AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
« ALLEZ RP BANDE DE PIGNOUFS »
- Kokko
Bienvenue, SantoCloto. Amuse-toi bien parmi nous !
Vous avez très envie d'un nouveau personnage, mais vous séchez sur sa présentation ?
Et si vous alliez voir du côté des personnages prédéfinis ?
N'oubliez pas de voter pour le forum toutes les deux heures :)
N'hésitez pas à poster dans les carnets de bord des autres si vous manquez de liens !

Tara Duncan : Le Forum RPG :: Accueil :: PrésentationsPrésentations :: Présentations validéesPartagez | 
 

 Thomas A. Lynch - there's no dawn for men

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas A. Lynch


avatar

Age du personnage : 37

Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Représentant des Nonso (personnalité politique du coup)

MessageSujet: Thomas A. Lynch - there's no dawn for men   Mar 18 Juil 2017 - 0:26



« i'm not affraid to die. i'm afraid of not having lived enough. »


Thomas Lynch
Ft. Cillian Murphy
ÂGE: 37 balais
NAISSANCE: 8 avril 1980
RACE: nonso humain nm
LVL MAGIE: aucun
LVL COMBAT: ... élevé ?
ORIENTATION: pan wallah
SEXE: homme
PHYSIQUE: Ton allure désinvolte, tentante, attirante comme un aimant. Ton corps sec, solide comme un roc. Tes muscles toujours en action. Tes bras réconfortants, Tes mains puissantes. Ton visage inexpressif, froid. Ta crinière brune, rebelle. Ton nez brutal, mais délicat. Tes yeux azurs. Ta mâchoire contractée, tes lèvres charnues. Paraît que t'es pas mal.

CARACTÈRE: Paraît aussi que t'es difficile à cerner, comme si ces cons prenaient le temps de chercher. Puis, t'es pas débile comme eux, t'es même intelligent. T'analyses vite les situations. T'es une carapace, un cadenas, fermé. Souvent on dira que t'es froid, qu'on a l'impression que tu t'en fous. Parce que t'es dans ton propre monde, t'es qu'un sale égoïste. Pourtant derrière le masque, t'es un putain de cocktail d'émotions. Juste que tu les a trop ressenties, tu les as faites taire. Un peu comme on fait taire son humanité, si c'est possible. Les gens pensent que t'as tendance à fuir, autant les problèmes que les gens. C'est juste que tu vas pas t'encombrer d'eux, t'es un peu antipathique dans le fond. Au final, t'es peut-être qu'un sale con. Malgré ça, t'es capable d'être courtois, gentil. Politesse oblige. Qu'est-ce que tu donnerais pour ressentir à nouveau, en avoir quelque chose à faire des gens. Mais t'es toujours dans ta bulle, et t'en sortiras pas. Pas alors que la vie avait été splendide, pas alors que sa vie avait été tienne. Toi, tu dirais plus que t'es un être usé, qu'a trop aimé, trop donné. A force, ça t'as achevé.

« Vous trouvez quelqu'un dans une très mauvaise situation qui pourrait le conduire à la mort. Vous pouvez le tirer de là, mais c'est à vos risques et périls, vous pourriez succomber vous aussi. Que faites-vous ? »

crèves.

« Vous vous trouvez devant une table sur laquelle sont disposés quatre objets : une part de gâteau, un couteau, un vieux grimoire et un bijou resplendissant. Vous ne pouvez en prendre qu'un seul avec vous. Lequel choisissez-vous ? »

le grimoire.

« Seriez-vous capable de tuer si vous pensiez avoir de bonnes raisons de le faire ? »

.. s'ils  savaient.





Ta putain de vie, qui se résume à quelques lignes. Une vide à étaler sur du papier, ce serait tellement triste. Et inutile. Alors que les souvenirs, eux, restent. Ils sont comme un tatouages, te collent à la peau, sont ancrés à tout jamais, autant sur le corps que dans ta mémoire. Ton enfance, tellement heureuse. Tu grandis avec tout ce qu'un enfant rêve d'avoir. Les jouets, une famille réunie et de l'argent. Tu remercies tous les dieux pour avoir échappé à ces malheurs de gosse, la pauvreté, la famine, la maladie, le divorce. L'âge adulte arrive, tu continues ton chemin.

Puis tu la rencontres, Elisa, une nonso nm comme toi, la femme de ta vie. Vous vivez des années merveilleuses. Un mariage magnifique. Jusqu'au jour où elle apprend qu'elle ne peut enfanter. Là, vous commencez à vous disputer, encore et encore. Tu deviens froid, distant. Sale con que t'as été. Elle tombe en dépression, tu peux plus rien y faire.

Et ça y est, tu t'isoles dans ta bulle déjà. Puis tu remarques pas qu'elle fume a n'en plus compter les paquets, tu remarquais pas non plus qu'elle toussait à tout bout de champ. T'as même pas tilté quand elle a commencé à crachoter du sang, la respiration saccadée. Les médecins avaient été formels. Un an. C'était tout ce qu'il vous restait, alors que vous aviez prévu de vivre une petite éternité ensemble, une petite soixantaine d'années encore.

A 34 ans, Elisa Lynch meurt d'un cancer des poumons.

Et tu ne reverrais plus jamais ces cheveux de blé, ses yeux noisettes, sa peau halée. Jamais plus tu ne retrouverai un amour comme elle, jamais plus tu ne ressentiras ça.

Et quatre ans plus tard, t'en es rendu à un stade où tu penses plus à rien, et tu fumes parce que ça te rappelle ton âme soeur. Tu devrais pas, ça aurait dû te traumatiser. Mais t'as pas peur de la mort, t'as eu peur de pas avoir assez vécu en la présence de la vie, sa vie à elle. Maintenant, t'es réduit au travail, au sport aussi, à aller dans des bars, traîner tard le soir, rentrer ivre mort et baiser des catins sans importance.

Parce que t'as trop aimé, tu lui a donné ta vie comme elle t'avais donné la sienne, et maintenant une moitié de toi est morte. T'as l'impression que c'est ta faute un peu, si t'avais agi autrement vous vous en seriez sorti indemnes. Mais c'est peut-être ta tendance à te rendre coupable de pas mal de choses qui parle. Sa mort t'as brisé, mais lors de la dernière année avec elle, t'avais plus d'attaches. Parce que ça allait mal. T'étais égoïste, tu pensais qu'à toi. Et ça, ça vous a emmené à votre perte à tous les deux.

Mais tu fais croire que tout va bien, tu revêtis le masque: tu souris, tu gardes la tête haute. Parce que t'es courageux, t'as pas peur, t'es invincible malgré les épreuves. Tu finis par y croire toi aussi. Mais c'est pas si simple que ça. C'est juste que t'ignores la douleur qui te perfore les poumons autant que les cigarettes. T'ignores la tristesse et les remords qui te réveillent parfois la nuit. Et il suffit de dire que ça ira, pour que ça aille mieux. T'es sur la bonne voie, tu penses.

A présent, tu te lèves le matin en espérant que le voile de la mort et du deuil s'en ira et que tu te sentiras à nouveau vivant, un jour peut-être.



Crédits avatar : ici ◊ Crédits ICONS: ici ◊ Crédits fiche : Romane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5018-thomas-a-lynch-there-s-no-dawn-for-men
Loup


avatar

Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Faible


Affinités :
Acte de Naissance:
 


MessageSujet: Re: Thomas A. Lynch - there's no dawn for men   Mar 18 Juil 2017 - 0:29

T'ES BEAU JTM VIENS ON FAIT DES ENFANTS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Thomas A. Lynch - there's no dawn for men
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dawn Of War II
» Tim Thomas
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Dawn of war 2 Retribution
» Your guardian angel {pv Thomas of Norfolk}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tara Duncan : Le Forum RPG :: Accueil :: PrésentationsPrésentations :: Présentations validées-
Sauter vers: