AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, Arya. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Le Continent InterditPartagez | 
 

 Entrevue Diplomatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tara'tylanhnem Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: Entrevue Diplomatique   Sam 15 Juil 2017 - 0:00


Tara's anatomy








"Concentre-toi !"
 


Ces mots résonnèrent comme une claque dans son esprit alors que la dague s'enfonçait dans son bras pour la cinquième fois. Elle ne s'était pas montrée très performante aujourd'hui, et Myakko secoua la tête en incantant un réparus.


« J'ai l'impression d'affronter une apprentie. Tu m'avais habituée à mieux. Un souci? »

Elle n'avait pas tort. Depuis que l'elfe lui avait grossièrement résumé les événements de la guilde des assassins, celle-ci avait intensifié la fréquence de  leurs entraînements. Tara la soupçonnait de passer ses nerfs sur elle, mais elle n'en était pas certaine. Elle était rarement certaine de quoique ce soit, avec Myakko, de toute façon. Non, elle n'avait pas vraiment de soucis. Magister était mort, elle faisait presque confiance à Jar et l'empire se portait bien. Pourtant quelque chose la chiffonnait. Elle avait un mauvais pressentiment, mais il n'y avait pas que ça. Et cela l'agaçait. Beaucoup. Elle répondit, un peu cynique

« Ba non, je crois juste que j’adore me faire poignarder. C’est devenu une passion.  Reprenons, que j’en prenne un autre coup ! »

Myakko lui jetta un regard étrange mais ne releva pas. Elle commença même à sourire. Elle avait une idée derrière la tête. Tara reprit sa garde. Elle constatait, non sans tristesse, que toute sa compétence martiale était ridicule face à quelqu’un du niveau de l’elfe. Tout ce qu’elle avait appris avec Sandor était nullifié par une seule et unique raison. Myakko se battait pour tuer. Pas pour vaincre. L’impérator était un guerrier. Un vrai. Avec des codes de conduite, qu’il appliquait sans forcément s’en rendre compte et que Tara avait assimilés en même temps qu’elle avait appris à tenir une épée correctement. Et c’était eux qui lui offraient cette magnifique opportunité de se prendre coup de dague sur coup de dague parce que Myakko n’avait aucune notion d’honneur, sauf lorsqu’il s’agissait de le retourner contre son adversaire. Elle avait même un sens très aigu de celui-ci, en fait. Elle ne l’appliquait juste pas, en comprenant juste les tenants et aboutissants pour mieux s’en servir.

Alors Tara avait commencé doucement à se défaire de ses vieilles habitudes, et elle avait réussi à blesser l’elfe, quelque fois. Elle avait même fait sauter la salle d’entrainement une fois, mais l’elfe avait désamorcée la charge qui se trouvait sous ses pieds sans que Tara ne s’en rende compte, avant d’arriver dans la pièce. Mais l’elfe l’avait quand même félicitée pour l’idée. Alors elle avait commencé à piéger les pièges, puis à piéger les pièges des pièges. Mais elle était trop en deçà du niveau de la maître assassin pour l’attraper avec quelque chose d’aussi simple. Alors elle essayait juste de ne pas se faire trop charcuter, maintenant, et de se faire violence pour tenter des coups moins orthodoxes. Mais rien n'y faisait, puisque Son visage ne cessait de lui revenir en tête, sa garde était pathétique et ses attaques mollassonnes. Le sixième, puis le septième coup de dague eurent raison de sa patience, appuyés par la pique acérée de Myakko.

«On arrête si tu veux. »

Tara explosa. Bon, pas littéralement hein. Désolé Jar.  Pour la première fois depuis qu'elle s’entraînait avec Myakko, elle relâcha la toute puissance de sa magie, ses yeux devinrent blancs alors que le flot d’énergie pure se diffusait dans son corps. Lâchant son épée, elle décocha un coup de poing que Myakko dévia instinctivement sur le côté d'un revers de bras. L'onde se propagea et le mur derrière elles, à une vingtaine de mètre de là, se fissura sous l'impact. L'elfe contre-attaqua avec un coup de genou dans l'abdomen mais Tara ne réagit pas à l'agression, comme si elle était protégée par une force invisible. Ce qui était le cas.

L'héritière ne réfléchissait même plus, alors que l'agacement qui l'emportait s'était transformé en colère. Véritable furie divine, elle n'avait qu'un seul but, faire disparaître ce petit sourire que Myakko (et Myakko avec) arborait encore, bien que la concentration se lisait dans ses yeux. Tara ne s'en rendait surement pas compte dans son emportement, mais l'elfe était bien plus sérieusement impliquée dans son combat que d'habitude. Heureusement pour elle, l'affrontement tourna vite court, puisque le corps de Tara commençait à demander grâce, car, il fallait bien se l'avouer, il n'était pas fait pour résister à des efforts magiques aussi intenses. Quand elle ne maîtrisait pas parfaitement ce qu'elle faisait, le trop plein de magie qu'elle ne parvenait pas à diriger correctement se redirigeait ailleurs. C'est à dire sur elle.
Alors elle finit par s'effondrer en crachant du sang, et les bras sanguinolants.


"J'ai l'air maligne maintenant."

Elle était à la fois penaude de s'être emportée, et un peu vexée de n'avoir détruit que des murs, et pas sa petite tête d'elfette suffisante. Enfin, elle l'aimait bien quand même alors d'un côté, c'était tant mieux. C'était sa botte secrète, ce truc là, et cela n'avait servi à rien. Elle soupira alors que Myakko la soignait.

"Il t'en a fallu du temps. J'admire ton self contrôle."

Tara la regarda sans vraiment comprendre. Elle venait de tout casser autour d'elle, et Myakko lui parlait de self contrôle.

"Cela fait combien de temps que l'on a commencé à se battre, toi et moi ? Quatre, cinq mois? D'habitude il faut moins de deux mois pour qu'un apprenti sorte de ses gonds comme ça. Même si c'est tout de suite plus impressionnant quand c'est toi."

Elle même avait subit le même sort et avait craqué au bout d'un mois et demi.

"Je ne sais juste pas si c'est lié à l'entraînement comme cela aurait du à la base, ou non. Mais peu importe, j'ai ce que je voulais."

Myakko s'assit en tailleur en face d'elle, qui était encore à genoux.

"Bien. Aujourd'hui est une leçon importante. Deux même. La première, c'est que les émotions sont des alliées comme des ennemis. Tu sembles plutôt maîtresse de toi habituellement, alors je ne me fais pas de soucis. Tu devrais pouvoir t'éviter ce genre de... débordement au cœur de l'action. Elles ne sont pas à exclure pour autant. Si tu sais garder une emprise sur elles... tu peux parfois t'autoriser à les laisser couler, tant que tu ne vas pas trop loin. Elles peuvent te donner plus de puissance, mais tu ne dois jamais les laisser te submerger. Tu apprendras. Cela te rends terriblement lisible, par contre, pour le moment."

Tara acquiesça. Si elle n'avait pas appris à se contrôler un tant soit peu, elle serait morte depuis longtemps, puisque sa magie était aussi destructrice pour elle que pour les alentours quand elle ne se maîtrisait pas.

"Maintenant, pourquoi n'as tu jamais utilisé la magie contre moi?"

La jeune courgette la regarda sans comprendre. Elle était là pour apprendre à se battre avec des lames, au corps-à-corps. Elle savait déjà tirer des rayons magiques dans tous les sens, et sa petite technique bien à elle qu'elle gardait presque secrète.

"Je ne suis pas là pour ça, non?"

Myakko soupira. Décidément, Tara n'apprendrait jamais.

"J'essaye de t'apprendre à gagner, et tu t'enlèves toi-même un des plus grand avantage que tu as sur le monde. Certes, c'est bien de chercher à apprendre à ne pas t'en servir, mais tu compartimentes trop. Je ne le fais pas, puisque je suis une piètre sortcelière, mais toi qui maîtrises la magie sans incantation, tu peux créer ton propre style. Même si j'ai cru comprendre que c'était déjà le cas, je suis un peu étonnée que tu n'utilises pas les classiques rayons et autres sortilèges pendant tes attaques. Je ne cherche pas à faire de toi une assassin douée, bien que tu en ais l’étoffe, si on avait pu commencer plus tôt. Tes combats ne ressemblent en rien à ceux d'un simple tueur. Sers-toi de tout tes atouts, même si cela signifie me vaincre facilement. Fusionne ce que tu sais déjà faire, et apprends. Et ça devrait m'entraîner aussi, d'ailleurs. D'accord?"

"C'est pas moi qui vais le regretter.", lâcha Tara en rigolant.

Sa mentor n'avait pas tort cependant, et il était temps qu'elle s'y mette sérieusement. Elle allait être surprise de voir ce dont elle était pleinement capable. D'autant plus qu'elle s'était aussi gardé sa forme de chasseur sous le coude.

"Ma seconde leçon, bien que tu ne dois pas t'en être vraiment rendue compte, c'est que tant que tu ne chercheras pas à tuer ton adversaire, il aura l'avantage sur toi, à niveau égal. Pour le moment tu t'en sors parce que ta marge de puissance est tellement grande que tu peux écraser n'importe quoi avec. Mais il ne faut pas se reposer dessus en permanence. Pour la première fois depuis qu'on se bat toutes les deux, je me suis sentie menacée. Tu n'étais plus à l'entraînement, tu étais dans un combat à mort. Et il faut que ce soit un réflexe. C'est vital. Et tu prendras l'avantage sur tout ceux qui ne prennent pas leur combat au sérieux. Allez, file maintenant. Va te faire soigner l'intérieur, je ne suis sûrement pas assez douée pour ça."

Tara acquiesça en se relevant. Elle n’espérait pas assimiler ce qu'elle venait d'entrevoir dans la minute, mais elle garderait ces conseils dans un coin de sa tête. Pour le moment, direction le chaman impérial.

Elle recevait ses soins quand  sa tante la contacta sur sa boule. Elle décrocha immédiatement, se doutant qu'elle allait sûrement devoir faire quelque chose pour elle. Et surement quelque chose de pas très marrant.


"Bonjour Tara. Je serai brève, j'ai une entrevue bientôt. Comme tu devrais le savoir, les élections viennent de se terminer sur le continent interdit, et j'aimerai que tu ailles rendre visite à ce cher Maldan Leoric Peor(nom provisoire)  qui vient d'être réélu. Histoire de rappeler nos liens d'amitiés. Et puis, ils t'aiment bien là-bas, puisque tu les as libérés. Tu pars ce soir."

Elle raccrocha immédiatement. Okay. Il fallait croire qu'elle n'avait pas vraiment le choix, et râler ne servirait surement à rien. Lisbeth avait accès à son emploi du temps et s'amusait à le remplir dès qu'elle le pouvait, ce qui n'était pas toujours très agréable pour l'héritière. Elle laissa terminer le chaman, le remerciant avant de partir pour ses appartements. Comme toujours dans ce genre de déplacement, elle serait accompagnée d'une dizaine de garde, mais comme toujours, elle se préparait au pire. Elle remplit donc ses poches et sa changeline. Elle allait finir par pouvoir fournir une armée entière à force. Elle ne craignait pas spécialement les loup-garous, mais elle s’équipa d'argent, au cas où. Elle profita ensuite de son après-midi pour réviser ses connaissances du continent interdit, du fonctionnement politique de celui-ci, ce qu'elle se forçait à faire avant chaque entrevue avec quelqu'un d'important. Bien qu'elle ne doutait pas que ce serait une simple visite de courtoisie, histoire de prendre quelques photos, passer sur le réseau cristallin, manger un repas gigantesque et passer une nuit entre les murs de leur palais présidentiel. Comme c'était son second mandat, Maldan allait continuer dans sa politique d'ouverture, d'accueil des lycans et des nonsos désirant une transformation. Il assurera à Omois l'amitié du peuple loup-garou, et elle ferait de même. Il fallait juste éviter de parler des dragons, qui étaient un sujet assez sensible là-bas. Et pour elle aussi, puisqu'au final, elle n’appréciait que moyennement leur façon de gérer Autremonde, depuis qu'elle était plongée dans les rouages de la planète.

Mais c'était une autre histoire, et quand elle passa la porte, vêtue de sa longue robe d'apparat rouge et or de transfert en compagnie de six thugs et quatre elfes, elle n'y pensait plus vraiment. Ils furent tous accueillis par Maldan en personne, qui lui était suivi de son ministre.


"Ah, votre Altesse Impériale, pour une surprise, c'en est une agréable. Nous attendions une délégation, mais pas une de cette ampleur. Vous nous en voyez honorés."


"Voyons, Monsieur le Président, Omois se devait de vous féliciter en personne pour votre reprise de fonction. Tout le plaisir est donc pour moi."

Et que je te flatte, et que je fais des ronds de jambes. La politique est un jeu épuisant où la langue s'use plus vite que n'importe quel muscle. Maldan lui fit donc visiter le palais qui avait tout de même bien changé depuis son dernier passage, qui remontait à pas mal d'années maintenant. Et dans des circonstances bien moins sympathiques. Tout ce qui avait eu rapport, de près de ou de loin, aux dragons avait complètement disparu, et elle surprit même, dans un des jardins, une statue qui la représentait.. Toujours est-il qu'après une bonne heure à admirer les prouesses des loup-garous, elle et sa suite furent conviées, comme prévu, à un dîner dansant. Super, encore un truc qu'elle adorait. Oh la danse n'avait plus vraiment de secret pour elle, depuis qu'on l'avait forcée à apprendre TOUTES celles du coin et c'était un exercice qu'elle appréciait énormément. Mais pas avec n'importe qui. Et tous allaient se bousculer pour se targuer d'avoir pu danser avec Tara, héritière d'Omois et Grand Libératrice de leur continent. La soirée s'annonçait donc longue. Elle demanda l'autorisation de laisser Galant voler en extérieur, puisqu'il piaffait de frustration d'être miniaturisé et de ne pouvoir  voler un peu. Le président accepta sans broncher, puis lui tendit le bras pour la mener dans la salle de bal. Il allait faire sensation, la jeune héritière à ses côtés. D'autant plus que sa changeline venait de remplacer sa robe pompeuse pour quelque chose de moins étouffant et plus approprié à un repas dansant. Il y avait déjà un attroupement conséquent dans les jardins non loin de la salle, et l'entrée fut quelque peu difficile, bien qu'on s’écarta immédiatement à la vue du président et de la jeune héritière.

La salle était richement décorée, et les couleurs du parti du président étaient omniprésentes dans la salle. Le centre était réservé à la danse, alors qu'une scène, en face, accueillait les musiciens qui viendraient animer la soirée. Un groupe se préparait déjà à jouer, quand le président aurait lancé le début. Sur les côtés de la scène, de longues et larges tables proposaient déjà des entrées aux convives, et certains ne se gênaient pas pour piocher dedans quand ils avaient l'impression que personne ne les regardait. Après avoir attrapé une coupe de champagne, pour lui et pour elle, il prit place sur scène, alors que la foule se rassemblait. Il les gratifia donc d'un beau discours sur la politique, remerciant tout ses collaborateurs, ainsi que Tara elle même, pour sa présence à la soirée. Il quitta le micro sous un tonnerre d'applaudissement, rejoignant la jeune demoiselle, alors que la réception commençait réellement. Elle fut plutôt longue et éprouvante pour l'héritière. Nombreux furent les nobles, riches et politiciens qui l'invitèrent à danser, et elle ne put se résoudre à leur refuser. Au moins, sa garde n'avait pas à supporter ça, et surveillait les alentours, postée à différents points clés de la salle et des jardins extérieurs. La nourriture était digne de celle du palais, et si elle ne toucha pas à une goutte d'alcool après sa première coupe de champagne, ce n'était pas le cas de tous les participants.

Le président vint la trouver alors qu'elle prenait l'air, une légère rixe ayant un peu échauffé les esprits à l’intérieur, et les coupables se faisaient, gentiment, raccompagner à la sortie du palais. Il lui tendit un verre, sans alcool, puisqu'il avait bien compris qu'elle n'en raffolait pas, et lui lança :

   
"Alors, pas trop ridicule à côté de ce qu'il se fait à Omois, votre Altesse?"

"Croyez le ou non, j'ai beaucoup apprécié cette soirée, Monsieur le Président.


"Vous m'en voyez ravi. Vous savez, depuis que les loups ont été révélés au monde, nous avons un peu du mal à trouver notre place ici. Et d'autant plus sur l'échiquier politique. Les luttes de pouvoir étant ce qu'elles sont, je me demandais si vous ne pouviez pas... nous apporter un soutien plus concret?"


Tara leva un sourcil, surprise. Elle n'était pas bien sûre de ce que cela pouvait signifier, mais cela ne lui disait rien qui vaille. Elle avait bien fait d'être... prudente. Elle appuya sur son anneau, dans un geste d'apparence machinale. C'était juste un petit signal pour que sa garde soit au courant que quelque chose clochait, mais que rien n'était encore certain.

"Que voulez-vous dire?"

"Eh bien, vous avez toujours montré une sympathie particulière pour les lycans, et dans les luttes qui se profilent à l'horizon, le soutien total de l'héritière de l'Empire sera une force non négligeable."


Alors, très cher, quand on parle de lutte qui se profile, c'est qu'en général on pense à les provoquer. Tara n'aimait pas ce qu'elle entendait, et encore moins le ton doucereux que le président prenait.

"Voyez-vous, je pense que votre transformation serait exquise. Une fois introduite dans notre petit cercle fermé, vous seriez surprise de voir ce dont nous serions capable de faire. "

Voyez vous ça. Elle préférait autant ne pas en venir à cela. Cela avait l'air bien sympa et pratique d'être un loup, mais elle avait assez d'atouts pour elle, et se sentait suffisamment bien maintenant pour ne pas avoir envie de rajouter une variable de plus à cela. Quant au reste, il suffisait qu'un pion disparaisse du plateau pour que tout parte en vrille. Magister, tu étais quand même bien plus utile vivant que mort.

"Monsieur le Président, je crois que je vais devoir décliner votre offre. Et rentrer immédiatement à Omois."

Il ne la laissa pas terminer.

"Vous ai-je dit que vous n'aviez pas le choix ? Oh, je viens de le faire. D'ici quelques secondes, le contenu de votre verre devrait vous mettre dans de bien meilleures dispositions pour accepter votre métamorphose. Nous discuterons du reste des détails un peu plus tard."

Ah, le salaud. Tara commença à sourire, appuyant de nouveaux, longuement, sur sa bague, ce qui était le signal pour "Bon les copains, on est maintenant en plein cœur du territoire ennemi, on va moins rigoler d'un coup." Ses hommes se tendirent, et elles les vit rapprocher, doucement, leur main de la garde de leurs armes. Ils n'attendaient plus que son signal, ou que quelque chose lui arrive. Elle avait l'initiative de toute façon. Sa seconde pensée fut un grand remerciement à Myakko. Celle-ci lui avait soutenu mordicus, que même si c'était bien dégueulasse, avaler une dose conséquente d'antidote divers avant toute soirée politique était une question de survie élémentaire. Surement un cocktail classique de sopor, dont l'ingurgitation était facile pour un individu non averti, mais tout aussi facilement soignable. Maldan allait déchanter en la voyant péter la forme.


"Je vais donc, encore une fois, émettre quelques réserves, et refuser cette seconde proposition. Et voici la mienne. Si nous ne sommes pas partis, mes hommes et moi, d'ici moins de dix minutes, votre mandat risque de s’écourter de quelques années. Votre vie aussi."


Il ricana, ce qui eut pour effet d’énerver Tara plus encore, qui inspira un grand coup histoire de faire remonter sa Candice intérieure, du plus profond d'elle même.

"Sans déconner, il va falloir faire mieux qu'aboyer comme un petit caniche. Mais j'imagine que c'est un truc d'homme de pouvoir, de toujours me sous-estimer. Et ça chouine toujours derrière. J'ai une bonne dizaine d'années d'empêcheuse de tourner en rond. Du coup, l'empoisonnement, c'est raté. Une dernière volonté?"

Il cessa de rire, flippa même, en voyant qu'elle était toujours alerte, et il dû faire quelque chose, comme produire un ultrason ou quelque chose dans ce gout là, puisque les elfes de sa garde réagirent immédiatement, tout comme les loups. L'argent vint rencontrer la chair et les thugs, un peu moins rapidse, se joignirent au combat une fois les premiers instants passés. Maldan avait posté des hommes un peu partout, et s'il s'éloigna de Tara dès que les combats commencèrent, il n'en restait pas moins là, entouré d'une dizaine de loups pour le protéger. La garde de Tara se rapprocha rapidement d'elle, et forma un cercle protecteur d'argent. Ils étaient bien à trois contre un, mais Tara avait encore confiance en ses chances de s'en sortir. Ils étaient à l'air libre, et pouvaient toujours s'enfuir par les airs, ce qui réduirait leurs opposants. Mais le décollage risquait de salement les exposer. Mais elle en était capable. Après s'être changée en chasseur, apparence qu'elle avait un peu modifiée pour faire encore plus peur (comprendre, on dirait une démone violette et noire hyper vener)

"Préparez un antigravitus. Il faut s'en aller d'ici au plus vite."

Leur magie s'alluma dans leur main, et dans les siennes, et puis d'un coup, plus rien.

Maldan, bien caché derrière ses protecteurs, ricana de plus belle.

"Puisque vous ne m'avez pas laissé le temps de terminer, j'ai le plaisir de vous présenter une de nos plus belles inventions, qui fera merveille contre les dragons, ou les gens comme vous. Le champ anti-magie. Tout du moins, anti-votre-magie. Après tout, les écailleux sabotent la science Autremondienne, mais ils n'ont pas réussi à nous atteindre tant l'illusion était parfaite. Maintenant, Autremonde se pliera devant notre puissance."

Super. On commençait à moins rigoler du côté Omoisien. Surtout quand des loups débarquèrent avec des fusils tirés de l'univers de StarWars. Un tir de sommation et de démonstration leur démontra la puissance de l'outil, qui projetait une boule de magie pure, nullement affectée par le champs anti-sorts. Surement une histoire de fréquence, ou quelque chose comme ça. Tara ne s’émerveilla pas plus que ça de l'avancée technologique terrible, et cela l'effrayait plus qu'autre chose, en fait. Ils n'avaient plus beaucoup d'options. Mais elle avait tout appris de Myakko, qui ne se reposait pas sur la magie, elle n'était donc pas démunie non plus. Cela aurait été bien plus simple si elle avait été seule, cependant.

"Bien, reprenons donc. Très chère, auriez vous l'obligeance de vous laisser capturer, qu'on en finisse ?"

Treize, contre la quarantaine de loup, elle n'en menait pas large, elle devait l'avouer. Mais ça ne se voyait pas. En tout cas pour elle, parce que certains de sa garde paraissaient franchement sceptiques, mais capables de mourir s'il le fallait, elle n'en doutait pas. Et c'est bien ce qui la dérangeait. Elle prit la parole pour s'adresser à eux.

"Mes chers amis, j'aimerais que vous écoutiez attentivement mes ordres. Vous allez fuir, et tenter de sécuriser la porte de transfert. Je vais leur montrer ce qu'il en coûte de s'opposer à l'Empire. Confirmez."

Pas mal de loup se mirent à rire. Les gardes, moins, mais ils hochèrent la tête, malgré une réticence non feinte. Cependant, ils se coltinaient Tara à chacune de ses sorties et ils savaient qu'elle avait au minimum un plan d'action pour demander quelque chose de ce genre. Il lui avait fallut des heures de briefing et de plaidoirie pour le leur faire accepter, mais c'était ça où elle partait seule, de toute façon.

"Bon allez, c'était comique. Ouvrez le feu et faites en sorte de ne pas tuer l'héritière."

Non, ça ne marchait pas comme ça. Elle ponctua sa phrase en faisant éclater la bombe sonore antiolfactive, au dessus d'eux. La changeline réagit immédiatement en l'équipant d'une armure de keltril rutilante, et protégeant ses oreilles avec des bouchons. Les loups étaient fiers deux choses. Bon pas que, mais ici, deux. Leur ouïe et leur odorat, et se reposaient souvent dessus. Par conséquent, ils y étaient aussi très sensibles. Si bien qu'ils lâchèrent tous leurs armes pour couvrir leurs oreilles. Et le nuage d'astophèle se propagea dans le jardin, les privant de leur nez. Les elfes et les thugs, qui savaient ce qui allait arriver, et étaient moins sensibles à ce genre de danger, se ruèrent dans les loups, tranchant leur chemin à grand coups d'épée d'argent. Tara, elle, se rua sur un fusil, qu'elle fit glisser dans la poche de la changeline. Pour ses études ultérieures. Maintenant, les gardes étaient livrés à eux même, et surtout, si Maldan la voulait vivante, ses soldats ne pourraient pas lui tirer dessus. Elle n'attendit pas qu'ils reprennent leurs esprits pour dégainer sa lame d'argent, et commencer à s'attaquer aux loups désorientés. Six tombèrent sous ses coups avant qu'ils ne s'organisent et l'encerclent, tenus à distance par la pointe menaçante de sa lame. Maldan, un peu mal en point, rassembla ce qu'il lui restait de dignité pour réorganiser ses hommes. Il cria, peut-être un poil trop fort après son assourdissement :
   
"Gra'aar ! Capture moi cette petite peste."

Tara frémit. C'était un nom typiquement troll. Et elle imaginait sans mal ce que pouvait donner quelque chose de ce goût là. Elle ne fut pas déçue. Il était gigantesque, presque trois fois plus grand qu'elle, et elle le vit fendre le groupe de loup qui l'entourait. Heureusement qu'il n'était pas là au début du combat. Il rugit en se mettant face à elle, et elle recula d'un bond pour éviter de s'intoxiquer avec son souffle fétide. Elle frappa le sol de son pied pour vérifier quelque chose, souleva un petit nuage de terre. C'était parfait, le champs antimagie n'avait d'effet que pour celle qui se trouvait hors de son corps.

"Ce qui est bien, avec les gens comme vous, c'est que vous n'apprenez jamais."

Gra'aar rugit et lui balança son poing dans la figure. Elle leva un simple poing et elle arrêta le coup comme si de rien était. Le troll garou la regarda sans trop comprendre. Les autres aussi d'ailleurs. Il était temps de faire une démonstration de force histoire de rappeler à ces petits toutous qui était le plus dominant ici. Elle sauta directement dans la garde ouverte du loup ébahi, et alors qu'il levait le bras pour la balayer, elle relâcha toute la puissance de sa magie accumulée dans son poing au centre du torse de son adversaire poilu. Il y eu un bruit sourd, puis le troll garou s'effondra. Selon tout vraisemblance, elle avait du éclater son petit cœur, ou quelque chose de ce goût là. Elle demanda à sa changeline son armure surprise. Elle voulait la garder secrète, mais l'occasion s'y prêtait. Elle l'avait faite forger pour Fabrice, au cas où. C'était une armure relativement légère, qui était faite pour s'éviter morsure et griffure, en plus des armes classiques. Seules les articulations étaient faiblement recouvertes, pour lui permettre de bouger plus facilement. Des lames d'argent étaient fixées au bout de ses gantelets, sur les avant-bras et les mollets. Le reste était incrusté de petites pointes d'argent qui mordraient les chairs de quiconque tenterait de la saisir. Si les loup garous devaient se choisir un avatar de cauchemars, ce serait elle. Une lame d'argent courte dans chaque main, elle se mit en position, défiant l'attroupement qui hésitait un peu plus à l'attaquer. Oh, elle n'était pas dupe, s'ils le voulaient, ils pourraient tous lui sauter dessus et la submerger. Mais l'idée de se faire tuer, un peu bêtement, par un porc-épic d'argent n'avaient pas l'air de les emballer, malgré la tentative de harangue de Maldan, qui finit par lâcher un simple :
   
"Bon ben tirez lui dessus sans la tuer."

Sympa. Il devait y avoir moyen de régler la puissance puisque les boules de magie paraissaient plus petites. Le seul souci, c'est qu'elle les arrêtait à main nue, se servant de sa propre magie, en interne, ce que n'avait pas l'air de pouvoir comprendre ses adversaires. Mais elle n'était pas sure de pouvoir gérer ça, et les loups qui auraient l'idée de lui sauter dessus. Fort heureusement, sa boule de cristal sonna dans la clameur de la bataille. Cela voulait dire qu'ils étaient parvenus à atteindre la porte et pouvaient l'attendre, ou partir. Elle n'avait qu'à tenir une seconde de plus et, d'un bond, elle était sur le dos de son pégase, filant hors du jardin, lâchant un bref "allez salut!", sous les tirs magiques des armes des loups. Galant fut blessé à la patte, mais rien de grave, avant d'être hors de portée. Elle donna un dernier signal avec son anneau à sa garde, leur signifiant qu'elle était hors de danger et qu'ils pouvaient rentrer. Elle reviendrait par ses propres moyens. Tara testa sa magie, pour voir jusqu'à quel moment elle était privée de ses pouvoirs. Environ deux cents mètres plus loin, elle pouvait de nouveau s'en servir, et elle tira un rayon en direction du palais. Comme elle s'en doutait, le rayon se dissipa en traversant la barrière invisible du champ anti magie. Voila qui compliquait pas mal les choses. L'immense canon qui venait de se dévoiler en haut d'une tour aussi. Si elle se sentait capable de bloquer celle des fusils, elle n'allait pas tenter celle-ci, et elle partit d'ici aussi vite qu'elle put.

Elle activa sa boule de cristal et après quelques heures de vol sur Galant, un escadron impérial l'intercepta, et c'est avec soulagement qu'elle se fit reconduire à la porte de transfert la plus proche, et son Pégase n'allait pas se plaindre non plus. Les retombées de tout ça allaient être multiples, et terribles. Comme elle l'avait craint, la mort de Magister allait entraîner bien plus de remous que ce qu'elle aurait voulu. Omois allait devoir se préparer à la guerre.


















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4220-tara-tylanhnem-duncan
 
Entrevue Diplomatique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» De la Coutume Diplomatique Poitevine (Archives)
» LE RETOUR DE TU TUD PASSEPORT DIPLOMATIQUE EN POCHE
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» demande d' entrevue avec Monseigneur Bushiro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Autremonde :: Le Continent Interdit-
Sauter vers: