On s’est perdues de vues. Nous sommes trop différentes. Enfin en tout cas nous l’étions. J’avais du mal à concevoir qu’on pouvait être encore aussi immature à 18 ans. Qu’on pouvait être puérile et irresponsable quant à son titre. Elle a une famille qui l’aime pourtant elle trouve un moyen de se plaindre. Elle vit correctement, possède tout ce qu’elle veut avec l’argent de sa famille. Nos chemins devaient se séparer, je ne l’ai compris que trop tard. »

Tes mots étaient blessants, ils auraient pu faire mal à n’importe qui surtout vu la façon méprisante avec laquelle tu avais répondu lors de l’entretien. Tu n’avais pas encore parlé de Jar et tu retardais le moment où il te forcerait à en parler. Tu n’avais pas besoin d’un suivi psychologique. Tu sais très bien ce qui ne va pas chez toi même si tu n’as aucune idée de comment en sortir.

Si Mara voyait cette vidéo, tu pouvais être sûre qu’elle serait en colère contre toi sûrement pour la première fois de sa vie. Comment pouvait-elle te prendre pour un modèle ? Ne voyait-elle pas la façon dont tu la traitait ces derniers temps ? C’était soit-disant pour l’aider mais n’était-ce pas aussi pour satisfaire ce besoin d’extérioriser ta rage ? Tu parlais de ton amie comme si elle n’était plus rien, comme si…

« Elle est morte pour moi. Elle ne me comprendra jamais alors que j’en ai chié parce que ouais, depuis que je suis gamine j’encaisse les coups. Depuis que je suis sur cette planète. Alors maintenant que je vous ai dit la vérité, arrêtez de me faire chier avec vos questions. J’y ai répondu suffisamment. »

Tu frappe ton poing contre la table, rouge de colère. L’homme en face de toi écarquille les yeux et écris sur un calepin qu’il vient de faire apparaître. Il doit écrire que t’es folle, bonne à interner. Il a peut-être raison après tout, t’as tout perdu. Ta famille, ta fierté, ta dignité, ton âme… Quoi d’autre ? Tu n’as plus rien à quoi t’accrocher, pourquoi continuer ? Cette idée t’as déjà effleuré l’esprit mais tu ne peux pas te résoudre à ça. Tu n’es pas aussi faible que tu le penses, tu sais que tu peux t’en sortir avec le temps. Le temps. C’est lui qui guérit tous les maux alors pourquoi ne passe-t-il pas plus vite ?

« Tu sembles avoir un gros problème, Amber… Tu vas commencer par te calmer et tu vas répondre à mes questions, je veux vraiment t’aider. »

« Je ne veux pas de votre aide , tu hurles en te levant d’un bond, et je veux encore moins vous parler. Je vais bien, personne ne peut m’aider. Arrêtez de croire que je suis folle à lier, s’il-vous-plaît... »

Tu le supplies presque d’arrêter, il fait remuer en toi des sentiments que voulais cacher, enterrer. Tu détestais ça, ressentir quelque chose. Tu préférerai subir un lavage de cerveau et devenir un soldat sans âme plutôt que de supporter la tienne encore une seconde de plus. Tu ne peux plus vivre avec tant de choses sur la conscience.

L’homme en face de toi hausses les sourcils et écrit encore quelques phrases sur son foutu carnet puis se penche vers toi pour se retrouver à deux centimètres de ton visage. T’as bien envie de lui cracher dessus.

« Je pense que tout a commencé bien avant Mara. Ton enfance t’as marqué, pas vrai ? Tes blessures se sont rouvertes mais pas forcément totalement à cause d’elle. Depuis tout à l’heure, tu évites de me parler de son frère jumeau, étrange… Je pense que tu sais autant que moi que le problème vient de lui. Et si Mara est autant responsable que lui, pourquoi tu lui en veux à elle ? »

Tu n’arrives plus à être en colère. Au contraire, tu restes calme et croises les bras. Il essaye peut-être juste de t’aider à aller mieux après tout. Tu devrais arrêter ta paranoïa, tu devrais écouter un avis professionnel. Tu devrais même lui répondre mais c’est tellement long que tu ne sais pas où commencer… Hrm, par le commencement de leur histoire à eux, peut-être.

« Je lui en veux pour ne pas m’avoir comprise, je lui en veux pour avoir fait comme si elle me comprenait alors qu’elle ne sait absolument rien de l’enfer que je traverse. Je lui en veux car elle avait une figure paternelle et certes c’était un horrible mec mais au moins une sorte de parent. Elle avait une maison. Elle était juste embrigadée, manipulée. Elle s’en est sortie presque sans blessures, elle a vécu avec un frère qui l’aimait. Malgré les punitions elle avait du soutien : son frère la soutenait. Il était là, il le sera toujours. Je lui en veux de ne pas se rendre compte de la chance qu’elle a d’avoir une famille, surtout qu’après une enfance marquante elle vit maintenant avec sa véritable famille. »

Sur la vidéo, tu te vois marquer une pause et inspirer un grand coup. Tu fronces les sourcils et repenses à ce moment de l’interrogatoire. Tu allais te confier davantage par la suite, ce n’était que le début. Ce n’était pas un flot de paroles haineuses qui allaient alléger ton esprit et encore moins ton coeur.

« Nous ne sommes plus amies parce qu’elle est pas foutue de rester forte alors que personne veut lui briser le coeur. Tout le monde la considère comme un petit oiseau fragile. Personne ne veut la blesser. On brise les plus coriaces, en mille morceaux. Et c’est irréparable. Elle est pas foutue d’être heureuse alors qu’elle a tout pour l’être. Une famille, le pouvoir, l’argent, l’amour… Ah non c’est vrai, elle l’a perdu. Comme c’est malheureux, c’est vrai qu’après deux mois ça va briser sa vie, c’est sûr, tu finis ironiquement. »

Tu ne voudrais pas que ton « amie » entende cela, mais ces mots qui sortaient de ta bouche lors de l’entretien étaient aussi réels que tes blessures.

« Elle aurait dû être forte, elle me prenait comme modèle mais elle n’a pas pu devenir forte comme je l’étais. Non, un modèle est juste quelqu’un qu’on rêve de devenir et qu’on ne sera jamais. Grand bien lui fasse, elle ne finira pas comme moi. Affreusement seule… Mais elle finira faible, comme je ne suis pas. »



camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Mar 11 Avr 2017 - 0:16

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...

Dur. Blessant. Horrible. Venin. Ce sont les seuls mots que son esprit arrivait encore à formuler après tant de brutalité. Elle était là, devant la porte de sa meilleure amie à vouloir jouer les supers copines, à faire comme si tout aller bien, à vouloir renouer car elle aimait Amber. Elle pensait faire les choses biens. Mais en fait, non. Même pas un peu. Même pas un mot pourrait effacer les phrases crachaient par Amber. Naïve. Bête. Trop gentille. Les mots ne cessaient de tourner au ralentis dans sa tête. Elle avait beau essayer de retrouver ses esprits. Elle avait beau essayer de faire comme si de rien n’était, comme elle le faisait depuis le début. Mais elle n’en pouvait plus. Elle ne voulait plus. Toujours chercher à voir le bon côté de chaque personne. Toujours à se dire que sa « meilleure amie » avait des raisons de lui parler de cette façon. Toujours en train de positiver. En train d’essayer de trouver des choses pour lui remonter le moral. Pour que ça aille mieux entre elles deux. Mais non Mara! En se répétant ce qu’elle faisait depuis le début pour que son amitié persiste avec son amie elle n’avait qu’un seul mot: conne. Elle était conne. Une conne qui avait voulu ne pas voir l’évidence. Une enfant. Une enfant qui avait voulu avoir un modèle, essayer de devenir forte. Une fille naïve. Une fille naïve qui ne voyait pas les réalités en face, qui préférait se berner d’illusions. Qui tombait dans la douleur, qui se brisait petit à petit alors qu’elle était en train de se reconstruire. Une illusion. Une putain d’illusion qui faisait depuis le début qu’elle pensait avoir trouvé une bonne amie. Une bonne amie. C’est ça! Une amie sur qui compter peut-être? Une amie qui était toujours là pour vous? Qui vous aidait sans vous juger? Qui ne baissait pas les bras même si vous l’énerviez? Qui essayait de vous faire devenir quelqu’un de meilleur? Qui vous aimait? Etait-ce ça une bonne amie? Elle le croyait, mais malheureusement pour elle, elle s’était trompée de personne. 

Les poings crispés, la mâchoire serrée. Les paroles d’Amber ne cessaient d’hanter ses pensées. Amber. Depuis combien temps ne l’avait-elle pas appelé par son prénom? Mots affectifs ridicules. Surnoms qui lui donnaient envie de se taper la tête contre un mur. Une « amie »? Une « meilleure amie »? Ou avait-elle vu ça après ce qu’Amber venait de dire? Où était passée la fille que Mara avait voulu aimer? Elle n’était plus là…elle n’y avait peut-être jamais été. Amber. Comme une étrangère à ses yeux à présent. Comme une fille qui n’avait jamais essayé de la comprendre. Alors que, elle, elle en a chié pour essayer au moins de décrypter une seule de ses pensées. Elle n’a pas réussis. Elle avait voulu essayer. Mais à présent, Amber avait-elle essayé de faire de même? Pourquoi balancer de telles horreurs alors qu’elle n’était même pas capable de reproduire ce qu’elle reprochait à Mara? Mais qu'elle était bête. Pourquoi Amber aurait voulu apprendre à la connaitre? Elle ne l’avait jamais aimé. Cette simple révélation fendit son coeur en deux. Coeur qu’elle avait essayé de préserver de toutes les fissures exerçaient par le temps. Coeur qui en avait marre de faire semblant. De dire que tout allait bien, que tout allait s’arranger, que rien ne servait de s’énerver, qu’il y avait toujours quelqu’un, toujours des solutions. Elle était seule. Elle se sentait seule, même si la présence de la Voleuse derrière la porte se faisait ressentir. Seule. Comme elle n’avait jamais été. 

Les phalanges blanchies par l’effort Mara retenait sa respiration pour ne pas hurler. Hurler pour dégager ses poumons de toute sa haine, de toute sa colère, de toute sa rancoeur, de toute sa douleur. Les larmes lui montaient aux yeux, mais elle ne pouvait pas se résoudre à les laisser couler. Pour faire quoi? Montrer à Amber qu’elle avait raison? Que Mara n’était qu’une fille faible? Et même si c’était le cas, qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire à elle, celle qui se considérait comme une femme si forte et si accomplie? La jeune fille n’avait jamais ressenti une telle envie de tout casser, d’hurler et de défoncer cette maudite porte et ce maudit téléphone. Autrefois qu’aurait-elle fait? Tourner les talons? Dire que tout cela allait passer? Qu’Amber avait passé une mauvaise journée? Qu’elle avait raison de dire tout ce qu’elle avait sur le coeur? Mara en avait marre de lui trouver des excuses. Elle en avait marre. Marre d’être considérée comme de la merde alors qu’elle faisait tout pour rendre les gens heureux. Mais personne ne voulait qu’elle leur apporte du bonheur. Non. Elle était dans son monde ou elle essayait de se sortir la tête haute. Elle essayait. Mais personne ne l’aidait. C’était peine perdue de toute façon. Un combat perdu d’avance. Comme à chaque fois. 

Goût amer. Goût acide laissé sur la langue après les paroles de celle qu’elle avait considéré longtemps comme son amie. Ou l’avait-elle vu cette amie d’ailleurs? Dans son paquet de céréales le matin? Ce n’était pas simplement les mots brûlants de haine qui lui faisaient mal. Ce n’était pas seulement la voix avec laquelle elle les disait qui la faisait souffrir. C’était les arguments utilisés qui la mettait hors d’elle. Littéralement. A en croire l’avis de Mara les chemins n’auraient jamais dû se rencontrer, cela aurait évité bien des peines. Et qui allait être la plus malheureuse dans tout ça? Amber peut-être, mais croyez-vous! Les paroles de l’inconnu passaient carrément au dessus de la tête de la jeune fille. Elle n’avait même pas envie de savoir à qui Amber disait ça. Peut-être une amie ou un ami mieux que Mara. Mais d’après l’avis qu’elle avait d’elle, tout valait mieux que Mara non? Oh ce n’était qu’une petite fille puérile, irresponsable, qui ne prenais pas le bonheur qu’elle avait! Mara n’aurait pas pu réagir à chaque mot, à chaque parole de trop. Si elle l’avait fait, elle serait déjà passer par la fenêtre. Amber avait beau être sûre de ce qu’elle avançait, elle ne comprenait pas Mara plus que cela. Elle pensait que tout été rose pour la jeune fille. Grand bien lui fasse, qu’elle se plaigne sur sa vie. Qu’elle prenne Mara comme victime. Mais la jeune fille ne se laisserait plus faire. Elle en avait juste ras-le-bol. Elle n’avait jamais ressenti autant d’émotions négatives dans sa poitrine qui avait envie d’être expulsés. Jamais. A part aujourd’hui. 

Elle n’est pas foutue de rester forte? De rester forte? Elle n’avait voulu qu’être gentille! Gentille! Mais apparemment cela ne marchait pas comme ça. En sortant de la Forteresse, en essayant de retrouver figure humaine elle s’était dit que la violence, la méchanceté elle n’en voudrait plus. Qu’elle la laisserait de côté. Que la gentillesse était mieux. Mieux pour quoi? Pour se faire critiquer? Insulter? Pour se faire balancer des horreurs au visage sans rien dire? Sans rien faire? S’en était fini de la Mara qui voulait faire le bien autour d’elle. Grand bien fasse à Amber si elle avait voulu un « père » comme Magister. Mara elle n’en voulait plus. Tout ce qu’il lui avait appris. C’était être un monstre. Un monstre? Tiens un point commun avec Amber?! Un monstre. Elle serra les dents quand la jeune fille parla d’Alec. C’était sûr,e elle ne pouvait pas comprendre. Elle n’avait jamais vécu ça. Elle n'aimait personne et si elle restait comme ça, personne ne l’aimerait non plus. Oh Mara avait essayé. Elle avait réussis. Regarder où ça la mène? A être tel un chien errant à la porte, en attendant d’avoir un sucre? Même pas en rêve! Elle était sur le point d’exploser tant la rage lui montait au coeur. Alors elle prit sa décision. Retourner en arrière? Rentrer au palais et pleurer contre l’épaule de Jar? Non! S’en était fini de la Mara qui voulait bien faire. Qui ne voulait faire de mal à personne, qui voulait être gentille, qui voulait se faire aimer. Si elle ne disait pas tout ce qu’elle avait sur le coeur aujourd’hui. Elle ne le ferait jamais. Jamais. 

D’un geste rageur elle remit une mèche derrière ses cheveux et inspira un grand coup. Elle plaqua sur son visage décomposé et blanc un grand sourire hypocrite. Elle frappa à la porte comme si elle venait d’arriver. Elle n’attendait même pas la réponse, elle entra. A la surprise certainement de son amie. Certainement. Elle ne savait pas si celui ou celle qui parlait allait les entendre ou continuer de parler comme si de rien n’était. Elle n’en avait rien à faire. Aujourd’hui elle ne se préoccupait que d’elle. Elle oublia les paroles aux environs. Elle oublia le bruit qui la gênait. Elle était dans son propre corps. Centrée sur une personne qui ne méritait pas d’être au centre de l’attention comme avait fait si bien sentir Amber. Alors, toujours avec ce faux sourire au visage et les yeux flamboyants elle commença pour ne plus s’arrêter. 

« Oh Amber! Comment vas-tu? Ah non désolé de cette question, ça ne sert à rien écoute. Désolé de vouloir être gentille. Tu sais quoi? Bah je me suis dit que j’allais venir te faire un petit coucou aujourd’hui. Qu’est-ce que je suis bien tombée dis-moi! Oh je ne me suis même pas excusée d’avoir interrompu cette si charmante conversation. Le devrais-je? »

Les mots sortaient sans qu’elle y réfléchisse. Plus elle essayait de rester calme, plus elle irradiait intérieurement. Plus elle essayait de voir les choses clairement, plus elle était brouillée. 

« Oh tu dois sans doute te demander l’objet de ma visite non? Le but n’était pas de tendre une oreille indiscrète bien que tu cris si fort qu'on aurait tout entendu depuis l’immeuble d’en face. Oh non, je venais juste pour voir une amie. Une amie qui apparemment ne me considère plus comme telle! Qu’elle n’a sans doute jamais considérer comme ça, je me trompe?! »

Elle éclata d’un rire sans joie. Elle avait l’impression que la rage la faisait devenir complètement folle. Son coeur battait à tout rompre. Le sang pulsait dans ses veines si fort et si vite que cela lui faisait mal. Mais autant se faire mal pour se faire mal. Elle n’avait pas fini de parler. Elle ne se retiendrait pas. 

« D’ailleurs les mots « naïve » et « conne » ne figuraient pas sur ton éloge, était-ce voulu? Ou c’était peut-être pour la suite écoute! Je t’ai peut-être interrompu trop vite. Je ne m’attendais pas à autant de compliments en si peu de temps. Bravo! Tu as du chercher loin tout ça. A moins que tu n’as jamais voulu les dire et que tu te retenais et qu’au fil tu temps cela fait une si longue liste qu’il faut mieux tout cracher d’un coup, non? Ca fait du bien? Tu te sens moins encombrer? Vas-y je t’en pros continue! Ne t’arrête surtout pas en si bon chemin.»

Mara fixai Amber bien dans les yeux. Détourner le regard plus jamais. Qu’Amber la frappe, lui crache des mots horribles, elle n’en avait plus rien à faire. Insensible. Elle voulait redevenir comme elle était étant petite. Insensible, un monstre de cruauté qui ne partageait aucun sentiment à part l’amour qu’elle éprouvait pour son jumeau. 

« Mais qu’est-ce que tu en a à faire de mon point de vue de toute façon? Rien! Je suis comme morte? Mais non voyons Amber ne te fait pas du mal pour rien. Je suis morte! J’aurais peut-être fait de mourir bien avant, ça t'aurait évité des souffrances en plus j’imagine. Tu te rends compte? Je suis morte! Quel comble pour une fille qui a échappé à la mort plusieurs fois dans sa vie. Oh non Magister! Revient vite me chercher et faire plaisir à Amber, tu n’a pas fini ton travail! »

Le mot hystérique lui aurait peut-être le mieux convenu en ce moment. Sa voix était calme, posée, elle arborait toujours ce sourire hypocrite sur le visage sans jamais le laisser tomber. Une Mara forte elle n’en avait jamais vu. Elle n’avait jamais voulu lui montrer ce qu’elle était. Elle avait voulu rester faible. Se protéger d’elle même et des autres. Mais personne n’en avait rien à faire. Alors elle allait faire comme si elle était seule. Seule comme elle l’avait toujours été, excepté l’amour que lui portait Jar. Seule. Mieux valait rester seule que mal accompagnée. 

« Un si petit mot, une si petite phrase peut changer tant de chose Amber. Ne l’oublie jamais. Je ne finirais pas comme tu l’attends. Tu ne vois pas le futur, tu ne sais pas ce l’avenir nous réserve. Tu ne sais même pas comment je finirais. Je finirai peut-être pas comme tu le crois. Les gens changent si facilement. Tu en es la preuve vivante devant mes yeux. Mais non suis-je bête! Je ne t’ai jamais compris! Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Comme une conne en plus, je continuai. Quel beau tableau! Ce que je suis sûre c’est que je finirai comme une personne que tu ne seras jamais, et pourtant crois-moi je l'ai crus dès que je t’ai vu et j’ai continué à y croire jusqu'à aujourd’hui, une amie. »

Jamais de tel mot, avec autant de calme et de colère n’était sortit de la bouche de Mara. Le plus étonnant c’est qu'elle ne s’en voulait même plus. Elle en avait marre de s’excuser, de faire comme tout le monde voulait qu’elle fasse. Elle en avait marre de jouer les gentilles. Elle en avait marre de se faire prendre pour une moins que rien. Elle avait juste envie de se délivrer. De ne plus faire pour les apparences. Elle avait longtemps refusé de laisser resurgir cette personne à la surface. Mais les paroles d’Amber l’avait ranimé. Cette personne qu’elle n’avait plus voulu être après son sauvetage de la forteresse: elle-même. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Mar 18 Avr 2017 - 19:33





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
mara & amber


chaos isn't a pit. chaos is a ladder.  
Tu n’étais pas prête à voir une ombre surgir dans ton appartement comme une furie, ni à ce qu’elle te hurle dessus. Bien sûr, il fallait qu’elle soit derrière la porte à écouter l’enregistrement. Tu la laisse crier, balancer ses sermonts. Pour une fois, tu restes calme. Tu n’es même pas en colère, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Pourquoi l’être ? Sa réaction est normale et humaine. Tu aurai probablement réagi de la même façon. Pourtant, ses paroles crachées comme du venin ont heurté ta carapace de fer, ta tour indestructible. C’est comme si une tornade était venue déséquilibrer ton refuge. Après qu’elle ait fini de déverser sa rage, tu appuies tranquillement sur le bouton pause de la vidéo puis la fixe d’un regard vide.

Les poings serrés, tes bras se croisent sur ta poitrine et tu esquisses le même sourire hypocrite qui reste collé sur le visage de la brunette.

« Bonjour, Mara. Enchantée de te voir également. Tu aurais tout de même pu frapper, la politesse avant tout tu ne crois pas ? »

Tes bras retombent raides contre tes hanches et tu descends de ta chaise haute d’un simple mouvement. Tu te retrouves debout, toujours le sourire aux lèvres. Mais il s’effrite en quelques secondes pour devenir un sourire dépourvu d’émotions. Les yeux brillants, les mots qu’elle a craché te reviennent en tête. Tu remarques à son flot de paroles beaucoup trop important qu’elle s’est retenue de tout te balancer pendant longtemps. Trop longtemps.

« Oh si, je t’ai considéré comme mon amie. Pendant pas mal de temps. C’est juste que certains événements sont venus contrarier tout… tout ça. »

C’est si facile de s’énerver, de cracher des paroles blessantes au visage des gens. Il est si facile d’être blessé. Tu le comprends, mais tu ne t’en veux pas de penser toutes ces choses de Mara. Alors tu le lui dis clairement.

« Tu me blâmes pour avoir balancé des horreurs sur toi, c’est ça ? Tu n’étais pas supposée entendre ça et encore moins répondre à mes paroles. C’est encore une fois la preuve de ton immaturité. Tu te défoules, très bien, vas-y. Mais c’est pas suffisant pour me blesser. Moi, j’ai qu’un mot à dire et, oh… tu t’écroules, tu dis en faisant un geste de la main comme quand on brise un château de carte trop fragile (en prenant une voix biatch à la Candice Heaven), tout ce que t’as entendu je le pense. Et tu as le droit de savoir même si tu marques un point et que j’aurai dû te le dire bien avant. Mais comme je l’ai dit, des choses sont venues encombrer toute cette histoire. »

Tu fais deux pas en avant pour arriver à son niveau, à quelques centimètres de son visage moins terne qu’il y a deux mois. Tu contractes ta mâchoire parce que tu sens malgré toi ton sang bouillir à l’intérieur. La forteresse de tes émotions semble être susceptible, comme si elle pouvait se briser à tout moment. Tu inspires un grand coup, souriant déjà de ce que tu t’apprêtes à faire. Enfin une bonne action, tu penses.

« Tu ne sais rien de moi, tu ne me connais pas ou plus si tu préfères. Mais moi, je sais tout de toi. Tu es peut-être traumatisée par ton passé et par le récent décès d’Alec, mais tu vivras toujours tant que tu auras ton frère à tes côtés. Alors ne me fais pas croire que c’est toi la malheureuse. Tu n’es pas heureuse, je le comprends très bien. Mais tu as encore de l’espoir. Tu es probablement triste et au bord du gouffre mais t’as de l’espoir, ne gâches pas tout pour moi. Pas pour la seule personne qui pourrait ruiner ta vie. Mais surtout, ne dis plus jamais que je ne te comprends pas, parce que je sais très bien ce que tu ressens. Tu ne me croiras pas et j’en ai rien à foutre, mais je sais ce qui se passe là dedans, tu renchéris en pointant du doigt le coeur de la jeune fille. »

Tu préfères parler calmement cette fois-ci, parce que tu sais aussi que ça va soit la faire péter un câble, littéralement, soit la calmer. Alors tu tentes le tout pour le tout parce que tu n’as plus rien à perdre. Tu n’as plus rien du tout, de toute façon. Elle ne peut pas comprendre à quel point tu es prête à passer outre ses paroles, à quel point tu es prête à enterrer la hache de guerre maintenant. Les rageux diront que tu changes d’avis comme de chemise, mais peut-être que c’est ce que tu as toujours voulu : la paix. C’est juste que tu ne la cherchais pas de la bonne manière.

Malgré tout elle ne pourra jamais te comprendre. Tu as vécu sans famille tandis qu’elle a vécu avec la mauvaise famille durant la majorité de sa vie. Maintenant qu’elle avait tout pour être heureuse, la mort d’Alec l’a brisée. Tu l’as détruite avec des paroles et ton indifférence, avec le début de votre amitié. Si tu ne l’avais pas rencontré lors de cette mission, il ne se serait rien passé. Elle aurait été saine et sauve. Tu as juste merdé. Complètement. Tu ouvres les yeux à présent mais ça ne changera rien à ton état actuel, ni à cette rancoeur refoulée. Ni à cette haine désespérée, ni à cette triste et amère solitude.

Tout ce que tu voudrais, là tout de suite, c’est une famille. Une famille pour partir en vacances à l’autre bout de la Terre – parce que oui tu vivrais là-bas, une famille pour fêter Noël et se soutenir en cas de coups durs. Une famille pour être là tout simplement. Les gens ne se rendent pas compte que ces toutes petites choses font d’une famille un élément indispensable. Mara ne s’en rend pas compte non plus, et peut-être que cette haine envers elle vient de là. Car elle ne réalise pas là chance qu’elle a d’avoir ce qu’elle a actuellement. Parce que son passé a beau être odieux, et les événements récents également, tout cela relève du passé.

Son présent est gâché par ta présence alors tu ne t’énerves pas dans le but de la préserver, pour lui éviter de souffrir. Sans toi, son présent serait magique. Son futur par contre sera mille fois meilleur grâce à ton absence et elle ne peut pas savoir à quel point tu meurs de jalousie, ni à quel point elle a de la chance. Tu l’as éloignée de toi pour la préserver de cette société. Tu l’as éloignée de toi car tu savais qu’elle souffrirait à cause de toi.

Tout ce que tu veux, c’est la protéger de toi-même.



camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Jeu 20 Avr 2017 - 23:37

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...

La colère lui coupait la respiration. Elle l’empêchait de pouvoir reprendre de l’air correctement dans ses poumons. Elle l’empêchait de prendre un air précieux afin de se calmer et d’oxygéner de nouveau son cerveau. Mais c’est comme si une part d’elle ne voulait pas respirer. Pourquoi? Parce qu’elle savait pertinemment qu’elle reprendrait sans doute un peu de calme après avoir respiré. En avait-elle envie? Envie de rester calme devant son ex-meilleure amie qui venait de lui balancer des horreurs dans le dos ? Avait-elle envie de laisser couler une colère qu’apparemment Amber gardait en elle depuis longtemps? Depuis combien de temps exactement? Depuis combien de temps cachait-elle toutes ces choses à Mara? La jeune Héritière était à présent plus en colère de savoir combien de temps son amie lui avait menti, que pour ses paroles, elle même. Ses paroles…elles avaient été amères, salées par les larmes, elles avaient été craché, elles avaient été déballé à coeur ouvert sans retenu. Bah oui, c’était tellement plus simple de dire des choses derrière le dos des autres et pourtant Mara savait qu’Amber était franche. Elle était franche merde! Alors pourquoi lui avoir gâché la journée de cette façon? A quoi bon balancer des trucs comme ça si elle n’avait même pas été capable de lui dire? Etait-ce mieux de décevoir Mara de cette façon? N’aurait-elle pas mieux fait de lui dire ça bien avant? Depuis qu’elle avait commencé à ne plus l’aimer? A ne plus l’apprécier? A ne plus vouloir de son amitié? Pourquoi avait-elle tout gardé? Mara aurait pu se reprocher la même chose, elle ressentait tellement d’émotions contradictoires qu’elle aurait pu balancer des horreurs à Amber pour lui faire mal comme elle lui avait fait mal. Mais avec l’impression qu’on lui pressait un poignard contre le coeur, elle se dit que cela ne servirait à rien. Cela ne servirait à rien car Amber s’en foutait royalement! Elle se foutait de ce que les gens pouvaient penser d’elle et avec ça, elle avait cueillit Mara d’une simple parole car à son opposé, Mara portait beaucoup d’attention à ce que les gens pensaient d’elle. Et elle avait mal! Elle avait tellement mal! 

Amber avait voulu rester calme. Ce calme calma Mara comme il l’énerva davantage. Pourquoi voulait-elle rester calme maintenant? Maintenant que Mara était en colère? Pourquoi voulait-elle restait calme alors qu’elle avait atteint son but finalement, non? Mettre Mara en colère? Pourquoi ne criait-elle pas? Pourquoi ne voulait-elle pas se mettre en colère? La jeune fille voulait vraiment laisser sa rage l’emporter ou allait-elle suivre le ton de sa "meilleure amie" comme elle le faisait à chaque fois? D’habitude, c’était Mara qui restait calme, Amber se mettait en colère et Mara était là, à rester calme, comme du marbre, à lui dire qu’elle était désolée, qu’elle s’en voulait, qu’elle ne pensait pas ça! Toutes ces fois à essayer de se faire pardonner, pour quoi au final? Avoir cette reconnaissance? Mais que disait-elle? Amber se foutait de sa reconnaissance! Elle ne savait pas si elle avait voulu lui faire du mal! Ni même si elle voulait l’énerver! Ni même si elle voulait se défouler toute seule! Peut-être les trois et dans tous les cas, ça avait blessé Mara. Dans tout les cas, elle se sentait trahie. Dans tous les cas, elle aurait le coeur qui saignerait. Et elle l’avait en ce moment même. Son visage vira au rouge, même si elle refusait, il fallait qu’elle respire. Elle inspira un grand coup avant d’écouter les propos d’Amber qui descendait aussi tranquillement que brusquement de son siège. 

Alors Mara fit attention au ton qu’elle employait, aux phrases qu’elle disait. Elle voulait comprendre. Encore plus qu’être en colère, elle voulait comprendre. Elle n’était pas d’accord avec toutes les paroles de son amie, mais évidemment il y en avait qui étaient vraies. Et malgré le fait que cela soit vrai: les gestes, la voix dure d’Amber lui faisait saigner le coeur. Elle aurait tant voulu empêcher ce saignement. Dire qu’elle s’en fichait, qu’elle ne voulait plus en entendre parler de toute façon, qu’elle lui disait des trucs mais qu’elle n’était pas mieux qu’elle! C’est pour ça qu’elle s’énervait. Elle remplaçait ce sentiment de faiblesse par un sentiment qui était plus fort. Elle voulait se montrer forte, elle voulait le prouver à Amber, elle voulait se le prouver à elle même. Etre forte. Etait-ce une façon de montrer une force qu’elle n’avait pas? Qu’elle n’avait plus? Elle avait laissé entrer dans son coeur des émotions nouvelles, des émotions plus fragiles et c’était peut-être ça qui l’avait perdue. L’amour. Etait-on obligé d’être faible quand on avait l’amour dans son coeur? Elle n’en savait rien. Elle ne savait plus. Autrefois, elle aurait dit que l’amour rendait plus fort. Aujourd’hui, en ce moment, elle voulait juste tout envoyer en l’air, elle voulait juste tuer les gens qui lui avaient mis dans la tête que l’amour rendait plus fort. Parce que ce n’était pas vrai! Que faisait l’amour? Eh bien voyez! Ca rendait triste, malheureux! Ca faisait perdre ses moyens! Ca faisait faire n’importe quoi! Ca vous faisait vous sentir comme une personne étrangère dans votre propre corps! Si c’était ça l’amour alors pourquoi l’avait-elle cherché au juste? Juste parce que comme la dernière fois, elle avait voulu que l’opinion des gens soit bon sur elle. Alors elle avait ouvert son coeur à l’amour. Ou cela la conduisait-elle aujourd’hui? A jouer le chien errant et le château de carte fragile face à sa « meilleure amie ». Elle serra les dents et crispa les poings quand Amber lui pointa son doigt sur le coeur. Elle était persuadée de comprendre tout "là-dedans" comme elle disait. Mais même si elle se disait ça, elle ne comprenait pas tout! Elle ne pouvait pas tout comprendre, ce n’était pas possible! Fébrilement Mara inspira de nouveau, refusant un nouvel excès de colère mais ne voulant pas garder sa rancune pour elle. Elle en avait marre de bien faire! Elle voulait être égoïste! Comme Amber l'avait fait quand elle avait craché ses mots acerbes à Mara. 

« Tu me parles de politesse et tu n’es même pas capable de me dire ça en face. Tu me parles de politesse mais tu préfères parler de moi derrière mon dos! Crois-tu que j’ai encore envie d’être polie également? » 

Sa voix était encore empreinte de colère. Elle ne la ferait pas taire de cette façon. Elle n’avait pas les capacités de rester calme comme Amber alors qu’elle bouillonnait intérieurement. Quand elle bouillonnait, elle devait laisser échapper. Sa voix était moins hurlante que tout à l’heure, mais elle restait sèche et froide. Empreinte de sentiments de tristesses, de rancunes, de colères et de rages. 

« Je ne blâme pas les horreurs que tu penses de moi, car je sais que tu le penses et je sais que tu te fiches de se que j’en pense. Je blâme la façon dont tu les dit, les raisons pour lesquels tu me les dit. Aurais-je le droit de connaître ces raisons? Pourrais-tu me dire pourquoi dire ça maintenant? Un mot et je m’écroule…tu résumes si bien la situation. Mais moi, je ne me fiche pas de ce que tu dis contrairement à toi, c’est pour ça que je « m’écroule » comme tu le fais si bien remarquer. Je préférerai être insensible, j’aurais préféré être mature tu vois. Ne rien dire. Tourner les talons. M’en aller parce qu’apparemment je ne suis plus la bienvenue. Mais non! Parce que oui j’aurais bien voulu faire ça. Oublier. Mais j’en ai marre de ne rien dire. Je pense que tu peux le comprendre vu comment tu viens de te lâcher. »

Elle se força à inspirer plusieurs goulée d’air avant de continuer. Son discours perdait en intensité car elle se laissait gagner par la voix calme de son amie. Trop sujet aux émotions des autres. Elle n’était pas immunisée contre les sentiments humains. Et ça, elle ne pouvait sans vouloir qu’à elle-même. C’est elle qui avait voulu les connaître, elle aurait pu rester dans l’ignorance comme avant. N’avoir que l’amour de son frère pour la porter. Mais elle avait voulu plus. Et plus elle en voulait plus elle perdait. C’était dégueulasse comment la vie était injuste! 

« Je ne te connais pas. J'ai voulu le croire un instant. Mais à quoi bon faire semblant. Je ne te connais pas. Je ne t’ai jamais connu car tu n’a jamais voulu que je te connaisse. J’ai essayé de te comprendre. Je n’y ai pas réussis non plus. As-tu le droit de me blâmer pour cela? As-tu le droit de me blâmer car je ne te connais pas? Je ne suis pas la plus malheureuse de nous deux dans la vie. Je le sais. Tu ne me l’apprendras pas. Mais la plus malheureuse en cet instant, qui crois-tu que c’est Amber? Regarde-moi et ose me dire que tu es malheureuse de ce que tu as dit. Tu ne le feras pas. Parce que tu ne l’es pas. »

Le seul truc qu’elle avait sûrement compris de son ancienne meilleure amie. Et que quand elle disait des choses, elle les pensait. Elle ne regrettait pas, elle l’avait dit. Elle osait dire que Mara ne devait pas faire sa malheureuse alors qu’elle venait de lui briser le coeur. Alors oui, certes Mara le savait bien. Elle ne devait pas faire sa difficile, elle ne devait pas faire sa malheureuse, elle ne devrait pas. Parce qu’elle avait tout pour elle. Malgré l’amour qu’elle avait perdue, malgré sa famille qu’elle avait mais qu’elle ne connaissait à peine, malgré son père qui était mort mais qu’elle n’avait jamais connu, malgré son enfance auprès de Magister mais qui appartenait au passé, malgré Jar qui était partit. Elle devait être heureuse car il était là de nouveau. Mais là, elle était malheureuse. Elle n’allait pas dire à Amber pour lui faire plaisir et pour la contredire qu’elle était heureuse. Ce n’était pas vrai. Elle ne pourrait même pas dire qu’elle était sans émotions, car elle venait de laisser échapper sa haine. Elle était malheureuse. Malheureuse car elle venait de perdre sa meilleure amie. Son amie qui lui avait injecté une dose de venin dans le coeur et qui mourrait lentement. 

« Le problème c’est que j’étais heureuse avec toi Amber. J’étais heureuses et ça tu ne le comprends pas. Tu n’as peut-être pas été heureuse avec moi. Tu y a peut-être été, ça je n'en sais rien. Mais moi, j’ai toujours était heureuse à tes côtés. J’aurais pas gâché ma vie en restant à tes côtés. Parce que je le voulais et parce que je t’aimais. J’aurais pas ruiner mon existence à vouloir être ton amie. Parce que c’est ce que je souhaitais. Par contre, si j’avais su ce que tu pensais de moi j’aurais même pas essayé de revenir gâcher ma journée avec toi. Mais je savais pas ce que tu pensais de moi! J’ai jamais voulu essayé de le savoir parce que comme je savais que tu étais franche, je savais que tu me le dirais. Il faut croire que je me suis trompée. »

Loin d’avoir envie de faire du mal à Amber, son envie était passé à présent. C’était plutôt le contre coup qui menaçait d’exploser. Elle voulait lui faire comprendre qu’elle avait était heureuse et qu’elle venait de tout détruire. Si elle lui avait dit avant ça ne se serait peut-être pas passé comme ça. Elles auraient quand même pu rester en contact, elles auraient quand même pu se parler même si elles n’étaient même plus amies. Ca aurait pu être autrement si Mara n’avait pas ce caractère. Tout aurait pu être autrement. Soudain les larmes dévalèrent les joues de la jeune Héritière. Elle ne freinait plus ses émotions, elle ne retenait plus ses paroles. On aurait dit un lavabo ancien qui était bouché et qui mystérieusement c’était débouché aussi vite que le bouchon était apparu. Elle pleura en articulant sa dernière tirade. 

« Bah oui pourquoi je serais triste hein? Je te le demande, pourquoi je serais malheureuse aujourd’hui? Parce que t’a peut-être pas perdue quelqu’un aujourd’hui, toi. Mais moi, je viens de perdre ma meilleure amie! Alors pourquoi je serais malheureuse? Pourquoi j’aurais l’impression d’étouffer? Pourquoi j’aurais envie de hurler? Parce que je te faisais confiance! Je te faisais confiance et toi tu sors tout ça derrière mon dos! Je te croyais franche et tu m’a caché ce que tu pensais de moi! Depuis combien de temps? Depuis combien de temps joues-tu la comédie avec une fille que tu n’apprécies plus? Bah oui, moi je pensais que t’étais mon amie, je t'aimais…mais en fait…j’avais tord, comme à chaque fois. »

Sa voix se brisa et elle laissa couler silencieusement ses larmes. L’idée de faire culpabiliser son amie lui avait effleurer l’esprit. Mais, à quoi bon? Amber n’en avait sûrement rien à faire de ce qu’elle pensait…comme à chaque fois. Alors elle laissa couler ses larmes parce qu’elle avait besoin d’évacuer. Parce qu’elle avait besoin de noyer son chagrin. Tout ce qu'elle voulait c’était être amie avec quelqu’un. Tout ce qu'elle voulait, s’était partager ce sentiment qui rendait les gens plus fort. Tout ce qu'elle voulait s’était être aimé par la fille qu’elle aimait, qu'elle admirait. 

Mais comme à chaque fois tout ce qu’elle a récolté c’est des larmes et un coeur brisé. 

Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Ven 21 Avr 2017 - 1:05





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
mara & amber


chaos isn't a pit. chaos is a ladder.  
Les mots te piquent les uns après les autres à la manière d’un couteau qui vient trancher la peau. Tu n’en reviens pas d’avoir devant toi une nouvelle Mara, haineuse, boule d’émotions refoulées. Tu ne pensais pas qu’elle te cracherait tous ces mots au visage et pourtant tu les reçois comme un sceau d’eau gelée. Tu as peur de commencer à t’énerver contre elle et à lui hurler dessus, tu ne veux plus de ce genre de conflits puérils. Tu veux régler ça calmement de manière adulte mais ces discours amers te font perdre ton sang-froid. Contrôle-toi.

Malgré la violence des paroles, elle touche les points sensibles. Heureusement qu’elle n’a pas cité le principal, le pire. Heureusement qu’elle ne sait pas ce qu’il se passe avec lui. Elle a raison, tu as tout fait pour qu’elle ne te connaisse pas. Tu as tout fait pour ne pas t’ouvrir à elle comme tu le fais avec tout le monde. Mais tu n’y peux rien, tu es comme ça et tu ne vas pas changer du jour au lendemain. Elle te parle de ta franchise, elle te croyait honnête et tu lui as caché tout ce que tu pensais d’elle mais justement, si tu lui avais tout dit vous en seriez rendues là dans tous les cas. Elle : détruite, toi, inexpressive. Tu ne supportes plus de l’entendre rabâcher les mêmes mots. Elle se répète beaucoup, peut-être est-ce pour accentuer sa peine, ou est-ce pour t’atteindre davantage ? Elle a beau penser ce qu’elle veut de toi, ça ne changera rien à ton état. Ce n’est pas de sa faute. Non, c’est celle de Jar. Il a tout déclenché, c’était peut-être même volontaire. Peut-être qu’il éprouve du plaisir à te voir souffrir. Mais lui, est-ce qu’il va mieux que toi ? Il renferme tout jusqu’à ne plus rien ressentir ni même penser à sa douleur mais qui sait ce qui est arrivé depuis votre dernière rencontre ? Depuis la révélation ? Il avait l’air perdu ce soir là, pendant quelques minutes. Ni toi ni lui ne pouvez le nier. Finalement, vous n’êtes pas si différents que ça.

« Je disais ça en général, Mara. Je sais bien que t’es malheureuse en ce moment même et je vais pas dire le contraire. Et ouais, je suis pas malheureuse de ce que j’ai dit, parce que je l’ai pensé. Et aussi parce que t’étais pas sensée l’entendre. Parce qu’écouter aux portes ça ne se fait pas. Et parce que si j’ai mis des distances entre nous c’était pour éviter de te balancer tout ça à la gueule, pour pas que tu souffres encore plus. »

Tu n’essayes pas de te chercher des excuses même si on pourrait le croire. Non, tu veux juste lui dire la vérité, pour une fois. Les larmes dévalent sur les joues de Mara. Tu la blesses au point qu’elle ne puisse plus se retenir. C’est là que tu comprends vraiment que tu l’as détruite. Tu ne pensais pas que ça se passerait comme ça. Pas dans ces conditions. Elle a l’air de croire que vous êtes ensemble, mais il faut qu’elle se mette en tête que vous vous connaissez depuis moins de deux ans. D’accord, c’est suffisant pour s’attacher à la personne, pour une fille comme elle. Mais toi ? Toi, tu sais pas ce que c’est d’être attaché à quelqu’un. Enfin, tu ne le savais pas jusqu’il y a quelques mois. Tu te remémores vos derniers mots échangés. Si seulement tu ne les avait pas rencontrés, ces jumeaux. Si seulement t’avais vécu sur Terre comme une petite fille normale. Tu aurais grandi avec tes parents, peut-être… si ta mère n’avait pas été folle. Mais on ne peut pas changer le passé, il faut aller de l’avant. C’est comme ça.

« J’ai pas voulu te balancer tout ça parce que je voulais te préserver, parce que ça te détruirait. Parce que j’ai été obligée de le dire, parce que j’étais en colère quand je l’ai dit, il y a quelques jours. Je t’ai éloignée de moi car je voulais te protéger de moi. Parce que je suis pas quelqu’un de bien ! »

Tu sors ta dernière phrase en haussant le ton, le sang bout dans tes veines. Tu te retournes parce que tu sens que tu vas exploser. La main plaquée contre ton front, tu es brûlante et surtout déboussolée. Tu voudrais lui dire que tu te rends compte que t’as fait de la merde avec elle, avec Jar, avec tes amis, avec tes parents, avec ta vie. Tu aimerais lui dire, vraiment. Mais tu ne peux pas, c’est plus fort que toi. Dévoiler tes sentiments est quelque chose d’encore inconnu pour toi, alors t’excuser…

Tu es prête à exploser. Les yeux emplis de rancœur et de colère, ton regard vert d’eau s’arrête sur un verre qui passait par là. Tu sens l’énergie affluer au bout de tes doigts. Tu ne veux pas te défouler sur elle. Tu préfères tout péter chez toi plutôt que de toucher à un seuls de ses cheveux. Tu fais deux pas en avant et balance le verre qui se fracasse sur le sol en mille morceaux, ça te fait penser au cœur de Mara que t’as brisé. Tu sens que tu pourrais craquer très bientôt, tout lui dire. Jar à qui t’as parlé, à qui t’as avoué ton secret et réciproquement, le fait que depuis ton enfance qui a viré au cauchemar t’es seule, que depuis l’apparition de son frère dans ta vie t’es détruite, que tu l’aimes à en crever et que c’est une putain de pédale mais tu peux rien dire à personne parce que c’est son secret et qu’il te tuera si tu le dis. Et aussi parce que tu meurs de honte d’être tombée amoureuse de lui, parce que ça craint qu’il soit gay et qu’il te l’ai pas dit dès le début. Qu’il t’ai fait croire que t’avais une quelconque importance à ses yeux, qu’il ai joué avec tes sentiments. Tout est sa faute, mais t’aurai pas dû tomber dans le piège non plus.

T’as merdé. Et Mara a merdé. Alors pourquoi pas arrêter de se plaindre et repartir à zéro ? Pourquoi elle continue à te balancer des conneries à la gueule si elle sait que ça ne mène à rien, hein ?

« Alors si tu crois que je m’en fous, pourquoi tu t’acharnes à me balancer ça en pleine gueule ? Je me suis expliqué, pour ma franchise. Tu veux d’autres explications ? J’ai merdé, t’as merdé. On a toutes les deux fait n’importe quoi, mais on va pas jouer à qui est la plus malheureuse entre nous deux quand même, on est pas puériles à ce point là. On devrait régler tranquillement notre histoire. »

Tu reprends ton souffle, et continue sur ta lancée pour une dernière tirade qui, tu espères, va la calmer. C’est peut-être peine perdue mais il faut au moins essayer avant qu’elle te fasse une crise d’épilepsie ou on ne sait quoi.

« J’ai voulu te protéger de moi parce que je suis pas quelqu’un de bien, ni pour toi ni pour personne ok ? Je détruis les gens autant que certains m’ont détruite. Mara, tu m’en veux de pas t’avoir dit ça, sérieusement ? Mais si tu savais à quel point on est une société d’hypocrites, on est pas dans un monde où tout est rose ici, tu le sais autant que moi. De tout façon, tout est de sa faute.. A lui. »

Sur ces deux derniers mots que tu as laissé échapper par malheur, tu croises les bras l’air de rien comme si tu n’avais jamais mentionné quelqu’un. Et pitié qu’elle continue à s’énerver, pitié qu’elle continue à faire l’enfant mais surtout qu’elle ne comprenne pas.




camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Dim 23 Avr 2017 - 22:49

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...


Les larmes dévalaient sur ses joues sans qu’elle puisse y faire quoi que ce soit. A quoi cela servait de pleurer? Elle n’en savait rien. A quoi cela servait de se mettre encore plus en colère alors que ça ne réglerait pas la situation? Elle ne savait pas pourquoi elle le faisait mais elle en ressentit le besoin. Le besoin d’exprimer la colère qu’elle gardait en elle depuis longtemps. Une colère qui n’était pas réservée à Amber spécialement, une colère qui était réservée au monde entier et notamment elle. Surtout elle. Elle ne se comprenait pas, elle ne comprenait pas ses réactions, elle ne comprenait pas sa colère, elle ne comprenait pas ses larmes, elle ne comprenait pas Amber. C’était ça l’origine du problème, elle ne comprenait pas Amber alors qu’elle le devrait. Elle était censé être sa meilleure amie alors qu’elle ne la connaissait même pas. C’était réellement ça, une meilleure amie Mara? Quelqu’un que tu ne parviens pas à comprendre? Elle s’en voulait aussi, elle s’en voulait car elle aurait dû essayer de plus la comprendre. Même si Amber se serait énervée, elle aurait du essayé de plus la comprendre et d’en savoir plus sur elle. C’était peut-être ce que la jeune femme avait attendu, que Mara s’intéresse davantage à son ancienne vie? L’heure n’était plus à faire des suppositions, mais à parler. En avait-elle encore envie? Parle pour dire quoi? Pour gueuler un peu plus comme une gamine sur son amie? Faire quelques chose qui ne lui apportait rien? Rien d’autre que de la souffrance? Elle se faisait du mal elle-même, mais ça, elle ne l’avouerait jamais. C’était tellement plus simple de rejeter la faute sur les autres plutôt que sur elle-même. 

La jeune Héritière sentit que la Voleuse était sur le point de craquer. Elle savait que si elle continuait à jouer dans un jeu qu’elle ne devrait pas, elle finirait pas faire craquer son amie. C’était à double tranchant également. Soit elle ne continuait pas et elle continuait à se regarder en chien de fusil car parler ne servait plus à rien désormais. Soit, elle continuait et elle poussait jusqu’à temps qu’Amber explose. Mais avait-elle vraiment envie de voir sa meilleure amie exploser? Avait-elle vraiment envie de faire ce pour quoi elle était partit à faire? Amber perdait les pédales, Mara voyait qu’elle se freinait pour ne pas lui faire violence. Elle préférait se faire du mal à elle-même plutôt que de faire du mal à la jeune Héritière. Etait-ce une simple question de protection? Amber faisait-elle ça juste pour la protection de Mara comme elle s’évertuait à le répéter depuis le début de leur rencontre? Y avait-il une autre raison? Pourquoi maintenant? Pourquoi cracher la vérité maintenant et l’avoir tu pendant un si long moment? 

Mara sursauta quand le verre se brisa en mille morceau par terre alors que ces larmes coulaient encore sur ses joues. Quand elle était furieuse Amber lui faisait peur. Elle lui faisait peur et tout ça c’était sa faute car si elle n’avait pas réagit comme une gamine, comme une égoïste, Amber ne se serait pas fâchée. Elle auraient pu s’expliquer calmement et non pas se balancer des trucs à la tête comme elles faisaient…enfin comme Mara le faisait. Elle le faisait car elle ne savait pas comment se défendre autrement. Car elle savait qu’elle n’avait aucune contenance par rapport à la jeune femme. Elle voulait lui ressembler, elle s’évertuait à lui ressembler depuis des mois alors qu’Amber ne voulait qu’une chose: que Mara arrête de la prendre comme modèle! Mais Mara n’y arrivait pas. Elle ne mettait pas longtemps à s’attacher aux gens, mais Amber peut-être plus. En plus d’un an Mara avait vraiment aimé Amber, elle l’avait considéré comme une véritable amie, comme un modèle…elle n’aurait peut-être pas dû. C’est peut-être la cause de cette dispute aujourd’hui, c’est peut-être à cause de ça…elle n’en savait rien. Elle laissa Amber dos à elle, trop occupée à pleurer et à préparer ce qu’elle allait dire après pour réagir sur le moment. Soit elle réagissait sans réfléchir, soit elle réfléchissait afin d’éviter qu’Amber ne se fâche davantage. Mais avait-elle envie qu’Amber se calme? Avait-elle envie qu’elle explose? Qu’elle lui crache les mots qu’elle avait dit il y a quelques jours, face à elle? Que cherchait Mara véritablement? La souffrance? La tristesse? La haine? Peut-être un mélange de tout…voulait-elle être plus triste qu’elle ne l’était déjà? Elle avait l’impression que c’est ce qu’elle voulait, que c’est ce qu’elle cherchait alors qu’elle n’avait qu’à se calmer pour faire taire le jeu. Amber n’avait jamais cherché à la blesser directement…mais c’était peine perdue. Le mal était déjà fait. Déjà trop profond…déjà trop encré. 

Amber recommença à parler. A lui dire que c’était pour la protéger d’elle-même. Qu’elle n’était pas une bonne personne. Et cela énervait Mara au plus au point car pour elle, elle avait était une bonne personne, elle avait été une bonne amie. Durant toute la durée de leur amitié elle a été une bonne amie, alors pourquoi lui disait-elle qu’elle était une mauvaise personne? Elle n’était pas une mauvaise personne! Elle y avait juste été en disant ces mots…mais avant cette histoire? Mais avant ces mots lâchés…avait-elle été une mauvaise amie? Non…non elle n’y avait pas été. 

« Je ne sais pas si c’était une bonne idée d’écouter à la porte, mais si c’était pour savoir ce que tu penses réellement de moi je pense que j’ai bien fait d’écouter. Même si ce n’est pas poli. Même si ça m’a fait du mal. J’avais besoin de le savoir. Tu n’avais pas le droit de me le cacher. Tu devais me le dire, je ne vois pas pourquoi tu ne l’a pas fait avant! Tu me dis que c’était pour me protéger, pour me préserver, je ne peux pas te blâmer d’avoir voulu mon bien Amber…j’avais juste besoin de le savoir. J’avais juste besoin de l’entendre. Tu comprends? J’aurais préféré souffrir un bon coup plutôt que tu m’éloignes de toi ce qui m’a fait souffrir et entendre ça, ce qui me fait souffrir encore plus. »

La jeune fille n’était qu’à moitié sincère car elle aurait préféré ne pas souffrir du tout, mais cela aurait paru déplacé de lui lui dire de cette manière. Ayant reprit quelque peu son sang froid, elle s’essuya les yeux et s’efforça de répondre aux tirades d’Amber. Elle ne savait pas pourquoi, elle se sentait le besoin de se justifier, de dire ce qu’elle avait sur le coeur. Elle n’avait pas envie de mentir davantage, elle n’avait pas envie de garder des choses pour elle alors qu’elles étaient réunis pour pouvoir tout se dire. La tension était toujours palpable, bien que moins haineuse qu’avant. Mara gardait les cicatrices des paroles d’Amber mais préférait les oublier pour le moment. Pour une fois, elle voulait bien faire. Si pour une fois elle pouvait réagir correctement, cela lui ferait du bien. Mais comme à chaque fois, elle savait qu’elle n’y arriverait pas. Elle ne put s’empêcher de monter un peu le ton:

« Arrête de dire que tu es une mauvaise personne! Ne dis-pas que tu es une mauvais personne alors que tu ne l’es pas! Tu serais mauvaise pourquoi? Parce que tu as dit la vérité? Parce que tu voulais me préserver? Depuis le laps de temps qu’on se connait tu n’a jamais été une mauvaise amie, une mauvaise personne! Tu as toujours été là pour moi alors arrête de dire ça! Je ne te connais peut-être pas, mais je doute qu’au fond tu sois une mauvaise personne.»

Malgré ce qu’elle disait elle ne connaissait pas Amber, mais elle ne voulait pas la prendre pour une mauvaise personne. Elle était en colère, elle lui en voulait mais Amber n’était pas une mauvaise personne. La jeune femme allait peut-être se fâcher, dire que Mara ne comprenait rien, qu’elle ne la comprenait pas, qu’elle ne la comprendrait jamais. Oui certes et alors? Ne pas connaître quelqu’un faisait-il obligatoirement de ce quelqu’un une mauvaise personne? 

« J’en sais rien si tu veux tout savoir. J’en sais rien. Je sais pas pourquoi je m’évertue à te balancer des trucs à la gueule alors que t’en as rien à faire. Je sais pas! Peut-être parce que j’arrive pas à rester calme? Peut-être car j’ai envie de dire ce que je ressens. J’en sais rien, mais de toute façon qu’est-ce que ça fait si tu t’en fiches? J’avais juste besoin que tu m’explique pourquoi tu ne m’avais pas dit ça avant. J’avais besoin juste de savoir si tu faisais semblant d’avoir été mon amie ou si tu l’avais vraiment été. T’a raison, on a merdé. Mais est-ce que c’était une raison pour qu’on se balance des trucs horribles à la gueule, tu crois? »

Elle savait que non. Mais quand on commence à s’énerver on a du mal à rester calme par la suite, à ne pas dire ce que l’on pense en accentuant davantage la vérité. En disant des choses qu’on pense profondément mais qu’on n’ose pas dire. Des choses qui sont enfoui, qui ne ressorte peut-être pas, mais qu’on accentue avec la colère. Elle savait qu’elle n’aurait pas dû réagir de cette façon, mais d’une certaine façon, ça lui avait fait du bien. Peut-être que ça avait fait du bien à Amber ou peut-être que ça lui avait accentué sa culpabilité? Mara ne cherchait plus à comprendre. Pour la première fois, elle ne cherchait plus à comprendre. Amber avait raison, elle devait régler ça tranquillement…elle reprit à voix calme:

« Non pas ok, je te l’ai dit tout à l’heure, pour moi tu n’es pas quelqu’un de mauvais. Je m’en fiche de rien comprendre, je m’en fiche, mais pour moi tu n’es pas une mauvaise personne. Et oui, oui je t’en veux de ne pas me l'avoir dit avant, oui je t’en veux de m’avoir caché le fond de ta pensée. J’avais besoin de le savoir Amber, tu tu te fiches peut-être de ce que pense les gens et moi je sais que je le prends trop à coeur, mais j’avais besoin de savoir ce que tu pensais de moi. Comment j’aurais pu savoir? Dis le moi, comment j’aurais pu me rendre compte que quelque chose n’allait pas si tu ne me disais rien? Moi je pensais qu’on était encore amie alors que t’étais passé à autre chose. Alors j’aurais dû le savoir et c’est pour ça que je t’en veux. Je le sais, Je sais qu’on vit dans un monde d'hypocrites mais on est pas obligée d’être comme notre société. On n’est pas obligée de suivre l’exemple. On est pas obligée de jouer les hypocrites si on en a pas envie. Et même si tu voulais me protéger, t’avais pas à faire l’hypocrite alors que je sais que t'es de franche et sincère. »

Soudain c’est comme si un mot qu’avait prononcé Amber revint dans sa mémoire. Comme un boomerang. Un simple mot, un simple pronom qui vient détruire le calme qui s’était installé. Un simple « lui » qui vient détruire l’équilibre qui s’était établi entre les deux filles. Un simple « lui » qui raviva une colère dans la poitrine de Mara qu’elle essayait d’oublier. Amber était-elle en train d’accuser « lui »? Son frère? Cela ne pouvait être que cela. La relation entre les deux jeunes fille avait changé depuis qu’Amber avait rencontré Jar. Jar. Mais que venait faire son jumeau dans la conversation de leur amitié? Pourquoi l’accuser? Ce n’était pas lui qui avait dit ça de Mara! Ce n’était pas lui qui avait forcé Amber à le dire, si? Amber avait croisé les mains sur la poitrine et ne regardait pas la jeune fille. Pensait-elle qu’elle allait continuer à s’énerver et ne pas faire attention à la mention indirect de son frère? 

« Lui? Lui, attend tu n’es pas sérieuse? « Lui », c’est Jar? Mon frère? Tu peux me dire ce qu’il vient faire là-dedans? Ou tu compte me le cacher...comme d’habitude? »

Mara avait voulu rester calme. Elle avait voulu. Mais elle en avait marre des non-dits. Elle en avait marre de ces silences qui baignaient les pièces quand elle entrait. Elle en avait marre de se faire passer pour une conne alors qu’elle était sensée être devant une fille qui était sincère et franche. La dernière phrase avait été lancé froidement. Mara savait qu’elle n’aurait pas du…elle n’aurait pas dû insister…elle aurait dû faire comme si elle n’avait jamais rien entendu, comme si elle s’en fichait mais non. Mais non, le problème c’est qu’elle ne s’en fichait pas. Elle voulait être courant. Et même si savoir la vérité pouvait faire mal. Elle voulait la connaître à présent. 


Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Lun 1 Mai 2017 - 16:13





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
mara & amber


chaos isn't a pit. chaos is a ladder.  
T’as les poings qui se serrent, les poils qui se hérissent à la mention de son prénom. La voix qui se brise dans ta gorge et qui retient un sanglot plaintif. Ton regard vert d’eau vient croiser les yeux noisettes en colère de la jeune femme aux traits fins. Tu ignores sa dernière tirade, retardant le moment où elle va te forcer à parler parce qu’il est évident qu’elle va vouloir une réponse.


« Non, tu crois que je suis une bonne personne pour toi, mais je ne le suis pas. J’ai été une bonne amie ? A prendre mes distances, ne rien dire sur moi ? Ose me dire que j’ai été là pour toi, ose ne serait-ce que dire que je t’ai une seule fois soutenue. »

Tu marques une pause, empreinte d’amertume mais tellement réelle. Tu ne peux même pas te justifier, tu n’étais pas là pour elle. Lorsqu’Alec est parti tu n’as pas daigné aller la voir et pleurer avec elle, l’aider à faire son deuil. Non, tu as attendu qu’elle se pointe deux mois plus tard à l’état de mort vivante et tu l’as forcée à se battre alors qu’elle avait juste besoin d’un soutien moral. Pour ça et pour tout ce que tu lui as fait, tu n’es pas une bonne personne.

La mâchoire crispée, t’as les larmes au bord des yeux en repensant à tout ce qui est arrivé depuis Jar. Tout est parti en vrille, absolument tout. Il était le début d’un déferlement d’horreurs, le début du cauchemar. Mais bordel, quand est-ce que ça finira ?

Tu te demandes ensuite si tu dois en parler à Mara. Ce serait une bonne chose qu’elle apprenne la vérité sur son frère mais elle sortirait de ta bouche d’une façon tellement haineuse que ça ne ferait que renforcer ta peine. Alors, tu préfères lui tourner le dos le temps de te reprendre. T’as le visage contracté mais il n’est pas encore temps de craquer. Alors tu te retiens, autant que tu peux. Parce que tu veux survivre, tu veux oublier tout ça et passer au dessus.

« Tu aurai pu t’en rendre compte parce que justement je ne disais rien. Rien du tout. Alors que tu ne faisais que te confier, me parler de tous tes malheurs. Quand est-ce que tu accepteras que j’ai une mauvaise influence sur toi ? Tout est de ma faute »

Tu t’accuses, ne fais que ça parce que c’est la vérité mais aussi pour essayer de lui faire oublier ce petit mot, ce « lui » qui est sorti par erreur de ta bouche. T’as le coeur qui se renverse, ton monde qui s’écroule quand tu penses à lui. T’as ton esprit qui chavire quand tu vois son visage apparaître et l’âme qui se perd dans tes pensées moroses.

Alors tu lâches une dernière phrase mine de rien, pas prête à lui avouer tout ce qui s’est passé. Peut-être que tu ne seras même jamais prête à raconter ça.

« De quoi tu parles ? J’ai rien à cacher. »



camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Dim 7 Mai 2017 - 0:38

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...


Respirer. Se calmer. Vider son esprit et retrouver ses sens. Ne faire que la seule chose qui importait vraiment dans ces moments là. Essayer de comprendre. Amber avait eut raison, s’énerver ne servait à rien, cela ne réglerait pas leurs problèmes et se renvoyer la faute n’allait pas aider non plus. Deux fautives. Une amitié perdue. Deux personnes. Deux chemins différents. Cela pouvait paraître une évidence, mais pour la jeune Héritière, elle avait seulement voulu ne pas y croire. Ne pas croire à la fin de leur amitié. Amber avait été sa première véritable amie. Elle ne l’oublierait pas. Mais la jeune femme avait décidé de prendre un autre chemin. Un dernier chemin. Malgré le fait que Mara n'arrivait pas à se l’avouer malgré le fait que cela l’énervait, que cela lui donnait envie de taper quelque chose, de pleurer, elle devait l’accepter. Mais elle n’y arrivait pas. Pas encore. Pour elle cela ne pouvait pas être la fin mais cela semblait tellement clair pour Amber qu’on voyait bien qu’il y avait un décalage entre les deux jeunes filles. Un décalage dû à la maturité, à la détermination, à un choix personnel. 

« Oui pour moi. Je vais oser te le dire même si ce n’est sûrement pas ce que tu voudrais entendre. T’as pas toujours été là pour moi et j’ai pas été là non plus pour toi quand il le fallait. Mais au début, quand on s’est rencontré. Tu m’as soutenu, tu m’a aidé à me découvrir moi-même, tu m’a poussé dans mes retranchements, tu as commencé à me faire grandir, t’a voulu m’aider et ça, ça s’oublie pas. Ose toi aussi me dire que tu as fais semblant, que tu ne pensais pas ce que tu disais ce jour là, que tout ça n’était que de la mise en scène? »

Mara posait la question en ayant quand même un doute sur la réponse. Avait-elle envie d’entendre que cela n’était pas vrai? Elle ne voulait pas le croire. Jamais Amber n’aurait menti, elle était franche. Et malgré ce qu’il s’est passé entre elle deux, elle le resterait quand même. Alors oui, elle osait contredire Amber. Elle osait lui montrer qu’elle avait été au moins une fois là pour elle. La jeune Voleuse Patentée ne s’en souvient peut-être plus, mais pour Mara ça avait été comme le début d’une promesse de longue amitié. Une longue amitié qui voyait pourtant le bout du chemin. Qui semblait prête à prendre le large et à ne plus revenir. Ce n’était pas ce que la jeune fille voulait mais pour être amis, il fallait être deux et Mara ne pouvait pas être toute seule conter Amber. 

Amber lui tourna le dos. Pour se calmer? Reprendre sa respiration? Se préparer à dire ce qu’elle voulait dire? Mara ne savait pas, elle détendit elle même ses poings serrés. La colère était passée. La colère, comme un choc. Un élément de révélation. Qui faisait place maintenant à de l’incompréhension une envie comme toujours d’arranger les choses alors que les choses ne pouvaient sans doute pas s’arranger. Un entêtement qui dépassait le simple fait de vouloir continuer à être amie avec Amber. Elle sentait que quelque chose était caché, qu’Amber n’osait pas lui dire des choses ou ne le voulait peut-être pas. Mais il y avait trop de non-dits à présent. La fin de leur amitié serait-elle liée à autre chose? Elle reprit sa respiration quand Amber lui fit de nouveau face pour lui dire que tout était de sa faute. Mara ne comprenait plus. La jeune femme se contredisait trop souvent et cela apportait de la confusion. Une fois c’était de la faute de Mara, une autre fois de la faute des deux et maintenant c’était de la faute d’Amber? Les deux jeunes femmes ne parlaient sans doute plus de la même chose. Etait-ce quelque chose de caché qu’Amber essayait de révéler à Mara ou essayait-elle juste de s’accuser sur des choses qui ne sont pas simplement dû qu’à elle, comme elle le laissait croire et comme elle l’avait laissé croire avec ce qu’elle pensait de Mara? 

« Une mauvaise influence sur moi? Pourquoi? Je ne vois pas de quoi tu parles. Parce que j’écoute aux portes que j’arrive ici en hurlant, que je te fasses des reproches, que je m’énerve pour un oui pour un non tu trouves que c’est une mauvaise influence? Je ne vois pas de quelle influence tu parles et en quoi c’est un problème dans la discussion qu’on a actuellement. Et justement ce n’est pas que de ta faute et tu l’as dit toi même Amber! Ne te contredit pas toutes les deux minutes! C’est de notre faute à toutes les deux, on a merdé! C’est toi qui l’a dit tout à l’heure. Et puis je ne vois pas en quoi j’ai été une meilleure amie que toi. Je ne me suis pas intéressée à toi et tu trouves ça normal? »

Elle s’en voulait. Car comme l’avait dit Amber, Mara ne s’était préoccupée que d’elle. Elle allait voir sa meilleure amie, elle se confiait, elle lui parlait de ce qui allait, de ce qui n’allait pas et pas une seule fois elle lui a demandé comment était l’enfance de la jeune femme. Avait-elle bien fait de ne pas lui demander? Non. Non elle ne le croyait pas, car aujourd’hui elle ne comprenait pas mieux Amber qu’au début de leur rencontre. Et, d’en savoir un peu plus sur elle aurait pu l’aider. Aurait pu les aider. 

Si la dernière phrase d’Amber avait été dite dans le but de clore le sujet. Elle ne venait que de le ranimer. Mara qui avait retrouvé son calme, sentit une nouvelle fois le sang affluer dans ses joues. Mentir une fois ne suffisait donc pas à Amber? Devait-elle mentir dorénavant tout le temps à Mara sous prétexte qu’elle ne voulait plus être son amie? Le pronom « lui »  qui avait été placé inconsciemment dans la phrase de la jeune femme avait eu pour conséquence de ranimer le feu entre les deux filles. Le « lui » avait été prononcé avec tant de haine, de dégoût, de tristesse, tout ça en un seul mot, que Mara n’eut pas besoin d’en savoir plus pour découvrir qui se cachait véritablement derrière ce « il ». Elle le savait très bien et Amber le savait tout aussi bien qu’elle. La mâchoire crispée Mara se dit que pourtant elle essayait de s’intéresser à son amie mais qu’elle était devant une barrière et qu’elle lui bloquait tous les accès. Comme une amie, dans sa définition des choses, elle aurait sûrement laissé tomber. Ok Amber ne comprenait pas de quoi elle parlait, pourquoi aurait-elle des choses à cacher? Mais pas aujourd’hui. De si petites choses peuvent détruire beaucoup plus. Comme une confiance. Mara avait eu confiance en Amber, en sa franchise. Elle avait été déçue. Déçue et blessée. Mais si la jeune femme croyait que Mara allait continuer à ne pas voir le mensonge sous la couche de mots qu’elle essayait de placer, elle se mettait le doigts dans l’oeil. Soudain Mara comprit, le fait de lui dire qu’elle n’était pas une bonne amie, que tout était de sa faute, n’avait qu’un seul but: faire oublier à Mara la présence de ce pronom qui coûte à Amber. Tout ça n’était qu’une mise en scène pour que la jeune Héritière oublie ce moment d’égarement et qu’elle continue à parler du sujet de leur amitié au lieu de s’intéresser à quelque chose de plus important et qui était peut-être lié. Alors elle insista. Pour elle, pour savoir, pour comprendre. Pour Amber parce que cela lui ferait peut-être du bien d’en parler. Et même si cela ne lui faisait pas du bien, Mara était en droit de le savoir parce qu’on parlait de son jumeau à présent: Jar. 

« De quoi je parle? Tu sais parfaitement de quoi je parle Amber! Ta réaction montre bien que tu sais pertinemment de quoi je parle mais, toi, tu ne veux pas en parler. C’est ça le problème, hein? Tu ne veux pas en parler alors tu refuses d’admettre que quelque chose ne va pas et tu refuses d’admettre que j’ai mis le doigts sur quelque chose qu’il ne fallait pas. Tu n’as rien à cacher? Dire ça à ce moment là n’est pas vraiment très futé. Tu m’as caché ce que tu pensais de moi, même si c’était pour mon bien, ta franchise a fléchit. Crois-tu que, parce que tu me dis que tu n’as rien à cacher, je vais encore te croire? »

Il n’y avait pas que de l’énervement qui pointait dans la voix calme de Mara mais aussi un désir de crever l’abcès. De tout savoir, de tout comprendre pour être équitable. C’est bien ce que voulait les deux filles non? Être équitable, ne plus avoir rien à cacher. Alors pourquoi s’évertuait-elle à continuer d’essayer de cacher des choses à Mara? La jeune brune respira profondément et planta son regard dans celui de son ex-meilleure amie. Elle ne voulait pas jouer aux devinettes. Elle voulait juste qu’Amber lui dise la vérité. Qu’elle lui dise elle-même. 

« Tu sais parfaitement de quoi je parle. Alors dis le moi... » 

Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Lun 12 Juin 2017 - 23:50





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
mara & amber


chaos isn't a pit. chaos is a ladder.  
Tu te sens au bord d’un gouffre sans fin, ton coeur qui se déchire quand tu penses à lui. Son regard noisette, ses cheveux bruns, son odeur… ton visage s’étire en une grimace à peine visible, mais tu sens tes traits te tirer. Tu n’aurais jamais dû cacher la vérité à Mara, et tu le comprends maintenant. Il ne restait plus qu’à mettre les choses au clair, mais cela signifiait parler de Jar. Et ça, tu ne le pouvais vraiment pas car ça rouvrirait les blessures, même si tu le voulais pour votre relation s’arrange. Tu te rends compte en quelques instants que toi aussi, tu es immature dans cette histoire. Alors, tu comptes bien expliquer les raisons de ton changement, de votre dispute. Mais tu veux l’amener doucement. Tu ne veux pas craquer, pas devant elle. Malgré cela, il fallait que tu parles, et tu ne pouvais retarder l’inévitable.

« Je voulais que tu deviennes plus forte grâce à moi et ces quelques mois ont dû être atroces pour toi. Tu m’as vue devenir plus dure et sévère que je ne l’avais jamais été, tu m’as vu te triturer l’esprit, tu as vu ma froideur et mon absence de sentiments. Pour ça j’en suis désolée, et tu as raison je vais arrêter de changer d’avis toutes les deux secondes. C’est notre faute à toutes les deux même si j’y ai grandement contribué. »

Tu préfères commencer doucement, en montrant que tu es totalement consciente de ton changement d’attitude. Tu n’as plus envie de t’énerver même si tu sens le sang bouillir dans tes veines et le son de ton rythme cardiaque pulser jusque dans tes oreilles. Les poings serrés, tu retiens ceux-ci de se loger dans un meuble ou pire encore, sur la brunette.

Elle méritait de comprendre ce qui se passait, surtout qu’avec la mort d’Alec elle devait être totalement paumée en ce moment et tu ne l’avais pas aidée. Même si, tu l’avais peut-être soutenue pendant quoi, deux minutes ? Non, ce n’était pas suffisant. Sur ce point, tu avais merdé. Tu ne l’avais pas soutenue quand elle avait le plus besoin de toi et si tu avais été une vraie amie, tu te serais incrustée dans sa suite contre son gré et l’aurait consolée. Autant que tu le pouvais. Mais tu ne l’avais pas fait, et c’était impardonnable, tu refusais d’oublier cette énième erreur.

Puis tu avais été perdue toi aussi, à cause de celui que tu aimes, qui t’as brisée le coeur. Celui dont tu avais découvert le secret, ce qui t’avais encore plus réduite en miettes. Tu allais mieux, tout de même. Mais il fallait que tu vides ton sac, ou même que tu essayes d’amener Jar dans la conversation. Mara devait savoir et ça passait avant la douleur qui te submergerait quand tu parlerai. Elle passait avant, tu le réalisais maintenant. Même si cela n’empêchait pas qu’elle t’exaspérait avec son don à vouloir tout savoir au mauvais moment. Voilà, c’était ça qui résumait Mara. Mauvais endroit au mauvais moment. Pourtant, tu allais passer au dessus, et accepter son défaut. Elle avait bien accepté les tiens, aussi nombreux soient-ils.

« Je ne t’ai pas soutenue alors que tu étais en deuil. Je t’ai enfoncée dans le but de me valoriser, j’ai été égoïste. Parce que j’étais mal je voulais voir quelqu’un dans un pire état que moi. Mais ça n’a pas marché. Autant tu allais mal au niveau du physique et du mental, ceci dit tu commençais à renaître, moi je devenais folle. J’avais peur, peur de devenir comme ma mère, aussi. Je voulais t’endurcir en te faisant souffrir comme elle l’a fait avec moi et je m’en rends compte maintenant, ça peut traumatiser quelqu’un. Donc désolée pour ça. Je m’excuserai jamais assez. Mais le pire, ce n’est pas ça. Ce qui m’a marquée moi, c’est lui. Et tu sais de qui je parle. Jar, ton frère. »

Le poids que tu portes sur les épaules commence à diminuer mais le plus dur n’est pas passé, malheureusement. Et maintenant que tu as entamé ton récit, tu ne peux plus revenir en arrière. C’est aussi ta devise : ne jamais reculer.

« J’étais complètement dingue de lui. Il se peut qu’un jour il y a trois mois de ça, j’ai été lui rendre visite. Donc, on a atterri je ne sais comment à un bal, et… il m’a dit que je ne pouvais rien espérer avec lui alors que ça faisait des mois qu’il me faisait croire et espérer des choses. Il a joué franc-jeu, ce soir là, pour la première fois. D’un côté, cette soirée était belle, parce que certes la vérité peut blesser mais je la préfère à une insouciance qui nous fait souffrir encore plus. Bref, j’ai appris qu’il s’en foutait royalement de moi après m’avoir manipulée, et ça m’a brisé le cœur. Parce que je l’aimais tellement passionnément et que je ne pouvais plus m’arrêter que j’ai été aveuglée par mes sentiments surtout que je ne connaissais pas ce sentiment. L’amour. Je ne savais pas que ça rendait faible. »

T’as comme un goût amer dans la bouche, comme si quelque chose voulait en sortir, la haine et le dégoût peut-être, ou encore la tristesse et le sougalement. Soulagement d’avoir enfin expliqué les raisons de votre dispute à la jeune femme. Elle avait mérité de savoir et avait déjà assez souffert, tu avais été une vraie conne avec elle. Il fallait que tu te rattrapes et tu venais de faire le premier pas en racontant cette histoire, que tu avais gardé pour toi pendant trois mois déjà.

Cependant, même si tu penses que l’amour rend faible, ce n’était pas forcément vrai. Ce genre d’amour rend faible et vous brise. Un amour non-réciproque, un amour cruel, un amour haineux. Un amour qui vous détruit à petits feux, lentement sans que vous vous en aperceviez. Pourtant, sur du long terme, vous n’êtes plus le même. Il vous réduit en cendres et les autres doivent ramasser la saleté, résidu de qui vous étiez autrefois.

En pensant que tu viens de tout lui avouer, que tu as vidé ton sac et que tu peux enfin essayer d’aller de l’avant, tu ne peux t’empêcher de déserrer les poings. Les phalanges blanchies, pâles autant que ton âme est sombre, tu retiens les larmes de couler. Libérée de ce fardeau, enfin. Libérée de ces secrets, enfin. Vous irez mieux maintenant, peut-être. Vous serez calmes, sûrement. Une chose est sûre : Vous quittez maintenant ne semble plus si évident. Il faudrait plutôt reconstruire votre relation et cela se fera au fil du temps.


camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Lun 19 Juin 2017 - 0:46

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...


Elle ne savait plus où elle en était. Les pensées contradictoires tourbillonnaient dans sa tête sans qu’elle puisse les ordonner, sans qu’elle puisse calmer le flux qui menaçait de la faire exploser. Elle avait l’impression d’être déchirée en deux sans pouvoir réunir les deux parties de son corps qui ne cessaient de la faire réfléchir avec des émotions diverses. Sa tête. Sa tête qui essayait de comprendre la situation, de se dire qu’Amber n’était plus celle qu’elle avait connu, qu’elle voulait en finir avec leur amitié. Sa tête qui lui disait d’arrêter de faire l’enfant et pour une fois écouter ce qu’Amber avait à dire et arrêter de tourner autour du pot. Si Amber ne voulait plus qu’elles soient amie, pourquoi continuer? Puis son coeur. Son coeur qui la poussait à ne pas voir que la façade que s’était construit la jeune femme. C’était sa meilleure amie. Amber était pas quelqu’un de méchant, d’insensible. Elle voulait se persuader de cela et ça lui donnait mal à la tête car elle essayait de faire entrer dans son crâne des pensées contradictoires à celle qui s’y pressait déjà. Le calme était revenu entre les deux jeunes filles. Un calme presque apaisant. Un calme où on entendait plus que des voix chuchotées. Des mots balançaient. Des discours de vérité. Des mensonges effacés. Un abcès crevé. Un calme qui apaisa les pensées de la jeune héritière, qui lui permis de regarder les yeux vert d’eau de son amie et d’engager une conversation calme, mature, adulte. Comme elle ne l’avait jamais fait. Comme elle aurait dû le faire depuis longtemps. 

Les paroles d’Amber, malgré qu’elles devraient la faire sortir de ses gongs semblèrent l’apaiser. Mara avait l’impression que la jeune femme n’écoutait même pas ce qu’elle disait…qu’elle ne se rendait pas compte de la portée de ses paroles. En affirmant vouloir rendre Mara plus forte, elle venait de lui prouver une certaine affection qu’elle avait pour la jeune fille. Cela était évident non? Pourquoi voudrait-on que quelqu’un devienne forte si on ne souhaitait pas qu’elle surmonte les épreuves? Pourquoi voudrait-on la pousser dans ses retranchements si on ne voulait pas qu’elle puisse avancer dans la vie? Un sentiment de calme s’abattit sur la jeune Héritière qui se permit de souffler un bon coup avant de reprendre les mots de son amie. 

« Justement Amber, je n’ai pas mal pris ces derniers mois et si ils étaient plus horribles que les autres ce n’est pas de ta faute. Certes, au début ça m’a fait bizarre mais j’y ai vu comme une intention de me faire devenir plus forte, de me faire penser à autre chose. Ce n’est pas ça qui me faisait du mal mais juste le fait de te voir t’éloigner de moi… »

Les paroles sortaient plus vite de la bouche de Mara que ses pensées. Elle parlait sans vraiment réfléchir à ce qu’elle était en train de dire. Elle avait bien remarqué le changement de comportement de la jolie brune, mais…elle s’était dit que c’était la mort d’Alec qui lui donnait ses impressions là. Elle n’avait pas revu Amber depuis des mois. Elle s’était dit tout bonnement que si Amber était comme ça c’était pour l’aider. Et même si ce n’était pas l’impression qu’Amber avait d’elle. Pour Mara c’était un peu comme si Amber lui avait ouvert les yeux. Depuis qu’elle était arrivée au Palais à ses onze ans, elle avait beaucoup changé. Passant de la petite fille farceuse, âcre et pas très bavarde à une jeune fille pleine de joie, dans le but de s’intégrer, dans le but de se faire aimer. Mais cette personnalité qu’elle s’était forgée au fil du temps l’avait un peu espacé de son elle d’origine. Elle étais devenu plus faible, elle voyait le bien dans chaque personne et n’hésitait pas à les aimer. Elle avait trop manqué d’amour tout au long de sa vie. Et cet amour l’avait rendu faible. Alors, quand Amber avait changé avec elle, ça été comme un petit choc dans son esprit. Quelque chose qui frappe au moment où on s’y attend le moins et qui reprend le pas sur ce que vous êtes vraiment. Une force sans doute cachée, qu’Amber avait délogée et qu’elle essayait de rebâtir sans même s’en rendre compte.

La suite cependant fut plus dure à encaisser. La jeune fille ne voulait pas retomber dans la colère. Une colère aussi futile ne résoudrait pas les choses elle ne ferait que les aggraver. Être trop impulsive n’aidait pas à voir les choses claires et à tête reposée. C’était dur, mais Amber lui avait fait voir ses défauts, à elle de s’améliorer. Pas en un jour…mais petit à petit elle allait rectifier les choses qu’on lui reprochait. Savoir qu’Amber avait fait ça seulement pour elle était comme une sorte d’amertume laissée derrière ses paroles. Elle avait voulu voir quelqu’un encore plus mal qu’elle…elle l’avait peut-être vu, certainement. Un goût pâteux se posa sur sa langue et quand elle avala sa salive c’est avec difficulté qu’elle reprit son souffle. Puis la suite semble s’adoucir. Le goût amer laisse place à un goût de renouveau. La langue pâteuse redevient supportable et Mara pu enfin envisager la situation sous un angle nouveau. Son amie était perdue. Cela se voyait vu qu’elle se contredisait dans ses phrases. Un coup c’était pour l’enfoncer, un coup pour l’endurcir. On ne comprenait plus très bien les motivations de la jeune fille mais Mara y voyait une sorte d’aide. Même si Amber ne voyait pas clair, même si la situation ne lui permettait pas de s’exprimer en cohérence, Mara essayait elle de comprendre où elle voulait en venir. Elle ne savait plus où elle en était et cela ne reposait qu’en un mot: « Jar »

« Tu as certes eu de sombres intentions mais le but de ce que tu as fait n’était pas comme tu l'a dis ensuite? Voulais-tu vraiment me voir souffrir pour échapper un peu à ta peine? Ou voulait tu me faire souffrir pour que je remonte de cette épreuve plus forte? Je n’ai pas perçu ton changement d’attitude comme une façon de me voir encore plus souffrir, je l’ai vu comme une façon de m’aider. Et d’une certaine manière tu m’as aidé. Tes intentions n’étaient peut-être pas les bonnes mais au final le résultat est là. J’avais besoin de quelqu’un pour me remuer le cul, pour me faire remonter, j’avais besoin de quelqu’un qui ne s’apitoyait pas sur mon sort, quelqu’un qui faisait resurgir une certaine forme de force que j’avais enfouit dans mon coeur. Peut-être que tu ne le vois pas de cette façon mais à vrai dire nous ne voyons pas les choses du même angle toutes les deux depuis le début…est-ce un mal? Tu as voulu me faire du mal mais tu m’a aidé à me faire ressortir plus forte…est-ce un mal? »

Mara se doutait bien que ce n’était pas quelque chose de bien. Amber n’aurait sans doute jamais du vouloir lui faire du mal. Elle était censé être sa meilleure amie, la soutenir. Mais justement: Amber l’avait soutenue à sa manière. Jamais les deux jeunes filles n’avaient perçues les choses de la même façon et cela se voyait même dans leur récit. Alors que l’une souhaitait faire souffrir, l’autre guérissait. N’est-ce pas une belle preuve d’amitié? Mara était peut-être clémente mais Amber était en train de se confier. Elle n’allait pas la brusquer au risque de faire renaître une expression sauvage sur le visage de la Voleuse. Alors oui, son point de vue ferait peut-être sortir Amber de ses gongs mais qu’importe? C’était son point de vue et elle le défendrait jusqu’au bout! 

Mara grimaça, car même si elle s’étai doutait de ce qui avait fait autant de mal à Amber, elle avait des difficultés à l’admettre pleinement. C’était son frère. C’était son jumeaux. Elle se devait de le protéger et de le soutenir. Mais Jar ne s’était pas bien comporté et ça, ça elle ne pouvait pas le soutenir pour ça. Il avait fait du mal à sa meilleure amie, il l’avait brisé et avait fait éclater leur amitié en éclat. Il ne s’était sans doute pas rendu compte de toutes les conséquences de ses actes…comme toujours mais il y avait toujours une partie du Jar qu’elle n’aimait pas. Que les choses soient claires, elle adorait son frère, sauf cette partie sombre qui obscurcissait son portrait. En l’occurrence elle était face à cette partie sombre qui avait fait tant de mal. La jeune Héritière serra les dents. Tout ça…à cause de Jar. Si il se revoyait tous les deux ils allaient discuter!

Comment une seule personne pouvait détruire autant de chose en un clin d’oeil? Mara se le demandait bien et malgré les colères passées de cette première rencontre elle ressentait une sorte de bourdonnement dans le creux de ses oreilles. Ce n’était pas une colère destinée contre Amber qui elle même avait desserré les poings. Ce n’était pas une colère contre Jar, même si elle était en colère contre lui, cela ne changeait rien à ce qu’elle ressentait pour son jumeau. La manipulation de Jar n’était qu’une colère en sourdine qui résonnait au fond de son coeur. Car la personne qu’elle aimait le plus au monde avait fait du mal à une autre personne qui lui était très chère. Voir des personnes chères se détruire entre elles ne pouvait pas apporter de la joie, mais une tristesse et une colère en sourdine qui ne cessait de résonner dans tout le corps de la jeune fille. Mais non. Ce qu’elle entendait c’était la voix d’Amber. Une voix qui s’était caché pendant trois mois. Une voix qu’elle aurait pu aider à faire sortir. Une voix qui avait peut-être eut besoin d’elle quand elle, n’était pas là. Les deux jeunes filles n’avaient été là, ni l’une pour l’autre et pourtant d’un certain coté, Amber avait réussit à faire renaître quelque chose en Mara tandis qu’elle…elle n’avait rien fait. 

Elle eut envie de prendre la main de sa meilleure amie, mais se retint. Amber semblait prête à exploser d’un moment à un autre et Mara n’avait pas envie de se retrouver blesser. Même si Amber ne le désirait pas, un accident était si vite arrivé, il ne manquerait plus qu’il vienne alourdir les plaies de la jeune fille. Elle inspira profondément et essaya de pénétrer le regard si empreint d’émotions de son amie. 

« Je…ça m’énerve! Je sais comment il peut être, je le sais mieux que personne et pourtant, malgré le fait que tu sois quelqu’un d’important pour moi il t’a fait souffrir plus qu’il ne l’aurait dû. J’aurais dû…j’aurais dû te mettre en garde, te dire de garder l’oeil, de faire attention. Je ne voulais pas que tu souffres à cause de lui…sincèrement Amber, je ne voulais pas qu’il soit la cause de tous tes problèmes. Et je me sens si inutile à venir ici, à t’engueuler alors que mon frère t’a fait du mal et que je ne fais qu’en rajouter une couche par-dessus. Ca fait trois mois et en trois mois j’ai même pas pensé à te demander comment ça allait. J’aurais pu te demander si il y avait quelque chose entre vous deux, j’aurais pu faire plus attention à toi et en fait je t’ai apporté aucune aide. Je n’ai fait qu’en rajouter car je suis la jumelle de quelqu’un qui t’a fait souffrir. Je peux même pas t’en vouloir de pas m’en avoir parlé parce que c’est moi qui aurait dû m'en rendre compte que quelque chose n’allait pas. Je suis censée être ta meilleure amie et je vois même pas que tu as mal. En trois mois je suis même pas capable de voir que quelqu’un de j’aime souffre et je ne sers à rien. Je crois que je ne suis pas mieux que toi. Toi t’a réussis à m’aider, malgré que ce ne soit pas ton principal objectif du début. Tu m’a aidé d’une certaine manière et moi j’ai rien fait. Rien. »

Mara sentit les larmes lui monter au yeux, elle sentit qu’elle avait fait fausse route. Elle se sentait tellement inutile, tellement bête. Elle se sentait tellement comme une étrangère face à la jeune fille devant elle, alors qu’elle est censé être sa meilleure amie. Elle crispa les dent, serra les poings et expira dans le but de se calmer. Elle a appréciait la franchise de la jeune fille car Amber lui avait dit ce qui lui pesait sur le coeur. Mara l’avait peut-être forcé, mais elle lui avait dit. Elle ne savait pas si ça lui avait fait du bien mais Mara, elle, se rendait compte qu’elle n’avait rien fait pour l’aider. Et au-dela de la colère, au-dela de l’immaturité dont elle a fait preuve, elle sentis une profonde tristesse lui empoigner le coeur car si elle perdait son amie se serait à cause de sa famille et d’elle. 

« Je suis sincèrement désolée Amber. Et je sais que des pardons ni changeront rien, que ce n’est pas ça qui va te faire aller mieux, qui va nous faire aller mieux mais je suis désolée. Pour tout. Pour moi, mon comportement, le fait que je ne t’ai jamais demandé comment toi tu allais, le fait que je ne me suis occupée que de moi, que je ne faisais pas attention à comment tu te sentais, que je n’ai pas réussi à remarquer ton mal-être, que je ne suis pas une bonne amie. Désolée pour mon frère. Pour cet idiot qui t’a fait souffrir, pour celui qui t’a rendu comme ça, pour celui qui s’est même pas faire attention aux autres. Désolée aussi pour cette scène, parce que je pense que c’est pas comme ça que ça aurait dû se passer, parce que j’aurais pas dû m’énerver de cette façon, parce que j’aurais dû t’écouter plus et me calmer, parce qu’on aurait dû parler calmement comme des adultes et que moi je sais pas faire ça. Je suis désolée pour ça… »

Comme un abcès crevé. Une peine éclatée. Des secrets révélés. Un calme retrouvé. Ce n’était peut-être pas la fin des ennuis, ni celle des colères de l’amitié. Mais une amitié est bien construit de peines et de bonheurs, non? Elles avaient eux toutes les deux leurs lot de peines, il ne restait plus qu’à retrouver les bonheurs disparus. Cela se fera sans doute avec du temps, avec de la patiente et beaucoup de progrès mais une chose est sûr pour Mara a présent. Elle ne voulait plus quitter son amie dans ces conditions, elle voulait aller de l’avant. Elle voulait échouer et recommencer. Parce que c’est comme ça que se traduisait l’amitié. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Sam 15 Juil 2017 - 20:58





it's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
mara & amber


chaos isn't a pit. chaos is a ladder.  
Plus mal en point que jamais après révélé à ta meilleure amie les raisons de ton mal-être, tu écoutes ses mots, ses excuses, ses paroles qui se voulaient réconfortantes. Mais ce qu’elle disait… Elle se trompait. Tu ne voulais pas forcément la voir se relever, ou peut-être que si au fond. Mais ton idée principal, c’était de voir quelqu’un dans un état pire que le tien. Cela restera l’objectif principal, et même si Mara voyait le meilleur en toi, le pire en était ressorti pendant ces derniers mois. Tu pousses un soupir, continuant à l’écouter toujours attentivement. Alors oui, c’était un mal d’avoir voulu l’aider en la faisant souffrir. Et tu auras du mal à te pardonner d’avoir fait un tel acte. Parce que si tu avais été une bonne amie, tu n’aurais pas agi comme ça. Tu n’aurais pas agi comme ta mère l’a fait avec toi. Comme une folle.

Puis vint le passage où il fallait parler de Jar. Vint le passage où tu allais avoir mal au coeur à en crever. Le passage qui te briserait un peu plus le coeur, plus encore qu’il ne l’était déjà. Cependant, ce qu’elle disait te rassurait un peu. Le fait que ton amie s’excuse ne de pas avoir été là, de ne rien avoir vu ni fait pour arranger la situation entre toi et Jar, ses petites excuses qui quelques jours plus tôt t’auraient mises hors de toi. Aujourd’hui, tu les acceptes. Parce que tu acceptes Mara telle qu’elle est, c’est la base d’une amitié. Et tu voulais vraiment renouer avec elle, pas simplement finir sur une mauvaise dispute. Au final, n’était-ce pas mieux de parler calmement pour régler les choses quand on tenait réellement à quelqu’un ?

« Tu n’y es pour rien. Je n’aurai pas dû rentrer dans son jeu, je n’aurai pas dû me faire souffrir. Mais maintenant, je sens que je peux tourner la page. Et tu es là, pas vrai ? »

Ses excuses ne changeront pas ton état, mais elles t’ont apaisée intérieurement. Et tu la remercies déjà pour ça, et tu la remercies d’avoir ouvert les yeux, qu’elle ait compris qu’elle avait été égoïste. Mais toi aussi, et tu as aussi été mauvaise, fourbe, faible. Tu parviens à esquisser une sorte de sourire, à la regarder dans ses yeux noisettes. Un pincement au coeur, repensant au noisette des yeux de Jar, tu ouvres la bouche.

« J’aurai dû t’apporter plus de soutien, je n’aurai pas dû être si… tyrannique, ouais, c’est le mot. Bref, j’aurai pas dû agir comme ça non plus. J’aurai dû être là pour toi. Je suis heureuse que tu ailles mieux, mais ça ne changera pas combien je suis désolée, jamais. Mais maintenant, c’est fini. »

Tu expires longuement et un silence paisible s’installe sur l’appartement. La fin de la dispute, la fin des problèmes, la fin d’un deuil, la fin des cœurs brisés. Tu sens que tout peut recommencer. Tu sens que Jar et cette histoire est derrière toi, il faut juste essayer d’avancer à présent. Ne plus reculer, comme tu l’avais toujours fait.

Un poids s’échappe de tes épaules, tu te sens plus légère. Tellement soulagée, une larme salée coule sur ta joue, mais tu la laisses ici, ne fais rien pour l’essuyer comme tu l’aurais fait violemment avant. Un signe que tu montrais enfin ton côté sensible et pas seulement ta force de caractère. Puis, une dernière fois, l’émeraude de tes yeux fixe la brunette. Ses yeux brillent, à elle aussi. Tu t’approches d’elle et l’enlace, avant de lui chuchoter d’une voix des plus honnêtes et désolées :

« Je suis sincèrement désolée pour Alec, Mara. »


camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    Dim 16 Juil 2017 - 11:53

 
Ne ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance lorsque nous aimons...


Aucun mot ne vint crever le silence qui s’était installé entre elles deux depuis que Mara avait repris la parole. Et même si autrefois ce silence aurait gêné la jeune fille, si autrefois elle aurait voulu le combler. Aujourd’hui elle n’en avait plus envie. Le silence faisait partie intégrante d’un discours il pouvait signifier, une gêne, une réaction, une réflexion et personne n’avait le droit d’y couper court. C’était un moment important dans une conversation calme et d’adulte réfléchis. Car oui, Mara avait pleinement pris conscience de toutes ses erreurs ce soir. Elle avait vu qu’elle avait fait du mal à Amber, qu’elle n’avait pas su être là quand il l’avait fallu, qu’elle n’avait pas pris le temps de l’écouter et que même si elle ne l’avouait pas, cela avait dû faire du mal à la jolie brune de ne pas se sentir soutenue par son amie. En prenant conscience de ses actes et de son comportement elle avait grandie. Elle avait murie. Alors elle respecta ce silence. Elle le respecta car elle ne voulait plus se fâcher avec sa meilleure amie. Elle en avait marre. Tout avait été dit. Tout avait été déballé. Le destin avait voulu que cela se fasse dans ces règles mais à présent, elles allaient jouer leurs règles à elles. Elles étaient amies et ce n’était pas un moment d’égarement, une incompréhension de caractère ou même un tragique et douloureux évènement qui allait changer quelques chose à l’amitié qu’elle se portaient. Car même si elles avaient fait des erreurs elle tenaient à l’une et l’autre. Inexplicablement. 

Mara regarda soupirer son amie à ses mots et elle comprit qu’Amber ne la croyait pas. Ou plutôt qu’elle n’était pas du même avis qu’elle. Et même si Amber n’avait pas eut les même raisons qu’est-ce que cela changeait pour Mara qui grâce à elle avait pu se relever? Rien. Rien du tout. Alors tout ce que dirait Amber ne changerait rien. Elle avait beau affirmer le contraire, qu’elle n’était pas une bonne amie, qu’elle n’avait pas réagis pour l’aider mais pour l’enfoncer. Cela ne changerait rien car aujourd’hui quand on regardait Mara, on ne voyait plus la jeune femme accrochée d’une main au bord du gouffre pour ne pas tomber, mais une jeune femme debout au pied du gouffre qui s’était relevée. Pour Mara et quoi qu’il ne soit dans les pensées d’Amber, la Voleuse n’avait pas été la personne qui avait écrasé sa main pour qu’elle tombe mais la personne qui lui avait tendu, peut-être pas sa main, mais une perche pour qu’elle se relève. 

Mara avait compris assez vite après les paroles d’Amber que le vraie problème c’était Jar. Jar qui avait fait du mal à sa meilleure amie. Jar qui avait mit à mal leur amitié. Tout ça c’était Jar. Mais on ne pouvait pas lui rejeter toute la faute. Jar n’était que le facteur qui permettait de découvrir aux yeux de tous, les réels bouleversements de leurs amitiés. Le manque de prise de connaissance, de conscience. Le manque d’attention. Le manque d’avertissements. Tout ça, elle l’avait vu aujourd’hui grâce à Jar. Et Amber avait beau lui dire qu’elle n’y était pour rien, qu’elle aurait dû faire attention elle-même, Mara n’y croyait pas un mot. C’était elle qui connaissait son jumeau mieux que personne, elle aurait dû voir qu’Amber lui accordait trop d’importance et que son frère jouait avec sa meilleure amie. Elle aurait dû dès le départ lui poser des questions comme: « Comment ça va avec Jar? » « Quoi neuf avec mon frèrot? » Mais non, elle ne lui avait pas demandé une seule fois. A la suite de ça il y aurait eut des avertissements. Mais sans contexte il ne pouvait pas y avoir d’avertissement et Mara soupira en se disant qu’encore une fois elle avait loupé quelque chose. Mais elle ne voulait pas revenir sur le sujet, elle voyait que c’était douloureux pour son amie et pour une fois elle devait faire les bons choix. Alors malgré son envie de protester de rejeter une partie de la faute sur elle pour qu’Amber se sente mieux, elle lui adressa un sourire et acquiesça face à sa question. Elle ne voyait plus qu’une chose à faire. La rassurer. La rassurer elle et se rassurer soit même. Elle avait besoin qu’en dehors de ce manque d’attention dont elle avait fait preuve envers sa meilleure amie, que celle-ci comprenne que pour n’importe quoi elle serait là. Elle l’avait toujours était plus ou moins explicitement et elle le serait toujours. Parce que les amies pouvaient compter les unes sur les autres. 

« Oui je suis là maintenant. J’ai été aveugle pendant trop longtemps mais je serais toujours là à présent. Pour parler, pour rire, pour aller boire un coup ensemble je serais là. Pour regarder des séries, pour s’entraîner, pour me faire battre encore et toujours je serais là. Pour se raconter des histoires qui font peur ou des histoires d’amour je serais également là. Ou juste si tu as besoin de ma présence je serais là Amber. Je m’en veux te t’avoir laissé seule mais je ne referais plus cette erreur »

Elle était sincère. Sincèrement désolée. Elle l’avait toujours pensé mais elle ne lui avait jamais dit et peut-être qu’Amber aurait eut besoin de le savoir. Maintenant elle le savait. Elle savait que Mara serait là pour elle quand il le faudrait. Elle savait qu’elle pouvait compter sur son amie pour n’importe quoi. Elle savait les choses qu’elle aurait dû savoir il y a bien longtemps. Maintenant qu’elle en prenait pleinement conscience avec les mots de Mara peut-être pourrait-elle tourner la page comme elle l’avait dit et Mara savait qu’elle réussirait. Et elle ferait tout pour qu’elle réussisse. Pour rattraper le temps perdu et le temps perdu à ne pas avoir aidé son amie. Le regard d’Amber se posa sur les yeux noisettes de Mara et la jeune fille écouta de nouveaux les excuses de la jeune fille. Elle sentit son coeur battre plus fort, ses paupières battre plus vite, comme à chaque fois qu’elle évoquait cette période de sa vie. Cette période qui restera gravée en elle jusqu’à la fin de ses jours. Et qui n’était pas de la faute d’Amber. Mara aurait voulu qu’elle comprenne qu’elle ne devait pas se rejeter la faute dessus à chaque fois, mais elle ne pouvait pas le lui dire. C’était à Amber de faire ce travail de son côté, de se rendre compte de ce qui était réellement de sa faute ou pas. 

« Tu aurais pu Amber mais j’avais besoin de ça. J’avais besoin qu’on me pousse et pas qu’on me réconforte. J’avais besoin de ce moment de solitude, j’avais besoin de ça et tu n’aurais pas pu y faire grand chose. Ne sois plus désolée, c’est fini. On ne pourra pas revenir éternellement sur les choses qu’on a foiré toutes les deux durant tout ce temps. Mais…Mais maintenant qu’on en a conscience c’est du passé tout ça »

Les paroles d’Amber avait été dures certes, Mara avait eut l’impression en l’écoutant qu’elle recevait des gifles mais est-ce que son amie avait tord? Non. Non et elle aurait dû lui dire depuis le début. Mais après réflexion, on pouvait dire que Mara ne lui avait pas laissé trop le choix, peut-être qu’au moment où Amber en avait marre, où elle allait lui dire…la mort d’Alec est arrivée et elle comprenait pourquoi sont amie n’avait pas voulu lui dire tout ça. Elle ne lui en voulait pas. Elle ne lui en voulait plus. Tout ces non-dits c’était fini. Fini. Terminé. Disparu. Envolé. Maintenant elles pouvaient se sentir libres. Libres de tout s’être dit. Libre de recommencer leur amitié. 

Les yeux vert d’eau de sa meilleure dardèrent sur son regard et la jeune Héritière remarqua la larme qui dévalait gracieusement la joue de porcelaine d’Amber. Une larme pouvait représenter tant de chose. Une sensibilité caché. Un mal qui s’était installé et qui s’en allait pour la libérer. Un soulagement. Une tristesse. Une petite larme pouvait faire tant de chose, tant de mal et tant de joie. Et pourtant ce n’était pas la tristesse infini qu’elle lisait dans les yeux de sa meilleure amie. Mais un soulagement. Comme si la larme représentait le poids qu’Amber avait placé sur ses épaule. Comme si ce poids venait de tomber en même temps que la figure de dure qu’Amber avait abordé. Comme si cette larme faisait apparaître un autre visage. Un visage sensible, un visage qui s’en voulait, qui était triste, soulagé mais heureux. Un visage heureux car c’était un renouveau. Un recommencement. Les yeux de Mara se mirent à miroiter en même temps que ce de la jeune femme. Elle s’en voulait tellement de tout ça. Elle avait cru perdre son amie. Sa première amie. Son amie la plus chère à son coeur. Sa meilleure amie. Amber s’avança et enlaça Mara, bien que celle-ci fut quelque peu surprise par le geste de son amie, elle l’enlaça à son tour et les deux jeunes filles dans les bras l’une de l’autre venaient de recoller les morceaux de leurs amitiés. Recollés. Ressoudés. Comme le coeur que l’on donne au enfant quand il sont petit où il a marqué « Best Friend » ce collier est composé de deux morceaux, de morceaux de coeur brisées. En ce prenant dans leur bras, les deux jeunes filles venaient de recoller les morceaux. De faire la paix. De s’avouer que contre tout, elle tenait l’une à l’autre. 


« Je suis sincèrement désolée pour Alec, Mara. »

Son coeur s’emballa, si fort, si vite que Mara crut qu’il allait s’envoler. Son coeur s’emballait quand elle repensait à lui. A lui. Alec. Les mots d’Amber était si fort et si doux. Son coeur battait la chamade, ses yeux se brouillèrent de larme et elle crut que sa respiration resterait bloquée dans sa poitrine. Les larmes dévalèrent lentement les joues de la jeune Héritière et elle serra son amie un peu plus fort dans ses bras. Pour la remercier, pour lui dire qu’elle comprenait ses mots et qu’elle remerciait son ami de le lui dire. Pour lui dire qu’elle l’aimait. Pour lui dire tout ça à la fois, elle la serra dans ses bras. Une fois que sa respiration se calma, elle s’écarta gentiment, passa une main devant ses yeux pour enlever de son regard noisettes les larmes qui les troublaient et prit les mains de sa meilleure amie. Elle lui sourit. Un vraie sourire. Le sourire de quelqu’un qui remercie. Le sourire de quelqu’un qui est touchée. Le sourire que l’on offre aux personnes que l’on aime. 


« Tu comptes pour moi. Tellement. Je ne veux pas te perdre aussi Amber. Je ne pourrais pas...»


Sa voix se brisa, alors elle attira de nouveau sa meilleure amie vers elle et la prit dans ses bras. Elle ne voulait pas la perdre. Non, elle ne le pourrait pas. Une larme silencieuse venait de finir sa course sur la joeu de Mara et elle ne l’essuya pas. Cette larme signifait qu’elle venait elle aussi de se libérer. Elle avait tout dit. Tout ce qu’elle n’aurait pas osé lui dire. A présent, elle savait. Elle ne perdrait pas Amber, Amber était une amie, son amie, sa meilleure amie et quoi que la Voleuse puisse en dire, quoi qu’elles aient fait toutes les deux, ça resterait comme ça. On ne choisit pas ses amies parce qu’on se ressemble, parce qu’on parle des même centres d’intérêts. On choisit ses amis avec le coeur. Sans les yeux. Avec le coeur. Alors oui, quand on choisissait ses amis avec le coeur, ça faisiat mal, ça faisait de la peine, mais ça faisait tellement de bien aussi. Ce jour où Mara avait rencontré Amber, qu’elle ne s’était pas entendue au début et qui avait terminé par des confidences et des sourires, elle avait cru trouver son amie. Mais elle s’était trompée. Elle n’avait pas trouvé qu’une amie. Elle avait trouvé sa meilleure amie. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone    

Revenir en haut Aller en bas
 
It's better to be alone rather than be with someone who makes you feel like you're alone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library
» - Liste des Avatars Pris.
» I WANNA FEEL SOMETHING ? alexiane & ethan
» Ruby Caldwell ··· I feel my heart start beating to my favorite song
» Makes me wonder if the sky's still blue to paradise... (Terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour-
Sauter vers: