AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Undyne Lightspear. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !
L’Univers de TD
Le Forum
~ Hors-RPG ~

Le Règlement
~ RPG - Divers ~
Top-sites
Allez, on est chaud patate et on vote toutes les deux heures pour promouvoir le forum !

tara duncan forum rpg



Merci ! :)

Génération Taraddicts
Nous vous recommandons le site très pratique de Génération Taraddicts, le fan-club officiel de Tara Duncan et de Sophie Audouin-Mamikonian :
Merchiii qui ?
Merci à Lou Ange
pour ce superbe thème !


Partagez | 
 

 I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...



MessageSujet: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mar 16 Mai 2017 - 12:10

Te amo sin saber cómoFt. OceanDepuis quelques semaines déjà, Ethan ne savait plus trop bien où il en était. Rien de nouveau, me direz-vous, ce gamin a besoin de temps pour percuter ce qu’il se passe autour de lui. Faut dire aussi qu’il se passe un peu trop de choses autour de lui. L’arrivée d’Amber sur Terre, sa première visite sur Autremonde, puis la seconde, et le départ d’Ocean, l’avaient privé de ses repères. Il avait essayé de retrouver une vie normale, de revenir à son « soi » d’avant…d’avant elle.

Lorsqu’il allait courir au bord de l’eau, comme il le faisait presque tous les matins, il ne pouvait s’empêcher de sentir son cœur se soulever avec les vagues. « Que fait-elle maintenant ? » « Où est-elle ? » étaient les questions qui le taraudaient le plus. Il se souvient de la sensation qu’il avait eu, en la laissant retrouver son monde natal, la sensation que son cœur se serrait. Durablement.

Bien sûr, il savait que de trop lourdes responsabilités le retenaient sur Terre, il avait son père, ses études, une vie. Mais cette dernière présentait depuis un trou béant. Il s’était plongé avec ardeur dans ses études, considérant le travail comme une drogue, une drogue pour ne pas penser, pour ne pas être tenté de retourner là-bas. Son père ne lui avait jamais posé de question sur ses allées et venues louches, parfois longues, trop absorbé qu’il était par sa propre personne. Mais Ethan savait qu’il lui devait la vérité, et qu’il ne pouvait rester éternellement sur Terre.

La fin de l’année scolaire arriva, et avec ça, sa douleur lancinante dans la poitrine s’atténua peu à peu. Mais elle était toujours bien là, lorsqu’il approchait des côtes d’Angleterre. Ethan travailla d’arrache pieds pour pouvoir décrocher son bac. Il était admis dans les plus prestigieuses universités anglaises, et son père disait qu’il était « fier » de son fils prodige. Quand ça t’arrange, hein. Mais il hésitait grandement. Il avait deux mois pour se décider du tournant qu’allait prendre sa vie : allait-il s’exiler sur Autremonde, ou continuer à travailler ici, et réaliser son rêve ? Il avait le projet secret d’assembler un jour ces deux voies, de devenir archéologue, mais sur Autremonde, cet endroit où la magie domine tellement les pensées que personne ne s’intéresse à l’histoire de la planète, et aux secrets qu’elle renferme. Mais pour cela, il faudrait passer par 10 ans (au moins) d’intenses études sur terre….et pas sûr de pouvoir faire un Erasmus sur Autremonde.

Le bac en poche, et avec mention, le jeune homme décida cependant de partir, au moins provisoirement, sur Autremonde. A Aquaria plus précisément. Il voulait la retrouver. Retrouver Ocean. Cela faisait des mois qu’ils ne s’étaient pas vus, et elle lui manquait terriblement. C'est ainsi qu'il entrepris de planifier son voyage, conscient que chercher une sirène dans un océan ne serait pas de tous repos. Il se contenta d'un sac à dos ensorcelé de manière à pouvoir contenir une infinité de choses, dont l'équivalent d'une bibliothèque.

En expliquant à son père, qui s’en contrefichait d'ailleurs complètement, qu’il partait en vacances avec des amis et qu’il serait injoignable pour une durée indéterminée, il partit vers la porte de transfert la plus proche. A Londres. Son père lui semblait aller de plus en plus mal, il ne faisait rien de ses journées, ou il écrivait parfois, rien de plus. Ethan trouvait qu'il avait abandonné son passé, son prestige, sa décence. Et son fils.

Le jeune homme arriva à Londres et en profita pour régler les derniers papiers concernant son inscription pour l’année suivante. En chemin vers la porte, il se demandait ce à quoi devait ressembler la nouvelle vie d’Ocean, dans son royaume natal. Tout ce qu’il espérait, c’était qu’elle soit heureuse, bien que loin de lui. Bien sûr, il ne prenait pas conscience du tournant émotionnel que prenaient les événements, et sa vie, et se rabâchait sans cesse « mon amie me manque, voilà tout ».  Cela semblait cependant de plus en plus dur à croire. Et pourtant, il continuait de se voiler la face avec l’innocence d’un enfant. Ethan était un scientifique, et ne parvenait pas à interpréter ses émotions et ses pensées autrement que comme il le voulait. Il se pensait maître de son propre cœur, et pourtant était esclave de ses sentiments.

A son arrivée sur Autremonde, le pendentif que la petite sirène lui avait fait des mois auparavant semblait lui brûler la peau, sous sa chemise. Il le saisit dans son poing, avant de s'aventurer de nouveau dans la porte de transfert, vers Aquaria cette fois.

« J’arrive » pensa-t-il.
© 2981 12289 0


But love doesn’t make sense.
La solitude est la patrie des forts × @Wild heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

Profil du rôliste
Surnom: Manon
Age du membre: 14 ans
Vos autres comptes: Mara'tylanhem T'al Barmi


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 22 Mai 2017 - 21:35

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Aquaria. Un nom que la petite perle n’avait cessé de prononcer du bout des lèvres quand elle était arrivée sur AutreMonde et qu’on lui avait expliqué son lieu de destination. Aquaria. Jamais elle n’aurait pensé qu’il pouvait exister un royaume remplit de personnes de son espèce. Des sirènes. Longtemps elle avait cru qu’elle était la seule. Ou du moins elle avait été la seule à rester sur Terre. Elle avait même été jusqu’à penser qu’elle serait restée seule jusqu’à la fin de sa vie. Mais la vie est faite d’imprévues et de belles surprises. Comme un rêve qui s’était concrétisé. Un prince charmant qu’elle avait tant espéré dans ses rêves pour se sentir moins seule. Comment aurait-elle pu savoir qu’un garçon ressemblait goutte pour goutte au portrait qu’elle faisait de son ami imaginaire qui l’aidait à ne pas rester dans la solitude malgré la présence d’Ecume? Jamais elle n’aurait pu le deviner et pourtant aujourd’hui il était là. Enfin il était là…plus avec elle, plus maintenant. Mais il avait été là, il serrait toujours là même si elle ne le voyait pas physiquement. Ethan n’était pas qu’un fantôme imaginé pour se sentir moins seule. C’était son ami. Son meilleur ami peut-être. Quelqu’un qu’elle aimait beaucoup sans aucun doute. Quelqu’un pour qui elle ressentait peut-être plus que de l’amitié direz-vous? 

Depuis qu’elle avait posé sa nageoire dans l’eau claire d’Aquaria elle avait essayé d’y penser moins souvent. Elle avait essayé de se dire qu’elle trouverait des amis, qu’il avait sans doute mieux à faire et que de toute façon il vivait sur Terre. Dès fois même, elle essayait de dire qu’il n’avait jamais existé. Juste pour que ça fasse moi mal. Juste pour ne pas ressentir un poids sur son coeur à chaque fois que son nom lui manquait. A vrai dire elle leur en voulait un peu. A tous. A Amber, à Ethan, à Mara qui l’avait laissé là sans repères pensant sans doute qu’elle allait réussir à se faire des amis du jour au lendemain. Pensant sans doute que quelqu’un finirait pas intégrer la petite sirène blonde au milieu des autres. Mais le problème c’est qu’elle n’était pas comme les autres et que ceux-ci ne cessaient de le lui rappeler. Comment vous faire des amis alors que vous ne pouvez pas chanter? Alors que le jeu préféré de toutes les petites sirènes est d’imiter les grandes et de pousser leurs belles voix? Alors elle avait essayé de s’intégrer mais tout le monde s’était vite désintéressé quand ils s’étaient aperçus que la petite n’avait pas de voix. Trop compliqué pour parler. Pas pratique pour chanter et pour jouer. Que des excuses pour la laisser. 

Mais aujourd’hui, depuis qu’elle avait atterrit ici, cela avait changé. Elle avait trouvé des gens qui l’appréciait comme elle était. Alors elle avait arrêté de penser tout le temps à son ami terrien et elle avait réussit à s’ouvrir aux autres et à sourire comme avant. Délaissant dans un côté de son coeur la place qu’il prenait. Lui. 

Sa longue queue ondulant dans l’eau bleu turquoise de sa nouvelle patrie, elle se rendait au point de rendez-vous où l’attendait ses amies. Ariel et Blue était des sirènes extraordinaires, elles avaient été les premières à bien vouloir voir autre chose en Ocean qu’une petite fille qui ne pouvait pas parler et grâce à ses amies Ocean avait grandit, elle avait muri, elle avait prit confiance en elle, et elle souriait. De nouveau. Alors chaque jour elle retrouvait les petites sirènes et allait à l’école avec elles, ou alors elles jouaient ensembles. Aujourd’hui, elle les retrouvait pour pouvoir parler avec elle. Enfin parler s’était un bien grand mot, mais cela lui faisait plaisir de retrouver les filles qui partageaient son quotidien et qui lui permettait de se sentir moins abandonné par son premier ami. 

Malheureusement les deux petites sirènes n’étaient pas seules quand Ocean arriva accompagnée d’Ecume qui jouait autour d’elle. Elle s’arrêta et détourna le regard. Les garçons. Elle les avait évité autant qu’elle pouvait. Partout. Tout le temps. Même si ils étaient gentils avec elle, elle les fuyait. Elle les fuyait car derrière les sourires heureux de ces sirènes qui ne voulaient qu’être gentil avec elle, elle ne voyait que le sourire de celui qu’elle n’avait pas revu depuis un an. Ses cheveux châtains, ses yeux noisettes, ses sourires. Elle adressa un petit signe à ses amies et fit demi-tour aussi vite que possible. Elle ne voulait pas les voir. Elle avait mal. Comme à chaque fois qu’elle pensait à lui. Il lui arrivait dès fois de se réveiller en sursaut et de se demander où elle était et pourquoi il n’était pas là. Mais elle se rappelait bien vite de la réalité et elle tournait dans son petit lit pour oublier son visage encore et toujours. 

Ocean avait changé. En un an elle avait eut le temps. Ses cheveux blonds prenaient des reflets cuivrés sous le soleil d’Aquaria, sa queue n’avait cessé de produire des écailles toujours plus turquoises et ors, ses joues de bébés s’étaient amincis pour donner le visage d'une vraie jeune fille qui avait sans cesse besoin de soleil et de chaleur, de soif de connaissance et d’apprentissage, de bonheur et de douceur. Remontant le long de l’eau sans risque de se faire voir, la petite sirène goûtait déjà au soleil qui faisait miroiter l’eau claire de son endroit favoris. Un endroit écarté des autre, un endroit qu’elle avait trouvé et qu’elle ne partageait avec personne car c’était comme son petit jardin secret. C’était là qu’elle était venue pleurer Ethan pour les première fois et qu’elle venait y pleurer toujours quand elle en ressentait le besoin. Ce qui lui plaisait dans cet endroit c’était l’énorme rocher qui était en son centre et qui ressemblait tant à celui qu’elle avait connu sur Terre. Un sourire naquit sur ses lèvres et elle replongea dans l’eau pour profiter encore quelques instants de la douceur et de la fraîcheur du bleu océan avant d’aller rejoindre le soleil. Le soleil qui ferait refléter son sourire. Le soleil qui lui rappelait les étés sur Terre. Le soleil qui lui rappelait leurs souvenirs. Le soleil qui lui chuchotait à l’oreille qu’elle ne serait jamais seule. Et elle avait envie de le croire. Tellement envie. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...



MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Mer 24 Mai 2017 - 0:28

Te amo sin saber cómoFt. OceanEthan avait envie de baisser les bras, de tout envoyer valser et de rentrer chez lui, sur Terre. Il se demandait pourquoi il était venu là, sachant qu’il devait avoir une chance sur des millions de trouver Ocean, et ces chances devaient encore être divisées, puisqu’une sirène, ça vit dans l’eau, et pas à la surface. Le jeune homme s’accrochait à son désir de la revoir, mais se rendait de plus en plus compte qu’il s’agissait d’un projet complètement dément, qui le dépassait complètement. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Un an s’était écoulé depuis que son petit groupe, c’est-à-dire Mara, Amber et lui-même, avait conduit la petite sirène chez elle. Avec son peuple. Au début, il ne s’était inquiété de rien, mais, avec les études, et son entrée à l’université à l’âge de 16 ans seulement, il avait dû renoncer à retourner voir son amie sur Autremonde. Il s’était fixé comme objectif le doctorat…mais cela demandait un temps monstre et il n’en était qu’aux premières années de ses études. Il s’était donc imposé, à la fin de sa 2e année, une coupure, un retour sur Autremonde. Tout en lui lui criait de rester, lui disait que c’était son monde…mais sa rationalité le poussait à briller sur Terre. Il voulait devenir quelqu’un, acquérir des connaissances, puis les mettre à profit sur Autremonde. Il espérait d’ailleurs pouvoir un jour créer son propre laboratoire et mener des recherches en génétiques à Omois, peut être de manière officielle, qui sait ? Ethan était un ambitieux, et cela, il le regretterait. Ocean aussi.

Alors qu’il longeait en tapis la côte à bord d’un tapis volant aux couleurs chatoyantes, Ethan se demanda si Ocean avait tissé des liens avec d’autres sirènes…d’autres personnes comme elle. Sa mine se renfrogna à l’idée qu’elle se soit liée d’amitié pour des garçons, surtout que la beauté des sirènes comme des tritons était un fait notable. Peut-être était-elle tombée sous le charme d’un beau poisson ? Sans savoir pourquoi, Ethan sentit son cœur s’emballer à cette idée, et sentis comme des sueurs froides lui traverser le dos. Il ricana, et se persuada qu’il s’en contrefichait… Mais il était sûr d’une chose : cela n’avait pas dû être facile pour une petite sirène muette de se faire une place parmi un peuple chantant. Il espérait qu’elle n’ait pas été mise à l’écart.

Et qu’elle ne l’ait pas oublié.

Comment allait-elle réagir, en le voyant, si toutefois, par miracle, il la trouvait ? Déjà que sur Terre, elle avait vécu quelques jours d’absence comme une trahison et en avait eu le cœur brisé…cette fois, il s’agissait d’années. La petite sirène était peut être passée à autre chose, peut-être l’avait-elle attendu longtemps, plusieurs fois, avant de constater qu’il ne reviendrait certainement plus. Peut-être n’était-il plus rien pour elle, et que son amitié avait disparu de son cœur triste.

Il arrêta soudain le tapis, constatant la présence d’un petit groupe de gens d’en l’eau, un peu plus loin. Equipé de matériel terrien, il attrapa ses jumelles et les fixa. Il avait bon espoir d’apercevoir Ocean parmi eux, cela faisait déjà quelque jour qu’il arpentait la surface d’Aquaria. Lorsqu’il avisa une longue chevelure blonde, il cru que son cœur allait lâcher. Puis il frôla la crise cardiaque, voyant sa tête blonde préférée s’amuser en compagnie de quelques tritons, et jacasser avec des amies. Il ne savait pas pourquoi cela lui faisait aussi mal. Il serra les dents.

Ethan laissa échapper un soupir de soulagement en voyant la sirène blonde se retourner. Ce n’était pas Ocean, mais une fille d’à peu près son âge. D’ailleurs…elle aussi devait avoir grandi et changé, après deux ans. Il rougit à cette idée. Allait-il au moins la reconnaitre ? Peut-être que ce nouveau monde avait modifié son physique. En tous cas, connaissant Ocean, il était certain de la trouver plus musclée qu’avant, puisque sa soif d’aventure et d’exploration pouvait la conduire sur terre, et en mer, dans cet océan presque sans limite. Elle ne se limitait plus aux côtes de Torbay. Il laissa ses jumelles de côté, et décida de faire une pause, trop blasé par son échec cuisant, et son faux espoir. Il mangea donc de la nourriture invoquée par magie, et savoura se moment, profitant de la chaleur car simplement vêtu de son bermudas (ironiquement, après l’Angleterre, Aquaria c’est le désert pour lui).

Rassasié, Ethan se leva sur le tapis, s’étira, avant de reprendre ses jumelles et de scruter l’horizon. Il remarqua un rocher un peu plus loin, qui semblait fendre l’eau en deux par son imposante taille. La luminosité commençant à faiblir, tout comme son énergie, il décida de se faire un camp de fortune au sommet du roc. Le jeune homme se dirigea donc dans la direction de ce dernier, à bord de son tapis volant, en contournant le groupe de jeunes sirènes. Son médaillon recommença à le brûler, sur son torse nu, à mesure qu'il s'approchait.

Il ne s’attendait pas à cette vision.

Il ne s’attendait pas à la voir.

Pas comme ça.

Pas si soudainement.

Pourtant elle était là, lui tournant le dos, les pieds dans le vide au bord du rocher, à quelques mètres de lui à peine. Il ne voyait pas son visage mais savait que c’était elle.

Ocean.

Ses cheveux couleur paille ondulaient légèrement au rythme de l’air marin, et le jeune homme se surprit à les contempler comme s’ils étaient de l’or. Quelques perles ornaient ses mèches, et sa chevelure retombait en cascade sur ses épaules. Elle semblait toujours aussi petite, aussi fragile. Il posa un pied silencieux à terre, avant de prononcer son prénom dans un souffle :

— Ocean ?

Et son cœur explosa.
© 2981 12289 0


But love doesn’t make sense.
La solitude est la patrie des forts × @Wild heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

Profil du rôliste
Surnom: Manon
Age du membre: 14 ans
Vos autres comptes: Mara'tylanhem T'al Barmi


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Lun 5 Juin 2017 - 0:53

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

En retard. La petite perle était un retard. Le pire c’est qu’elle détestait l’être car elle faisait attendre ses amies qui en profitaient pour ramener d’autre monde dans leur rendez-vous à toutes les trois et cela finissait souvent par des gestes d’excuses pour ne pas qu’Ocean ait à supporter le regard des garçons sur elle. Elle était dure…Ariel et Blue ne profitaient pas tout le temps qu’elle ait le dos tourné pour en inviter mais c’était elle aussi des adolescentes malgré qu’elles soient sirènes et elles n’avaient pas connues quelque chose comme Ocean. Après tout, elle avait bien le droit de s’amuser elles aussi, non? Sauf qu’en Ocean était là. C’était devenue une sorte de règle. Ocean avec ses amies: alors pas de garçon, Ocean pas là: alors c’était la fiesta! Elle n’en voulait pas à Blue et Ariel, elles avaient raison de profiter mais les trois jeunes filles n’avaient pas la même notion du mot profiter. Traître de bavardage (bien qu’elle ne puisse parler Ocean réfléchissait beaucoup trop), elle finit de rectifier ses écailles et ses cheveux avant de sortir de son petit cocon au fond de l’ocean. Les sirènes devaient l’attendre à la surface près d’un coin qu’elles avaient repérées quelque temps auparavant. Heureusement qu’Ocean n’était pas en cours aujourd’hui sinon elle se serait fait drôlement disputer pour son retard…mais ce n’était que ses amies et elles comprendraient. Elles la comprenaient…enfin pas toujours. C’est pour quoi, dès fois la petite sirène se sentait seule. 

Arrivant au point de rendez-vous, c’est avec surprise, horreur, énervement, et gêne qu’elle aperçut des tritons à côté de ses amies. Tant pis pour elle, elle n’avait qu’à ne pas être en retard. Elle n’allait quand même pas fausser compagnie à ses amies pour la deuxième fois, si? Non. Ocean n’était pas comme ça. Elle n’était pas méchante. Alors doucement elle s’approcha du rocher sur lesquels reposait ses amies (et ceux qui ne devraient pas y être) et resta cependant dans l’eau. Elle tapota l’eau de sa queue pour faire part de sa présence et salua tout le monde d’un geste de la main. 

« Ocean! S’écrièrent Blue et Ariel 


- Salut, reprirent les tritons »

Bien que polie d’ordinaire, elle fit semblant de ne pas les entendre et se concentra de nouveau sur ses meilleures amies qui avaient l’air excitées par une nouvelle dont Ocean allait bientôt entendre parler

« Tu l’a vu ou pas? déclara Ariel »

La petite perle fit non de la tête se demandant sûrement ce que son amie avait voulu qu’elle voit. 


« Comment tu crois qu’elle aurait pu le voir, elle n’était pas là Ariel, renchérit Blue


- Y’a un garçon super mignon qu’est passé en tapis volant au dessus de notre tête tout à l’heure. Il semblait chercher quelqu’un. Il m’a regardé et quand il a vu mon visage il avait l’air bizarre je l’ai pas bien vu parce qu’il était loin. Mais je suis certaine que c’était un humain, qu’il cherchait quelque chose et qu’il était drôlement mignon »

Les deux filles éclatèrent de rire tandis que les tritons levaient les yeux au ciel. Ocean n’arrivait pas à partager leur joie car un sentiment douloureux avait brusqué sa poitrine. Et si c’était Ethan? Elle secoua la tête et lutta contre les larmes. Elle disait n’importe quoi! Ethan était sur Terre et il ne viendrait pas la chercher! De plus il ne s’arrêterait pas pour regarder une inconnue…non ce n’était pas Ethan, elle devenait complètement folle depuis cette nuit. Les yeux fixant les vagues de l’océan, elle se laissa bercer par leur douce mélodie en essayant d’oublier le visage qui était apparu dans ces pensées. Ethan ici? N’importe quoi et pourquoi pas une girafe dans la mer pendant qu’elle y était? 

« Ocean, ça va? s’enquit Blue inquiète voyant son amie ne pas partager leur moment de rire »

Ocean releva brusquement la tête. Non ça n’allait pas et les garçons qui la regardaient ne l’aidait pas. Elle se sentait sur le point de pleurer sur quelque chose de tellement futile et d’imaginaire que cela l’énervait plus que ça ne la calmait. 

« Si ça ne va pas rentre chez toi tu sais, finit par dire un triton »

Deux sirènes le fusillèrent du regard, à savoir les deux amies d’Ocean, et il leva les mains comme pour dire qu’il n’avait rien dit. Le mal était fait. Serrant ses amies brièvement dans ses bras et s’excusant d’un regard elle replongea dans l’eau, non sans avoir foudroyé l’autre idiot, qui se permettait de dire les chose à sa place, du regard. N’ayant pas le coeur à aller autre part que chez elle ou sur sa petite île, Ocean opta pour la deuxième option. S’enfermer chez elle après la nuit qu’elle avait passé ne l’aiderait pas à lui faire oublier son visage. Quand elle aperçut la base de la petite île, elle remonta dans l’eau claire et sortit de l’eau. Elle en avait besoin. Regardant, comme une enfant, sa queue se changer en jambes, elle réussit à esquisser un petit sourire. Cependant pour aller dehors à la vue de tous, il fallait s’habiller. Elle ne pouvait pas se résoudre à y aller nue. Elle contourna le rocher et découvrit les vêtements dans lesquels elle était arrivée ici. Cela lui faisait mal. Horriblement mal, mais elle n’avait pas le choix si elle voulait être un peu tranquille. Habillée elle monta sur le rocher et s'assit les jambes dans le vide. Le vent s’amusait à faire flotter ses cheveux tandis que la petite perle ne cessait de ressasser ce qui l’embêtait depuis ce matin et qui l’avait mise en retard. Son rêve. Pour la première fois depuis longtemps, elle n’avait pas rêvé d’Ethan, elle ne s’était pas réveillée en sursaut et elle n’avait pas eut cette impression de vide. Elle s’était réveillée vivante. 

Depuis que les filles avaient supposé qu’un éventuel humain cherchait quelque chose dans la mer, Ocean n’arrêtait pas de penser que cela pourrait être Ethan. Son côté rationnel qui avait naquit après que tout le monde soit partit en la laissant là, lui hurlait que ce n’était pas possible qu’il ne serait jamais venu ici, maintenant, pour la chercher, elle. Son coeur lui criait tout le contraire. Partagée entre deux émotions qu’elle ne saurait exprimer la petite perle avait du mal à retenir ses larmes. Il lui manquait tellement. Son sourire, ses cheveux, son visage, ses étreintes, son parfum. Tout lui manquait et semblait la narguer et lui faire du mal dès qu’elle se mettait à y penser. Y avait-il un jour où elle pourrait penser à Ethan sans avoir mal? Sans se dire qu’il ne la considérait plus comme son amie? Qu’il l’avait abandonné? Elle ne savait pas. Repliant ses jambes contre sa poitrine elle essaya de compresser son coeur qui saignait. Alors elle prit des mesures démesurés et se mit à imaginer ce qu’elle lui dirait si elle le voyait arriver là. 

Tout d’abord elle lui ferait remarqué, elle trouverait bien une façon, qu’il n’était pas le bienvenue. Elle lui jetterait des coquillages, des pierres, elle s’éloignerait le plus possible de lui, elle retournerait dans la mer pour qu’il ne puisse pas la suivre. Ensuite elle lui montrerait combien elle avait eut mal, alors elle continuerait à lui jeter des pierres ou alors elle le giflerai. Une gifle sèche qui lui remettra les idées en place. Puis elle déballerait son sac, d’un façon où d’une autre elle lui fera comprendre qu’il est le plus gros nul de l’univers! Que ça ne se faisait pas de laisser sa meilleure amie comme ça! Que de toute façon si c’était pour revenir une heure et repartir ensuite il n’avait qu’à jamais venir! Que si c’était pour lui faire encore plus mal, alors qu’il n’avait qu’à repartir. Ensuite elle le blesserait pour lui faire aussi mal qu’il lui avait fait en la laissant là, seule, sans nouvelle. Elle lui ferait comprendre qu’elle ne pensait pas qu’il était aussi bête que tous les autres, qu’elle trouverait un autre ami que lui et qu’il ne méritait pas qu’elle l’attende de cette façon! Ayant reprit du poil de la bête la jeune sirène laissa ses jambes retomber dans le vide et les balança furieusement. Oui, elle lui dirait tout ça si c’était lui, quand il viendra. Si il revenait. Un rire démoniaque silencieux sortit de la poitrine de la petite perle.

« Ocean? »

Voilà qu’elle se mettait à entendre son nom. C’est qu’elle devenait complètement folle la petite perle à s’imaginer des trucs pareils dans sa tête. Il fallait qu’elle arrête avant qu’elle ne se fasse encore plus mal qu’elle ne se le faisait déjà. Si elle continuait elle aurait le coeur brisé une nouvelle fois. Alors elle rigola une dernière fois, maudissant ses bêtises, se disant qu’elle allait retourner voir ses amies et les tritons. Alors elle se leva, souriante et quand elle se tourna pour voir le soleil. Elle s’arrêta. Son sourire s’effaça. Son monde s’effondra. 

Lui. Lui et ses cheveux balayés par le vent qui lui tombés devant les yeux. Lui et son visage qui la regardait. Lui et ses yeux si expressifs qui voulaient dire tant de chose. Lui et son parfum qui avec le vent venait embaumer l’air auprès de la petite perle. Lui tout simplement. La douleur fusa. une douleur lancinante. Un déchirement qui s’entendit jusqu’au plus profond de la mer. Une douleur silencieuse qui traversa les yeux cristal de la petite sirène. Il était là. Lui. Elle avait envie de fuir, elle avait envie de lui dire mais elle ne pouvait que le regarder. Son corps refusait de bouger car il était là. Lui. Le collier que la petite sirène lui avait fabriqué pendouillé autour de son cou, sur son torse nu comme si Ocean avait toujours était avec lui. Comme si il ne l’avait pas abandonné. Impuissante, elle resta là à le fixer. Sembla ouvrir la bouche, mais ne pouvant rien dire, la laisse se refermer sur des mots qu’elle n’osait prononcer. La tête tremblait sous ses jambes. Etait-ce le monde ou elle qui semblait se détruire? Etait-ce elle ou le miroir qu’elle s’était forgée pour ne pas craquer qui menaçait de s’effondrer? La tête lui tournait. Etait-ce son coeur qui tournait, était-ce ses pensées qui la tourmentaient de cette manière? Elle avait mal. Etait-ce ses pieds nus qui s’enfonçaient dans les cailloux ou son coeur qui battait de nouveaux qui semblait se déchirer à chaque mouvement? Sa vue était floue. Etait-ce la mer qui brouillait sa vision où les larmes qu’elle refusait de laisser couler? 

Son corps, son coeur lui faisait mal. Elle avait envie de fuir et envie de se perdre dans ses bras. Elle avait envie de le taper et de l’étreindre. Elle avait envie de l’insulter et de lui dire qu’il lui avait manqué. Elle avait envie de s’énerver et aussi de se réjouir. Tout son beau discours s’effaça de sa mémoire car il était là présent devant elle. Ethan. Alors elle fit la seule chose qui lui paraissait sensé et qu’elle put faire en ce moment là. 

Elle pleura. 
Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd

Age du personnage : 15 en apparence

Familier : Aucun pour le moment
Couleur de magie : Il ne sait même pas qu'il en possède !
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Normal


Métier : Passionné d'archéologie
Dans le sac : Des trucs à grignoter (barres chocolatées surtout), des bouquins de sciences, un livre commencé, un deuxième, un couteau suisse, un baladeur mp3 tout vieux...



MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Jeu 8 Juin 2017 - 10:38

Te amo sin saber cómoFt. OceanTotalement désemparé, Ethan regarda la petite sirène se mettre à pleurer avec un sentiment d’impuissance. Et de tristesse. N’était-il pas la raison de son chagrin, celui qui l’avait abandonnée ? La réalité le rattrapait enfin, lui qui avait préféré ne pas imaginer le malheur qu’il avait causé chez son amie, en ne la revoyant pas. Il n’était pas sur de ce qu’il devait faire, benêt comme il était ; il devait s’excuser, mais comprendrait-elle ses raisons ? Avait-il de vrais raisons d’ailleurs ? Des raisons de l’abandonner. Les études. Comprendrait-elle qu’il était du genre à faire passer sa réussite avant tout, qu’il attendait d’être au sommet pour penser un peu à lui, et aux autres. Il blessait les gens par son comportement d’adulte vieilli, mais s’en contrefichais. Jusqu’à maintenant. Jusqu’à lire toute la détresse de la petite sirène dans son regard, jusqu’à la voir pleurer parce qu’il était un idiot. Allait-elle le détester ? Le détestait-elle déjà ? Il pensait s’être préparé, s’être blindé contre ce genre de réactions, mais, en vérité, son cœur était aussi triste que celui de la petite sirène. Il fit donc la seule chose qui lui permettrait d’obtenir le pardon d’Ocean.

Il lâcha son sac, qui tomba lourdement sur la pierre, avança d’un pas décidé vers elle, avant de la prendre dans ses bras. Il la serra fort contre lui, humant son parfum marin qui se mêlait à l’odeur de l’été et qui lui réchauffait le cœur. Il lutta de toute ses forces pour ne pas à son tour lâcher une larme, et se contenta de murmurer :


— Je te l’avais dit, je reviendrai toujours.

Bon, ok, il avait cette fois clairement pris son temps, mais, en soi, il était là, et c’était le principal ! Et il s’étonnait d’être un asocial.

Il ne bougeait pas. Ne voulait pas bouger. Il ne voulait plus voir la tristesse dans ses yeux, eux qui agissaient d’habitude comme un baume doux pour son cœur, il ne voulait pas voir les larmes couler sur ses joues rougies par l’émotion.

— Tu dois être en colère…pardonne moi.

C’était lâche de ne pas la regarder en face, puisqu’elle ne pouvait pas parler, quelque part, mais il préférait la tenir dans ses bras, la sentir là contre lui, comme avant. Son cerveau était un véritable foutoir émotionnel, qui avait beaucoup de mal à assembler la raison et les émotions en un ensemble clair, si bien que le garçon était encore une fois perdu. Il devait lui manquer une case pour ça. Il resserra son étreinte, retenant un sanglot. Puis se détacha, l’air triste et désolé, ne sachant ce qu’allait penser son amie. Allait-elle sauter dans l’eau et le fuir ? Le renvoyer bouler à cause de ce qu’il lui a fait subir ? Il tenta un sourire, dénué cependant de toute assurance.


— Je…Je sais que je n’ai aucune excuse pour t’avoir laissé comme ça, seule au milieu d’un univers inconnu. Mais…j’ai essayé de faire ce qui m’a paru le plus raisonné, le plus juste…car sur Terre j’ai une vie que je ne peux pas encore laisser de côté… Alors…ne crois pas que je ne voulais plus te voir, ou, que je ne suis plus ton ami, parce que je serai toujours là et je penserai toujours à toi, Océan, même si un univers entier nous sépare !

Il rougit sous l’effet de l’émotion, et passa une main nerveuse dans ses cheveux. Il détourna son regard quelques instants, le temps de se ressaisir, avant de le reposer sur Ocean, qui dardait sur lui ses yeux bleus lagon, voilés de tristesse.


— S’il te plait, excuse-moi.

Il ne voulait pas qu’elle lui en veuille, pas plus qu’il ne voulait être loin d’elle. Un petit Ethan, perdu au fin fond de son cerveau, ne désirait qu’une chose : rester au près d’elle. Il aurait cependant été trop égoïste de lui demander de revenir avec lui, en Angleterre, d’autant plus que cela lui impliquerait de vivre dans la tamise ou dans une baignoire, maintenant qu’il était à Londres, et cela, il ne pouvait lui demander. Elle devait avoir refait sa vie, en un an, rencontré de nouvelles personnes, s’être fait des amis. Son cœur manqua un battement lorsqu’il pensa à nouveau aux tritons qu’il avait aperçus. Et si elle avait trouvé son âme sœur, au milieu de l’océan ? Ce ne serait pas étonnant. Ethan arrête de penser, c’est mauvais pour ta santé. Le jeune homme s’était en effet déconnecté de la réalité un instant, imaginant le pire.

Le pire ? Pourquoi ? N’avait-elle pas le droit de vivre sans toi ? Elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait, au fond, et tomber amoureuse ne serait certainement pas une trahison. Ethan regarda Ocean en serrant les dents. Pourquoi ce sentiment lui déchirait-il le cœur ? La simple idée qu’elle soit loin de lui et accompagnée par un poisson beau gosse lui était insoutenable. Mais bon Dieu Ethan tu n’es pas son père ! Ni son mari ! Le jeune garçon allait finir par frôler la crise cardiaque, à force de pousser ses réflexions à de telles extrémités. Oui, mieux valait arrêter de penser. Ocean le regardait avec incompréhension, comme avant, puisqu’il avait toujours été agité du bocal à poisson.

Comme la première fois qu’il l’avait abandonné, Ethan désigna le médaillon que son amie lui avait offert sur Terre. Ce petit pendentif à l’effigie du petit animal qui la suivait partout, et qui ne manquerait certainement pas de lui mordre les mollets dès qu’il l’apercevrait.


— Je ne t’ai jamais oubliée, Ocean, je pense toujours à toi, tu sais.

Il la prit à nouveau dans ses bras, et ajouta d’une voix douce :


— Tu as le droit de m’en vouloir. Mais s’il te plait, ne sois pas triste. Ne pars pas.

Qu’est-ce qu’elle lui avait manqué bon sang. Comment avait-il pu être si égoïste, et surtout, ignorer la douleur qu’il ressentait en pensant à elle. Il agissait comme un gamin, un sombre idiot, à faire souffrir son monde parce qu’il avait des objectif. Est-ce que, au fond, il n’aurait pu revenir avant ? Certainement que si, bien sûr, mais il avait choisi de ne pas venir. Choisi de l’abandonner. Il était impardonnable et pourtant il ferait tout pour qu’elle lui donne une nouvelle chance, pour qu’elle lui sourît à nouveau de son sourire radieux, que ses yeux traduisent son rire muet. Qu’elle soit à nouveau là, avec lui. Elle était un soleil. Son soleil. Mais il n’avait apporté que de la pluie.

Ethan se décida à affronter son regard si expressif. Il se détacha d’elle une nouvelle fois et essuya les larmes qui roulaient sur les joues de la sirène. Il eut un sourire désolé, et attendit qu’elle lui montre ses sentiments, l'implorant presque du regard, implorant son pardon.

Son cœur n'était plus qu'u océan de tristesse, où un vent d'espoir entraînait de grands fracas, l'eau brisant petit à petit la roche de sa raison.
© 2981 12289 0


But love doesn’t make sense.
La solitude est la patrie des forts × @Wild heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4587-ethan-james-creed

Age du personnage : 13 ans tout rond

Familier : Ecume, un bébé phoque blanc
Couleur de magie : Elle n'en a jamais vu la couleur...
Niveau de magie :
  • Inexistant
  • Très faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Une enfant si jeune n'a pas de métier voyons!
Résidence : Au fond de l'Ocean Atlantique près de la ville de Torbay au Sud-Ouest de l'Angleterre
Dans le sac : Une fleur des mers, sa dague en dents de requins, une bonne dose de courage et surtout plein de malice

Affinités : Amber: Une jolie humaine qui l'a poursuivis d'abord avant de devenir sa première amie

Ethan: Son prince charmant, elle l'a rencontré lors d'une matin sur une des plage de Torbay et le jeune humain et elle ont prévu de se revoir pour "parler" même si lui aimerai bien l'emmener dans un laboratoire pour la disséquer.

Profil du rôliste
Surnom: Manon
Age du membre: 14 ans
Vos autres comptes: Mara'tylanhem T'al Barmi


MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   Ven 16 Juin 2017 - 18:58

 El oceano hace latir mi corazon al ritmo del tuyo

Son regard, son visage, chacun de ses gestes, de ses paroles étaient hypnotiques. Comme un message crypté que seul Ocean pouvait déchiffrer. Comme une mélodie silencieuse qu'elle seule pouvait entendre. Elle était comme déconnectée. Débranchée de la réalité. Dans une sorte d’univers parallèle. Il était là, devant elle et elle ne pouvait pas y croire. Comment pouvait-il être là? Pourquoi était-il là? Pour la voir et repartir ensuite? pour l’abandonner de nouveau pour lui faire mal au coeur? Comment pouvait-il se permettre d’être là devant elle? Avait-il comprit que la petite sirène n’avait cessé de l’attendre? Avait-il comprit les sentiments qui bousculaient le coeur d’Ocean même si elle essayait de les taire depuis qu’il l’avait laissé, là? Non. Elle devait rêver. Ethan ne pouvait pas être devant elle. Il n’était pas assez méchant pour lui faire du mal de nouveau. Ocean était sûre qu’il ne reviendrait pas, autant pour lui que pour elle. Il voulait peut-être qu’elle reconstruise sa vie? Qu’elle l’oublie? Qu’elle pense à autre chose? Qu’elle cesse de l’attendre et de penser à lui? Elle y avait cru. Elle s’était imaginée tant de chose pendant cet an. Elle avait essayé de lui trouver toutes les excuses de la Terre possible afin de ne pas voir la réalité en face. Afin de ne pas voir qu’il l’avait abandonné comme si elle n’était rien. Mais si il avait voulu faire tout ça…alors pourquoi serait-il là de nouveau devant elle, prêt à lui briser le coeur de nouveau? 

Une étreinte qui parvint. Un parfum qui embauma l'air. Une voix qui apaisa son coeur. Un sentiment qui le réchauffa. Une chaleur qui la brûla. Sans qu’elle est pu faire le moindre geste, émettre la moindre de ses paroles silencieuse elle se retrouvait là. Dans ses bras. Sans qu’elle eut le temps de le taper, de lui faire comprendre qu’elle avait mal, il était là. En train de lui parler, de la rassurer. Sans qu’elle eut le temps d’avoir une pensée correcte, plausible, cohérente dans sa tête, ils étaient là. Tous les deux comme avant. Comme avant. La tête de la petite sirène se posa contre le torse du jeune garçon sans qu’elle puisse y faire quelque chose. Sans qu’elle est le moindre contrôle sur son corps. Sans que celui-ci lui obéisse tandis que les pensées se bousculaient dans sa tête plus vite qu’elles ne l’avaient jamais fait. Alors elle écouta. 


«  Je te l’avais dit, je reviendrai toujours. »


Boum. Son coeur cogna. Elle inspira une bouffée d’air comme si elle lui était vitale. Ce qu’elle regrettait de ne rien pouvoir dire. De ne rien pouvoir faire. Ses bras le long de son corps aurait pu écarter le jeune homme d’elle pour qu’il la regarde, pour qu’elle lui parle avec ses yeux, pour qu’elle lui crache des horreurs silencieuses…mais elle n’en avait pas envie. Pas envie de lui faire du mal. Pas envie d’être méchante avec lui. Pas envie de s’écarter de lui. Elle continua d’écouter. Les paroles d’Ethan semblait une vague mélodie qui berçait son coeur. Son coeur. Posée contre celui du jeune homme, elle l’écouta. Comme une douce mélodie saccadée. Une mélodie qui s’accélérait au fur et à mesure qu’il délivrait les paroles que la petite sirène avait rêvé d’entendre. Une dernière étreinte et Ethan la relâcha pour la regarder. Pour lui sourire. Boum. Une crampe dans l’estomac de la jeune fille prit place et refusa de la laisser tout pendant qu’Ethan avait le sourire au bord des lèvres. Ce sourire. Un sourire qu’elle n’avait plus vu. Un sourire qu’elle aimait tellement. Cependant, elle fut incapable de lui rendre. Elle resta là, à le fixer de ses yeux bleus lagons sans pouvoir faire quelque chose. Elle continua de l’écouter. 

«Je…Je sais que je n’ai aucune excuse pour t’avoir laissé comme ça, seule au milieu d’un univers inconnu. Mais…j’ai essayé de faire ce qui m’a paru le plus raisonné, le plus juste…car sur Terre j’ai une vie que je ne peux pas encore laisser de côté… Alors…ne crois pas que je ne voulais plus te voir, ou, que je ne suis plus ton ami, parce que je serai toujours là et je penserai toujours à toi, Ocean, même si un univers entier nous sépare ! »


Boum. Un tambour semblait remplacer sa poitrine, secouée de petits sanglots qu’elle ne pouvait contenir. Un univers entier? C’était tout comme. Une planète entière les avait séparé. Les avait arraché l’un à l’autre et pourtant Ethan n’avait pas semblé plus triste que ça. De la laisser de côté un an sans revenir. Pas un message. Pas un mot. Pas un geste. Pas un regard ni un sourire. Son regard était sincère et Ocean aurait voulu qu’il la fuit justement. Qu’il la garde dans ses bras et qu’il ne la fixe pas de cette façon. C’était plus simple d’être en colère quand on ne vous regardez pas de cette façon. C’était plus simple de ne pas penser quand celui que vous aviez attendu était enfin là de nouveau. C’était plus simple de fuir un regard quand le votre voulait dire tant de chose. Il rougit. Son rougissent provoqua le même effet chez la petite sirène. Elle rougit. Quand il tourna les yeux, elle laissa son regard sur lui. Elle laissa son regard le scruter comme pour déterminer le vrai du faux. Y avait-il du faux? N’y avait-il que du vrai? Un sentiment nouveau étreignit sa poitrine. Elle ne voulait qu’il n’y ait que du vrai. Elle voulait lui avoir manqué. Elle voulait qu’il pense toujours à elle. Elle voulait qu’il revienne pour elle. Elle voulait qu’il continue à être là pour elle même si un univers les séparait. Elle voulait tellement voir son retour comme une bonne nouvelle et comme un baume au coeur. Et non pas comme un abandon nouveau. Ce sentiment elle ne savait pas ce que s’était. Elle ne savait pas comment le retenir. Mais ce qu’elle savait, c’est que quand il reposa son regard noisettes dans le sien si bleu. Ce sentiments sembla dévorer son coeur, le brûler petit à petit comme si il voulait le réchauffer. Elle sentit la glace tout autour se briser. Ce sentiment alluma une flamme nouvelle, une flamme qu’elle avait perdu quand il était partit. 

« S’il te plait, excuse-moi. » 


Le pouvait elle? Elle se posait la question. Pouvait-elle lui pardonner son abandon? Pouvait-elle lui pardonner d’être de nouveau rentrer dans sa vie comme un boomerang? Pouvait-elle lui pardonner ses sourires, ses mots doux? Pouvait-elle lui pardonner son visage et son nom? Pouvait-elle lui pardonner tout ça? Oui elle le pouvait. Elle le pouvait. Elle le sentait du fond de son coeur. Elle le pouvait…mais le voulait-elle? C’était ça la vrai question. Bien sûr qu’elle pouvait pardonner. C’était si facile de pardonner. On oubliait, on repartait à zéro. On prenait un nouveau départ. On arrêté de se torturer l’esprit. On croquait la vie à pleine dent. On souriait de nouveau. On riait de nouveau. Mais le vouloir? Le vouloir c’était autre chose. Elle serra les dents. Elle crispa les poings. Un véritable combat s’engageait dans sa tête. Sa tête le refusait. Elle voulait qu’il comprenne. Qu’il comprenne vraiment qu’il lui avait fait mal. Mais son coeur parlait autrement. Quand son sourire rayonnait son coeur se serrait. Quand ses yeux noisettes plongeaient dans les siens, son estomac se retournait. Quand son rire emplissait ses oreilles quand sa voix vrillait ses tympans, elle frissonnait. Quand il la prenait dans ses bras son coeur battait plus fort et plus vite. 

« Je ne t’ai jamais oubliée, Ocean, je pense toujours à toi, tu sais. » 


Son cour battait comme un oiseau en cage qui n’attendent qu’une chose: être libéré. Mais elle se le refusait. Elle refusait de laisser parler son coeur. Car elle savait très bien qu’en la regardant Ethan essayait de comprendre, essayait de la comprendre. Essayait de saisir ce qu’elle voulait dire, ce qu’elle ressentait. Alors elle savait que la seule chose à faire dans ces moment là. C’était refuser la conversation. Ne rien laissait passer. Le regarder sans rien exprimer. 


Mais quand il la reprit une nouvelle fois dans ses bras toutes ses bonnes résultions volèrent en éclat. C’était impossible. Vouloir le détester lui faisait encore plus mal que de ce dire qu’il allait de nouveau la laisser. Elle se laissa aller contre le jeune homme et laissa les dernières larmes couler. Elle ne voulait plus pleurer. Si elle ne voulait pas être énervée, si elle ne voulait pas le détester alors il fallait qu’elle arrête de pleurer avant qu’elle n’est le temps de sourire et qu’il soit partie de nouveau. Son coeur se serra étroitement dans sa poitrine. Elle ne voulait plus qu’elle le laisse. Mais comment lui faire comprendre? Comment lui faire comprendre qu’elle a très mal vécu mais pouvoir tout de même sourire en le voyant? Elle se souvint que le jeune homme lui avait montré le pendentif qu’il avait gardé sur lui. Malgré que ce signe d’affection fit rougir les joues nacrées de la petites sirènes, un petit sourire machiavélique se dessina sur son visage rougis par les larmes. Aussi doucement qu’elle put et sans que le jeune homme ne se rende compte de quoi que ce soit, elle détacha le collier qu’elle avait offert à Ethan et le garda dans sa main. 


Quand il se sépara à nouveau d’elle et essuya les dernières larmes qui finissait leurs courses effréné le long de sa joue, elle serra le pendentif de toutes ses forces et autorisa enfin ses yeux à parler pour elle. Elle n’avait pas besoin de mot pour qu’Ethan comprenne, il n’avait même pas besoin de signe pour des choses comme ça. Le simple regard suffisait. En une fraction de seconde elle lui fit clairement comprendre qu’elle était triste, qu’elle s’était sentie abandonnée mais que malgré tout, elle ne le détestait pas. Elle ne le détestait pas, n’était pas énervée mais elle ne lui pardonnait pas pour autant. Pardonner aussi facilement serait bien trop simple. Ocean inspira un bon coup et montra le pendentif d’Ethan qu’elle tenait dans sa main. Elle ne laissa pas le temps au jeune garçon de prononcer un mot. Elle le regarda et haussa un sourcil. Le collier avait été comme un pacte entre les deux. Une preuve d’amitié qu’Ocean avait fait au jeune garçon. Tant qu’elle garderait ce pendentif dans sa main, elle ne lui aurait pas pardonné. C’était clair non? Pour elle en tout cas et même si Ethan n’avait pas compris tout, il savait ce que le pendentif signifiait pour les deux. Il était intelligent. Qu’il utilise sa jugeote! Quand on s’évertue à devenir ami avec une muette il faut faire place à l’imprévu! 


Elle se détourna de lui. Peut-être n’était-ce réellement qu’un rêve. Quand elle se retournerait il aurait peut-être disparu et elle n’aura plus qu’à gronder son imagination de lui jouer des tours pareils. Elle alla s’assoir au bord du rocher et laissa pendre ses jambes dans le vides. Elle tourna la tête vers le jeune homme, qu’elle avait cru rêver, mais il était toujours là. Ce n’était pas un rêve. Ethan était bien là. Puis elle tapota la place à côté d’elle avec un léger sourire d’encouragement. Si il voulait qu’elle lui pardonner, il allait devoir lui raconter tout. Et vite. Elle ne doutait pas de la sincérité de ses paroles mais avait besoin de temps pour effacer les chagrins et laisser une nouvelle fois la place à la joie. La joie de retrouver son meilleur ami.  
Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4576-ocean-p-leynd
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.   

Revenir en haut Aller en bas
 
I wouldn't have crossed the ocean, come out of hiding, tracked you down, if you didn't matter to me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Star Ocean - Forum RPG Futuriste
» A drop in the ocean ; Sutton
» Deep ocean (feat Clay)
» JETEE ET OCEAN / Piet MONDRIAN
» Ewan ? Cake by the OCEAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: AutreMonde :: Océans :: Royaume d'Aquaria-
Sauter vers: