AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Autre contréesPartagez | 
 

 How I met your Tamber ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tara "The Fire" Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: How I met your Tamber ♥   Dim 30 Avr 2017 - 12:04


Cheers love, the cavalry's here !








L'engin qui ressemblait vaguement à une porte des étoiles s’illumina à nouveau, laissant apparaître la surface bleue vitreuse indiquant que la connexion était établie. Heureusement que sa tante n’était pas là, parce que celle-ci se serait forcément opposé à ce qui allait suivre. Mourmur lui fournit un genre de télécommande, en lui indiquant comment s’en servir. A savoir, appuyer sur un bouton pour demander la connexion avec la porte d’Autremonde, mais cela impliquait de se trouver à l’endroit où elle arriverait, puisque la porte devait se connecter avec l’engin construit dans le troisième monde, et qu’il n’avait pas eu le temps de fabriquer plus que cela.

Elle espérait juste que personne ne ferait suffisamment pression sur Mourmur pour le forcer à envoyer des gens à sa propre recherche, mais elle voulait faire vite. Après avoir serré Mara dans ses bras, et un dernier regard à Mourmur, elle s’engouffra dans la faille, transformée en chasseur et de la magie plein les mains. Magie qui ne disparut heureusement quand elle fut de l’autre côté. Comme elle l’avait demandée, la connexion s’interrompit immédiatement et elle prit quelques secondes pour évaluer ce dans quoi elle s’était fourrée. Elle était seule dans un monde inconnu, à la technologie suffisante pour produire des trucs niveau Mourmur, et qui vraisemblablement utilisait des hommes cochons comme gardien de porte dimensionnelle. Alors c’était ça, un Raïs ? Ceux qui fonçaient sur elle avec leurs lames tirées n’étaient vraiment pas des canons de beautés. La pièce sentit immédiatement le bacon après qu’une demi-douzaine de rayon barbecue mortel fusa de ses mains. Bien. Elle se trouvait vraisemblablement dans une forteresse, ou en tout cas un bâtiment fait avec de sacrément grosse pierre. La porte des étoiles elle-même était taillée dans une roche rougeâtre et on y avait gravé une multitude de symbole étrange qu’elle ne reconnut pas. Le contraire aurait été étonnant, de toute façon.

Sa changeline lui fournit ses crochets de mains et de pied, et Tara sortit par la fenêtre pour escalader l’édifice, sa cape de camélin lui offrant la discrétion nécessaire. De toute façon, personne ne pensait à regarder vers le haut. C’était bien une forteresse, et pas des moindre. Une fois le sommet atteint, elle chercha sa carte dans sa poche en espérant avoir plus d’information mais après avoir pas mal rouspétée, celle-ci lui indiqua être impuissante en ces lieux. Elle lui signifia cependant qu’elle commençait le tracé de ce qu’elle visiterait ce qui, à défaut de la guider dans l’inconnu, lui permettrait de se rendre rapidement dans le connu. Après un rapide merci, la jeune héritière rangea le bout de parchemin magique, et sortit des jumelles pour prendre quelques repères. Galant lui proposa bien de lui faire faire le tour du proprio, mais malheureusement, les pégases n’étaient pas la meilleure façon de se déplacer quand on essaye de le faire incognito.

Ce qu’elle vit lui glaça le sang, en même temps qu’il se mit à bouillonner de rage. Elle se trouvait bien en Gwendalavir, comme les raïs lui avait fait penser, mais dans un Gwendalavir où ce n’est pas l’Empire qui dominait le monde, mais… les T’sliches. Avec les quelques dires de ses visiteurs, il ne lui fallut pas grand-chose pour en reconnaître un. Et, selon toute vraisemblance, l’humanité alavirienne était en esclavage. Malheureusement, aussi héroïque soit-elle, elle n’avait ni la puissance, ni les moyens de renverser une civilisation complète sous prétexte qu’elle passait par là (en vrai, si), même si son âme de justicière en mourrait d’envie. Enfin, si l’occasion se présentait de foutre un peu le bordel et aider les esclaves, elle ne se priverait pas.

Sans trop de certitude, elle s’imagina qu’ils avaient emmené la jeune brune dans des geôles, ou quelque chose de ce genre. Elle doutait franchement qu’on puisse tuer sans plus de réflexion un visiteur d’une autre dimension sans un poil d’interrogatoire préalable. Bien qu’elle n’ait pas laissé le temps aux raïs de lui montrer leurs intentions. Si cette citadelle n’échappait pas aux architectures classiques des édifices de ce genre, elle devait se rendre au sous-sol. Et si l’ascension fut simple, descendre serait un peu plus compliqué. A moins que… Elle redescendit à l’intérieur, et tel splinter cell commença à se faufiler dans les couloirs, cherchant un petit groupe d’ennemi isolé. Elle erra ainsi pendant un bon quart d’heure avant de tomber sur deux Raïs qu’elle figea, avant de les tirer dans une pièce vide qu’elle avait déjà visitée. Et si elle s’était servie de ce pouvoir de façon plus noble, elle prit doucement la forme d’un Raïs, copiant son code génétique. Elle vola les frusques d’un des deux pour les enfiler, et l’odeur la fit grimacer. Personne ne devait jamais savoir. Personne.

Ta-Raïs reprit sa route vers le sous-sol, avec l’espoir que quelqu'un ne lui tomberait pas dessus pour lui demander quoique ce soit. Elle avait lancé un traductus et espérait donc comprendre, mais elle avait peur de compromettre sa pitoyable couverture porcine. Fort heureusement, elle ne croisa personne qui s’arrêta pour lui adresser le grognement, et c’est sans encombre qu’elle atteint les geôles. Il y’en avait des dizaines, de grandes cellules où étaient enchaînés des humains et des créatures Alaviriennes. Elle navigua donc comme elle put dans les couloirs sans fin, cherchant quelqu’un qui ressemblait de près ou de loin à Amber.

Et elle finit par tomber dessus, après avoir passé une simple porte. Elle n’était pas enfermée. Aucun d’eux ne l’étaient, mais, s’ils étaient encore vivants, ils semblaient tous incapable de bouger, comme pétrifié. Super, ça n’avait pas l’air très marrant. Mais le sifflement qui retentit derrière elle interrompit le cours de ses pensées.


« Qu’est-ce que tu fais ici, stupide porc ? »

Tara se retourna lentement pour faire face à la créature mi-reptile mi-insecte. Vraiment ? Même ses démons des limbes lui manquaient maintenant. Elle se jeta à terre pour éviter le coup de griffe gigantesque qui trancha l’air au-dessus de sa tête. Instinctivement, elle reprit sa forme de chasseuse, et sa changeline l’équipa de son armure favorite, ainsi que d’une épée courte.

La créature se stoppa dans son assaut, un peu surprise.


« Qui es-tu ? »

« Je viens d’une autre dimension, une qui est entrée en collision avec la votre quand vous avez fait joujou avec votre porte. Et maintenant, va falloir assumer parce que je suis bien partie pour mettre le souk ici. »


Elle joignit à ses dires un rigidifus des plus efficace, ce qui fit taire la créature avant qu’elle puisse faire quoique ce soit. Tara se méfiait, alors elle lui balança un des rideaux sur la figure. Le Dessin, on lui en avait parlé mais elle ne savait pas trop comment ça fonctionnait, alors autant lui compliquer la tâche en lui enlevant la vue. Elle s’approcha d’une prisonnière, une blonde qui lui ressemblait pas mal, et posa la main sur son front. Cela n’allait pas être agréable.

« Désolée, ça risque d'être un peu douloureux. »

Entre la peur et l’incompréhension, la douleur et la rage, elle comprit que la créature cauchemardesque pouvait rompre le sort. Parfait. Elle rompit le contact, et s’excusa platement de la douleur occasionnée, avant de se retourner vers la bestiole.

« Ecoute moi bien gros lézard. Tu vas rompre le sort de tous les gens qui sont ici, sinon tu vas passer de vie à trépas après une longue, longue agonie. »

Ce qui était bien, c’est qu’ici, personne ne pouvait se douter qu’elle était une bisounours et qu’elle n’était pas à prendre au serieux. Bien qu’elle soit tout a fait capable de le faire. Dans le cas présent.

« J’vais te rendre la vue, et si tout le monde n’est pas libre de ses mouvements dans les dix secondes, tu vas apprendre la définition Autremondienne de la douleur. »

Elle enleva donc le rideau du sommet de sa tête, et immédiatement elle fut assaillie de pic rocheux qui sortait du vide pour fondre sur elle. Tss tss, mauvaise réponse. Le coup de poing magistral qu’elle lui flanqua dans la patte mit fin aux apparitions pierreuse. Il fallait dire qu’elle venait de lui retourner l’articulation.


« Je te laisse un autre essai. »

La créature sembla en proie à un conflit intérieur des plus convainquants, lorsque la salle toute entière laissa entendre un appel d’air à l’unisson. Ils étaient libres. Elle remit le drap sur la tête du monstre. Pour se diriger vers Amber, la prenant instinctivement dans ses bras, rassurante.

« C’est fini, je suis là. »

La blonde dont elle avait scruté l’esprit s’approcha alors d’elle.

« Je ne sais pas qui tu es, mais merci. Nous pensions que s’en était fini, mais il faut croire que les miracles arrivent. »

La jeune héritière lui sourit.

« La situation n’a pas l’air jouasse oui. Je ne peux pas vous aider bien longtemps, je dois retourner dans mon monde le plus rapidement possible. Que comptez-vous faire ? La forteresse à l’air bien gardée et je ne sais pas si vous pourrez vous enfuir facilement. »

« Il va bien le falloir pourtant. Nous devons rejoindre la resistance. Vous en avez déjà assez fait, puisque l’espoir renait. »

C’est bien joli l’espoir, mais ça n’aide pas toujours. Alors elle vida ses poches.

« C’est de la nourriture de chez moi, mais vous ne risquez rien. Et des armes aussi. Prenez ce qu’il vous faut. Je peux vous offrir une dernière diversion, mais je ne peux pas courir plus de risque que cela.»

Ils se servirent, et prirent le temps de réfléchir à leurs options. L'un d'eux prit tout de même l'initiative d'aller trancher la tête du T'sliche. Tara ne pouvait pas vraiment le blâmer.

« Je comprends. Merci infiniment. »

Tara revint vers Amber.

« Tu n’es pas blessée ? Il va nous falloir rejoindre la porte pour rentrer sur Autremonde. Mara s'inquiète beaucoup et je crois que je préférai rester coincée ici à tout jamais que de retourner chez nous sans toi.»




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4220-tara-tylanhnem-duncan
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Dim 30 Avr 2017 - 20:36






how i met your tamber
tara et amber


hate always kills, love never dies
Un tintement résonne dans tes oreilles depuis quelques heures déjà. Tu essayes de te souvenir de ce qui s’est exactement passé mais avant cela, tu devrais ouvrir les yeux. Tu sens tes muscles endoloris par la bataille contre les guerriers cochons, et tes mains bloquées, attachées par une corde. Tu essayes de tirer, mais tu n’as pas assez de force. Alors, t’as une main qui descend et qui touche le tissu de ton jean. Qui descend plus bas encore, touche le sol. Tu cherches quelque chose de coupant pour te libérer et par une chance incroyable tu sens une barre, probablement en fer, contre tes mains. Alors tu commences à gratter la corde doucement pour ne pas être repérée. Tu t’étais évanouie pendant peu de temps, quelques minutes peut-être. Quelques minutes qui ont suffi à tout foutre en l’air.

Soudain, un grincement sourd résonne et tu ouvres instinctivement les yeux, lâchant la barre de fer. Un t’sliche est dans l’encadrement de la porte géante et te fixe. Brolk, qu’est-ce qui se passe ? T’es encore dans leur monde apparemment mais alors pourquoi t’es seule dans cette immense cellule ? Les autres ont réussi à rentrer ? Tu te souviens alors de ta capture et plonge tes yeux vert d’eau dans ceux du monstre, qui s’approche lentement de toi. Il arrive enfin à ton niveau et te relève, pour te balancer comme un vulgaire morceau de viande sur une chaise au centre de la pièce. Oh merde, ça sentait pas bon du tout ça. Il émet des grognements et tu en déduis qu’il essaye de te parler. Tu comprends tout de suite qu’il essaye de te sous-tirer des informations et esquisse alors un sourire échevelé. Il pense que tu le comprends, hein ? Ou alors il s’énerve contre toi mais ce qu’il veut, c’est juste te tuer. Ce qu’il ne sait pas, c’est que tu es déjà morte de l’intérieur et que personne ne viendra te sauver, pas cette fois.

« T’es tombé sur la mauvaise personne, idiot. Je comprends pas un mot de c’que tu baragouines alors si j’étais toi j’économiserai ma salive. »

Cette fois, son grognement ressemble plutôt à un râle et tu comprends que t’as énervé la bestiole. Qu’il te torture si ça le chante. Il s’amuse juste avec toi mais finira par abréger tes souffrances. Tu sens tout à coup quelque chose faire pression sur ta cuisse et se planter dans ta peau. La douleur te transperce, et c’est les larmes aux bord des yeux que tu te retiens de hurler. Un autre râle sort de la gueule du monstre et tu comprends qu’il se délecte de ta souffrance. La douleur que tu ressens est indicible, mais tu parviens à ébaucher un sourire à moitié fou et crache par terre, aux pieds du monstre.

« Tu veux jouer, c’est ça, petite bestiole ? ALORS VAS-Y FRANCHEMENT BORDEL! INCAPABLE! Tues-moi mais saches que si tu crois que quelqu’un va tomber dans ton foutu piège et venir me sauver, tu te trompes lourdement ! »

Les mots amers sortent furieusement de ta bouche et tu ne sais même pas s’il saisit un seul mot de ce que tu dis. Tu ne peux penser qu’à toi en ce moment. Egoïsme ? Peut-être, mais aussi parce que t’as personne à qui penser. Tu préfères mourir en sachant que les tiens sont sains et saufs, que tu t’es battue et que les autres sont de retour sur Autremonde. Tu n’as pas envie de penser à Jar. Ni à Mara, ni à Lisa. Tu ne veux penser qu’à toi et à ce qui t’attends ici avec ces monstres, plus seule que jamais.

Une goutte de sueur perle sur ton front mais tu restes de marbre, le visage crispé par la douleur dans ta cuisse toutefois. Puis vient s’en rajouter une autre quand tu sens une lame plutôt profonde lacérer ton genou droit. Cette fois-ci, un hurlement naît dans ta gorge et s’échappe avant que tu puisses contracter la mâchoire, la cicatrice que tu avais étant petite se rouvre alors et du sang gicle. C’est glauque, froid. Ça sent la mort. Il veut peut-être se venger des morts que vous, les sortceliers, avez fait dans leur camp. Les pignoufs. Ils sont vraiment tombés sur la mauvaise personne à torturer. Ton genou te lance et la cicatrice qui s’est ouverte ravive de vieux souvenirs d’enfance mais la douleur disparaît comme si tu ne ressentais plus rien du tout. Tu allais sûrement être torturée pendant un bon bout de temps avant qu’ils se décident à mettre fin à ta vie. Le monstre vient faire une entaille sur ta joue, mais c’est moins douloureux. Cela devait faire à peine une heure qu’il était entré. Tu t’attendais à ce qu’il t’enfonce la lame dans l’abdomen mais il n’en fit rien. Un regard haineux vers le t’sliche, les liens qui bloquaient tes mains se desserrant légèrement, la mâchoire contractée et la tête haute, tu t’attendais à mourir. Puis ce fût le trou noir.

Tu étais comme enfermée dans ton propre corps, incapable de bouger. Puis la suite se passa très vite. Quelque chose venait de faire vaciller le monstre, menaçait sa vie. Tu entendis une voix, lointaine :

« Si tout le monde n’est pas libre de ses mouvements dans les dix secondes, tu vas apprendre la définition Autremondienne de la douleur. »

Tu connaissais cette voix douce mais déterminée, regorgeant d’une puissance inouïe. Quelques instants plus tard, tu te sens enfin libérée. Tu n’étais plus prisonnière de ton propre corps ni prisonnière de toi-même. Ton cauchemar, le pire de tous, était terminé. Des bras viennent t’enlacer et la voix te rassure, te dit qu’elle est là. Un peu dans les vapes, tu aperçois Ewilan parler à ta sauveuse. Tu ne pensais pas qu’elle viendrait mais il fallait s’en douter. Un défi à relever et Tara’tylanhnem Duncan débarquait dans votre vie. Alors que tu frottes tes mains enfin libérées, elle s’adresse à toi :

« Tu n’es pas blessée ? Il va nous falloir rejoindre la porte pour rentrer sur Autremonde. Mara s'inquiète beaucoup et je crois que je préférai rester coincée ici à tout jamais que de retourner chez nous sans toi.»

Tu lèves des yeux épuisés et injectés de sang vers Tara et peine à lui sourire. Tu aimerais la remercier, mais il n’y a pas le temps pour ça. Ni les mots. Gênée par sa dernière phase, tu titubes en te tenant le genou. Il fallait sortir d’ici. Maintenant.

« J’ai probablement un trou de deux centimètres de profondeur dans la cuisse tout au plus et sûrement un genou déchiré mais je peux encore marcher si je m’appuies sur quelqu’un, je crois. Alors, on fait comment pour atteindre la porte vivantes ? »

La curiosité d’en apprendre plus et la détermination de rentrer chez toi dépasse la douleur de tes blessures, de loin. Malgré l’urgence de la situation, tu dois raconter ce qui s’est passé à Tara. Alors, tu commences ton discours et ce depuis le début.

« On a atterri sur Gwendalavir devant une citadelle. Nous avons rencontré Ewilan, la jeune femme que tu viens de libérer, tu marques une pause et montre la blonde d’un signe de tête. Elle nous a proposé de nous séparer en deux groupes. L’un allait à Al-Jeit, une ville de Gwendalavir, pour trouver une solution à ce voyage dimensionnel. L’autre groupe auquel je faisais partie est allé visiter les lieux mais nous sommes tombés sur des Raïs ainsi que sur ces saletés de T’sliches. On a perdu quelques uns d’entre nous pendant la bataille. Nous avons appris que les T’sliches n’étaient pas tous morts, contrairement à ce que les Alaviriens pensaient. Les monstres vivent dans un autre monde si j’ai bien compris et attendent de revenir sur Gwendalavir pour conquérir la planète, un truc macabre du genre. »

Tu marques une autre pause pour laisser le temps à Tara d’emmagasiner toutes les informations qu’elle venait de recevoir mais aussi pour que tu reprennes ton souffle, coupé par tes plaies ouvertes et la fatigue te gagnant.

« Bref, alors que nous étions devant la porte pour rentrer, nous devions aussi nous battre contre les cochons histoire de pouvoir faire passer les Autremondiens les uns après les autres. J’étais parmi les dernières à passer la porte mais malheureusement un de ces salopiaux m’a chopé le pied. Il a dû m’assommer parce que j’ai perdu connaissance et me suis réveillée quelques instants plus tard dans ma cellule. Le monstre est entré et a pris un malin plaisir à me torturer un peu. Il croyait peut-être que je comprenais son langage et que son interrogatoire allait être fructueux mais il est un peu con, aussi il est tombé sur la mauvaise personne. Il voulait savoir comment entrer sur notre monde ou dominer Gwendalavir, j’en sais rien. Ce qui compte maintenant c’est que l’on sorte tous vivants d’ici, si possible en leur mettant la misère. »

De un tu voulais qu’ils paient pour ce qu’ils t’avaient infligée mais pas seulement à toi. Ils avaient aussi capturé les Alaviriens et étaient des malades en puissance. De deux, vu que c’était Tara qui venait à la rescousse et que visiblement elle avait toujours son immense pouvoir, elle allait leur foutre une branlée. Et tu te doutais bien que la justice l’appelait et la tentais de vouloir tout mettre en ordre avant de partir. Tu lui laissais le choix, sachant que tu ne l’avais pas réellement et que tu avais désormais une dette envers elle. Après tout, la jeune femme t’avait sauvé la vie. Certes, si Mara n’avait rien dit, tu serais probablement morte à l’heure qu’il est. Elle n’aurait pas risqué sa vie pour toi si tu n’avais pas connu Mara, mais tu serai morte en paix. Ton amie avait joué de son lien fraternel pour te sauver. Dans un certain sens, tu devais la vie à Tara ET Mara en même temps. Tu serais peut-être morte, c’est vrai. Mais tu étais toujours debout, (TOUJOURS LA BANANE TOUJOURS DEBOUT ET PARDON JE POUVAIS PAS M’EN EMPÊCHER) encore plus forte qu’avant. Cependant, il n’était pas encore temps de mourir. Tu plongea donc tes yeux dans ceux bleus marines de la belle Tara Duncan.

« Alors, que fait-on maintenant ? »




camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Tara "The Fire" Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Lun 1 Mai 2017 - 2:03


Cheers love, the cavalry's here !








Mal en point était un euphémisme. Mais elles avaient un peu de temps devant elle. Galant, miniaturisé et bien planqué sur le toit, observait les alentours et lui indiquerait un quelconque mouvement de panique de la part des gardes. Un alerte pure et simple. Mais pour le moment, puisque Tara s'était montrée plutôt discrète, ils étaient en sécurité tant que personne ne rentrait dans la pièce. Enfin, s'il parvenait à entrer, sortir et sonner l'alerte sans s'être fait trucider avant. Parce que les prisonniers VIP alaviriens ne semblaient pas déconner du tout. Pendant le récit, qui leur sembla étrange, mais pas invraisemblable, d'Amber, ils s'étaient équipé avec ce que Tara leur avait fourni, et elle même n'était pas sûre de vouloir les affronter.

« On va commencer par un reparus. Je pense qu'Ewilan ici présente n'est pas celle que tu connais. Si j'ai bien compris ce qu'à dit Mourmur, en tout cas. Montre voir ton genou»

Elle incanta brièvement alors que ses mains s'illuminaient de bleu, et appliqua le sort ô combien pratique, qui referma la blessure et remis Amber sur pied en moins de deux. Elle lui tendit ensuite de la camelle brune, qu'elle avait tiré de sa poche. C'est Myakko qui insistait pour qu'elle en ait plusieurs kilos sur elle. "On ne sait jamais" qu'elle disait. Il fallait avouer que la plante en forme de coeur (no fake, c'est le lexique qui l'a dit) était plus que nourrissante.

« Si jamais tu as faim. Ça ne fait jamais de mal sinon. J'ai fait aussi vite que j'ai pu... et j'aurai voulu arriver avant qu'il ne te fasse tout ça. Désolée. »

Elle rangea ce que les alaviriens, et Amber, si jamais, n'avaient pas pris, et elle réfléchit à leurs options, sa changeline lui équipant son armure légère de keltril. Elles étaient multiples et plus ou moins dangereuses, et si elle n'aurait pas hésité à faire sauter le château s'il le fallait, ce n'était pas le but premier de sa mission.

« Nous n'avons pas beaucoup de temps. Les déchirures entre les dimensions se referment petit à petit et nous risquons de ne pouvoir rentrer facilement. Et si l'idée de rester ici pour cramer des insectes lézards géants m'enchante certainement, il va nous falloir partir au plus vite.»

Elle avait du cran, Amber. Beaucoup serait prostrée au sol, ou terrifié par tout ça. Mais elle préférait aller leur mettre une raclée. Un enthousiasme que semblait sombrement partager celui qui avait découpé le t'sliche geôlier. Elle sortit sa carte, qui avait fait un tracé sommaire de ce qu'elle avait déjà traversé. Elle indiqua aux alaviriens les autres prisonniers qu'elle avait pu croiser,
s'ils voulaient les sauver.


« Quant à nous, nous pourrions simplement nous rendre dans la bonne pièce avec un transmitus et les laisser se débrouiller. Ou les suivre, et couvrir leur sortir, ce qui est le plus risqué. Ou un entre deux, et leur offrir une diversion digne de ce nom avant de filer par la porte. Tu es dans ce foutoir depuis longtemps, je m'en remets à toi. Je ne voudrais pas t'imposer un combat qui n'est pas le tien. Même si j'ai cru comprendre que l'idée de leur mettre leur misère ne t'était pas hostile.  »

Elle sortit sa vieille amie de sa poche, et la tendit à Amber.

« Pierre vivante, s'il te plait, protège celle jolie demoiselle veux-tu?  »

La pierre lui répondit mentalement qu'elle n'aimait pas trop être entre les mains de quelqu'un d'autre, mais la promesse d'une belle baston lui fit changer d'avis.

« Tu me l'as rendras sur Autremonde. Va doucement avec, cependant, si tu n'as pas l'habitude d'utiliser la magie à haute dose, elle devient vite dangereuse pour toi. Mais, vu l'urgence de la situation, ça devrait te permettre de faire jeu égal avec n'importe qui. Même moi.»









HRP - choisi la solution que tu veux. Dans un cas on s'en va comme des voleurs, dans un autre on suit Ewilan et ses copains dans le chateau en butant ceux qu'on croise et on s'arrange pour qu'ils sortent. Soit on va faire l'armée de l'air Autremondienne sur Galant (et ils pourront rien y faire, ces cons de lezards)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4220-tara-tylanhnem-duncan
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Lun 1 Mai 2017 - 17:31






how i met your tamber
tara et amber


hate always kills, love never dies
Tu gratifies la jeune femme d'un signe de tête pour la remercier du morceau de camelle brune, et commence à le mâchouiller. Le Reparus te fait pousser un soupir de soulagement tandis que tes plaies se referment. Tu masses ton genou sur lequel tu aperçois toujours une petite cicatrice. Aussi, tes yeux s’émerveillent lorsque la blonde te tend la Pierre Vivante. Oh yes, ça c’est bon les gars. Tu la remercieras plus tard. Un sourire se dessine sur ton visage, déterminé à sortir de cet enfer. Tu fixes Tara en réfléchissant aux différentes options qu’elle te propose. C’est pas ton style de partir sans foutre le bordel et aider les gens, qui ont sacrément besoin d’aide. L’idée de foncer dans le tas est tentante, un peu trop même. Surtout qu’avec ce que t’as donné la belle, tu peux griller du cochon et pas qu’un peu. Puis, t’as aussi un sens de la justice assez sensible alors tu te sens bien obligée d’aider ces gens à s’en sortir sans problèmes.

« Vu que je suis dans ce bourbier depuis le début, je propose qu’on les aide directement à sortir et qu’on dégomme les méchants au passage. Donc, il faudra éviter de croiser des T’sliches mais on peut largement les tuer ou au moins les immobiliser un temps et pour ce qui s’agit des Raïs, tant qu’ils n’attaquent pas en groupes on est bons. Ils sont bêtes comme leurs pieds, si nous les attaquons un par un ce sera un jeu d’enfant. »

Tu sors un arc, un carquois, des flèches et ton sabre de ta poche magique, prête à sortir. Mais il fallait d’abord rassembler tout le monde et les préparer à l’attaque. Et élaborer un plan mais c’était plutôt simple. La porte devait être quelque part dans la forteresse, quelques étages au dessus probablement.

Tu jettes un regard vers Tara, vêtue d’une armure de keltril. Brolk elle ne plaisante vraiment pas, et est sûrement armée jusqu’aux dents grâce à sa Changeline qui devait même la protéger d’une bombe nucléaire. Tu saisis ton sabre par le manche et regarde tous les alaviriens qui ont été capturés avec toi.

« J’imagine qu’on sort en premières et qu’on monte prudemment les étages jusqu’à faire sortir tout ce monde, et ensuite on revient vers la porte ? »

Tu aimerais quand même les aider jusqu’à la fin et donc jusqu’à la sortie mais il est impératif de rentrer sur Autremonde au plus vite. C’était urgent. Puis c'est pas que tu n'aimes pas ce monde de timbrés mais retourner à la civilisation serait une très, très bonne initiative. Tu supposes que Tara vas t’écouter vu que t’es dans cette merde depuis pas mal de temps. Tu te remémores ces excuses, qu’elle était désolée de ne pas être arrivée plus tôt et lui lance un sourire narquois.

« Oh et ne t’excuses pas, tu es venue à la rescousse et c’est déjà génial. Une heure de plus ou de moins… Tu es là maintenant. »

Tu places ton carquois sur ton bras droit et garde l’arc dans ta main gauche. Quitte à se battre, autant le faire avec classe tant qu’on le peut. Bon, c’est pas ce qui s’est passé quand tu étais avec les autres à tuer violemment les Raïs mais mieux vaut tard que jamais. Un dernier regard vers Tara, et tu étais prête à partir. Cela ne tenait qu’à son ordre.




camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Tara "The Fire" Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Mar 2 Mai 2017 - 14:17


Une notion bien à elle de diversion








Tara observa carte. Vu qu'elle avait parcouru la zone de la porte dimensionnelle aux gêoles, le chemin était tout tracé. Elle n'avait cependant celui de la sortie. Ewilan, cependant, s'avança et indiqua que la forteresse actuelle étant un de leurs anciens bastions, elle connaissait les chemins, et notamment les portes de sortie dérobées. Il y avait un passage secret, avec un tunnel de sortie. Bien, ça allait réduire un peu les risques qu'ils se refassent attraper. Elle montra le point d'entrée sur la carte, quelques étages au dessus. Il fallait dire qu'ils étaient déjà plusieurs niveaux sous la surface. La jeune héritière tendit le parchemin à Amber.

« Je vais vous liberer le passage. Si tout se passe comme je l'imagine, vous ne devriez croiser personne avant d'atteindre le passage secret. Je vous y attendrais. Si le sol tremble, ou quelque chose dans ce gout là, dites vous que c'est normal. Si jamais vous êtes en difficulté, la pierre vivante me préviendra. Sinon, à très vite au point de rendez-vous. »

Un petit clin d'oeil, et elle était au sommet de la tour d'un transmitus, puis en bas de la colline au nord. Elle prit une grande inspiration, leva ses mains, et créa une belle illusion. La plus grande qu'elle ait eut à faire jusqu'à présent. Celle d'une belle armée, aux étendards du paon dorés. La Grande Armée Fantoche personnelle de la future impératrice. A cheval sur Galant, en vol au dessus de son armée plus vraie que nature, elle tendit le main ouverte vers le ciel, alors qu'elle faisait resonner dans toute la valée le son des cor de bataille et les clameurs des soldats. Et comme un seul homme, tous levèrent un main vers elle, tirant un rayon azur vers Tara. Epicentre de cette multitude de (faux) flux magique, elle utilisa sa (vraie) puissance pour creer une boule d'energie enorme, qui donnait l'impression qu'elle était la création de toute l'armée et pas seulement de sa petite personne.

« Que le spectacle commence. »

Bon, il n'y avait personne pour l'entendre, mais elle s'en fichait un peu. Elle relacha un oeu d'energie dans la direction du mur. On aurait dit une étoile de la mort miniature et toute bleu, prête à détruire Alderaande. Sauf que la planète était plutôt plate, et en pierre. Mais elle explosa tout pareil. Elle constata avec satisfaction le joli trou qui suivit la deflagration. Elle tira quelques coups supplementaire sur les pans de mur encore en place et dans sa ligne de mire, et elle patienta quelques instants, histoire de laisser les ennemis s'organiser un peu. L'idée était quand même de les faire flipper et qu'ils sortent de la tour principale. Ce qui ne tarda pas. Les murs se reconstruisirent, surement par les effets du Dessin des T'sliches. Elle laissa la boule d'energie sur place et s'avança, s'éloignant de son armée imaginaire. Et elle fit bien puisque un emissaire vint à sa rencontre, d'un pas sur le côté. Elle ne lui laissa pas le temps d'ouvrir la bouche.

« Tu vas aller dire à tes maîtres que la Grande Armée d'Omois réquisitionne cette forteresse. Si vous n'êtes pas parti dans les vingt minutes, nous rasons cet endroit. Optemperez ou perissez. »

Elle ponctua sa phrase d'un tir de magie au pied de la créature, qui la repoussa un peu plus loin, et laissant un cratère fumant au point d'impact. Il ne demanda pas son reste et retourna d'où il venait. Selon ses pronostics, soient ils allaient vraiment partir, soit ils allaient tenter de l'arrêter. Dans un cas comme dans l'autre, cela faisait son jeu. Elle se reconcentra sur la boule d'energie, et lui imprima un petit mouvement. Elle devrait entrer en collision avec la tour d'ici une vingtaine de minutes, ce qui leur laissait le temps, à tous, de s'enfuir. Elle laissa son armée là, elle ferait simulacre autant que possible. Un transmitus plus tard, elle était au point de rendez-vous, prête à accueillir Amber et les autres, ou a redescendre les rejoindre si necessaire.





HRP - pas masse d'interaction pour celui-ci, désolé :p. Libre à toi d'inventer ce que tu veux sur le chemin et de nous amener jusqu'à la porte ensuite. Elles auront tout le temps de discuter sur leur monde :3.


Watch me
Ignite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4220-tara-tylanhnem-duncan
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Dim 7 Mai 2017 - 18:11






how i met your tamber
tara et amber


hate always kills, love never dies
Tu esquisses un sourire, en entendant la remarque de Tara et la voir disparaître d’un transmitus un instant plus tard. Très bien, il allait falloir être prudent. Le passage secret devait être au moins entre dix à vingt étages au dessus, en espérant que tout se passe bien. Et s’il fallait se battre un tant soit peu, qu’il en soit ainsi.

Tu regardes la troupe que tu vas guider jusqu’au passage secret. Parmi eux, des enfants, des femmes, des hommes… Tu espères qu’il ne te font pas confiance pour te battre comme une guerrière, ils seraient vite déçus. Tu es fatiguée, épuisée serait le mot juste. D’ailleurs et même si le reparus de la blonde t’as soulagée ça n’a pas nettoyé le sang étalé sur tes jambes, tes cuisses, tes bras, ta joue… Le peuple a l’air prêt à trouver ce foutu passage secret.

« On va monter les étages jusqu’au point de rendez-vous, soyez le plus silencieux possible et postez-vous derrière moi. Ewilan, reste à mes côtés si l’envie t’en prend, aussi vu que tu maîtrises le Dessin j’aurai peut-être besoin de ton aide. Alors, allons-y. En marche ! »

Tu ouvres la grande porte, tends l’oreille. Pas un bruit à l’horizon, mais tu entends néanmoins le bruit de l’air qui traverse les couloirs. Tout est calme mais ce n’en est pas étrange pour autant. Tu fais un signe de la main, et avances suivie par toute la troupe qui marche à l’unisson. Les sens aux aguets, la main prête à dégainer ton arc et l’autre sur ton sabre tu te prépares à tout moment à tomber sur des Raïs. Pourtant, les couloirs sont vides, sur les dix premiers étages.

Vous devez être rendus à la moitié du chemin voir plus, et il n’y a pas eu d’embuscade ou quoi que ce soit du genre. C’est un point positif. Tu poses ta main libre sur la Pierre Vivante pendant les deux étages suivants, et un tremblement se fait ressentir dans le sol. Le silence se remplace par un brouhaha alarmant et tu te doutes bien du fautif dans l’histoire. Qu’est ce qu’elle a encore fait pour faire diversion ? Tu supposes aussi qu’elle a dû bien s’amuser à préparer celle-ci. Soudain, trois Raïs se retrouvent devant vous, de dos, et tu lèves la main pour dire au groupe de s’arrêter. Les cochons ne vous on ni vus ni entendus donc, alors pas besoin d’y aller au corps à corps. Tu te contentes de brandir ton arc et tes flèches. Tu vises, tends l’arme et tire dans la tête du premier, là où il y a une faille dans son armure trouée. Il s’écroule par terre, et les deux autres porcs le regardent, curieux et interrogatifs. Puis ils se retournent. Et vous voient. Plus le temps d’être discret, il doit vous rester à peine cinq étages à monter.

« Ewilan, si d’autres monstres vous attaquent je vais te demander de protéger les autres. Je reviens dans trente secondes, une fois que je les aurai tué vous me suivez toujours en silence, si on peut éviter à d’autres Raïs de nous tomber dessus. »

Une fois cela dit, tu lui jettes un sourire crispé, et t’élances vers les deux cochons, quasiment sûre que tu vas en faire une bouchée. Ton sabre vient se loger contre l’armure du premier mais tu n’as pas frappé assez fort pour pouvoir la trouer. Brolk. Pendant ce temps, l’autre réussit à te balancer son gourdin sur l’omoplate et tu serres les dents. La douleur arrive vite, et le sang coule. Tu ignores la blessure et transperce la tête du premier Raïs avec ton sabre. Puis tu lance un coup de pied retourné à l’autre mais il te saisit la jambe au passage, et te balance deux mètres plus loin, à terre. Tu râles, craches, et t’as la main qui descend jusque ta poche. Tu touches la pierre vivante et lui prend un peu de son énergie. Un destructus plus tard, le monstre n’est plus. Il n’est plus, mais d’autres sont arrivés et tu vois Ewilan tenter de protéger les autres. « EWILAN COUREZ JE VOUS COUVRE ! » Elle t’entend, acquiesce et le groupe te dépasse rapidement en courant pour monter les étages. Là, tu vois un groupe d’une dizaine de Raîs armés jusqu’aux dents. Tu contractes la mâchoire et recule. Se battre c’est bien sympa mais l’autre idiot il t’as quand même planté son truc dans le dos, ça fait un peu mal. Tu préfères reprendre des forces et monter au plus vite les étages plutôt que de t’épuiser maintenant. Tu préfères rejoindre Tara et être en sécurité.

Un étage plus haut, ils ne t’ont pas encore rattrapé et tu te fonds contre les murs, discrète et rapide à la manière de la Voleuse Patentée. Tu ne tardes pas à rattraper Ewilan et le groupe, tu vois à leur allure pressée qu’ils ont peur mais ils n’ont pas l’air en mauvais état, donc ils n’ont croisé personne. Ce qui est une bonne nouvelle autant pour eux que pour toi, qui porte sur les épaules la vie de tous ces gens ce que tu n’apprécies pas particulièrement. Tu regardes la carte où le point de rendez-vous est indiqué. Plus que deux étages. Bordel.


«  Plus vite ! Ne vous accordez pas à mon rythme, surtout pas !» tu lances au groupe qui accélère.

Ils finissent par te dépasser et tu lances des regards inquiets derrière toi. Ils ne sont pas loin et leur nombre a augmenté, une douzaine de Raïs sont à votre poursuite. Tu te dépêches mais es à bout de souffle, tenant d’une main ton sabre et la pierre vivante, de l’autre ton dos dans lequel tu sens quelques clous du gourdin qui se sont enfoncés. Et slurk !

Tu atteins un autre étage, il ne t’en reste plus qu’un à monter et les autres sont déjà arrivés. Pourtant tu dois t’arrêter, tu n’as plus de forces. Tu ralentis et fais volte-face, aperçois un enfant à tes côtés que tu n’avais pas vu avant. Adolescent probablement, onze ans tout au plus, petit et maigrichon, blond aux yeux noirs.

« Qu’est ce que tu fais là ? J’avais dit au groupe d’aller plus vite ! Pars, laisses-moi gérer ça ! » tu lances dans la précipitation.

« Mais moi aussi je veux me battre ! Comme toi et Ewilan ! Je serai un héros moi aussi, et je sauverai les gens comme la jolie dame blonde qui t’as aidée ! »

Tu te retiens pour lui hurler dessus que l’on n’est pas dans un jeu où on peut rejouer une seconde fois, tu te reviens de lui dire qu’on ne revient pas à la vie et qu’il à failli crever en voulant jouer le héros. Un gamin, merde !

« Ok alors si je te dis de fuir, tu fuis ! Si je te dis d’aller te cacher, alors vas-y ! Compris ? Ce n’est pas une question, petit ! »

Il hoche la tête positivement d’un air déterminé, ce sera un brave homme, tu penses. Puis les Raïs vous rattrapent et le gamin se poste derrière toi, il a compris le message. Deux autres se sont joint à eux. Quatorze contre un, ça risque d’être excellent. Tu touches la pierre parce que tu sais que tu n’as aucune chance de tous les tuer au corps-à-corps sans en attirer d’autres dans le bruit de la bataille. Tu sens qu’elle te donne son énergie, tu la sens affluer dans tes veines et te donner suffisamment de magie pour pouvoir tout faire. Tu ne veux pas t’arrêter de puiser à l’intérieur car tu voudrais démolir entièrement cette forteresse, te venger. Pourtant tu trouves par tu ne sais quel moyen la volonté de lâcher le petit objet. Le flux de magie doré se mêle à la magie de la pierre et afflue dans tes mains, tu vois la couleur éclairer l’endroit sombre et leur visage défiguré par l’horreur qui va leur arriver. C’est bien, ils savent.

« Par le Carbonus, tu en lances sur quatre d’entre eux et ils s’enflamment instantanément. Par le destructam ! »

Tu en envoies sur la moitié restante, puis invoques un flamus. Aussitôt, l’élément désiré arrive en masse et tu envoies le feu dans tout l’étage. Utilises un feu-mage sur les cinq derniers Raïs, légèrement pétrifiés par le choc et la peur de cette chose dorée venant de nulle-part et la rage avec laquelle elle est utilisée. Toute la magie de la pierre est épuisée, tu penses, puisque tu es épuisée par autant d’efforts. Il faut dire que tu utilises peu la tienne, de magie, même si tu as un pouvoir assez puissant. Cependant, tu as l’impression que tu t’es vidée à cause de la colère et tu ne sais pas si tu peux invoquer un sort de plus.

Tu te retournes pour chercher l’escalier, et aperçois que tu y as mis le feu. BON. Le petit a les yeux écarquillés et te regarde d’un air extasié. Pas le temps pour ça, gamin. Tu le prends par la main et arrive vite aux premières marches, qui sont en flammes. Tu soulèves le gosse, le fais léviter avec ta magie dans un dernier effort et il atterrit cinq mètres plus haut. Tu pousses un soupir fatigué. Si seulement tu pouvais te faire léviter ou écarter les flammes de ton passage. Mais flemme, et tu connais pas de sort permettant de le faire. Bon, on fait comment ? Allez, à la vieille méthode ? Juste avant, tu protèges tes cheveux dans une capuche et prends ta décision.

Tu t’élances dans les flammes tentantes, dominatrices, enragées, volant la vie et brûlant tes vêtements qui ne ressembleront bientôt plus qu’à de la suie. Tu sens le feu brûler quelques parties de ta peau comme ton épaule, ta cuisse. Tu ignores la chaleur et accélère le rythme avant de finir consumée par les flammes.

Enfin, tu sors des flammes même si la sensation de brûlure ne te quitte pas, même si l’odeur de chair ne s’en va pas, même si la chaleur que tu ressens ne disparaît pas. Tu prends le gosse par la main, mais il va pas assez vite, et toi t’es épuisée, t’es brûlée, un peu fatiguée de jouer avec ta vie. En espérant que Tara vous attend. Bon, le gosse a l’air inquiet pour toi mais t’as pas le temps de le rassurer alors que tu sais que le feu que t’as foutu à un étage va alarmer pas mal de monde. Tu le forces à accélérer. Un moment plus tard, vous atteignez le bon étage et vous précipitez vers le point de rendez-vous. Néanmoins, vous tombez sur un Raïs. Encore. Tu peux plus incanter, même si tu pourrais prendre l’énergie de la pierre. Tu cours vers lui, saute en plein élan et te jette sur lui. Il finit par terre, ton corps au dessus du sien. Répugnant. Il se débat et tente de saisir son arme à terre, mais tu bloques son bras. Puis lui enfonce ton sabre dans la tête, lentement. Te relèves.

L’enfant est là, ses grands yeux noirs agrandis par un sentiment que tu ne saurai expliquer. Pas ton fort, les gamins. Tu soupires en voyant qu’il est essoufflé, et t’en veux déjà pour ce que tu vas faire. Pas ton fort. Tu le prends sur tes épaules encore douloureuses et te dépêche d’atteindre le point indiqué sur la carte. Deux minutes plus tard tu aperçois des gens. Ewilan, son peuple. Une belle blonde à la mèche blanche avec eux. Tu les approche, le gosse toujours sur ton dos calciné.

« Désolée pour le retard, on a eu des complications. Bon, on attend quoi ? On l’utilise ce passage ? Il faudrait se dépêcher, y a le feu à l’étage du dessous. »

Tu poses l’enfant à terre et la mère de celui-ci vient lui crier dessus, les larmes aux yeux. Puis le prend dans ses bras. Tout en lui faisant la morale en baissant la voix pour rester discrète. Vous pouvez partir, maintenant que tout le monde est là. Sain et sauf. Enfin, peut-être pas sain, mais sauf c’est sûr.




camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Tara "The Fire" Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Dim 7 Mai 2017 - 20:14


Et la team Tamber s'envole vers d'autres cieux.








Elle était loin d'être incapable. Tara acceuillit les alaviriens en s'étonnant de la non présence d'Amber, et celle-ci arriva peut après, encore plus amochée. Elle avait l'air d'avoir le don de s'en prendre plein la tronche. Mais elle traînait quand même un gosse sur ses épaules, et sans râler. Ewilan prit les siens et s'engouffra derrière le pan de mur qui venait de pivoter après l'actionnement d'un petit mécanisme discret, laissant les deux Autremondiennes seules, non sans les avoir remercier encore une fois.

« Je ne vais pas te demander comment tu t'es fait ça. Mais ça devait être plutôt impressionnant. Montre voir que je soigne ça. On a un peu moins d'une dizaine de minute pour décamper, et je peux nous transmitus directement dans la salle. »

Elle appliqua le sort réparateur sur le dos de sa nouvelle camarade, qui se baladait presque dos nu maintenant, des lambeaux calcinés tombant mollement de ses épaules. Elle fait de même pour la cuisse. Même si la blessure disparaissait, la sensation de douleur de la brûlure devrait rester un moment malheureusement.

« Allez, on décolle.»

L'attrapant par la main, elle incanta le transmitus qui les amena directement devant la porte. Elle sortit la télécommande de sa poche, s'approchant de la porte. Elle n'avait pas laché sa main et l’entraîna avec elle.

« Prête à rentrer? On va leur donner un petit cadeau d'adieu. »

Elle lui montra le mur, qu'elle fit exploser d'un rayon de magie, dévoilant le paysage du Gwendalavir, et surtout, la grosse sphère d’énergie sur laquelle des raïs lançaient des cailloux, alors que des t'sliches tentaient de la faire disparaître à coup de Dessin. Cela ne fonctionnait pas très bien, en fait.

"Cela devrait faire sauter tout le donjon. Mais on va pas rester ici pour vérifier. Rentrons."

Elle appuya sur la télécommande et la surface aqueuse du portail se forma. Elle envoya un dernier rayon magique vers l’extérieur, un petit feu d'artifice magique qui écrirait un truc comme "Allez salut ! GG ez bisous", et elle passa la porte avec la voleuse à moitié nue, pour revenir sur l’île de Patrok, où les attendait Mara, Jar et Mourmur, et le reste de l'armée qui les protégeait des Edrakins.

"Bienvenue à la maison, Amber."







Watch me
Ignite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4220-tara-tylanhnem-duncan
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Dim 21 Mai 2017 - 21:49

How I met your Tamber
L’attente était interminable. Mara avait l’impression que les minutes étaient des heures. Le temps semblait se moquer d’elle, se moquer d’eux. Il passait à la vitesse d’un escargot, il refusait d’avancer, il refusait d’avancer d’un bond. Il refusait de coopérer et cela n’aidait pas Mara à se détendre. Cela faisait longtemps que Tara était partit dans ce fichu portail, cela faisait tellement longtemps! Mais combien de temps d’ailleurs? Elle n’en savait rien et elle avait arrêté de regarder son hor quand elle avait remarqué, agacée, que l’heure n'avançait pas plus vite en regardant toutes les minutes l’écran. Inquiète, agacée, furieuse, elle tournait en rond devant le portail espérant chaque seconde apercevoir une faible lueur qui lui permettrait de les voir toutes les deux…saines et sauves. Mais rien. Toujours rien. Que faisaient-elle? Et si il leur était arrivé quelque chose? Et si jamais ils avaient fait Tara prisonnière? Et si ils avaient fait du mal à Amber? Elle s’arrêta net et un petit cri sortit de sa poitrine. La respiration haletante, elle secoua négativement sa chevelure brune et recommença à marcher de long en large devant l’endroit où Tara avait disparu. Son jumeau derrière, était sans doute en train de la regarder marcher de long en large, lui, immobile. Mara pouvait imaginer l’entendre soupirer, se dire mentalement que Mara finirait pas creuser une tranchée à force de marcher de cette façon, qu’elle allait s’épuiser et que pire encore, cela ne servait à rien. Bon certes, Jar n’avait pas ouvert la bouche mais c’était un instinct. Un instinct de jumeaux. Elle pouvait savoir ce que son frère pensait surtout quand c’était aussi évident et que c’était sur elle sur sa soeur ou sa meilleure amie. Peut-être lui aussi était-il inquiet, peut-être pas…peut-être que oui, peut-être que non. Mara eut envie de se prendre la tête entre ses mains pour faire taire les petites voix qui ne cessaient de la narguer en lui rappelant que le temps tournait, que sa soeur et sa meilleure amie ne revenait pas et qu’elle ne pouvait rien faire. Elle se sentait si inutile. 

« Mais pourquoi elles sont pas là? Pourquoi elles reviennent pas? Qu’est-ce qu’elles font? Tu crois qu’il leur est arrivé quelque chose? Qu’est-ce qu’il se passe là-bas? Qu’est-ce qu’elle leur ont fait les grosse bêtes dégueulasses? Et pourquoi elles s’en sont prit à Amber?»

Mara semblait poser des questions à Jar, mais en vérité, elle n’attendait même pas de réponse. C’était sans doute pour ça que son jumeau gardait le silence. Elle n’attendait aucune réponse car elle avait elle-même peur des réponses. Elle avait peur d’en avoir de mauvaises. Elle avait peur de ne pas en avoir tout court et là, en ce moment, elle n’en avait pas. Et elle n’aimait pas savoir. Elle avait l’impression d’être née de la dernière pluie de vaches…enfin de la dernière pluie de crevettes…non de météorites. Bref, elle ne se souvenait plus de l’expression et cela l’énerva encore plus. Il ne faudrait pas venir l’embêter car elle n’hésiterait sans doute pas à carboniser le premier venu et surtout les gardes qui restaient malheureusement avec eux. D’ailleurs ils feraient de supers proies, ils ne l’attaqueraient même pas en retour et elle pourrait se défouler. Stop! Il fallait qu’elle se calme. Elle respira profondément, crispa les poings, tourna la tête vers le portail et resta aussi immobile qu’elle le put. Elle guettait le moindre bruit, le moindre son qui proviendrait d’une autre dimension, elle guettait le petit mouvement presque imperceptible, elle voulait entendre le vent pour ne rien louper. Comme si rester immobile servait à quelque chose, comme si cela ferait accélérer davantage le temps alors que justement en restant immobile elle semblait en train de  le suspendre. 

Les termes « péter un plomb » commençaient à prendre tout leur sens à regarder le comportement de la jeune Héritière et le regard sans doute désespéré de son jumeau qui la regardait sans rien faire. Car lui non plus ne pouvait rien faire. Ils étaient impuissants. Justement ce que Mara ne désirait plus être. Elle ne voulait pas être impuissante. Jurant à voix basse, elle tapa dans un cailloux pensant sans doute le faire rouler plus loin mais ne récolta qu’une intense douleur dans ses orteils.

Soudain du bruit, soudain une lumière. Une intense et vive lumière. Le signe, le petit mouvement que Mara avait attendu pendant tout ce temps. Elle dû cligner des yeux devant la lumière qui jaillissait du portail inter-dimmensionnel et quand la lumière s’estompa elle la vit. Elle. Elle est ses cheveux bruns, son regard vert d’eau, son visage si familier. Malgré ses vêtements déchirés, ses égratignure. Elle était là. Sa meilleure amie. Un cri de joie jaillit de la poitrine de la jeune fille et elle se précipita vers sa meilleure amie pour la prendre dans ses bras, dans une douce étreinte. 

« Oh Amber! J’ai eu tellement, tellement peur pour toi! Je suis si contente de te voir! Je suis désolée de n’avoir rien pu faire…comme je m’en suis voulue! Oh par Demiderus je suis heureuse que tu sois là! »

Elle finit par relâcher son amie. Si elle continuait de la serrer de cette façon, Mara allait finir par lui couper le souffle et lui faire encore plus mal qu’elle ne devait sans doute avoir. Au côté d’elle, la crinière blonde de sa soeur se découpa dans son champs de vision. Elle n’attendit pas plus longtemps pour prendre également sa soeur dans ses bras. Qu’est-ce qu’elle avait eut peur!

« Je me suis tellement inquiétée! J’avais peur qu’il vous arrive quelque chose! Mais qu’est-ce qu’il s’est passé? En tout cas, merci Tara, merci beaucoup. Je suis heureuse de vous voir saines et sauves »

Toute inquiétude envolée, toute angoisse dissipée, une nouvelle joie débordante dans le coeur, elle sourit comme elle ne l’avait jamais fait. Finalement elle avait eut raison d’attendre la réponse à ses questions. Car maintenant qu’elle les connaissaient, elle ne voulait les changer pour rien au monde. 

Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Tara "The Fire" Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Lun 22 Mai 2017 - 13:27


Et la team Tamber s'envole vers d'autres cieux.








Pouf, à peine arrivée qu'une Mara sauvage leur sautait dessus. Le contraire l'aurait étonné de toute façon, surtout qu'elle avait pris son temps, la jeune héritière, pour revenir. L'attente avait surement été longue et insupportable, connaissant le caractère de sa petite soeur. Mais elles étaient toutes les deux revenues, alors, ce n'était qu'un mauvais moment à passer maintenant. Laissant la jeune voleuse aux mains de Mara, elle erigea un bouclier magique massif en faisant signe à Mourmur de ne pas couper le portail, en resaluant Jar d'un signe de tête. Elle devait être sûre d'avoir réussi ce qu'elle voulait avant quoi que ce soit.

C'est donc une main toujours tendue vers la porte qu'elle se laissa caliner par sa petite soeur, qui ne tarissait pas ses remerciements. C'est avec un clin d'oeil qu'elle lui répondit :


« Hé, je t'avais bien dit que j'étais prête à sauter dans une autre dimension si tu me le demandais. Et sinon, eh bien, j'ai du retrouver Amber dans une forteresse inconnue, et je l'ai libérée en même temps que des Alaviriens. Tu sais bien que quand je vais quelque part, c'est pour les autres qu'il faut se faire du soucis. Enfin, peut-être pas pour les gros lézards. Et si je ne dis pas de bêtises, dans, cinq, quatre, trois, deux, un... »

La gerbe d'energie pure qui jaillit de la porte se brisa sur son bouclier, crachota quelques secondes avant de disparaitre complètement, alors que la liaison se brisait. Parfait. Elle abaissa ses defenses, et rompit l'etreinte. Leur dispositif detruit, cela promettait autremondien de ne pas voir de face de t'sliches avant un bon moment. Bien qu'elle comptait préparer un plan d'urgence avec sa tante, le cas échéant.

« Je leur ai laissé un petit souvenir. Histoire qu'ils ne viennent plus chercher des noises dans le coin. Oh, et j'ai autre chose pour toi. Attends, je t'emprunte Amber.»

Et c'était aussi une petite vengeance pour s'en être pris à son peuple, sa soeur et son amie. Parce qu'il ne faudrait quand même pas exagéré avec la jeune héritière, qui sait parfois se montrer vindicative. Et souvent avec excès. Tara prit la main d'Amber pour s'éloigner de quelques mètres, parce qu'elle voulait garder la surprise jusqu'au bout. Elle chuchota donc à son oreille :

« Je veux bien récupérer la pierre vivante. Il est temps qu'elle change de propriétaire. »

(je considère qu'elle va pas lui dire non wallah)

La petite roche ronde roula dans sa main alors qu'Amber la lui rendait.


« Oh, et, j'apprecierais grandement de te revoir dans des circonstances moins... extrêmes. N'hésites pas. On va rentrer, de toute façon, et on devra faire un petit debrief de ce qu'on a vu là-bas, toi et moi. Si cela ne te dérange pas.»

Elle ramena sa meilleure amie à sa petite soeur, attrapa sa main, et y colla la pierre vivante.

« Cadeau. Je peux me débrouiller sans. Et si une situation de ce genre là se represente, tu pourras montrer à tout le monde que la démolition, tu as aussi ça dans le sang. Bon, c'est pas tout ça, mais, si on rentrait?»

Et rien pour Jar. Puni ! Il était encore trop tôt pour lui. Mais elle saurait se montrer généreuse le moment venu. Alors fais pas trop la gueule, petit frère.




Watch me
Ignite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4220-tara-tylanhnem-duncan
Jar'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 18 ans

Familier : inexistant
Couleur de magie : Violette
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Empereur d'Omois.
Résidence : La suite la plus luxueuse du palais de Tingapour
Dans le sac : secret d'État. (de la paperasse, deux ou trois livres, des boules de cristal, des vêtements de rechange, des potions de soin et du poison, un taludi, un DRAC)

Affinités : Mara : sœur jumelle. On se croyait inséparables, jusqu'à ce qu'on prenne des chemins différents, trop peut-être. Malgré tout, on sera toujours là pour veiller l'un sur l'autre.

Tara : sœur ainée & ex-héritière du trône. Meurtre raté. Et pourtant tu t'es acharnée à essayer de me faire confiance. Je suppose que je te suis redevable maintenant. Fait chier.

Magister : "père" décédé. Vous m'avez tout appris. Jusqu'à ce que vous me laissiez tomber. Dommage pour vous.

Selena : "mère" dont j'avais oublié l'existence. Le temps ne se rattrape pas, alors qu'est-ce que ça peut bien faire si l'Amemorus a été levé ?

Amber : tu me crois si je te dis que je suis désolé ? Pour une fois, c'est sincère. Merci pour ton silence et tes confidences.

toi ? (MP si t'as envie d'un lien)

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Sam 27 Mai 2017 - 23:18

Planet, sweet planet
   
ft les frangines & la plèbe
Lassé de regarder Mara faire les cent pas en lui posant des questions auxquelles il n'avait pas de réponse, Jar avait fini par ouvrir un livre. Tranquillement installé sur un rocher, il venait de tourner la centième page des Mémoires d'Elseth T'al Barmi Ab Santa Ab Maru quand la surface liquide du portail interdimensionnel se reforma sans prévenir, dans un grand effet de lumière. Pas trop tôt, songea le prince en rejoignant sa soeur d'un pas tranquille, son livre à la main. Tel Superman secourant Lois Lane, Tara franchit le portail avec Amber à son bras. (Amber qui en passant était curieusement à moitié nue, aux lecteurs d'en tirer les conclusions qu'ils veulent.) Il ne lui manquait plus qu'une auréole et on pourrait l'appeler Sainte Courgette. Mais comme il était poli, Jar se retint de ronchonner (pour le moment) et il écouta la conversation de ses soeurs en silence, en répondant au signe de tête de Tara de la même façon. Il se demanda ce qu'il se serait passé si elles n'étaient pas revenues. Il leur avait donné encore une heure avant d'envoyer des soldats à leur recherche. Et s'ils n'étaient pas revenus non plus, il n'aurait plus eu qu'à espérer que la clause qui le condamnait à suivre Tara dans la mort ne fonctionnait pas dans ces cas-là.

En voyant le morceau de cristal briller dans la main de Mara, les yeux de Jar s'écarquillèrent et il resta sans rien dire pendant plusieurs secondes. Il avait du mal à concevoir qu'on puisse abandonner une telle source de pouvoir sciemment - surtout quelqu'un comme Tara, qui usait et abusait de sa magie comme ça n'était pas permis. De plus, il n'avait jamais imaginé que Mara comptait autant pour leur soeur ainée. Certes, elle l'avait aidé le jour où il avait prétendu essayer de retrouver leurs souvenirs, pour la consoler de la mort de son petit ami. Mais là, c'était un autre niveau. Ça lui faisait mal, mais Jar songea qu'il devrait la remercier plus tard, en privé. Plus que tout, Mara avait besoin qu'on lui accorde de l'importance.

Ne vous méprenez pas, sa reconnaissance envers sa soeur ainée avait des limites. Il crevait d'envie de recevoir un cadeau de la même envergure, au point qu'il se demanda si elle n'avait pas fait exprès de faire ça juste devant lui.

- Le moins qu'on puisse dire, c'est que tu sais te montrer théâtrale, grommela-t-il en relevant les yeux vers l'Héritière. Est-ce que je suis le seul à être dérangé par le fait que tu aies pris des risques non seulement inconsidérés, mais surtout complètement inutiles (sans vouloir t'offenser, Amber) ? On avait un détachement de soldats entrainés dont c'est le foutu job de s'occuper de ce genre de situations. À moins que la gestion d'un empire ne t'intéresse plus et que tu préfères te reconvertir dans l'explosion de mantes religieuses géantes, dans ce cas-là tu sais où me trouver.

Il ne manquerait plus que le nouveau jouet de Mara lui donne envie de suivre ses traces. À croire qu'il était la seule personne responsable dans cette famille. Il se tourna vers Amber, à qui il n'avait encore pas adressé un mot. Mine de rien, ils ne s'étaient pas vus depuis un certain temps. Elle n'avait plus rien à voir avec l'élégante jeune femme du bal d'anniversaire de la princesse lancovienne. Elle affichait une mine épouvantable, sa coiffure était échevelée et ne parlons même pas de ses vêtements. Mais elle était en vie et c'était l'essentiel.

- Content de te revoir saine et sauve, au passage, glissa-t-il avec un sourire bien à lui. T'auras intérêt à me raconter ça, quand tu te sentiras mieux.

Finalement, ils ne s'en sortaient pas trop mal. Il était juste un peu frustré de ne pas avoir participé à l'action.

- Et oui, on rentre. J'ai renvoyé le reste des autremondiens sur le continent, et un autre bateau nous attend au port. Je vous jure que si je passe une minute de plus dans cette clairière, j'y mets le feu.

© Gasmask    


Bend the knee to your emperor.



Multi-compte de Solveig, Keylo et Ace & Jeff Ducks :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4740-jar-9674-prince-d-omois#74782 http://tara-duncan.actifforum.com/t4619-jar-tylanhnem-duncan#73315
Amber Dumont


avatar

Age du personnage : 21 ans

Familier : un tigre blanc, Arès
Couleur de magie : Or
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse patentée
Résidence : un studio à Tingapour
Dans le sac : Un couteau suisse, une tenue de Voleur,des babioles volées, une uniclef, des baskets légères,et quelques crédits-muts


MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Dim 28 Mai 2017 - 22:25






how i met your tamber
tara et amber


hate always kills, love never dies
La blonde te prends la main, vous traversez le portail intergalactique ensemble, sans vous lâcher. Tu la serres, cette main délicate, aussi fort que tu peux. Au final, t’as quand même peur de te retrouver avec ces monstres une fois de plus. Au final, même si tu fais la fière ils t’ont fichu la trouille. T’es bien rassurée que Tara soit venue te chercher. Avant que tes pensées n’aillent plus loin, la lumière vient frapper tes yeux de son blanc éclatant et tu lâches la main de l’Héritière pour la placer en visière. Tu plisses les yeux et t’essuies le front. Il fait chaud, le ciel est clair. Tu te rends compte que ton corps s’habitue instantanément à l’atmosphère, tu sais que tu es chez toi. Tu le sens. Enfin tu y es, après des heures à errer, perdue dans une autre planète puis capturée par des lézards géants et complètement avides de pouvoir, de souffrance et de chaos. A la maison.

Tu as à peine le temps de comprendre ce qu’il se passe et de t’habituer à la luminosité et au couleurs vives de la planète qu’un être se jette dans tes bras. En quelques secondes et grâce à son odeur légèrement fruitée, tu devines son identité. Tu serres davantage dans tes bras ta meilleure amie, avant qu’elle ne fonde dans les bras de sa sœur également. Elle se lança comme d’habitude dans un discours chaleureux et rempli d’émotions, de remerciements à Tara, aussi. Sans elle, tu ne serais pas là. Sans elle, tu ne serais plus, tout simplement. La blonde à la mèche blanche commença à raconter ce qu’il s’était passé, et sa tirade se termina sur un compte à rebours. Tu ne mis pas longtemps à comprendre le pourquoi du comment, surtout qu’elle t’avait expliqué sa machinerie. La porte reliant leur monde à celui des monstres était comme détruite, une bonne fois pour toute. Une pointe de soulagement te pinça le coeur, mais avant que tu n’ouvres la bouche, la blonde te prit par la main une nouvelle fois. Allons, ça allait devenir une habitude.

« Je veux bien récupérer la pierre vivante. Il est temps qu'elle change de propriétaire. »

Tu fais une grimace, mais te résignes à la lui rendre. Après tout, elle ne t’appartient pas et même si tu as apprécié l’utiliser (et niquer des mères par la même occasion) il aurait bien fallu la lui rendre un jour ou l’autre. Puis, après que tu la lui aies rendue, Tara dit :

« Oh, et, j'apprécierais grandement de te revoir dans des circonstances moins... extrêmes. N'hésites pas. On va rentrer, de toute façon, et on devra faire un petit debrief de ce qu'on a vu là-bas, toi et moi. Si cela ne te dérange pas.»

Les yeux dans le vague, tu hoches la tête et vous retournez vers une troupe de gens, que tu as du mal à distinguer. Tu vois flou. C’est sûrement la fatigue, ou alors la sensation de la brûlure sur ton dos que tu sens encore. En tout cas, tu aperçois des formes. Il y a une armée. Impressionnant. A côté, tu aperçois une autre forme. Et, alors que Tara confie la pierre vivante à ta meilleure amie, les traits de cette forme deviennent nets. Tu reconnais Jar, mais cette fois-ci un Jar avec un visage décomposé. Il doit mourir d’envie de tuer l’Héritière à l’instant même. Il doit mourir d’envie d’avoir encore plus de pouvoir. Toujours plus, toujours trop.

Ainsi, il commence à faire la leçon à sa sœur, en lui parlant du danger qu’elle a couru pour une tâche, comment a-t-il dit ? Inutile ? Tu te fous de moi, espèce de sale petit morveux ? Si je pouvais, je te… Bref. Aussitôt qu’il a fini sa tirade et se tourne vers toi, tu oublies déjà sa remarque. Son regard noisette te fait fondre à nouveau et tu te rappelles ne pas avoir vu ce visage singulier depuis un certain temps maintenant. Ton rythme cardiaque s’accélère et tu vois encore plus fou qu’auparavant, quand il s’adresse enfin à toi :

« - Content de te revoir saine et sauve, au passage. T'auras intérêt à me raconter ça, quand tu te sentiras mieux. »

Son sourire te donne le tournis, un de ses sourires tellement particuliers dont tu ne saurais pas décrypter la signification.

« Et oui, on rentre. J'ai renvoyé le reste des autremondiens sur le continent, et un autre bateau nous attend au port. Je vous jure que si je passe une minute de plus dans cette clairière, j'y mets le feu. »

Tu acquiesces, entièrement d’accord avec lui, pour une fois. Tout ce que tu veux, c’est rentrer chez toi, et dormir pendant des jours entiers. Tu aimerais que cette impression de brûlure dans ton dos et sur tes jambes nues disparaisse, tu aurais aussi aimé ne pas avoir été capturée. Mais on ne peut demander les lunes, alors autant rentrer chez soi le plus vite possible et essayer de passer à autre chose. Tu tournes la tête, t’adressant à ta sauveuse :

« J’imagine que dès que nous serons rentrés je devrais témoigner, ou alors tu me laisses une marge de récupération après notre escapade dans ce monde de fous ? »

Puis, tu lui jettes un sourire rayonnant et te tournes vers Jar avec un certain mal-être tout de même. Il ne fallait pas oublier que tu étais une des rares personnes à connaître son petit secret, et à l’avoir gardé, aussi.

« Comptes-là-dessus, on en parlera autour d’un verre si ça te tente, tu lances en essayant de paraître calme devant lui.

En vérité, tu lui en voulais encore un peu et tu ne t’étais pas tout à fait remise de ce qui s’était passé. Puis la dispute avec ta meilleure amie t’avait chamboulée, t’avait brisé le coeur davantage. Tu étais passé pour une folle dingue déséquilibrée à ses yeux, ce que tu étais probablement. Alors que tes pensées tournent vers le chaos, tu te reprends et ton regard émeraude, intrépide, croise les yeux noisettes de ta meilleure amie.

« Il s’en est passé, des choses là-bas. Je te raconterai tout aussi, promis. Merci, Mara. Merci d’avoir envoyé Tara me chercher. Sans toi je… Je ne serais pas là. Sans elle non plus. Vous m’avez sauvée, alors pour ça je t’en serai infiniment reconnaissante. »

Tu lui prends la main et la serre contre la tienne avec autant d’affection que tu es capable de donner, puis attends que les Héritiers sonnent le départ. Il était temps de rentrer.



camo©015



reborn
« one of us has to die. don't you get it ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4765-9674-amber-dumont-9674-chaos-is-a-ladder?highlight=Amber+Dumont http://tara-duncan.actifforum.com/t4869-amber-9650-pain-never-disappear-we-just-learn-to-live-with-it
Mara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 19 ans

Familier : Blanca, chouette blanche
Couleur de magie : Gris clair
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Héritière d'Omois et apprentie Voleuse Patentée.
Résidence : Palais d'Omois
Dans le sac : Couteau, camouflus, quelques crédits mus, mon hor, poignard et chose coupante, ficelle de quoi ligoter quelqu'un et une bonne dose de courage!

Affinités : Tara'tylanhem Duncan : ma soeurette chérie

Elëor: La garde du corps d'un petit héritier de Tatral et l'une des meilleurs Voleuses Patentée que j'ai rencontré...attention elle n'est jamais loin de vous!

Dorïân(je met que le prénom, le nom est trop compliqué XD): Petit prince blondinet à l'allure charmante qui trouve drôle d'insulter ma présence...

Albane N. O'Nyme: Pour l'instant une petite princesse inconnu qui ferme ses yeux et qui est gentille comme tout.

May O'Season: Pour l'instant petit brunette qui participe à la même colo que moi est qui à l'air gentille.

Alexandre N. O'Nyme: Maitre à l'école des Voleurs Patentés et moniteur de la colonie de vacances...

Candice Heaven: Une blondasse que je n'apprécie pas du tout (pour l'instant) et qui ne me procure aucun sentiments de sérénitude. Doublée d'une fine couche de prétention même si elle est très belle!

MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   Dim 4 Juin 2017 - 20:08

How I met your Tamber
Toute angoisse réduite à néant c’est avec plaisir que la jeune fille accueillie sa soeur et sa meilleure amie comme il se doit. C’est à dire en leur sautant dessus. Pouvait-on lui ne vouloir? Peut-être si elle leur avait cassé quelque chose, mais Mara était juste heureuse et soulagée de les voir rentrer saine et sauve. Elle devait tant à Tara pour cette expédition. Mara avait déjà perdue Alec, aurait-elle supporté de perdre Amber en plus? Sûrement pas, son amie comptait beaucoup pour elle. Tara ne lui avait pas menti, elle était prête à tout pour sauver tout le monde et pour aider sa petite soeur dans les moments délicats. Et c’est avec une joie non feinte que Mara remercia chaleureusement Tara qui lui répondit d’un clin d’oeil amusé en lui racontant brièvement ce qu’il s’était passé. Intérieurement, cela ne suffit pas à la jeune fille. Allons voyons! Combien de temps était parti les filles pour résumer leurs aventures en trois phrases? Cela paraissait assez peu comme argument. Mais pour le moment, elle se garda bien de lui faire remarquer, elle pourrait toujours lui redemander plus tard, ou en parler avec Amber si elle était d’accord. 

Quand Tara lui dit qu’elle lui empruntait Amber, Mara fronça un sourcil. Cela ressemblait drôlement à des cachotteries. Qu’est-ce que sa soeur allait encore inventer? En attendant qu’elle revienne, Mara se tourna vers son jumeau et lui sourit. Elle avait dû l’énerver au plus au point depuis tout à l’heure à tourner comme une bête en cage, alors que lui essayait de se contenir. Le pire c’est qu’en plus de l’avoir sans doute mis hors de lui, elle avait dû lui inculquer une dose de stress supplémentaire. Mais c’était Mara. Alors qu’elle s’apprêtait à ouvrir la bouche pour lui dire quelque chose, Tara revint, un sourire plaquée sur les lèvres. Intriguée la jeune Héritière se tourna vers elle et quand elle lui prit la main, lui colla la pierre vivante dedans en lui criant: « Cadeauuuuu » Mara eut un moment de vide. Un vide complet. Dans sa tête. Qu’est-ce…Qu’est-ce que…Quoi? Un cadeau? Simplement un cadeau? Mara venait de recevoir quelque chose de bien plus précieux qu’un cadeau et cela appartenait à Tara? Pourquoi? Pourquoi sa grande soeur lui donnait-elle du pouvoir, alors qu’elle n’en demandait pas plus? Les réflexions dans la tête de Mara faisait la guerre à celle qui résonnaient au fond de son coeur. Tara avait assez confiance en Mara pour la lui donner pour qu’elle se sente plus forte. Elle avait confiance en elle et lui faisait un cadeau inestimable. C’est comme si en une fraction de seconde on avait donnait à la jeune femme une tout autre importance. Le sourire au bord des lèvres mais encore un peu déboussolée par ce cadeau si inattendu, Mara sourit à sa soeur. 

« Je…je…mais…Je tâcherais d’en faire bon usage. Merci Tara »

Toute la reconnaissance d’AutreMonde ne serait pas suffisante pour faire comprendre à sa soeur combien ce cadeau était important pour elle. Mais avec ses simples mots, elle était sûre que Tara comprendrait parfaitement ce à quoi elle avait voulu faire allusion. Ce qu’elle ressentait, ce qu’elle en pensait. D’ailleurs elle n’en revenait toujours pas. Elle tenait la pierre vivante dans ses main comme si ce n’était qu’un simple galet. Elle avait voulu être assez neutre en remerciant Tara mais dans sa tête c’était un peu la foire…mais elle essayait de ne pas le faire voir. Soudainement Mara eut une pensée pour son frère. C’était lui qui aurait voulu l’avoir, elle en était certaine. La pierre aurait donné à Jar le pouvoir qu’il espérait. Mais Tara avait préféré le donner à sa soeur plutôt qu’à son petit frère. Mal à l’aise, Mara lança un regard à son frère. Il semblait partagé entre deux émotions, alors d’un simple regard, elle lui dit ce qu’elle en pensait: Si elle ne te l'a pas donné frérot c’est parce que tu n’en a pas besoin. Tu n’as pas besoin de cette pierre pour faire des choses remarquables, pour faire des choses dont tout le monde se souviendra. C’est ce qui te rend unique grand frère, tu n’as pas besoin de tout ça pour être quelqu’un.
Secrètement, elle espérait que son frère aurait saisit toute sa pensée. Mais à bien y réfléchir peut-être pas. Ils étaient jumeaux mais pas encore capable de communiquer par télépathie. Un petit gloussement s’échappa de la poitrine de la jeune fille. Elle était tellement heureuse en ce moment, et elle avait de quoi. Sa meilleure amie et sa soeur étaient rentrées, son jumeau était là, on lui avait fait le plus beau cadeau de l’univers. Alors elle ne pouvait pas être triste. 

Retrouvant son air bougon et si responsable. Son légendaire jumeau fit très vite comprendre à Tara que ce qu’elle avait fait était complètement inconscient. Mara sourit, nous ne changerions pas Jar. Et tant mieux, elle l’aimait comme ça. Parfois, on aurait dû mal à dire qui était le plus grand entre Tara et Jar tant Jar faisait preuve de responsabilités et de maturité. Puis annonçant leur départ comme un dilemme, bah oui, soit ils se tiraient vite fait, soit Jar faisait exploser une partie de leur patrimoine, Amber vint trouvait Mara. Sa meilleure amie lui avait manquée, tellement. Depuis leur dispute. Amber comptait tellement pour Mara mais cette dernière ne semblait pas comprendre pourquoi. Après tout, elle n’avait pas besoin de comprendre. Mara tenait à elle et s’était comme ça. La jeune femme si jolie d’ordinaire semblait épuisée, vidée de ses forces et savait très bien que de grands discours allaient l’attendre dès qu’elle se serait reposée un peu. Mara admirait cette force que sa meilleure amie pouvait avoir. Elle lui sourit, tout comme son amie lui sourit. Elles semblaient heureuses de se retrouver. 

« Tu as intérêt à me raconter tout ça, lui glissa Mara en rigolant, je ne peux douter une seconde que toute votre aventure n’est durée que trois phrases. Surtout que vu le temps que j’ai passé à vous attendre! Un peu plus et je faisait une tranchée à faire les cents pas devant ce portail minable! Ne me remercie pas Amber, c’est normal. Je tiens à toi, je n’allais pas de laisser avec ces espèces de trucs dégueus! Si je n’avais pas fait ça, je n’aurais pas été digne d’être ton amie. Et tu es là, et c’est le principal! Qu’est-ce que j’aurais fait sans toi? »

Mara serra la main de sa meilleure amie également pour lui prouver toute l’affection qu’elle avait pour elle. Et pas qu’en ce moment là. Pour tout le temps. Mara n’était pas juste contente parce qu’elle était sauvée mais parce qu’elle avait retrouvée sa meilleure amie. 

« Bon bah je croyais que vous vouliez y aller? J’en ai marre d’attendre, rigola-t-elle »

Mara rigolait. Elle souriait de nouveau. Comme avant. Elle caressa la pierre vivante dans sa poche du bout des doigts. C’est comme si une nouvelle page se tournait. Une nouvelle page de leur histoire. Qui paraissait encore plus trépidante que les autres. 

Codage par Libella sur Graphiorum


Les flammes jumelles sont en permanences connectées l'une à l'autre, peu importe l'espace et le temps. Elles sont un fort miroir révélateur de leur Partie Sombre et Lumineuse ▵ ©endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4535-mara-tylanhem-t-al-barmi
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: How I met your Tamber ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
How I met your Tamber ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven
» « Te parler du bon temps, qu'est mort & je m'en fous ♥ »
» Patte de Chocolat ♥
» Perle D'Amour ♥
» Pour une personne admirable et exceptionnelle. ♥ [ Viens vite, grognasse. ♪ ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Autre contrées-
Sauter vers: