AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Meli-melo. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Partagez | 
 

 Phase 4 - Après la guerre [Keysa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Mes deux fidèles couteaux, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

Profil du rôliste
Surnom: La plus belle
Age du membre:
Vos autres comptes:


MessageSujet: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Dim 23 Avr 2017 - 20:12


Une explosion. Des corps qui tombent, des murs qui se brisent. Quelques cris, un bruit de course. Puis plus rien. Le silence arrive, s’impose, un silence lourd, pesant, insupportable, un silence de mort, presque plus terrifiant que les bruits de tirs et les cris d’agonie. La bataille est finie. Avec un peu de chance, la guerre aussi. C’était rapide.

Cachés derrière un arbre, à l’abri, hors du champ de bataille, ils patientaient, le souffle court, sans trop savoir quoi faire. Pour le moment, l’issue de la guerre leur était incertaine. Ils avaient entendu l’explosion, mais qui avait péri ? Magister était-il encore vivant ? Cela ne servait à rien de se poser ce genre de questions. Ils ne sauraient rien tant qu’ils resteraient ici. À en croire cet éternel silence, la voie était libre, ils pouvaient sortir de leur cachette. Mais Lisa savait quel spectacle les attendait, et elle n’était pas encore prête à y faire face. Elle imaginait la terre recouverte de sang et de corps morts, les visages brûlés, déchiquetés, démembrés. Grâce à Keylo, elle s’en était plutôt bien sortie. Beaucoup n’avaient pas eu cette chance.

Finalement, elle sortit la tête, fit quelques pas en-dehors de sa cachette. Grimaça en sentant la brûlure sur son bras. Foutu Carbonus. Elle avança, arriva sur le champ de bataille. Il était comme elle l’avait imaginé. Désert. Mort. Il n’y avait pas un mouvement, pas un bruit, si ce n’est le vent qui soulevait quelques cheveux et les insectes qui commençaient déjà à ronger les corps sans vie. S’il y avait eu des survivants, ils étaient déjà partis. La scène était glauque, macabre, elle puait la mort. Lisa se retint de vomir. Merde, c’était dégueulasse.

« Quelqu’un m’entend ? Des survivants ? Personne ? »

Elle posa la main sur le manche de son sabre, au cas où un Sangrave lui répondrait. Mais rien. Pas de réponse. Apparemment, il n’y avait personne. De ce côté-là de la cour, en tout cas. Elle prit une grande inspiration et s’approcha lentement des corps étendus sur le sol, analysant chaque visage, le cœur serré. Il devait y avoir à peu près autant de victimes dans chaque camp. Elle reconnaissait quelques Ombres, qu’elle avait croisées de temps à autres avant la guerre. Evidemment, elle s’était attendue à ce qu’il y ait des morts. Mais les voir en vrai, c’était horrible. Et pourtant, elle continuait de déambuler parmi les cadavres, doucement, sans un mot, s’attardant sur chaque visage allié, se forçant à se souvenir de leur nom, comme pour leur rendre hommage. Elle décida qu’elle les ramènerait au QG et qu’elle les enterrerait tous là-bas. Ils étaient des héros, et on ne laissait pas des héros pourrir en territoire ennemi.

Quant aux Sangraves, c’était des ordures, des monstres, ils avaient eu ce qu’ils méritaient. Pourtant, elle ne pouvait pas non plus les ignorer. Parce que parmi eux, peut-être parmi ces morts, il y avait cet homme, celui qui l’avait mise au monde et qui était autrefois si cher à ses yeux. Et s’il avait trouvé la mort ce jour-là, elle avait besoin de le savoir. Elle ne pourrait pas supporter de vivre dans l’ignorance et dans l’incertitude. Alors elle enlevait chaque amulette, pour retirer les masques, un par un, priant pour que le visage de son père n’apparaisse pas derrière, soupirant de soulagement quand elle voyait que ce n’était qu’un inconnu. Pour le moment, Papa était peut-être encore en vie.

Derrière elle, elle sentait la présence de Keylo, silencieux lui aussi, qui tentait d’identifier les corps. Qui sait combien de temps il avait passé avec les Sangraves. Il disait les détester, mais il avait vécu avec eux pendant au moins plusieurs années. Il avait peut-être tissé des liens avec certains. Lui aussi devait chercher des visages connus.

Arrivée près d’un corps, elle reconnut l’un de ses couteaux planté dans la poitrine du cadavre. Son œuvre. Son meurtre. Elle referma son poing sur le manche et le tira vers elle d’un coup sec, puis essuya grossièrement la lame avant de la ranger dans sa poche. Elle contempla le masque de sa victime un instant, immobile. Elle ne ressentait aucun regret. Le gars était mort et c’était bien fait pour sa gueule. Pourvu que ça ne soit pas son père. Oh, wait. Merde. Lisa sentit son cœur battre de plus en plus vite, soudainement prise d’une profonde angoisse. Oh putain, non. Mais c’était faux, bien sûr, ce n’était pas son père, ça ne pouvait pas l’être, ce serait une coïncidence bien trop étrange et de toute façon, cet homme-ci était bien plus petit. Ceci dit, que pouvait-elle bien en savoir ? Est-ce qu’elle savait combien il mesurait ? Il était plus grand qu’elle, la dernière fois, non ? De combien de centimètres ? Comment savoir ? Au final, elle l’avait vu bien trop peu de fois. Oh merde. Merde.

De ses doigts tremblants, elle saisit le pendentif du Sangrave et le tira doucement vers elle, l’estomac noué. Elle allait gerber. Et si c’était lui ? Qu’est-ce qu’elle ferait ? Comment réagir ? Merde, elle n’était pas prête pour ça. Elle ferma les yeux, puis arracha complètement l'amulette. Ok. Il était temps de savoir. Elle souleva une paupière et observa le visage qui lui faisait face. Un blond aux yeux verts, imberbe, parfaitement inconnu. Lisa eut un immense soupir de soulagement tandis qu’elle se relevait. Il n’y avait pas eu de raison d’angoisser, finalement. Son cœur reprit peu à peu un rythme normal. Tout allait bien. Enfin, façon de parler. Et il restait encore de nombreux masques à retirer. Mais elle se sentait un peu mal, et même si la grosse angoisse avait disparu, son corps ne s’était pas encore totalement remis de cette forte émotion et continuait de trembler comme un dingue. Elle avait besoin de faire une pause, penser à autre chose qu’à la mort, au moins pour un instant. Elle essuya quelques larmes qui avaient coulé sur sa joue malgré elle et se tourna enfin vers Keylo.

« J’ai oublié de te remercier pour m’avoir sauvé la vie. Deux fois. Désolée. Et merci, du coup. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Keylo

Supermegafoxyawesomehot

avatar

Age du personnage : 31

Familier : Une bestiole collante qui me suivrait partout ? NON. MERCI. J'en ai déjà assez des schtroumpfs démoniaques.
Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Pas très stable.
Résidence : Un appart à Tingapour, infesté de schtroumpfs démoniaques.
Affinités : Keysa forever I love you

Profil du rôliste
Surnom: Libune, Lilnie, Grande Prêtresse Canarde.
Age du membre: 15
Vos autres comptes: L'ilne, Ace & Jeff et Albane N. O'Nyme


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Jeu 25 Mai 2017 - 17:14

Après la guerre
 
Alors c'était ça, le plan des Ombres ? Se faire sauter pour emporter avec eux le plus de Sangraves possible dans la mort ?  D'un regard, j'embrasse la cour jonchée de cadavres, comme autant de corps qui dorment sous le soleil désormais brûlant de l'après-midi. Réveillez-vous, je voudrais leur dire. Le jeu est terminé maintenant. Je voudrais oublier les débris de pierre, les membres arrachés, le sang - tout ce sang. Ils entachent le soulagement d'être encore en vie. Je n'y croyais pas. J'ai tellement anticipé ce moment - celui qui allait tout conclure - que je m'étais habitué à l'idée que je n'y survivrais pas. Maintenant je suis seul au milieu des morts, et le simple fait que j'entende encore mon cœur dans ma poitrine quand les leurs ne battent plus est absurde.

Tout-à-l'heure, j'ai vu quelques Ombres errer au loin, puis se diriger vers la forteresse. Si ce n'est nous deux, la cour est désormais déserte. Tous les Sangraves qui n'ont pas été tués dans l'explosion ou dans la panique qui l'a suivie se sont enfuis. Je suppose que nous avons gagné la bataille. Le reste n'est plus de notre ressort. Si j'étais plus religieux, j'invoquerais tous les dieux pour qu'Alexandre gagne son pari insensé de vaincre Magister. Et Candice, où est-elle ?

Dans un état second, je déambule parmi les cadavres à la suite de Lisa. Elle s'arrête à chaque corps pour regarder leurs visages. Au bout d'un moment, je comprends qu'elle cherche celui de son père. Je lui ai emboité le pas, à quelques mètres derrière elle sur cet itinéraire macabre. Moi aussi, je les regarde. Ombre, Sangrave, peu importe, ils sont tous égaux dans la mort. Aucun n'est innocent. Tous ne sont peut-être pas coupables. On reconnait facilement les Ombres des Sangraves, ce sont eux qui n'ont pas de robe ni de masque. Les héros qui ont donné leur vie pour détruire les gens comme moi. Pour rendre leur liberté aux innocents que nous terrorisions. Ils se sont sacrifiés, ont abandonné tout ce qui les reliait au monde, amis, familles, enfants peut-être. Je ne connaissais pas ces hommes et ces femmes, mais je les remercie silencieusement, un par un. Puis je poursuis mon chemin sans m'attarder. Ce ne sont pas eux que je suis venu voir.

Quand j'arrive devant un nouveau corps en robe grise, Lisa a déjà découvert le masque, retirant consciencieusement chaque amulette qui en maintient l'illusion. Je me rends compte que je connais la moitié des visages découverts. Celui-là s'appelait Alan - il a passé son Initiation récemment. Quoique, ça doit déjà faire plus d'un an, maintenant que j'y pense. C'est moi qui l'ai accompagné pour sa première mission. Je me souviens de lui comme d'un gamin assez agressif - comme beaucoup -, mais je crois qu'il était surtout très perdu. Le corps suivant est celui d'une femme aux cheveux blancs. Elle s'est occupé des jumeaux Jar et Mara quand ils étaient petits. Je ne connais pas son vrai nom, mais entre nous on l'appelait le Dragon - elle nous intimidait tous un peu. Quelques corps plus loin, c'est le visage de Willem que je découvre. Cette fois je m'attarde un peu plus longtemps. C'est vrai que vous ne le connaissez pas, vous. Je vous parlerai peut-être un jour de lui. Malgré sa pâleur anormale, je ne lui ai jamais vu une expression aussi apaisée. Le cœur de plus en plus lourd, je reprends ma route. Parfois je m'accroupis, parfois non. À certains, je dis pardon à mi-voix. Dix-sept ans de ma vie défilent sous mes yeux, de corps en corps, de visage en visage. Dix-sept ans et combien de missions, d'entrainements avec eux, de discussions à mi-voix entre ces murs, de plaisanteries tantôt méfiantes, tantôt sincères. Maintenant ils sont tous morts. C'est moi qui les ai tués.

Alors que je l'ai presque oubliée, Lisa se tourne vers moi. Ses yeux sont rouges et elle tremble. Le corps à ses pieds est pourtant trop jeune pour être celui de son père. J'ai beau ne pas le connaitre, j'espère qu'il n'est pas ici. Je ne saurais pas quoi lui dire si elle le découvrait parmi les morts.

- J’ai oublié de te remercier pour m’avoir sauvé la vie. Deux fois. Désolée. Et merci, du coup.

Je ne sais pas si une vie sauvée rachète toutes les autres, mais ça me réconforte de la voir bien en vie devant moi. Après tout, c'est de ma faute si elle a participé à cette boucherie.* Je n'aurais pas pu me le pardonner s'il lui était arrivé quelque chose.

- De rien, je réponds, gêné par l'atmosphère pesante. Merci à toi d'être venue. Fallait des tripes.

C'est alors que je remarque la brûlure encore vive sur son bras. Comment est-ce que j'ai pu ne pas la voir plus tôt ? J'invoque aussitôt un Reparus et ma magie noire vient envelopper la blessure, ne laissant qu'une cicatrice et un trou aux contours calcinés dans son vêtement. Noire, encore. Je contemple ma main dans laquelle dansent des flammes sombres. J'aurais tout donné pour me débarrasser de cette chose. Mon regard se porte sur le troisième étage de la Forteresse grise.

- C'est pas terminé. Le plus gros se joue là-haut. Avec Magister et ses bras droits. Personne est sorti, c'est qu'ils sont encore en train de se battre. (Je suis maintenant nerveux.) C'est pas normal. On aurait dû voir Candice revenir. Elle devait détruire les protections qui empêchent cet endroit d'être localisé. Elle a réussi, sinon j'aurais pas pu vous ouvrir le portail. Mais ensuite, elle aurait dû nous rejoindre pour nous aider à maintenir le gros des troupes ici.

Je ne sais pas pourquoi je lui dis ça, ce n'est pas comme si elle en savait plus que moi. Je crois que j'en ai simplement assez de rester ici sans pouvoir agir. Si seulement on savait ce qui se passait en haut... On pourrait pleurer nos morts, puis s'enfuir loin d'ici et ne jamais revenir. Se faire oublier. Mais j'ai beau essayer, je n'arrive pas à penser à ce qui se passera après. J'ai trop peur de ce qui est peut-être en train d'arriver en ce moment. Et tous ces morts... Bon sang, c'est à devenir fou. Heureusement je ne suis pas seul, je peux me raccrocher à la présence de Lisa. Je ne sais pas comment elle fait pour traverser ça avec autant de sang-froid.

- Comment tu te sens, toi ?

© Gasmask    


* :
 


go away
no one else is dealing with your demons •• meaning maybe defeating them could be the beginning of your meaning, friend



Multi-compte de L'ilne, Ace & Jeff et Jar'tylanhnem Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3036-keylo-le-blondinet-malefique#54845 http://tara-duncan.actifforum.com/t4132-keylo-grouffe-990-le-retour-du-keykey
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Mes deux fidèles couteaux, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

Profil du rôliste
Surnom: La plus belle
Age du membre:
Vos autres comptes:


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Jeu 25 Mai 2017 - 23:29


Keylo n’avait pas vraiment l’air d’être dans un meilleur état qu’elle. À bien y penser, cette situation était probablement plus dure pour lui. Elle pouvait se consoler en se disant que la moitié des corps à terre appartenaient à ses ennemis. Pour elle, ils n’étaient rien d’autre que des êtres anonymes qui avaient mérité leur mort. Lui avait été des leurs. Qui sait, fut un temps où certains avaient peut-être été ses amis. Pendant un bref instant, une seconde à peine, Lisa se dit qu’il l’avait cherché, que s’il n’avait pas trahi son pays en s’alliant à ces traitres il ne serait pas en train de vivre tout ça aujourd’hui, qu’il payait maintenant pour la connerie qu’il avait fait dans le passé. Cette petite voix-là, tapie dans un petit coin de sa tête, celle qui crachait sur tout et criait sa haine de façon irrationnelle et gratuitement méchante, elle l’avait souvent écoutée. Mais pour la première fois depuis longtemps, elle la dégoûtait. Cette bataille avait causé tant de morts, avait fait couler tant de sang, avait laissé un tel spectacle digne des plus grands cauchemars, qu’il y avait d’innombrables raisons d’être en colère, et tout autant de personnes à blâmer. Mais Keylo n’en faisait pas partie. Il ne méritait pas les remarques désobligeantes que ses pensées s’amusaient à formuler bien malgré elle. Ce n’était vraiment, vraiment pas le moment d’être méchante envers lui. Après tout ce qu’il venait de se passer, l’heure n’était plus aux enfantillages. Elle n’avait jamais voulu se le dire, mais aujourd’hui, c’était différent. Aujourd’hui, elle voulait bien l’admettre. Quoi qu’il en pense, quoi qu’il ait pu faire, quoi qu’il ait pu dire à une époque. Il faisait partie des héros.

Il répondit à ses remerciements et elle acquiesça. Ouais. Fallait des tripes. Pourtant, à cet instant, elle n’avait pas vraiment l’impression d’en avoir tant que ça. Tout ce qu’elle avait fait, c’était suivre et subir. Elle était juste un pion. Un soldat. On lui avait dit de venir, et elle était venue. On lui avait dit de prendre des armes, et elle en avait pris. On lui avait dit de se battre, et elle s’était battue. Elle n’avait pas l’impression d’avoir fait quelque chose d’extraordinaire. Elle s’était juste contentée de suivre les ordres et de regarder impuissante les corps qui tombaient un à un. Elle n’avait pas fait preuve de force ni de courage, elle s’était seulement lâchement laissé entraîner dans le tourbillon des évènements, et n’avait survécu que par une chance miraculeuse dont elle n’était même pas à l’origine. S’ils avaient gagné – ce dont elle n’était pas encore certaine – ce n’était pas grâce à elle. Et maintenant, elle était là, au milieu des corps, le cœur brisé, ayant pour seule envie de se barrer en courant, de prendre la fuite et tout oublier, retrouver son cottage, faire semblant que tout allait bien et que rien de tout ça n’était jamais arrivé. Laisser tout ça loin, très loin d’elle, comme si elle n’y avait jamais participé. Alors ouais, on repassera pour les tripes.

Mais elle ne pouvait pas partir comme ça, pas maintenant. Pas tant qu’elle n’était pas parfaitement sûre que son père ne se trouvait pas parmi les cadavres écroulés sur le champ de bataille. Elle allait continuer d’inspecter chaque visage derrière chaque masque, même si cela signifiait affronter les blessures sanglantes et les regards vides frappés par la mort, même si elle était à deux doigts de défaillir à chaque fois qu’elle ôtait un masque, même si l’odeur de plus en plus forte et nauséabonde de la mort et du sang séché lui agressait les narines et lui donnait des haut-le-cœur. Même si son corps tout entier tremblait sous l’effet de la peur, la colère, l’horreur, même si ses nerfs menaçaient d’exploser, même si tout son être lui criait de partir loin de cet endroit qui lui foutait les jetons. Et toujours cette question, insupportable, mesquine, celle qui se baladait impitoyablement parmi ses pensées, celle qui s’imposait devant toutes les autres, cherchant à prendre le plus de place possible pour être sûre qu’on ne puisse plus la chasser : et si papa était mort ? Si elle découvrait son visage, là, derrière le prochain masque ? Qu’est-ce qu’elle ferait, face à ses yeux vides et sa peau froide ? Est-ce qu’elle le supporterait ? Le pire, c’était que l’idée qu’elle ne le trouve pas parmi les cadavres n’était pas plus apaisante. Même s’il n’était pas sur le champ de bataille, rien ne prouvait qu’il était sain et sauf, qu’il n’était pas mort ou à l’agonie quelques mètres plus loin. Et elle passerait le reste de sa vie à le chercher, s’il le faut, parce que malgré tout, il était son père, et qu’elle ne serait jamais tranquille tant qu’elle ne saurait pas ce qu’il lui était arrivé.

Elle allait se remettre à ôter des masques lorsqu’elle sentit un souffle de magie sur son bras. Elle sursauta, ne l’ayant pas vu venir, se raidit un instant puis se détendit en sentant sa brûlure disparaitre. Elle avait presque fini par s’y habituer, mais maintenant que la douleur était partie, ça lui faisait un bien fou. Elle fit un signe de tête en guise de remerciement à Keylo, puis écouta son monologue. D’après lui, la guerre n’était pas encore finie. Lisa frissonna en entendant le nom de Magister. Elle espérait qu’il était mort, ou sur le point de mourir, tué par un des Ombres. L’ilne, peut-être. Merde, L’ilne. Elle n’avait aucune idée de comment allait son amie. Mais ce n’était pas le moment d’y penser. Elle irait la trouver quand elle en aurait fini avec la cour. Après tout, il n’y avait pas de raison de s’en faire. Si elle, Lisa, la Voleuse ratée et pathétique, avait réussi à s’en sortir, alors L’ilne, la louve fière et invincible, y était parvenue aussi. Ce serait vraiment injuste que ce ne soit pas le cas.

Elle sentit la panique gagner Keylo lorsqu’il se mit à parler de Candice. Ça devait être contagieux, parce que Lisa devint plus nerveuse à son tour, et son cœur se serra encore un peu plus, si c’était possible. Elle se demanda un instant pourquoi elle réagissait comme ça, alors qu’elle n’était même pas sûre de qui était cette Candice * – elle en avait bien connu une, mais c’était une vraie pouffiasse, aucun moyen que ce soit elle, puis le monde n’était pas si petit quand même – puis elle réalisa qu’elle avait surtout de la peine pour Keylo, parce qu’il était si inquiet, et nerveux, parce qu’il avait l’air de tenir à cette fille, qui qu’elle soit, et qu’il ressentait peut-être presque autant d’angoisse que Lisa en avait à l’idée que son père soit mort. Et l’espace d’un instant, bref, étrange, elle eut cette envie très soudaine de venir à lui et de le serrer dans ses bras, comme si c’était suffisant pour que toutes leurs peurs disparaissent et que leurs nerfs se relâchent, comme si c’était la chose à faire et qu’une fois l’un contre l’autre tout irait bien, tout irait mieux, qu’ils seraient apaisés et que le reste on s’en fout, son père, Candice, L’ilne et les autres. Mais cette envie étrange passa rapidement, et si elle n’était pas déjà assez préoccupée comme ça par les évènements, Lisa se serait bien demandé avec un certain embarras ce qui lui prenait tout à coup.

« Comment tu te sens, toi ? »

J’ai mal j’ai peur j’ai froid je suis fatiguée nerveuse angoissée j’ai envie de mourir de dormir de retrouver mon père ma meilleure amie et partir je veux m’en aller tout oublier et ne plus rien ressentir. J’ai cette boule dans le ventre qui m’empêche presque de respirer, j’ai mal partout à force d’être aussi contractée par le stress, j’ai envie de vomir dès que mes yeux se posent sur un corps déchiqueté, j’ai des sueurs froides et je suis à deux doigts de tout lâcher et hurler pour de bon. Comment je me sens ?

« Pas très bien. »

Elle finit par tourner la tête, détachant son regard des yeux de Keylo pour le reporter sur les visages encore masqués. Il était temps de reprendre ce qu’elle avait commencé. Elle se rappela soudain les paroles du Crocodile, comme quoi tout se passait là-haut. Peut-être allait-il vouloir y aller, histoire de secourir les alliés survivants et leur prêter main forte, ou au moins de constater les dégâts. Et dans ce cas, elle se retrouverait toute seule. Non. Non, non. Pas toute seule. Elle refusait d’être seule. Elle n’en avait vraiment pas la force. Mais elle ne pouvait pas non plus quitter la cour tant qu’elle n’avait pas fini ce qu’elle était en train de faire. Elle se retourna une nouvelle fois vers le jeune homme blond et lui demanda, essayant de ne pas paraitre trop désespérée :

« Tu veux bien rester avec moi ? Juste le temps que je termine. Je veux pas être seule. S’il te plait. J’en ai pas pour longtemps, juste… On ira en haut après, on retrouvera Candice, et les autres. Promis. »

Ok, elle avait l’air complètement désespérée. Et elle n’aurait jamais pensé dire ce genre de choses un jour à son cher Crocodile. Mais honnêtement, sa fierté était bien le dernier de ses soucis pour le moment. Alors tant pis.

* :
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Keylo

Supermegafoxyawesomehot

avatar

Age du personnage : 31

Familier : Une bestiole collante qui me suivrait partout ? NON. MERCI. J'en ai déjà assez des schtroumpfs démoniaques.
Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Pas très stable.
Résidence : Un appart à Tingapour, infesté de schtroumpfs démoniaques.
Affinités : Keysa forever I love you

Profil du rôliste
Surnom: Libune, Lilnie, Grande Prêtresse Canarde.
Age du membre: 15
Vos autres comptes: L'ilne, Ace & Jeff et Albane N. O'Nyme


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Ven 26 Mai 2017 - 23:18

Après la guerre
 
L'angoisse s'est installée en moi sans que je ne l'aie sentie venir. Cette chienne. Elle m'oppresse le ventre, a engourdi mes membres, je la connais, si je l'écoute bientôt je ne pourrai plus bouger. C'est con, elle revient maintenant que le plus gros danger est passé. J'ai joué le rôle qu'on attendait de moi, je devrais être soulagé. Pourtant non. C'est le contre-coup, j'imagine. Et aussi la perspective de découvrir ce qui s'est déroulé là-haut - ou se déroule peut-être encore - qui me terrifie. J'essaie de me convaincre que mes amis vont bien, que Magister n'est déjà plus qu'un souvenir. Que bientôt je serai libre. Et pourtant rien n'est joué. Si Magister s'en sort vivant, même affaibli, je suis un homme mort. Il aura certes perdu le gros de ses troupes, mais il reviendra un jour ou l'autre, plus habité par la haine et la soif de vengeance que jamais. Et les traitres comme moi seront ses premières cibles. Ça signifierait aussi qu'Alexandre aura échoué, et comme je le connais, il se battra jusqu'à la mort. Je voudrais que ces pensées disparaissent, qu'elles arrêtent de bourdonner dans mon esprit, comme ces mouches qui tournoient déjà au-dessus des cadavres - et dire que je pourrais être à leur place. La vérité c'est que je suis pétrifié.

Arrête ça, Keylo. C'est fini, le temps où tu pouvais te permettre d'être lâche, de te planquer en attendant que ça passe. Faut que tu te remettes en mouvement, t'es pas tout seul, y a des gens qui comptent sur toi maintenant. T'as survécu, montres-en-toi digne. Quelle que soit l'issue de la guerre, on aura besoin de toi, pour traquer les Sangraves en fuite, pour enterrer les morts, pour appeler la police, j'en sais rien. Alors c'est pas le moment de se débiner. Regarde Lisa, tu crois qu'elle s'en sort mieux que toi ? t'as entendu le ton de sa voix ? C'est pas pour ça qu'elle flanche. Elle reste debout. Alors c'est ce que tu vas faire aussi.

Je sais pas d'où elle vient, mais la voix dans ma tête a raison. Faut que je me ressaisisse.

J'aurais jamais cru entendre Lisa prononcer des mots pareils un jour. J'ai pas l'habitude de la voir aussi vulnérable, ni qu'elle me demande son aide. L'épisode de la taverne alavirienne me revient fugitivement en mémoire. Je sais pas ce qu'il se passe avec elle en ce moment. Tout-à-l'heure, on aurait dit qu'elle me regardait avec compassion. À croire qu'il a fallu la guerre pour qu'on parvienne à se comprendre.

- T'imaginais quand même pas que j'allais te laisser seule avec les macchabées ? On va s'y mettre à deux, on terminera plus vite, je déclare avec un mince sourire, avant de prendre une expression grave. C'est ton père que tu cherches, pas vrai ? Il s'appelle comment, il ressemble à quoi ?

Maintenant que j'y pense, il y a des chances pour que je le connaisse déjà. D'autant plus s'il a rejoint les gris il y a longtemps. C'est vraiment étrange comme situation.

© Gasmask    


go away
no one else is dealing with your demons •• meaning maybe defeating them could be the beginning of your meaning, friend



Multi-compte de L'ilne, Ace & Jeff et Jar'tylanhnem Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3036-keylo-le-blondinet-malefique#54845 http://tara-duncan.actifforum.com/t4132-keylo-grouffe-990-le-retour-du-keykey
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Mes deux fidèles couteaux, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

Profil du rôliste
Surnom: La plus belle
Age du membre:
Vos autres comptes:


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Sam 27 Mai 2017 - 10:59


L’entendre parler de son père la surprit un peu. Elle se souvenait vaguement de la discussion qu’ils avaient eu à ce sujet en Gwendalavir (si l’on pouvait appeler ça une discussion), mais elle se demandait encore comment il avait pu être mis au courant. Ceci dit, elle avait un peu bu ce jour-là, alors pour autant qu’elle s’en souvienne, elle en avait peut-être parlé malgré elle au beau milieu de son monologue de complaintes. Elle devrait apprendre à boire avec un peu plus de modération. Et pourtant, qu’est-ce qu’elle donnerait pour une simple goutte d’alcool, à cet instant ! Juste un peu, pour se détendre, souffler un peu, se dire que tout ça, au fond, ce n’est pas si grave. Elle voudrait retrouver cet état magique où la boisson monte doucement à la tête, pas assez pour perdre le contrôle, mais suffisamment pour que tout semble aller presque bien. L’alcool lui dirait que oui, elle avait vu mourir des gens, oui, elle avait tué, et oui, certaines personnes à qui elle tenait pouvaient très bien être en train d’agoniser à l’heure qu’il était, mais que finalement, ça n’avait pas d’importance, que le principal c’était qu’elle avait joué son rôle et qu’elle avait survécu, qu’elle devrait fêter cette victoire plutôt que de s’attarder sur ces idées noires. Elle oublierait l’angoisse, cette boule au ventre et ses larmes qui menaçaient de couler. Elle oublierait les cadavres à terre et, avec un peu de chance, leur odeur qui commençait à s’imposer de plus en plus. Si seulement elle pouvait avoir un peu d’alcool. Juste un verre, un seul.

Mais elle n’avait rien d’autre sur elle que ses armes tâchées de sang. Il fallait qu’elle se fasse une raison, elle allait devoir supporter toutes ses émotions sans une petite aide, attendre patiemment qu’elles passent. C’était un mauvais moment à passer. Demain, elle serait de retour chez elle, elle ne penserait plus à rien et tout irait mieux. Peut-être se servirait-elle un verre, pour s’aider un peu. Mais juste un verre, pas plus. Il ne faudrait pas qu’elle tombe dans l’addiction, ce ne serait pas malin. Oui. Demain, tout irait bien. Pour le moment, elle devait faire ce qu’elle avait à faire. Elle chercha dans ses souvenirs, se concentrant au maximum pour donner la description de son père la plus proche de la réalité possible. Elle ne l’avait pas vu beaucoup de fois, depuis sa disparition quand elle était encore jeune, mais elle avait longtemps regardé des photos de lui. Son visage lui revint en mémoire avec tant de précisions qu’elle en fut elle-même surprise.

« Il s’appelle Mike. 45 ans, grand, cheveux châtains, yeux bleus. Il a un grain de beauté en-dessous de l’œil gauche. Et la dernière fois que je l’ai vu, il avait un début de barbe. »

Ça devrait suffire. Ça lui faisait bizarre, de parler de son père à quelqu’un. Ce n’était pas vraiment un sujet dont elle aimait discuter. Surtout pas avec Keylo. Mais là, elle n’avait pas trop le choix. Son super-pote avait raison, ils iraient plus vite en cherchant à deux. D’un autre côté, elle se demanda si c’était effectivement une bonne idée, d’accepter qu’il ôte des masques avec elle. Même avec sa description, il n’avait jamais vu Mike, il pourrait très bien le trouver et ne pas le reconnaitre. Ou pire, s’il le reconnaissait, il pourrait aussi très bien ne pas lui dire et la laisser chercher ailleurs. C’était tordu, mais c’était Keylo. On ne pouvait jamais vraiment savoir ce qu’il se passait dans la tête d’un Crocodile ex-Sangrave. Mais allez, ça n’avait pas de sens. Elle allait devoir accepter de lui faire confiance. Et au pire, elle repasserait rapidement derrière quand ils auront fini, histoire d’être sûre.

Elle se remit ensuite à retirer des masques, sans trace de son père. L’idée qu’il puisse se trouver parmi les corps s’effaçait peu à peu, ce qui ne la rassurait qu’à moitié. Il y avait toujours un espoir qu’il soit en vie quelque part, mais il pouvait tout aussi bien être mort plus loin. Ou bien il avait pris la fuite, et risque d’être bientôt retrouvé par les Ombres survivants et les autorités, ce qui n'était pas forcément une bonne chose non plus. Merde, papa. Pourquoi avait-il fallu que tu te fourres dans ce pétrin ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Keylo

Supermegafoxyawesomehot

avatar

Age du personnage : 31

Familier : Une bestiole collante qui me suivrait partout ? NON. MERCI. J'en ai déjà assez des schtroumpfs démoniaques.
Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Pas très stable.
Résidence : Un appart à Tingapour, infesté de schtroumpfs démoniaques.
Affinités : Keysa forever I love you

Profil du rôliste
Surnom: Libune, Lilnie, Grande Prêtresse Canarde.
Age du membre: 15
Vos autres comptes: L'ilne, Ace & Jeff et Albane N. O'Nyme


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Sam 27 Mai 2017 - 19:52

Après la guerre
Il fait si chaud que je commence à me demander si on ne ferait pas mieux de s'occuper des corps rapidement, tant qu'ils ressemblent encore à quelque chose. Les brûler peut-être, ou alors les rendre à leurs familles. Les Ombres voudront sûrement le faire avec leurs défunts. Mais qui d'autre que moi se préoccupera de ce qu'il adviendra des Sangraves tombés aujourd'hui ? Ils avaient beau être des monstres, ils restaient des hommes et des femmes, avec leur dignité. Je ne peux pas les laisser pourrir au soleil, à la merci des charognards. Comme des ennemis anonymes, comme si je n'avais jamais été des leurs. Je m'en soucierai plus tard. Pour l'heure, j'ai recommencé à déambuler de corps en corps, retirant les masques un par un à mon tour, en essayant de ne pas trop penser à ce que je suis en train de faire.

Mike. Si j'avais su, ce jour-là. La mission ressemblait à tant d'autres. Je m'en souviens encore, c'était il n'y a pas si longtemps. Un jour pluvieux à Formia, au Lancovit. L'enlèvement d'un ambassadeur, on s'était parachutés sur le toit de sa maison, de nuit. Le partenaire aussi ressemblait à tant d'autres. Un mec calme, consciencieux dans le job, qui t'écoute quand tu parles et qui n'essaie pas de te donner des ordres, même s'il aurait pu étant donné son âge et son expérience. Le genre de gars qui t'intrigue tellement il parait normal, si bien que tu finis par te demander ce qu'il fout au service de Magister. C'est pas le seul, à la Forteresse. Au milieu des fanatiques, des ambitieux, des monstres de sadisme, il y a toujours des gars comme Mike, de simples exécutants qui n'ont rien de salauds à première vue. Si on oublie la nature de leur job.

Je n'ai pas dit à Lisa que je le connaissais. À quoi bon ? Un jour peut-être (si j'ose), je lui demanderai comment une fille de Sangrave en est venue à les combattre avec autant d'acharnement, mais ce n'est pas l'heure de se raconter nos vies. Sous les masques, je découvre d'autres visages, certains que je connais, d'autres non. Mais aucun ne ressemble à l'homme dont je me souviens, celui aux traits déjà ridés malgré son statut de sortcelier, à la barbe de trois jours et au regard si calme. La dernière amulette que je retire masquait le visage d'une jeune fille aux cheveux noirs, qui n'a pas vingt ans. Je reviens vers Lisa en secouant la tête. Elle non plus ne l'a pas trouvé. Je suppose que c'est une bonne nouvelle.

J'avise la forteresse, vaste bâtiment de pierre aux multiples tours et donjons, d'une immensité et d'une symétrie angoissantes. La perspective d'y pénétrer ne m'a jamais autant terrifié. Les fenêtres du troisième étage miroitent au soleil. On dirait qu'elles savent. Je me suis rarement rendu dans cette partie du quartier général, celle que le Maître réservait à ses quartiers et à ses plus proches conseillers. Je me souviens y avoir été convoqué deux ou trois fois, pour des missions ou des comptes-rendus importants, c'est tout. Je n'étais qu'un Rabatteur, je n'avais pas assez d'importance dans la hiérarchie pour m'y promener comme bon me semblait. Soudain je me rends compte que j'en parle déjà au passé. C'est étrange - et en même temps, vous ne pouvez pas savoir à quel point ça fait du bien.

- On devrait commencer par chercher Candice, elle est peut-être blessée quelque part, je propose en rassemblant ce qui me reste de courage. Tu l'as déjà vue, elle faisait partie du jury de... euh, l'émission que tu sais. (D'accord, c'est gênant.) Bref, c'est une fille bien malgré les apparences, et rien de ce qu'on a accompli aujourd'hui n'aurait été possible si elle n'avait pas été là.

En m'entendant parler, j'ai l'impression de chercher à me convaincre moi-même qu'elle n'est que blessée.

- On risque de tomber sur Magister, Selenba ou Fabrice de Besois-Giron. Si Alexandre et les Ombres ont échoué, autant le dire tout de suite, on a aucune chance. Si on les croise, on est morts. (Je marque un silence.) Toujours sûre de vouloir y aller ?

© Gasmask


go away
no one else is dealing with your demons •• meaning maybe defeating them could be the beginning of your meaning, friend



Multi-compte de L'ilne, Ace & Jeff et Jar'tylanhnem Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3036-keylo-le-blondinet-malefique#54845 http://tara-duncan.actifforum.com/t4132-keylo-grouffe-990-le-retour-du-keykey
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Mes deux fidèles couteaux, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

Profil du rôliste
Surnom: La plus belle
Age du membre:
Vos autres comptes:


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Sam 27 Mai 2017 - 22:06


Bientôt, tous les visages des Sangraves morts furent mis à nu, aucun ne révélant les traits de son père. S’il était mort, il n’était pas ici. Lisa pria pour qu’il soit en vie, sain et sauf quelque part, puis revint vers Keylo. D’après lui, la Candice de l’opération contre les Sangraves et celle du Qui Veut Epouser Ducon étaient bien la même personne. Malgré la situation, Lisa ne put s’empêcher de tirer la grimace. Elle ne portait pas franchement Blondie dans son cœur, et elle se souvenait surtout d’elle comme la petite pétasse qui l’avait fait gagner l’émission avec Keylo et qui lui avait craché des insultes à la Saint-Valentin. Non pas que ce soit la chose la plus mémorable qui se soit passé ce jour-là. Mais quand même. Lisa eut cependant la décence de ne pas faire de remarques à ce sujet et se contenta d’acquiescer, signe qu’elle la chercherait avec lui. Après tout, si elle avait effectivement joué un rôle dans l’arrivée des Ombres à la Forteresse, elle méritait qu’on lui vienne en aide si elle en avait besoin.

Si elle était sûre de vouloir y aller ? Le verbe vouloir était un peu extrême. Elle n’avait absolument aucune envie de monter dans cette Forteresse et de risquer de croiser des Sangraves survivants, encore moins leur chef et ses bras droits. Elle ne voulait pas tomber sur d’autres cadavres et elle ne savait pas si elle supporterait de voir encore des personnes qu’elle avait déjà croisées dans le QG des Ombres mortes étendues sur le sol dans une mare de sang. Ses déambulations parmi les corps dans la cour avaient déjà été un supplice, et c’était totalement masochiste de vouloir recommencer. Mais elle n’avait pas le choix. Ou plutôt, elle l’avait, mais elle ne pouvait pas se résoudre à partir maintenant sans avoir fouillé la Forteresse. Elle avait des alliés à l’intérieur et il n’était pas question qu’elle les abandonne. D’autant plus qu’elle n’avait pas de nouvelles de L’ilne ni de Laara, et si la seconde était relativement flippante, la première était sa meilleure amie et elle ne partirait pas sans elle. Bien sûr, elle était vivante. Elle refusait le contraire. Mais elle pouvait être blessée et avoir besoin d’aide, alors Lisa se devait d’être là pour elle.

Et puis, il n’était pas exclu que son père se trouve à l’intérieur de la Forteresse.

« Oui, je viens. J’ai pas vraiment d’autre choix. Ma chef est là-dedans. C’est ma meilleure amie, je peux pas partir sans elle. »

Ils se rapprochèrent de la grande porte d’entrée de la Forteresse, prêts à rentrer. Lisa sentit le battement de son cœur s’accélérer. C’était une mauvaise idée, tout ça n’avait été que de la folie. Elle ne devrait pas être là, elle n’était pas faite pour jouer les héros, elle devrait partir, rentrer chez elle, comme une personne normale avec une vie ordinaire. Elle resta plantée devant la porte un bon moment, figée, occupée à se remettre en question et à songer très sérieusement à invoquer un Transmitus pour disparaitre d’ici. Mais elle reprit finalement ses esprits et pénétra à l’intérieur. Allez. Juste un mauvais moment. Demain tout irait bien.

Quelques corps recouvraient le sol du rez-de-chaussée. Pitié. Ça ne s’arrêterait donc jamais. Dégoûtée, ayant perdu toute force d’affronter encore des corps sans vie, Lisa eut du mal à se convaincre de retirer de nouveau les masques des Sangraves. Mais elle devait le faire. Pour papa. Un mauvais moment, juste un, allez, tu peux le faire, tu p…

« Merde ! »

Le deuxième Sangrave à qui elle venait d’ôter le masque n’était pas totalement mort. Il était étendu à terre, immobile, à l’agonie, en train de chercher désespérément un peu d’air pour remplir ses poumons. Du sang coulait lentement d’une large blessure au niveau de l’abdomen. Ses yeux étaient grands ouverts, paniqués, et il n’avait eu aucune réaction lorsqu’elle lui avait retiré son amulette, probablement trop occupé à mourir pour faire attention à ce qu’il se passait autour. Lisa recula violemment, percuta Keylo qui se trouvait par hasard derrière elle, se retint de hurler et fonça vers l’escalier. Ok. Il n’était plus question de s’attarder. Elle voulait juste trouver L’ilne et partir d’ici le plus vite possible. En tout cas, si elle n’était même pas capable d’affronter un Sangrave presque mort, il valait mieux qu’ils ne croisent pas de Sangraves bien vivants. Keylo avait raison. S’ils croisaient un des grands masqués célébres, ils étaient morts.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Keylo

Supermegafoxyawesomehot

avatar

Age du personnage : 31

Familier : Une bestiole collante qui me suivrait partout ? NON. MERCI. J'en ai déjà assez des schtroumpfs démoniaques.
Couleur de magie : Doré
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Pas très stable.
Résidence : Un appart à Tingapour, infesté de schtroumpfs démoniaques.
Affinités : Keysa forever I love you

Profil du rôliste
Surnom: Libune, Lilnie, Grande Prêtresse Canarde.
Age du membre: 15
Vos autres comptes: L'ilne, Ace & Jeff et Albane N. O'Nyme


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Dim 28 Mai 2017 - 2:52

avertissement :
 

Après la guerre
 
- Attends, ta chef ? Tu veux dire que tu fais partie des Ombres ? Putain. Je pensais que tu étais là juste parce qu'Alexandre t'a menacé.

J'ai ouvert de grands yeux incrédules. Dans mon esprit, les Ombres sont des fous furieux aux idéaux certes louables, mais aux moyens d'actions radicaux, comme la torture et les attaques kamikazes - réputation qu'ils ont confirmé aujourd'hui, d'ailleurs. Leur image ne correspond pas avec celle que je me fais de Lisa. Vous l'avez vue comme moi dans le chaos de la bataille, ou encore devant les morts. Ça se voit bien qu'elle n'a rien à voir avec ce monde-là, celui de la violence qui n'en finit jamais. Elle est trop sensible, trop candide pour y appartenir. Trop raisonnable aussi ; je l'imaginais menant une petite vie bien rangée. Mes certitudes sur elle ont commencé à s'envoler le jour où j'ai appris qui était son père. Au bout du compte, je ne sais pas qui est Lisa. Moi qui pensais être doué pour lire les gens, je me suis complètement trompé.


• • •
(bonjour je suis une ellipse)
• • •


Nous y sommes. Le hall d'entrée du rez-de-chaussée n'a pas été épargné par la bataille. D'autres cadavres baignant dans leur sang jonchent le parquet de marbre. Comme dans la cour, la scène est morbide à souhait, si bien que je détourne le regard. Par endroits, des éclats dans le sol et les colonnes de pierre attestent de l'impact de sortilèges. La salle de Transfert de la forteresse se trouve juste à côté, je suppose que des Sangraves ont tenté de la rejoindre et qu'ils se sont faits tuer dans leur fuite.

Lisa me percute soudain, dans un brusque mouvement de recul. Par réflexe, je fais jaillir des flammes noires dans mes mains, prêt à nous défendre. Jusqu'à ce que j'aperçoive l'homme qui meurt à mes pieds, son sang tâchant le parquet lustré. Je m'accroupis et mon coeur tombe dans ma poitrine quand je reconnais le visage qui se tord de douleur devant mes yeux. C'est celui de Charlie.

Charlie et moi, on se connait depuis très longtemps. Il s'est rallié à Magister en même temps que moi, par le biais du même réseau. Nos entrainements, on les a passés ensemble. Nos cérémonies d'Initiation ont eu lieu à quelques jours d'intervalle. Au tout début, on mangeait ensemble au mess, on s'arrangeait pour être partenaires pour nos premières missions. C'était un copain. Jusqu'au jour où j'ai compris que je n'étais pas à ma place ici. Lui si. Je l'ai compris dans la violence et la douleur, dans une ruelle sale, ce soir d'été crasseux où pour la première fois, j'ai tué un homme. J'avais les mains poisseuses et envie de vomir. Il m'a traité de lâche. Plus rien n'a été pareil. Je voulais me foutre en l'air. J'avais compris que j'étais devenu un monstre et que je ne pourrais plus jamais revenir en arrière ; lui s'intégrait dans ce monde avec tant de facilité que je n'aurais jamais pu continuer à lui parler comme avant. On s'est éloignés. Mais ni lui ni moi n'avons oublié.

Ses yeux s'écarquillent en me reconnaissant. Je me demande où est passé le Charlie de quatorze ans, celui que la vie avait cogné et qui voulait prendre sa revanche, il s'y jetait avec toute sa fougue et sa colère. On se regarde un long moment, dans ce silence affreux ponctué par les souffles irréguliers de sa respiration saccadée. Ses yeux s'affolent, ils ne comprennent pas pourquoi je ne réagis pas. Ils me crient « Sauve-moi ! » On est de retour dans cette ruelle sale, mais les rôles ont été changés. C'est toujours moi qui ai les mains poisseuses de sang et l'envie de vomir, mais c'est Charlie qui agonise sur le sol, dans cette chaleur insupportable. Mon vieux copain est en train de mourir et c'est moi qui le tue.

- Espèce de lâche, articule-t-il difficilement. Traitre.

Je hoche la tête sans dire un mot. Des larmes salées coulent sur mes joues tandis que la lame de mon couteau s'enfonce dans son coeur. Puis je ferme ses paupières doucement. Ma tête est vide.

Quand je me relève, j'ai essuyé mon couteau sur ma robe et mes larmes avec ma manche. Comme un automate, je rejoins Lisa au pied des escaliers. Mon visage est blanc comme un linge. Je passe devant elle, ouvrant la voie pour grimper les escaliers. Par pitié, qu'elle ne dise rien.

© Gasmask    


go away
no one else is dealing with your demons •• meaning maybe defeating them could be the beginning of your meaning, friend



Multi-compte de L'ilne, Ace & Jeff et Jar'tylanhnem Duncan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3036-keylo-le-blondinet-malefique#54845 http://tara-duncan.actifforum.com/t4132-keylo-grouffe-990-le-retour-du-keykey
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Mes deux fidèles couteaux, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

Profil du rôliste
Surnom: La plus belle
Age du membre:
Vos autres comptes:


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Dim 28 Mai 2017 - 14:52


Keylo avait semblé extrêmement surpris d’apprendre que Lisa faisait partie des Ombres. La jeune femme avait simplement répondu d’un signe de tête et d’un haussement d’épaules. Qu’y avait-il de si incroyable là-dedans ? Elle avait toujours détesté les Sangraves, et elle avait l’habitude de prendre des risques en opérant comme Voleuse Patentée dans certaines missions dangereuses pour Omois. Qu’elle ait accepté de rejoindre le clan des Ombres, dirigé en plus par sa meilleure amie, n’était que logique, même si elle avait beaucoup hésité. Et puis, finalement, à part participer à la bataille finale, elle n’avait pas beaucoup eu le temps d’œuvrer pour eux. Le seul Sangrave qu’elle avait tué jusqu’ici, elle l’avait fait pendant cette attaque, et il était actuellement en train de pourrir dans la cour. Quelqu’un devrait d’ailleurs bientôt s’occuper des corps d’une façon ou d’une autre, s’ils ne voulaient pas les laisser se décomposer comme des merdes au soleil. Mais d’abord, la Forteresse.

Plantée au pied de l’escalier, Lisa ne rata pas un seul moment du triste spectacle qui se déroulait devant ses yeux. Elle ne voyait de Keylo que le dos, mais elle avait tout vu, tout entendu. Le regard surpris puis haineux du Sangrave, les insultes qu’il avait formulées envers lui, le hochement de tête silencieux de Keylo, le couteau s’enfonçant lentement dans le cœur. Puis le traitre, comme il avait été appelé, se retourna sans un mot, et Lisa put apercevoir son visage pâle, ruisselant de larmes. Elle le regarda la dépasser, muette et immobile, presque choquée par ce qu’elle venait de voir, incapable de savoir comment elle était censée réagir. Ce n’était pas tant le fait qu’il ait tué un Sangrave déjà pratiquement mort qui la mettait dans un tel état, c’était plutôt de voir la douleur et les larmes sur son visage, comme si ce geste avait été un supplice pour lui autant que pour l’homme à présent mort sur le sol de la Forteresse. Est-ce qu’il le connaissait bien ? Est-ce qu’il venait de tuer un type qu’il appréciait ? C’est à ce moment que Lisa réalisa vraiment à quel point la vie de traitre était difficile, et à quel point cela demandait de la force et du courage. Elle avait beau se dire qu’il avait mérité tout ça lorsqu’il avait rejoint les Sangraves (quoiqu’elle n’avait aucune idée de ses motivations à l’époque), c’était tout de même franchement admirable de sa part de se rebeller contre son camp et d’accepter de tuer ceux qui avaient été les siens à une époque.

Elle reprit finalement ses esprits et le suivit dans l’escalier, jusqu’au premier étage. Le Sangrave mort sur le palier était déjà démasqué et son visage semblait sourire. Ses yeux étaient clos et, malgré toute l’horreur de la guerre, il paraissait apaisé, comme s’il était mort sans souffrir, doucement, paisiblement. Etrange. Lisa ne s’y attarda pas cependant et allait se rendre au deuxième étage lorsqu’un bruit sur sa gauche capta son attention. Elle plaqua sa main sur le manche de son couteau, en alerte, prête à attaquer si jamais un Sangrave arrivait. Son cœur s’accéléra tandis qu’elle s’approchait doucement de la source du bruit. Elle aperçut finalement un thug à six bras, appartenant aux Ombres, amputé de sa jambe gauche, qui tentait tant bien que mal de se mettre debout à l’aide de béquilles qu’il venait probablement de faire apparaitre par magie. Lisa scruta les environs, s’assurant qu’il n’y ait personne d’autre de vivant à côté, puis courut porter de l’aide à son camarade. Elle l’avait déjà vu une ou deux fois au QG, pendant des réunions, mais elle ne connaissait rien de lui, pas même son nom. Elle lui attrapa deux de ses bras et le hissa debout. Il la remercia, récupéra ses béquilles et parla finalement, non sans un demi-sourire triste :

« Quatre bras en trop mais il a fallu qu’on me prenne la jambe. »

Lisa eut un sourire peiné mais ne répondit rien, ne sachant pas trop quoi dire. Le thug se rapprocha d’un autre Ombre à terre, le crâne fracassé contre le mur, puis resta un instant devant lui à le contempler avant d’expliquer :

« Ce con-là a préféré utiliser sa magie pour me lancer un Reparus plutôt que pour se protéger. »

Sa voix tremblait, et Lisa comprit qu’il devait fournir un grand effort pour ne pas pleurer. Elle posa sa main sur son épaule, compatissante, ce qui le fit sursauter un instant, puis il hocha la tête et ils restèrent ainsi immobiles quelques secondes, sans un mot, laissant les émotions leur serrer doucement le cœur. Puis ils s’engagèrent dans une rapide discussion, durant laquelle il expliqua que les Sangraves qui avaient survécu massacre avaient fini par prendre la fuite et que les Ombres valides s’étaient lancés à leur poursuite. Lui avait perdu connaissance et s’était réveillé peu de temps avant que Lisa et Keylo n’arrivent. Lisa quant à elle lui décrivit plus ou moins l’état des lieux de la cour et le thug décida de s’y rendre pour s’occuper des corps de ceux qui avaient appartenu aux Ombres. Il utiliserait des Transmistus pour les amener jusqu’à la Porte de Transfert et les transfèrerait ensuite par groupes au QG. Lisa acquiesça et il disparut, se téléportant jusqu’à la cour, après avoir jeté un dernier regard suspect et méfiant envers Keylo. Lisa défit les masques des Sangraves, geste qui était presque devenu un automatisme à présent, puis ils reprirent les escaliers jusqu’à l’étage du dessus.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Laara

► WORLD.END.ER ◄

avatar

Age du personnage : 93 années de chaos (pour les autres).

Familier : Emeraude, tigre vert femelle décédé.
Couleur de magie : Bleu très foncé
Niveau de magie :
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Fleuriste / plantiste
Résidence : QG = fleurplanterie à Brontagne, mais toujours en vadrouille.
Dans le sac : Mini-gun + munitions , bazooka + 1 seule roquette, 5 grenades, 1 brouette, 1 hache.

Affinités : • Kota : Ah si je pouvais me le refaire, lui !
• Mitsuki : Bah il est passé où ?
• Enorth : Lui aussi je me le referais bien.
• L'ilne : Bon bah... j'l'aimais bien quoi.
• Alvina : Hein ? C'est qui ?
• Kyara : Elle mérite que mon dédain celle-là.
• Alvaro : Je l'ai crevé MOUAHAHAHA.
• Keylo : Aucun souvenir !

Profil du rôliste
Surnom: Laara.
Age du membre: 16 ans et pas de dents.
Vos autres comptes: Aarici'a, Ewlan et Crystal & Khao.


MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   Mar 30 Mai 2017 - 21:41









Après être restée dix plombs assise contre un mur à attendre de récupérer assez pour me balader sans risquer la mort lors d'une agression, j'ai pu enfin me relever sans grogner et cracher des jurons à la chaîne. C'te connasse avait prévu le coup avec sa lame en argent, on dirait, ça aurait dû être déjà guéri normalement. Mes tympans ont un peu récupéré aussi : je peux entendre le boucan que font les gros morceaux du plafond quand ils s'écroulent par terre et soulèvent assez de poussière pour me faire pleurer. Bon en revanche je m'entends pas marcher, du coup j'ai un peu l'impression de voler, c'est perturbant.
Histoire de revenir de notre point de départ, je bondis à travers l'un des nombreux trous du plafond. Oh un autre trou ! Je me suis faite copier ou quoi ? Mais c'est quoi ce manque de personnalité ? Oh, c'est moi qui pète les trucs ici non mais oh ! Et puis quoi encore, on me vole mon boulot ? Mais je vais pas me laisser faire moi, je vais appeler mes avocats moi ! Pfff, il est carrément moins bien que le mien en plus ! 'Manquerait plus que ça !
Malgré cette désagréable constatation, je suis satisfaite du remue-ménage que j'ai causé. Ca faisait longtemps que j'avais pas provoqué une explosion aussi drôle, ça m'a manqué. Et puis surtout, j'ai défoncé le Chasseur ! Mouahahaha, je savais que j'étais l'être le plus dangereux de la planète ! Je pars d'un grand rire avant de manquer m'étouffer. Mouais on va éviter de mourir asphyxiée par la poussière, ce serait le bon plan pour continuer de faire exploser des trucs.
D'ailleurs, en parlant de faire exploser des trucs, je ne retrouve plus mon chemin. J'étais remontée pour voir si y'avait des survivants, mais n'ayant vu personne j'ai continué mon chemin. Oui, L'ilne, je sais, j'étais censée apprendre le plan, mais bon de toutes façons y'a des trous noirs partout, ça aide pas pour l'orientation. Tiens, je viens de me rappeler qu'on est au troisième étage. C'est déjà ça. Bon du coup faut que je descende. Mais je sais plus où sont les escaliers moi ! Bon je crois que je vais pas avoir le choix, va falloir employer ma méthode préférée !
BOUM ! Hop ! Rien de plus simple qu'un petit trou dans le plancher ! Je balance une autre grenade dans le trou que je viens de faire avant de sauter, traversant deux étages d'un coup. Je lâche un rire ravi, une troisième grenade à la main. Tiens y'a du mouvement là ! Je bondis en avant, un sourire enthousiaste sur les lèvres, espérant tomber sur un ennemi. J'allais dégoupiller lorsque je réalise l'identité des gens devant moi. Roh même pas drôle.
- Salut vous !Isy


Les cadeauuuuux ! ♥ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2493-laara-s-akil http://tara-duncan.actifforum.com/t2431-laara-s-akil-presentation
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Phase 4 - Après la guerre [Keysa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Phase 4 - Après la guerre [Keysa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les rois et autres nobles après la guerre de l'anneau
» La vie après la guerre [Pv Kanade Hitomi][FB]
» Après la guerre, le calme et la parole [PV : Véga]
» Legolas?
» [Aisne(02)] Château de Coucy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: