AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Arya. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OcéansOcéans :: Royaume d'AquariaPartagez | 
 

 I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mar 16 Mai 2017 - 12:10

Te amo sin saber cómoFt. OceanDepuis quelques semaines déjà, Ethan ne savait plus trop bien où il en était. Rien de nouveau, me direz-vous, ce gamin a besoin de temps pour percuter ce qu’il se passe autour de lui. Faut dire aussi qu’il se passe un peu trop de choses autour de lui. L’arrivée d’Amber sur Terre, sa première visite sur Autremonde, puis la seconde, et le départ d’Ocean, l’avaient privé de ses repères. Il avait essayé de retrouver une vie normale, de revenir à son « soi » d’avant…d’avant elle.

Lorsqu’il allait courir au bord de l’eau, comme il le faisait presque tous les matins, il ne pouvait s’empêcher de sentir son cœur se soulever avec les vagues. « Que fait-elle maintenant ? » « Où est-elle ? » étaient les questions qui le taraudaient le plus. Il se souvient de la sensation qu’il avait eu, en la laissant retrouver son monde natal, la sensation que son cœur se serrait. Durablement.

Bien sûr, il savait que de trop lourdes responsabilités le retenaient sur Terre, il avait son père, ses études, une vie. Mais cette dernière présentait depuis un trou béant. Il s’était plongé avec ardeur dans ses études, considérant le travail comme une drogue, une drogue pour ne pas penser, pour ne pas être tenté de retourner là-bas. Son père ne lui avait jamais posé de question sur ses allées et venues louches, parfois longues, trop absorbé qu’il était par sa propre personne. Mais Ethan savait qu’il lui devait la vérité, et qu’il ne pouvait rester éternellement sur Terre.

La fin de l’année scolaire arriva, et avec ça, sa douleur lancinante dans la poitrine s’atténua peu à peu. Mais elle était toujours bien là, lorsqu’il approchait des côtes d’Angleterre. Ethan travailla d’arrache pieds pour pouvoir décrocher son bac. Il était admis dans les plus prestigieuses universités anglaises, et son père disait qu’il était « fier » de son fils prodige. Quand ça t’arrange, hein. Mais il hésitait grandement. Il avait deux mois pour se décider du tournant qu’allait prendre sa vie : allait-il s’exiler sur Autremonde, ou continuer à travailler ici, et réaliser son rêve ? Il avait le projet secret d’assembler un jour ces deux voies, de devenir archéologue, mais sur Autremonde, cet endroit où la magie domine tellement les pensées que personne ne s’intéresse à l’histoire de la planète, et aux secrets qu’elle renferme. Mais pour cela, il faudrait passer par 10 ans (au moins) d’intenses études sur terre….et pas sûr de pouvoir faire un Erasmus sur Autremonde.

Le bac en poche, et avec mention, le jeune homme décida cependant de partir, au moins provisoirement, sur Autremonde. A Aquaria plus précisément. Il voulait la retrouver. Retrouver Ocean. Cela faisait des mois qu’ils ne s’étaient pas vus, et elle lui manquait terriblement. C'est ainsi qu'il entrepris de planifier son voyage, conscient que chercher une sirène dans un océan ne serait pas de tous repos. Il se contenta d'un sac à dos ensorcelé de manière à pouvoir contenir une infinité de choses, dont l'équivalent d'une bibliothèque.

En expliquant à son père, qui s’en contrefichait d'ailleurs complètement, qu’il partait en vacances avec des amis et qu’il serait injoignable pour une durée indéterminée, il partit vers la porte de transfert la plus proche. A Londres. Son père lui semblait aller de plus en plus mal, il ne faisait rien de ses journées, ou il écrivait parfois, rien de plus. Ethan trouvait qu'il avait abandonné son passé, son prestige, sa décence. Et son fils.

Le jeune homme arriva à Londres et en profita pour régler les derniers papiers concernant son inscription pour l’année suivante. En chemin vers la porte, il se demandait ce à quoi devait ressembler la nouvelle vie d’Ocean, dans son royaume natal. Tout ce qu’il espérait, c’était qu’elle soit heureuse, bien que loin de lui. Bien sûr, il ne prenait pas conscience du tournant émotionnel que prenaient les événements, et sa vie, et se rabâchait sans cesse « mon amie me manque, voilà tout ».  Cela semblait cependant de plus en plus dur à croire. Et pourtant, il continuait de se voiler la face avec l’innocence d’un enfant. Ethan était un scientifique, et ne parvenait pas à interpréter ses émotions et ses pensées autrement que comme il le voulait. Il se pensait maître de son propre cœur, et pourtant était esclave de ses sentiments.

A son arrivée sur Autremonde, le pendentif que la petite sirène lui avait fait des mois auparavant semblait lui brûler la peau, sous sa chemise. Il le saisit dans son poing, avant de s'aventurer de nouveau dans la porte de transfert, vers Aquaria cette fois.

« J’arrive » pensa-t-il.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 22 Mai 2017 - 21:35

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Aquaria. Un nom que la petite perle n’avait cessé de prononcer du bout des lèvres quand elle était arrivée sur AutreMonde et qu’on lui avait expliqué son lieu de destination. Aquaria. Jamais elle n’aurait pensé qu’il pouvait exister un royaume remplit de personnes de son espèce. Des sirènes. Longtemps elle avait cru qu’elle était la seule. Ou du moins elle avait été la seule à rester sur Terre. Elle avait même été jusqu’à penser qu’elle serait restée seule jusqu’à la fin de sa vie. Mais la vie est faite d’imprévues et de belles surprises. Comme un rêve qui s’était concrétisé. Un prince charmant qu’elle avait tant espéré dans ses rêves pour se sentir moins seule. Comment aurait-elle pu savoir qu’un garçon ressemblait goutte pour goutte au portrait qu’elle faisait de son ami imaginaire qui l’aidait à ne pas rester dans la solitude malgré la présence d’Ecume? Jamais elle n’aurait pu le deviner et pourtant aujourd’hui il était là. Enfin il était là…plus avec elle, plus maintenant. Mais il avait été là, il serrait toujours là même si elle ne le voyait pas physiquement. Ethan n’était pas qu’un fantôme imaginé pour se sentir moins seule. C’était son ami. Son meilleur ami peut-être. Quelqu’un qu’elle aimait beaucoup sans aucun doute. Quelqu’un pour qui elle ressentait peut-être plus que de l’amitié direz-vous? 

Depuis qu’elle avait posé sa nageoire dans l’eau claire d’Aquaria elle avait essayé d’y penser moins souvent. Elle avait essayé de se dire qu’elle trouverait des amis, qu’il avait sans doute mieux à faire et que de toute façon il vivait sur Terre. Dès fois même, elle essayait de dire qu’il n’avait jamais existé. Juste pour que ça fasse moi mal. Juste pour ne pas ressentir un poids sur son coeur à chaque fois que son nom lui manquait. A vrai dire elle leur en voulait un peu. A tous. A Amber, à Ethan, à Mara qui l’avait laissé là sans repères pensant sans doute qu’elle allait réussir à se faire des amis du jour au lendemain. Pensant sans doute que quelqu’un finirait pas intégrer la petite sirène blonde au milieu des autres. Mais le problème c’est qu’elle n’était pas comme les autres et que ceux-ci ne cessaient de le lui rappeler. Comment vous faire des amis alors que vous ne pouvez pas chanter? Alors que le jeu préféré de toutes les petites sirènes est d’imiter les grandes et de pousser leurs belles voix? Alors elle avait essayé de s’intégrer mais tout le monde s’était vite désintéressé quand ils s’étaient aperçus que la petite n’avait pas de voix. Trop compliqué pour parler. Pas pratique pour chanter et pour jouer. Que des excuses pour la laisser. 

Mais aujourd’hui, depuis qu’elle avait atterrit ici, cela avait changé. Elle avait trouvé des gens qui l’appréciait comme elle était. Alors elle avait arrêté de penser tout le temps à son ami terrien et elle avait réussit à s’ouvrir aux autres et à sourire comme avant. Délaissant dans un côté de son coeur la place qu’il prenait. Lui. 

Sa longue queue ondulant dans l’eau bleu turquoise de sa nouvelle patrie, elle se rendait au point de rendez-vous où l’attendait ses amies. Ariel et Blue était des sirènes extraordinaires, elles avaient été les premières à bien vouloir voir autre chose en Ocean qu’une petite fille qui ne pouvait pas parler et grâce à ses amies Ocean avait grandit, elle avait muri, elle avait prit confiance en elle, et elle souriait. De nouveau. Alors chaque jour elle retrouvait les petites sirènes et allait à l’école avec elles, ou alors elles jouaient ensembles. Aujourd’hui, elle les retrouvait pour pouvoir parler avec elle. Enfin parler s’était un bien grand mot, mais cela lui faisait plaisir de retrouver les filles qui partageaient son quotidien et qui lui permettait de se sentir moins abandonné par son premier ami. 

Malheureusement les deux petites sirènes n’étaient pas seules quand Ocean arriva accompagnée d’Ecume qui jouait autour d’elle. Elle s’arrêta et détourna le regard. Les garçons. Elle les avait évité autant qu’elle pouvait. Partout. Tout le temps. Même si ils étaient gentils avec elle, elle les fuyait. Elle les fuyait car derrière les sourires heureux de ces sirènes qui ne voulaient qu’être gentil avec elle, elle ne voyait que le sourire de celui qu’elle n’avait pas revu depuis un an. Ses cheveux châtains, ses yeux noisettes, ses sourires. Elle adressa un petit signe à ses amies et fit demi-tour aussi vite que possible. Elle ne voulait pas les voir. Elle avait mal. Comme à chaque fois qu’elle pensait à lui. Il lui arrivait dès fois de se réveiller en sursaut et de se demander où elle était et pourquoi il n’était pas là. Mais elle se rappelait bien vite de la réalité et elle tournait dans son petit lit pour oublier son visage encore et toujours. 

Ocean avait changé. En un an elle avait eut le temps. Ses cheveux blonds prenaient des reflets cuivrés sous le soleil d’Aquaria, sa queue n’avait cessé de produire des écailles toujours plus turquoises et ors, ses joues de bébés s’étaient amincis pour donner le visage d'une vraie jeune fille qui avait sans cesse besoin de soleil et de chaleur, de soif de connaissance et d’apprentissage, de bonheur et de douceur. Remontant le long de l’eau sans risque de se faire voir, la petite sirène goûtait déjà au soleil qui faisait miroiter l’eau claire de son endroit favoris. Un endroit écarté des autre, un endroit qu’elle avait trouvé et qu’elle ne partageait avec personne car c’était comme son petit jardin secret. C’était là qu’elle était venue pleurer Ethan pour les première fois et qu’elle venait y pleurer toujours quand elle en ressentait le besoin. Ce qui lui plaisait dans cet endroit c’était l’énorme rocher qui était en son centre et qui ressemblait tant à celui qu’elle avait connu sur Terre. Un sourire naquit sur ses lèvres et elle replongea dans l’eau pour profiter encore quelques instants de la douceur et de la fraîcheur du bleu océan avant d’aller rejoindre le soleil. Le soleil qui ferait refléter son sourire. Le soleil qui lui rappelait les étés sur Terre. Le soleil qui lui rappelait leurs souvenirs. Le soleil qui lui chuchotait à l’oreille qu’elle ne serait jamais seule. Et elle avait envie de le croire. Tellement envie. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mer 24 Mai 2017 - 0:28

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan avait envie de baisser les bras, de tout envoyer valser et de rentrer chez lui, sur Terre. Il se demandait pourquoi il était venu là, sachant qu’il devait avoir une chance sur des millions de trouver Ocean, et ces chances devaient encore être divisées, puisqu’une sirène, ça vit dans l’eau, et pas à la surface. Le jeune homme s’accrochait à son désir de la revoir, mais se rendait de plus en plus compte qu’il s’agissait d’un projet complètement dément, qui le dépassait complètement. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Un an s’était écoulé depuis que son petit groupe, c’est-à-dire Mara, Amber et lui-même, avait conduit la petite sirène chez elle. Avec son peuple. Au début, il ne s’était inquiété de rien, mais, avec les études, et son entrée à l’université à l’âge de 16 ans seulement, il avait dû renoncer à retourner voir son amie sur Autremonde. Il s’était fixé comme objectif le doctorat…mais cela demandait un temps monstre et il n’en était qu’aux premières années de ses études. Il s’était donc imposé, à la fin de sa 2e année, une coupure, un retour sur Autremonde. Tout en lui lui criait de rester, lui disait que c’était son monde…mais sa rationalité le poussait à briller sur Terre. Il voulait devenir quelqu’un, acquérir des connaissances, puis les mettre à profit sur Autremonde. Il espérait d’ailleurs pouvoir un jour créer son propre laboratoire et mener des recherches en génétiques à Omois, peut être de manière officielle, qui sait ? Ethan était un ambitieux, et cela, il le regretterait. Ocean aussi.

Alors qu’il longeait en tapis la côte à bord d’un tapis volant aux couleurs chatoyantes, Ethan se demanda si Ocean avait tissé des liens avec d’autres sirènes…d’autres personnes comme elle. Sa mine se renfrogna à l’idée qu’elle se soit liée d’amitié pour des garçons, surtout que la beauté des sirènes comme des tritons était un fait notable. Peut-être était-elle tombée sous le charme d’un beau poisson ? Sans savoir pourquoi, Ethan sentit son cœur s’emballer à cette idée, et sentis comme des sueurs froides lui traverser le dos. Il ricana, et se persuada qu’il s’en contrefichait… Mais il était sûr d’une chose : cela n’avait pas dû être facile pour une petite sirène muette de se faire une place parmi un peuple chantant. Il espérait qu’elle n’ait pas été mise à l’écart.

Et qu’elle ne l’ait pas oublié.

Comment allait-elle réagir, en le voyant, si toutefois, par miracle, il la trouvait ? Déjà que sur Terre, elle avait vécu quelques jours d’absence comme une trahison et en avait eu le cœur brisé…cette fois, il s’agissait d’années. La petite sirène était peut être passée à autre chose, peut-être l’avait-elle attendu longtemps, plusieurs fois, avant de constater qu’il ne reviendrait certainement plus. Peut-être n’était-il plus rien pour elle, et que son amitié avait disparu de son cœur triste.

Il arrêta soudain le tapis, constatant la présence d’un petit groupe de gens d’en l’eau, un peu plus loin. Equipé de matériel terrien, il attrapa ses jumelles et les fixa. Il avait bon espoir d’apercevoir Ocean parmi eux, cela faisait déjà quelque jour qu’il arpentait la surface d’Aquaria. Lorsqu’il avisa une longue chevelure blonde, il cru que son cœur allait lâcher. Puis il frôla la crise cardiaque, voyant sa tête blonde préférée s’amuser en compagnie de quelques tritons, et jacasser avec des amies. Il ne savait pas pourquoi cela lui faisait aussi mal. Il serra les dents.

Ethan laissa échapper un soupir de soulagement en voyant la sirène blonde se retourner. Ce n’était pas Ocean, mais une fille d’à peu près son âge. D’ailleurs…elle aussi devait avoir grandi et changé, après deux ans. Il rougit à cette idée. Allait-il au moins la reconnaitre ? Peut-être que ce nouveau monde avait modifié son physique. En tous cas, connaissant Ocean, il était certain de la trouver plus musclée qu’avant, puisque sa soif d’aventure et d’exploration pouvait la conduire sur terre, et en mer, dans cet océan presque sans limite. Elle ne se limitait plus aux côtes de Torbay. Il laissa ses jumelles de côté, et décida de faire une pause, trop blasé par son échec cuisant, et son faux espoir. Il mangea donc de la nourriture invoquée par magie, et savoura se moment, profitant de la chaleur car simplement vêtu de son bermudas (ironiquement, après l’Angleterre, Aquaria c’est le désert pour lui).

Rassasié, Ethan se leva sur le tapis, s’étira, avant de reprendre ses jumelles et de scruter l’horizon. Il remarqua un rocher un peu plus loin, qui semblait fendre l’eau en deux par son imposante taille. La luminosité commençant à faiblir, tout comme son énergie, il décida de se faire un camp de fortune au sommet du roc. Le jeune homme se dirigea donc dans la direction de ce dernier, à bord de son tapis volant, en contournant le groupe de jeunes sirènes. Son médaillon recommença à le brûler, sur son torse nu, à mesure qu'il s'approchait.

Il ne s’attendait pas à cette vision.

Il ne s’attendait pas à la voir.

Pas comme ça.

Pas si soudainement.

Pourtant elle était là, lui tournant le dos, les pieds dans le vide au bord du rocher, à quelques mètres de lui à peine. Il ne voyait pas son visage mais savait que c’était elle.

Ocean.

Ses cheveux couleur paille ondulaient légèrement au rythme de l’air marin, et le jeune homme se surprit à les contempler comme s’ils étaient de l’or. Quelques perles ornaient ses mèches, et sa chevelure retombait en cascade sur ses épaules. Elle semblait toujours aussi petite, aussi fragile. Il posa un pied silencieux à terre, avant de prononcer son prénom dans un souffle :

— Ocean ?

Et son cœur explosa.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 5 Juin 2017 - 0:53

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

En retard. La petite perle était un retard. Le pire c’est qu’elle détestait l’être car elle faisait attendre ses amies qui en profitaient pour ramener d’autre monde dans leur rendez-vous à toutes les trois et cela finissait souvent par des gestes d’excuses pour ne pas qu’Ocean ait à supporter le regard des garçons sur elle. Elle était dure…Ariel et Blue ne profitaient pas tout le temps qu’elle ait le dos tourné pour en inviter mais c’était elle aussi des adolescentes malgré qu’elles soient sirènes et elles n’avaient pas connues quelque chose comme Ocean. Après tout, elle avait bien le droit de s’amuser elles aussi, non? Sauf qu’en Ocean était là. C’était devenue une sorte de règle. Ocean avec ses amies: alors pas de garçon, Ocean pas là: alors c’était la fiesta! Elle n’en voulait pas à Blue et Ariel, elles avaient raison de profiter mais les trois jeunes filles n’avaient pas la même notion du mot profiter. Traître de bavardage (bien qu’elle ne puisse parler Ocean réfléchissait beaucoup trop), elle finit de rectifier ses écailles et ses cheveux avant de sortir de son petit cocon au fond de l’ocean. Les sirènes devaient l’attendre à la surface près d’un coin qu’elles avaient repérées quelque temps auparavant. Heureusement qu’Ocean n’était pas en cours aujourd’hui sinon elle se serait fait drôlement disputer pour son retard…mais ce n’était que ses amies et elles comprendraient. Elles la comprenaient…enfin pas toujours. C’est pour quoi, dès fois la petite sirène se sentait seule. 

Arrivant au point de rendez-vous, c’est avec surprise, horreur, énervement, et gêne qu’elle aperçut des tritons à côté de ses amies. Tant pis pour elle, elle n’avait qu’à ne pas être en retard. Elle n’allait quand même pas fausser compagnie à ses amies pour la deuxième fois, si? Non. Ocean n’était pas comme ça. Elle n’était pas méchante. Alors doucement elle s’approcha du rocher sur lesquels reposait ses amies (et ceux qui ne devraient pas y être) et resta cependant dans l’eau. Elle tapota l’eau de sa queue pour faire part de sa présence et salua tout le monde d’un geste de la main. 

« Ocean! S’écrièrent Blue et Ariel 


- Salut, reprirent les tritons »

Bien que polie d’ordinaire, elle fit semblant de ne pas les entendre et se concentra de nouveau sur ses meilleures amies qui avaient l’air excitées par une nouvelle dont Ocean allait bientôt entendre parler

« Tu l’a vu ou pas? déclara Ariel »

La petite perle fit non de la tête se demandant sûrement ce que son amie avait voulu qu’elle voit. 


« Comment tu crois qu’elle aurait pu le voir, elle n’était pas là Ariel, renchérit Blue


- Y’a un garçon super mignon qu’est passé en tapis volant au dessus de notre tête tout à l’heure. Il semblait chercher quelqu’un. Il m’a regardé et quand il a vu mon visage il avait l’air bizarre je l’ai pas bien vu parce qu’il était loin. Mais je suis certaine que c’était un humain, qu’il cherchait quelque chose et qu’il était drôlement mignon »

Les deux filles éclatèrent de rire tandis que les tritons levaient les yeux au ciel. Ocean n’arrivait pas à partager leur joie car un sentiment douloureux avait brusqué sa poitrine. Et si c’était Ethan? Elle secoua la tête et lutta contre les larmes. Elle disait n’importe quoi! Ethan était sur Terre et il ne viendrait pas la chercher! De plus il ne s’arrêterait pas pour regarder une inconnue…non ce n’était pas Ethan, elle devenait complètement folle depuis cette nuit. Les yeux fixant les vagues de l’océan, elle se laissa bercer par leur douce mélodie en essayant d’oublier le visage qui était apparu dans ces pensées. Ethan ici? N’importe quoi et pourquoi pas une girafe dans la mer pendant qu’elle y était? 

« Ocean, ça va? s’enquit Blue inquiète voyant son amie ne pas partager leur moment de rire »

Ocean releva brusquement la tête. Non ça n’allait pas et les garçons qui la regardaient ne l’aidait pas. Elle se sentait sur le point de pleurer sur quelque chose de tellement futile et d’imaginaire que cela l’énervait plus que ça ne la calmait. 

« Si ça ne va pas rentre chez toi tu sais, finit par dire un triton »

Deux sirènes le fusillèrent du regard, à savoir les deux amies d’Ocean, et il leva les mains comme pour dire qu’il n’avait rien dit. Le mal était fait. Serrant ses amies brièvement dans ses bras et s’excusant d’un regard elle replongea dans l’eau, non sans avoir foudroyé l’autre idiot, qui se permettait de dire les chose à sa place, du regard. N’ayant pas le coeur à aller autre part que chez elle ou sur sa petite île, Ocean opta pour la deuxième option. S’enfermer chez elle après la nuit qu’elle avait passé ne l’aiderait pas à lui faire oublier son visage. Quand elle aperçut la base de la petite île, elle remonta dans l’eau claire et sortit de l’eau. Elle en avait besoin. Regardant, comme une enfant, sa queue se changer en jambes, elle réussit à esquisser un petit sourire. Cependant pour aller dehors à la vue de tous, il fallait s’habiller. Elle ne pouvait pas se résoudre à y aller nue. Elle contourna le rocher et découvrit les vêtements dans lesquels elle était arrivée ici. Cela lui faisait mal. Horriblement mal, mais elle n’avait pas le choix si elle voulait être un peu tranquille. Habillée elle monta sur le rocher et s'assit les jambes dans le vide. Le vent s’amusait à faire flotter ses cheveux tandis que la petite perle ne cessait de ressasser ce qui l’embêtait depuis ce matin et qui l’avait mise en retard. Son rêve. Pour la première fois depuis longtemps, elle n’avait pas rêvé d’Ethan, elle ne s’était pas réveillée en sursaut et elle n’avait pas eut cette impression de vide. Elle s’était réveillée vivante. 

Depuis que les filles avaient supposé qu’un éventuel humain cherchait quelque chose dans la mer, Ocean n’arrêtait pas de penser que cela pourrait être Ethan. Son côté rationnel qui avait naquit après que tout le monde soit partit en la laissant là, lui hurlait que ce n’était pas possible qu’il ne serait jamais venu ici, maintenant, pour la chercher, elle. Son coeur lui criait tout le contraire. Partagée entre deux émotions qu’elle ne saurait exprimer la petite perle avait du mal à retenir ses larmes. Il lui manquait tellement. Son sourire, ses cheveux, son visage, ses étreintes, son parfum. Tout lui manquait et semblait la narguer et lui faire du mal dès qu’elle se mettait à y penser. Y avait-il un jour où elle pourrait penser à Ethan sans avoir mal? Sans se dire qu’il ne la considérait plus comme son amie? Qu’il l’avait abandonné? Elle ne savait pas. Repliant ses jambes contre sa poitrine elle essaya de compresser son coeur qui saignait. Alors elle prit des mesures démesurés et se mit à imaginer ce qu’elle lui dirait si elle le voyait arriver là. 

Tout d’abord elle lui ferait remarqué, elle trouverait bien une façon, qu’il n’était pas le bienvenue. Elle lui jetterait des coquillages, des pierres, elle s’éloignerait le plus possible de lui, elle retournerait dans la mer pour qu’il ne puisse pas la suivre. Ensuite elle lui montrerait combien elle avait eut mal, alors elle continuerait à lui jeter des pierres ou alors elle le giflerai. Une gifle sèche qui lui remettra les idées en place. Puis elle déballerait son sac, d’un façon où d’une autre elle lui fera comprendre qu’il est le plus gros nul de l’univers! Que ça ne se faisait pas de laisser sa meilleure amie comme ça! Que de toute façon si c’était pour revenir une heure et repartir ensuite il n’avait qu’à jamais venir! Que si c’était pour lui faire encore plus mal, alors qu’il n’avait qu’à repartir. Ensuite elle le blesserait pour lui faire aussi mal qu’il lui avait fait en la laissant là, seule, sans nouvelle. Elle lui ferait comprendre qu’elle ne pensait pas qu’il était aussi bête que tous les autres, qu’elle trouverait un autre ami que lui et qu’il ne méritait pas qu’elle l’attende de cette façon! Ayant reprit du poil de la bête la jeune sirène laissa ses jambes retomber dans le vide et les balança furieusement. Oui, elle lui dirait tout ça si c’était lui, quand il viendra. Si il revenait. Un rire démoniaque silencieux sortit de la poitrine de la petite perle.

« Ocean? »

Voilà qu’elle se mettait à entendre son nom. C’est qu’elle devenait complètement folle la petite perle à s’imaginer des trucs pareils dans sa tête. Il fallait qu’elle arrête avant qu’elle ne se fasse encore plus mal qu’elle ne se le faisait déjà. Si elle continuait elle aurait le coeur brisé une nouvelle fois. Alors elle rigola une dernière fois, maudissant ses bêtises, se disant qu’elle allait retourner voir ses amies et les tritons. Alors elle se leva, souriante et quand elle se tourna pour voir le soleil. Elle s’arrêta. Son sourire s’effaça. Son monde s’effondra. 

Lui. Lui et ses cheveux balayés par le vent qui lui tombés devant les yeux. Lui et son visage qui la regardait. Lui et ses yeux si expressifs qui voulaient dire tant de chose. Lui et son parfum qui avec le vent venait embaumer l’air auprès de la petite perle. Lui tout simplement. La douleur fusa. une douleur lancinante. Un déchirement qui s’entendit jusqu’au plus profond de la mer. Une douleur silencieuse qui traversa les yeux cristal de la petite sirène. Il était là. Lui. Elle avait envie de fuir, elle avait envie de lui dire mais elle ne pouvait que le regarder. Son corps refusait de bouger car il était là. Lui. Le collier que la petite sirène lui avait fabriqué pendouillé autour de son cou, sur son torse nu comme si Ocean avait toujours était avec lui. Comme si il ne l’avait pas abandonné. Impuissante, elle resta là à le fixer. Sembla ouvrir la bouche, mais ne pouvant rien dire, la laisse se refermer sur des mots qu’elle n’osait prononcer. La tête tremblait sous ses jambes. Etait-ce le monde ou elle qui semblait se détruire? Etait-ce elle ou le miroir qu’elle s’était forgée pour ne pas craquer qui menaçait de s’effondrer? La tête lui tournait. Etait-ce son coeur qui tournait, était-ce ses pensées qui la tourmentaient de cette manière? Elle avait mal. Etait-ce ses pieds nus qui s’enfonçaient dans les cailloux ou son coeur qui battait de nouveaux qui semblait se déchirer à chaque mouvement? Sa vue était floue. Etait-ce la mer qui brouillait sa vision où les larmes qu’elle refusait de laisser couler? 

Son corps, son coeur lui faisait mal. Elle avait envie de fuir et envie de se perdre dans ses bras. Elle avait envie de le taper et de l’étreindre. Elle avait envie de l’insulter et de lui dire qu’il lui avait manqué. Elle avait envie de s’énerver et aussi de se réjouir. Tout son beau discours s’effaça de sa mémoire car il était là présent devant elle. Ethan. Alors elle fit la seule chose qui lui paraissait sensé et qu’elle put faire en ce moment là. 

Elle pleura. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Jeu 8 Juin 2017 - 10:38

Te amo sin saber cómoFt. OceanTotalement désemparé, Ethan regarda la petite sirène se mettre à pleurer avec un sentiment d’impuissance. Et de tristesse. N’était-il pas la raison de son chagrin, celui qui l’avait abandonnée ? La réalité le rattrapait enfin, lui qui avait préféré ne pas imaginer le malheur qu’il avait causé chez son amie, en ne la revoyant pas. Il n’était pas sur de ce qu’il devait faire, benêt comme il était ; il devait s’excuser, mais comprendrait-elle ses raisons ? Avait-il de vrais raisons d’ailleurs ? Des raisons de l’abandonner. Les études. Comprendrait-elle qu’il était du genre à faire passer sa réussite avant tout, qu’il attendait d’être au sommet pour penser un peu à lui, et aux autres. Il blessait les gens par son comportement d’adulte vieilli, mais s’en contrefichais. Jusqu’à maintenant. Jusqu’à lire toute la détresse de la petite sirène dans son regard, jusqu’à la voir pleurer parce qu’il était un idiot. Allait-elle le détester ? Le détestait-elle déjà ? Il pensait s’être préparé, s’être blindé contre ce genre de réactions, mais, en vérité, son cœur était aussi triste que celui de la petite sirène. Il fit donc la seule chose qui lui permettrait d’obtenir le pardon d’Ocean.

Il lâcha son sac, qui tomba lourdement sur la pierre, avança d’un pas décidé vers elle, avant de la prendre dans ses bras. Il la serra fort contre lui, humant son parfum marin qui se mêlait à l’odeur de l’été et qui lui réchauffait le cœur. Il lutta de toute ses forces pour ne pas à son tour lâcher une larme, et se contenta de murmurer :


— Je te l’avais dit, je reviendrai toujours.

Bon, ok, il avait cette fois clairement pris son temps, mais, en soi, il était là, et c’était le principal ! Et il s’étonnait d’être un asocial.

Il ne bougeait pas. Ne voulait pas bouger. Il ne voulait plus voir la tristesse dans ses yeux, eux qui agissaient d’habitude comme un baume doux pour son cœur, il ne voulait pas voir les larmes couler sur ses joues rougies par l’émotion.

— Tu dois être en colère…pardonne moi.

C’était lâche de ne pas la regarder en face, puisqu’elle ne pouvait pas parler, quelque part, mais il préférait la tenir dans ses bras, la sentir là contre lui, comme avant. Son cerveau était un véritable foutoir émotionnel, qui avait beaucoup de mal à assembler la raison et les émotions en un ensemble clair, si bien que le garçon était encore une fois perdu. Il devait lui manquer une case pour ça. Il resserra son étreinte, retenant un sanglot. Puis se détacha, l’air triste et désolé, ne sachant ce qu’allait penser son amie. Allait-elle sauter dans l’eau et le fuir ? Le renvoyer bouler à cause de ce qu’il lui a fait subir ? Il tenta un sourire, dénué cependant de toute assurance.


— Je…Je sais que je n’ai aucune excuse pour t’avoir laissé comme ça, seule au milieu d’un univers inconnu. Mais…j’ai essayé de faire ce qui m’a paru le plus raisonné, le plus juste…car sur Terre j’ai une vie que je ne peux pas encore laisser de côté… Alors…ne crois pas que je ne voulais plus te voir, ou, que je ne suis plus ton ami, parce que je serai toujours là et je penserai toujours à toi, Océan, même si un univers entier nous sépare !

Il rougit sous l’effet de l’émotion, et passa une main nerveuse dans ses cheveux. Il détourna son regard quelques instants, le temps de se ressaisir, avant de le reposer sur Ocean, qui dardait sur lui ses yeux bleus lagon, voilés de tristesse.


— S’il te plait, excuse-moi.

Il ne voulait pas qu’elle lui en veuille, pas plus qu’il ne voulait être loin d’elle. Un petit Ethan, perdu au fin fond de son cerveau, ne désirait qu’une chose : rester au près d’elle. Il aurait cependant été trop égoïste de lui demander de revenir avec lui, en Angleterre, d’autant plus que cela lui impliquerait de vivre dans la tamise ou dans une baignoire, maintenant qu’il était à Londres, et cela, il ne pouvait lui demander. Elle devait avoir refait sa vie, en un an, rencontré de nouvelles personnes, s’être fait des amis. Son cœur manqua un battement lorsqu’il pensa à nouveau aux tritons qu’il avait aperçus. Et si elle avait trouvé son âme sœur, au milieu de l’océan ? Ce ne serait pas étonnant. Ethan arrête de penser, c’est mauvais pour ta santé. Le jeune homme s’était en effet déconnecté de la réalité un instant, imaginant le pire.

Le pire ? Pourquoi ? N’avait-elle pas le droit de vivre sans toi ? Elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait, au fond, et tomber amoureuse ne serait certainement pas une trahison. Ethan regarda Ocean en serrant les dents. Pourquoi ce sentiment lui déchirait-il le cœur ? La simple idée qu’elle soit loin de lui et accompagnée par un poisson beau gosse lui était insoutenable. Mais bon Dieu Ethan tu n’es pas son père ! Ni son mari ! Le jeune garçon allait finir par frôler la crise cardiaque, à force de pousser ses réflexions à de telles extrémités. Oui, mieux valait arrêter de penser. Ocean le regardait avec incompréhension, comme avant, puisqu’il avait toujours été agité du bocal à poisson.

Comme la première fois qu’il l’avait abandonné, Ethan désigna le médaillon que son amie lui avait offert sur Terre. Ce petit pendentif à l’effigie du petit animal qui la suivait partout, et qui ne manquerait certainement pas de lui mordre les mollets dès qu’il l’apercevrait.


— Je ne t’ai jamais oubliée, Ocean, je pense toujours à toi, tu sais.

Il la prit à nouveau dans ses bras, et ajouta d’une voix douce :


— Tu as le droit de m’en vouloir. Mais s’il te plait, ne sois pas triste. Ne pars pas.

Qu’est-ce qu’elle lui avait manqué bon sang. Comment avait-il pu être si égoïste, et surtout, ignorer la douleur qu’il ressentait en pensant à elle. Il agissait comme un gamin, un sombre idiot, à faire souffrir son monde parce qu’il avait des objectif. Est-ce que, au fond, il n’aurait pu revenir avant ? Certainement que si, bien sûr, mais il avait choisi de ne pas venir. Choisi de l’abandonner. Il était impardonnable et pourtant il ferait tout pour qu’elle lui donne une nouvelle chance, pour qu’elle lui sourît à nouveau de son sourire radieux, que ses yeux traduisent son rire muet. Qu’elle soit à nouveau là, avec lui. Elle était un soleil. Son soleil. Mais il n’avait apporté que de la pluie.

Ethan se décida à affronter son regard si expressif. Il se détacha d’elle une nouvelle fois et essuya les larmes qui roulaient sur les joues de la sirène. Il eut un sourire désolé, et attendit qu’elle lui montre ses sentiments, l'implorant presque du regard, implorant son pardon.

Son cœur n'était plus qu'u océan de tristesse, où un vent d'espoir entraînait de grands fracas, l'eau brisant petit à petit la roche de sa raison.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Ven 16 Juin 2017 - 18:58

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Son regard, son visage, chacun de ses gestes, de ses paroles étaient hypnotiques. Comme un message crypté que seul Ocean pouvait déchiffrer. Comme une mélodie silencieuse qu'elle seule pouvait entendre. Elle était comme déconnectée. Débranchée de la réalité. Dans une sorte d’univers parallèle. Il était là, devant elle et elle ne pouvait pas y croire. Comment pouvait-il être là? Pourquoi était-il là? Pour la voir et repartir ensuite? pour l’abandonner de nouveau pour lui faire mal au coeur? Comment pouvait-il se permettre d’être là devant elle? Avait-il comprit que la petite sirène n’avait cessé de l’attendre? Avait-il comprit les sentiments qui bousculaient le coeur d’Ocean même si elle essayait de les taire depuis qu’il l’avait laissé, là? Non. Elle devait rêver. Ethan ne pouvait pas être devant elle. Il n’était pas assez méchant pour lui faire du mal de nouveau. Ocean était sûre qu’il ne reviendrait pas, autant pour lui que pour elle. Il voulait peut-être qu’elle reconstruise sa vie? Qu’elle l’oublie? Qu’elle pense à autre chose? Qu’elle cesse de l’attendre et de penser à lui? Elle y avait cru. Elle s’était imaginée tant de chose pendant cet an. Elle avait essayé de lui trouver toutes les excuses de la Terre possible afin de ne pas voir la réalité en face. Afin de ne pas voir qu’il l’avait abandonné comme si elle n’était rien. Mais si il avait voulu faire tout ça…alors pourquoi serait-il là de nouveau devant elle, prêt à lui briser le coeur de nouveau? 

Une étreinte qui parvint. Un parfum qui embauma l'air. Une voix qui apaisa son coeur. Un sentiment qui le réchauffa. Une chaleur qui la brûla. Sans qu’elle est pu faire le moindre geste, émettre la moindre de ses paroles silencieuse elle se retrouvait là. Dans ses bras. Sans qu’elle eut le temps de le taper, de lui faire comprendre qu’elle avait mal, il était là. En train de lui parler, de la rassurer. Sans qu’elle eut le temps d’avoir une pensée correcte, plausible, cohérente dans sa tête, ils étaient là. Tous les deux comme avant. Comme avant. La tête de la petite sirène se posa contre le torse du jeune garçon sans qu’elle puisse y faire quelque chose. Sans qu’elle est le moindre contrôle sur son corps. Sans que celui-ci lui obéisse tandis que les pensées se bousculaient dans sa tête plus vite qu’elles ne l’avaient jamais fait. Alors elle écouta. 


«  Je te l’avais dit, je reviendrai toujours. »


Boum. Son coeur cogna. Elle inspira une bouffée d’air comme si elle lui était vitale. Ce qu’elle regrettait de ne rien pouvoir dire. De ne rien pouvoir faire. Ses bras le long de son corps aurait pu écarter le jeune homme d’elle pour qu’il la regarde, pour qu’elle lui parle avec ses yeux, pour qu’elle lui crache des horreurs silencieuses…mais elle n’en avait pas envie. Pas envie de lui faire du mal. Pas envie d’être méchante avec lui. Pas envie de s’écarter de lui. Elle continua d’écouter. Les paroles d’Ethan semblait une vague mélodie qui berçait son coeur. Son coeur. Posée contre celui du jeune homme, elle l’écouta. Comme une douce mélodie saccadée. Une mélodie qui s’accélérait au fur et à mesure qu’il délivrait les paroles que la petite sirène avait rêvé d’entendre. Une dernière étreinte et Ethan la relâcha pour la regarder. Pour lui sourire. Boum. Une crampe dans l’estomac de la jeune fille prit place et refusa de la laisser tout pendant qu’Ethan avait le sourire au bord des lèvres. Ce sourire. Un sourire qu’elle n’avait plus vu. Un sourire qu’elle aimait tellement. Cependant, elle fut incapable de lui rendre. Elle resta là, à le fixer de ses yeux bleus lagons sans pouvoir faire quelque chose. Elle continua de l’écouter. 

«Je…Je sais que je n’ai aucune excuse pour t’avoir laissé comme ça, seule au milieu d’un univers inconnu. Mais…j’ai essayé de faire ce qui m’a paru le plus raisonné, le plus juste…car sur Terre j’ai une vie que je ne peux pas encore laisser de côté… Alors…ne crois pas que je ne voulais plus te voir, ou, que je ne suis plus ton ami, parce que je serai toujours là et je penserai toujours à toi, Ocean, même si un univers entier nous sépare ! »


Boum. Un tambour semblait remplacer sa poitrine, secouée de petits sanglots qu’elle ne pouvait contenir. Un univers entier? C’était tout comme. Une planète entière les avait séparé. Les avait arraché l’un à l’autre et pourtant Ethan n’avait pas semblé plus triste que ça. De la laisser de côté un an sans revenir. Pas un message. Pas un mot. Pas un geste. Pas un regard ni un sourire. Son regard était sincère et Ocean aurait voulu qu’il la fuit justement. Qu’il la garde dans ses bras et qu’il ne la fixe pas de cette façon. C’était plus simple d’être en colère quand on ne vous regardez pas de cette façon. C’était plus simple de ne pas penser quand celui que vous aviez attendu était enfin là de nouveau. C’était plus simple de fuir un regard quand le votre voulait dire tant de chose. Il rougit. Son rougissent provoqua le même effet chez la petite sirène. Elle rougit. Quand il tourna les yeux, elle laissa son regard sur lui. Elle laissa son regard le scruter comme pour déterminer le vrai du faux. Y avait-il du faux? N’y avait-il que du vrai? Un sentiment nouveau étreignit sa poitrine. Elle ne voulait qu’il n’y ait que du vrai. Elle voulait lui avoir manqué. Elle voulait qu’il pense toujours à elle. Elle voulait qu’il revienne pour elle. Elle voulait qu’il continue à être là pour elle même si un univers les séparait. Elle voulait tellement voir son retour comme une bonne nouvelle et comme un baume au coeur. Et non pas comme un abandon nouveau. Ce sentiment elle ne savait pas ce que s’était. Elle ne savait pas comment le retenir. Mais ce qu’elle savait, c’est que quand il reposa son regard noisettes dans le sien si bleu. Ce sentiments sembla dévorer son coeur, le brûler petit à petit comme si il voulait le réchauffer. Elle sentit la glace tout autour se briser. Ce sentiment alluma une flamme nouvelle, une flamme qu’elle avait perdu quand il était partit. 

« S’il te plait, excuse-moi. » 


Le pouvait elle? Elle se posait la question. Pouvait-elle lui pardonner son abandon? Pouvait-elle lui pardonner d’être de nouveau rentrer dans sa vie comme un boomerang? Pouvait-elle lui pardonner ses sourires, ses mots doux? Pouvait-elle lui pardonner son visage et son nom? Pouvait-elle lui pardonner tout ça? Oui elle le pouvait. Elle le pouvait. Elle le sentait du fond de son coeur. Elle le pouvait…mais le voulait-elle? C’était ça la vrai question. Bien sûr qu’elle pouvait pardonner. C’était si facile de pardonner. On oubliait, on repartait à zéro. On prenait un nouveau départ. On arrêté de se torturer l’esprit. On croquait la vie à pleine dent. On souriait de nouveau. On riait de nouveau. Mais le vouloir? Le vouloir c’était autre chose. Elle serra les dents. Elle crispa les poings. Un véritable combat s’engageait dans sa tête. Sa tête le refusait. Elle voulait qu’il comprenne. Qu’il comprenne vraiment qu’il lui avait fait mal. Mais son coeur parlait autrement. Quand son sourire rayonnait son coeur se serrait. Quand ses yeux noisettes plongeaient dans les siens, son estomac se retournait. Quand son rire emplissait ses oreilles quand sa voix vrillait ses tympans, elle frissonnait. Quand il la prenait dans ses bras son coeur battait plus fort et plus vite. 

« Je ne t’ai jamais oubliée, Ocean, je pense toujours à toi, tu sais. » 


Son cour battait comme un oiseau en cage qui n’attendent qu’une chose: être libéré. Mais elle se le refusait. Elle refusait de laisser parler son coeur. Car elle savait très bien qu’en la regardant Ethan essayait de comprendre, essayait de la comprendre. Essayait de saisir ce qu’elle voulait dire, ce qu’elle ressentait. Alors elle savait que la seule chose à faire dans ces moment là. C’était refuser la conversation. Ne rien laissait passer. Le regarder sans rien exprimer. 


Mais quand il la reprit une nouvelle fois dans ses bras toutes ses bonnes résultions volèrent en éclat. C’était impossible. Vouloir le détester lui faisait encore plus mal que de ce dire qu’il allait de nouveau la laisser. Elle se laissa aller contre le jeune homme et laissa les dernières larmes couler. Elle ne voulait plus pleurer. Si elle ne voulait pas être énervée, si elle ne voulait pas le détester alors il fallait qu’elle arrête de pleurer avant qu’elle n’est le temps de sourire et qu’il soit partie de nouveau. Son coeur se serra étroitement dans sa poitrine. Elle ne voulait plus qu’elle le laisse. Mais comment lui faire comprendre? Comment lui faire comprendre qu’elle a très mal vécu mais pouvoir tout de même sourire en le voyant? Elle se souvint que le jeune homme lui avait montré le pendentif qu’il avait gardé sur lui. Malgré que ce signe d’affection fit rougir les joues nacrées de la petites sirènes, un petit sourire machiavélique se dessina sur son visage rougis par les larmes. Aussi doucement qu’elle put et sans que le jeune homme ne se rende compte de quoi que ce soit, elle détacha le collier qu’elle avait offert à Ethan et le garda dans sa main. 


Quand il se sépara à nouveau d’elle et essuya les dernières larmes qui finissait leurs courses effréné le long de sa joue, elle serra le pendentif de toutes ses forces et autorisa enfin ses yeux à parler pour elle. Elle n’avait pas besoin de mot pour qu’Ethan comprenne, il n’avait même pas besoin de signe pour des choses comme ça. Le simple regard suffisait. En une fraction de seconde elle lui fit clairement comprendre qu’elle était triste, qu’elle s’était sentie abandonnée mais que malgré tout, elle ne le détestait pas. Elle ne le détestait pas, n’était pas énervée mais elle ne lui pardonnait pas pour autant. Pardonner aussi facilement serait bien trop simple. Ocean inspira un bon coup et montra le pendentif d’Ethan qu’elle tenait dans sa main. Elle ne laissa pas le temps au jeune garçon de prononcer un mot. Elle le regarda et haussa un sourcil. Le collier avait été comme un pacte entre les deux. Une preuve d’amitié qu’Ocean avait fait au jeune garçon. Tant qu’elle garderait ce pendentif dans sa main, elle ne lui aurait pas pardonné. C’était clair non? Pour elle en tout cas et même si Ethan n’avait pas compris tout, il savait ce que le pendentif signifiait pour les deux. Il était intelligent. Qu’il utilise sa jugeote! Quand on s’évertue à devenir ami avec une muette il faut faire place à l’imprévu! 


Elle se détourna de lui. Peut-être n’était-ce réellement qu’un rêve. Quand elle se retournerait il aurait peut-être disparu et elle n’aura plus qu’à gronder son imagination de lui jouer des tours pareils. Elle alla s’assoir au bord du rocher et laissa pendre ses jambes dans le vides. Elle tourna la tête vers le jeune homme, qu’elle avait cru rêver, mais il était toujours là. Ce n’était pas un rêve. Ethan était bien là. Puis elle tapota la place à côté d’elle avec un léger sourire d’encouragement. Si il voulait qu’elle lui pardonner, il allait devoir lui raconter tout. Et vite. Elle ne doutait pas de la sincérité de ses paroles mais avait besoin de temps pour effacer les chagrins et laisser une nouvelle fois la place à la joie. La joie de retrouver son meilleur ami.  
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 26 Juin 2017 - 16:20

Te amo sin saber cómoFt. OceanC’est fou comme, lorsque deux personnes sont liées par une certaine connexion, inexplicable mais bien réelle, elles peuvent se comprendre sans même ouvrir la bouche. C’était ce qu’il s’était passé. Après sa dernière étreinte, Ethan avait vu le regard d’Ocean changer : alors qu’elle avait eu l’air en colère auparavant, ses yeux azurés ne montraient plus que de la détresse, cette sensation de tristesse mêlée à de l’incompréhension et à de la déroute pure. Elle ne savait plus quoi faire, Ethan le savait, elle devait hésiter entre plonger dans l’océan et le fuir, ou rester et lui accorder une nouvelle chance. Le jeune homme avait aussi conscience qu’il ne devait pas intervenir plus dans la décision de la petite sirène. Elle ne le détestait pas, et, ce simple fait, lui suffisait pour le moment.

Il fut cependant surpris de voir son médaillon dans la main de la petite sirène, et porta la main à son cou, en se demandant ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Voulait-elle lui dire que leur amitié reposait sur un fil ?

— Je ne suis qu’à moitié pardonné, c’est ça ?

Il sourit tout de même, car lui donner une nouvelle chance, c’était déjà ça de fait, et cela lui faisait chaud au cœur, et lui prouvait qu’elle non plus, ne l’oubliait pas, qu’elle ne pouvait passer à autre chose facilement.

Il ajouta dans un souffle, un peu triste quand même :

— Entendu.  Je regagnerai ta confiance Ocean, je te le promets.

Il la regarda s’assoir au bord du rocher, là où il l’avait trouvé plus tôt, et observa sa démarche : elle s’était affinée, sa chevelure d’or s’était aussi allongée, et les soleils couchant leur donnaient un reflet caramel dont il ne pouvait détourner le regard. Elle avait changé, mais il avait lu dans son regard qu’elle était toujours la même à l’intérieur, que peu importe le temps qui s’écoulerait, elle le regarderait toujours avec ce regard doux qui le faisait rougir. Il chassa cette pensée de son esprit, attribuait ladite rougeur à l’embarras et à sa timidité naturelle, sans chercher plus loin. Sans vouloir chercher plus loin.

Ocean le tira de ses pensées en tapotant le sol à côté d’elle, après avoir eu l’air de ne pas croire à sa présence, l’invitant d’une requête muette à la rejoindre. Ce qu’il fit, rougissant de plus belle. Une fois assis, il fronça les sourcils, en se demandant pourquoi il rougissait de la sorte, il n’avait pas à être embarrassé, il connaissait Ocean depuis longtemps, elle était son amie ! Il essaya de comprendre sa réaction, mais aucune explication logique ne lui vint. Il rageait intérieurement de ne pas comprendre son propre comportement. Il détestait ne pas comprendre. Il soupira en abandonnant sa dissertation mentale, avant de sourire à Ocean, déjà moins rouge.

— Je suis content d’être là, avec toi.

Il reporta son attention sur l’océan, d’un calme divin. Rien ne semblait bouger, comme si le temps était figé. Il ferma les yeux et savoura ce moment, le ciel rose au-dessus d’eux apportait une touche de quiétude, et la chaleur douce de cette fin de journée les entourait et les réchauffait, malgré leur vêtements légers. Il observa d’ailleurs d’un œil discret les vêtements d’Ocean, et constata avec étonnement qu’il s’agissait des mêmes que ceux qu’elle portait lorsqu’elle était arrivée sur Aquaria… ceux dont l’avaient vêtue Mara et Amber. Cependant, ils étaient sales et usés, depuis le temps.

— Tu n’as pas d’autre vêtements ? Je me doute que tu ne dois pas prendre souvent forme humaine, mais ceux-là sont quand même bien abîmés. Vous n’avez pas de quoi en fabriquer, vous les sirènes ?

Il la couvait d’un regard mi protecteur, mi inquiet, ne voulant s’assurer de son confort. Pourquoi ? Pour qu’elle se sente bien. Mais dans quel but ? Pourquoi tant se préoccuper d’elle ? Parce qu’elle était sa chère amie. Rien de plus. Ethan continuait de réfléchir à une solution, et incanta de sorte à faire apparaitre un coffre sur le rocher :

Par le Cristi Cordulus, qu’un coffre se remplisse, pour que d’habits neuf la sirène se vêtisse.[/color]

Obéissant à sa volonté magique, le sort réussi : un joli coffre incrusté de coquillages, décoré aux couleurs de la queue de la petite sirène apparu tout près d’eux. Ethan s’y dirigea et en observa le contenu.

— Tu as tout ce qu’il te faut pour un sacré bout le temps ! Pantalons, jupes, short, robe et euuuh enfin, tu vois tu as tout plein de choses maintenant ! C’est pratique la magie !

Le jeune homme devint instantanément couleur tomate lorsqu’il aperçut un bout de lingerie, et s’éloigna rapidement du coffre, vers Ocean, en tentant, en vain, de masquer son embarras. Lorsqu’il ouvrit la bouche, il rougit de plus belle, jusqu’aux oreilles, qu’il avait brûlantes :

— Je ne te regarderai pas si tu te changes bien sûr !

Merci de cette remarque brillante Ethan. Le pauvre garçon avait l’impression de mourir d’embarras, tant les trucs du genre le touchaient. Mais il demeurait heureux d’être ici avec son amie enfin retrouvée, elle qui lui avait tant manqué. Ocean semblait avoir un effet apaisant sur lui, il le remarquait peu à peu. Elle était à l’image de son monde aqueux : doux, calme et serein.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Ven 30 Juin 2017 - 12:27

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Ocean avait tant espéré ce moment. Depuis des semaines. Depuis des mois. Elle rêvait de voir apparaître Ethan un beau matin, ses cheveux châtains dans le vent et son sourire joueur aux lèvres. Il apparaîtrait juste pour lui dire bonjour et pour lui souhaiter une bonne journée et puis il pourrait repartir. La jeune sirène n’en demandait pas plus. Juste un peu d’attention. Bien que tout le monde aimait bien la petite Ocean, son visage souriant, son rire silencieux et sa bonne humeur, il n’y avait qu’Ethan pour lui apporter l’attention qu’elle avait besoin. Que lui. Ce n’était pas une attention comme on pouvait porter à tout le monde. Ce n’était ni le fait de se retourner dans la rue quand elle était là, ni le fait de la prendre dans ses bras quand elle n’allait pas bien, non plus celui de se dire qu’il pourrait lui apporter tout ce dont elle désirait. Non ce n’était pas cela. C’était juste ses yeux. Ses doux yeux bruns voilés qui la regardait avec tant d’émotions mélangées à la fois que cela la faisait rougir. Voilà c’était ça l’attention dont elle avait besoin. Un regard. Son regard. Son regard triste, inquiet. Son regard joueur et taquin. Son regard souriant et heureux. Son regard intelligent et réfléchis sur les situations. Quand elle s’était éloignée de lui ou plutôt quand ils l’avaient laissé à Aquaria c’était la première chose qui lui avait manqué. Pas son sourire. pas ses bras. Pas son visage. Non, juste son regard. C’est alors qu’elle avait commencé à rêver. Des rêves qui viraient au cauchemar car elle se réveillait en se disant qu’à présent elle était seule et que ce regard ne la suivrait plus comme avant. Fini. Terminé. Instant brisé. Rompu. Mais aujourd’hui, ce regard la suivait partout où qu’elle aille. Le sentir peser sur elle, ne la gênait pas…enfin presque pas, au contraire cela la rendait heureuse car elle avait retrouvé son ami. Son meilleur amie. 

C’était pour ça. Une seconde chance. La petite sirène acquiesça quand il émit l’hypothèse qu’il n’était qu’à moitié pardonné. Il avait presque tout compris et Ocean se voyait mal le contredire et lui ré-expliquer sans paroles. Une seconde chance. Tout le monde avait le droit à une seconde chance. Surtout les amis qui revenaient. Après tout cela ne coutait rien à la petite sirène. Si elle n’avait pas voulu le contact elle aurait du plonger et ne pas remonter à la surface. Maintenant elle était avec lui, elle lui parlait sa manière. Le mal était déjà fait de toute façon, elle n’en serait que plus triste de partir maintenant alors qu’elle savait que le jeune homme ne resterait pas et que leurs chemins devraient de nouveau se séparer. Alors une seconde chance c’était ce qu’il y avait de mieux pour les deux. Pour Ethan un moyen de se faire pardonner, de renouer ce lien si magique qu’ils avaient. Pour elle, de pardonner et d’être de nouveau heureuse comme elle l’avait toujours été. 

« Entendu.  Je regagnerai ta confiance Ocean, je te le promets. » 


Le coeur de la petite sirène bondit dans sa poitrine et gênée elle baissa le regard. C’était tout ce qu’elle demandait, elle aussi. Une nouvelle chance. Ethan n’avait pas besoin de collier pour le moment pout tisser un lien avec son amie. La promesse était déjà leur lien à eux. Un renouveau. Ce lien promettait un avenir plus lumineux, emplit de sourire et de rire qui se mêle, l’un qui résonnera dans les oreilles de la petite sirène, l’autre muet qui résonnera dans le coeur du jeune garçon. 

Elle observa le jeune homme qui rougit en venait s’assoir à côté d’elle. Il faisait chaud à Aquaria, tout le monde ne supportait pas la chaleur, tout du moins c’est la cause qu’elle mit en avant pour expliquer les rougeurs de son ami. Rassurante néanmoins elle lui sourit. Elle avait été froide et distante, mais le désir de retrouver son meilleur ami était plus fort et sans explication, en sa présence elle aimait sourire. Pourquoi? Elle n’en savait rien, mais quand elle souriait, le jeune garçon souriait avec elle et elle aimait bien le voir sourire. C’était tout ce qu’une amie demandait non? Voir sourire ses amis? Elle n’avait pas la même aptitude que les autres à faire sourire les gens, tout simplement car il était difficile pour elle de faire un compliment, de faire rire, alors quand elle souriait, elle voulait également voir sourire les autres. Cependant il n’y avait que les sourires sincères qui pouvaient faire sourire les autres et quand la petite perle abordait un sourire crispé à la suite d’une mauvaise nuit, elle ne faisait rire personne. Elle regarda les vagues et balança les jambes dans le vide. Mais elle ne passerait plus de mauvaise nuit n’est-ce pas? Elle savait qu’Ethan ne l’avait pas oublié, il n’y avait aucune raison pour que les cauchemars reviennent, si?

Il fit sursauter la petite sirène qui ne s’attendait pas ce que son ami lui parle. Avec elle. Ensemble. Un petit sourire naquit sur les lèvres de la jeune sirène. Elle aimerait tant répondre aux gentils mots qu’Ethan lui disait mais elle en était incapable. Elle aurait aimé lui prendre la main pour lui dire qu’elle aussi, ou le prendre dans ses bras mais elle s’en sentait incapable. Son coeur qui résonnait bien trop fort dans sa poitrine, n’était pas du même avis. Mais elle gardait ses mains sur ses genoux comme si le simple fait de les bouger accéléré son rythme cardiaque et lui faisait monter le rouge aux joues. Jouant avec le collier du jeune homme, elle se surprit à exercer ce geste nerveux pour cacher le fait qu’elle n’était pas à l’aise. Que lui arrivait-il? Ce n’est pas comme si Ethan était un inconnu...La petite sirène regarda sa peau guettant lorsque celle-ci s’asséchera et qu’elle devra de nouveau plonger pour ne pas finir complètement desséchée sous le soleil d’Aquaria. Changement drastique de discussion de la part de la petite sirène qui ne comprenant pas son comportement et la musique endiablée que jouait son coeur, préférait penser à autre chose qu’elle pouvait expliquer. 

Ethan regarda la mer et ferma les yeux. La petite perle en profita pour le regarder du coin de l’oeil. Le soleil reflétait dans ses cheveux châtain et il avait grandit…en même temps cela faisait un an qu’ils ne s’étaient pas vu, le jeune homme avait eu le temps de changer. Soudain son regard chocolat croisa le regard de cristal de la petite sirène et celle-ci sentit ses joues prendre une teinte très coloré. Prise sur le fait. 

« Tu n’as pas d’autre vêtements ? » 

La petite secoua négativement la tête. Comment pourrait-elle avoir d’autres vêtements? D’ailleurs elle ne quittait presque jamais le fond de l’océan. Avec cette chaleur, peu de sirène aimait se mettre sous leur forme humaine et d’ailleurs certaines n’aimaient pas cela. Sans savoir pourquoi, Ocean se sentait plus libre comme ça, qu’avec sa queue. Même si elle adorait celle-ci, ses jambes d’humaines lui manquaient quelques fois, d’où ces petits moments à la surface. 

« Je me doute que tu ne dois pas prendre souvent forme humaine, mais ceux-là sont quand même bien abîmés. Vous n’avez pas de quoi en fabriquer, vous les sirènes ? »

Comment répondre à ceci tout en se faisait comprendre? La petite sirène fronça les sourcils et chercha à lui expliquer aussi clairement que possible qu’elle n’en avait jamais besoin et que les sirène n’en voyait pas l’utilité vu qu’elle passait leur temps dans l’eau. Elle haussa les épaules en direction du jeune homme, puis lui désigna la mer ainsi que ses jambes qu’elle avait collé comme pour représenter une queue. Puis regardant l’eau, elle lui montra le soleil. Personne ne sortait sous cette chaleur. Personne à part elle. Ne sachant si le jeune homme avait compris sa tirade silencieuse, elle lui sourit comme pour marquer la fin de son temps de parole. 

Le regard que le jeune garçon lui lança, lui fit baisser les yeux et une sensation désagréable commença à se faire ressentir dans son ventre. Il la regardait comme on regardait une poupée de porcelaine. Quelque chose de fragile qu’il fallait préserver, qu’il fallait couver du regard. Et ce regard là lui faisait toujours cet effet là. Ce regard ce n’était pas tant le regard d’un meilleur amie que celui qu’aurait fait un grand frère qui s’occupait de sa petite soeur. Mais eux c’était un lien plus fort qui les unissait sans qu’eux puisse l’expliquer, il le ressentait. Soudain le jeune garçon se mit à parler bizarrement et Ocean leva un regard quand soudain un coffre apparu. Emerveillée elle regarda le coffre qui s’était dessiné au couleur de sa queue et leva un regard pétillant d’étoiles vers le jeune garçon qui regardait déjà le contenu du coffre. Après lui avoir cité tous les noms de vêtements possible qu’elle ne connaissait pas, il revint rouge et lui dit qu’il ne la regarderait pas si elle se changeait. La petite sirène prit immédiatement une teinte bordeaux. Ils étaient beaux tous les deux sans se regarder à rougir de la sorte. 

Se resaisissant, la petite sirène sourit à son amie en rougissant davantage et lui fit signe de l’attendre ici. Il fallait aussi qu’elle s’hydrate c’était indéniable. Elle ne voudrait pas tomber en sécheresse alors qu’elle était avec son ami. Elle lui fit un sourire rassurant pour ne pas qu’il croit qu’elle allait partir à la nage et après avoir examiné le contenu du coffre qui était bien rempli, elle prit des affaires et descendit du petit rocher pour rejoindre la petit coin de plage à ses pieds. Parfait Ethan ne pourrait pas la voir à cet endroit. Elle plongea dans l’eau et apprécia le contact frai de l’eau sur sa peau. Quand elle ressortira quelques minutes plus tard elle s’habilla, même si elle était encore un peu mouillé mais tant pis. Elle chercha une poche pour le collier du jeune homme mais fronça les sourcils n’en trouvant pas. Elle accrocha donc le petite phoque de nacre autour de son propre cou pour le moment. Puis elle replongea ses mains dans l’eau ayant une idée derrière la tête. 

Elle remonta aussi doucement que possible sur son rocher pour ne pas se faire voir, ni entendre. Ethan était assis à la place de tout à l’heure dos à elle, s’était parfait. Elle s’approcha et fit couler les quelques gouttes d’eau qu’elle avait dans sa main dans le cou du jeune homme et rigola de son rire silencieux quand il sursauta. Puis elle tourna sur elle même pour lui montrer le résultat, sentant néanmoins ses joues blanche, rosir sous le regard du jeune homme. Elle alla se rassoir à ses côtés. Ne sachant comment lui dire merci, elle se creusa quelques instants la tête et se dit qu’elle allait rester dans les règles qu’elle s’était fixée. Elle mit sa main sur son coeur puis montra sa même main au jeune garçon. C’était devenu un peu comme leur façon de se dire merci quand elle ne le prenait pas dans ses bras. 

Le clapotis des vagues chantèrent aux oreilles de la petite sirène qui se mit inconsciemment à taper doucement en rythme avec ses doigts contre le rocher. La petite ne pouvant pas chanter, mais n’étant pas dépourvu de l’oreille musicale des sirènes était assez douée tout de même pour la musique et cela ne la dérangeait pas de chanter de façon muette. Elle était la seule à s’entendre mais cela lui faisait du bien. Finissant par remarquer son geste, elle stoppa ses doigts et regarda Ethan. Elle aurait bien voulu qu’il lui parle de la Terre, de ce qu’il s’était passé pendant cet an, mais elle ne savait comment lui faire comprendre alors elle le regarda et inclina doucement sa tête sur le côté comme pour le questionner. Comprendra-t-il ou pas? C’était un des problèmes qu’avaient les deux jeunes amis pour se comprendre. Mais souvent leurs yeux en disaient plus qu’une conversation. 

Son regard se dirigea vers le coffre et elle se souvint de la sensation d’émerveillement qu’elle avait ressenti quand il avait pratiqué la magie. Désirant en voir davantage elle qui la sentait mais ne pouvait pas en faire, elle retourna la main du jeune garçon et lui montra ses veines. Puis elle joignit ses deux mains comme dans une prières pour lui demander d’en faire. Ce geste ne serait pas inconnu aux yeux d’Ethan car quand ils s’étaient vu sur Terre avant qu’elle n’arrive ici, elle lui avait fait le même pour lui parler de sa magie. Elle aimait tant la magie, mais il n’y avait pas besoin d’en avoir ni d’en faire pour ressentir ses sensations. Même si elle refuserait de l’admettre, elle ressentait tout ça quand elle était avec Ethan. Car ses moments avec lui était comme lui: magique.  
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Sam 8 Juil 2017 - 20:33

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan en avait le souffle coupé. La jeune fille qui se tenait devant lui n’était plus juste la petite sirène qu’il avait connu sur Terre. Elle avait mûri, et grandi. Il en prenait conscience en la voyant vêtue d’habits lui convenant, pas trop larges, sales ou grands. Il la fixa un moment, bouche-bée, avant de détourner le regard, les joues couleur pivoine. Le short révélait ses jambes fines et dorées par le soleil. Il se demanda si le fait de nager musclait également l’apparence humaine des sirènes. Cela avait l’air d’être le cas. Il ne voulait cependant pas l’effrayer ou passer pour un pervers reluqueur de cuisses, et souri simplement, marmonnant, dos à son amie :

— Ça te va bien.

En vérité, avec les couleurs chatoyantes du coucher de soleil, elle irradiait par sa beauté : ses cheveux rassemblés derrière sa fine nuque à l’aide d’un serre-tête de perles ondulaient au rythme du vent, plus dorés que jamais. Elle semblait contente de l’action du jeune homme, et, même si elle lui avait fait une plaisanterie glacée, qui hérissait encore ses poils sur sa nuque et couvrait sa peau de chair de poule, elle lui avait fait signe qu’elle le remerciait, d’un geste sincère, propre à Ocean.

Il la regarda à nouveau, articulant tant bien que mal, en se passant une main dans les cheveux :

— De rien, je suis content que ça te plaise.

Une fois de plus, son cerveau tournait à cent à l’heure : MAIS POURQUOI EST-CE QUE TU ES TIMIDE COMME CA, était la question qu’il se répétait en boucle. Ocean était son amie, pourquoi se montrer disant, ou gêné envers elle ? Son psychisme l’inquiétait, et il était persuadé qu’il allait devoir consulter une fois sur terre, histoire qu’on lui dise de quoi son cerveau souffrait : dépression, morbidité, troubles émotionnels ? Son esprit scientifique cherchait des explications raisonnées à son comportement. En vain.

En même temps, il regardait son amie s’agiter pour tenter de lui faire comprendre les paroles qu’elle aurait voulu prononcer. Loin des gestes rhétoriques des grands orateurs, elle s’agitait dans tous les sens, essayant tant bien que mal de faire comprendre ses pensées à Ethan. Il lui avait semblé que lorsqu’elle avait penché sa tête sur le côté, elle avait essayé de poser une première question. Il n’avait cependant aucune idée de laquelle. Il voyait dans son regard la détermination de la jeune sirène, son désir de lui parler, de l’interroger. Une interrogation, c’était déjà ça. Elle faisait comme les enfants ou les animaux, penchant la tête sur le côté en signe d’écoute. Mais ce n’était pas suffisant… Que voulait-elle lui demander ? Elle n’avait fait aucun geste, rien d’autre…rien d’autre que ce regard insistant qui le désignait lui. De manière [b]tara[/g]biscotée, il supposa qu’elle voulait lui parler de lui, de ce qui avait pu l’empêcher de venir la voir.

Le problème, avec Ocean, c’est qu’elle ne vous laisse même pas le temps de comprendre ce qu’elle dit qu’elle embraye déjà sur une autre question muette. Ce qui rend la compréhension encore plus ardue. La voilà qui s’agitait maintenant dans tous les sens avec le sourire d’une gamine à noël. Ethan rigola en comprenant qu’elle voulait voir de la magie, ce truc qui coulait dans ses veines.

Il répondit donc à ses deux demandes. Avant de répondre à sa première question, il prononça une formule qu’il utilisait souvent pour passer le temps. Un filet de magie couleur vert d’eau s’échappa de ses mains, et serpenta autour d’eux, surtout autour d’Ocean, puisqu’Ethan voulait lui faire plaisir.

Et continuer de contempler son sourire.

— Je suppose que tu veux en savoir un peu plus sur ce qui a pu m’arriver pendant cette année, sur ce que j’ai fait… Pour tout te dire, j’ai beau être considéré comme un petit génie, la fac c’est pas facile du tout. J’ai réussi à intégrer la jeune élite intellectuelle d’Angleterre, et j’avoue que les gens avec qui j’évolue à la fac sont extraordinaires. Ils ont beaucoup de connaissance, et parler avec eux enrichit énormément. Du coup, j’ai énormément bossé, et je ne rentrais même plus chez mon père, sauf pour les vacances.

Il laissa le flot de parole l’emporter, lui détailla sa vie, ce qu’il avait fait pendant cette année à la fois dure et fascinante, qu’il avait passé au côté de gens comme lui.

— Un jour je t’emmènerai à Londres !

Un large sourire s’affichait sur son visage, il venait d’avoir une idée qui lui plaisait, celle de faire venir Ocean, quand elle s’en sentirait prête, à Londres, dans cette ville pleine de vie qui lui plairait sûrement, où il lui montrerait la culture humaine. En plus, il pourrait l’héberger dans sa baignoire, il n’y avait pas de souci à ce sujet-là !

— Tu rencontreras peut-être Emily ! C’est une amie que je me suis faite à la fac, elle n’est pas en archéologie mais en langues anciennes. Elle et adorable, on bosse souvent ensemble, même jusqu’à pas d’heure, et on se soutient mutuellement. Tu sais que je n’ai pas beaucoup d’amis, eh bien elle, elle a réussi à s’incruster dans mon cercle réduit d’amitié, autrefois composé à 100% par toi. D'ailleurs, tu te plait ici ? Tu as retrouvé ta famille peu-être ? J'espère que tu as pu t'intégrer à la communauté de ton peuple. Comment est la vie sous l'eau ?

Sans s’en rendre compte, et avec l’innocence d’un agneau il venait tout juste de larguer une véritable bombe dans le cœur de la petite sirène.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Dim 9 Juil 2017 - 18:11

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Le rocher escarpé sur lesquel était posé les deux amis ressemblait fort à celui sur Terre. Le premier. Celui de leur rencontre. Celui ou Ocean avait échoué (telle une baleine) pour se reposer au soleil alors qu’elle croyait que personne ne la regardait. Le rocher où elle s’était blessée. Le rocher où Ecume avait plongé vers Ethan et qu’elle l’avait rencontré pour la première fois. Un rocher qui comptait beaucoup pour la petite sirène. Peut-être était-ce pour ça qu’elle en avait fait, ici à Aquaria, son jardin secret. Inconsciemment elle le savait mais était prête à se l’avouer à elle même? S’avouer que même depuis tout ce temps elle avait essayé de trouver un lien entre Ethan et elle? 

Quand elle était revenue vers le jeune homme, habillée dans un short, un t-shirt blanc et ayant nouée ses cheveux avec un serre-tête de perles, elle avait remarqué que le jeune homme l’avait regardé avant de détourner les yeux et de lui dire que cela lui allait très bien. Ce petit compliment résonna dans le coeur de la petite sirène et le rouge lui monta aux joues. Le jeune homme gardait le dos tournait. Ne voulait-il pas la voir? Etait-il gêné? Vu qu’elle ne savait comment interpréter ce geste, elle le rejoignit. Ocean s’était promis de ne pas réagir au quart de tour à présent avec Ethan. Pour lui et pour elle, les gestes avaient une signification différente et si un dos tourné signifiait pour la jeune sirène un moyen de couper court au contact, pour le jeune homme cela était peut-être juste un moyen de cacher sa gêne. Alors elle s’assit à ses côtés et commença sa discussion tout en gestes. Remarquant que le jeune homme la regardait d’une drôle de manière, la jeune sirène se dit qu’elle aurait dû y aller doucement. La conversation était tellement plus compliquée quand on était muette. Dès fois elle avait tellement envie de pouvoir parler pour lui dire ce qu’elle avait sur le coeur. Juste pour lui parler. Juste dès fois même pour entendre le son de sa voix. Mais elle ne le pouvait pas et cela lui pesait sur le coeur. Alors quand le jeune homme rigola, faisant tressaillir Ocean et faisant battre son coeur plus vite, et qu’elle comprit que le jeune homme avait deviné ce qu’elle avait voulu, elle sourit. 

Un filet de magie vert d’eau s’échappa de la main d’Ethan et vint tourner autour d’eux au début, puis, autour d’elle. Elle leva les yeux vers la magie et la regardant avec des étoiles pleins les yeux, rigola de son rire silencieux qui résonnait inexplicablement dans ses oreilles. Heureuse, elle ne cessait de regarder la magie d’Ethan voler autour d’elle, elle qui ne pouvait pas voir la sienne. Elle leva sa main vers la magie comme si c’était elle qui la produisait et elle rigola de plus belle. Obnubilée par la magie de son amie elle ne le vit pas regarder son sourire. Alors il parla et Ocean détacha son regard de la magie qui continuait à jouer entre ses doigts pour regarder son ami. Elle mentirait si elle disait qu’elle avait tout compris…qu’était-ce que l’élite intellectuelle d’Angleterre? Qu’était-ce que la fac? Mais elle ne dit rien…enfin ne montra rien et écouta son ami lui détaillait sa vie à la fac et à Londres. Peu à peu, elle comprit que le jeune homme n’avait pas pu venir la voir…enfin si il aurait pu avec un peu de volonté mais Ocean n’était plus là pour trouver le moindre prétexte pour donner tord au jeune homme. Il était désolé et elle le voyait. Alors elle laissa Ethan l’embarquer dans une vie qu’elle aimerait connaître, le monde, les études, les bains de foules, elle sourit à son ami, heureuse qu’il se confie à elle. Lui qui ne ne faisait que très rarement. Son coeur battait dans un rythme quasi régulier sauf au moment où Ethan levait les yeux de la mer pour les poser sur l’océan des yeux de la petite perle. 

«  Un jour je t’emmènerai à Londres ! » 


Sans penser à réfléchir à sa proposition la petite perle hocha vigoureusement la tête. Elle s’y voyait déjà, gambadant entre les gens, entraînant Ethan à sa suite en rigolant. Qu’il lui montre la fac, les livres, qu’il lui fasse découvrir une ville. Une vraie ville. Une ville vivante! Elle qui ne connaissait que l’Ocean. Elle avait besoin d’espace restreint et non pas d’un espace infini qui lui donnait l’impression de s’y noyer alors qu’elle était une sirène. Elle regarda le jeune garçon sourire et vu dans son regard noisette, une détermination qu’elle ne lui connaissait pas autant quand ils étaient sur Terre. Ses yeux pétillaient, comme à chaque fois qu’Ethan parlait de cours, de ce qu’il aimait. Elle continua à glisser ses mains dans la magie du jeune garçon pensant que si leurs conversations continuait comme ça, Ocean lui pardonnerait plus rapidement. Pour elle s’était impensable de lui faire la tête plus longtemps. Quand il s’y mettait, Ethan pouvait être quelqu’un de très doux. Il était très doux et il aimait faire plaisir aux autres. En offrant à la petite sirène la perspective d'aller à Londres et de lui faire découvrir les merveilles de cette ville, il avait montré à la petite sirène qu’il s’intéressait à son bonheur et cela ne pouvait qu’emplir le coeur de la petite perle qui rosit de plaisir. Cependant la joie ne dura pas. 

La main d’Ocean retomba sur ses jambes, brisant la magie qui s’évanouit autour d’elle. Brisant la magie de cet instant. Brisant une partie du coeur de la petite sirène. Ethan ne semblait pas s’en rendre compte. Il regardait la mer en lâchant ses mots qui ressemblaient dans le coeur de la petite perle à une véritable bombe qui décomptait sans qu’elle puisse l’empêcher d’exploser. Elle avait l’impression qu’il ne lui restait plus que cinq secondes. Cinq secondes. Emily? Qui était-elle? La petite perle crispa les poings, serra les dents. Quatre secondes. Adorable? Ensemble? Mutuellement? Tous ses mots elle les comprenaient et elle savait ce qu’ils voulaient dire, une crampe s’installa dans son estomac. Trois secondes. Ethan n’avait pas perdu de temps pour la remplacer, il s’était trouvé une amie et avait creusé dans les 100% qui était réservé à la petite sirène pour la remplacer par une fille, par une Emily qu’elle ne connaissait pas et qui avait l’air de lui voler sa place. Elle qui avait était son amie, elle qui le considérait comme son seul ami. Elle qui avait refusé tout autre ami pour ne pas l’oublier. Sa vision se brouilla, le paysage devint flou sous ses yeux, Ethan était déformé par les larmes qui s’amassaient dans les yeux clair de la sirène. Deux secondes. Egoïste. Elle était égoïste mais elle avait tellement attendu qu’Ethan revienne, tout ça pour qu’il lui parle d’une autre fille? Qu’elle était ce sentiment qui se pressait dans sa poitrine? Quel était ce sentiment qui lui donnait envie de vomir? Qui lui faisait mal au ventre et qui lui tordait l’estomac? Pourquoi les yeux d’Ethan pétillait tant quand il parlait de son amie? Ce n’était pas tant le fait d’avoir une autre amie qu’elle qui déplaisait à Ocean mais plutôt le regard qu’il avait quand il parlait d’Emily justement. Une seconde. Se plaire ici? Alors qu’elle cauchemardait toutes les nuits en attendant son retour, alors qu’elle avait pleuré jour et nuit parce qu’ils l’avaient abandonné? Ses parents? Comment aurait-elle pu les retrouver seule, elle muette et dans un océan si grand? Eux qui l’avaient laissé sur Terre? S’intégrer? Alors qu’elle était muette et que le trésor des sirènes étaient leur voix? Comment réussissait-elle à s’intégrer face à des gens qui ne parvenait pas à la comprendre? Qui ne lui accordait guerre d’attention à part ses deux amies? Ces deux seules amies qui avaient bien acceptée petite fille perdue et muette? Comment était sa vie sous l’eau? Etait-elle aussi horrible que cela? Etait-elle aussi heureuse qu’il l’imaginait? L’intégration, le fait de ne pas pouvoir parler, chanter le fait qu’il n’avait donné de nouvelle, le fait qu’elle avait était sans repères? BOUM. 

Explosé. Brisé. La bombe à retardement avait fini de décompter dans le coeur de la petite sirène. Elle qui avait pensé que c’était si facile de pardonner? Pourquoi Ethan lui demandait-il tout ça alors qu’elle ne pouvait pas y répondre. Il le savait. Il le savait très bien. Elle avait déjà dû mal à se faire comprendre. Pourquoi lui poser des questions auxquelles elle pourrait passer des heures à usé sa voix pour lui raconter. Pourquoi lui parler d’une Emily qui semblait faire battre son coeur et qui avait réussi à voler l’amitié qu’il accordait à la petite perle? Et si c’était pour Emily qu’il n’avait pas quitté Londres? Et si c’était pour elle qu’il n’était pas revenu la voir? Elle s’était promis de ne pas réagir au quart de tour, mais la bombe qui étreignait sa poitrine, qui compressait son coeur, qui tordait son estomac était plus fort que tout. L’instinct de survie. C’était ça. Comme la bulle qui s’était construite, qu’Ethan avait détruit avec ses sourires et ses rires avant de détruire son coeur. Sans le faire exprès. Sans même le savoir. Sans même s’en rendre compte. Si elle avait pu, elle aurait hurlé. Mais elle ne pouvait pas et cela lui appuya si fort sur son coeur qu’elle crut perdre pied et ne pas réussir à reprendre son souffle. 

Quand elle y parvint, elle releva la tête vers le jeune homme qui n’avait sans doute pas encore compris son erreur. Son erreur de débutant face à une enfant seule et muette. Sans pouvoir d’expression. Sans liberté d’expression. Son visage était rougie par l’émotion, elle refusait de desserrer ses poings de peur de faire mal au jeune homme sans le vouloir. Car même si elle était blessée, elle ne voulait pas faire de mal à son ami. Pourquoi vouloir le protéger? Pourquoi? De rage elle se releva d’un bond et toisa d’un regard noir et pleins de larmes le jeune homme. Sans se rendre compte de son geste, sans même se rendre compte des larmes qui aveuglaient ses yeux elle détacha le collier d’Ethan autour de son propre cou et le jeta à la mer les larmes dévalant sur ses joues blanches. Elle se sentait si seule. Elle pensait qu’Ethan la comprenait, mais il ne la comprenait pas. Trahi. Elle ne savait pas pourquoi mais elle se sentait trahi. Elle tourna les talons et se précipita vers le bord du rocher pour sauter dans l’eau mais quelque chose la retint. Son esprit. Son esprit encore lucide la retint. Si elle sautait, elle ne reverrait plus jamais Ethan. Plus jamais. Et elle pouvait si résoudre. Pourquoi elle ne le savait pas. Mais elle ne voulait pas qu’il la laisse de nouveau. Elle était perdue. Encore plus perdue quand si elle ne l’avait pas revu. Alors elle se laissa tomber sur le sol et pleura sans pouvoir faire autre chose. Des déchirement silencieux secouaient sa poitrine de sanglots. Elle lui en voulait. Tellement. Mais elle s’en voulait à elle aussi. Terriblement.  
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 10 Juil 2017 - 20:27

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan avait continué de parler sans prêter attention aux réactions d’Ocean. A ses doigts crispés, à ses joues rosies, à sa tête baissée. Pas besoin de parler pour comprendre son langage corporel. Mis à part quand tu es un teubé absolu, ou juste Ethan. Grand sourire, le voilà qui parlait de son amie comme de la bff de sa vie, alors qu’ils n’avaient une relation que de travail. Ils n’étaient jamais sortis en ville ensemble, mis à part dans le cadre d’une réunion de groupe, mais Ethan détestait ce genre de sortie. Il préférait rester à son appart, bouquiner, jouer, ne rien faire…ou penser à Ocean. Il ne comprit pas sa réaction, la bouche béante face au lancer parfait qu’avait suivi le médaillon pourtant si cher à ses yeux, et à ceux de son amie. Il fronça immédiatement les sourcils, ne comprenant pas ce qui passait par la tête de la petite sirène. Son caprice lui faisait l’effet d’une claque. N’était-elle qu’une gamine ? A balancer les choses comme si elles ne représentaient rien ?

— Non mais il vient de te passer quoi par la tête là Ocean ? Comment tu as pu faire une chose pareille ?

Il ne criait pas. Jamais. Il le regardait, alors qu’elle était de dos à lui, presque recroquevillée, et qu’il devinait aux soubresauts de ses épaules qu’elle pleurait. Il chercherait peut être à comprendre, une fois qu’il aurait récupérer son médaillon. Sans perdre une minute de plus, il jura et se jeta à l’eau, en invoquant au passage une bulle d’air autour de lui, histoire de survivre un peu plus longtemps. Il utilisa le même sort que lorsqu’il avait perdu Ocean à son arrivée sur Autremonde, et la magie vert d’eau éclaira la zone sous la surface de l’eau. Il était animé par le désir ardent de retrouver ce collier, symbole de leur amitié si spéciale.

Est-ce que cela signifiait qu’elle ne voulait plus être son amie ? Qu’elle ne voulait plus le voir ? Après tout le chemin qu’il avait fait pour la retrouver, cela lui semblait ingrat. Malgré ce qu’il disait, cette année ne s’était pas déroulée comme sur des roulettes. Il était arrivé à un niveau d’étude qui lui correspondait, et pouvait dire adieu à ses capacités hors normes, mis à part pour survivre dans cet environnement alors qu’il n’avait même pas le même âge que ses camarades. Mais il approchait du but, il avait des stages, des professeurs géniaux, et se dirigeait à grand pas vers la réussite…et la vie sur Autremonde. S’il devait reprocher quelque chose à ce monde, c’était bien ça : le système des études. Ce n’était ni fait ni à faire, il avait cru comprendre qu’il n’y avait aucune recherche scientifique, rien d’archéologique, rien ! Il était là pour révolutionner ce monde qui reposait un peu trop sur la magie. Ce n’est pas parce que de la magie coule dans leurs veines qu’ils n’ont pas besoin d’étudier leurs origines. Bref, revenons à nos moutons.

Ethan sentait son visage se crisper. Il était en colère après Ocean. Son action puérile le laissait interdit. Il ne comprenait pas son geste, et se retrouvait à chercher une aiguille dans une botte de foin. Qu’avait-il pu lui dire de mal ? Peut-être ne voulait-elle pas venir à Londres…non, elle avait eu l’air de se réjouir à cette idée…quoiqu’elle n’aurait qu’une baignoire en guise de lit. Ethan était perdu, désemparé par la réaction de son amie. Il s’activait avec des geste rageurs pour retrouver son précieux cadeau. Coûte que coûte.

Sa magie l’aidait, mais il se fatiguait à nager indéfiniment dans l’eau sombre de l’océan. Il n’était pas rapide, mais se disait que cela laisserait du temps à la petite sirène capricieuse pour se calmer un bon coup. Il espérait qu’elle s’excuserait ensuite. Il réussit, au bout de dix bonnes minutes, à récupérer le précieux médaillon. Malgré la magie, l’air contenu dans la bulle commençait à se raréfier, et il crû bien y passer avant d’atteindre la surface. Il sorti la tête hors de l’eau avec soulagement, inspirant un grand coup. Il hésita avant de se diriger vers Ocean et le rocher, puisque son regard le hantait.

Un regard qui reflétait tout le désespoir du monde, comme si elle était malheureuse. Mais pourquoi à la fin ? Certes, il n’était plus là, mais son monde ne se réduisait pas à lui, non ? Peut-être que si, au fond. Ethan réfléchit. Il était la première personne vivante (en dehors d’écume, des poissons et des algues sous-marine) à lui avoir parlé, son premier ami… Mais il ne pensait pas que son départ l’aurait autant affectée. N’avait-elle aucun ami ? Elle avait beau être muette, les gens devaient bien l’aider ou l’apprécier, ce n’est pas la voix qui fait la personne, même chez les sirènes ! Peut-être que le départ du jeune homme l’avait véritablement anéantie…mais il ne comprenait pas pourquoi, quoiqu’il fasse.

Il jura un bon coup, en se disant qu’avec une amie pareille, il aurait mieux fait d’aller en psychanalyse. Il rajouta une bonne tartine d’injure en s’apercevant qu’il ne voyait plus le rocher. Le voilà seul au beau milieu de l’océan, avec une amie qui semblait lui en vouloir pour une raison farfelue. Une raison farfelue ? Vraiment ? Il repensa à ses paroles. Si la jeune fille tenait tant à son amitié avec Ethan peut être qu’elle voyait Emily comme une rivale…mais cela ne tenait pas, n’importe qui a le droit d’avoir plusieurs amis ! Elle aurait plutôt du se réjouir pour lui, qui est d’ordinaire si solitaire.

Et le déclic fut.

Et si le problème ce n’était pas qu’il s’agisse d’une amie comme une autre…mais bien d’une AMIE avec un e à la fin, une fille proche de lui. Ethan commençait à croire que si Ocean avait ce comportement, ce n’était pas parce qu’elle considérait Ethan comme un traitre à son amitié, ce qui serait ridicule…mais parce qu’elle était jalouse. Le rouge lui monta aux joues et il s’affola tout seul avec la seule intervention de son cerveau. Ocean était-elle amoureuse de lui ? Il avait l’impression que sa tête allait exploser tant elle lui brûlait, il lui semblait que de la fumée sortait de ses oreilles. Il allait finir par faire une hypothermie. Il se reprit rapidement, en se disant que non, ce n’était sûrement pas ça, mais que comme il était son premier ami, elle tenait beaucoup à lui et n’avait pas conscience de son comportement possessif.

Quoi qu’il en soit, il s’excuserait aussi, et lui expliquerai les choses clairement. Mais pour cela, il fallait qu’il la voie un jour, et qu’il ne coule pas. Sa magie avait été épuisée par les divers enchantements, et il se sentait fatigué. Il n’allait pas tarder à lâcher prise…

Et à se faire engloutir par les eaux noires de l’océan.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mer 12 Juil 2017 - 13:04

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Qu’avait-elle fait? Oh par tous les Dieux que lui avait-il pris de réagir de cette façon? Laissant des sanglots silencieux s’échapper de sa poitrine, elle secoua la tête pour s’empêcher de réfléchir à ce qu’elle avait fait. Elle s’en empêchait car au fond d’elle même elle savait qu’elle n’aurait pas dû. Qu’elle avait réagit trop vite et sans même prendre conscience de ses actes. Qu’elle avait fait quelque chose de mal. Elle n’aurait pas dû mais elle ne voulait pas se l’avouer. Elle avait mal et elle préférait se concentrer sur la douleur qui étreignait sa poitrine ne pas penser à la douleur du jeune homme qui regardait la trajectoire du collier qui arriva presque silencieusement dans la mer. Ne pas penser à la douleur des autres. C’était plus simple à faire. Faire l’égoïste. Comme une enfant capricieuse. Faire l’égoïste, c’était tout ce qu’elle était capable de faire et cela la dégoutait au fond d’elle-même. Qu’était-elle en train de faire? N’importe quoi. Voilà ce qu’elle faisait. N’importe quoi. Pourquoi? Elle ne pouvait pas s'en empêcher, parce qu’elle ne savait pas ce qu’elle ressentait. Parce qu’elle ne savait pas pourquoi elle avait fait ça. Parce qu’elle avait interprété l’amitié qu’Ethan portait à Emily comme une amitié qu’elle lui avait volé. Parce qu’elle était perdue. Voilà, elle était perdue et elle n’était visiblement pas la seule. 

« Non mais il vient de te passer quoi par la tête là Ocean ? Comment tu as pu faire une chose pareille ? » 


Les paroles étaient brûlantes. Brûlantes même si Ethan ne criait pas. Ocean le connaissait, il ne criait jamais. Mais même si ce n’était pas des éclats de voix qui faisaient frémir Ocean, les éclats de d’incompréhension et de colère résonnaient au fond de sa poitrine comme une mélodie qui n’avait pour but que de la narguer. « Ethan est en colère contre toi mais il ne comprend pas. Il ne comprendra jamais. » Elle secoua la tête elle ne voulait pas réfléchir, pas réfléchir à ce qu’elle avait fait, pas réfléchir à l’incompréhension de son ami car après tout si il ne parvenait pas à comprendre ce n’était pas que de sa faute. Vint se rajouter au petit malheur d’Ocean le fait qu’elle soit muette et qu’elle ne parvienne pas à s’exprimer correctement. Si elle avait parlé, il aurait compris qu’il lui avait fait du mal, qu’il n’avait pas mesuré la portée de ses paroles, qu’il lui demandait de lui dire des choses dont elle ne pouvait prononcer mots. Mais il n’avait pas fait attention et elle s’était emportée. Comme une enfant. Alors elle préféra tout bonnement ignorer le jeune homme. Ignorer ses injures. Ignorer le fait qu’il plongea dans l’eau. Ignorer même le fait que si il plongeait c’était pour récupérer le collier. Un collier si précieux pour eux deux, un gage d’amitié. Un gage d’amitié qu’Ocean avait balancé à la mer sans même réfléchir. S’en voulait-elle pour ça? Pour l’instant non. Pour l’instant elle se fichait de tout, elle voulait juste être seule. Pour réfléchir. 


Non sans une pointe d’appréhension elle ne jeta même pas un coup d’oeil vers Ethan pour savoir si il allait bien. Elle était en colère elle aussi mais ce qu’elle redoutait plus encore c’était la colère du jeune homme. Pour quelle raison? Ethan ne s’était jamais mit en colère contre elle et cela lui laissait un goût amer dans la bouche. Elle aussi été en colère. Elle aussi aurait bien voulu se jeter à la mer pour échapper à cette colère mais elle ne se le permettrait pas. Elle savait que si elle disparaissait, Ethan ne reviendrait pas et quoi qu’elle en dise la douleur qu’elle ressentit à ce moment là dans sa poitrine effaça aussitôt toute la colère qu’elle avait emmagasiné pour son ami. Elle releva la tête de ses genoux et regarda en face d’elle, le regard fixé sur la mer. Comme si elle allait lui apporter des réponses à ses questions, comme si elle avait besoin de se vider. Alors elle respira un grand coup et décida d’essayer de voir les choses calmement. D’enlever toute cette colère dans le but de ne pas se laisser submerger par l’émotion. 

En colère. Oui elle était en colère. Pourquoi? Il n’y avait pas à réfléchir. Quoi qu’elle en dise la séparation avec Ethan lui avait fait beaucoup de mal et même si il s’était excusé il ne semblait pas se rendre compte du chagrin qu’avait ressenti la petite sirène quand elle s’état réveillée seule. Seule oui, dans les début elle n'avait eut personne à part les cauchemars pour la guider. Personne et ça Ethan ne le comprenait pas. Lui qui avait la parole, il ne comprenait pas les difficultés à s’intégrer aux autres quand on ne pouvait même pas se présenter. Il ne comprenait pas les jeux des sirènes et le sentiments de rejets qu’avait subit Ocean quand on lui proposait de chanter avant de lui rire au nez et de s’excuser car jamais elle n’aurait pu le faire. Il ne comprenait pas qu’elle avait pu se sentir mal en parlant d’Emily. Il revenait la voir et parlait de la jeune fille comme si ils s’étaient connu depuis toujours et Ocean avait eut l’impression qu’il avait chercher à remplacer son amitié. Impression faussée vu que la relation d’Ethan et d’Emily ne reposait que sur le travail, mais qu’en savait la petite sirène? Rien. Alors elle avait réagit au quart de tour comme si on l’avait brûlé, comme si on avait émietté son coeur, comme si on n’avait cherché que la souffrance sur son visage quand elle a sentit son coeur se comprimait si fortement dans poitrine qu’elle avait du mal à respirer, comme si la colère accumulée depuis l’année entière était ressortit d’un coup alors d’un geste rageur elle avait quelque chose d’impardonnable. 

Les yeux voilés de tristesse, la petite sirène ne remarqua pas qu’Ethan était ressortit de l’eau. Elle ne lui prêta aucune attention. Ignorer. Elle ne savait pas si elle en faisait exprès ou si elle ne le voyait vraiment pas. En tout cas les yeux bercés de milles sentiments si expressifs avaient dû faire peur au jeune homme qui n’était pas monté la rejoindre. Après tout était-ce de sa faute tout cela?

La culpabilité. Voilà l’autre sentiment qui se pressait dans le coeur de la petite sirène et qu’elle essayait de repousser au fond d’elle même pour ne pas s’avouer la vérité. Elle s’en voulait. Terriblement. Parce qu’après les sanglots incontrôlés qui avait jaillis de sa poitrine, après l’excès de colère qu’elle avait ressenti…elle se sentait coupable. Elle avait commencé à se sentir coupable dès que le jeune garçon lui avait dit ces paroles. Pourquoi avait-elle lancé ce collier? Ce collier si précieux qu’elle avait offert à son ami pour en quelques sortes pour qu'ils soient toujours liés malgré la distance? Si le jeune homme était partis dans la mer c’était pour le récupérer et elle n’avait même pas fait attention à la signification de ce geste. Si Ethan était parti le chercher c’est que ce cadeau signifiait pour lui la même chose, voir quelques chose de plus fort, que pour Ocean. Si il avait plongé c’était pour le récupérer. C’était pour sauver le gage de leur amitié si particulière. Si il avait plongé c’était en parti pour ne pas l’oublier, elle. Elle sentit son estomac se retourner et elle dut se mettre en boule pour ne pas gémir de douleur. Et cette Emily? Ethan la considérait comme une amie, mais si elle comptait autant pour lui il ne serait pas revenu. Il ne serait pas là aujourd’hui à lui dire qu’elle lui avait manqué. Avait-il dit ses simple mot à Emily? Son coeur battait la chamade, le rouge lui monta aux joues. Elle s’était comportée comme quelqu’un de jalouse alors que d’habitude elle ne l’était pas. Mais pourquoi avec Ethan? Au contraire si il avait des amis elle devrait être contente pour lui alors pourquoi avait-elle réagit de cette façon? Pourquoi avait-elle laisser la jalousie et la colère l’aveugler au point de lancer un objet précieux dans l’océan infini? Pourquoi s’était-elle mise à pleurer alors qu’elle aurait du taper des mains pour féliciter Ethan d’avoir trouvé une amie? Pourquoi avait-elle réagit de cette façon? L’incompréhension. 

Elle sentit une larmes dévaler le long de sa joue. Elle avait tout faux et elle venait de s’en rendre compte. Son coeur était tellement compressé dans sa poitrine qu’elle avait du mal à respirer. Non! Pourquoi avait-elle fait ça? C’est comme si elle ouvrait de nouveau les yeux. Comme si l’orage était passé. Comme si elle se rendait compte qu’elle avait fait sans le vouloir autant de mal à son ami que sa déclaration le lui avait fait. La respiration haletante elle se releva vivement et regarda la mer. Cela faisait quelque temps qu’Ethan n’était pas réapparu, que faisait-il? Ou était-il? Un sentiment de panique commença à submerger la petite sirène et les battements de son coeur commencèrent à s’emballer. Son rythme cardiaque lui résonnait dans les tempes et son sixième sens lui dit que quelque chose ne se passait pas bien. Sans réfléchir, ni une, ni deux elle plongea du rocher et atterrit dans l’eau. Tant pis pour sa tenue. Il n’y avait plus que sa queue qui miroitait au fond de l’océan et son justaucorps d’algues qu’elle ne quittait jamais. Elle regarda dans toutes les directions hésitant dans celle à prendre. Son corps battait si fort qu’elle avait l’impression de battre en même temps que lui. Elle appela mentalement Ecume et lui demanda de chercher le jeune homme. Devant l’incompréhension de son familier elle faillit faire une crise cardiaque. Le temps pressait et elle ne savait pas où était Ethan. Il pouvait être n’importe tout. Si seulement elle avait daigné lui adressé un regard. Si seulement elle ne s’était pas fâchée. Elle sentis les larmes l’aveugler et dans un geste rageur les essuya prestement. Si il lui arrivait du mal elle ne se le pardonnerait jamais. 

Elle commença à parcourir l’océan avec l’aide d’Ecume. Puis soudain c’est comme si elle savait où il était. C’est comme si la magie qui affluait dans ses veines se mettait à réagir, elle savait où était Ethan. Elle montra l’endroit à Ecume qui connaissait mieux l’océan qu’elle à force de jouer et la suivit sans perdre une minute. Toutes les secondes comptaient dans ce genre de situation. Une seconde. Elle nagea aussi vite qu’elle put, aussi rapidement que sa queue le lui permettait. Deux secondes. Elle s’injuria elle même et avait envie de se donner des calques pour le restant de ses jours. Trois secondes. Elle sentait son coeur dans sa poitrine qui semblait prêt à exploser. Quatre secondes. L’inquiétude lui donnait des vertiges mais pourtant elle ne pouvait pas l’abandonner. Cinq secondes. Elle était trop bête, les larmes dévalaient le long de ses joues sans qu’elle puisse y faire quelque chose. Ethan. Il était là, en train de lâcher prise et de se faire engloutir dans l’océan. Elle voyait son corps tomber, tomber, tomber et encore tomber pour se laisser noyer dans l’eau. 

Son coeur s’arrêta une fraction de seconde et elle s’élança vers le corps du jeune garçon en train de couler. Elle attrapa les épaules d’Ethan et s’efforça de le ramener à la surface. L’océan semblait vouloir engloutir le jeune garçon et Ocean mettait toute sa force et son énergie à le ramener à la surface. Ecume essaya de l’aider et au bout d’un effort monstre, elle réussit à enlever Ethan des bras des eaux noirs et s’empressa de le ramener à la surface. Arrivée en dehors de l’eau elle fit attention à mettre le visage d’Ethan en dehors de celle-ci. Le jeune garçon avait dû s’évanouir ou alors il refusait d’ouvrir les yeux en sa présence mais pour l’instant elle s’en fichait. Il fallait qu’elle le mette à l’abri. Elle nagea un peu et dès qu’elle aperçu un bout de plage, elle s’y précipita. 

Elle réussit à extirper le jeune homme de l’eau et à le poser sur la plage. Paniquée elle écouta le coeur et le pouls du jeune homme. Il battait à un rythme régulier. Elle réussit à respirer à petit coup et à se rassurer un peu. Le jeune homme était en vie. C’était le principal. En vie, et il aurait pu mourir de sa faute. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux et couler le long de ses joues pour s’écraser sur le torse du jeune homme. Qu’elle était bête. Mon Dieu qu’elle était bête. Elle s’en voulait tellement. Elle laissa des soubresauts secouer ses épaules et finit par hoqueter plusieurs fois avant de respirer de nouveau normalement sans avoir de moment d’apnée. Le jeune homme gardait les yeux fermés et elle ne savait pas si il était réellement tomber dans les pommes ou si il fermait les yeux. Mais il était en vie. Dans la main du jeune garçon elle vit le collier en forme de phoque qui scintillait dans la main d’Ethan et fut prise d’un haut le coeur. Tout ça pour le collier. Tout ça de sa faute. Tout ça pour leur amitié. Doucement elle enleva le collier de la main crispé d’Ethan et lui passa autour de son cou. Tremblante, elle balaya d’un geste les cheveux qui tombaient sur les yeux du jeune homme. Idiote. Elle était idiote! Une petite fille capricieuse et égoïste qui faisait sa jalouse et qui avait faillis risquer la vie de son meilleur ami. Elle regarda la mer, cette mer qui l’avait abrité et qui avait faillis lui voler quelqu’un de cher. Mais après tout, si Ethan avait plongé c’était pour récupérer le collier que la petite sirène avait lancé. Après tout, tout était de sa faute. Le jeune homme ne voudrait peut-être pas la revoir et bien que ce sentiment semblait lui donner des vertiges, elle ne pourrait pas lui en vouloir. Combien de fois Ethan avait-il risqué sa vie dans l’océan pour elle? Plein. Déchirée entre le désir de voir son ami se réveiller et la peur de le voir le quitter de nouveau, elle ne parvenait pas à garder son regard fixer sur lui. Elle s’en voulait, elle avait honte, elle était triste et culpabilisait mais malgré ça, la présence d’Ethan lui faisait se sentir plus vivante. Ce sentiment là était inexplicable. Comme leur amitié qui ne pouvait se décrire avec des mots. Ils étaient prêts à se faire du mal l’un est l’autre sans le vouloir néanmoins un fort sentiment pulsait dans leur poitrine et l’amitié les lié. C’était ça…Inexplicable. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mer 12 Juil 2017 - 22:25

Te amo sin saber cómoFt. OceanLa dernière chose qu’il avait vu, avant de perdre conscience sous l’effet de la noyade, c’était les lunes au-dessus de lui, dont la lumière transperçait le flot sombre de l’océan. Il avait trouvé cette vision apaisante, et s’était laissé faire, ne luttant même pas pour sa survie. A quoi bon ? Ocean le reniait, reniait son amitié, reniait ses sentiments. Ses sentiments. Lesquels ? Pourquoi parler de « sentiments », à l’heure où c’est la mort qui est sur le point de vous embrasser, et non une jolie sirène ? Pourquoi accorder tout à coup autant d’importance à une atmosphère étrange, à un battement de cœur plus rapide, à une rougeur fugace. Parce que, lorsque l’on meurt, il paraît que l’on peut regarder sa vie d’un point de vue extérieur. C’était le cas. Il revivait les moments les plus forts de cette amitié si spéciale, entre un humain et une sirène muette. C’était presque comme si le destin les avait jeté l’un dans les bras de l’autre. Ils étaient pourtant si opposés : ils ne faisaient pas partie du même monde, ne pouvait même pas communiquer. Et pourtant, leur amitié avait brisé les limites du possible, franchit des océans, les barrières du langage. Cette connexion, aussi magique qu’étrange et surtout incompréhensible pour beaucoup. Pour lui comme pour elle.

Ocean. Un nom qui lui évoquait milles et une émotion, qui faisait tambouriner son cœur au creux de sa poitrine, qui donnait une couleur écrevisse à ses joues et ses oreilles, qui faisait naître sur son visage un sourire qu’il ne se connaissait pas, que seul la petite sirène pouvait provoquer. Il n’avait pas envie de mourir. Le seul désir qu’il avait était de retourner auprès d’elle, de lui demander des explications, de lui demander pardon, de l’étreindre de ses bras comme il aimait le faire, comme si elle n’était qu’à lui, comme s’il pouvait la garder éternellement tout contre lui.

Il se débattit alors que l’eau glaciale commençait à remplir ses poumons.

« Trop tard », lui murmura une petite voix sournoise. Trop tard, oui. Trop tard pour lui dire ce qu’il ressentait vraiment, pour l’étreindre une dernière fois, pour la couver du regard, pour noyer ce dernier dans le sien, si bleu, pour toucher du bout du doigt ses doux cheveux couleur or, comme il aimait le faire en cachette. En saisir une mèche, la contempler. Trop tard. Il allait mourir, et la dernière chose qu’il lui avait dite n’était qu’une parole pleine de rage. Et la dernière chose qu’elle avait fait était de lancer le médaillon qu’elle-même lui avait offert. Il était mort pour ça, un « bibelot » pour certain. Peut-être pour elle. Pas pour lui. Il comprit que c’était trop tard, et espérait qu’au moins, en voyant son action, en voyant qu’il était mort pour ce petit bijou qui représentait tant pour lui, elle comprendrait. Elle pleurerait sûrement, elle était si fragile. Peut-être qu’il pourrait veiller sur elle, peu importe où il serait. Où serait-il d’ailleurs ? Ethan ne croyait en rien. Peut-être qu’il allait juste « mourir », et que tout s’arrêterait là, qu’il n’aurait rien accompli durant sa vie. Il voulait protéger Ocean, mais comment le faire une fois mort ?

« Trop tard », répéta la même voix sinueuse, dont l’écho vrillait les tympans du jeune homme. Il tenta de se débattre une dernière fois. Cela ne servit qu’à l’affaiblir plus. Il était ridicule, il se sentait ridicule. Lui qui pouvait parler, il ne lui avait rien dit, et ne pourrait plus rien dire. Ce n’était que maintenant qu’il comprenait les choses, qu’il pouvait mettre des mots sur ses émotions. Ironie du sort, le voilà muet à jamais, condamné au silence éternel et voué à une torture certaine dans l’Au-Delà, ou toute autre dimension irréelle qui pouvait exister. Il ne connaissait pas les mœurs d’Autremonde. Peut-être les sorceliers avaient-ils la réponse au mystère de la mort. Encore une frustration. Il n’aurait pas dû mourir.

Il commençait à ne plus sentir ses membres, se sentant peu à peu porter par le courant marin, qui s’était étrangement refroidi, sans que cela le dérange plus que ça. Il ne voulait pas faire pleurer une fois de plus Ocean. Il voulait fixer sur son visage le sourire dont elle seule lui faisait cadeau, un sourire tendre et bienveillant. Il voulait sécher les larmes coulant de ses yeux, revoir son regard rieur à nouveau. Comme s’il ne s’était rien passé. Mais c’était trop tard, il avait certainement tout gâché, et, maintenant qu’il était mort, c’était irréparable. Elle allait lui en vouloir terriblement, d’avoir sauté dans l’eau comme un inconscient. Et s’en vouloir aussi. Il aurait voulu lui laisser un mot, une parole, quelque chose pour lui demander pardon, pour apaiser le tourment dont elle allait être la victime. Mais c’était trop tard. Il était mort.

Alors pourquoi sentait-il une étreinte chaleureuse autour de lui. Pourquoi avait-il l’impression d’être transporté à travers les vagues par autre chose que du courant. Si c’était l’Au-Delà, il voulait bien y rester. Mais les dieux décidèrent à sa place, et la réalité lui revint en pleine figure. Il était glacé. Il sentait que le sable dans son dos lui collait déjà au corps, et le vent projetait en projetait avec violence les grains. Il grimaça, avant de se tourner sur le côté afin de recracher toute l’eau qu’il avait avalé. Il s’écroula à nouveau sur le dos, sans ouvrir les yeux, que le sel avait durement irrités. Il ne comprenait pas comment il était arrivé là, alors qu’il était seul en plein milieu de l’océan la minute précédente. Peut-être cela faisait-il plus longtemps. Il n’aurait pu le dire. Il sentit des gouttes perler sur son avant-bras, et leva la main. Il rencontra une masse humide et filandreuse. Des cheveux. Il ouvrit avec précaution les yeux. Un ange se tenait à ses côté, le regardant avec affolement, avec ce regard bleu qu’il connaissait si bien.

Il était en vie. Et elle se tenait là, silencieuse. Il avait dans sa main une mèche de cheveux, qu'il lâcha en rougissant. Elle fuyait son regard, maintenant. Pourquoi ? Il ne comprenait pas. S'en voulait-elle ? Il leva sa main un peu plus haut, vers son visage, et la pressa sur sa joue rosie, sur sa peau douce. Il grimaça sous l'effet de l'effort, bien que minime, mais teint bon. Il ne voulait pas qu'elle détourne le regard, il voulait capter toute son attention. Il voulait qu'elle voie à quel point il était sincère, à quel point il avait eu peur de la perdre, peur de mourir et de n'être plus rien. De n'être plus rien pour elle. Maintenant qu'il avait frôlé la mort, il savait avec précision ce qu'il ressentait, et il voulait lui dire, si ce n'est le crier, le crier au monde entier même, se débarrasser de ses chaînes d'incompréhension. Il voulait qu'elle l'entende, que sa voix porte au-dessus du bruit des vagues. Qu'elle soit captivé par une simple phrase. Une phrase qui signifiait tout. Il n'avait pas peur de sa réponse ou de sa réaction, il voulait juste admettre ses propres sentiments, et lui en faire part, qu'ils ne soient pas réciproques et il ne regretterait rien, qu'elle les partages et il serait le plus heureux des mortels.

Il réussit. Elle darda ses yeux lagon dans celui noisette du jeune homme. Seul le clapotis de l’eau se faisait entendre, et il sembla que la torpeur de l’ambiance se prêtait parfaitement aux grandes déclarations :

— Je t’aime, Ocean.

Même aux plus courtes, comme celle-ci, qu’il souffla avant de perdre à nouveau conscience. Au moins, il pourrait mourir en paix, cette fois.

Il ne savait pas à quoi s'attendre, il était son premier ami, son premier contact, saurait-elle ce qu'est "l'amour", ou avait-il employé une fois de plus un terme qu'elle ne comprenait pas. Devrait-il s'agiter dans tous les sens pour lui faire comprendre ? Il n'en aurait pas le courage. Malgré toutes ses belles pensées, il ne se répéterait pas, même si elle n'avait pas entendu. Il ne savait même pas si, au réveil, il assumerait ses sentiments, ou s'il se réfugierait comme un lâche derrière une excuse bidon, "la peur de la mort", "la panique"... Mais bon, il l'avait dit, ça y était. L'avait-il seulement dit à voix haute ? Crié ? Murmuré ? Ou n'était-ce que sa pensée ? Peu importe, il sentait déjà le soulagement l'envahir. Et Morphée resserrer son étreinte sur son esprit.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Ven 14 Juil 2017 - 18:47

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Le perdre. Comme les nuages qui viennent cacher le soleil. Comme l’obscurité qui vient noirci la beauté du jour. Comme le froid qui vient contraster avec la chaleur ambiante. Comme les larmes qui viennent gâcher un sourire. Comme une parole qui vient briser un coeur. Comme un geste qui vient détruire une amitié. Comme les épines qui viennent gâcher la rose. Cependant, si la rose n’avait pas d’épines, serait-elle toujours aussi magnifique et inaccessible? Si celle-ci ne faisait pas mal quelle serait la joie de la regarder avec fierté et amour dans un beau vase? Si elle n’avait pas ses prolongations destructrices et douloureuses pourrait-elle se défendre? Toutes ses questions avaient un point commun. Un seul. Si dans le ciel il n’y avait jamais de nuage il ne pleuvrait jamais. Si le jour était caché par la nuit c’était pour le retrouver plus beau le lendemain. Si le froid ne venait pas contraster avec la chaleur il ne procurerait d’enivrement à personne. Si les larmes venaient gâcher un sourire s’était pour voir quelqu’un les effacer. Si une parole pouvait briser un coeur s’était pour que la prochaine recolle les morceaux. Si un geste pouvait détruire une amitié, un autre pouvait créer un lien si puissant qui serait impossible de le détruire. Alors si la rose n’avait pas d’épines, serait-elle toujours une rose? Non. Si elle perdait Ethan, sourirait-elle à nouveau? Se laisserait-elle bercer par ses bras? Regarderait-elle le soleil pour rire et entendre le sien? Observerait-elle ses yeux noisettes qui la font rougir encore et toujours? Imaginerait-elle des nouvelles astuces pour lui parler? Trouverait-elle un moyen toujours plus grand pour lui faire comprendre à quel point il compte pour elle? Non. Non car elle l’aurait perdu. Si une rose perd ses épines, elle perd sa nature et sa saveur. Si Ocean perdait Ethan, elle se perdait toute entière. 

Elle avait nagé, le coeur battant, la respiration fébrile. Elle avait nagé pour le retrouver. Pour le revoir. Pour s’excuser. Pour le prendre dans ses bras. Pour l’observer rougir. Pour rire avec lui comme avant. Elle avait nagé comme si sa vie en dépendait et c’est comme si c’était comme tel. Car longtemps Ethan avait été le seul centre de sa vie, son soleil. Le soleil autour duquel elle orbitait. Un soleil pour qui elle ne voulait pas se perdre. Car si elle se perdait, le soleil aurait diminué en éclat. Aujourd’hui c’était l’inverse. Si son soleil disparaissait, elle était dans le noir. Elle était aveugle. Son coeur était aveugle et criait à l’abandon. Elle avait besoin d’un soleil. Et si son soleil était en train de mourir, elle ne pourrait plus jamais vivre comme avant. Plus jamais. 

Puis elle l’avait trouvé, elle l’avait attrapé, elle l’avait arraché de force au bras de la Mère océan. Elle avait arraché à ses bras un être qui ne lui appartenait pas. Elle n’avait pas le droit de le prendre. Elle n’avait pas le droit. Elle avait réussis à l’extraire de cette étreinte de fer qui semblait le plonger toujours plus profond, toujours plus bas. Cette étreinte de fer qu’elle ressentait dans sa poitrine quand elle l’avait vu tomber et qui s’était resserrée. Resserrée autour de son coeur au point de lui faire mal. Plus il tombait, plus elle avait mal. Toujours plus bas, toujours plus douloureux. 

Enfin elle l’avait ramené sur la terre ferme. A l’abri. En sécurité. Elle avait chercher à l’écarter de la mort. La mort cela résonnait si fortement dans sa tête que cela lui donnait des vertiges. La mort. Ethan aurait-il pu mourir pour aller chercher un collier? Aurait-il pu mourir pour lui prouver qu’il tenait à ce collier? A elle? Le coeur au bord des lèvres elle avait guetté un battement de coeur, une respiration, un geste, une parole. Pour savoir s'il était en vie. En vie, pas grâce à elle en tout cas c’était elle qui l’avait forcé à plonger. A récupérer le collier. C’était elle qui l’avait précipité dans le gouffre de la mort. C’était elle qui avait donné son ami à la mer comme une offrande, comme un cadeau. C’était elle et entièrement elle. Elle avait la poitrine lourde à force que son coeur se contracte, elle avait la tête douloureuse à force de réfléchir et d’avoir mal à s’en donner des vertiges, elle avait la vue brouillé à force de retenir les larmes au bord de ses yeux, elle avait le souffle court à force de rester en apnée comme si le souffle qu’elle ne respirait pas pouvait lui servir à lui. Juste à lui. 

Entre son entrée sur la plage et le moment où le jeune garçon avait ouvert les yeux, il lui avait semblait qu’il s’était passé une éternité. Une éternité. Chaque seconde était des heures, chaque minutes des années. Elle avait eut le temps de se dire à quel point elle était: Idiote. Egoïste. Capricieuse. Gamine. Ingrate. Horrible. Tueuse. Elle avait eut le temps de se repasser en boucle la scène où elle avait jeté le gage de leur amitié lui lacérant peu à peu la poitrine comme on déchire une photo qu’on souhaite oublier. Elle avait eut le temps de se rappeler de chaque détails qui la hanterait jusqu’à la fin de ses jours. Ce regard triste. Cet air de colère. Ce visage crispé. Cet incompréhension. Ce sentiment refoulé. Ce lancé ridicule. Ces paroles brûlante. Ce plongeon. Cette ignorance. La mort. Si elle aurait pu elle aurait crié, elle ne retenu qu’un cri silencieux qui resta bloqué dans le fond de sa gorge. Non. Non elle ne pouvait pas laisser faire ça. Et, le pire de tout, elle avait eut le temps de revoir les bons souvenirs, les souvenirs qui disparaîtront quand elle aura compris qu’elle aurait tué son ami, les bons souvenirs qu’elle ne voudra plus attendre parler, les bons souvenirs qui, aujourd’hui, lui donnaient les sensations d’autrefois. Les rires qui faisait frémir sa peau. Les sourire qui faisait bondir son coeur. Les mots qui faisait flotter dans les airs une mélodie inoubliable. Les câlins qui lui retournerait l’estomac et lui donnait des papillons dans le ventre. Tout ça elle le perdait. En même temps qu’elle perdait Ethan. Alors elle se mit à pleurer. Toutes les larmes de son corps, toutes les larmes qu’elle aurait pu donner. Elle se mit à pleurer car elle avait peur qu’il ne revienne pas, car elle était désolée, car il était tout pour elle et qu’elle ne s’en rendait même pas compte. Elle pleurait. 

Soudain le jeune homme recracha l’eau que ses poumons avait absorbé, il ouvrit peu à peu les yeux vers la petite sirène qui pleurait toujours sans parvenir à savoir si c’était réel ou non. Il avait dans ses mains une mèche de cheveux d’Ocean. La petite sirène regarda cette main, elle regarda ses cheveux, elle sentit son coeur fondre et les larmes couler de plus belle. Elle vit le rouge monter aux joues. Si ce n’était qu’un rêve, le destin était cruel de lui faire vivre un moment pareil. Cruel. Cruel car la sensation qui se dégageait dans le fond de son estomac semblait la brûler comme si elle passait au bûcher. Cruel car ce rougissement elle le connaissait tellement qu’elle aurait eut envie de toucher le rouge de ses joues, de poser sa main froide dessus, de sourire face à cette gène qu’elle connaissait tant. Mais si ce n’était qu’un rêve elle ne le pourrait pas. Soudainement alors que son coeur palpitait dans sa poitrine, que sa vue cessait de se brouiller pour voir Ethan, que son cerveau sortait de l’ombre pour lui faire découvrir qu’il était réellement vivant, la main d’Ethan vint se poser sur sa joue. Elle ressentit une vive crampe à l’estomac et détourna le regard, elle avait si honte, elle avait si peur, elle avait tant mal. La main sur sa joue, douce, chaude et ferme à la fois lui ordonna silencieusement de se tourner vers lui. Vers son visage. Vers ses yeux. Elle ne put résister bien longtemps à cette pression délicate sur sa joue de porcelaine elle plongea son regard dans le chocolat si profond de ceux d’Ethan. Ses doigts semblait même sans bouger caresser sa joue et la petite sirène sentit des bouffés de chaleur lui remonter dans les joues. Puis la voix d’Ethan lui chatouilla les oreilles, lui fit écarquiller les yeux, fit bondir son coeur si fort qu’elle en eut le souffle coupé, fit amalgamer des larmes dans ses yeux et fit de son corps un feu d’artifice et de confettis qui se bataillaient dans son ventre, elle l’entendit. Clairement. Distinctement. Elle l’entendit. 

« Je t’aime Ocean »

Son coeur s’emballa si fort, si vite qu’elle crut en mourir de souffrance. Sa respiration se stoppa si soudainement qu’elle oublia de respirer à nouveau. Sa tête repassait ces mots en boucle si bien qu’elle semblait prête à exploser. Tandis que dans son ventre les papillons se déchaînaient si fort qu’elle crut se tordre en deux pour arrêter la douleur. Pour arrêter cette douleur pourtant si délicieuse. Pour arrêter le massacre dans son ventre qui berçait et calmer son coeur. Pour arrêter l’explosion de sa tête alors qu’elle n’entendait plus que le son de sa voix et qu’elle sentait le rouge lui monter au joue. Pour arrêter la joie qui la faisait souffrir alors qu’elle put placer un mot enfin sur ce qu’elle ressentait. L’amour. Il avait fallu qu’Ethan le dise pour qu’elle accepte de se l’avouer enfin. Pour qu’elle associe enfin son comportement à ce sentiment si étrange qu’elle n’aurait jamais cru ressentir. Depuis toujours la petite voix au fond de la jeune sirène n’avait cessé de lui répéter qu’Ethan était plus qu’un ami. A chaque fois elle la faisait taire et se disait que non, Ethan n’était pas plus que son meilleur ami. Et pourtant elle ressentait tous ces changements quand il était prêt d’elle, mais elle se refusait de l’avouer. Elle se l’était refusé. Longtemps. Depuis toujours. Elle se souvint que lors de leur première rencontre elle avait assimilé Ethan à son prince charmant, mais voyant que le jeune garçon la considérait comme son amie, elle en avait fait de même. Puis alors qu’elle ressentait de plus en plus ces petites choses qui font que dès qu’elle voyait Ethan elle se sentait vivante, il l’avait laissé sur Aquaria sans donner de nouvelles. Alors elle l’avait tu. Elle avait tu cette petite voix qui ne cessait de lui dire qu’elle aimait Ethan, elle l’avait remplacé par « Oui je l’aime c’est mon meilleur ami ». C’était faux. Bien sûr que c’était faux, mais elle ne voulait pas se l’avouer. Elle ne voulait pas se l’avouer de peur de souffrir. Elle avait assez souffert, elle n’avait pas voulu souffrir davantage. Mais alors qu’elle croyait cette petite voix enfouie à jamais, la mention de l’amie d’Ethan, Emily, avait remué en elle, les sentiments négatifs de la petite voix et elle s’était comportée comme une idiote. Une gamine. Tout ça parce qu’elle avait eut peur. Pas seulement qu’Ethan la laisse, même si ça en faisait grandement partie mais parce qu’elle avait eu peur que ce sentiment, que cette petite voix revienne et qu’elle lui fasse du mal.

 L’amour. Les papillons dans le ventre ce n’était pas de la torture mais l’amour qui battait en elle. Les larmes se n’était pas des larmes de colère ou de culpabilité mais des larmes de peur qu’elle avait faillis le perdre. Cette voix dans sa tête ce n’était pas pour lui faire mal, c’était pour qu’elle grave le son de sa voix et la signification de ce que cela voulait dire. Son coeur qui battait si fort, si vite ce n’était pas parce qu’il allait exploser c’est car il ne cherchait qu’à se libérer. A se libérer de cette barrière de glace, à faire fondre l’espace qui les avaient séparé tous les deux. Si son coeur battait si fort c’est car leurs coeurs battaient à l’unisson. L’amour. C’était pour ça ce comportement possessif et jaloux, cette envie qu’Ethan revienne, cette peur qu’il l’est abandonné et remplacé. L’amour. C’était pour ça qu’elle se sentait idiote face à ses comportement, qu’elle ne réfléchissait plus. L’amour. C’est pour ça qu’avec Ethan elle se sentait si bien, qu’elle avait envie qu’il la prenne dans ses bras et qu’il la garde. L’amour. C’est pour ça qu’elle voulait le protéger et être avec lui. L’amour. C’est pour ça qu’elle ne voulait pas le perdre et qu’elle l’aimait autant. Maintenant, quoi que la petite voix face, elle n’avait plus peur d’elle. Alors elle arrêta de se mentir à elle même. Car elle était amoureuse d’Ethan. Cette déclaration faite à elle même fit tambouriner son coeur un peu plus fort dans sa poitrine. Elle n’entendait que lui, qui battait dans sa poitrine, son ventre, sa tête, ses tempes, ses oreilles, sa queue, son coeur. Il était libéré. Son coeur était libéré. Prêt à aimer à nouveau. Elle aimait Ethan. Il l’aimait. Cela lui paressait invraisemblable. Elle sentit sa respiration la quitter, ses joues se colorer ou se vider, son coeur s’épuiser à battre si vite et si fort. Tous ses sens marchaient plus vites les uns que les autres et elle eut peur de mal comprendre. Comme toujours. Elle eut peur de se tromper que l’incompréhension vienne entre une fois tout gâcher. Mais il y avait une chose que l’incompréhension ne pouvait toucher. C’était le coeur. Le sentiment. L’amour et le regard de celui qui aimait. 

Ocean aurait pu plonger ses yeux dans ceux d’Ethan jusqu’à la fin de l’après-midi. La lueur chocolat qui faisait miroiter les yeux si profond qu’elle fixait semblait rempli de paillette doré. Il semblait apaisé. Tranquille. Heureux? Amoureux? Elle aurait voulu plonger dans ses yeux, se noyer dedans, chercher les réponses à ses questions, ne pas le quitter du regard et faire passer au travers du sien tout ce qu’elle voulait dire mais elle n’eut pas le temps. Les yeux de son ami se refermèrent trop vite, trop tôt. Il n’eut pas le temps de voir la petite sirène. Il n’eut pas le temps de voir sur ses lèvres fines une larmes couler. Il n’eut pas le temps d’apercevoir qu’elle ouvrait la bouche. Il n’eut pas le temps d’entendre de sa voix muette la sirène murmurer: « Moi aussi...Ethan ». Il n’eut pas le temps de le voir, ni même de voir la dernière larme dévaler le cou de la petite sirène pour se poser sur sa joue. Il n’en eut pas le temps. Et quand Ocean le vit fermer les yeux, elle eut peur, elle le secoua, chercha sa respiration, son rythme cardiaque mais tout était là. Paniquée à l’idée de le perdre de nouveau, elle mit un moment à se rendre compte qu’il dormait. Il dormait. Elle passa une main devant ses yeux. Elle ne devait plus pleurer. Un doux sourire franchit le seuil de ses lèvres quand elle regarda les cheveux châtains du jeune garçon balayait par le vent. Son coeur ne cessait de se débattre dans sa poitrine mais elle savait maintenant pourquoi. L’amour. Bien que cette sensation était agréable elle la terrorisait également. Comment quelques chose d’aussi beau pouvait faire aussi peur. Souvenez-vous de la rose. Comment une chose aussi belle pouvait faire aussi mal? Elle en conclut que c’était un tout. Un tout. Unique. Ensemble. 

Elle vérifia les constante du jeune homme une dernière fois et vit qu’elle était toujours sous sa forme de sirène et que ses jambes claires commençaient à apparaître, alors elle se leva. Lorsqu’elle fut sur ses jambes un vertige l’assaillis et elle tituba quelques instants. Ethan avait faillis mourir. Et elle avait attendu que sa vie puisse lui filer entre ses doigts pour se rendre compte qu’elle n’agissait pas bien et qu’elle ne comprenait pas. Qu’elle ne se comprenait pas. Il avait fallu qu’une vie soit prête à s’éteindre pour se rendre compte qu’elle aimait Ethan. Ce sentiment était trop nouveau pour elle. Elle ne savait pas comment l’interpréter, ce que cela voulait dire réellement parlant. Elle avait la tête qui tournait à force de réfléchir à tout ça. Alors, elle demanda à Ecume de surveiller le jeune homme. Celle-ci ne comprenait pas, elle n’avait pas tout suivit. Partagé entre la terreur et l’amour de son âme soeur elle ne savait si elle devait câliner ou mordre le mollet du jeune homme endormi. Mais Ocean lui demanda juste de garder un oeil dessus une minute. Elle remonta le rocher. S’habilla de nouveau comme tout à l’heure, chercha un pull et descendis sur la plage. Le vent faisait voleter ses longs cheveux blonds. Elle s’assit près d’Ethan et lui posa le pull sur les épaules. Dans un geste bienveillant, protecteur, presque maternel. Et dire qu’il avait faillis mourir. En repensant à cela, Ocean sentit son coeur la quitter. Il était là. Il était en vie. 

Elle regarda la mer en réfléchissant à ce qui venait de se passer, à ce qu’il se passerait quand Ethan se réveillerait. Et si il lui disait que c’était faux? Qu’il ne le pensait pas? Que c’était sur le coup de l’émotion et qu’en fait ce n’était pas vrai? Et si il ne se souvenait plus? Comment réagirait-il en se réveillant? Et si elle se faisait des films? Et si ils n’avaient pas la même conception de l’amour? Et si...Le coeur de le petite sirène s’emballa et elle dû si reprendre à deux fois avant de respirer normalement. Elle regarda le jeune homme allongé sur la plage, paisible, en train de dormir et elle rougit. Elle rougit seule, face à la mer en enfouissant son visage entre ses genoux. Le début de la journée défila sous ses yeux sans qu’elle puisse y faire quelque chose: le rocher, la rencontre, les pleurs, les rire, la colère, le collier, l’océan et l’amour. Elle tressaillit en y repensant. Toutes ses émotions qu’elle ressentait quand il était là…tout ça…c’était…elle n’en avait même plus de mots. Ecume la regarda inquiète dans la mer ne comprenant pas les sentiments que ressentait son âme soeur. Ocean la rassura d’un petit sourire et caressa son délicat pelage blanc. Puis elle se leva d’un bond et commença à faire les cents pas sur la plage. Et si il y avait un problème? Et si il ne se réveillait pas? Et si pour l’instant il avait l'air de dormir mais qu’au final il était en train de mourir? Et si…Il fallait qu’elle arrête avec ses questions. Elle sentait les larmes revinrent dans ses yeux mais elle secoua la tête pour les chasser. Pour réagissait-elle de cette façon? Pourquoi tous ses sentiments se mélangeaient dans sa poitrine pour ne montrer que quelque chose près à exploser? Ecume s’en rendis compte et elle projeta l’image d’un lit dans les pensées d’Ocean. Dormir? Pour passer le temps? Ocean s’arrêta de marcher et fixa son familier. Comment pourrait-elle dormir alors qu’elle n’était même pas sur qu’Ethan ce réveil? Son coeur tambourina sa poitrine si bien, qu’elle décida de vérifier ceux du jeune homme. 

Elle s’assit à côté de lui et sans s’en rendre compte, chassa de ses yeux une mèche de cheveux. Puis elle posa sa tête contre le torse du jeune homme pour écouter les battements de son coeur. Boum, boum. Ils étaient régulier, tout allait bien Ethan était simplement en train de dormir. Boum, boum elle ne savait pas ce qui se passerait quand il se réveillera mais elle devait s’excuser pour tout à l’heure, elle le devait. Boum, boum. Elle avait faillis le perdre, si tel avait été le cas elle ne se serait jamais pardonné. Boum, boum ses yeux commencèrent à se fermer berçaient par le rythme cardiaque du jeune homme. Boum, boum sa respiration se cala sur celle de jeune garçon. Boum, boum les battements de son coeur se réglèrent sur le sien. Boum, boum. Boum, boum. Elle s’endormi sans s’en rendre compte la tête posé contre la poitrine du jeune homme. Et pour une fois elle ne rêva pas. Elle se laissa bercer par le clapotis de l’eau et les battements du coeur d’Ethan. Sans savoir comment le réveil allait se passer, s’en savoir quoi dire, ni quoi faire, mais avec dans le coeur l’acceptation d'un sentiment nouveau. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Dim 16 Juil 2017 - 12:17

Te amo sin saber cómoFt. OceanLe réveil du jeune homme fut d’une rare violence. Il inspira d’une traite de l’air frais, ce qui eut pour effet de le faire s’étouffer. Un poids sur sa poitrine failli empirer le tout, histoire de l’achever une bonne fois pour toutes. Manquant de s’étrangler, il se redressa et repris son souffle. La sirène, endormie sur son torse, ne broncha même pas, ses épaules se soulevaient doucement au rythme de sa respiration. Rien ne semblait pouvoir l’arracher à son sommeil. Sa jolie queue azurée baignait dans la marée montante, et ses nageoires ondulaient au fil des vagues. Les écailles, parsemées de doré, semblaient scintiller avec l’aube naissante à l’horizon. Un spectacle d’une rare beauté pour un naufragé éconduit.

Ethan marqua une pause, et réfléchit calmement. Enfin, calmement jusqu’au moment où il comprit que la sirène qui reposait sur son torse n’était autre qu’Ocean, et qu’elle avait dû passer la nuit ici, à le veiller comme on le fait avec un cadavre. En plus, il se sentait légèrement mort, la queue de la jeune fille lui bloquant clairement la circulation sanguine dans ses jambes, son estomac criant famine, et le corps recouvert de sable et de sel. Sexy ? Pas vraiment. Il grogna légèrement en essayant de dégager ses jambes de l’étreinte poissonneuse de son amie, ne voulant même pas imaginer la même scène avec des jambes, le rouge lui montant déjà aux joues. Inspire. Expire. Encore. Voilà on se calme. Self control Ethan. Trop tard, les images assaillaient déjà son esprit retourné.

Mourir. Il avait failli mourir, et Ocean l’avait sauvé. Plus important encore, il avait fallu qu’il se retrouve au bord du Styx pour comprendre ce qu’il se passait dans son cœur. Ce qui l’animait, ce qui l’avait poussé à entreprendre ce périple au-dessus de l’océan d’Autremonde. L’amour. Le simple fait de mettre un mot sur ce qu’il ressentait lui soulageait l’âme de façon considérable. Il ne se demandait plus « pourquoi », ne pensais plus à toutes les questions qu’il se posait auparavant. Il savait qu’il était complètement amoureux d’Ocean et que c’était pour cette raison qu’il agissait avec elle d’une manière différente. Il y avait entre eux comme une connexion, et ce depuis le premier jour. Il s’en rendait maintenant compte, il avait pensé être simplement son premier ami, mais il avait dû faire l’effet d’un tsunami dans le cœur de la petite sirène, envers qui personne n’avait alors jamais montré de tendresse. Au fur et à mesure de leur relation, leurs conversations à moitié silencieuses avaient forgé une sorte de complicité unique, qui avait cimenté fermement leurs sentiments naissants. Peut-être qu’au fond, Ocean avait été plus perspicace que lui, à ce sujet, alors qu’elle ignorait tout de la vie en elle-même, et ne connaissait que son rocher et Ecume, et que lui lisait des traités scientifiques. Comme quoi…

Il rougit et se passa une main tremblante dans les cheveux, en repensant qu’il s’était déclaré à Ocean après avoir échappé de justesse à la mort. Après qu’elle l’ait sauvé. Il n’avait pas eu le temps de voir sa réaction, ou même d’entendre sa réponse, si elle avait parlé. Mais il avait capté son regard l’espace d’un instant, plongé dans ses yeux lagon comme pour sonder son âme, et il s’était confié à elle, sans avoir honte ou peur. Il était à peu près certain de ce que la sirène ressentait pour lui, mais on ne pouvait prévoir les réactions du cœur. Il sourit en posant sa main sur la chevelure de la sirène. Il cherchait un moyen d’apaiser ses pérégrinations mentales, et le trouva. Il se mit à caresser la tête de la jeune fille comme on le ferait avec un chat. Ethan se rendit alors compte qu’Ocean l’avait recouvert d’un pull, afin de le garder au chaud. Pas très efficace sur une plage, le vêtement était maintenant imbibé d’eau, et grattait le torse du jeune homme. Il n’avait pourtant pas froid, parce que le corps de la jeune fille, habitué à la survie en milieu marin, diffusait une douce chaleur qui le réconfortait. Il perdait ses doigts dans les cheveux de la petite sirène, tout en réfléchissant à la suite des événements. Déjà : qu’allait-il faire lorsqu’elle allait se réveiller ? Il paniqua. « Bonjour » semblait naze, « Bonjour mon amour », beaucoup trop précipité, « Bonjour reine de mon cœur », légèrement abusé, « Coucou c’est moi », totalement inapproprié, « Salut poupée », trop…beauf il faut le dire…Il désespérait déjà, et à propos d’une simple phrase matinale. Il crut également que son cerveau allait fondre lorsqu’il réalisa qu’en gros, c’était comme s’ils avaient dormi ensemble. Juste pas dans le même lit, mais sur la même plage. L’un contre l’autre. Il manqua de s’évanouir avant de se reprendre.

Il avait juste à attendre un peu, un tout petit peu que son amie se réveille. Il était sûr d’une chose : il saurait quoi lui dire à ce moment-là. Il avait presque envie de la réveiller, de lui dire « alors, alors, et toi ? », mais il était loin d’être un gamin puéril. Enfin, selon les moments. Il mourrait d’envie de connaître la réponse de la sirène, ses sentiments, mais il avait aussi peur. Peur d’être consumé par ce sentiment si nouveau pour lui, d’être perdu, et de la perdre. Il ne se berçait pas d’illusion, il allait devoir rentrer à Londres, et, quand bien même, il ne pourrait jamais vivre dans l’océan avec elle. Fallait-il pour autant abandonner ? Certainement pas. Si le destin avait placé une sirène dans la Manche, à l’endroit exact où Ethan faisait son jogging quotidien, c’est qu’il devait y avoir une raison. Comment expliquer ce lien étrange autrement ? Cette attraction irrésistible entre eux deux. Rien de raisonnable ne le pouvait. Et puis, pourquoi pas ? La magie leur faciliterait sûrement la vie, il fallait juste qu’Ethan trouve le temps de lui rendre visite.

Oui mais, et si elle ne voulait pas de lui ? Qu’allait-il faire ? Repartir sur des bases amicales, ou juste retourner sur Terre et tenter d’oublier son chagrin ? Ethan n’ayant jamais été confronté à aucune des deux issues, il appréhendait le réveil de la sirène. Elle l’avait tout de même sauvé, il fallait aussi qu’il la remercie. Trop de choses se bousculaient dans son cœur, si bien qu’il avait du mal à suivre.

Il repensa à la raison de tout ce grabuge. L’émotion d’Ocean, qui avait balancé à la mer le médaillon qui symbolisait leur amitié. C’est vrai, il n’avait jamais été obligé de le porter tout le temps, et pourtant il le faisait, sans même sans rendre compte, la petite sirène était devenue comme un repère pour lui. Toucher du bout des doigts ce collier le rassurait, l’apaisait, parce qu’il savait qu’elle était quelque part, à l’attendre, qu’elle ne l’oublierait pas. Jamais. Il y avait pensé des centaines de fois sans jamais ce dire que ce qui lui apportait cette sensation de sérénité, c’était son amour pour elle. Désormais, ses réactions, son comportement, tout semblait s’éclaircir dans la tête du jeune homme, qui comprenait enfin ce qui lui arrivait.

Il savait que le fait de ne pas se voir pendant un an avait été difficile pour eux deux, et Ocean surtout, car il n’était pas dupe : laisser une sirène muette fraichement débarquée dans un monde rempli de créature chantante…n’avait pas forcément été une bonne idée. Elle avait retrouvé ses racines, mais elle ne pouvait pas s’expliquer, parler, ou même chercher les raisons de sa présence sur terre, chercher sa famille ou ce qu’il en reste. Avec du recul, peut être que l’enthousiasme suscité par son retour dans « son monde » n’avait pas lieu d’être. Elle avait dû se sentir bien seule, si personne n’avait faire l’effort de prendre le temps de la comprendre.

Il joua avec une mèche de cheveux, faisant attention à ne pas lui faire de nœud. Doucement, il la déplaça, sans la réveiller, de telle façon que sa tête repose plus haut sur son torse, dans le creux de son cou. Il aurait pu s’endormir encore. Il se sentait bien comme ça. Il resserra ses bras autour d’Ocean, réchauffé par la lueur de l’aube, et attendit qu’elle ne se réveille, avec autant d’appréhension que d’excitation. Il lui réservait son plus beau sourire.

Il voulait qu’elle soit heureuse, mais si elle ne pouvait l’être dans l’eau, elle ne le serait pas plus en Angleterre, où elle serait contrainte de vivre dans une baignoire. Non, il ne pouvait pas arriver comme une fleur et lui dire « viens emménager dans ma baignoire », ils se feraient certainement plus de mal qu’autre chose. Il avait peur qu’elle n’ait pas le courage de surmonter ça, qu’elle pense qu’il allait encore l’abandonner, et ne plus revenir, qu’il allait se trouver d’autres personnes pour la remplacer, alors que c’était impossible. Elle était bien trop précieuse à ses yeux.

Il attendit patiemment qu'elle se réveille, la serrant doucement dans ses bras.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mar 18 Juil 2017 - 2:05

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Comment pouvait-on expliquer qu’un simple geste, qu’une simple parole fasse autant de dégâts dans le coeur d’une petite sirène? Comment pouvait-on expliquer la présence d’Ocean sur le lieu habituel du footing du jeune garçon si ce n’était pas dû pour qu’ils se rencontrent? Comment expliquer cette sensation, ce feu d’artifice dans sa poitrine, ce bourdonnement dans ses oreilles, ces grands-huits dans son ventre quand elle voyait le jeune garçon? Comme expliquer que la petite sirène avait imaginé son prince charmant exactement comme Ethan? Comme expliquer qu’elle soit tombée sur lui un matin comme les autres alors qu’elle aurait pu le rencontrer un millions de fois? Comment expliquer qu’Ocean avait fini par tomber amoureuse de lui petit à petit? C’était Inexplicable. Tout comme leur amitié. Inexplicable. Tout comme leur compréhension et leur moyen de parler. Inexplicable. Mais maintenant, elle savait d’où venait cet emballement dans sa poitrine quand il lui souriait, cette chaleur dans son ventre quand il la prenait dans ses bras, ses oreilles bourdonnantes quand il riait. Tout cela qui lui avait semblé un moment inexplicable. Etait explicable. Concrètement. Simplement et par la définition seule d’un mot: L’amour. 

Elle s’était endormie sur la poitrine du jeune homme qu’elle aimait, sans même penser à faire attention à ne pas rester trop longtemps hors de l’eau, sans faire attention à si elle lui faisait mal, sans faire attention à sa respiration. Elle s’était endormie car elle s’était sentie bien. Comme apaisée. Apaisée par la présence du jeune homme. Apaisée par ses mots, par ses gestes. Apaisée dans sa tête mais surtout dans son coeur, car elle avait trouvé la source de son malaise de son comportement, de sa jalousie excessive la veille. L’amour. Maintenant qu’elle voulait bien l’avouer, elle se sentait libérée. Libérée d’un poids qu’elle avait cru porter seule. Libérée d’un poids qu’elle ne pouvait pas exprimer et qu’elle avait eut peur d’exprimer. Mais plus maintenant. Plus maintenant.

Ce n’était pas comme les autres jours. Ce n’était pas comme les autres nuits. Si ça avait été comme les précédentes elle n’aurait pas eut le même rêve non. Elle aurait vu un cauchemar. Elle aurait vu Ethan apparaître et disparaître. Elle l’aurait vu lui dire des mots le visage à moitié invisible comme si il était là mais qu’il repartait déjà. Elle aurait vu les valises, elle aurait vu le portail d’Aquaria. Elle aurait vu le visage heureux d’Ethan la laissant là seule, face à elle même. Elle l’aurait vu partir, elle l’aurait vu la quitter, elle aurait ressentie la tristesse et l’effondrement de son coeur. Puis, elle se serrait réveillée en sursaut, le visage trempée de sueur, le coeur battant plus vite que les ailes d’un papillon, les yeux embuées de larmes et la gorge sèche à cause d’avoir hurlé de façon silencieuse dans son sommeil. Mais pas là. Pas cette nuit. Non, à la place elle n’avait rien vu de spéciale. Elle ne s’en souvenait plus. Elle avait entendu le battement fragile du coeur du jeune homme, elle avait entendu le clapotis de l’eau, le bruit des vagues qui s’échouaient sur la plage et elle avait entendu encore et toujours comme une mélodie de fond les paroles du jeune homme avant qu’il s’endorme. Maintenant, elle s’apprêtait à se réveiller. Bientôt…Tout de suite. 

Soudain elle eut peur. Elle ouvrit les yeux brutalement avant de les refermer à cause du soleil qui commençait à pointer le bout de son nez. Mouvement trop fugace pour les yeux du jeune homme qui ne la regardait pas et qui réfléchissait. Elle n’était pas dans la mer, mais elle sentait l’eau faire danser ses nageoires. Elle sentait sa gorge sèche mais elle ne souvenait pas d’avoir crié. Elle avait chaud, mais elle ne se souvenait plus d’où elle s’était endormie. Soudain elle s’en souvient. Elle avait posé sa tête sur le torse du jeune homme et avait fermé les yeux. Elle était dans les bras d’Ethan qui exerçait une petite pression sur son corps comme si il voulait la garder près. Tout près de lui. Elle sentit l’odeur si familier du jeune garçon et le mouvement de ses doigts caressant ses cheveux. Elle n’ouvrit pas les yeux. Elle était bien, mais elle redoutait le moment où elle devrait affronter les yeux chocolat profond du jeune homme. Alors elle garda les yeux fermé se laissant bercer par les battements du coeur du jeune homme qui résonnait, par ses doigts parcourant sa chevelure d’or. Par son corps serrant le sien comme si elle était sienne. 

Son coeur s’emballa en repensant à la veille, à ce qu’il lui avait dit, à ce qu’elle avait rétorqué silencieusement mais qu’il n’avait pas eut le temps de voir. Et si il se réveillait sans souvenirs? Et si il ne se souvenait même plus de son nom? Et si tout ça n’était qu’une mise en scène? La petite sirène avait peur mais elle ne connaissait pas grand choses aux sentiments des autres, elle qui avait été depuis longtemps solitaire. Mais au fond d’elle même si Ethan n’avait pas été sincère, il ne l’aurait pas regardé comme il l’avait fait, il ne lui aurait pas murmuré du bouts des lèvres ses mots si doux et si sucrés. Il ne la bercerait pas dans ses bras de bon matin en attendant qu’elle se réveille. Comme si ça allait être le moment fatidique. Le moment où ils allaient se revoir après les évènements de la veille. Elle se souvint de la prise de conscience quand elle s’était avouée qu’elle aimait Ethan, quand ses eux parcourait sa chevelure cuivré, qu’elle le berçait du regard. Elle se souvint de cette sensation au creux de sa poitrine quand elle avait compris qu’elle en était amoureuse, cette sensation douloureuse et agréable. Elle se souvint qu’elle lui avait dit aussi qu’elle l’aimait. Elle l’avait pensé sur le coup et maintenant, à présent, elle y pensé toujours. Sinon cela n’aurait aucun sens, elle n’aurait pas se comportement avec le jeune garçon, elle ne voudrait pas le protéger, le voir en bonne santé, le voir rire et sourire, le savoir près d’elle, le voir la prendre dans ses bras, caresses ses cheveux, voir son sourire et entendre son rire qui faisaient s’emballer son rythme cardiaque. Quoi qu’elle puisse en dire, elle l’aimait. Elle l’aimait plus qu’un ami, plus qu’un meilleure ami. L’amour. Alors Comme réagir? Que faire? Elle ne se rendait pas compte que si elle était autant stressée c’est parce qu’elle ne voulait plus faire de mal au jeune homme. Elle ne voulait plus voir son visage se décomposer, sa voix prendre les traits de la colère. Elle ne voulait plus revoir ses images qui lui avaient lacérés le coeur en petits morceaux. Elle voulait le voir heureux, le voir sourire parce qu’elle l’aimait. Elle l’aimait tellement. 

Ocean n’avait pas pour but de faire patienter le jeune homme toute la journée en fermant les yeux. Il avait déjà peut-être remarqué l’accélération des battements de son coeur, si tel était le cas, elle était grillée. Mais se n’était pas ce qui la préoccupé le plus. Le plus, c’était de savoir quoi faire quand elle se réveillerait, quand elle serait face à Ethan. Quand elle sera fasse à lui, à découvert. Sous sa forme de sirène. Comme la première fois. La veille elle s’était dit ce qu’elle devait faire tout d’abord. S’excuser. S’excuser pour son comportement de la veille. S’excuse pour le collier. Se faire pardonner. C’était le premier réflexe d’Ocean. Aussitôt elle se demanda si elle devait lui dire bonjour d’abord avant de l’assommer à coups de gestes. Peut-être mais comment? Un câlin? Un bisou sur la joue? Un salut de la main? Un sourire? Un sourire semblait très approprié, elle ne pouvait pas faire mieux en terme de communication. Le coeur d’Ocean ralentit et elle se sentit plus détendue. Elle reprenait les choses un peu en main et savait quoi faire. Malheureusement, là elle réfléchissait, quand elle serait face à lui elle ne pourrait prévoir ses gestes sous l’effet de l’émotion. Une vague de chaleur lui remonta au visage et elle dut se faire violence pour ne pas se lever brutalement. Sinon elle percuterait le visage du jeune homme et ils seraient de plus en plus mal à l’aise. Si elle avait pu, elle n’aurait jamais ouvert les yeux. Mais il fallait bien se lancer et vu que le jeune homme ne semblait pas vouloir la réveiller, elle n’allait pas dormir jusqu’à la fin de la soirée. Alors elle ouvrit, un oeil, puis un deuxième. Elle vit tout d’abord le visage d’Ethan si près du sien qu’elle rougit instantanément et qu’elle crut refermer les yeux directement mais elle bougea un petit peu pour faire comprendre à son ami qu’elle se réveillait. Il dut comprendre car lui laissa l’espace suffisant pour qu’elle se relève doucement. Son bras autour de la taille de la petite sirène avait laissé une marque brûlante sur sa peau juste vêtue de son justaucorps d’algues et elle pria pour ne pas devenir encore plus rouge. Malgré cette sensation de brûlure elle avait envie de replonger dans les bras du jeune homme, de la laisser caresser ses cheveux, de le sentit près d’elle comme si il ne l’abandonnerait plus. Puis, elle ouvrit complètement les yeux après se les être frottés et darda son regard de cristal dans le brun des yeux du jeune garçon. 

Ce qui la frappa au tout début fut le sourire que lui avait réservé le jeune homme. Un sourire franc. Sincère. Un beau sourire. Le coeur de la petite sirène eut un décroché et sa respiration se coupa momentanément. Qu’elle aimait se sourire. Alors contre toute attente, alors qu’elle croyait qu’elle allait perdre ses moyens, rester là à le fixer, la bouche ouverte, les yeux écarquillés, elle lui sourit. Un véritable sourire. Les sourires qu’Ethan aimait tant. Les sourires qui le faisait sourire lui aussi. Car rien ne rendait Ocean plus heureuse que de voir son ami sourire. Un sourire qui couvrait un peu le rose prononcé qu’avait pris la teinte de ses joues. Un sourire qui voulait dire bonjour, qui voulait dire quelle belle journée, qui voulait aussi dire je t'aime. Un sourire à Ocean. Rien que ça. 

De peur de retomber dans un silence gênant, elle enchaîna avec sa conversation sous silence. Prenant garde de laisser sa queue de poisson dans l’eau pour ne pas voir ses jambes prendre forme sous ses yeux, elle regarda le jeune homme et une expression de tristesse passa un moment dans son regard azuré. Elle pointa le collier du doigts, doucement, calmement, pour qu’il comprenne, puis elle baissa la tête et la secoua négativement. Désolée. Elle était désolée. C’est ce qu’elle avait voulu lui faire comprendre avec ses gestes. Elle aurait aussi voulu lui dire qu’elle avait eut peur de le perdre, qu’elle avait tant espéré qu’il se réveille, qu’elle s’en voulait bien plus que tout au monde et qu’elle l’aimait. Mais elle en fut incapable. Un certain malaise s’était installé entre les deux amis et Ocean n’aimait pas ça. Elle savait au fond d’elle même que cela se passerait comme ça mais elle aurait voulu que ça se passe autrement, qu’il se réveille comme toujours, comme de bons vieux amis. De bons vieux amis. C’était ça. C’était ça qu’il fallait retrouver. Il fallait revoir cette complicité, cette amitié inexplicable entre les deux qui n’avait qu’un seul nom: l’amour. Et une fois qu’il l’aurait retrouvé ils se sentiraient mieux. Tous les deux. 

Alors, elle arrêta de fixer le sable et regarda de nouveau le jeune homme qui n’avait pas quitté la jeune sirène des yeux. Ce petit geste presque insignifiant fit battre le coeur de la petite sirène à une fréquence au dessus. Et elle aurait voulu plonger pour cacher sa gêne mais ce n’était pas la solution. Alors elle se gratta la nuque d’un geste maladroit. Elle savait qu’Ethan comprendrait, qu’il était sans doute dans le même état qu’elle. Quand soudain, elle eut l’impression de suffoquer, de perdre de l’air, de ne plus pouvoir respirer. De ne plus pouvoir prendre une bouffée d’oxygène. Elle eut l’impression que son coeur se ralentissait considérablement, sa tête lui tournait et cela n’était pas dû à l’amour. Le visage d’Ethan devint flou devant ses yeux et bientôt elle ne distinguait plus aucune forme, juste une palette de peinture qui avait semblait lui exploser au visage. Elle était livide mais ça elle ne le voyait pas, Ethan seul le verrait. Ses oreilles bourdonnaient si fort que même si il disait quelques chose elle n’entendrait pas. Elle commença à paniquer. Son coeur ne lui obéit pas de la façon espéré, au lieu d’accélérer, il ralentit davantage. C’est quand elle remarqua que sa gorge était plus sèche que jamais qu’elle comprit. Elle comprit que passer la nuit sur une plage sous forme mi-humaine mi-sirène n’était pas ce qu’il lui fallait. Maintenant que le soleil se levait, elle était déshydratée. Consciente qu’elle ferait sans doute paniquer le jeune homme, elle leva une main tremblotante pour lui dire de ne pas bouger. Elle ne voulait pas qu’il risque sa vie encore une fois. Pas cette fois. Elle tenait trop à lui pour qu’elle lui file de nouveau entre les bras. Pour que la les l’arrache de nouveau à elle, de nouveau à ses bras. Ethan était trop important pour elle. Elle ne voulait pas le perdre. Elle n’avait qu’un pas à faire qu’un saut. Elle se décala et se laissa entraîner par une vague. La froideur de la mer, l’étreinte glacée de celle-ci lui fit un bien fou. Elle inspira profondément, ses poumons se remplirent d’air de nouveau, elle ouvrit les yeux, il lui semblait qu’on avait de nouveau nettoyé la peinture devant elle et qu’elle voyait à présent normalement. Le bourdonnement dans ses oreille se tut et elle écouta le calme marin. Tout était de nouveau normal. Elle remonta à la surface, jugeant préférable de rester dans l’eau pour le moment. 

Elle chercha furtivement le jeune homme du regard et fut soulagée de voir qu’il était encore sur le sable. Alors elle se rapprocha de lui en se laissant dans l’eau. Même si elle était dans l’eau, ils étaient près. Elle s’excusa une nouvelle fois en rougissant espérant ne pas avoir fait trop peur au jeune homme, il ne manquerait plus que ça. Soudain elle remarqua qu’il était exactement dans la même disposition que quand ils s’était rencontrés la première fois, elle en sirène, lui en humain. Elle, près du bord de la plage, lui près du bord de l’eau. Comme autrefois, comme avant. Un sourire nuit sur ses délicates lèvres et bientôt elle sourit de nouveau à son ami, elle ne savait pas si il comprendrait, mais tant pis. Elle était bien. Le soleil commença à progresser lentement dans le ciel et un oiseau survola le ciel. Un bel oiseau comme elle en avait l’habitude de voir ici. Avec l’enthousiame d’une jeune enfant elle leva un doigt au ciel pour le montrer au jeune homme. En regardant son oiseau elle ne s’aperçut que trop tard qu’elle tombait en arrière. Sa nageoire calqua dans l’eau si fort qu’elle fit jaillir une vague. Quand elle ressortit la tête de l’eau après avoir maudit sa maladresse, elle remarqua que le jeune homme près d’elle était trempé tes pieds à la tête. Mais vraiment trempé. Et elle ne put s’en empêcher. Elle ne savait pas si c’était la situation, le visage d’Ethan, où ce qu’elle venait de faire mais elle ne put se retenir. Elle explosa dans un rire silencieux qui s’élever dans le ciel comme les pétales de cerisiers en fleurs au printemps. Elle n’était peut-être pas encore prête pour les grand discours, pour les longs je t’aime mais tant qu’Ethan était avec elle et qui comprenait que même si elle ne pouvait l’affirmer elle l’aimait, alors elle serait heureuse. Puis le moment venu, quand elle aura conscience qu’il ne suffira plus que d’un geste pour finir de convaincre le jeune homme de son amour pour lui elle le ferait. Mais pour l’instant elle voulait récupéré cet amitié ou plutôt cet amour qui avait naquit entre les deux. Comme avant. Alors elle rigola. Faisant exploser de nouveau des milliers de feu d’artifices en elle. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Jeu 20 Juil 2017 - 14:20

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan se sentait littéralement fondre face au sourire sincère et à la mine radieuse de son amie. Il comprit avec ce simple signe des lèvres, avec ce qu'il pouvait lire dans le regard d'Ocean qu'il s'était effectivement déclaré à voix haute. Il rougit. Ses sentiments avaient l'air réciproques, ce qui le réjouissait enormément, même s'il avait du mal a l'extérioriser. Un instant, il voulu qu'elle soit dotée de parole, pour qu'elle lui confirme ses hypothèses. Mais il savait que c'était impossible, et leur complicité si spéciale était l'une des choses les plus précieuses à ses yeux. Il sourit simplement, dévorant des yeux la petite blonde. Il aurait aimé capturer cet instant, figer le temps, graver ce sentiment de bonheur et de paux a jamais dans son coeur. Il aurait aimé prendre Ocean dans ses bras et ne plus bouger, la serrer fort contre lui et ne plus la lâcher. Ne plus partir. Jamais. Il savait que c'était impossible, qu'il devrait partir, alors il ne dit mot, contempla celle à qui il voulait vouer son coeur et sa vie. Le soleil haut maintenant se reflettait dans ses cheveux d'or, lui conférant une sorte d'aura mystique. Sa queue sintillait sous l'effet de la lumière, accentuant cette impression, et obligeant le jeune homme a plisser les yeux.[/size]

Il était amoureux d'une sirène, et cette même sirène l'aimait. Jamais il y a encore quelques mois de ça il n'aurait cru ça possible. Jamais il n'aurait pu imaginer que l'existence d'une telle créature était réelle. Et puis, que leur réserverait l'avenir ? Les évènements de la veille avaient serieusement entamé la santé mentale d'Ethan. Il ne savait plus où il en était, s'il voulait rentrer chez lui. Enfin, ça il en était sûr : il n'avait pas la moindre envie de rentrer chez lui. Il voulait passer son temps avec la sirène. Mais il savait que c'était juste impossible, qu'il ne pouvait laisser tomber ses projets et sa vie sur terre, aussi maigre soit elle. En plus, dès qu'il viendrait definitivement sur Autremonde, ils pourraient peut être aspirer a se voir plus souvent. Voir...vivre ensemble ? Les oreilles du jeune homme lui semblaient fumer et le monde lui monta aux joues. Sur Autremonde, voir une sirène se balader dans une bulle d'eau a travers les rues semblait parfaitement normal. Beaucoup trop de choses d'ailleurs etaient normales aux yeux des gens d'ici. Ethan se demandait si tous n'avaient d'ailleurs pas un bon pet au casque.

C'est elle qui commenca la conversation, interrompant l'attitude béate du garçon, dont la bave n'allait certainement pas tarder a couler le long du menton. Il de ressaisit. Au moment où elle commençait a s'agiter, le cerveau d'Ethan bondit et passa en mode "Traduction". Elle semblait vouloir s'excuser de son comportement de la veille. Un éclair de tristesse passa dans son regard, assombrissant sa mine. Pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'elle se sentait coupable. Elle s'excusait. Son signe de la main vers le pendentif qu'il avait eu du mal à recupérer après son geste puéril lui confirma ses hypothèses.

— Excuses acceptées, dit le jeune homme. Je te demande pardon aussi, d'ailleurs, je n'avais conscience du mal que je pouvais te faire. Je choisirai mes mots plus sagement a l'avenir, promis. Je ne veux pas te blesser, surtout pas. Et puis, je suis vivant, donc disons que dans la mesure où tu m'as sauvé des bras de la mer, nous sommes quittes.

Il lui sourit avec douceur. Il voulait repartir de zéro, pardonner et être pardonné. Profiter du temps qui leur était donné.

Lorsqu'elle sembla prête à vomir, ou à faire une crise cardiaque, s'effondrant presque, devenue tout a coup aussi pâle qu'un vampyr. Elle semblait suffoquer, manquer d'air, alors qu'Ethan ne semblait pas plus que ça affecté. Quel con, pensa-t-il c'est une sirène, et hors de l'eau de surcroît, elle n'avait pas besoin d'air mais d'eau. Il repensa a ses premières pensées, lorsqu'il avait vu la petite sirène. Il avait vu en elle la célébrité, des recherches exceptionnelles, et il avait beau s'être éloigné de ce genre de pensée, il mourrait d'envie de lui faire passer un IRM.

Il doutait toutefois de son accord. Il repensa, alors que la sirène se resoursait dans l'eau pour reprendre des forces, a tout ce qui lui etait inconnu dans ce monde. Sur Terre, les humains avaient ce besoin irrépressible de comprendre ce qui leur arrivait, certains disent qu'il s'agit d'une quête existentielle proprement humaine : conscients de leur faiblesse, ils essaient de trouver la raison pour laquelle ils vivent, de donner un sens à leur misérable existence. Sur Autremonde, personne ne se pose la question de savoir comment tant d'espèces peuvent avoir vu le jour sur un si petit espace. Du n'importe quoi. Il était grand temps que quelqu'un s'occupe de poser les bonnes questions. Il rêvait debout à la simple idée de trouver un fossile de dragon, il voulait explorer le génome de chaque être vivant présent sur cette planète, ses habitants, la faune et la flore.

Ocean revint vers lui, restant toutefois dans l'eau. Le soleil montait dans le ciel et déjà la température accompagnait son ascendance. Le sable brûlait à présent les mains et led cuisses du jeune homme. Il se rapprocha donc d'Ocean, de sorte à rester assi dans l'eau et se rafraîchir.

Avec l'entousiasme d'une enfant, elle sautilla sur place en admirant un oiseau magnifique dans le ciel. Une bobelle peut-être, pensa le jeune homme en se rappelant les bouquins à propos Autremonde, le genre de gros pavé qu'il avalait dès qu'il avait le temps, avec l'avantage des bouquins magiques : on les apprenait d'une seule lecture. Face à son sourire d'ange, à ce rire silencieux qui tendait son visage si lulineux, alors qu'il était maintenant trempé jusqu'aux os. Le rire du jeune homme se joignit a celui, muet, de la petite sirène. La voyant si heureuse, si joyeuse d'être avec lui, Ethan ne pu résister et la pris dans ses bras.

— Pardon ne ne pas avoir été là pour toi.

Il savoura l'instant, respira le parfum marin de la sirène, avant de la libérer et de retourner s'assoir par terre, les fesses dans l'eau et les jambes repliées sous son menton. D'un regard doux, il ne se lassait pas de la contempler.

Ils ne disaient rien, se regardaient simplement, comme s'ils se disaient tout.

Pour sa part, Ethan ne savait pas trop comment se comporter maintenant. Reste toi même, lui conseillait une petite voix en lui. Oui, il était incontestablement sous le charme de la petite sirène, mais il avait peur que les choses aillent trop vite, jusqu'à ce qu'ils perdent leur lien si particulier. Cependant, que dire dans ce genre de situation. Ah, il avait oublié !

— Euh, si ça t'intéresse, commença-t-il en rougissant, tortuant sa tignasse avec une main nerveuse, j'ai appris la langue des signes à l'université.

Devant son regard interrogateur, il approfondit ses propos :

— L'université c'est une école mais pour les grands,  fais des études plus appronfondies et j'ai des matières plus compliquées, et un choix d'option large. Tu n'es pas la seule à ne pas pouvoir parler, certains gens naissent avec le même mutisme sur Terre, parfois. Ou ils le deviennent. Bref, on a inventé un language universel qui se parle avec les mains et le visage. Je l'ai appris...

Il marqua une pause, rougissant de plus belle.

— Pour toi.

Il attendit impatiemment qu'Ocean lui fasse part de sa réaction. Il se demandait comment elle allait réagir. Elle pouvait aussi avoir peur de ne pas savoir apprendre, ou juste la flemme. Il espérait pouvoir faire ça pour elle. Ils pourraient alors vraiment parler, malgré l'absence de parole, et son cerveau ne serait plus autant en pls. Ce serait certainement fructueux, au début, puis elle prendrait le rythme, et leurs paroles demeureraient secrètes. Personne ou presque ne comprendraient ce qu'ils se diraient, la langue des signes n'était que très peu connue sur Terre, alors ici...avec les guérisons magiques. Il sourit a cette idée, ils pourraient parler en continu.

— Ah, et j'ai un cadeau pour toi, mais il est dans mon sac, qui a du rester sur le rocher je crois !

Il avait hâte de lui montrer ce qu'il avait apporté. Elle serait certainement ravie, et cela lui passerait toute sa mauvaise humeur, sa détresse ou sa tristesse, lorsqu'elle serait seule. Et de même pour lui. Il sourit à son tour comme un enfant : tout allait s'arranger, tout semblait possible.[size=40]
© 2981 12289 0

Spoiler:
 




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 24 Juil 2017 - 1:07

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

L’océan rayonnait. De milles feux, de milles couleurs. Non pas la petite sirène qui respirait la joie de vivre, qui explosait de bonheur comme le ciel explosait sous un feu d’artifice multicolore. Mais l’océan. L’océan bleu, cette large couche sous-marine qui représentait tant de vies et tant de pertes, celui qui décidait de l’avenir des marins et du bonheur du peuple des eaux. Celui qui permettait la vie aux créatures sous-marines comme Ocean. Celui qui abritait les peines et les chagrins. L’océan infini qui s'étalait à perte de vue qui donnait à la fois une impression de soulagement en voyant ses reflets bleus et de gouffre en apercevant les fonds noirs qui pouvaient entrainer vers la mort. Ce grand bleu qui en ce moment même absorbait l’amour que deux amis se donnait l’un pour l’autre. 

La surprise du réveil passé, son état de déshydrations arrangé, la petite sirène avait la queue dans l’eau. Elle s’amusait à faire onduler ses nageoires et s’amusait du reflet doré qu’elles lui renvoyait en plein visage. L’éclat de ses écailles dorées se reflétaient également sur le visage du jeune homme en face d’elle et faisait poindre sur son visage de porcelaine un petit sourire. Elle ne pouvait s’empêcher de regarder Ethan, de plonger dans ses yeux noisette, de regarder le vent ébouriffer ses cheveux, d’observer le plis de ses yeux à cause de l’éclat des écailles d’Ocean. Quelque chose avait changé dans le regard du jeune homme. Ocean en était persuadée, elle n’était peut-être pas très forte pour se faire comprendre et elle ne le pouvait pas de manière explicite mais elle était observatrice. Le jeune homme se sentait comme libéré, soulagé d’un poids qu’il avait eut du mal à porter. Cela se voyait dans ses gestes, cela ce voyait dans le sourire que reflétait son visage et qui faisait battre le coeur de la petite perle de plus en plus vite. La jeune sirène observa son ami qui rougit momentanément comme si il avait pensé à quelque chose qui l’avait gêné. Ocean ne put masquer un sourire, ce rougissement, elle le connaissait si bien. Elle l’avait toujours connu, depuis le jour où Ethan était venu mettre un bandage sur sa blessure. Depuis le jour où ils étaient devenus amis, ou ils avaient passé du temps ensemble, où ils avaient appris à se connaître. Ils en avaient fait du chemins tous les deux. Ils s’étaient trouvés sur les plages de Torbay, l’une seule et l’autre tout aussi seul. Les voilà qu’ils se retrouvaient à présent sur une dune de sale du Royaume d’Aquaria, ensemble. Passant de leur statut, d’amis, de meilleure ami à…à amoureux? La petite sirène chercha à camoufler le rouge qui lui monta aux joues mais après tout…elle pourrait toujours prétexter qu’elle avait froid. 

Après tout il y avait de quoi rougir. Un an auparavant elle n’aurait jamais cru que quelqu’un daignerait poser ses yeux sur elle sans hurler, ni crier à l’aide. Elle n’aurait jamais crut qu’un jeune garçon l’aide à se soigner, qu’il l’aide à se sentir mieux. Elle n’aurait jamais crut qu’il pourrait combler la solitude qu’elle avait eut pendant les treize longues années de son enfance sans personne à part Ecume. Elle n’aurait jamais songé qu’il continue à la voir, à s’intéresser à elle malgré son handicap. Après tout, ici tout le monde la regardait de travers. Elle se sentait différente et les autres ne l’aidaient pas à oublier qu’elle n’avait pas de voix. Mais pas Ethan. Avec Ethan elle ne se sentait pas différente en tout cas pas au même titre que ce pourquoi on ne lui adressait pas la parole. Avec Ethan elle est une jeune sirène normale, malgré son manque de corde vocal efficace. Avec Ethan elle est quelqu’un que l’on essayait pas de camoufler aux yeux de tous. Alors oui, avec Ethan elle est aussi différente, elle se sentait différente car elle est sirène et qu’il est humain. Mais cette différence les avait rapproché. Elle pourrait dire aussi qu’elle était différente par rapport aux autres. Parce qu’il était le seul à la regarder de cette manière. La seule. 

Pourtant malgré cette joie qu’elle ressentait au plus profond de son coeur, c’est comme si quelque chose lui manquait. Ils s’était avoués leur amour, lui plus qu’elle vu qu’il n’avait pu entendre les mots prononcés silencieusement sur les lèvres de la jeune sirène. Mais le résultat était le même. Ils s’aimaient. Inexplicablement. Un lien plus fort que l’amitié s’était tissé entre deux jeune gens qui n’auraient à la base pas dû se rencontrer. Si Ocean devait remettre sa vie au destin encore une fois, elle le ferait. Ce destin lui avait fait rencontrer son meilleur ami. Celui qu’elle aimait au fond de son coeur. Cependant ce silence qui se répercutait dans le bruit des vagues qui s’échouait sur le sable la mettait mal à l'aise, les mettait mal à l’aise. Elle voulait retrouver cette proximité, cette amitié qu’ils avaient eut quelques mois auparavant. Et c’était bien partis pour. La jeune sirène était pardonnée. Elle avait pardonné en voyant la mer arracher Ethan à ses bras, elle avait pardonné en voyant qu’il comptait plus que tout pour elle. Et il avait pardonné. Pour les mêmes raisons. Ocean fronça tout de même légèrement les sourcils. Elle ne voyait pas bien de quoi ils étaient quitte? Lui avait faillis mourir, elle avait faillis juste mettre leur amitié en l’air. Il n’y avait pas de quoi être quitte. Elle n’osait imaginer si elle n'avait pas sauté à son tour dans l’eau, si elle ne l’avait pas retrouvé, si il était déjà mort. Elle secoua ses cheveux tressées d’or et se dit qu’après tout si Ethan disait qu’ils étaient quittes, ils étaient quittes. Elle ne désirait pas contredire son ami une fois de plus et se lancer dans de grandes conversation avec pour seuls outils de parole ses yeux et ses mains. Alors elle posa la main sur son coeur pour remercier le jeune homme et lui sourit. Un simple geste. Un simple mot. Un simple regard. Un simple sourire. Voilà leur mode de compréhension. Seul Ethan et Amber parvenait à la comprendre. C’est ce qui faisait d’eux ses amis…ses meilleurs amis!

Lorsqu’un oiseau était passé dans le ciel, ça avait été plus fort qu’elle. Son caractère enthousiaste et curieux avait prit le dessus, elle s’était mit à pointer le doigts vers le ciel, à sautiller sur place pour montrer au jeune hommes l’oiseau qu’elle venait de voir. Dès fois elle se disait qu’elle aimerait bien voler. Voler pour voir le monde d’en haut et non d’en bas comme elle le faisait à chaque instant. Voler, comme si le temps là-haut ne s’écoulait plus, comme si il était suspendu. Dans le ciel. Dans le vide. Un sourire aux lèvres, un éclat de rire silencieux en bouche elle tournait sur elle même pour regarder le petit oiseau avant qu’il n’échappe à son champ de vision. Ecume à ses côtés boudait si fort qu’Ocean se baissa pour lui caresser la tête. Quelle grande jalouse! Et Pourtant s’était la première à faire des câlins aux inconnus. Perdue dans ses pensées, dans ses rêves aux plumes de mille couleurs. Elle ne vit pas que le jeune garçon s’était approché, qu’il l’avait prise dans ses bras et serrer contre son coeur. Son coeur eut un décrocher puis, elle glissa sa tête contre le torse du jeune homme. Elle respira son parfum, écouta les battement de son coeur. Quand il lui chuchota des paroles, quand il lui chuchota ces mots, sa respiration se fit plus lente. Plus apaisée, elle qui quelques minutes avant se serait entrecoupé de petit hoquet afin de reprendre son souffle. Elle se sentait apaisée avec Ethan à ses côtés. C’est ça…apaisée. Elle s’écarta gentiment de lui et secoua négativement la tête en passant une main derrière son épaule à l’air de lui dire: « C’est du passé! ». Elle ne voulait plus en entendre parler, elle ne voulait plus entendre parler de leurs erreurs passé. Tout cela lui mettait le coeur au bord des lèvres, faisait frénétiquement battre son coeur plus vite, lui faisait penser à des scènes inimaginables. Elle secoua la tête, elle ne voulait plus en entendre parler. 

Le jeune garçon s’assit dans l’eau et elle fit de même…enfin elle, elle se replongea jusqu’aux épaules. Il semblait comme se protéger. D’elle? Du froid? Elle ne savait pas mais en tout cas il était perdu dans ses pensées, la jeune sirène joua du bout des doigts avec Ecume dans l’eau quand soudain la voix du jeune homme la fit sursauter. Gênée d’être aussi nerveuse elle rigola nerveusement et rougit. Le jeune homme devant elle semblait aussi nerveux qu’elle et elle ne comprenait pas pourquoi quand à la fin de sa première tirade. Univers-quoi? Langue-des-quoi? Ne pouvant lui demander ce que c’était, elle lui lança un regard plein d’interrogations où on pouvait lire l’incompréhension la plus totale quand on parole du jeune homme. C’était quoi ce lieu? On y faisait quoi? Elle se souvint momentanément qu’elle avait crut entendre Ethan prononcer ce mot en haut du rocher mais elle n’était pas sûre. Remarquant sans doute le trouble de la petite sirène il s’expliqua. Oh c’était ça l’Université? Elle avait envie d’y aller elle aussi! Soudain elle se sentit terriblement proche d’autre gens. Une sensation qu’elle n’aurait jamais crut connaître auparavant. Il y’a avait d’autre gens comme elle. D’autre gens qui ne pouvait pas parler. Elle n’était pas seule. Elle n’était pas si différente. Un sourire illumina le visage de la petite sirène. Alors elle écouta attentivement les paroles du jeune homme sur ce mode de communication. Alors les gens comme elle avait appris un langage pour pouvoir se comprendre? Un langage comme les autres qui pouvait parler? Quelque chose qui remplaçait la voix? Elle faillit ne pas entendre le « Pour toi » qu’Ethan souffla entre deux paroles. Elle se sentit rougir de plus belle et cela ne fit que lui apporter du baume au coeur. Alors comme ça elle avait eu faux sur toute la ligne. Ethan ne l’avait pas oublié. Non au contraire. Pendant ses temps libres il avait appris une langue que pour elle. Pour qu’ils puissent se parler. Pour qu’ils puissent communiquer. Pour qu’elle se sente moins différente. Pour elle. Simplement pour elle. Elle était gênée d’avoir pensé que son meilleur ami l’avait abandonné alors qu’au contraire il avait fait des choses pour elle. Simplement pour elle. 

Elle remarqua soudainement qu’Ecume fila à grande vitesse dans la direction d’Ethan ayant perçu l’écho des paroles d’Ethan dans l’esprit d’Ocean. Ocean essaya de la prendre dans ses bras mais le petit phoque était plus rapide qu’elle, en quelques coups de nageoires elle était déjà arrivée près d’Ethan et le regardait bizarrement. Dans la tête d’Ocean de drôles d’images firent leurs apparitions, soit Ecume dans les bras d’Ethan, soit Ethan au fond de la mer entrainé par Ecume. Elle ne comprit bien trop tard que son familier se demandait que faire avec le jeune homme. Elle ouvrit la bouche mais rien ne sortit. Contrariée, elle ne put rien faire. Bien heureusement Ecume ayant perçu les sentiments de la jeune sirène, la regarda et alla se blottir dans les bras d’Ethan. Ocean soupira et laissa échapper un petit rire nerveux en se grattant la nuque. Il fallait avouer qu’elle avait eut peur. Ecume avait été très contrariée, en colère et déçue par Ethan au cours de cet an et depuis le début de la rencontre. Elle aurait pu lui faire mal si elle n’avait pas remarqué le lien fort qu’entretenait les deux jeunes gens dans la mer. Alors sagement elle câlinait Ethan pour lui faire comprendre qu’elle était heureuse. 

Ocean alors, au comble de l’excitation et du bonheur, elle frappa dans ses mains et avec un sourire elle hocha vigoureusement la tête pour montrer à Ethan qu’elle était partante pour apprendre cette langue. Alors elle regarda ses mains trempées de la Grande Bleue et essaya de faire un geste. Bon allez ça ne devait pas être si compliqué que ça? Si? Enfin si...comment on pouvait communiquer de cette façon? Ethan savait-il tout sur cette langue? Pouvait-il lui apprendre maintenant tout de suite? Elle avait déjà pleins de questions et pas encore un moyen de pouvoir y répondre. Alors elle montra un pouce avec son doigts. Elle avait cru déjà voir quelqu’un faire ça pour dire qu’il était « ok » où un truc du genre. Elle rigola seule, s’attendant à ce que son geste soit infructueux. Complètement infructueux. Elle n’arriverait pas à parler la langue des signes tout de suite. Et même si elle était impatiente, même si elle aurait voulu qu’Ethan commence une leçon tout de suite, elle arrêta de gigoter dans l’eau et vint s’assoir en face du jeune garçon. Puis elle lui montra ses mains et inclina la tête alors de dire: «  Alors tu fais comment? », « On va pouvoir parler comment, », « Dis, dis Ethan! ». heureuse, elle jubilait intérieurement. Elle avait retrouvé sa joie d’avant et cela faisait plaisir à Ecume qui occupait désormais les bras du jeune homme. Moyen de se faire câliner ou simple moyen pour qu’il n’approche pas trop son âme-soeur? Personne ne le saurait à part le petit phoque. 

A la suite des paroles du jeune homme, elle inclina la tête sur le côté essayant de saisir les paroles d’Ethan. Un cadeau? Un cadeau pour elle? Elle éclata de rire et elle attendit que le garçon dise quelque chose de plus. Mais il ne disait rien, il se contentait de la fixer alors elle faisait de même c’est comme si leurs yeux ne pouvait plus se quitter, comme si le lien si invisible qu’ils avaient tissé ne fonctionnait qu’en regardant le regard de l’autre. ne pouvant laisser son impatience de côté, la petite sirène, nagea un peu plus vers Ethan, montra le gros rocher du doigts au dessus de leur tête et le poussa gentiment vers le bord. Mais elle avait envie de savoir quoi? Qu’il aille le chercher! Ce n’était pas très difficile à comprendre! Pas besoin de langues des signes pour que le jeune homme comprenne l’impatience d’Ocean. 

Dans cet univers où le monde était sourd, il y avait toujours deux personnes pour se regarder dans les yeux et se faire passer plus de mots en un regard que les mots prononcés par des gens qui ne s’entende même pas. Il n'y avait pas besoin de paroles dans un monde où personne ne prenait le temps de vous écouter, il y avait juste besoin de regarder. Peu de personne savait lire autant avec les yeux qu’avec le coeur. Ces personnes la pouvait se compter sur les doigts des deux mains, mais quand ça arrivait, quand un évènement vous empêchait de vous faire étendre, de vous faire parler. Vous n’aviez qu’à regarder quelqu’un de cher à vos yeux pour qu’il comprenne toutes les joies et tous les maux de votre coeur. Dans ce monde de sourd, il y avait toujours quelqu’un pour défier la nature et pour faire battre le coeur de quelqu’un plus vite simplement avec un regard. Un simple regard. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mer 26 Juil 2017 - 6:30

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan avait le cœur regonflé d’espoir. Son amie lui avait assuré tout lui avoir pardonné, à sa manière. « C’est du passé » semblait-elle dire en agitant ses petites mains de porcelaine, et c’était tant mieux. Ils pouvaient à présent repartir sur de bonnes bases, se connaître à nouveau, tisser quelque chose d’unique, encore. Le jeune homme espérait cependant qu’elle aussi oublierait. Il ne pouvait nier que c’est sa bêtise puérile qui avait failli lui coûter la vie, mais il ne voulait pas qu’elle s’en sente coupable, pas le moins du monde. Plus jamais. Pourtant, il avait bien peur que ce souvenir vienne la hanter dans ses choix et actions futures, connaissant son amie, elle pouvait parfois exagérer. Quoi qu’il n’était vraiment pas passé loin de la faucheuse… Il lui rappellerait cependant ses propres paroles (ou signes) : « c’est du passé », c’est fini, on oublie ce moment tragique, car c’est de la tempête qu’est né le meilleur. Essence pure et sincère de leurs sentiments réciproques.

Elle sembla énormément touchée par le fait qu’il ait pris le temps de prendre des cours de cette langue dont elle ne connaissait pas l’existence. N’y avait-il rien pour les muets sur Autremonde ? Remarqua, pensa-t-il, avec la magie des chamans, tout peut être réparé en un instant, du coup personne ne se casse le cul à inventer des trucs pour une minorité de personnes. C’était peut-être là toute la richesse des nonsos, et notamment des terriens. Ils avaient appris à survivre et à évoluer sans jamais se reposer sur quoi que ce soit, si ce n’est leur inventivité et leurs propres talents. Il sourit à la petite sirène, que les paroles du jeune homme avaient rendue cramoisie.

Avec une grimace et une légère appréhension, il regarda Ecume fondre sur lui à toute vitesse. Allait-elle encore une fois lui croquer le mollet ? Peut-être même l’entrainer une bonne fois pour toute au fond de l’eau, histoire qu’il meure un bon coup et qu’il arrête de faire chavirer d’un bord à l’autre le cœur de sa maîtresse. Elle ne fit rien de tout ça, et se blottit dans ses bras. Ethan savait que le petit phoque ne le portait pas dans son cœur, à cause de tout ce qu’il avait pu faire ou dire à Ocean, notamment l’abandonner…

Ocean paraissait excitée à l’idée d’apprendre la langue des signes, elle opinait de la tête avec l’entrain adorable d’une enfant. Elle était si mignonne. Ethan rougit et se passa une main dans les cheveux. Elle leva son pouce en l’air pour confirmer son accord, avec un grand sourire. Cela le fit rire :

— J’ai bien compris ce que tu voulais dire, mais si tu veux un mot simple pour dire oui, ok par exemple, il faut que tu fasses un O avec ta main, puis un K.

Joignant la théorie à la pratique, il montra avec sa main droite comment dire « ok » en langue des signes. Puis, avec un sourire, il prit la main de la petite sirène dans la sienne pour lui montrer directement.

— Pour dire oui, c’est beaucoup plus compliqué, donc je te montre le signe correspondant, mais tu n’es pas obligée de t’en souvenir.

Il s’exécuta, tournicotant ses mains : un moulinet de la droite pendant que deux doigts de la gauche sont levés, une petite croix avec une moue montrant l’assentiment, puis un globe des deux mains finissant en poing de la droite tapé dans la gauche.

Devant le regard quelque peu perdu de son amie, il comprit qu’il l’avait perdue en chemin. Il rigola en la rassurant :

— Tout n’est pas aussi compliqué bien sûr ! Pour l’instant, on se contentera du ok, hein ?

Il caressa Ecume après s’être quelque peu méfié de la bête.

— Je m’étais dit que ce serait plus pratique pour toi d’apprendre cette langue, et que tu serais rassurée de savoir que tu n’es pas seule aux mondes à être dépourvue de parole. Je ne sais pas si c’est naturel ou dû à un choc, dans ton cas, mais le fait est que tu as une porte de secours grâce à cette langue. Tu as une école chez les sirènes ? Je suis surpris que personne ne t’ai jamais conseillé de voir un spécialiste, ou peut-être n’y en a-t-il juste pas sur Autremonde.

Il sourit avec tendresse.

— J’ai pas mal de facilités pour mon âge, au niveau des études, et même si l’apprentissage de la langue des signes a été très laborieuse, j’ai réussi à l’intégrer à une vitesse folle. Je ne connais pas tous les mots, au contraire, mais je poursuis mon apprentissage seul, et à la fac dès la fin des vacances. Du coup, quand tu auras saisi le plus important, soit je te parlerai à voix haute, soit avec les signes. Peut-être avec les signes pour commencer, pour que tu assimile mieux cette langue si particulière.

Avec impatience, la petite sirène l’exhortait à aller chercher le présent qu’il lui avait annoncé. Il rigola du geste de son amie, qui le pressait avec un regard joueur. Il ne rechigna pas plus longtemps, sachant parfaitement qu’Ocean avait assez de puissance pour le tremper d’un claquement de queue sur la surface lisse de l’eau. Il se leva, son sourire ne le quittant pas, et déposa Ecume dans les bras de sa maîtresse.

— Tu penses qu’elle commence à me pardonner, elle aussi ?

Il attendit la réponse de son amie, avant de se diriger vers le haut du rocher. Une fois là-bas, il poussa un soupir de soulagement en constatant que ses affaires avaient été épargnées par la marée. Il fouilla dans son sac, à peine mouillé, et en sortit deux petit paquets. Il en profita pour prendre avec lui deux barres de céréales, parce que son estomac criait famine depuis un moment déjà. Il assouvirait sa faim pour un petit moment, avant de faire un vrai repas.

Avec un sourire ravi, et la bouille d’un enfant, il redescendit jusqu’à la petite plage en bas du rocher, où l’attendait toujours Ocean. Premièrement, il lui tendit une des barres chocolatées.

— Je ne sais pas de quoi se compose ton régime alimentaire, en tant que sirène, mais je ne pense pas que des céréales et du chocolat te rendent malade. Enfin, si tu as déjà fait une mauvaise expérience avec, dis-le moi.

Ethan ouvrit l’emballage de la sienne et croqua dedans avec un plaisir non-dissimulé. Le chocolat avec pour effet de le ravitailler en un instant, et de lui remonter le moral.

Après ce léger repas, il décida d’offrir à son amie, qui trépignait d’impatience, le présent promis. Il lui tendit un des deux emballages en papier, et ne put s’empêcher de rire en voyant la mine mi-émerveillée, mi-interloquée de son amie. Il s’agissait de deux boules de cristal scintillantes, une pour elle, et une pour lui.

— J’ignore ce qu’il en est des sirènes, mais, visiblement, sur la terre ferme, tout le monde utilise ses boules de cristal, pour communiquer. Avec, nous pourrons parler, même si je suis sur Terre et toi ici.

Avec un grand sourire, il attendit la réaction de la petite sirène.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Sam 29 Juil 2017 - 1:46

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo
Même scène. Même moment. Même sourire. Même image encrée dans le présent. Encrée dans les pensées, dans la mémoire de la petite sirène. Encrée dans le cadran d'une horloge qui tourne sans même effacer le moindre des souvenirs. Eclat de rire. Etreinte douce. Tout était exactement pareil sauf qu'Ocean avait l'impression qu'on avait amplifié ses sentiments, qu'on gonflait ses poumons à coup d'hélium, qu'on faisait battre son coeur comme si sa vie en dépendait, qu'on l'asphyxiait sous le soleil du sourire d'Ethan. Horloge qui tourne, minute qui passent sans même atteindre les deux jeunes gens qui semblent immobile dans le temps présent, qui semble ne plus se rendre compte du temps qui tourne sans eux. Ou du moins qui tourne avec eux. En fait, ils étaient comme cette horloge qui avançait doucement. Une danse. Une danse lente et précautionneuse qu'il fallait suivre. Les deux amies expérimentaient les joies et les peines de l'amour comme une danse où chacun doit suivre ses pas. Mais il est certain que lorsque l'un dérape, que lorsque l'un tombe, l'autre est obligé de tomber avec lui. 

La petite sirène avait tendance à exagérer. Tout le temps beaucoup. Rien qu'à cause de cette histoire d'amie elle avait exagérée, elle avait crut qu'Ethan l'abandonnait alors que ce n'était pas le cas. Elle avait tout de suite prévu le pire des scénarios alors qu'elle aurait dû se réjouir pour lui. Si il avait faillis mourir…c'était de sa faute. La aussi elle pouvait exagérer car si Ethan n'avait pas plongé, si il avait rejoins la terre ferme si il n'avait pas été aussi buté il n'aurait pas épuisé ses forces pour retrouver le médaillon. Mais, si elle ne l'avait pas balancé, il ne se serait jamais fatigué. Jamais. Il n'aurait prit aucun risque. La mer ne l'aurait pas arraché à ses bras. Il n'aurait pas faillis mourir à côté de la petite sirène. Rien qu'à cette pensée le coeur d'Ocean s'emballa dans sa poitrine. Elle se rappelait ses gestes…"c'est du passé" oui certes, mais ce passé, parviendra-t-elle à l'oublier? Parviendra-t-elle à se pardonner? Si il y avait bien une chose sur laquelle Ocean n'exagérait pas c'était sur son amitié avec Ethan. Au fil du temps il avait créé un lien, qui n'existait que tous les millénaires. Un lien si puissant, si fort que rien ne peut les séparer. Un lien qui malgré les erreurs, qui malgré les coups bas et la distance ne s'est pas effiloché. Il est resté le même. Intact. Ethan était son soleil en quelque sorte. Le soleil autour duquel elle gravitait. Si son soleil tombait, elle tombait avec. Elle n'exagérait pas cette fois. Elle n'exagérait pas pour leur amitié. Avec leur amour naissant. Jamais. 

Sans même prendre le temps d'attendre la moindre leçon du jeune garçon, la petite sirène s'était essayé à signer. Enfin signer, elle avait juste montré un pouce avec sa main pour lui dire qu'elle était d'accord. Elle pensait sincèrement que c'était comme ça qu'on le disait. Lorsqu'Ethan rigola elle rougit, elle aussi, en baissait la main. Soit, la langue des signes ne s'apprenait pas naturellement. Elle rigola elle aussi. Après tout, elle avait le temps et Ethan n'était pas parti. A cette pensée le coeur de la petite sirène se serra. Elle ne voulait pas penser à son départ. Pas encore. Pas tout de suite. Elle secoua sa tête blonde et regarda le visage du jeune garçon légèrement rougit. Une mèche de cheveux lui tombait devant les yeux et Ocean ne put s'empêcher de se dire qu'il était beau. A cette pensée, son coeur bondit dans sa poitrine et elle s'enfonça un peu plus dans l'eau. Alors les yeux écarquillés comme une grande enfant qui découvre ses cadeaux d'anniversaires elle regarda Ethan qui lui montra comment on disait "ok", une sorte de "oui" si Ocean se souvenait bien. Après tout, oui c'est vrai avec quelques petits mots ils arriveraient de mieux en mieux à se comprendre et à la fin ils pourront se parler réellement. Réellement. Ocean pourrait s'exprimer comme jamais elle ne l'avait fait. Rien que de lui offrir cette possibilité, Ocean trouvait qu'Ethan lui faisait un énorme cadeau. Il avait fait renaître dans son coeur un espoir. L'espoir qu'elle n'était pas seule, qu'il y avait d'autres personne comme elle. Qu'elle n'était pas si différente que ça et qu'elle pourrait de nouveau parler. Même si ce n'était pas avec la voix, elle pourrait parler clairement, avec les gestes, avec son corps, avec ses yeux. Elle pourrait parler. Elle pourrait lui parler.  

Elle sourit et essaya de reproduire le geste d'Ethan. Mais elle s'emmêla et au bout de deux secondes elle avait déjà oublié le geste. Elle fronça ses sourcils et se tourna vers Ethan. Remarquant sans doute la galère de son amie, Ethan lui sourit gentiment et attrapa sa main. Décharge électrique qui se déversa sur le corps de la petite sirène. Ses joues se colorèrent et son coeur s'emballa. Elle chercha sa respiration une fraction de seconde avant de se concentrer sur les gestes d'Ethan. Au bout d'un moment elle comprit comment faire et reproduit le geste plusieurs fois, s'amusant elle même, elle refit le geste avec le bras tendu et sous l'eau pour voir si cela faisait pareil. Relevant la tête de l'eau elle rigola et entreprit d'écouter les paroles de son ami. Ethan voulait lui montrer comment dire oui. Il fallait avouer qu'après avoir regardé un moulinet, un signe de croix et un regard, Ocean se perdit dans le ballet aérien qu'exécutait les mains d'Ethan. Elle avait l'impression que le simple mot "oui" qui tenait en trois lettres n'en finissait jamais. Damne mais elle n'allait jamais retenir tout ça! Elle le regarda avec une lueur de panique dans le regard et certainement un air très perdu car il rigola et s'empressa de la rassurer en lui disant qu'il se contenterait du "ok" pour l'instant. C'était comme ça avec Ethan, il n'y avait même pas besoin de mots, pas de paroles, il savait. En un regard, une fraction de seconde il la comprenait. C'était une des base de leur amitié si forte. Heureuse d'avoir appris et retenu un nouveau geste, Ocean signa un ok avec sa main avant d'éclater de rire. Elle sentait qu'elle aimait déjà cette nouvelle langue. 

Ocean sourit quand elle vit son ami caresser son petit phoque, elle aussi avait eut peur qu'Ecume ne vienne faire du mal à Ethan mais il fallait croire qu'elle était heureuse à présent de le retrouver. Ocean ne fit que sourire davantage devant l'élan de bonté et de compassion qu'avait eut son ami pour elle en apprenant cette langue pour qu'elle puisse parler. Pour qu'elle se sente mieux. Elle ne savait pas encore signer le merci alors elle posa la main sur son coeur comme elle le faisait habituellement pour le remercier et un sourire franc éclaira son visage de porcelaine. Ethan émettait de drôles d'hypothèses et elle ne pouvait qu'hausser les épaules sans avoir rien à ajouter car elle n'en savait rien. Un choc? Elle ne s'en souvenait pas. Elle s'était toujours connue sans voix ou alors c'est qu'elle n'avait jamais essayé de l'entendre. Quoi qu'il en soit si Ethan avait d'autres suppositions elle était partante. Peut-être que c'était pour ça que ces parents l'avait laissé sur Terre. Parce qu'elle n'avait pas de voix. Parce qu'elle n'était pas une vraie sirène. Parce qu'elle leur faisait honte. Le coeur de la petite sirène lui fit violemment mal et son sourire se perdit sur son visage. Non! Non elle ne devait pas penser à de tels choses? Non! Elle ne voulait pas qu'Ethan s'inquiète alors quand elle releva ses yeux elle croisa le tendre sourire que lui adressa son amie et aussitôt tous ses doutes sur ses parents s'envolèrent et elle laissa un petit sourire éclairer le coin de ses lèvres. Ethan était le seul à la faire sourire de cette manière. Le seul à la faire sourire avec un de ses sourires alors qu'elle était triste. Terriblement triste. Mais avec Ethan elle se sentait mieux. Comme à chaque fois. Quand il lui demanda si il y avait une école des sirènes elle hocha la tête. C'était plus simple de dire oui de cette manière là pour le moment au lieu d'essayer de faire des noeuds avec ses mains. Elle aurait voulu lui dire que c'était super bien, qu'elle y apprenait plein de choses et qu'elle adorait ça, mais n'ayant pas les moyens pour le lui faire comprendre elle frappa dans ses mains pour lui montrer toutes sa joie d'aller à l'école. Et oui, des enfants ne voulaient pas y aller, Ocean s'était le contraire…elle irait tout le temps. Lorsqu'il lui dit que malgré l'apprentissage difficile de la langue il en connaissait déjà beaucoup, Ocean ne put que l'applaudir. Sans conteste Ethan était quelqu'un de très doué donc elle ne se faisait pas de soucis, il arriverait à lui apprendre la langue des signes. Ce qui lui faisait peur c'était de ne pas y arriver, elle. Et si elle ne se souvenait pas des gestes? Et si elle se trompait? Son sourire se perdit quelque peu, elle regarda Ethan dans les yeux et se désigna du doigts à l'air de lui dire: "Mais moi, est-ce que je peux le faire? Est-ce que je vais y arriver?". Elle était quasiment sûre que son ami allait la rassurer mais elle n'était pas aussi sereine que lui. Elle n'avait pas les mêmes facilité que lui et elle, il lui faudrait déjà une semaine pour savoir comment dire merci. Mais bon, elle serait patiente. Tout du moins elle essayerait! Avec un professeur comme Ethan elle ne pourrait que progresser vite de toute manière. 

Alors, laissant de côté pour l'instant l'apprentissage de cette langue si riche, elle poussa son ami à aller chercher le cadeau qu'il lui avait ramené. Oui le cadeau! Il faisait patienter Ocean et pourtant il savait que cette dernière n'était pas très patiente! En rigolant elle poussa donc le jeune homme qui du enlever Ecume de ses genoux pour la mettre dans les bras de la petite sirène. Presque dans un chuchotement il lui demanda si Ecume avait commencé à lui pardonner. A en juger par la joie et les images que le petit phoque faisait passer dans la tête d'Ocean, elle en conclut que oui. C'est donc en riant qu'elle hocha vigoureusement la tête pour répondre à son meilleur ami et pour ne pas qu'il s'inquiète. Ocean lui avait pardonné et Ecume était l'âme soeur d'Ocean, bien sûr qu'elle lui pardonnait. Pas entièrement mais elle allait déjà réclamé des câlins ce qui n'était pas mal du tout. Ethan partit donc chercher le cadeau mais en premier il lui tendit un drôle d'emballage. Elle pouvait y voir marqué "barre de céréales au chocolat". Qu'est-ce que c'était? Ca avait quel goût? C'était pour elle? Pour qu'elle goûte? Ocean se rendit effectivement compte que son ventre grondait de faim. Elle rigola et prit la barre des mains d'Ethan avec quand même un oeil méfiant. C'était vivant? C'était quoi du chocolat? Ocean secoua négativement la tête sur à sa question, elle ne savait même pas ce que c'était alors dire si elle avait eut une mauvaise aventure ou pas ensemble…elle ne pourrait le dire. Elle ouvrit la sienne et la regarda de tout les côtés avant de sentir une bonne odeur se glisser dans ses narines. Elle fixa son ami qui avait croqué dedans et qui avait l'air heureux. Est-ce que cette barre rendait heureux? Elle dodelinât de la tête et eut un petit sourire. Elle approcha la barre de ses lèvres et un peu inquiète croqua un bout. Une explosion de saveur sucrée lui explosa dans le bouche et elle regard émerveillée la barre chocolaté. Mais…mais c'était super bon! Elle posa une main sur sa joue rosit par le plaisir de manger quelque chose de bon et ferma les yeux ne pouvait retenir un sourire. Plus vite qu'elle ne l'avait pensé, la barre fut fini et océan regarda l'emballage vide. Elle regarda à l'intérieur mais il n'y en avait plus…Elle posa les deux mains sur ses joues et secoua la tête pour montrer au jeune homme combien elle aimait ça. Secrètement elle espérait qu'Ethan en avait d'autre. Elle rigola silencieusement et se permit de lui poser la question plus tard. 

Tapotant impatiemment ses nageoires dans l'eau en éclaboussant un peu autour d'elle, elle avait un grand sourire au visage quand Ethan lui présenta deux paquet similaires. Identiques. Un pour lui et un pour elle. Un cadeau. Les joues rosit par le plaisir la petite sirène frappa dans ses mains avec une joie non feinte avant de prendre précautionneusement le cadeau qu'Ethan lui offrait. Elle lança un regard à Ethan en levant un sourcil à l'air de vouloir dire: "Je peux vraiment?". Quand le jeune homme lui sourit, elle lui rendit son sourire et déballa l'objet. L'aspect de globe et la brillance du drôle d'objet quelle tenait entre les mains faisiat pétiller ses yeux. C'était très beau et ça reflétait les couloirs de l'eau et du soleil quand elle se perdait dessus. Emerveillée par ce petit objet, elle regarda quand même Ethan pour qu'il lui en dise plus sur l'objet. Servait-il à faire des arcs-en-ciel? Elle se mordit la lèvre ne pouvant détacher son regard de la boule brillante mais ne sachant à quoi le magnifique cadeau d'Ethan servait. Elle cota attentivement son amie et après avoir regardait la boule avec de grands yeux elle se replongea son regard océan dans celui de son meilleure ami. Une boule de cristal? C'est comme ça que le drôle d'objet s'appelait? Une boule de cristal? Il servait à communiquer c'est à dire à parler? Elle pourrait voir Ethan et Ethan la verrait? Même si elle est ici et qu'il est sur Terre? Elle regarda le jeune homme sans avoir quoi faire ni quoi dire. Puis elle concentra son regard sur la boule de cristal et caressa doucement la surface de celle-ci. Avec ça, ils pourraient toujours rester en contact? Il lui donnerait des nouvelles? Elle ne serait plus…plus seule? Il ne l'abandonnerait plus? Il serait toujours là…toujours? Des larmes de joie, de reconnaissance commencèrent à se former aux bords de ses paupières. Elle se rapprocha d'Ethan et lui montra la boule pour lui demander comment elle fonctionnait. En fin de compte elle n'attendit même pas la réponse. Elle avait juste voulu qu'Ethan lui prenne la boule des mains. Une fois que les boules de cristal en sécurité, elle sauta au cou d'Ethan. Elle enlaça son meilleur ami et posa sa tête dans le creux de son cou. Elle le serra dans ses bras comme tant de fois il l'avait fait. Elle le serra dans ses bras pour lui dire merci. Pour lui dire à quel point il comptait pour elle. Pour lui dire à quel point elle était heureuse ce cadeau, à quel point il avait bien trouvé et à quel point il était un ami merveilleux. Elle ne sut si son meilleur mi l'avait serré à son tour mais en tout cas elle était heureuse. Tellement heureuse. Parce qu'il était là avec elle et qu'elle n'avait juste besoin que de ça pour se sentir chez elle. De sa présence. 

Soudain un bruit de vague déchira le silence qui s'était installé entre les deux amis. Ocean ne n'entendit pas la respiration de deux créatures marines qui venaient de faire leur apparition, elle ne vit pas leur yeux s'agrandir, elle ne vit pas qu'il y avait une chevelure blonde comme le blé, blonde comme la sienne et une chevelure rousse qui sortait de l'eau, elle n'avait pas reconnu ses meilleures amies jusqu'à temps qu'elle commencent à parler. 

"Ocean? fit une voix timide

- On te chercha partout depuis hier et…reprit une autre voix"

La petite sirène sursauta, reconnaissant la voix d'Ariel, une de ses amies. Elle se dégagea prestement du jeune homme qui ne semblait pas plus à l'aise qu'elle et sans le vouloir rougit. Elle sentait le regard d'Ariel qui était surprise sur elle, mais elle voyait surtout le regard interrogateur et perspicace de son autre amie, Blue qui elle regardait Ethan d'un air méfiant. 

"C'est qui lui?"

Ocean rougit de plus belle ouvrit la bouche et la referma ne pouvant laisser échapper le moindre son. Une boule désagréable se forma dans sa gorge et toute la joie qu'elle avait senti quelques seconde auparavant s'évanoui pour faire place à de la gêne. Elle plaça une de ses mains derrière sa nuque et ne parvins à faire un geste pour expliquer quoi que ce soit. Alors avec une moue désolée elle regarda Ethan et lui demanda silencieusement si elle pouvait l'aider. Elle avait besoin d'aide. Elle ne pouvait pas partir sur des discussions de ce genre avec ses amies et il était le seul à pouvoir essayer d'expliquer la situation calmement. Elle était toujours proche d'Ethan et sentait sa chaleur même si il ne se touchait plus. malgré tout cela la rassura. Elle essaya de lancer un petit sourire à ses amies en attendant mais elle ne devait pas être convaincante car quand Ariel regarda Ethan, elle rougit et Blue croisa les bras sur sa poitrine en geste d'impatiente. Elle se sentait encore une fois si impuissante, incapable de pouvoir se débrouiller seule, expliquer seule. Elle se sentait impuissante et inutile. mais Ethan était là et quand il était là, elle se sentait forte. Inexplicablement. Alors elle regarda ses amies et leur sourit parce qu'il n'avait pas de quoi s'inquiéter, parce qu'elles étaient les seules créatures marines les plus adorables du monde et parce que son ami…son meilleur ami, leur garçon qu'elle aimait était là à ses côtés. Maintenant.  
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Ethan J. Creed


avatar

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Dim 30 Juil 2017 - 10:34

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan avait bien compris les inquiétudes de la petite sirène. Elle n’était pas sereine, quand à l’apprentissage de la langue des signes. Elle avait peur d’échouer, de ne pas suivre le rythme ou de ne pas réussir tout court. C’est pour ça qu’il lui avait apporté du chocolat, pour lui remonter le moral. Un petit présent qui avait effectivement eut l’effet escompté, puisqu’Ocean avait eu l’air de se régaler en découvrant cette nouvelle saveur. Le jeune homme s’interrogeait en même temps sur les habitudes alimentaires des sirènes, il faudrait qu’il lui pose la question, mais plus tard. Il ne put s’empêcher de rire en voyant son amie rougir de plaisir en croquant dans la barre en chocolat, elle avait l’air d’en vouloir plus.

— Je t’en donnerai d’autre, promis, mais il ne faut pas en abuser, dit-il avec un clin d’œil.

Il espérait secrètement ne pas avoir fait de bêtises, ne sachant pas si la nourriture terrienne pouvait convenir à une sirène. Il fut cependant rassuré de voir qu’aucun gonflement ne s’était déclaré chez son amie, et qu’elle ne prenait pas une couleur pivoine. Il ne perdit pas de temps pour lui offrir le fameux cadeau, puisqu’il avait bien remarqué qu’Ocean n’étais pas du genre patiente. Avant même qu’il ne lui confie le petit paquet contenant la boule de cristal, elle trépignait déjà d’impatience, à sa façon, claquant rapidement sa nageoire dans l’eau. Devant le regard émerveillé de la sirène, un large sourire s’étendit sur le visage du jeune homme. Il était ravi de l’effet provoqué par son idée, et en fut largement récompensé. Ocean, après lui avoir confié sa boule de cristal, et avant même qu’il n’ait pu placer un mot, lui sauta littéralement au cou, enfouissant son visage dans son cou. Ethan en eut un léger frisson et rougit, avant de passer à son tour ses bras autour de la petite sirène.

— De rien, murmura-t-il doucement. C’est normal tu sais, tu m’as aussi beaucoup manqué. Avec ça, on va pouvoir se parler malgré la distance, c’est-à-dire un univers tout entier. J’avais hâte de te les montrer. Et puis, comme ça, je te donnerai de temps à autres des cours de signes.

Il posa sa joue sur la tête d’Ocean, savourant ce moment de chaleur. Ce dernier ne dura cependant pas longtemps, puisqu’une voix vint interrompre leur étreinte. Deux sirènes étaient sorties de l’eau, sans qu’ils n’aient pu le remarquer, et les regardaient avec un mélange de surprise et d’incompréhension. L’une d’elle prononça le nom de la petite sirène, ce qui fit sursauter cette dernière. L’autre lui dit qu’elles la cherchaient depuis la veille. A contrecœur, Ethan laissa Ocean se dégager, il avait les joues encore un peu rouges, mais était surtout mécontent que ses deux amies aient interrompu ce moment de douceur. L’une d’elle demanda qui il était d’un air méfiant. Est-ce qu’il avait l’air d’un pêcheur de sirène ? Pas vraiment. Il ne comprit pas pourquoi Ocean se mit à paniquer, soudainement, incapable de répondre à la question de ses amies. En sa qualité d’intéressé, Ethan répondit, posant une main rassurante sur l’épaule de la muette :

— Je ne suis qu’un sortcelier normal, je ne ferai pas de mal à Ocean, ne vous en faites pas.

Et sourit, l’air amusé. Il avait trouvé de quoi s’amuser, et mourrait de voir la tête de la petite sirène lorsqu’elle entendrait la suite de ses paroles. Il détailla les amies de la sirène, elles semblaient plus âgées que cette dernière, de quelques années seulement. L’une était blonde, et l’autre rousse. Il reconnut alors les sirènes qu’il avait aperçu plus tôt, lors de sa recherche en tapis volant, lorsqu’il avait cru voir Ocean s’amuser avec elles et des tritons.

— Et vous ? Je suppose que vous êtes des amies d’Ocean.

Il ajouta, avec un sourire :

— Je m’appelle Ethan, je suis le fiancé d’Ocean.

La bombe larguée, il attendit la réaction de tout ce petit monde, et notamment de son amie.

A vrai dire, il s’agissait surtout d’un plan ayant pour but de préciser qu’Ocean n’était rien qu’à lui, puisqu’elle évoluait parmi des personnes de son espèce, et il ne voulait pas que l’on s’amuse à la lui voler. Il observa avec satisfaction les moues sidérées des amies de la petite sirène, avant d’observer celle de cette dernière. La pauvre.

Il attendit un peu, que ses paroles firent effet, avant de clarifier la situation :

— Je rigole, je suis juste Ethan.

Il déposa, en guise d’excuse, un petit baiser sur le front d’Ocean, dont la rougeur égalait celle d’un coucher de soleil. Il savait qu'il ne pourrait pas rester éternellement ici, mais souhaitait laisser une trace de sa présence dans les esprits de ce monde. Pour cela, rien de mieux que de dire « Ocean est à moi », de quelque manière que ce soit, pour que la petite sirène ne soit pas embêtée. Ou peut-être était-ce ce sentiment douloureux qui serrait son cœur, qui lui donnait peur, peur de la perdre, peur qu’elle s’éloigne, alors qu’il n’avait aucune raison de s’inquiéter.

La jalousie.

Et puis, il avait remarqué le malaise d'Ocean, lorsque les deux sirènes les ont surpris. Il n'aimait pas la voir comme ça, et préférait la faire rire, même silencieusement.
© 2981 12289 0




But love doesn’t make sense.
Justayne
>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed
Ocean P. Leynd


avatar

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Jeu 10 Aoû 2017 - 12:19

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo
Son ignorance sur le monde était telle que sa soif de connaissance ne faisait que s'accroître à chaque fois que l'on pouvait lui en donner l'occasion. Un rien pouvait la fasciner, comme il pouvait l'horrifier. Tout ce qui était naturel pour les autres était pour elle une découverte. Elle avait peut-être quatorze ans, mais en terme de connaissance sur le monde dans lequel elle appartenait, elle n'avait même pas quelques mois. Passer toute son enfance sur Terre sans personne avec qui discuter, sans personne qui lui permettait d'apprendre ne l'aidait pas non plus. Elle avait était seule. Si seule durant toutes ses longues années, à survivre comme aucun enfant ne l'aurait fait sous la protection de ses parents. Mais elle, elle n'avait pas eu cette protection, elle s'était toujours débrouillée seule. Maintenant la solitude lui pesait sur le coeur. Le simple fait d'être séparé de son meilleur ami lui déchirait la poitrine et lui brûlait les yeux. La solitude n'était plus pour elle, et l'ignorance non plus. Elle avait tellement de choses à découvrir, tellement de choses à apprendre. 

Muette. Toujours. A chaque heure, chaque minute, chaque seconde. A qui aurait-elle pu parler d'ailleurs durant son séjour sur Terre? Personne. C'était peut-être pour ça qu'elle était dépourvue de voix? Peut-être que sachant qu'elle allait être seule, elle n'avait pas développé cette partie de son corps. Elle n'aurait pu parler à personne, elle aurait été trop triste de ne pas pouvoir saluer quelqu'un alors qu'elle avait l'usage de la parole. A vrai dire, ce mutisme elle avait vécu avec sans vouloir l'enlever, elle l'avait bien aimé. Sentir ce silence, rigoler silencieusement. C'était elle. Tout simplement elle. Mais son point de vue avait changé depuis qu'elle l'avait rencontré lui. Ethan. Ange d'un jour pourtant si semblable aux autres. Elle avait rencontré et sans même le savoir pleinement il avait chamboulé son existence. Il avait chamboulé son coeur et elle en était là aujourd'hui à sourire et à rire avec lui comme elle l'avait toujours fait. Ethan était avant tout son meilleur amie, il avait réussis à prendre le coeur de la petite sirène mais pour que cette relation continue d'exister leur amitié devait rester telle pour l'instant. 

Il n'y avait qu'à voir le visage de la petite perle lorsqu'elle goûta au chocolat. Cette confiserie qu'Ethan lui avait fait découvrir, la comblait d'une joie qui semblait apparaître à chaque bouchée. Les joues rosies par le plaisir, le sourire aux lèvres et les yeux envieux de croquer encore dans du chocolat, Ocean en avait redemandé silencieusement au jeune homme qui n'avait pas tardé à rire de la joie de la petite sirène. Lui permettant de lui en redonner plus tard mais qu'il ne fallait pas abuser. Ocean ne comprenait pas si le fait de manger de cette nourriture délicieuse était quelque chose d'interdit et elle ne comprenait pas tout à fait le concept du "il ne fallait pas abuser" sinon quoi? Elle se transformait en chocolat? En algue? Elle deviendrait humaine? Mais devant le sourire du jeune homme elle se dit que cela ne devait pas être très grave sinon Ethan ne lui ne donnerait pas; Alors pour la forme elle croisa ses mains sur sa poitrine et gonfla les joues pour montrer son mécontentement avant d'éclater d'un rire silencieux aux oreilles de ceux qui ne savaient pas écouter. Alors pour garder cette promesse elle lui tendit son petit doigts. Elle voulait en re-goûter elle, alors il devait lui promettre de lui en redonner. Comme une enfant, elle lui sourit. 

Puis heureuse de la surprise du jeune garçon et terriblement touchée par son geste et par ce que ça signifiait pour elle, pour eux, elle lui sauta au cou pour le remercier. Mettant sa tête contre le cou du jeune homme elle apprécia l'étreinte du jeune garçon, la sensation d'apaisement qu'elle ressentait quand elle était dans ses bras. Quand le jeune homme lui rendit son étreinte son coeur battit plus fort et elle inspira doucement. Tout son corps était parcourut de frisson ce qui fit poindre un sourire sur son visage. Ethan était un ami formidable. Elle l'aimait c'était indéniable. Il posa sa joue contre la tête de la jeune sirène en lui affirmant qu'elle lui avait manqué et que comme ça il ne serait plus jamais séparé. Elle hocha doucement la tête sur son épaule. Elle ne voulait plus être séparée d'Ethan et même si elle était angoissée à l'idée d'apprendre une langue qu'elle avait l'impression de ne jamais pouvoir apprendre à connaître, elle était enjouée de rester toujours en contact avec Ethan, où qu'elle soit et où qu'il aille, ils resteraient ensemble. Un sourire aux lèvres et les joues rougies par l'émotion elle ne remarqua que trop tard ses deux amies avant que les jeux ne soient fait. 

Ariel était intimidée par Ethan tandis que Blue, non impressionnée par un humain mais quand même méfiante lui demanda qui il était. Elle le demanda à Ocean mais celle-ci incapable de faire quelque chose de compréhensible et de sensé se tourna vers Ethan pour lui demander de l'aide. Et pour lui donner de l'aide, ça, il lui en donna...Tout d'abord disant qu'il ne lui ferait jamais de mal. Ecume le foudroya du regard dans les pensées d'Ocean et la jeune sirène hocha la tête pour certifier à ses amies qu'elles n'avaient rien à craindre. Il leur demanda si elle était ses amies, Ocean hocha la tête mais elle était incapable de les prononcer avec des gestes. Blue...euh...comme la couleur de l'eau? Trop compliqué et Ariel? Laissons tomber cette technique là. Mais Blue habitué à présenter tous le monde à cause de la timidité d'Ariel et du mutisme de la petite sirène lui coupa l'herbe sous le pieds. 

"Je m'appelle Blue et voici Ariel, quand à Ocean tu la connais déjà apparemment..."

La jeune sirène foudroya le petite perle du regard et Ocean gênée baissa les yeux en haussant les épaules. De toute façon comment aurait-elle pu présenter de façon convenable Ethan à ses amies? Malgré qu'ils se passaient bien de mots, il fallait pour ses amies des paroles et ça, malgré l'amitié qu'elle leur portait, elle était incapable de leur donner. Puis Ethan se présenta. Bien au départ et cela dérapa au dernier moment de sa phrase. Son fiancé? Ocean écarquilla les yeux, se posant déjà la question de qu'est-ce que c'était qu'un fiancé. Puis se rappelant déjà avoir entendu ce mot là elle écarquilla davantage les yeux et ouvrit la bouche à s'en décrocher la mâchoire. Ses amies avaient la même réaction. Le pire sans doute était le sourire d'Ethan et la façon naturel de comment il avait prononcé le mot. Bien que flattée et heureuse qu'Ethan pouvait la considérait comme ça, elle était extrêmement gênée. Elle rougit vivement. Non mais n'importe quoi! Elle se tourna vers Ethan et le foudroya d'un regard à la fois sérieux et tendre. Puis elle haussa un sourcil et posa ses poings sur ses hanches. Le jeune homme éclata de rire sans doute heureux de ses bêtises et Ocean leva les yeux aux ciels. Puis elle tapa doucement l'épaule d'Ethan avec un regard faussement sévère et lui éclaboussa la tête d'eau. Voilà qui était équitable. Mais le jeune homme se rattrapa et se présenta convenablement avant de déposer un baiser sur le front de la petite sirène. Ocean avait prit une teinte bordeaux tandis qu'elle n'avait qu'une envie plonger dans la mer. Mais elle ne le fera pas pour Ethan. Ce geste n'était pas méchant, ni moqueur. Il était sincère et il voulait s'excuser pour tout à l'heure. Ocean avait compris mais pas Ecume qui se pointa devant Ethan en claquant sa queue dans l'eau pour éclabousser le jeune homme à l'air de dire: "Toi tu te tiens à une distance raisonnable de ma Ocean ok?". Ocean éclata de rire face à la réaction d'Ecume et sourit à Ethan de toute ses dents pour lui faire comprendre qu'il était pardonné. Ses amies par contre...avait l'air de digérer l'information d'une autre manière...Ariel rouge jusqu'au oreilles évitait de croiser le regard d'Ethan tandis que Blue levait un sourcil interrogateur. De ces deux amies Blue avait toujours était celle avec qui elle avait eut plus de mal à ne pas se chamailler. Mais c'était son amie. Cette dernière plissa les yeux...

"Oui c'est ça..."

Ocean cacha sa gêne sous un rideau de cheveux dorés, puis sourit de nouveau à ses amies tandis qu'Ariel se rapprochait d'elle pour l'étreindre. Blue continuait son interrogatoire. 

"Alors comme ça vous êtes amis?"

Ocean hocha la tête vigoureusement et fit un geste derrière son épaule à l'air de vouloir lui dure: "Laisse tomber c'est compliqué quand même". Elle espérait que son amie allait arrêter de leur poser des questions comme ça. Mais Blue n'allait pas en démordre pour si peu. Elle regarda les boules de Cristals près d'Ethan et demanda à Ocean, vu qu'elle ignorait parfaitement le jeune garçon, ce que c'était . Ocean encore sous le coup de l'émotion et de la joie sautilla partout avant de se pointer du doigts, de montrer sa bouche, puis de pointer Ethan. Bien que les gestes sois précaire, Blue compris et fronça davantage les sourcils. Ariel lui fit un petit regard désolée et Ocean lui sourit. Elle connaissait Blue, ce n'était pas bien grave. Mais c'était quand même du temps d'enlever avec son ami et ça elle ne permettrait pas. 

"Ah mais j'y viens c'est à cause de lui que tu pleurais tous les soirs?"

Piquant un far, Ocean se tourna vers Ethan lui lança un regard désolée et secoua négativement la tête pour lui dire de ne pas s'en occuper. Elle aurait bien voulu se faire comprendre mieux, mais elle n'en avait pas encore les moyens. Elle se tourna vers Blue et fronça les sourcils. Ce n'était pas le moment de parler de ça, voyons. A part pour faire remonter de mauvais souvenirs qu'elle préférait oublier. Ariel ayant vu la petite perle se braquer lui fis juste remarquer que Blue s'inquiétait mais Ocean voyait bien qu'il n'y avait pas que cela. Elle envoya Ecume près d'Ethan pour lui tenir compagnie. Elle se tourna vers le jeune homme se rapprocha de lui et lui fit un petit signe de main pour lui dire qu'elle revenait. Elle lui serra brièvement la main et se dirigea vers Ariel et Blue. Arrivée à leur hauteur, elle posa ses poings sur ses hanches pour demander à Blue à quoi elle jouait. 

"Je voulais juste savoir! Se défendit cette dernière. C'est juste un ami pour toi?"

Ocean dodelinât de la tête comme pour dire que c'était compliqué puis ne voulant pas rentrer dans des détails de garçons avec son amie bizarrement étrange aujourd'hui elle hocha la tête positivement. Ethan était plus qu'un ami pour elle mais à quoi bon contredire la sirène blonde déterminée à n'avoir que les réponses qu'elle attendait? 

"Tu es sûre? reprit-elle avec un sourire"

Impatiente Ocean hocha la tête et Blue soupira. Elle fronça les sourcils et Ariel dit que ce n'était rien et qu'elles allaient les laisser. Ocean remercia son amie d'un bisous sur la joue et décocha une étreinte à Blue quand même qui bizarrement ne lui rendit pas. Ne préférant pas s'attarder sur ce genre de choses, elle attendit que ses amies retourne dans l'eau pour retourner vers Ethan. S'en suivirent des gestes à ne plus savoir où donner de la tête. Tout d'abord Ocean s'excusa une main sur le coeur pour son amie, puis passa sa main derrière son épaule pour demander à son meilleur ami de ne pas faire attention. Elle continua en mettant un doigts contre sa tempe et en fronçant les sourcils pour lui faire comprendre, même si c'était maladroit, que son amie avait était bizarre aujourd'hui. Enfin elle s'excusa de nouveau en baissant les yeux. Essoufflée et rougissante encore pour les paroles du jeune homme, elle finit par lever la tête et lui sourire pour reprendre leur conversation lorsque des voix fusèrent de nouveaux derrière eux. 

"Blue non!

- T'occupe Ariel si tu veux pas m'aider, alors va-t-en!

- Ca ne fera que faire des histoires! Pense à Ocean..."

Ocean décrocha ici. Pense à Ocean? Qu'est-ce que Blue comptait faire. Instinctivement elle se rapprocha d'Ethan et lui prit la main. Sans doute par effet de peur ou de stress. Elle sentit le regard pesant de son ami sur elle qui devait sans doute se demander ce qui était en train de se passer. Comme si elle avait lu dans ses pensées Ocean haussa les épaules en secouant négativement la tête. Elle ne savait pas, mais cela ne lui disait rien qui vaille. Vraiment rien. Elle n'avait jamais eu autant peur des actes de son amie jusqu'à aujourd'hui. Surtout quand Ethan était avec elle. Surtout lorsque son sixième sens lui criait de se mettre à l'abri. Elle serra sa main plus fort et décontenancée attendit que les deux sirènes refassent surface. Son coeur battait vite mais ce n'était pas à cause d'Ethan cette fois. Quelque chose était en train de mal se passer. Elle le sentait. Quand Blue refit surface Ariel n'était plus là. Ocean interrogea sa meilleure amie du regard et pointa son doigts à côté d'elle ou Ariel aurait du être. 

"Elle n'a pas voulu m'accompagner, mais ce n'est pas grave on va quand même bien s'amuser..."

Ocean interloquée ouvrit la bouche et la referma avant d'hausser un sourcil. Pardon? Bien s'amuser? De quoi parlait-elle? Instinctivement Ocean se dégagea doucement d'Ethan pour se rapprocher de Blue qui continuait dans leur direction. Elle qui n'avait pas voulu approcher tout à l'heure le voulait maintenant...que lui arrivait-il? Ocean fronça les sourcils et lui fit un regard interrogatif que la jeune sirène balaya d'un geste de main. 

"Parle plus fort j'entend pas..."

Blessée, Ocean recula de quelques mètres. Sa meilleure amie n'était pas comme d'habitude, jamais elle n'aurait dit ça, jamais elle ne l'aurait blessée de la sorte. Son coeur se souleva et d'un regard elle empêcha Ethan de dire quoi que ce soit. Elle serra les poings. Elle ne comprenait pas. Et ça l'énervait. Elle aurait voulu lui barrer la route et lui crier dessus en lui demandant ce qu'elle voulait mais elle ne le pouvait pas. Elle se sentait sur le point de craquer quand sa meilleure amie s'éclaircit la gorge et inspira profondément. Un mécanisme se mit en route dans la tête de la petite sirène qui commençait à comprendre après avoir déjà vu son amie faire la même chose. Soudain toutes les pièces du puzzle s'assemblèrent. Oh non! Non! Le coeur au bord des lèvres et la tête tournant elle chercha à regagner Ethan au plus vite pour lui dire de se boucher les oreilles, de partir mais elle ne nageait pas assez vite elle n'y arrivait pas. Blue était en train de faire quelque chose qu'elle n'aurait jamais fait si elle avait été normal. Son instinct de sirène reprenait le dessus et si jamais elle faisait ce qu'elle s'apprêtait à faire et qu'Ethan se laissait faire, Ocean ne pourrait plus rien faire. Elle continua à nager, elle voyait déjà son amie se noyer ou se faire ensorceler par le pouvoir de Blue. Elle voyait déjà son meilleure ami lui échapper des bras encore une fois. Elle le voyait déjà se perdre et cela lui était tellement douloureux qu'elle se le refusa. Non! Alors elle arriva à Ethan peut-être trop brusquement car elle le bouscula, elle le poussa lui priant de partir. Mis les mains sur ses oreilles pour lui montrer l'exemple. Rouge, les larmes au bords des yeux, Ecume aussi essayait de faire partir le jeune garçon qui comptait plus que tout au monde pour la petite perle. Blue éclata de rire. Elle était arrivée trop trad. Elle avait compris trop tard. Elle ne devait pas laisser faire ça et pourtant elle était impuissante. Non! Non pas Ethan! Elle avait l'impression qu'on lui déchirait le coeur, qu'on le brûlait en deux. Non! Mais c'était trop tard, Blue inspira et ouvrit la bouche. Trop tard. 

Elle chanta. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
 
I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Ocean - Forum RPG Futuriste
» A drop in the ocean ; Sutton
» Deep ocean (feat Clay)
» JETEE ET OCEAN / Piet MONDRIAN
» Ewan ? Cake by the OCEAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: OcéansOcéans :: Royaume d'Aquaria-
Sauter vers: